Page 1

La revue des membres et clients de La Coop Covilac Printemps 2017

UNE RISTOURNE DE 300 000 $ AUX MEMBRES SOCIÉTAIRES ET UN RACHAT DES PARTS PRIVILÉGIÉS DE 308 113 $.

WWW.COVILAC.COOP


02

MOT DE LA PRÉSIDENTE ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

Dans ce numéro : Agroenvironnement SABLIÈRE-GRAVIÈRE

05

Production végétale ENGRAIS

07

GRAINS

09

MOT DE LA PRÉSIDENTE ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

Production animale RUMINANT

10

PORCIN

12

RUMINANT

13

ÉQUIN

14

Profil d’entreprise LA FERME DÉSILETS 2003 INC. 

Jeannine Chartrand, TP Présidente du conseil d’administration

Richard Laroche, agr. Directeur général

Les premiers mois de l’année 2017 nous tracent un portrait plus que satisfaisant de l’année qui vient de se terminer. À la fin de février, la Coop fédérée nous présentait des résultats jusqu’ici inégalés. Cette bonne performance est principalement attribuable au secteur de la transformation et de la commercialisation de porc d’Olymel.

16

Quoi de neuf ? AVIS DE NOMINATION

18

FÉLICITATIONS ET INVITATIONS DIVERSES

20

C’est le 15 mars dernier qu’avait lieu l’assemblée générale annuelle de votre coopérative où les membres et invités présents ont pu prendre connaissance des états financiers. Un chiffre d’affaires consolidé de 86 483 545 $ en augmentation de 12,4 millions sur l’an passé. Cela s’explique essentiellement par les nouvelles activités de détail pour Covilem et les prix et volumes à la hausse pour la division des grains. Les membres présents à l’assemblée ont adopté une ristourne de 300 000 $ qui sera versée aux membres sociétaires selon le pourcentage de leurs achats dans chaque département au cours de l’année 2016, dont 25 % sera remis


MOT DE LA PRÉSIDENTE ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL

M. Olivier Courchesne, ferme Justina

en comptant. De plus, le conseil d’administration autorise un montant de 308 113 $ en rachat de parts privilégiés. Les administrateurs sortants ont été reconduits pour un nouveau mandat de trois ans, soit M. Jean Roy et M. Jessy Pelletier. De plus, nous avons eu la chance d’assister à la conférence de M. Robert Brunet, vice-président de la production porcine Est pour Olymel, ainsi que M. Sylvain Guimond, psychologue des Canadiens de Montréal sous le thème « s’adapter ou mourir ». L’année 2016 en a été une de consolidation et d’intégration des acquis dans tous les secteurs. Quelques investissements sont venus s’y ajouter pour une offre encore plus complète. Nous avons fait l’acquisition d’un applicateur de chaux motorisé avec possibilité, l’application à taux variable, ainsi que la construction d’un silo à grain de 2 300 TM qui est venu augmenter la capacité d’entreposage de notre centre de grains. Même si nous avons mis la pédale douce sur les investissements majeurs en 2016, il n’en demeure pas moins que nous demeurerons attentifs aux opportunités qui se présenteront tout en demeurant prudents dans le choix des projets potentiels. Les différents partenariats et regroupements comme SATEG (en agroenvironnement), RP2R (regroupement porcin des 2 rives), RSSL (le regroupement Rive-Sud St-Laurent dans la commercialisation du grain), sont bien implantés et permettent de vous offrir une gamme de produits élargie et un maximum de service. En 2016, la Vision 2020 a balisé les grandes lignes de la consolidation du réseau. Beaucoup de chemin reste encore à parcourir, mais l’avenir nous demandera de faire des choix et ceux-ci seront faits avec votre accord en respectant vos valeurs coopératives (soit l’éthique, le respect, l’intégrité, etc.) et vos besoins. Nous devons avoir au centre de nos préoccupations de servir ceux et celles qui nous ont suivis depuis le début et ceux et celles qui forgeront la future coopérative.

Demain, c’est la relève qui assurera la pérennité de notre coopérative. Encore cette année et pour une 10e année, nous participons au Fonds coopératif d’aide à la relève. Deux candidats ont été retenus; M. Louis Véronneau de la Ferme Véronneau inc. de Saint-Pie de Guire en production laitière et grandes cultures et M. Jean-François Janelle de la Ferme Wendover de St-Cyrille de Wendover aussi en production laitière et grandes cultures.

