Issuu on Google+

Roberto

scarpinato

Anna

rizzello «  Notre chance à nous, c’est de pouvoir recueillir, au fil de cet entretien, une somme de réflexions qui, au-delà de l’«anomalie italienne», engagent notre appréhension du pouvoir, et du nécessaire rempart contre ses dérives : la connaissance. Au bout du compte, ce mince vade-mecum délivre une exigeante leçon de responsabilité : Celui qui accroît son savoir accroît sa douleur.  » Let’s Motiv François-Xavier Beague


Revue de presse 2013

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello juin 2011

Janvier Février Revue Inter CDI


Revue de presse 2012

ÉDITIONS

Janvier Futuribles Arles Arloff

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello juin 2011

ITALIE, UN POUVOIR CORROMPU

SCÉNA RI O 2020  : O.P.A. DES MA FI AS SU R LE MO NDE En novembre 2011, à Paris, Roberto Scarpinato a esquissé un scénario catastrophe en train de se réaliser. Voici l’essentiel de son propos 1 : «  La base du succès de la mafia est économique. Elle propose des services et des biens à des millions de personnes “normales” qui, dans le monde, demandent des prostituées, des drogues, des produits contrefaits, de la pornographie. Dans toute l’Europe, des milliers d’entrepreneurs “normaux” sont preneurs de services illégaux pour réduire leurs coûts, d’argent sans intérêts, de déchets toxiques évacués à bas prix, naturellement non traités par la suite, de fausses factures pour réduire leurs impôts… Cette demande pour des offres illégales n’est plus marginale. Le monde criminel est le reflet des vices secrets de millions de personnes “normales”. « Ce marché mafieux a explosé depuis la chute du mur de Berlin (1989). Avant il ne concernait que les pays développés d’économie de marché. Une étude américaine estime que dans 20 ans, 15 % des adultes dans le monde seront des clients potentiels pour les drogues. Les bénéfices des trafics rendront les réseaux criminels à même de lancer des O.P.A. [offres publiques d’achat] sur les plus grandes multinationales. La légalisation des stupéfiants serait un moyen de répondre à ce danger. Mais les mafias ont déjà conquis des États. L’État russe a été construit par des mafieux et des anciens du KGB. Il y a nombre de mafieux parmi les 15 000 assistants des parlementaires russes et ils s’entretuent souvent. Des secteurs stratégiques russes comme celui de

l’énergie sont contrôlés par mafieux et oligarques. « Le droit pensé aux XIXe et XXe siècles contre un crime artisanal n’est pas plus efficace qu’un pistolet à eau. Il nous faut un droit pénal adapté aux organisations criminelles. Beaucoup de pays européens manquent d’anticorps contre le délit d’association mafieuse. En Allemagne, on ne peut pratiquer facilement des écoutes par micros espions, confisquer des biens mafieux. Le droit pénal européen ne vaut pas mieux que de l’aspirine contre le cancer et faute d’instruments juridiques adaptés, les mafias prolifèrent dans le monde. L’Europe a 50 ans de retard à cause de grosses résistances culturelles et du tableau que donnent les médias d’une mafia conduite par des Provenzano 2 sans vouloir savoir ce qu’il y a derrière. » Dans Le Dernier des juges 3, Roberto Scarpinato rappelle que les mafias sont présentes depuis longtemps sur le territoire français et dans beaucoup de pays, le crime organisé achetant des paquets d’actions dans les grandes entreprises, intégrant les circuits bancaires. «  Elles engrangent du pouvoir social et d’ici au pouvoir politique, il n’y a qu’un pas.  » Il souligne l’indépendance à l’égard du pouvoir politique de la justice italienne, garantie par la Constitution. Le ministère public dispose des forces de police et peut ouvrir des enquêtes contre l’avis du gouvernement. Ce modèle devrait « être européanisé  ». «  Le modèle français, par contre […] présente le danger permanent d’un conditionnement occulte. » A.A.

1. Lire aussi son interview dans la revue Let’s Motiv, n° 28, novembre 2011, pp. 12-17. 2. Bernardo Provenzano a dirigé la mafia sicilienne de 1993 à son arrestation en 2006 (NDLR). 3. SCARPINATO Roberto et RIZZELLO Anna. Le Dernier des juges. Lille : La Contre Allée, 2011.

