Page 1

ÉTÉ 2017

LA REVUE DES MEMBRES ET CLIENTS DE LA COOP PARISVILLE

TOURNOI DE GOLF ANNUEL 16 AOÛT 2017 AU CLUB DE GOLF DE GENTILLY Contactez-nous au 819 292-2303 pour les détails

PARISVILLE.COOP


QUOI DE NEUF?

TABLE DES MATIÈRES QUOI DE NEUF?

FAITES VOTRE OFFRE!! Les offres seront acceptées jusqu’au 10 JUILLET 2017.

P. 2

Pour information, veuillez contacter Réjean Castonguay au 819 292-2232, poste 1004.

MESSAGE DU PRÉSIDENT ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL P. 3

MACHINERIE

P. 4

PRODUCTION ANIMALE

P. 6 FAITES VOTRE OFFRE!

PROFIL DE FERME

L’offre la plus haute sera acceptée!

P. 20

Contactez Sylvain Auger 819 244-3558

JOURNÉE PARCELLES

JOURNÉE CÉRÉALES

6 septembre à la ferme Pierriche de Saint-Apollinaire

9 août à la ferme des Aigles de Saint-Édouard

EXPO DE LOTBINIÈRE 2 au 6 août, Saint-Agapit

AVIS DE NOMINATION : Il nous fait plaisir de vous présenter notre stagiaire, Bernard Lemay, de Lévis, secteur St-Étienne de Lauzon, pour l’été 2017. Bernard vient de terminer son cour en Gestion et technologie d’entreprise agricole au cégep Lévis-Lauzon. Bernard travaille depuis plusieurs années dans le domaine agricole à différente tâches. Très passionné de l’agriculture, il s’aura par son dynamisme, répondre adéquatement à notre clientèle.

2


DU D GE DU SA E T ES T M DE N I ÉS

PR

.G .

MESSAGE DU PRÉSIDENT ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

DENIS RICHARD Président

Le printemps 2017 aura été marqué par la quantité incroyable d’eau qui a inondé les champs et du même fait, retardé la saison des semences. Le début de l’été s’annonce donc très chargé, autant pour notre équipe de ventes que pour les producteurs, qui devront s’adapter à cette situation que seule dame nature contrôle.

VISION 2020 L’an dernier à pareille date, le réseau La Coop menait à terme sa réflexion sur la réforme proposée du modèle d’affaires et des structures des coopératives incluant la fédérée, que l’on a appelée la Vision 2020.

Lors de l’exposition agricole de St-Pierre-les-Becquets, La Coop Parisville et Groupe Symac ont organisé un méchoui où plusieurs membres et clients ont passé du bon temps dans une ambiance festive et estivale. Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont fait de cette activité un succès. Il est important pour La Coop Parisville d’encourager les activités de notre territoire afin de garder la région vivante.

RICHARD LAROCHE

Directeur général, agr.

Nous souhaitons une belle saison estivale à tous! Au plaisir de vous rencontrer!

Présentée à la réunion semestrielle 2016, cette modernisation majeure du réseau amène son lot de discussions et de positionnements de la part des conseils d’administration des coopératives. Celles-ci sont passées à l’action et des discussions pour le regroupement de plusieurs d’entre elles sont en cours. Pour ce qui en est de La Coop Parisville, le conseil d’administration analyse les différentes opportunités tout en gardant en arrière-plan que le plan d’affaires du futur devra être pertinent pour nos membres et clients.

RETOUR SUR LES ACTIVITÉS En mars dernier, votre coopérative a organisé un diner à la cabane à sucre où il fut très agréable de se rencontrer et discuter dans une ambiance décontractée. Le Domaine du sucrier de Saint-Édouard a su nous accueillir et nous a servi un délicieux repas.

3


MR AUCM HIIN NAE NR T IE

LES NOUVEAUTÉS DU PRINTEMPS

CHARLES VEILLEUX

Directeur Groupe Symac

Avec un printemps qui continue de se montrer capricieux, même compliqué, l’importance de compléter rapidement ses semences sera au cœur des préoccupations de tous nos membres et clients cette année. Dans cet esprit, nous avons introduit chez Groupe Symac, il y a un peu plus d’un an, la gamme de produits suédoise Väderstad (www.vaderstad.com) qui vient répondre exactement à ce besoin : des outils de travail du sol, des semoirs et aussi des planteurs haute vitesse. Une gamme complète, avec un support professionnel de vos équipes de ventes et de service Symac. Une performance qui vient aussi avec une paix d’esprit avec la garantie de base du manufacturier de 2 ans. D’ailleurs, le 11 et 12 avril dernier en Hongrie, Väderstad a établi un nouveau record du monde en semant le

4

maximum d’hectares en 24 heures. 502,05 hectares ont été semés à une vitesse moyenne supérieure à 20 km/h. Le semoir de précision ayant établi le record du monde est le Tempo L 16. Pendant 24 heures, deux parcelles ont été semées avec deux variétés de maïs différentes. Lors du semis, le Tempo a également incorporé de l’engrais et pesticide. Ce même planteur sera en démonstration ce printemps au Québec par Groupe Symac. Informez-vous auprès de vos représentants afin d’en savoir un peu plus sur les dates et endroits où il passera. En plus du Tempo L 16 qui sera en démonstration, plusieurs autres modèles de planteurs seront à l’œuvre dans vos champs cette année. Plusieurs clients ont fait l’acquisition de modèles Tempo F, ainsi que des Tempo V. Nos équipes de

service et ATS seront là pour les assister durant ce temps plus que vital de l’année. Chez Symac, nous avons à cœur de mettre à votre disposition les meilleurs équipements avec le meilleur support après-vente. Si vous souhaitez en savoir plus sur les produits Väderstad, il y aura encore cette année une journée technique Symac dans la région de St-Denis-surle-Richelieu pour vous présenter ces innovations. Vous êtes le bienvenu, informez-vous auprès de vos représentants pour avoir la chance d’y assister. Bon été à tous!


C’est vous qui avez le plus beau champ ELITE de votre région? ON VEUT VOIR ÇA! Pour participer et courir la chance de gagner de nombreux prix, publiez une photo de vous dans vos champs sur Facebook ou Twitter et inclure : • Le hashtag #CHECKMONCHAMPELITE • Le nom de la ferme

• Le nom de la coopérative • Le type de semence

110327_05-17

Pour plus d’informations, consultez ELITE.coop w w w.e l i te . c o o p Elite est une marque de commerce de La Coop fédérée.