M. Martin Paquette, Élevages Lapierre

03


S E G A V E L É S T I T E P S E É N R U JO imé 5 mai à St-A

ebvre F u d e i a B à 19 mai 9 avril)

l)

vant le 5 avri

a (Commandez

imé A t S à i a m 0 3 ril) ant le 30 av

(Commandez

avant le 1

olet 16 juin à Nticle 16 mai)

(Commandez

avan

av (Commandez

! é t i r u c é s e t u o t nspection des Aliments n e s e l l i a l o v s o v e nce de l’Agence Canadienne d’I m ê m s u o v z e s i u illa Prod ouvoir sous surve nt d’un c

ienne Nos poussins prov

sponible : i d s e l l i a l Vo q, poulette) o (c ir a h c à in › Pouss › Dinde à chair he, rouge) c n la (b te n o p › Poule à › Coq (rouge)

› Canard ) › Caille antité limitée u (Q le ib n o p is › Porcelet aussi d

ité disponibil e r t o s v à ns os besoin v à t Nous avo n a d correspon la moulée végétale % 0 0 1 s ur et ce toujo

DES

OMMAN C S O V R POU

our : Composez p 47 788-2242 0 5 4 -6491 #12 le , 3 é 8 7 0 5 St-Aim 4 le re et Nicolet, v b e -F u -d ie Ba >7136550


AGROENVIRONNEMENT

VOTRE SABLIÈREGRAVIÈRE EST-ELLE EN RÈGLE? Josy Belzil, agr. Représentante SATEG

On retrouve plusieurs petites sablières en milieu agricole. La plupart des agriculteurs ont un endroit sur leur terre où ils vont chercher un peu de sable ou de gravier. Il y a tout de même des règles de base à suivre pour ne pas avoir de répercussions environnementales. Premièrement, il faut savoir que vous devriez avoir une autorisation obtenue auprès de la CPTAQ pour pouvoir exploiter un banc de sable ou de gravier en zone agricole. La CPTAQ autorise ce genre d’usage selon certaines conditions. Il faut enlever la couche de sol arable en surface et la conserver en andain. Lors de la remise en culture, il faudra la remettre en place avec une épaisseur d’au moins 30 centimètres et faire le nivellement en harmonie avec le milieu environnant. Le plancher d’excavation de la sablière-gravière ne doit jamais accumuler des zones d’eau stagnante ou être plus bas que la nappe phréatique. Des fossés de drainage temporaires peuvent être aménagés pour favoriser l’écoulement de l’eau. On recherche un plancher d’exploitation sec en tout temps. Il est interdit d’excaver du sable ou du gravier à moins de 75 mètres d’un cours d’eau et à moins de 10 mètres de la propriété voisine.

contrats, ce qui est contraire aux gravières, où les tas de gravier peuvent être mis en amas pour l’entreposage. Les opérations de concassage doivent être également surveillées au niveau des bris possibles d’équipement pouvant laisser fuir des fluides hydrauliques. Un agent absorbant peut alors être appliqué dans le cas de petit déversement et le ministère de l’Environnement interpellé pour de plus grande quantité. Voilà les exigences de base lors d’une utilisation à des fins personnelles, tel que prendre du gravier pour vos chemins agricoles ou du sable pour le solage de vos bâtiments. Dès que vous souhaitez vendre commercialement des matériaux, il vous faudra alors un certificat d’autorisation émis par le ministère de l’Environnement. Vous devrez aussi remplir annuellement un rapport du nombre de tonnes vendues pour fins de paiement des redevances à votre municipalité. La redevance représente un montant versé par tonne vendue. Sachez que l’équipe SATEG, depuis 3 ans, se spécialise dans les demandes de certificat d’autorisation auprès de la CPTAQ et du MDDELCC pour les sablières-gravières. La surveillance agronomique annuelle des sablières-gravières est aussi un service qui vous est offert. Des plans d’exploitation basés sur des relevés GPS précis seront élaborés de manière professionnelle. Exemple de plan fait par l’équipe SATEG.

À proscrire, eau stagnante

Plancher d’excavation sec

Pour ce qui est de l’entreposage des matériaux exploités, il faut les entreposer en amas distincts et minimiser les risques d’érosion éolienne et hydrique. Dans ce dernier cas, des bassins de sédimentation peuvent être installés temporairement pour recueillir les particules. Pour les sablières, on favorise l’excavation des matériaux selon les

CONTACTEZ Josy Belzil, agr, Andréanne Berthiaume agr, ou Sylvie Gagné, agr. 819-758-4770 poste 615.

05


CHAUFFAGE DE BÂTIMENT SÉCURITÉ RECHERCHÉE ICI

DIES DI ESEL ES EL – E ESS SSEN SS ENCE EN CE – M MAZ AZOU AZ OUT OU T – PR PROP OPAN OP ANE AN E – GR GRAI AISS AI SSES SS ES – B BIO IOLU IO LUBR LU BRIF BR IFIA IF IANT IA NTS NT S – ÉQ ÉQUIPE PEME PE MENT ME NTS NT S – FE FED D

ÉNERGIES SONIC, POUR UNE SÉCURITÉ D’APPROVISIONNEMENT EN PROPANE Avantages Énergies Sonic • • • •

Service de livraison automatique et d’urgence Équipements spécialisés pour vos installations Prix fixes disponibles Formulaire de commande en ligne simple et rapide au www.sonic.coop

EN_SC_110207

Pour le chauffage de vos bâtiments, Énergies Sonic vous offre des experts et techniciens accrédités qui assurent l’entretien, l’installation et l’approvisionnement des appareils et équipements fonctionnant au propane.