9


Revue de presse 2011

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, menĂŠ et traduit par Anna Rizzello juin 2011

18 Novembre Nord Eclair Marig Doucy


Revue de presse 2011

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello juin 2011

Novembre Let’s Motiv Paulo Pontevo 1/3

Roberto Scarpinato Le dernier des juges propos recueillis par ¬ Paulo Pontevo – Traduction : Anna Rizzello photos ¬ Letizia Battaglia

rencontre |

11


rencontre |

12

quelles différences entre les mafias d’hier et d’aujourd’hui ? La mafia est véritablement devenue la forme criminelle gagnante du troisième millénaire. La globalisation de l’économie a profité aux entreprises plus grandes, plus performantes et mieux organisées. L’économie illégale a suivi cette évolution de l’économie légale. Face à une forte demande de biens illicites, les entreprises qui proposent la meilleure offre sont celles qui sont les

Le cinéma et la littérature décrivent souvent la mafia de manière folklorique. quelle réalité recouvre-t-elle réellement ? La mafia est une organisation criminelle qui a des caractéristiques spécifiques. Son but n’est pas seulement de commettre des délits isolés, mais de contrôler de façon directe ou indirecte certains secteurs économiques, institutionnels ou de perturber le déroulement des élections. C’est une organisation secrète réunissant des personnes de différents ordres (militaire, économique, social) qui mettent en commun leurs ressources.

quelles ont été les répercussions de votre travail ? En Italie, nous avons obtenu des résultats exceptionnels contre la mafia militaire, pas contre la mafia politique. Nous obtenons difficilement la condamnation de représentants politiques, même en appel. Ils sont toujours candidats aux élections, toujours élus à l’Assemblée. Les classes dirigeantes sont considérées comme intouchables. >

résistances culturelles. Le phénomène est très fortement sous-évalué par l’opinion publique et les classes politiques qui croient toujours que la mafia est juste une histoire de pizzaioli.

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello

juin 2011

Existe-t-il des instruments juridiques pour combattre la mafia sur un plan international ? Au niveau européen nous en sommes au niveau zéro. Il n’existe aucun droit pénal anti-mafia et les décisions qui sont approuvées par le Parlement sont plutôt des recommandations. L’UE reste en retard, en raison notamment de

albanaises, par exemple, mutualisent une partie de leur capital pour acheter une plantation de coca pour dix ans. Ainsi, elles obtiennent le monopole de cette exploitation durant toute cette période et réduisent leurs coûts. Comme une entreprise.

« La mafia est la forme criminelle gagnante du troisième millénaire. »

© DR

ÉDITIONS

Les mafias agissent au niveau international, mais ont-elles des liens entre elles ? Oui, et cette coopération répond à deux sortes de besoin. Il s’agit d’éviter les conflits d’intérêts entre les clans et d’installer une division du travail au niveau mondial. Il existe des accords internationaux : des mafias italiennes et

Dans quels secteurs la mafia est-elle la plus présente ? Au-delà de l’activité criminelle, le secteur licite est également concerné. Celui des énergies, fossiles et renouvelables, est le plus touché. Mais il y a également de très forts intérêts mafieux dans le milieu des fournitures sanitaires, la grande distribution, le traitement des déchets, la restauration, le tourisme ou l’immobilier.

mieux structurées – et ce sont donc les mafias. Les formes traditionnelles de criminalité ont disparu. Sur le terrain de la prostitution, nous sommes passés d’une approche artisanale du marché (un souteneur, une dizaine de filles) à un système international.

Depuis vingt ans, Roberto Scarpinato, procureur général à Caltanissette, vit sous protection, entouré en permanence de plusieurs gardes du corps. Dernier survivant des juges anti-mafia de la génération Falcone et Borsellino, assassinés en 1992, il combat le crime organisé en Italie et dans toute l’Europe. Auteur de plusieurs ouvrages, l’ancien magistrat de Palerme nous initie aux secrets de la mafia. Un parrainage, en quelque sorte.

Revue de presse 2011 Novembre Let’s Motiv Paulo Pontevo 2/3


rencontre |

14

Vous êtes également auteur. quelle place l’écriture prend-elle dans votre combat ? Une place essentielle, car l’ignorance et la mystification sont les meilleures alliées de la mafia. Elle a toujours fait croire qu’elle n’existait pas ou s’est cachée derrière des actes de basse

Absolument pas. Le travail de ces juges était un acte d’amour pour la société et contre l’oppression des plus démunis par un système corrompu. Il est nécessaire d’exercer cette fonction avec froideur et détachement. Le magistrat ne doit éprouver de sentiments d’aucune sorte.