FERME DU MÛRIER, ST-ÉDOUARD 2 vaches (1ère lactation) 27 vaches (2 lactations et plus)

35,7 42,93

1,4 1,98

FERME ROUSSETTES, LECLERCVILLE 1 vache (1ère lactation) 27 vaches (2 lactations et plus)

38,5 42,17

1,4 1,95

FERME DE LA PLAINE (SAINTE-FRANÇOISE) 1 vache (1ère lactation) 7 vaches (2e lactations et plus)

37,7 43

1,4 1,8

NOM

35,2

1,1

FERME GERMO,STE-MARIE DE BLANFORD

FERME AGRIBERT, LECLERCVILLE 2 vaches (1ère lactation) FERME AUGURE, LECLERCVILLE 2 vaches (1ère lactation) FERME CAMILIENNE, LECLERCVILLE 21 vaches (2 lactations et plus) FERME CHAMPFLEURI, ST-ÉDOUARD 2 vaches (1ère lactation) 13 vaches (2 lactations et plus) FERME CLAULA, STE-GERTRUDE 1 vache (1ère lactation) 3 vaches (2 lactations et plus) FERME DES AIGLES, ST-ÉDOUARD 2 vaches (1ère lactation) 3 vaches (2 lactations et plus) FERME DES PLUVIERS, GENTILLY 1 vache (2ème lactation) FERME ESM CARON, STE-FRANÇOISE 2 vaches (1ère lactation) 27 vaches (2 lactations et plus)

1,1

Vache : 50 kg (2X) et 55 kg (3X)

55,5

1,35

51,4

55,24

45 56,7

44,2 59,83

41,65 55,23

50,1

40,35 57,5

1,9

1,87

1,45 2,12

1,6 2,33

1,65 2,24

1,8

1,5 2,49

FERME GERMO, STE-MARIE DE BLANFORD 1 vache (2ème lactation)

44,7

1,8

FERME GROLIER, LOTBINIÈRE 2 vaches (1ère lactation) 20 vaches (2 lactations et plus)

40,9 54,8

1,45 1,84

6

32,6

NOM

FERME GUIMONNIÈRE, LECLERCVILLE 4 vaches (2 lactations et plus) FERME HABERMACHER, STE-SOPHIE DE LEVRARD 3 vaches (1ère lactation) 13 vaches (2 lactations et plus) FERME JONIEL, LECLERCVILLE 1 vache (2ème lactation) FERME LA VOIE LACTÉE, ST-ÉDOUARD 1 vache (2ème lactation) FERME LAITIÈRE MARIBERT, LECLERCVILLE 2 vaches (1ère lactation) 9 vaches (2 lactations et plus) FERME LES GIROUETTES, STE-CECILE DE LEVRARD 8 vaches (2 lactations et plus)

1er veau : 40 kg (2X) et 44 kg (3X)

LAIT

NOM

1,4

KG GRAS/ JOUR

HOLSTEIN

35,27

LAIT

8 vaches (2ème lactation)

53,7

43 54,4

52,6

51,6

40,8 53,65

54,7

1,93

1,4 1,87

2,2

2,5

1,75 2,23

1,83

FERME L’ESPÉRANCE, PARISVILLE 1 vache (1ère lactation) 7 vaches (2 lactations et plus)

41,5 52,2

1,4 1,87

FERME MATHIS & FILS (3X), ST-SYLVÈRE 5 vaches (2 lactations et plus)

57,8

1,56

FERME NAUVILÈNE, FORTIERVILLE 6 vaches (1ère lactation) 19 vaches (2 lactations et plus) FERME ANRILYN, ST-ÉDOUARD 6 vaches (2 lactations et plus)

41,8 54,9

52,5

1,35 1,94

1,8

KG GRAS/ JOUR

0,9

LAIT

33,1

KG GRAS/ JOUR

KG GRAS/ JOUR

FERME CHAMPFLEURI, ST-ÉDOUARD 1 vache (2ème lactation)

LAIT

NOM

KG GRAS/ JOUR

JERSEY

LAIT

Vache : 30 kg (2X) et 33 kg (3X) 1er veau : 25 kg (2X) et 28 kg (3X)

KG GRAS/ JOUR

KG GRAS/ JOUR

AYRSHIRE

LAIT

LES PROS DE LA PESÉE

LAIT

RU

M

IN

AN

T

Vache : 40 kg (2X) et 44 kg (3X) 1er veau : 35 kg (2X) et 38 kg (3X)

FERME GUIMONDALE, ST-ÉDOUARD 1 vache (2 lactations et plus)

51,6

1,8

FERME GÉOMARMI, ST-ÉDOUARD 1 vache (2 lactations et plus)

50,5

1,4

FERME MIRÉAN, LECLERCVILLE 1 vache (1ère lactation) 11 vaches (2 lactations et plus)

41,5 52,9

1,3 1,8

FERME RICAGRI, LECLERCVILLE 14 vaches (2 lactations et plus)

54,1

1,9

FERME PHILO (STE-SOPHIE-DE-LEVRARD) 1 vache (1ère lactation) 16 vaches (2e lactations et plus)

41,7 53,2

1,3 2,2

FERME JACMO (STE-SOPHIE-DE-LEVRARD) 1 vache (1ère lactation) 9 vaches (2e lactations et plus)

42,7 51,9

1,8 1,8

DAMESTAR HOLSTEIN (STE-CÉCILE-DE-LEVRARD) 2 vaches (2e lactations et plus)

58,6

1,9

FERME SI-AN-OL (STE-CÉCILE-DE-LEVRARD) 1 vache (1ère lactation)

44,2

1,9

FERME VALPIERRE (MANSEAU) 1 vache (1ère lactation) 8 vaches (2e lactations et plus)

45,1 51,7

1,6 1,8

FERME PARISO (PARISVILLE) 1 vache (1ère lactation) 6 vaches (2e lactations et plus)

42,2 55,5

1,3 1,9

NOM


PO RC

LES CONTRAINTES DU TRANSPORT DE PORCS À L’ABATTOIR

ÉLIANE FAUCHER

Experte-conseil en production porcine, RP2R

Première information qu’il doit connaître est le poids approximatif des porcs qui vont embarquer. Si les porcs sont plus lourds que prévu, le camionneur peut prendre la décision de diminuer le nombre pour respecter la densité de son plan de remorque. Par la suite, il doit tenir compte des conditions climatiques. En effet, par temps de froid extrême ou, à l’inverse, de chaleur et d’humidité élevée le nombre de porcs doit varier.