Contactez votre représentant Énergies Sonic dès maintenant! w w w. soni c . coop I


ENGRAIS

PRODUCTION VÉGÉTALE

QUOI DE NEUF DANS LES ENGRAIS POUR 2017? Martin Désilets, TP Expert-conseil productions végétales

ENGRAIS GRANULAIRE :

PROTECTEUR D’AZOTE :

Toujours dans le but de vous offrir les meilleurs produits disponibles sur le marché, certains nouveaux produits seront utilisés dans nos centres de mélange prochainement : le Sulfan 24-0-0 18S

Plusieurs producteurs vont décider de fractionner l’azote dans le maïs en appliquant de l’urée à la volée en post levée. Cette technique est très rapide mais elle est plus propice aux pertes d’azote par volatilisation. Le n-forced est un inhibiteur d’uréase. Ce produit vous permet de minimiser les pertes d’azote par volatilisation pour une période de 14 jours.

Aspire : 0-0-58 0,5B

Il est composé des deux sources d’azote différent à part égale : l’azote nitrique; qui est immédiatement disponible pour votre culture, même en conditions froide, et l’azote ammoniacale qui sera disponible un peu plus tard. Le soufre est principalement sous forme de sulfate de calcium qui est très soluble dans l’eau mais moins sensible au lessivage que le sulfate d’ammonium. L’aspire est composé de potasse et de bore dans la même granule. Très utilisé dans la luzerne, le maïs et le soya, ce produit nous assure d’avoir une répartition du bore dans nos champs de manière très uniforme.

Si une très forte pluie survient après notre fractionnement, on risque de perdre beaucoup de nitrate. Dans cette même catégorie de produit, le n-forced plus sera utilisé avec l’urée et l’azote 32 pour ralentir le processus de transformation de l’ammonium en nitrate. Ces deux produits vous permettront d’avoir plus d’azote de disponible pour votre culture et de respecter davantage l’environnement.

source :Présentation Francois Labrie LCF

CONTACTEZ votre expert conseil pour avoir plus d’informations sur nos produits

07


2 services

de rabais* par mois

3 services

4 services

10

15

$ de rabais* par mois

!

5

$

EZ LT CO RÉ

Combinez vos services et récoltez des économies allant jusqu’à 15 $ par mois!

$ de rabais* par mois

Internet, télévision, téléphone et cellulaire. Vivez la puissance de la Fibre et économisez! 1 888 777-0977 | sogetel.com * Certaines conditions s’appliquent.


GRAINS

PRODUCTION VÉGÉTALE

MARCHÉ DES GRAINS!!! Nathalie Cloutier Coordonnatrice à la commercialisation RSSL

Rapport USDA au 9 mars 2017 MAÏS : Peu de changements ont été apportés au bilan américain de l’offre et la demande de maïs 2016-2017. Les principaux changements concernent l’utilisation pour l’Éthanol qui est ajusté à la hausse pour une 4e fois depuis la récolte. La question est de savoir jusqu’où les prix pourront reculer dans les prochaines semaines. Le rapport des intentions d’ensemencements américains devrait confirmer un recul important de ceux du maïs qui ne devrait pas manquer de supporter davantage les prix.

ÉTATS-UNIS : La dernière fois que les stocks ont été aussi importants remonte à la fin des années 80.

SOYA : Stocks mondiaux en hausse grâce au Brésil Le 1er exportateur mondial a donc encore plus de fève disponible à l’exportation, d’où vient la pression baissière immédiate sur les prix de la fève. Le marché boursier a chuté de 0.13¢/boisseau lors de son dernier rapport (9 mars). Une tendance baissière était apparente depuis quelques semaines sur les prix des grains, avec les températures excellentes pour les récoltes.

L’USDA prévoit donc que les exportations brésiliennes nuiront à celles des États-Unis. Les superficies cultivées en Soya cette année aux États‑Unis demeurent en baisse par rapport à l’an dernier, à 83,70 millions d’acres.

VOICI NOS PRODUITS TRANSIGÉS : Maïs local, fève de soya, orge locale, blé local, avoine locale Tourteau de soya/canola

SERVICES OFFERTS RSSL : • • • • • • •

Commercialisation des grains; Vente de grains (incluant la livraison sur tout le territoire); Achat, consignation et entreposage des grains locaux; Information sur l’évolution des marchés boursiers de Chicago (CBOT) et de Winnipeg (WCE); Vente et achat avec fermeture des bases (primes) et du marché à terme et à la livraison différée à court, moyen ou long terme; Conditionnement des grains (séchage et nettoyage); Classement des grains.

Nous RSSL, on s’engage à travailler avec vous, pour atteindre vos objectifs de prix!!! Bon printemps!!!