Palermo

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello

juin 2011

Latine) et à Lille le 19.11 (Furet du Nord et au Palais des beaux-arts / Citéphilo). À lire / Le dernier des juges, éd. La Contre-Allée, 48p., 7e

❥ À voir / Roberto Scarpinato à Paris le 18.11 (maison de l’Amérique

Retrouvez l’intégralité de l’entretien

boucherie criminelle pour viser les couches populaires. Tout ceci a conduit l’état à minimiser son action. Dès la fin des années 1970, mon engagement a également été culturel pour faire comprendre aux gens et aux politiques la réalité mafieuse. C’est véritablement un travail d’éducation des masses. /

ÉDITIONS

Dans ce combat, l’esprit de vengeance a-t-il une place ?

Comment supporte-t-on une vie de menace permanente ? La conviction du bien-fondé de votre tâche suffit-elle ? Après l’assassinat de Falcone et Borsellino, j’ai ressenti l’obligation morale de ne pas déserter le champ de bataille. Je devais montrer que ce combat était légitime, qu’ils n’étaient pas morts pour rien.

qu’est-ce qui peut inspirer l’envie à un jeune Sicilien d’embrasser la carrière de magistrat ? Franchement, je ne sais pas (rires) ! Je peux dire ce qu’il s’est passé après les assassinats de 92-93. [Note : en 1992, les juges Falcone et Borsellino et leurs escortes sont assassinés lors d’attentats à l’explosif. Au printemps 1993, des bombes explosent à Florence, Rome et Milan et font en tout dix morts et plus de cinquante blessés.] Quand il semblait que l’Etat était à genoux, de jeunes magistrats de toute l’Italie sont arrivés à Palerme. Pour signaler que l’Etat existait et réagissait. Cette vague n’est d’ailleurs pas retombée, il y a encore beaucoup de jeunes qui choisissent de devenir magistrat anti-mafia.

Revue de presse 2011 Novembre Let’s Motiv Paulo Pontevo 3/3


Revue de presse 2011

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, menĂŠ et traduit par Anna Rizzello juin 2011

26 Octobre Voix du Nord Pauline Drouet


e

Revue de presse 2011

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello juin 2011

20 Octobre Les hommes del’anti-mafia C. Lovis

La mafia à l’assaut des énergies éoliennes et photovoltaïques Entretien avec Roberto Scarpinato, procureur général à la Cour d’appel de Caltanissetta. Reporter : La mafia est très présente dans plusieurs pays et agit en investisseur avisé. Dans quel secteur agit-elle en ce moment, après l’immobilier, le trafic de drogue et la prostitution? En Allemagne par exemple, dans quel secteur la mafia investit-elle ? Roberto Scarpinato : Jusqu’à présent, la mafia a surtout investi dans l’immobilier parce qu’il n’existe pas, au niveau européen, un registre immobilier qui permettrait de savoir que quelqu’un qui a acheté des biens immobiliers en Hollande ou en France, c’est la même personne. La mafia a commencé à investir dans les énergies alternatives comme l’énergie éolienne et photovoltaïque. Elle commence à s’intéresser également à la privatisation des services publics, de l’eau par exemple. En Italie, différentes enquêtes ont montré que la Mafia contrôle quasiment tout le secteur de l’éolien en Sicile par le biais de centaines de sociétés qui semblent appartenir à des personnes différentes, mais qui en réalité, sont contrôlées par le  même groupe. Et donc, la mafia continue à faire ce qu’elle a toujours fait. Elle s’est d’ailleurs toujours intéressée à l’énergie. Dès l’époque de Vito Cianciminio, ancien Maire de Palerme et grand mafioso, la mafia s’intéressait au secteur du gaz. Nous avons saisi des quantités considérables d’argent auprès de la  famille Cianciminio qui provenait d’investissement de la mafia dans le secteur du gaz. Ensuite, après le gaz, la mafia s’est intéressée à l’énergie éolienne et photovoltaïque et nous avons découvert qu’il y a même eu des accords passés, entre les mafias italiennes et la mafia russe, pour pouvoir contrôler ce secteur de l’énergie qui est stratégique Reporter : Cela montre bien le comportement parasitaire de la mafia qui dispose, désormais, de toutes les compétences économiques utiles pour tirer les marrons du feu. Pour reprendre l’exemple allemand, le grand paradoxe c’est que la mafia profite aussi des abaissements fiscaux qui s’appliquent quand on investit dans les énergies renouvelables.

