Page 1

La revue des membres et clients de La Coop Covilac Été 2017

UNE RELÈVE POUR

LA FERME JANIROBY

WWW.COVILAC.COOP


02

MOT DE LA PRÉSIDENTE ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

Dans ce numéro : Agroenvironnement DRAINAGE ET CHAULAGE

04

CARTE DE RENDEMENT

06

MOT DE LA PRÉSIDENTE ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

Production végétale QUIZZ

10

GRAINS-PROMOTION

11

Jeannine Chartrand, TP Présidente du conseil d’administration

Production animale PORCIN

12

PORCIN

13

PORCIN

14

RUMINANT

16

Profil d’entreprise LA FERME JANIROBY

20

Quoi de neuf ? À METTRE À VOTRE AGENDA

24

Richard Laroche, agr. Directeur général

Le printemps 2017 a été marqué par la saison pluvieuse qui a retardé les travaux aux champs. Le début de l’été a donc été très chargé, autant pour notre équipe de ventes que pour les producteurs, qui ont dû s’adapter à cette situation que seule dame nature contrôle. En espérant que la saison estivale sera meilleure, ce qui permettra de rattraper le retard causé par la pluie.

VISION 2020 L’an dernier à pareille date, le réseau La Coop menait à terme sa réflexion sur la réforme proposée du modèle d’affaires et des structures des coopératives incluant la fédérée, que l’on a appelé la Vision 2020. Présentée à la réunion semestrielle 2016, cette modernisation majeure du réseau amène son lot de discussions et de positionnements de la part des conseils d’administration des coopératives. Certaines sont passées à l’action et des discussions pour plusieurs d’entre elles sont en cours. Pour ce qui en est de La Coop Covilac, le conseil d’administration analyse les différentes opportunités tout en gardant en arrière-plan que le plan d’affaires du futur devra être pertinent pour nos membres et clients.


MOT DE LA PRÉSIDENTE ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

LES ACTIVITÉS En avril dernier a eu lieu le Forum coopératif féminin annuel où plus de 120 coopératrices du réseau ont assisté aux conférences de Mme Andrée Dupont sur l’influence ainsi que de Mme Geneviève Everell de sushis à la maison, sur la persévérance. Cette journée permet aux femmes d’échanger, tout en approfondissant leurs connaissances sur différents sujets.

DÉVELOPPEMENT DURABLE Étape 1. Rincez Tous les contenants devraient être rincés trois fois ou rincés sous pression avant de les apporter au centre de recyclage. Le contenant doit être propre avant le début du processus de recyclage. Si le contenant n’est pas rincé à son arrivée au site, certains sites le rejetteront sur-le-champ. Pour aider à nettoyer le contenant, les producteurs peuvent utiliser un appareil qui perce le fond du contenant et qui envoie de l’eau sous pression dans le contenant pour le rincer complètement. L’utilisation de cet appareil permet au producteur d’obtenir un contenant propre et de mettre l’eau du rinçage dans le réservoir du pulvérisateur. Pour obtenir des directives plus détaillées, veuillez consulter nos procédures standards de rinçage des contenants. Étape 2. Retirez

Il nous fait plaisir de vous convier au prochain tournoi de golf annuel qui aura lieu le 13 juillet prochain au Club de Golf Continental de Sorel. À chaque année, c’est un plaisir pour les administrateurs ainsi que les employés de vous rencontrer dans une ambiance festive et décontractée.

Le capuchon et le livret doivent être retirés. L’étiquette collée peut demeurer sur le contenant. Le livret de papier ne peut être recyclé par le même processus de recyclage que celui du contenant. Le capuchon doit être enlevé, car il est fabriqué d’un plastique différent de celui du contenant. L’anse en métal que l’on retrouve régulièrement sur les chaudières de fertilisants devrait être enlevée. Étape 3. Rapportez Les producteurs agricoles devraient rapporter leurs contenants au site de collectes le plus près, afin qu’ils soient recyclés.

Cette année, la Journée parcelles aura lieu le 7 septembre au plan d’engrais de Baie-du-Febvre! Les détails vous seront communiqués dans les prochaines semaines! Pour une deuxième année consécutive, notre magasin BMR de Covilem organise une journée forestière et agricole, comprenant compétitions de bucherons, conférences, fournisseurs, nourriture et bien plus encore. Des nouveautés seront prochainement annoncées pour cette version 2.0 de l’événement.

DÉVELOPPEMENT DURABLE La Coop Covilac est maintenant un site AgriRÉCUP autorisé, qui nous permet de récupérer les sacs de semences ainsi que les contenants de pesticides vides.

COLLECTES DES SACS VIDES DE SEMENCES ET DE PESTICIDES Comment faire? 1.

Procurez-vous gratuitement des sacs de collecte chez votre détaillant de produits agricoles ou chez votre vendeur de semences.

2.

Assurez-vous que vos sacs de semences ou de pesticides sont complètement vides.

3.

Placez les petits sacs vides dans le sac de collecte en plastique et refermez-le bien. Les sacs de vrac doivent être pliés et bien ficelés en paquets de six.

4.

Rapportez les sacs de collecte bien fermés à votre site de collecte. Les sacs seront acceptés sans frais et seront acheminés à un site où ils seront éliminés de façon sécuritaire.

Nous souhaitons une belle saison estivale à tous! Au plaisir de vous rencontrer!