09


10

PRODUCTION ANIMALE

RUMINANT

LE CANNAGE, C’EST GÉNIAL! DU CHAMP À LA MANGEOIRE Amélie Jodoin, Agr. Expert-conseil ruminant

Votre régie au champ fait que vous produisez le meilleur fourrage qui soit, mais qu’en est-il de la façon de l’entreposer et de le conserver? Quand on considère qu’un ruminant consomme 45 % et plus de fourrage dans sa journée, s’appliquer à bien conserver ses fourrages n’est pas à négliger. Un petit rappel avant la première coupe…

prendre jusqu’à 35 jours avant d’être efficaces, l’utilisation de Solution Foin serait à conseiller pour la quantité d’ensilage consommé durant ces 28-30 jours et les bactéries seraient appliquées dans l’ensilage qui sera consommé plus tard dans l’hiver. Consommation, consommation et consommation! La consommation vous le rendra.

Pour conserver un fourrage humide, il faut se débarrasser de l’air rapidement afin que le pH diminue lui aussi rapidement. L’humidité à la récolte, la maturité de la plante (une plante jeune contient plus de sucres fermentescibles), la longueur de coupe, la qualité de la compaction, la vitesse du chantier, le transport au lieu d’entreposage, l’étanchéité de la structure (silo-tour ou plastique) sont tous des points de régie sur lesquels vous apportez une influence. Oui Dame Nature parfois ne sait pas sur quel pied danser, mais la décision d’agir ou de ne pas agir vous revient.

Pour la production de balles rondes ou carrées, voir à la page suivante un petit rappel de notre atelier de formation du printemps 2016, Les 10 commandements.

L’application de Solution Foin sur les dernières charges mises en silo ou encore sur des balles de foin presque sec procure plusieurs avantages connus, mais le plus important à avoir en tête est : consommation, consommation et consommation. Solution Foin favorise une bonne consommation d’un ensilage frais récolté en abaissant le pH rapidement. Par conséquent il chauffe moins ou pas du tout, car c’est un inhibiteur de moisissures. Les bactéries quant à elles, font leur travail en absence d’air (milieu anaérobique). Elles permettent une meilleure utilisation des nutriments disponibles par les animaux. Cependant, elles prennent un certain temps avant de rendre leur plein potentiel. Alors, si dans le cas d’un silo-tour, le moment entre 2 récoltes n’est pas suffisant pour leur laisser le temps de travailler, vous êtes mieux d’appliquer Solution Foin sur la quantité d’ensilage consommée entre ces 2 moments de récolte. Exemple : vous faîtes une régie de coupe intensive (de 28 à 30 jours entre les coupes) et les bactéries choisies dans ce cas-ci peuvent

Aucun produit ou matériel ne remplacera les règles de base essentielles et reconnues pour produire des ensilages de qualité. L’application d’un conservateur permet à un bon ensilage d’être encore meilleur, il n’améliore pas un mauvais ensilage! Demandez à vos experts-conseils de vous suggérer le meilleur produit pour votre situation. SUITE DE L’ARTICLE P.11

SANTÉ ANIMALE

+

À quand remonte votre dernier traitement d’eau? • Puits artésien • Lignes d’eau • Réservoirs • Eau d’abreuvement

Consultez nos spécialistes pour une solution personalisée!

solution@westpenetone.com 514 355-4660 1 800 361-8927


RUMINANT

PRODUCTION ANIMALE

SUITE DE L’ARTICLE : LE CANNAGE, C’EST GÉNIAL

Les 10 commandements de l’enrubannage 1

4

7

9

Faire ajuster votre machine avant l’utilisation.

Couper la récolte jeune et former des balles denses et uniformes.

Vérifier le chevauchement : il ne devrait jamais être inférieur à 50%.

Entreposer les balles à un endroit adéquat (surface lisse), à l’abri des rongeurs et des oiseaux.

Source : Claude Lavoie

2

5

8

Bien nettoyer vos tentionneurs et prétensionneurs (avec de l’alcool de bois)

Ne pas dépasser 60% de MS à la récolte.

Vérifier qu’au moins 4 couches de film sont appliquées sur toutes les parties des balles présentant une teneur en MS jusqu’à 50%, et 6 couches pour celles présentant une teneur en MS de plus de 50%, sur toutes les balles carrées et toutes les balles dont le fourrage est grossier.

3

Bien entreposer vos rouleaux de pellicule à plat et à l’abri du soleil. Toujours vérifier leur état avant l’utilisation.

6

Le film d’enrobage devrait avoir, à sa partie étranglée à la sortie du tensionneur, entre 24 et 26 pouces pour un rouleau de 30 pouces et entre 14 et 16 pouces pour un rouleau de 20 pouces.

10

Vérifier régulièrement l’état de vos balles et réparer immédiatement les trous et les déchirures.