Roberto Scarpinato : Oui, c’est un danger bien réel. Il y a bien un risque que des fonds européens, des fonds publics finissent dans les poches de la mafia. C’est arrivé en Italie. La mafia a contrôlé les appels d’offres public, a contrôlé les financements publics, et a eu des accords secrets avec des décideurs politiques importants en éliminant physiquement, des hommes politiques qui ne se laissaient pas corrompre. Ce problème, on l’a connu en Italie, vous allez le connaitre également chez vous. Reporter : Cela dit, tout n’est pas négatif. Il y a des enquêtes qui ont abouti. Des centaines de mafiosi ont été mis sous les verrous et leurs biens ont été saisis. A-t-on porté à la mafia un coup fatal ? Roberto Scarpinato : Malheureusement non. Parce que mon expérience m’a montré qui si on arrête chaque année quelque 200 à 300 membres de la mafia, il y en a 200 ou 300 autres derrières, prêts à prendre la relève. Et les chefs mafieux continuent à commander depuis la prison. Par ailleurs, lorsqu’ils ont purgé leur peine, au bout de 7 ou 8 ans, ils reprennent leur activité criminelle. Et donc, même si l’état italien s’engage beaucoup dans la lutte contre la mafia, il semble que cette lutte ne puisse jamais s’arrêter. Mais ce qui est vraiment préoccupant, c’est que les mafiosi ne sont pas, comme on le pense souvent, des personnes brutales et ignorantes. Nous avons découvert qu’aujourd’hui, les chefs les plus importants de la mafia sont des médecins, des architectes, des chefs d’entreprise, des gens bardés de diplômes. Et ce sont des personnes qui sont capables de contrôler des secteurs très importants de la politique ou du monde de l’éducation. Des personnes qui ont des relations très importantes avec les puissants. Et donc, les enquêtes sont aujourd’hui beaucoup plus difficiles à mener. Ces personnes sont puissantes et jouissent de protections politiques. Très souvent, la justice parvient à s’emparer des hommes de main, des tueurs, des petits bras, mais les cerveaux, ils restent dehors.


e

Revue de presse 2011

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello juin 2011

LE COIN DES BLOGGEURS…

baz-art.org Certaines de ses pensées touchent par leur pertinence et leur intelligence, par exemple lorsqu’il revient sur les raisons qui l’ont poussé à rejoindre la magistrature. Pour Scarpinato, « le droit n’est pas un moyen de rendre à chacun son du, mais plutôt un instrument essentiel de défense de la dignité humaine... Les institutions devraient garantir le droit à la fragilité humaine ». Ce genre de discours est évidemment à contre courant de la pensée dominante, et à haute teneur philosophique, et on comprend tout à fait ce qui a conduit Anna Rizello à aller à la rencontre de ce personnage d’exception (…)

Monde de Mirontaine Ce livre est la parole retranscrite d’un homme qui se sait mortel, sous le joug d’une possible tentative d’assassinat mais néanmoins il poursuit cette lutte absolue et nous fait part de sa pensée. Ce livre va plus loin que le domaine du droit, c’est un point de vue humaniste qui convoque un grand nombre de disciplines (philosophie, sciences politiques, sociologie, littérature, histoire...) car le langage juridique ne peut suffire pour expliquerle phénomène de la mafia. Ce n’est pas seulement le travail d’un juge mais celui d’un Homme.

Octobre


e

Revue de presse 2011

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello juin 2011

Le coin des bloggeurs…

babelio.com Le style est accessible à tous, très fluide, la traduction est vraiment très très bonne. Pour lire régulièrement des entretiens politiques il est rare que les questions et réponses s’imbriquent aussi bien, les questions d’Anna Rizzello sont pertinentes (…)

espacetempslibre.blogspot.com Un petit livre de par le nombre de pages, mais riche. Les pavés n’ont pas l’apanage de la qualité (…) la traduction me semble bien faite (pas de non sens comme parfois on peut en relever). Le texte est excellent, mais plus parce que le juge Roberto Scarpinato est un homme d’une culture rare. Ses propos sont denses, toujours justes et réfléchis. Sa vision n’est pas banale et me plait assez car elle englobe tout, même des composantes auxquelles on aurait pu ne pas penser.