03


04

AGROENVIRONNEMENT

SUBVENTIONS POUR LE DRAINAGE ET LE CHAULAGE DES TERRES AGRICOLES

Josy Belzil, agr. Représentante SATEG

Les dépenses admissibles sont notamment, la réalisation d’un plan de drainage, l’achat et la pose de drains, la construction de tranchées filtrantes, le modelage en planche, l’abaissement de butte, le nivellement de surface. Pour le chaulage, les travaux visent une correction importante de l’acidité. Les dépenses admissibles sont notamment l’achat, le transport et l’épandage de chaux agricole. Sont exclus des projets admissibles, les travaux de chaulage, d’entretien, ainsi que les travaux de chaulage d’une érablière.

Le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) a bonifié son PROGRAMME DE SOUTIEN AU DRAINAGE ET AU CHAULAGE DES TERRES. Ce programme vise à améliorer la productivité et à revaloriser des terres offrant un potentiel de culture par l’augmentation des superficies drainées et chaulées dans les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de l’AbitibiTémiscamingue et du Nord-du-Québec, ainsi que dans 34 municipalités régionales de comté (MRC) désignées comme prioritaires. En Estrie, les MRC

En Chaudière-Appalaches, les MRC

Le Granit Le Haut-Saint-François

Les Appalaches Beauce-Sartigan

Dans notre secteur ont y retrouve : Les projets admissibles sont : Pour le drainage, les travaux suivants :

• le drainage souterrain systématique; • le drainage souterrain parcellaire; • le drainage de surface.

L’aide financière totale pouvant être accordée à un demandeur admissible pendant la durée du programme ne peut excéder le plus bas des deux montants suivants : 50 000 $ ou 50 % des revenus agricoles bruts. Une demande d’aide financière doit être acheminée au MAPAQ au plus tard le 1er septembre 2018. Le département SATEG peut vous aider à monter vos projets de drainage et faire les recommandations en chaux. Contactez-nous : 819 758-4770 poste 615.

AU CENTRE-DU-QUÉBEC Pour les producteurs du Centre-du-Québec et autres régions, le PROGRAMME D’APPUI AU DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES DU QUÉBEC de la Financière agricole du Québec vous est aussi accessible. L’aide financière accordée en vertu du présent programme prend la forme d’une subvention à l’investissement. La société peut verser à une entreprise admissible une aide financière de 13,33 $ par tranche de 100 $ de financement admissible sur un capital de prêt d’au plus 150 000 $. Cette aide équivaut à un remboursement des intérêts à un taux correspondant à 3 % pendant cinq ans. L’aide financière maximale par entreprise est de 20 000 $ et est payée en deux versements par année pendant une période maximale de cinq ans.


AGROENVIRONNEMENT

L’ÉQUIPE LA COOP VOUS OFFRE

DES SERVICES AGROENVIRONNEMENTAUX PROFESSIONNELS, DIVERSIFIÉS ET QUI RÉPONDENT À VOS BESOINS!

Services en Agroenvironnement Technico-Économique & Géomatique

SERVICES OFFERTS :

Chaux à taux variable

✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓ ✓

Élaboration de plan de nivellement par un ingénieur PROGRAMME PRIME‑VERT 2013‑2018 Traitement des données pour cartes de rendement AMÉNAGEMENT D’OUVRAGES DE Imagerie satellite Échantillonnage de sol par GPS, recommandation d’engrais CONSERVATION DES SOLS et de chaux à taux variable Agriscan : Rapport Technico-Économique Le MAPAQ offre un soutien aux producteurs désirant faire PAEF, Bilan Phosphore des aménagements de conservation des sols tels que voie PAA, demande de certificat d’autorisation, avis de projet Recommandation d’amas au champ et/ou enrochée), rigole d’interception d’eau (engazonnée Échantillonnage et analyse de sol (engazonnée et/ou enrochée), avaloir… Plusieurs spécificités Analyse de fumier, lisier, MRF, aide à la caractérisation sont à voirenselon l’endroit Recommandation chaux pour érablière où se trouve l’érosion. Vous pouvez Compost de boues Gaudreau communiquer avec Christopher Liebrecht agr. ing., pour évaluer Surveillance de chantier votre admissibilité au programme : 819 758-4770 poste 655. Demande d’autorisation pour sablière, gravière et carrière.

NOS PRIX SONT COMPÉTITIFS ET NOTRE STRUCTURE DE PRIX RESPECTE LES BESOINS ET LA DIMENSION DE VOTRE ENTREPRISE! N’hésitez pas à contacter notre équipe pour de plus amples renseignements.

SAVIEZ-VOUS QUE...

819 396-2022

vous pouvez améliorer vos profits l’humidité 450 783-6491 en contrôlant 819 758-4770 dans vos poulailliers ?

COMMENT ? LE CONTRÔLE DE L’HUMIDITÉ

q DIMINUTION DE L’AMMONIAC dans les poulaillers

q AUGMENTATION DU POIDS DES OISEAUX

q PLUS DE PROFITS

w w w. son ic . coop

exposeimage.com

Les fins d’un projet doivent concerner un investissement pour la réalisation de travaux d’amélioration foncière, tels Topographie que le chaulage de correction, le drainage ou la remise en culture de terres en friche. Un tel projet doit être appuyé par un budget partiel, soit un budget réalisé par un conseiller et qui présente une prévision annuelle, portant au moins sur trois ans, des revenus, des dépenses, des emprunts et des investissements liés au projet afin de mesurer l’augmentation des revenus et de l’efficacité de l’entreprise. De plus, selon la Plan d’écoulement nature du projet, celui-ci doit être appuyé par un diagnostic préparé par un conseiller ou un plan réalisé par un ingénieur. L’équipe SATEG compte déjà plusieurs projets à son actif!

05


06

AGROENVIRONNEMENT

LES CARTES DE RENDEMENT SONT PAYANTES!