11


12

PRODUCTION ANIMALE

PORCIN

LA VALLÉE DES SÉNÉCAS, VOUS CONNAISSEZ? Martin Choinière, D.M.V., Doctorat en médecine vétérinaire Regroupement porcin des deux rives

Bien que le titre de cet article puisse suggérer une destination voyage intéressante, il s’agit en réalité du nom d’une maladie porcine qui pourrait causer des perturbations importantes pour l’industrie porcine québécoise et canadienne. Le virus de la vallée des Sénécas est une maladie qui est déjà présente au Canada, aux États-Unis et ailleurs dans le monde. Depuis 2015 une augmentation substantielle du nombre d’apparitions du virus est remarquée, incluant le Canada, mais pas encore au Québec. Les signes cliniques de la maladie ne sont pas spectaculaires : en engraissement et chez les truies un peu de fièvre et d’abattement et chez les porcelets sous les mères, âgés de moins de 7 jours, il peut y avoir un épisode de diarrhée néo-natale avec mortalité élevée. TOUTEFOIS, les signes cliniques importants à se rappeler sont les suivants : présence de vésicule (cloche d’eau, ampoule, bulle) qui peut être intacte ou rupturée sur le nez, les lèvres, les tétines et au-dessus des onglons. Des boiteries peuvent être associées aux lésions sur les membres (voir photos). Alors, cette maladie ne semble pas si grave, pourquoi s’en soucier? Parce que la maladie causée par le virus de la vallée des Sénécas fait partie de la famille des maladies vésiculaires et cause des lésions similaires à celles causées par 2 maladies très graves dont le Canada est exempt : la fièvre aphteuse et la maladie vésiculeuse du porc. Étant donné la similitude des lésions il devient difficile de déterminer rapidement de quelle pathologie il s’agit et le principe de précaution doit s’appliquer pour ne pas passer à côté d’un cas de fièvre aphteuse et ses conséquences catastrophiques sur le cheptel animal canadien. Il est donc très important de rapporter à son vétérinaire toute suspicion de lésions similaires à celle du virus de la

vallée des Sénécas (voir photos) ou tout épisode de diarrhée anormale chez les porcelets à la mamelle en bas âge afin de diagnostiquer rapidement la maladie. Encore plus important : Il ne faut en aucun cas expédier à l’abattoir ou à la réforme des porcs ou truies avec des lésions suggestives de maladie causée par le virus de la vallée des Sénécas ou autres maladies vésiculaires. La présence de ces lésions sur des porcs à l’abattoir cause une fermeture de l’abattoir pour le temps des procédures diagnostiques (3-4 jours!!!) et des maux de tête à toute l’industrie. Prenez le temps d’examiner vos animaux pour la présence de ce type de lésions avant chaque expédition. En cas de doute, consultez votre vétérinaire.


RUMINANT

PRODUCTION ANIMALE

AVEZ-VOUS ENVISAGÉ LA DÉROBÉE? Marie-Christine Fauteux, M. Sc., agr. Équipe OptiBoeuf SENC marie-christine.fauteux@lacoop.coop

Un autre avantage est la possibilité d’ajouter un anticoccidien à l’aliment de dérobée. Les coccidies sont présentes dans la plupart des fermes et dans le tube digestif de la majorité des animaux. Dans leurs cycles, les coccidies produisent des œufs qu’on appelle des oocytes, qui se retrouvent dans le fumier. Ces oocytes sont ensuite ingérés par les autres animaux et le cycle se poursuit. Non? Pas encore? Peut-être? Voyons pourquoi il serait peutêtre temps de l’envisager à ce temps-ci de l’année : Par exemple, si le vêlage a lieu le : 10 janvier : maman a du lait (dans la plupart des cas) et ça satisfait l’appétit de fiston. Mais saviez-vous que malgré une excellente production laitière, le lait ne suffit pas à l’appétit de beaucoup de veaux dès l’âge d’un mois?

Lorsque les animaux sont regroupés dans des sites où la densité est plus élevée, le risque de contamination augmente beaucoup. La meilleure façon de réduire la présence des coccidies à la ferme est d’administrer une moulée médicamentée avec du Deccox (décoquinate) ou du Bovatec (lasalocide sodique) qui est disponible avec une ordonnance vétérinaire.

CONSOMMATIONS ATTENDUES :

20 février : l’alimentation de maman, qui est moins riche que l’herbe, ne suffit pas à maintenir une production de lait à la hauteur de l’appétit de fiston. Il a faim!!! Que peut-il manger? Du fourrage? Son rumen n’est pas encore fonctionnel et ne pourra pas extraire toute l’énergie potentielle des fourrages. Comme il n’a pas autre chose à manger, il va s’en contenter… mais tranquillement, il devient de plus en plus pansu!!! Car il a de plus en plus faim. Son gain ne suit plus la courbe. Vite qu’il puisse sortir au pâturage. À moins que…

• Veaux de 30-40 j : très peu. (Ne veut pas dire que

À partir de 35 j, on commence à lui servir de la moulée à la dérobée (DéroBoeuf 15 % ou PSP PC 18 %) qui viendra combler le manque de lait. 

AUTRES AVANTAGES :

POURQUOI PAS DU GRAIN ME DIREZ-VOUS? Avec l’alimentation de dérobée, on cherche à compenser un manque de lait qui est un aliment riche en protéine (25 % sur base M.S.) et en calcium. Si on ne sert que des grains, on manque son coup, puisque ces derniers contiennent peu de protéine et sont une très mauvaise source de calcium.

l’aliment n’est pas bon. C’est juste que le veau a encore assez de lait.)