Il ne faut pas croire que le transport d’animaux vivants est une simple affaire. Pour toutes espèces, il y a des exigences très strictes à respecter. Que ce soit pour le confort, la densité et la manipulation des bêtes, les personnes à charge de leur transport doivent s’assurer de leur bienêtre en tout temps. Voyons un peu ce que ça représente pour le porc d’engraissement qui quitte la ferme pour se rendre à l’abattoir. Tout d’abord, le producteur pèse ses cochons et annonce un nombre de prêt à partir 48 à 72 heures ouvrables à l’abattoir. Ensuite, les gens de l’établissement émettent une heure où ils veulent recevoir les porcs. Le transporteur doit figurer un temps pour se rendre à la ferme, effectuer le chargement puis se rendre à la destination finale. Une fois que tout ceci est connu, le producteur à la ferme est informé de l’heure d’arrivée de la remorque. Arrivé à la ferme, le camionneur doit figurer combien de porcs peuvent être réellement transportés. C’est le début des contraintes.

Source : Guide de référence sur la manipulation et le bien-être des porcs durant le transport (2013)

La figure ci-dessus est la charte de stress causé par des températures chaudes et humides. La relation qui existe entre les 2 nous indique dans quelle zone nous sommes. La zone « Alerte » demande de charger 10% de moins de porcs que la densité recommandée, tandis que celle « Danger » en demande 25% de moins. Alors que celle « Urgence » demande de reporter le transport par température plus clémente si possible. Avec l’été qui s’en vient, s’il fait plus chaud que prévu, il se peut que le camionneur refuse de charger tous les porcs annoncés. Il faut comprendre que ces mesures permettent de diminuer le stress des animaux et de prévenir au maximum la mortalité dans le transport et que même ces mesures peuvent être frustrantes, elles sont bénéfiques en bout de ligne. Finalement, il ne faut pas non plus croire que le bien-être du cochon dans la remorque ne dépend que seulement du bon déroulement du transport. Car à la ferme, les porcs doivent être préparés. Avant l’embarquement, une mise à jeun doit être faite pour éviter des cas d’hyperventilation, d’étourdissement et de vomissement. De plus, les outils de manipulation, la conformation du quai et l’éclairage des aires de chargement sont autant de points déterminants qui faciliteront l’expédition des porcs. Vous pouvez en tout temps vous référer à votre expert-conseil pour déterminer les éléments qui pourraient améliorer dans votre élevage.

7


T AN IN M RU

LA ROBOTIQUE À LA FERME ! Et oui, qui aurait pu prédire il y a 5 ans, qu’à l’été 2017, que plus de 30 fermes laitières dans le territoire couvert par La Coop Parisville et La Coop Seigneurie, utiliseraient la robotique pour la traite. Plusieurs cinéphiles que vous êtes, avez regardé différents films où la robotique était mis de l’avant et que l’on disait «  ils sont malades, on verra jamais ça ». En effet, c’est une réalité, qui nous a rattrapée. Aujourd’hui nous sommes fiers de pouvoir dire que nous alimentons plus de 40  % de ces fermes alors que 5  autres fournisseurs se partagent le reste de la tarte. Maintenant, parler de robotique à la ferme fait partie du quotidien. Il a fallu changer nos façons de faire, étudier le comportement animal, comprendre les différents logiciels utilisés, ajuster nos critères d’alimentation, etc. Aujourd’hui nous avons une équipe très expérimentée, pour qui les robots sont une source de motivation afin de vous permettre d’atteindre des performances de haut niveau. La formation continue auxquels nos experts-conseils sont abonnés, offert par le réseau ou différent fournisseur comme le FMS niveau 1 (Farm Management Support), la formation en salle avec les groupes de producteurs, nous permettent de rester à l’affût et de procéder au transfert de connaissances.

NORMAND ROY

Directeur des ventes végétale-ruminant, T.P. Centre de service Seigneurie-Parisville

TÉMOIGNAGES Ferme Petite Rivière

Toutes les fermes qui ont fait le passage vers la robotique ont investi des sommes importantes et sont en droit de souhaiter de bonnes performances. Pour y arriver, le travail d’équipe entre le client et l’expert-conseil prend tout son sens. Notre équipe dédiée à la robotique met tout en œuvre pour être le partenaire de choix dans vos décisions. Dès le départ dans vos projets, vous devez inclure votre expert-conseil qui vous accompagnera dans l’ébauche et l’analyse de vos plans de bâtiment. Son expérience ainsi que l’expertise réseau, vous évitera quelques embuches. Tout au long de votre projet, plusieurs conseils vous seront prodigués. Une fois rendue au jour « J », l’expérience acquise à la ferme depuis maintenant 10 ans vous sera indispensable. Le réseau met à votre disposition plus de 10 produits « Robocoop » conçus pour la robotique. Que ce soit dans le départ, la programmation des tables, notre gamme de produits, notre façon de faire est unique et se démarque au Québec. Faites confiance à notre équipe Coop.