Jean-Michel Laroche, agr. Agro-économiste SATEG

Christopher Liebrecht, ing., agr. Représentant ruminants et SATEG

CARTES DE RENDEMENT

ANALYSES DE SOL PAR ZONE

Aujourd’hui, beaucoup de producteurs ont accès à leurs données de rendement, soit par les capteurs de rendement de batteuse, soit par des images prise par drone ou par imagerie satellite. Pour la carte de rendement, les zones vertes indiquent les zones de haut rendement et les zones rouges, les zones de faible rendement.

Afin de rectifier un problème de fertilité au niveau du champ, on établit des analyses de sol par zone. Grâce aux cartes de rendement, on identifie les zones à fort et faible rendement pour ensuite établir des zones de gestion où des échantillons de sol géolocalisés seront pris. Cela permet une réduction du nombre d’échantillons à prendre, comparativement à la méthode de quadrillage, tout en gagnant beaucoup plus de précision. Par exemple, dans le champ ci-contre de 31,45 hectares (78 acres), seulement 17 échantillons ont été pris. Le nombre d’échantillons à prendre varie grandement en fonction de la carte de rendement.

Pour les producteurs voulant se servir de leurs données de rendement, il faut communiquer avec leur forfaitaire afin d’être certains que les champs sont identifiés dans le GPS de la batteuse. La manière la plus sécuritaire de s’assurer que les données sont bien enregistrées est de demander à votre conseiller d’exporter vos contours de champ dans le GPS de la batteuse avant de commencer les travaux. Dans un cas où les contours de champ ne sont pas disponibles, le producteur devra minimalement fournir ses plans de ferme à l’opérateur de la batteuse. Les cartes de rendement sont très utiles puisqu’elles permettent de facilement observer les zones à faible rendement dans les champs et d’identifier la raison potentielle de cette perte. Est-ce un problème de drainage souterrain ou de surface, un problème de structure de sol ou un problème de fertilité? Une évaluation du champ avec votre représentant vous permettra de déterminer la nature du problème et celui-ci saura vous guider sur les mesures à entreprendre et à prioriser pour rectifier la situation.

Moins il y a de disparité au niveau du rendement, plus on peut réduire le nombre d’échantillons à prendre. Le conseiller doit placer les points à échantillonner en fonction des zones de fort, moyen et faible rendement. Ensuite, avec une unité GPS portative, le conseiller est en mesure de prendre des échantillons exactement à l’endroit désiré. Grâce aux résultats des analyses, on peut cibler le ou les éléments qui peuvent limiter le rendement selon les zones.


AGROENVIRONNEMENT

PLAN D’ÉPANDAGE À TAUX VARIABLE Finalement, grâce à la technologie GPS et à un épandeur de précision, il est possible d’adapter de façon optimale la quantité d’engrais à appliquer selon les besoins en éléments de la zone ciblée. Autrement dit, avoir la bonne dose, au bon moment et au bon endroit. Par exemple, dans le cadre d’un épandage de potasse (0-0-62) dans le champ témoin, la dose à appliquer varie grandement selon l’endroit où l’on se situe dans le champ. La dose varie de 65 kg/ha (zones vertes) jusqu’à 129 Kg/Ha (zones rouges). La quantité totale à épandre pour le champ témoin est de 3185 kg. Lors d’un épandage à taux fixe, avec la même quantité à épandre, la recommandation moyenne du champ serait de 101 Kg/Ha. Il y a donc des économies d’engrais à aller chercher pour les sections de champs où la dose appliquée est plus grande que celle nécessaire. Ces économies permettent de facilement rembourser le coût d’utilisation de l’épandeur de précision (30 $/T), soit un montant de 105 $ pour le champ témoin. De plus, l’augmentation du rendement obtenue grâce au taux variable d’épandage pour les zones problématiques, a un effet positif sur le portefeuille des agriculteurs, en plus d’être plus écologique au niveau de l’environnement. Pour tous renseignements, contactez Christopher Liebrecht au 819 679-8764 ou Jean-Michel Laroche au 819 350-6327.

LA TOURNÉE RELÈVE LA COOP

Au 50e FESTIVAL WESTERN DE ST-TITE 2017 Jeudi le 14 septembre 2017 Rodéo section platine 103 et 107 Coût : 45 $ par personne Nombre de billets limité!

(taxes en sus)

Inclut le transport et un billet section platine pour le rodéo. Départ : 13 h 30 de Baie-du-Febvre

Retour : départ à 1 h 30 de Saint-Tite Procurez-vous votre billet dès maintenant ! Procurez-vous votre billet dès maintenant!

DE RETOUR À LA DEMANDE GÉNÉRALE Les meilleurs billets disponibles!

Réservation avant le 15 août 2017 450 783-6491 #1221 819-292-2303 #1200

Une réservation constitue un engagement financier.

07


LE NOUVEAU CARNET DE CHAMPS NUMÉRIQUE

MAINTENANT DISPONIBLE!

Plus simple que jamais, inscrivez instantanément vos données et observations aux champs.

Ayez toujours à portée de la main les informations relatives à vos champs. Fini les piles de cahiers!

Poussez encore plus loin vos analyses en le combinant à nos autres outils d’agriculture de précision.

110240-03-17

Le nouveau carnet de champs numérique s’inscrit dans notre forfait d’outils d’agriculture de précision. Pour en profiter et investir là où ça compte vraiment, contactez votre expert-conseil dès maintenant. h t tp s://s o lu ti o n s te c hl c f. c o m La Coop est une marque de commerce de La Coop fédérée.