• Baisse de lait = augmentation de consommation Veaux de 4 mois : 2-3 kg de moulée/j

La consommation moyenne de 2-5 mois est d’environ 2 kg (2 kg/j X 90 j = 180 kg/veau)

• Uniformise le lot de veaux! • Les veaux ont moins tendance à se coucher dans

les mangeoires à balles rondes = moins dangereux pour eux!!!

Peu importe votre raison de considérer l’alimentation à la dérobée, votre expert-conseil de l’équipe OptiBoeuf peut vous aider à déterminer lequel de nos produits serait idéal pour votre entreprise!

13


14

PRODUCTION ANIMALE

ÉQUIN

L’ALIMENTATION ÉQUINE, COMMENT S’Y RETROUVER : DÉMYSTIFIER LES VITAMINES ET MINÉRAUX!

Marie-Christine Fauteux, M.Sc., agr. Expert-conseil équin marie-christine.fauteux@lacoop.coop

En premier lieu, il est important de discuter de la différence entre une moulée et un supplément :

MOULÉE : • Apporte des calories à la ration • + Protéines digestibles • + Niveau modéré de vitamines et minéraux. SUPPLÉMENT :

Vous le savez, l’alimentation du cheval requiert un apport externe de vitamines et minéraux puisque certaines vitamines du foin disparaissent au fil du temps où il est entreposé, et nos sols sont déficients en certains minéraux très importants comme le sélénium. Êtes-vous de ceux qui disent : « Je donne juste un peu de moulée pour fournir à mon cheval ce qu’il a besoin [… en vitamines et minéraux]. » Ou encore : « Ma moulée est complète, je n’ai pas besoin de donner un supplément en plus. » Si oui, cet article s’adresse à vous!

• • • •

Équilibre la ration! Concentré de vitamines et minéraux Avec ou sans protéine digestible Sans (ou très peu) calorie supplémentaire

CE QU’IL FAUT RETENIR : 1. Une moulée apporte des CALORIES. Donc si le cheval maintient déjà une bonne cote de chair (5 et +/9) ou s’il est trop gras, il n’a pas besoin de moulée. MAIS il a besoin de vitamines et minéraux! 2. Les moulées contiennent un niveau modéré de vitamines et minéraux. Ainsi, une poignée ou une petite quantité est insuffisante pour combler les besoins du cheval en vitamines et minéraux.


ÉQUIN

PRODUCTION ANIMALE

Moulée complète, ça veut dire quoi réellement? Toutes les moulées sont complètes (calories, protéines, vitamines et minéraux) mais contiennent un niveau modéré de vitamines et minéraux, il faudrait donc en donner beaucoup pour fournir la quantité requise de vitamines et minéraux. La quantité nécessaire pour fournir une ration complète au cheval est celle recommandée sur l’étiquette! Combien d’entre vous servez réellement cette quantité recommandée? Peu de personne, j’imagine! Et pourquoi? Bien souvent : parce que le cheval deviendrait beaucoup trop gras! L’étiquette recommande une quantité journalière à servir selon le poids de l’animal, de son stade physiologique et de son niveau d’exercice. La quantité suggérée est basée sur une consommation moyenne d’un fourrage de bonne qualité. Sécuritaire, elle permet de combler les besoins nutritionnels de la plupart des chevaux tout en prévenant les excès pouvant mener à des toxicités. (La quantité quotidienne suggérée doit être séparée en plusieurs petits repas par jour n’excédant pas 1,5 kg pour un cheval de 450 kg.) Par contre, il est important de se rappeler que l’étiquette ne donne qu’une suggestion de quantité à servir, et non une quantité obligatoire à servir. Effectivement, la quantité de moulée servie doit toujours être ajustée selon la condition de chair du cheval. Par exemple, si l’étiquette suggère de servir 3 kg/jour de moulée à un cheval de 500 kg à l’exercice léger, mais que ce cheval a tendance à être gras et qu’il maintient facilement une condition de chair supérieure à 5/9 seulement par sa consommation fourragère, la quantité de moulée suggérée doit alors être ajustée à la baisse pour éviter l’embonpoint. Alors, si vous servez une quantité de moulée moindre que les recommandations de l’étiquette, il importe de combler la portion des minéraux manquants par un supplément, en bloc, en poudre ou cubé.

Tout est une question de concentration Les pourcentages se retrouvant sur les étiquettes de moulée ou de supplément n’expriment en fait qu’une proportion d’une quantité X d’aliments. Par exemple, si l’étiquette indique 0,3 mg/ kg de sélénium tel que servi, le nombre de milligrammes de

sélénium provenant de la moulée dépendra de la quantité de moulée servie quotidiennement. Par exemple : Si un cheval reçoit 10 tasses (environ 2000 g ou 2 kg) d’une moulée contenant 0,3 mg/kg de sélénium, il reçoit en fait 2 kg × 0,3 mg/kg = 0,6 mg de sélénium/jour* via sa moulée. Si ce même cheval ne reçoit qu’une tasse (environ 200 g ou 0,2 kg) d’une moulée contenant 0,3 mg/kg de sélénium il reçoit en fait 0,2 kg × 0,3 mg/kg = 0,06 mg de sélénium/ jour* via sa moulée. C’est pourquoi les pourcentages affichés sur l’analyse garantie des étiquettes doivent toujours être remis dans un contexte de quantité journalière servie. Alors, si ce n’est pas déjà fait, sortez vos balances et commencez à peser les aliments de vos chevaux, foin inclus!