« L‘équipe Coop a été bénéfique dans la réussite de mon projet. Que ce soit pour la validation des plans, les ajustements après le départ ou le suivi mensuel, sans l’expertise Coop, je n’aurais pas atteint mes objectifs. Si aujourd’hui, je produis 90  kg de gras avec 42 litres/vache avec un seul robot, c’est entre autres grâce à la gamme de produits Robocoop et Transilac, qui me permettent d’obtenir d’excellentes performances ainsi que tous les intervenants du réseau La Coop. » Catherine Dion et Vincent Pomerleau de la Ferme Petite Rivière de Saint-Jacques-de-Leeds

Ferme Mathis & Fils inc. « Les connaissances pointues en matière d’alimentation robotique sont, pour nous, une valeur ajoutée qui fait réellement la différence dans le choix de notre fournisseur. Différents outils utilisés, comme le tableau mensuel, nous permettent d’être toujours en ligne avec notre plan d’affaires annuel. Ce portrait est nécessaire et plus qu’utile dans le contexte actuel de la production laitière. La gamme d’aliments Robocoop développée par le réseau La Coop nous permet de mieux adapter l’ali­mentation en début de lactation. Dans notre troupeau, les aliments cubés sont mieux consommés et cela nous permet d’obtenir plus de passages. Depuis six mois, nous réussissons à produire en moyenne 85  kg de gras avec 60  vaches et un seul robot. La rigueur de la gestion du troupeau, le suivi de l’alimentation par le Réseau La Coop et l’optimisation du robot dans la dernière année nous ont permis d’atteindre ces performances. » Marie Crochetière et Josef Mathis de la Ferme Mathis & Fils inc. de St-Sylvère

8


ON TI UC A L E OD IM PR A N

AUGMENTATION DU TROUPEAU CATHERINE AUBERT

MODIFICATION DE LA LOI CONCERNANT LES CERTIFICATS D’AUTORISATION ET LES AVIS DE PROJET

Experte-conseil agroenvironnement, AGR. Centre de service Seigneurie-Parisville

Voici un tableau qui résume les nouvelles dispositions :

Certains d’entre vous souhaitent augmenter votre troupeau, alors sachez que la Loi sur la qualité de l’environnement a été modifiée le 23 mars dernier. Avant cette date, une entreprise qui souhaitait augmenter son cheptel devait faire une demande de certificat d’autorisation dès qu’elle franchissait le seuil de 3200 kg de P 2O5 (phosphore). Dès que ce seuil était dépassé, une nouvelle demande devait être faite à chaque tranche de 500 kg de P 2O5 supplémentaire. À partir de maintenant, si vous souhaitez augmenter la charge de phosphore produite à la ferme, vous devez faire une demande de certificat d’autorisation lorsque le seuil de 4200 kg de P 2O5 est dépassé et à chaque tranche supplémentaire de 1000 kg de P 2O5. Pour ceux qui produisent sous les 4200 kg de P 2O5, c’est un avis de projet qui devra être déposé à chaque tranche de 500 kg de P 2O5.

SEMER SEMER LA RÉUSSITE LA RÉUSSITE

MDDELCC, 2017

Renseignez-vous auprès de votre expert-conseil en agroenvironnement pour vous assurer d’entreprendre les bonnes démarches.

SEMER LA RÉUSSITE

Nos experts comprennent votre réalité et s’investissent de tout cœur dans Nos experts comprennent votre réalité la réalisation de vos projets. et s’investissent de tout cœur dans la réalisation de vos projets. bnc.ca/entreprises bnc.ca/entreprises

Nos experts comprennent votre réalité et s’investissent de tout cœur dansGraphiques M&H Agence : la réalisation de vos projets.

CYAN

MAGENTA

GRAPHIQUES M&H 87, RUE PRINCE, BUREAU 310 MONTRÉAL QC H3C 2M7

9


RU M IN AN T

L’ABC DES ENSILAGES Avec le début de la saison estivale qui est à nos portes et dame nature qui jouent contre nous, certaines interrogations se soulèvent. Serais-je capable de semer en temps et en bonnes conditions? Serais-je capable d’épandre mes fertilisants pour obtenir de bon rendement? Serais-je capable de récolter des fourrages de qualité et adaptées pour alimenter mon troupeau. Malheureusement, personne ne peut y répondre et encore moins faire changer les prévisions météorologiques. Par contre, certains paramètres peuvent être améliorés ou validés pour favoriser la « qualité » de nos récoltes fourragères. Que ce soit en silo-tour, hermétique, fosse, meule, Ag-Bag ou balle ronde, l’ensilage est un moyen de conserver des fourrages sur une longue période, un peu à l’image des marinades de nos grands-mères. Ce moyen de conservation entraîne inévitablement des pertes liées au procédé de fermentation. Même dans les meilleures conditions, ces pertes se chiffreront au minimum à 6 % M.S. (Holmes, 2000) dépendamment de la structure du chantier de récolte. D’autres pertes s’ajouteront, selon le type d’entreposage, les moyens entrepris pour la faire sécher, la reprise de ces fourrages, etc. La fermentation produit différents types d’acides qui ont chacun leur particularité : lactique, acétique et butyrique. La présence de ces différents acides et la quantité de ces derniers dépendent des facteurs suivants :

10

JEAN-FRANÇOIS LEMAY Conseiller spécialisé ruminant La Coop fédérée

La teneur en matière sèche. Généralement, les ensilages contenant moins de matière sèche subissent une fermentation lactique plus rapide (moins de présence d’air). Par contre, plus un ensilage est humide, plus il faut utiliser de l’acide pour en réduire le taux de pH. Dans ce cas, le temps requis pour stabiliser l’ensilage peut être significativement plus long. La propreté du chantier. Éviter à tout prix la contamination de l’ensilage par du fumier, de la terre ou d’autres sources de contaminants. Ces derniers affecteront à la baisse le degré de fermentation et surtout sa stabilité en produisant des acides butyriques, des amines et autres dérivés de fermentation indésirables. La densité de l’ensilage. Il s’agit d’un facteur déterminant sur la vitesse de fermentation et la stabilité tout au long de son entreposage. Cette densité est influencée par la vitesse de remplissage de la structure et le poids du tracteur dans le cas de silo-fosse. Toutefois, peu importe la structure d’entreposage, la longueur de coupe influencera aussi la densité finale de l’ensilage. Si la longueur des brins est excessive, le taux de pH de l’ensilage diminuera plus lentement. Il en résultera un taux final plus élevé qu’avec un ensilage à brins courts, et ce, pour la même teneur en matière sèche. Le processus de protéolyse pourra se placer pour une plus grande durée et il en résultera une production d’NH3-N plus grande que celle tolérée lors d’une fermentation adéquate. La teneur en sucres solubles des plantes. Ce facteur est crucial à la réussite d’une fermentation rapide. Le moment de la fauche dans la journée influencera celle-ci, de même que le choix des plantes fourragères et la maturité de la plante. L’étanchéité du système d’entreposage ainsi que la gestion de la reprise. Ce sont des enjeux prioritaires pour conserver les valeurs alimentaires du matériel. La chaleur peut être un indicateur de fermentation aérobie excessive ou de reprise trop lente. L’usage de toile de type barrière oxygène est fort utile pour atteindre une étanchéité maximale, et ce, que vous soyez en silo-fosse ou en silo vertical.