C’est vous qui avez le plus beau champ ELITE de votre région? ON VEUT VOIR ÇA! Pour participer et courir la chance de gagner de nombreux prix, publiez une photo de vous dans vos champs sur Facebook ou Twitter et inclure : • Le hashtag #CHECKMONCHAMPELITE • Le nom de la ferme

• Le nom de la coopérative • Le type de semence

110327_05-17

Pour plus d’informations, consultez ELITE.coop w w w.e l i te . c o o p Elite est une marque de commerce de La Coop fédérée.


10 GRAINS

UN PETIT QUIZZ FACILE… ET PAYANT!!!! Courez la chance d’obtenir plus pour vos grains grâce à ce petit QUIZ qui mettra à l’épreuve vos connaissances!

Pour gagner :

Voici comment participer!

Donnez-nous 4 bonnes réponses sur 5 et obtenez 1 $ supplémentaires au prix de base applicable sur un nouveau contrat. Si vous en avez 5, alors vous obtiendrez 2  $ supplémentaires!

1. Appelez-nous au 1 800 661-6494 / 450 783-6491

(Seulement une participation par ferme/producteur et pour 1 seul contrat, jusqu’au 31 juillet.)

2. Demandez-nous nos prix, que ce soit pour le maïs, le blé, l’orge ou le soya, pour le mois désiré! 3. Ensuite, dites-nous que vous voulez participer à notre QUIZ…et c’est parti pour la victoire!!! Qui seront les gagnants???

Voici les 5 questions du QUIZ : 1. Avec quelle Coop sommes-nous en partenariat?

4. Quelle est la conversion en boisseaux pour le blé?

2. Quelle quantité contient notre nouveau silo installé à l’été 2016?

5. En 1936, 14 000 fermes sont abandonnées dans les prairies canadiennes. Comment se nomme ce phénomène? (Voir les 5 photos)

3. Le prix du grain est composé de deux facteurs, lesquels?

N’HÉSITEZ PAS À COMMUNIQUER AVEC NOUS! 1-800-661-6494 / 450-783-6491 Renée Pérusse #5222, Nathalie Cloutier #5224, Josée Maclure #5010, Comptabilité RSSL Nathalie Ouellet #5249


GRAINS

PRODUCTION VÉGÉTALE

PROFITEZ DE NOTRE

PROMOTION ENTREPOSAGE ET SÉCHAGE NOUVELLE RÉCOLTE 2017 Maïs et fève soya! CHOISISSEZ PARMI LES OPTIONS SUIVANTES : Nathalie Cloutier Coordonnatrice à la commercialisation RSSL

ENTRER VOTRE MAÏS HUMIDE À LA COOP C’EST PAYANT!!!! 1. Pour l’Entreposage, les frais seront seulement de 5$/mt jusqu’au 31 mars 2018. 2. Si vous entreposez votre maïs sec, le prix sera de 10 $/mt jusqu’au 31 mars 2018. 3. Si vous voulez poursuivre, les frais seront de 2 $/mt supplémentaires par mois. 4. Les frais de séchage seront facturables sur réception du grain.

FÈVE SOYA : 1. Les frais d’entreposage seront de 10 $/mt jusqu’au 31 mars 2018. 2. Si vous voulez poursuivre, les frais seront de 2 $/mt supplémentaires par mois. 3. Minimum de 37 mt pour accéder à un contrat Entreposage. 4. MODIFICATION concernant la quantité à fermer sur votre contrat Entreposage : 37 mt/min

5. Minimum de 37 mt pour accéder à un contrat Entreposage. 6. MODIFICATION concernant la quantité à fermer sur votre contrat Entreposage : 37 mt/min

L’équipe RSSL vous souhaite un bel été!

11


12

PRODUCTION ANIMALE

PORCIN

LA FILIÈRE PORCINE COOPÉRATIVE, UN PLACEMENT RENTABLE Les membres de la Filière porcine coopérative ont eu d’excellentes nouvelles lors de la dernière Assemblée générale annuelle de La Coop fédérée, qui se déroulait les 22 et 23 février derniers à Québec. Avec des résultats financiers 2015-2016 exceptionnels, le conseil d’administration de La Coop fédérée a annoncé le versement de dividendes nets de 10,8 millions de dollars aux membres de la Filière porcine coopérative, dont 50 % de ce montant sera remis en comptant dès juillet prochain. Par exemple, un éleveur naisseur-finisseur, membre de la Filière, possédant 300 truies, devrait recevoir cette année un dividende de plus de 75 000 $. Rappelons que cette association, qui compte aujourd’hui 204 membres, a été créée en 2011 pour développer une coordination entre l’ensemble des intervenants de la Filière coopérative, soit les producteurs de porcs, les coopératives, Olymel et La Coop fédérée. Toutes ces actions concertées

Joël Zummo, agr. Directeur général, RP2R sec

ont permis plusieurs avancements, notamment en ce qui touche la qualité de la viande, l’enjeu numéro un pour conserver nos marchés et en conquérir de nouveaux. En plus des remises d’escomptes Porc Coop liées au respect du cahier des charges, les membres de la Filière porcine ont bénéficié de retombées de plus de 55 millions de dollars depuis sa création, en 2011. C’est réellement la preuve que le réseau La Coop a su s’organiser pour que tous les maillons de la chaîne de production porcine La Coop, incluant Olymel, puissent tirer avantage des efforts de chacun, et cela de façon permanente. Bravo et merci aux instigateurs de cette Filière porcine coopérative. Félicitations aussi aux membres producteurs et aux intervenants pour leurs efforts quotidiens afin d’en assurer la pérennité. C’est avec des actions coordonnées que notre réseau a décidé de poursuivre sa croissance.