passionlecteur.over-blog.com C’est un livre qu’il m’a fallu lire et relire tant les pistes et les réflexions échangées entre Anna RIZZELLO boulversent les images, parfois les clichés (…) Tout est clairment démontré par ce juge dont la culture est à la fois exceptionnelle et délibérément vulagrisée (citation de Sartre, de Yourcenar, connaissance de la mythologie), il n’hésite pas à proposer des solutions en se reposant sur les leçons tirées des accointances entre la criminalité organisée et les dictatures sud américaines, des failles de nos propres système judiciares (…)

Septembre


Revue de presse 2011

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello juin 2011

Juin à Septembre J’essaime pour une autre justice


Revue de presse 2011

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello

Septembre Let’s Motiv

Marie-Lucile Kubacki

juin 2011

n°66 / septembre 2011 / GRATUIT

chroniques JOUEUR_1 Douglas Coupland éd. Au diable vauvert L’absurdité du monde contemporain est l’un des thèmes favoris de Douglas Coupland. Joueur_1 n’en est que la preuve supplémentaire. Dans ce roman inabouti, parce que brouillon et abscons, l’écrivain canadien nous fait vivre, en même temps que ses cinq personnages, la fin de l’ère pétrolière. à l’heure de la remise en question forcée de parcours déviés, les réflexions existentielles s’enchaînent, sans laisser de répit au lecteur. Elles visent souvent juste. Mais elles tournent tout aussi souvent à la digression stérile, tant l’histoire va à vau-l’eau. Quant à l’humour percutant si caractéristique du style de Coupland, il n’affleure ici que très rarement. Dommage, il aurait allégé la rentrée. 312 p., 20€. Faustine Bigeast

VERS L’EMPREINTE IMMACULéE Simon Hantaï – Alain Fleischer | éd. Invenit Depuis 2010, la collection Ekphrasis met en relation un auteur et une œuvre conservée dans les musées du Nord – Pas-deCalais. Cette onzième référence réunit Alain Fleischer, directeur du Fresnoy (Tourcoing), et une création sans titre et hybride (mêlant peinture, photo, technologie numérique et même couture) du plasticien Simon Hantaï, présentée dans l’exposition « Fables du lieu » en 2001. Le texte brillant de Fleischer retrace tous les jalons et enjeux artistiques de ce fameux quadriptyque, au point de quasiment le révéler aux yeux du lecteur. Dans un registre plus intime, cet essai dévoile les origines du travail sur le « plié – déplié », emblématique de l’œuvre picturale de Hantaï. Un bijou ! 40p., 9€. François Lecocq

LE DERNIER DES JUGES Roberto Scarpinato –Entretien avec A. Rizzello | éd. La Contre-Allée On ne saurait dire que Roberto Scarpinato doit à la chance d’incarner la Mémoire de la justice anti-mafieuse : jadis collaborateur des juges Falcone et Borsellino, il se serait sans doute passé de cette charge s’il n’avait été le seul, désormais, à pouvoir s’en acquitter –sous escorte permanente. Notre chance à nous, du moins, c’est de pouvoir recueillir, au fil de cet entretien, une somme de réflexions qui, au-delà de l’ « anomalie italienne », engagent notre appréhension du pouvoir, et du nécessaire rempart contre ses dérives : la connaissance. Au bout du compte, ce mince vademecum délivre une exigeante leçon de responsabilité : «Celui qui accroît son savoir accroît sa douleur ». 48 p., 7€. François-Xavier Beague

nord & belgique Cultures et tendances urbaines


L’Écho du Pas-de-Calais n o 118 – Juillet-août 2011

30

ÉDITIONS

Collection - La Sentinelle

Revue de presse 2011 Textes Jean-Yves Vincent et Philippe Vincen

Livres…

Le Dernier des juges entretien avec Roberto Scarpinato, mené et traduit par Anna Rizzello juin 2011

Le dernier des juges

LUDIVINE FASSEU ET BRUNO COLLIOT

RENÉ DUCOURANT

Les Cantiques de Saint Léger de Gosnay

Le sentier des douaniers

Juillet L’ Echo du 62 - Jean-Yves Vincent

Ecoute-voir

L’Écho du Pas-de-Calais n o 118 – Juillet-août 2011

30

Textes Jean-Yves Vincent et Philippe Vincent-Chaissac

118

www.echo62.com

Juilletaoût 2011 - no

ISSN 1254-5171

Faut pont mette d'z'éfants su du carbon pou l'z'avoir blanc !