ON TI UC A L E OD IM PR A N

JEAN-NICOLAS GUÉRARD

Expert conseil ruminant, T.P. La Coop Seigneurie

La longueur de coupe (LCT). Cette variable est l’une des plus importantes pour bien valoriser les étapes préalablement réalisées. Des coupes trop longues ou trop courtes vont dans chacun des cas influencer la performance de nos ensilages dans notre troupeau. Lors du choix et de l’ajustement de la LCT il faut tenir compte de plusieurs facteurs : le taux de matières sèches, la structure d’entreposage, la quantité servie/jour, le type de ration que l’on veut avoir (ex. : sans foin sec) et le mode de reprise. On ajuste souvent de façon optimale notre LCT à la fourragère en oubliant le chemin que le matériel va sillonner avant d’arriver à destination, soit dans le rumen de notre vache (le videur, la fraiseuse (bunker ou meule), le mélangeur, la machine Ag-Bag, etc.). Pour valider toutes ces allégations, votre expert-conseil a en main plusieurs indicateurs pour vous aider à doser la qualité de la fermentation de vos fourrages. Par exemple, le profil de fermentation fourni par l’analyse pourra indiquer le degré de fermentation atteint par votre matériel.

En conclusion, pour réussir vos ensilages, les plus petits détails sont importants. Il est primordial de bien comprendre tous les mécanismes impliqués dans ce processus de fermentation et de conservation. Il existe plusieurs outils pour évaluer votre travail. Bonne saison fourragère à tous et au plaisir de vous accompagner dans votre réussite!

Nous avons encore d’autres indicateurs de fermentation, comme les sucres solubles, qui donnent un aperçu des sucres restants dans l’ensilage. Nous avons aussi l’ADF-N qui est un indicateur de la protéine liée (protéine non digestible) résultant de chauffage excessif. Il ne faudrait pas négliger aussi les signes visuels et olfactifs comme indicateurs qualitatifs.

11


N UI ÉQ

LES PÂTURAGES POUR CHEVAUX : UNE QUESTION DE NUTRITION ET DE GESTION

façon progressive. Comme le pâturage est très différent du foin sec de par sa teneur en eau, en protéine, en calories et en vitamines et minéraux, cela constitue un gros changement alimentaire et il est important de faire une transition progressive et ainsi prévenir les problèmes digestifs tels que les diarrhées et les coliques gazeuses. La belle saison qui est à nos portes annonce la sortie des chevaux aux pâturages! Il est important de bien planifier cette étape puisque le passage d’une alimentation contenant majoritairement du foin sec vers un pâturage d’herbe constitue un grand changement pour le système digestif du cheval et il est nécessaire de prendre certaines précautions pour s’éviter des problèmes futurs.

LE SYSTÈME DIGESTIF DU CHEVAL En premier lieu, il est essentiel de se rappeler le fonctionnement du système digestif du cheval : le cheval est un herbivore monogastrique, il n’a qu’un estomac de très petite taille. La fibre (provenant du foin, du pâturage ou de certains concentrés) est fermentée dans le gros intestin par les microbes qui constituent la flore intestinale. Contrairement aux ruminants, chez qui la rumination et un estomac divisé en 4 parties leur permet de digérer et assimiler la fibre.  La flore intestinale est très sensible aux changements, c’est pourquoi on dit que toutes les transitions alimentaires doivent être faites de

12

TRANSITION SÉCURITAIRE DU FOIN AU PÂTURAGE Il est suggéré de : 1. Servir la ration foin avant de mettre les chevaux au pâturage (ainsi ils ne seront pas affamés et seront moins tentés d’ ingérer une très grande quantité d’ herbe fraîche) 2. Augmenter graduellement le temps passé au pâturage (afin d’accoutumer les microbes de la flore intestinale de façon graduelle) 3. De servir les concentrés au retour à l’écurie (pour inciter les chevaux à revenir malgré le peu de temps passé au pâturage) Voici un exemple de transition alimentaire sécuritaire1 : Jour 1 à 4 : Augmenter de 15 minutes, 2 par fois jour les sorties au pâturage. Exemple : Jour 1 = 15 min le matin et 15 min le soir, jour 2 = 30 min le matin et 30 min le soir, etc. Jours 6 et 7 : Augmenter de 30 minutes, 2 fois par jour les sorties au pâturage. Exemple : Jour 6 = 1  h  30 le matin et 1 h 30 le soir et jour 7 = 2 h le matin et 2 h le soir

MARIE-CHRISTINE FAUTEUX Expert-conseil équin, La Coop Fédérée, M.SC, AGR.

Jour 8 à 10 : Augmenter d’une heure, 2 fois par jour les sorties au pâturage. Exemple : Jour 8 = 2 h le matin et 2 h, jour 9 = 3 h le matin et 3 h, etc. Au besoin, il est possible d’allonger la transition alimentaire chez des chevaux sensibles aux coliques en répétant l’étape 6 deux autres jours et l’étape 7, trois autres jours. *Il est conseillé de ne pas donner accès au pâturage à des chevaux faisant de l’embonpoint ou ayant déjà fourbés. Selon l’avis de votre vétérinaire, il pourrait être possible de leur donner un petit accès avec une musette (grazing muzzle).

LA GESTION DU PÂTURAGE Ce n’est pas parce que c’est vert, que c’est nutritif! Ainsi, une bonne gestion de nos pâturages permettra un meilleur rendement et une plus longue saison de pâture. Premièrement, il faut choisir un mélange qui ne contient pas de plantes toxiques pour le cheval et qui convient au type de cheval que l’on a. Plus de détails ici : http://celebrite. coop/semences-fourrageres Deuxièmement, il faut respecter 3 règles bien simples : 1. Fournir un environnement propice à la survie, à la croissance et au rendement Les plantes ont besoin d’un sol bien drainé, un pH adéquat et des éléments nutritifs. *Faite analyser votre sol afin de déterminer le pH et la quantité d’éléments fertilisants nécessaires.