SANTÉ ANIMALE

+

À quand remonte votre dernier traitement d’eau? • Puits artésien • Lignes d’eau • Réservoirs • Eau d’abreuvement

Consultez nos spécialistes pour une solution personalisée!

solution@westpenetone.com 514 355-4660 1 800 361-8927


PORCIN

PRODUCTION ANIMALE

LES CONTRAINTES DU TRANSPORT DE PORCS À L’ABATTOIR Éliane Faucher, agr. Experte-conseil en production porcine

Tout d’abord, le producteur pèse ses cochons et annonce à l’abattoir un nombre de prêt à partir, 48 à 72 heures ouvrables à l’avance. Ensuite, les gens de l’établissement émettent une heure à laquelle ils veulent recevoir les porcs. Le transporteur doit planifier le temps pour se rendre à la ferme, effectuer le chargement puis se rendre à la destination finale. Il informe ensuite le producteur à la ferme de l’heure d’arrivée de la remorque. Arrivé à la ferme, le camionneur doit estimer combien de porcs peuvent être réellement transportés. C’est le début des contraintes. La première information qu’il doit connaître est le poids approximatif des porcs qui vont embarquer. Si les porcs sont plus lourds que prévus, le camionneur peut prendre la décision d’en diminuer le nombre pour respecter la densité de son plan de remorque. Par la suite, il doit tenir compte des conditions climatiques. En effet, par temps de froid extrême ou, à l’inverse, de chaleur et d’humidité élevées, le nombre de porc doit varier.

Humidité relative (%) 24 oC

5

10

20

30

40

50

60

70

80

90

100

27 oC Température

Il ne faut pas croire que le transport d’animaux vivants est une simple affaire. Pour toutes espèces, il y a des exigences très strictes à respecter. Que ce soit pour le confort, la densité et la manipulation des bêtes, les personnes responsables de leur transport doivent s’assurer de leur bien-être en tout temps. Voyons un peu ce que ça représente pour le porc d’engraissement qui quitte la ferme pour se rendre à l’abattoir.

29 oC 32 oC 35 oC

38 oC Source : Guide de référence sur la manipulation et le bien-être des porcs durant le transport (2013)

Le diagramme ci-contre est la charte de stress causé par des températures chaudes et humides. La relation qui existe entre les 2 nous indique dans quelle zone nous sommes. La zone « Alerte » demande de charger 10 % de moins de porcs que la densité recommandée, tandis que celle « Danger » en demande 25 % de moins. La zone « Urgence » demande de reporter le transport par température plus clémente, si possible.

Pendant l’été, s’il fait plus chaud que prévu, il se peut que le camionneur refuse de charger tous les porcs annoncés. Il faut comprendre que ces mesures permettent de diminuer le stress des animaux et de prévenir au maximum la mortalité dans le transport. Même si ces mesures peuvent être frustrantes, elles sont bénéfiques en bout de ligne. Finalement, il ne faut pas non plus croire que le bien-être du cochon dans la remorque ne dépend que du bon déroulement du transport. À la ferme, les porcs doivent être préparés. Avant l’embarquement, une mise à jeun doit être faite pour éviter des cas d’hyperventilation, d’étourdissement et de vomissement. De plus, les outils de manipulation, la conformité du quai et l’éclairage des aires de chargement sont autant de points déterminants qui faciliteront l’expédition des porcs. Vous pouvez en tout temps contacter votre expert-conseil pour déterminer les éléments qui pourraient être améliorés dans votre élevage.

13


14

PRODUCTION ANIMALE

PORCIN

LE REGROUPEMENT PORCIN DES DEUX RIVES Stéfanie Archambault T.P. avec la collaboration de Nathalie Parent-Legault agr.

Le 1er mars dernier, une nouvelle association a vu le jour en production porcine. Depuis déjà plusieurs années, les coopératives Profid’Or, Comax, Covilac et Vivaco travaillaient ensemble afin d’offrir un service hors pair aux producteurs de porcs de ces réseaux. Cette association demeure et est bonifiée par l’implication de 2 nouvelles coopératives (Parisville et Montérégienne) ainsi qu’Olymel en tant que partenaire dans le RP2R ou Regroupement Porcin des Deux Rives.

Ce projet est en quelque sorte né avec Les fermes Boréales, projet de maternités collectives au Témiscamingue géré par Olymel. Il s’agit d’un très beau projet qui devrait régir tout près de 12 000 truies lorsque sa phase I sera achevée. Selon ce qui est annoncé pour le moment, aux termes du projet, le RP2R devra posséder 6000 truies et donc recevoir les milliers de porcelets que ces truies produiront au cours des prochaines années. Le but de ce projet a été énoncé à plusieurs reprises mais juste pour le souligner, ces constructions permettront un arrivage de porcelets sains dans les bâtiments de pouponnières et d’engraissement du sud de la province. La production porcine a eu un avenir incertain pendant plusieurs années. Aujourd’hui, nous sommes un grand pays exportateur de viande de porc et les clients demandent un produit de plus en plus précis. L’implication d’Olymel dans le RP2R permettra une communication sans faille entre le consommateur et les producteurs. Selon ce que