Est-ce que tous les suppléments sont égaux? C’est valable aussi pour les suppléments! Il faut faire attention aux CONCENTRATIONS des suppléments de vitamines et minéraux… Cela fait varier la quantité à servir! Un supplé­ment très concentré pourra être servi en très petite quantité (ex. : « 1 cup » ou « 1 verre ») alors qu’un supplément moins concentré devra être servi en plus grande quantité (ex. : « 1 pelle »). N’hésitez pas à contacter un expert-conseil La Coop pour plus de renseignements ou si vous désirez une ration personnalisée pour votre cheval. *Il faut savoir qu’un cheval de 500 kg au repos a besoin de 1,0 mg de sélénium par jour (et que ce besoin varie selon le poids du cheval, son stade physiologique et son niveau de travail).

15


16

PROFIL D’ENTREPRISE

LA FERME DÉSILETS 2003 INC. La ferme Désilets 2003 inc. est une entreprise en constante croissance qui est reconnue pour l’ambition de son propriétaire, Martin Désilets. Ce jeune homme est natif de St-Grégoire et représente la 4e génération à reprendre la ferme familiale. Le père de Martin a acheté la ferme de son père en 1956, qui comprenait des vaches laitières. En 1965, il a construit une porcherie et ont finalement vendu les vaches en 1970. Les parents de Martin possédaient plusieurs terres ainsi qu’une porcherie. C’est vers la fin des années 1990 qu’ils sont devenus producteurs de porc à forfait pour Covilac. En 1995, ils ont doublé la capacité de la porcherie pour pouvoir accueillir 1050 cochons en engraissement. Martin a fait sa technique à l’ITA de St-Hyacinthe en Technologie des productions animales dans le but de reprendre l’entreprise familiale. En 1999, il a commencé à travailler à temps plein à La Coop Covilac, puisqu’il n’y avait pas encore assez de place pour lui sur la ferme. Les parents de Martin ont acheté une terre voisine à leur ferme qui comprenait une maison que leur fils pouvait habiter. C’est aussi en 2000 que ses parents lui ont laissé 20% des parts de l’entreprise, puis en 2004 lui ont tout vendu. À ce moment, Martin a décidé de continuer de travailler à La Coop, mais à temps partiel. En 2017, Martin doublera presque la superficie en culture de la ferme en louant 450 acres supplémentaires. Au total, 950 acres d’avoine

Laurie Lafontaine Côté Coordonnatrice aux communications et marketing

de semence, de maïs et de soya seront mises en terre au printemps. Il réussit à concilier le travail sur son entreprise avec son poste d’expert-conseil en productions végétales grâce à une bonne organisation de son temps. Il dit que l’été, il répond aux questions de ses clients lorsqu’il est dans son tracteur, et ce, grâce à son système de guidage RTK! Martin est un producteur ambitieux. Sur son entreprise, tout est calculé pour maximiser la profitabilité de chaque tâche et investissement. Deux de ses tracteurs sont équipés de systèmes de guidage GPS. Il fait faire de l’échantillonnage de sol par GPS, de l’application de chaux à taux variable et


17

est équipé d’un capteur de rendement sur sa batteuse pour maximiser chaque acre cultivé. Depuis une dizaine d’années, il a mis beaucoup de temps et d’argent pour le nivelage et le drainage de ses terres. Il confirme que ces investissements ont eu des répercussions directes sur les rendements. De plus, il offre ses services pour l’arrosage et le battage à forfait. On peut se demander comment il fait pour réussir à tout concilier. Dans la saison haute, il a quelques employés qui travaillent dans les champs et sa conjointe, Catherine, l’aide énormément. Cette dernière a également étudié en Technologie des productions animales à l’ITA de St-Hyacinthe et contribue beaucoup au développement de l’entreprise depuis 2 ans. Elle s’occupe de la tenue de livre et participe énormément dans les champs. C’est d’ailleurs grâce à son aide que Martin a pu envisager de louer 450 âcres de terre à partir de la saison estivale 2017. Ce projet lui permettra d’investir éventuellement dans la construction de séchoir et silos pour accueillir le grain. Le couple est super heureux et se motive beaucoup dans la réalisation de ces projets. D’aussi loin que Martin se souvienne, ses parents étaient membres de La Coop Covilac, ils lui ont transmis l’amour de la coopération puisqu’il y travaille également depuis 18 ans. Il tient à conserver cet emploi extérieur car cela lui permet de se tenir au courant des nouvelles techniques grâce aux nombreuses formations qui sont offertes aux experts-conseils du réseau La Coop. De plus, il maintient une certaine vie sociale qu’il aurait moins s’il travaillait seulement sur sa ferme. Il a établi une relation de confiance et de proximité

avec ces clients et tient à continuer de collaborer avec eux dans le développement de leurs projets. À part l’agriculture, il adore la pêche, la motoneige et les voyages au soleil. Martin a 3 filles, de 13, 9 et 7 ans et Catherine a également trois enfants qui les occupent aussi beaucoup. Nous souhaitons au couple le meilleur dans la réalisation de leurs projets et de continuer à être innovateur!