ON TI UC A L E OD IM PR A N

2. Toujours respecter la croissance des plantes et leur période de repos Au printemps, les racines fournissent à la plante l’énergie nécessaire à la pousse du feuillage. Par la suite, les feuilles captent la lumière, synthétise l’énergie nécessaire à la croissance et permet de refaire les réserves. C’est pourquoi il faut prévoir une période de repos suffisamment longue entre les passages des animaux. La durée de cette période de repos varie tout au long de la saison en fonction de la durée du jour et de l’eau. *Attendez que le pâturage ait 8 pouces de hauteur avant d’y envoyer vos chevaux. 3. Éviter à tout prix la surpaissance Les chevaux arrachent les plantes avec leurs lèvres et leurs dents très près du sol. Il est donc important de ne pas laisser brouter plus bas que 3-4 pouces puisque lorsque rasée au sol, la plante doit d’abord puiser l’énergie emmagasinée dans ses racines et sa vitesse de croissance devient jusqu’à 80 % moins rapide. Si cela survient à plusieurs reprises, les réserves s’épuisent et la plante finie par disparaître… laissant place aux plantes indésirables! *Les jeunes pousses sont les préférées des chevaux, ainsi si les chevaux restent trop longtemps dans le même pâturage, le regain sera brouté à nouveau.

Pour permettre cela, un système de rotation est idéal! • Diviser le pâturage en petites parcelles (tenir compte des points d’eau) • Changer fréquemment les chevaux de parcelle en début de saison, puis ralentir la rotation • Prioriser un grand nombre d’ani­ maux par hectare pour une courte période • Faucher les refus (Puisque les chevaux sont des mangeurs très sélectifs!) • Fertiliser/chauler au besoin

L’ALIMENTATION POUR COMPLÉTER LE PÂTURAGE Puisque les pâturages sont bien souvent plus riches que le foin sec, il est également important d’ajuster l’utilisation des concentrés. Dans la majorité des cas, la quantité de moulée servie quotidiennement peut être diminuée, à moins que l’intensité du travail augmente en même temps. Il est également important de continuer de mettre un supplément complet de vitamines et minéraux à leur disposition. Le Pro-Bloc Cheval est particulièrement indiqué pour les chevaux au pâturage :

• Enrichi en vitamines liposolubles (A, D, E, K,) et hydrosolubles (complexe B) pour le bon fonctionnement du métabolisme • Niveau élevé de calcium, de phosphore et de sel, nécessaires aux besoins quotidiens des chevaux • Fortifié en éléments mineurs • Très appétent et favorisant la consommation d’eau • Permet une alimentation à libre choix, un avantage à la fois pour le cheval et son soigneur • Disponible en format de 2 kg (parfait pour le box), de 11 kg et de 22 kg • D’autres suppléments de vitamines et minéraux sont aussi disponibles à votre Coop tels que le Tonix ou le Fort-Eq. Finalement, les chevaux devraient avoir facilement accès à de l’eau fraîche et propre en tout temps et les clôtures devraient être inspectées régulièrement afin d’assurer leur sécurité. N’hésitez pas à consulter votre expert-conseil La Coop pour obtenir de l’aide pour balancer vos rations selon votre pâturage ou vos fourrages.

1

Source : Adapté de Dany Cinq Mars, Ph.D., agr. 2004. « L’alimentation du cheval pour éviter ou contrôler les problèmes respiratoires », Agri-Réseau www.agr.gouv.qc.ca

13


rapidement leur développement. Ainsi même en présence d’oxygène, la qua

RU

M

IN

AN

T

maintenue. L’oxygène: le grand responsable du développement des levures et des moisissures. En présence d’oxygène et en quelques heures, les levures et les moisissures colonisent les fourrages. L’application de Solution Foin, un acide propionique tamponné, dans les silos-tours ou les bunkers freinent rapidement leur développement. Ainsi même en présence d’oxygène, la qualité de votre fourrage sera maintenue.

PRÉSERVEZ LA VALEUR NUTRITIVE DE LA VOS FOURRAGES PRÉSERVEZ VALEUR NUTRITIVE DE VOS FOURRAGES

Protégez votre ensilage

kg

de

-

rages

Évitez les toxines Les toxines nuisent

permet de freiner le développement de toxines dans les ensilages et produits d’ votre facture de produits d’ annuellement?

Ensilage fraîchement récolté

Selon une étude réalisée au Collège Macdonald, soigner un ensilage fraîchement récolté et non traité (dessus de silo ou bunker) engendre une perte de lait de 18 té avec . Les résultats de l’étude démontrent clairement qu’avec un ensilage non traité le pic de pertes de lait survient à la 4e semaine. Comment minimiser ces pertes? supérieures de silo ou bunker et stabiliser votre ensilage avec

.

chement récolté nécessaire pour alimenter votre troupeau pendant 5 semaines.

’élève

100 vaches produiront 1350 $ (75 $/hl) de lait de plus en 5 semaines avec une application de Solution Foin (5 litres/t) dans la partie supérieure de votre silo

Silo-tour: soit le volume d’ensilage nécessaire pour alimenter votre troupeau pendant 5 semaines à une dose de 5 litres/tonne de

14

traiter avec

?

______vaches X _______kg/vache X 35 jrs = ______ kg à traiter (a) il y a ________ kg d’ensilage dans une boîte d’ensilage (b) kg à traiter (a) _______ ÷ kg par boîte (b) ________ = ______________ nombre de boîtes d’ensilage à traiter


ON TI UC A L E OD IM PR A N

Bunker: Malgré une excellente compaction, il y aura toujours présence d’oxygène dans les 45 derniers cm (1½ pieds) sur le dessus de votre bunker.

Comment évaluer la quantité de Solution Foin nécessaire pour traiter la partie supérieure d’un bunker de 100 X 40 pieds? Exemple: Protéger une épaisseur de 1½ pieds Dimension du bunker (L X l): 100 pieds X 40 pieds 100 pieds X 40 pieds X 1½ pieds = 6000 pieds³ Compter 19 kg d’ensilage par pied³ 6000 pieds³ X 19 kg ÷ 1000 kg/t = 114 t 114 t d’ensilage à traiter X 5 l/t = 570 litres Il faut donc 570 litres de Solution Foin pour protéger le dessus du bunker.