les consommateurs voudront, Olymel pourra nous faire part des modifications à faire, que ce soit génétique, alimentaire ou de toute autre nature. Olymel, un leader dans son domaine, veut continuer de se développer et pour se faire, elle doit s’assurer un approvisionnement en porcs de bonne qualité. L’entreprise a déjà fait connaître la qualité du porc produit au Québec. Maintenant, il faut continuer d’offrir une viande de bonne qualité en quantité suffisante pour répondre au besoin des acheteurs. Son association avec les coopératives impliquées en production porcine prouve la vigueur de notre production et démontre une confiance dans le savoir-faire des producteurs québécois. Il est certain que si notre province arrive à demeurer chef de file et à accroître sa production, tous les acteurs du secteur seront gagnants. Pour les coopératives, l’association avec Olymel ainsi que l’adhésion à la filière porcine coopérative permet un accroissement de la production tout en aidant à stabiliser et à augmenter les revenus du marché. Ces revenus bonifiés permettront de supporter la production et de la développer tout en respectant les plus hautes exigences en matière de salubrité et de bien-être animal. L’implication d’Olymel au niveau de la production assure aux éleveurs une garantie de demande de porcs élevés au Québec dans les abattoirs. Comme il s’agit d’un partenariat et que les abattoirs ont tout intérêt à investir dans la production afin de continuer de faire rouler leurs usines, il est déjà envisagé que ce regroupement vive une expansion de production sur le territoire couvert par le RP2R. Les opérations seront centralisées en un seul et même bureau à Notre-Dame-du-Bon-Conseil. L’ensemble de l’administration sera au sein du même bâtiment, ce qui devrait permettre une bonne communication de cette belle et grande équipe. Pour ce qui est de l’équipe technique, elle restera satellite dans l’ensemble du territoire que le RP2R couvrira. L’objectif de rassembler le personnel administratif


PORCIN

et de laisser les experts-conseils sur l’ensemble du territoire est facile à deviner. Une seule équipe technique permettra d’assurer les services pour l’ensemble des producteurs à un coût moindre. Les experts conseils conserveront leur bureau dans les secteurs qu’ils couvriront afin de toujours offrir un service de qualité aux producteurs. Le regroupement continuera de valider le choix des programmes alimentaires qui seront utilisés au sein des élevages mais la fabrication de la moulée restera sous la responsabilité des meuneries. La moulée sera donc vendue au RP2R pour ensuite être distribuée dans les bâtiments.

PRODUCTION ANIMALE

15

Joël Zummo, directeur du RP2R

En conclusion, ce nouveau regroupement amène un renouveau et peut apporter un lot de craintes, mais en regardant l’ensemble du portrait, il apporte beaucoup de positif. Si on se fie à un proverbe qu’on entend souvent et encore plus au sein des coopératives, seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin. Il est donc temps de se rassembler, producteurs et acheteurs, au sein d’un même projet et ainsi, qui sait jusqu’où nous nous rendrons!

DCOMM.PUB 5860

DEVENEZ ÉLÈVE D’UN JOUR!

QUELQUES PLACES ENCORE DISPONIBLES! INSCRIPTION : www.srafp.com

FORMATIONS :

INFORMATION :

Grandes cultures Production animale Mécanique agricole / Production horticole Fleuristerie / Horticulture et jardinerie Réalisation d’aménagements paysagers

819 293-5821, poste 2364 575, rue de Monseigneur-Brunault, Nicolet (Québec)

www.cfpriveraine.com


16

PRODUCTION ANIMALE RUMINANT

S’ADAPTER ET AVANCER AVEC LA BIOSÉCURITÉ! UNE AFFAIRE POUR TOUS…

Caroline Côté, T.P. Coordonnatrice secteur ruminant La Coop Covilac et Agrilait

La production laitière a été épargnée jusqu’à maintenant de crises sanitaires sérieuses comparativement à la production porcine. Mis à part des épisodes saisonniers et quelques cas de BVD il y a plusieurs années, le cheptel laitier n’a pas subi la pression d’agents infectieux variés comme cela a été le cas constamment dans le secteur porcin. Devant la menace réelle de pertes considérables, l’industrie du porc n’a eu d’autre choix que de modifier ses pratiques afin d’améliorer la biosécurité. Dès le début de cette prise en charge, le réseau La Coop a été très proactif dans toute la filière porcine.

Une infection en progression dans les troupeaux laitiers La direction de la santé publique du Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) suit la progression des cas d’infections à la Salmonella Dublin chez les bovins au Québec. En émergence depuis 2011, des infections liées à cette bactérie ont aussi été constatées chez les humains. Le caractère invasif de la maladie ainsi que la présence de souches multi résistantes aux antibiotiques nous invitent à la plus grande prudence. En résumé, chez les bovins, les veaux sont souvent les plus touchés. Les symptômes vont de la diarrhée sanguinolente à la septicémie et ce, même chez les vaches. Toutefois, les animaux infectés peuvent aussi être asymptomatiques mais contagieux, ce qui augmente le risque de propagation de la maladie, en plus de compliquer la détection. Pour plus de détails, veuillez consulter l’article La biodiversité, c’est d’abord l’affaire des entreprises agricoles (page 17).

Source : Guide des bonnes pratiques en Biosécurité, proposé par La Coop Fédérée. Pour informations complémentaires, veuillez consulter votre expert-conseil.

À la fin des années 90, le réseau La Coop a été avant-gardiste en optant pour le port de bottes jetables ou le lavage des bottes lors des visites de troupeaux laitiers. Cette initiative a suscité des questionnements au début, mais plusieurs vétérinaires et autres intervenants du milieu l’ont depuis reconnue à maintes reprises comme un geste proactif.


RUMINANT PRODUCTION ANIMALE

Une menace réelle Cependant, avec la progression des infections à la Salmonella Dublin et le risque autant pour l’humain que pour les animaux de développer des pathologies graves, nous devons faire un pas de plus en matière de prévention. Même si les nouvelles normes du volet biosécurité du programme proAction des Producteurs laitiers du Canada (PLC) entreront en vigueur en 2018, la situation indique qu’il est important d’améliorer dès maintenant nos pratiques afin de limiter la propagation de la Salmonella Dublin et d’autres pathogènes dans le futur. Évidemment, l’entrée d’animaux à la ferme est le facteur de risque numéro un et les producteurs devront apprendre à mieux gérer cet aspect.