18

QUOI DE NEUF?

AVIS DE NOMINATION

Par le fait même, on vous annonce la nomination de Mme Nathalie Cloutier au poste de Coordonnatrice à la commercialisation pour le Regroupement RSSL.

C’est avec grand plaisir que le Service des grains de La Coop fédérée annonce la nomination de Monsieur Éric Graton au poste de Gestionnaire commercialisation grains et ce depuis le 30 janvier 2017. M. Graton partagera son temps entre La Coop Fédérée ainsi qu’avec Le Regroupement RSSL à titre de Directeur.

Par leur collaboration, La Coop Fédérée ainsi que le Regroupement RSSL, ont aidé à développer un succès commercial dans un modèle d’affaire basé sur la confiance mutuelle. Leur expérience dans le domaine agricole, leurs aptitudes en gestion et leur sens très élevé du service à la clientèle font d’eux un atout précieux pour notre service. Au nom de tous, souhaitons-leur la meilleure des chances dans leurs nouvelles fonctions et nous leur assurons également notre entière collaboration.

Vous pensez

croissance…

Sonic, pour tous vos besoins en propane! Pour maximiser vos opérations, vous avez besoin d’un partenaire solide qui comprend votre réalité. La force et l’efficacité de son réseau de distribution vous assurent en tout temps un service et une sécurité d’approvisionnement exceptionnels.

ICI

PROPANE

106939-02-13

Produits • Propane • Pétrole • Lubrifiants

RÉSIDENTIEL

COMMERCIAL

INDUSTRIEL

AGRICOLE

Vivez l’effet de la coopération!

CARBURATION

! Licence RBQ : 1114-3948-36

Services • Vente • Installation • Livraison

w w w.soni c .coop

1-800-207-6642


C’EST QUI LE BOSS? C’EST VOUS LE BOSS. Ce sont vos champs, vos cultures et votre entreprise. Donc, lorsque vient le temps de protéger votre soya, vous voulez avoir le contrôle. Voilà pourquoi DuPont a créé l’herbicide Freestyle . Il vous permet de contrôler les mauvaises herbes en début de saison de manière simple, efficace et flexible. Mélangé au glyphosate de votre choix et ajouté à votre soya TG, il vous offre une grande souplesse en matière d’application et vous permet de mieux contrôler les graminées et les feuilles larges tenaces. Vous pouvez également ajouter Freestyle à votre soya IP pour contrôler un plus grand nombre de variétés de mauvaises herbes, y compris les graminées et les principales mauvaises herbes à feuilles larges comme l’abutilon et la morelle. Montrez aux mauvaises herbes que c’est vous le boss grâce au herbicide Freestyle . L’herbicide Freestyle . Plus de flexibilité. Plus de contrôle. Demandez Freestyle aujourd’hui. Veuillez contacter le centre de soutien AmiPlan de DuPont au 1 800 667-3925 ou visitez freestyle.fr.dupont.ca ®

®

®

®

®

®

mc

Comme pour tout produit de protection des cultures, lire et suivre soigneusement les directives de l’étiquette. Membre de CropLife Canada. Sauf indication contraire, les marques avec ®, mc ou ms sont des marques de commerce de DuPont ou de ses filiales. © 2017 DuPont.

DuPont Freestyle mc

®

herbicide


BRAVO MERCI À TOUS LES CLIENTS

AU DÉPANNEUR SONICHOIX DE COVILEM POUR SON PRIX « EXCELLENCE DES SERVICES »!

QUI ONT PARTICIPÉ À NOTRE RANDONNÉE DE MOTONEIGE! CETTE ÉDITION FUT TRÈS AGRÉABLE ET NOUS ESPÉRONS VOUS Y REVOIR L’AN PROCHAIN! – YVES DESHAIES

INVITATION

TOURNOI DE GOLF ANNUEL JEUDI, 13 JUILLET 2017

AU CLUB DE GOLF CONTINENTAL DE SOREL. INSCRIVEZ-VOUS 450 783-6491, POSTE 1221

APRÈS-MIDI D’ÉTABLE À LA FERME JANIROBY LE 24 MARS DERNIER, PRÈS DE 200 VISITEURS Y ONT PARTICIPÉ! MERCI AUX PROPRIÉTAIRES, AUX VISITEURS AINSI QU’AUX PARTENAIRES POUR LA BELLE JOURNÉE!

L'ENVOL printemps 2017  
L'ENVOL printemps 2017  
Advertisement