L’oxygène: le grand responsable du développement des levures et des moisissures. En présence d’oxygène et en quelques heures, les levures et les moisissures colonisent les fourrages. L’application de Solution Foin, un acide propionique tamponné, dans les silos-tours ou les bunkers freinent rapidement leur développement. Ainsi même en présence d’oxygène, la qualité de votre fourrage sera maintenue.

PROMOTION EXCLUSIVE AUX MOTOCYCLISTES

NOUVEAUTÉ

Promo

-3

¢

estivale

CET ÉTÉ, PENSEZ À VOTRE ÉPANDAGE DE CHAUX!

/ LITRE

À FORFAIT : ÉPANDAGE DE CHAUX ET D’ENGRAIS À TAUX VARIABLE, DISPONIBLES À VOTRE COOP! CONTACTEZ VOTRE EXPERT-CONSEIL OU LE 819 292-2303 #1004.

SUR LE SUPER EXCLUSIVITÉ SAINT-ÉDOUARD PARISVILLE SAINT-PIERRE-LES-BECQUETS

15


RU M IN AN T

!

SALMONELLA DUBLIN (LA SUITE) Dans le précédent article, je faisais mention que la maladie est présente dans notre région et qu’elle est transmissible à l’humain. Toute la filière se mobilise depuis plusieurs mois afin d’établir des recommandations en matière de biosécurité qui minimiseront les risques de propagation.

MESURE DE PRÉVENTION Considérant que la bactérie peut survivre sur des bottes et des vêtements contaminés par du fumier, les spécialistes s’entendent sur certaines mesures de prévention.Au moyen d’affiches, informez les visiteurs de l’endroit où ils doivent se présenter et qui contacter à leur arrivée • Exiger le port de bottes propres ou jetables et le port de vêtement propre pour TOUS LES VISITEURS

MODIFICATION ET/OU AJOUT DE MESURE DE SÉCURITÉ Un guide des bonnes pratiques a été élaboré par le réseau La Coop afin de mettre en place à la ferme certaines mesures. Cette démarche est en ligne avec la certification obligatoire « Proaction » à laquelle les producteurs laitiers devront se conformer prochainement et celle-ci comporte 6 volets, dont un sur la biosécurité à la ferme. Dans cet élan, votre Coop, soucieuse de la santé de votre troupeau, de votre santé ainsi que celle de ces employés, apportera certaines modifications graduelles dans ces façons de faire.

16

• D’abord le port de bottes jetables sera obligatoire pour les expertsconseils qui entreront à la ferme (prévoir une poubelle à l’extérieur de la zone contaminée) • Lors d’une visite à la ferme avec contact d’animaux, le port d’un survêtement propre par l’expert-conseil pourra être exigé par le client. Votre Coop défraiera 50% du survêtement qui restera à la ferme et sera sous la responsabilité du client pour l’entretien • Les experts-conseils devront se laver les mains à la sortie des bâtiments • Les livreurs de sacs auront la permission de circuler seulement dans les endroits exempts de fumier. Prévoir un endroit propre dédié à la livraison des sacs. Nous sommes conscients que ces mesures modifieront certaines habitudes. Elles seront appliquées graduellement, mais ne pourrons les ignorées. Il apparait évident que les mesures de biosécurité évolueront dans l’industrie. Votre COOP s’adapte aux nouvelles réalités pour permettre la pérennité de votre entreprise. Vos principaux alliés dans cette nouvelle réalité sont votre vétérinaire et votre expert-conseil Coop.

NORMAND ROY

Directeur des ventes végétale-ruminant, T.P. Centre de service Seigneurie-Parisville

BIOSÉCURITÉ TOUS LES VISITEURS AUTORISÉS DOIVENT : Se laver les mains avec un désinfectant Avoir des vêtements propres n’ayant pas eu de contact avec d’autres animaux Porter des bottes propres et désinfectées ou jetables


LA TOURNÉE RELÈVE LA COOP

Au 50e FESTIVAL WESTERN DE ST-TITE 2017 Jeudi le 14 septembre 2017 Rodéo section platine 103 et 107 Coût : 45 $ par personne (taxes en sus) Nombre de billets limité!

Inclut le transport et un billet section platine pour le rodéo. Départ à 13 h 30 de Parisville, arrêt à Gentilly

Retour : départ à 1 h 30 de Saint-Tite Procurez-vous votre billet dès maintenant ! Procurez-vous votre billet dès maintenant!

DE RETOUR À LA DEMANDE GÉNÉRALE Les meilleurs billets disponibles!

Réservation avant le 15 août 2017 819-292-2303 #1200


SERVICE D’ARROSAGE À FORFAIT LA COOP EFFICACITÉ RECHERCHÉE ICI

Mettez vos énergies là où vous êtes irremplaçables, La Coop s’occupe de vos mauvaises herbes

La Coop Parisville Découvrez ou redécouvrez le service d’arrosage à forfait La Coop. Suite à sa visite au champ, votre expert-conseil vous proposera un plan d’action optimal comprenant le choix des herbicides les plus performants pour vos cultures, les horaires d’arrosage, un suivi tout au long de la saison, et ce, à des prix compétitifs.

108944-04-16

Ce forfait est offert pour toutes les cultures. Parlez-en à votre expert-conseil. www.parisville.coop

|

819 292-2322 La Coop est une marque de commerce de La Coop fédérée.


PERFORMANCE RECHERCHÉE ICI

PÉTROLE

PROPANE

BIOLUBRIFIANTS

FED

ÉQUIPEMENTS

RÉSERVOIR D’ENTREPOSAGE • • • •

Étiquette d’homologation ULC-S601 D’une capacité de 570 à 4550 litres De qualité supérieure Épaisseur de l’acier 2,5 mm Aussi disponible : • Revêtement anticorrosif au polyuréthane

VOS ÉGEZ T TS, O R P EM E N S S I T INVES Z LE FILTRE. CH A N

GE

• Certificat de garantie exclusive à Sonic

107601-10-13

Informez-vous auprès de votre représentant Sonic pour en connaître plus sur nos offres et promotions.

s o ni c . c o o p

I Sonic est une marque de commerce de La Coop fédérée.