Mobilisation du réseau Il est plus que souhaitable pour tout le réseau d’adopter rapidement de meilleures pratiques de biosécurité à la ferme et ce, même si d’autres intervenants n’ont pas encore réagi. Dans le cadre de nos activités commerciales, ceci concerne les visites de nos équipes ainsi que les livraisons d’aliments à la ferme. Ne pas être considéré comme vecteur de contamination potentiel deviendra un avantage et même une obligation professionnelle, alors que le contraire pourrait nous placer en situation litigieuse. Il est de la responsabilité de chaque coopérative d’informer ses employés, clients et intervenants, de planifier et d’effectuer la mise en place des nouvelles pratiques. En terminant, nous tenons à remercier le Dr Luc Bergeron de la santé animale au MAPAQ pour sa précieuse collaboration ainsi que l’AQINAC, PLQ, PLC et Valacta. 5

La biosécurité, c’est d’abord l’affaire des entreprises agricoles Au-delà de la prévention des infections dans le troupeau ou chez les humains, la principale raison d’adopter des méthodes de biosécurité est de réduire au maximum le risque de propagation d’agents infectieux d’une ferme à l’autre. Le plan d’action de biosécurité est d’abord l’affaire des propriétaires des entreprises abritant des sujets de l’espèce bovine. Il devrait donc être de la responsabilité des producteurs et des productrices d’établir les standards de biosécurité dans leurs sites d’exploitation. Ces standards pourront être définis en collaboration avec leur médecin vétérinaire ainsi qu’avec les autres partenaires de l’entreprise. Ils devront aussi s’intégrer aux exigences de l’industrie.

Bonnes pratiques de livrai­son des aliments à la ferme La livraison implique nécessairement l’entrée sur le site d’une ferme. De plus, le processus de livraison occasionne l’entrée dans plusieurs sites chaque jour, d’où l’importance d’adopter de bonnes pratiques afin de réduire le risque de propagation d’agents infectieux. Puisque ceci demande la collaboration des propriétaires de la ferme et des entreprises de transport, il est nécessaire de bien leur communiquer les raisons et objectifs afin qu’ils adhèrent et collaborent à la mise en place des bonnes pratiques de livraison. La réduction de la fréquence de livraison contribue certainement à réduire le risque de contamination. Cependant, les besoins des clients et la fraîcheur des produits doivent toujours être pris en compte et ne jamais être compromis. Vous trouverez donc ci-dessous les points principaux à considérer dans l’amélioration du processus de livraison.

LIEU DE LIVRAISON • L’objectif est que la livraison des aliments se fasse

à l’extérieur de la zone où se trouvent les animaux. (Ex. : chambre d’aliments, chambre de mélange, annexe, garage ou entrepôt.)

• Tous les produits en sac livrés à la ferme ne peuvent être repris ou transférés chez une autre ferme.

17


40, rue de l’Église Baie-du-Febvre, Qc, J0G 1A0

Bureau : 450-783-6490

Service d’application d’engrais, de chaux et de pesticides à forfait Floater Engrais -

-

Floater Chaux -

Case Inter FLX 4375 Largeur d’épandage 60 pieds Capacité de la boîte : 10 tonnes Pneus de flottaison o Avant : 54-31.00-26 o Arrière : 73-44.00-32 Taux variable

Case Inter FLX 4375 Rampes de 70 pieds Espacement 36 pouces Capacité de la boîte : Urée 6 tonnes Application plein champs Pneus flottaison o Avant : 54-31.00-26 o Arrière : 73-44.00-32 Taux minimum : 50 lbs/acre


Vos avantages en commandant vos semences ELITE® : •

Profitez d’une gamme de fourragères de la plus haute qualité

• •

Tirez le maximum de profit de vos champs Bénéficiez de promotions avantageuses

La Coop Covilac

110327_05-17

Contactez votre expert-conseil pour en savoir plus sur les promotions en cours, ou visitez le elite.coop 450 783-6491 Elite est une marque de commerce de La Coop fédérée.


20

PROFIL D’ENTREPRISE

LA FERME JANIROBY La famille Jean Lefebvre a commencé à travailler sur la ferme à 14 ans, même s’il a toujours aidé lorsqu’il était plus jeune. Il a repris la ferme de son père en 1981, qui était alors composée d’un troupeau d’une cinquantaine de têtes et 180 acres en culture. C’est en 1992 que sa femme Lucie Talbot a obtenu des parts de l’entreprise. Le couple a 3 enfants : Robert, Guy et Vanessa, ainsi que 5 petits-enfants. Le 17 avril 2014, un incendie a ravagé la ferme Janiroby, qui contenait un excellent troupeau Holstein pur-sang de 41 kilos de quotas. Le couple a décidé de se laisser une année pour réfléchir et évaluer s’ils reconstruisaient puisqu’ils étaient près de la retraite et sans relève annoncée. C’est suite au sinistre que leur fils Guy leur a annoncé qu’il avait bien réfléchi et qu’il était intéressé à prendre la relève de la ferme s’ils voulaient reconstruire. Ils étaient très heureux puisque le troupeau leur manquait énormément, mais se voyaient mal repartir de zéro pour quelques années seulement, après avoir vu le travail de plus de 30 ans partir en flamme. Guy a travaillé dans différents domaines et ne trouvait pas de passion dans ce qu’il faisait. Lorsque la ferme familiale a brulé, l’intérêt s’est éveillé en lui. Ne pas avoir de patron,

Laurie Lafontaine Côté Coordonnatrice aux communications et marketing

avoir un revenu assuré et travailler dans un bâtiment neuf qu’ils pouvaient construire à leur goût, lui paraissaient des éléments clés pour une belle perspective d’avenir. En voyant l’enthousiasme de ses parents suite à cette nouvelle, il s’est impliqué dès le début du projet de reconstruction. Pour lui, il était important de construire un bâtiment où il était agréable de travailler, avec de l’espace et de la lumière. L’implantation d’un robot de traite dans le nouveau bâtiment était essentiel, puisqu’ils n’ont pas d’employés et que les travaux à forfait prennent beaucoup de leur temps en été.

L’entreprise C’est en février 2015 que les propriétaires ont officiellement décidé de reconstruire la ferme et c’est en juillet que la construction a débuté. Une fois la décision prise et bien des discussions sur l’avenir de l’entreprise, le chantier devait débuter rapidement afin de conserver leur quota. Présentement, Guy détient 50 % des parts de l’entreprise, Jean et Lucie 25 % chacun. Les parents comptent se retirer graduellement dans les 10 prochaines années pour laisser plus de place à Guy et introduire sa conjointe Samantha Lepage dans l’entreprise éventuellement. Jean ne se voit pas comme un retraité à


21

temps plein, il compte donc continuer d’aider son fils. En plus de travailler sur la ferme et de faire la comptabilité, Lucie est très impliquée au niveau communautaire et municipal. Elle n’aura donc aucune difficulté à combler son horaire lorsqu’elle cédera sa place à sa belle-fille Samantha.

La relève À ce jour, l’entreprise compte 62 kilos de quota et 180 acres en végétal. Guy a l’intention de continuer à faire évoluer l’entreprise au fil des années en augmentant les kilos de quota et espère l’achat de nouvelles terres, le tout dans le but d’améliorer la rentabilité de la ferme. Guy aimerait beaucoup avoir de la relève parmi les jeunes de la famille si ces derniers continuent de manifester de l’intérêt pour l’agriculture en vieillissant. Leur passion pour l’agriculture est au cœur du succès financier et familial de l’entreprise, et ce, depuis 5 générations. Du plus loin qu’ils se souviennent, les propriétaires de la ferme Janiroby ont toujours été membres de la coopérative. Ils apprécient la proximité du service, l’expertise et la qualité des produits. Pour eux, il est important de maintenir un service de proximité en région, d’où l’importance d’encourager les entreprises locales. Nous souhaitons bon succès aux propriétaires de la ferme Janiroby pour leurs futurs projets!


FED

APPROVISIONNEMENT RECHERCHÉ ICI

PÉTROLE

PROPANE

DIESELS

FED

ÉQUIPEMENTS

Énergies Sonic, votre fournisseur

de fluide d’échappement diesel (FED) Avantages Énergies Sonic • Le FED est aussi disponible en vrac par un système de livraison (là où le service est disponible).

R É S E RV

• Services et conseils personnalisés. • Garantie de service parmi la plus haute de l’industrie.

Avez-vous pensé à protéger votre réservoir de FED pour l’hiver ? Lorsque le FED est exposé à des températures inférieures à -11°C, il gèle,. Énergie Sonic vous recommande d’entreposer votre réservoir dans un endroit où il ne gèlera pas.

PHOTO : LA COOP FÉDÉRÉE

FED PE S

P OM

• Le FED est aussi offert en plusieurs formats : 3,78, 9,46, 208 et 1250 litres.

Informez-vous auprès de votre représentant d’Énergies Sonic pour en connaître plus sur nos offres et promotions.

s o n i c .co o p I 1 8 0 0 207- 6 6 42

(Fluide d’échappement diesel)

O IR

Modèle

Électrique ou manuel

Compteur

Litres/minute

Manuelle

Sans

15 LPM

Electrique

Avec

35 LPM

55-000-15 PUMPDEF1 PUMPDEF5

MENTS ÉQUIPE NELS ADDITION

Electrique 12 Volts

• Dévidoir • Pistolet automatique

• Kit à gravité • Boyaux pieds • Pulsateur

Avec

35 LPM


40, rue de l’Église

Bureau : 450-783-6490

Baie-du-Febvre, Qc, J0G 1A0

Service d’application d’engrais, de chaux et de pesticides à forfait

Floater Engrais -

John Deere 4920 Rampes 60 pieds Espacement 30 pouces Capacité boîte : Urée 4.5 tonnes Application plein champs & pendillard Pneus flottaison : 620-70-46 Pneus post levée : 380-105-50 Taux variable

Arroseuse - John Deere 4038R - Réservoir de 1000 gallons - 120 pieds de rampe

DuPont Acapela

mc

®

fongicide

LES MALADIES SONT VAINCUES EN QUATRE MOUVEMENTS RAPIDES.

Mouvement Translaminaire

Mouvement par le Xylème

Activité Locale des gaz

Diffusion de la Cire

Des questions? Renseignez-vous auprès de votre détaillant, composez le 1-800-667-3925 ou allez sur le site à l’adresse acapela.fr.dupont.ca


À METTRE À VOTRE AGENDA

VOYAGE DE MOTO RÉGION DE PORTNEUF 18 JUILLET 2017

INSCRIVEZ-VOUS RAPIDEMENT À MARC-ANDRÉ BELISLE AU 819 816-0091 OU À LA QUINCAILLERIE AU 450 783-6491 #2321

JOURNÉE PARCELLES

JOURNÉE FORESTIÈRE ET AGRICOLE

RALLYE AUTO

7 SEPTEMBRE AU PLAN D’ENGRAIS DE BAIE-DU-FEBVRE

24 SEPTEMBRE AU BMR DE NICOLET

OCTOBRE

L'Envol été 2017  
L'Envol été 2017  
Advertisement