RDU PR EM OF FEIN IL RAM NET

FERME AGRIBERT

LAURIE LAFONTAINE CÔTÉ

Coordonnatrice aux communications et marketing

DEC en production laitière à LévisLauzon. À ce jour, Christian possède 60 % des parts et Dominique 40 %. Le couple a quatre enfants de 19, 16, 13 et 12 ans à qui ils souhaitent transmettre leur amour pour l’agriculture.  L’aînée, Marguerite, fait présentement sa technique en agriculture au cégep de Victoriaville. Il y a quelques années, Dominique a découvert qu’elle avait des problèmes de santé respiratoire qui l’empêchait de continuer à s’impliquer sur la ferme. Elle travaille maintenant comme technicienne de laboratoire dans une pharmacie. Christian est maintenant seul à travailler sur la ferme, c’est pourquoi il doit prendre des décisions dans le but de tout maximiser. Son objectif est de s’améliorer tout en gardant Christian Hébert représente la 4e génération de la ferme Agribert. Issu d’une famille de 5 enfants, il était le seul à avoir de l’intérêt à reprendre la ferme de son père qui était prêt à vendre à 60 ans. Christian a donc acheté la ferme après avoir terminé son DEP en agriculture à St-Anselme en 1997, alors qu’il n’avait que 22 ans. Avant d’entreprendre les démarches du rachat de la ferme familiale, il a fait un DEP en réfrigération, puis a réalisé qu’il préférait le mode de vie d’un agriculteur. Pendant ses études en réfrigération, Christian a fait la rencontre de sa conjointe Dominique qui est originaire de Québec. Celle-ci a tout de suite eu de l’intérêt à s’impliquer sur la ferme avec son amoureux. Elle est même allée faire son

20

la même grosseur d’infrastructure. Les enfants ont chacun leurs tâches à la ferme puisqu’ils aident leur père après l’école. Parfois, il se fait aider par des employés occasionnels ou encore des stagiaires en période estivale. D’ailleurs, l’été dernier il a

accueilli un stagiaire français pour l’été. Il a tellement aimé l’expérience que la famille en accueillera un nouveau pour la saison estivale 2017.

ÉVOLUTION DE L’ENTREPRISE L’entreprise a beaucoup évolué depuis son achat en 1997. Avant, il y avait 30 vaches et 16,4 kilos, dont la moitié du troupeau était inséminé avec des semences de taureaux de boucherie. Il a travaillé pour remonter la génétique de son troupeau qui est aujourd’hui composé de 42 têtes et 41,62 kilos. En 2000, il a agrandi l’étable et a fait l’ajout d’une entrée pour les balles rondes, puis en 2001 il a intégré un robot pour la moulée. En 2006, il a construit un silo pour le maïs et le foin, en 2013 et 2014 il a fait l’intégration du RTM, puis en 2010 il a construit une nouvelle maison. Depuis ses débuts, Christian a changé l’alimentation et le soin qu’il porte à son troupeau. Au niveau des terres, la superficie est la même que lorsqu’il a acheté de son père, soit 120 acres, qu’il cultive maintenant en prairies et en maïs. Il a intégré le maïs ensilage dans la ration des vaches pour pouvoir aller chercher plus de rendement sans avoir à acheter d’autres terres qui sont rares dans la région. Son but est d’être complètement autosuffisant pour l’alimentation de ses animaux pour avoir le moins d’intrants possible à acheter, mais pour l’instant ce n’est pas possible vu la non-disponibilité des terres.


IL E OF M PR F ER DE

du service et des produits du réseau La Coop. La proximité des services en région que lui apporte La Coop de Parisville est un avantage non négligeable. Il est membre de la Cuma de Leclercville pour la plupart des machineries dont il a besoin, sauf les tracteurs qui lui appartiennent complètement.

ESPRIT DE COOPÉRATEUR

PASSION ET PROJETS

Le grand-père de Christian était parmi les fondateurs de La Coop Parisville. Cette passion s’est transmise de père en fils puisque le père de Christian s’est impliqué énormément au niveau de Desjardins, Agropur, la Cuma de Leclercville, etc. Christian croit qu’il est avantageux de faire affaire avec une coopérative puisque les profits sont redistribués et que les prix sont les mêmes pour tout le monde, ce qui n’est pas le cas avec une entreprise privée. Il aime avoir la chance d’émettre son opinion lors des assemblées générales annuelles ou encore avoir la possibilité d’avoir une proximité dans le pouvoir décisionnel. Il apprécie la qualité

Outre l’agriculture, Christian est un grand sportif, passion qu’il essaie de transmettre à ses enfants, qui sont sa plus grande fierté ainsi que sa plus grande réalisation. Il s’est également beaucoup impliqué dans plusieurs organisations, comme le Groupe Conseil, l’UPA, la relève agricole, etc.

son tour et essayer autre chose lorsqu’il sera le temps pour la relève de prendre la place. Félicitations aux propriétaires pour le beau travail et bonne continuité!

Pour l’avenir, Christian souhaite continuer d’améliorer son entreprise pour qu’elle soit attirante pour une relève éventuelle. Il attend de voir s’il aura de la relève avant d’entamer de gros projets, car il aimerait que les idées viennent des enfants pour qu’ils aient une entreprise à leur goût. Il serait prêt à se retirer à

21


/RestoBoisClair


LE NOUVEAU CARNET DE CHAMPS NUMÉRIQUE

MAINTENANT DISPONIBLE!

Plus simple que jamais, inscrivez instantanément vos données et observations aux champs.

Ayez toujours à portée de la main les informations relatives à vos champs. Fini les piles de cahiers!

Poussez encore plus loin vos analyses en le combinant à nos autres outils d’agriculture de précision.

110240-03-17

Le nouveau carnet de champs numérique s’inscrit dans notre forfait d’outils d’agriculture de précision. Pour en profiter et investir là où ça compte vraiment, contactez votre expert-conseil dès maintenant. h t tp s://s o lu ti o n s te c hl c f. c o m La Coop est une marque de commerce de La Coop fédérée.


Vos avantages en commandant vos semences ELITE® : • • •

Profitez d’une gamme de fourragères de la plus haute qualité Tirez le maximum de profit de vos champs Bénéficiez de promotions avantageuses

La Coop Parisville

110327_05-17

Contactez votre expert-conseil pour en savoir plus sur les promotions en cours, ou visitez le elite.coop w w w. l a c o o p. c| o819 o p 292-2303 Parisville.coop Elite est une marque de commerce de La Coop fédérée.

L'Élan Coop- Été 2017  
L'Élan Coop- Été 2017  
Advertisement