Livres…

p. 16

Photo L’Écho du Pas-deCalais

Roberto Scarpinato est « le René Ducourant est m dernier Fdes juges », dernierRENÉ LUDIVINE ASSEU DUCOURANT C Le sentier douanier de la Côte la lumière, on sait son survivant de la génération desLes Cantiques ET BRUNO COLLIOT baie plages de Somme Il présente dans cet Mo juges Falcone et Borsellino, d’Opale à laNos des reproductions dC Lebrutalement sentier assassinés par ladeestSaint Légerdocumentaire un livre tures et de vitraux a ont la cote des douaniers Gosnay Le dernier des juges mafia en 1992. Il est l’un desdepour nous faire découvrir la détails en quadrichroI procureurs du procès beauté des paysages du Nord retracent l’histoire d Andreotti, et a instruit les - Pas-de-Calais et de la leux projet de restaurC plus importants procès menés de réhabilitation de l’é contre la mafia et ses liens au Somme. Les commentaires Gosnay et sa transfor subtils de Ludivine Fasseu, sein du monde politique et en unité d’art sacré. institutionnel. Sous protec- nous font voyager sur les côtes L’atelier galerie des Cha tion policière depuis plus de de cette région. Les superbes 5 route Na vingt ans, mémoire historique photos de Bruno Colliot nous français est 62199 de la justice anti-mafia, procurent des sensations réussi à endosser la pré p Roberto Scarpinato balaie de Montlhéry : « tout à co ses réflexions les lieux fortes et nous donnent envie jaillit comme s’il ava MARTINE Hla ABOURDIN communs sur la justice, le d’aller voir nous-mêmes ces remportait course -q pouvoir et la religion. LENARCZYK paysages grandioses. Après notoriété sportive natio Roberto Scarpinato est « le Cet entretien a été mené etRené Ducourant maître Au moins Promenade à 3 avoir lu ce est livre, onden’a d’autres… dernier des juges », dernier Le traduit de l’italien parCôte Annala lumière, on sait sonc’est œuvre. écrira avec un ou sentier douanier de la Montreuil-sur-M qu’une seule idée, d’en- l’on survivant de la génération des Rizzello, qui de Somme fera laIl présente dans cet ouvrage région Nord – Pas-deà la baie nos chaussures et de Déprez. Promis au mét juges Falcone et Borsellino, d’Opale connaissance de Robertodesfiler reproductions de peinun livre à documentaire partir à la découverte de ces brutalement assassinés par la estScarpinato l’occasion d’unetures et de vitraux avec des du trou noir pour s’é mafia en 1992. Il est l’un des pour nous faire découvrir la détails paysages. Livre parfait qui pour destin qui nous est a conférence donnée pour en quadrichromie procureurs du procès beauté des paysages du 2008, Nord àretracent l’édition Citéphilo tous lesl’histoire amoureuxdudefabula mer Defrance qui vient de p Andreotti, et a instruit les - Pas-de-Calais Lille. Elle y etsera de restauration et Marcellak (la fille de Cé de lasonleux et projet les amateurs de randonplus importants procès menés interprète. de nées. réhabilitation le détail des épreuves a N.-F. de l’église de contre la mafia et ses liens au Somme. Les commentaires Gosnay et sa transformation France, championnat d Ludivine Fasseu, la contre allée,en unité d’artÉditions Ouest-France sein du monde politique et subtils de Éditions sacré. Portrait d’un homme e institutionnel. Sous protec- nous font voyager sur les côtes prix 7 € L’atelier galerie des Chartreuses, prix 15,90 € César restera l’exemple tion policière depuis plus de de cette région. 5 route Nationale, Les superbes ISBN 978-2-917817-07-0 ISBN 978-2-7373-4823-5 Éditions Nor vingt ans, mémoire historique photos de Bruno Colliot nous 62199 Gosnay, de la justice anti-mafia, procurent des sensations prix 25 € Roberto Scarpinato balaie de Joli ouvrage au fo ses réflexions les lieux fortes et nous donnent envie paysage pour cette d communs sur la justice, le d’aller voir nous-mêmes ces MARTINE HABOURDINpromenade dans les rue pouvoir et la religion. paysages grandioses. Après LENARCZYK Montreuil-sur-Mer. L’ar Cet entretien a été mené et avoir lu ce livre, on n’a Promenade à Juillet e a promené son chevalet traduit de l’italien par Anna qu’une seule idée, c’est d’en- Montreuil-sur-Mer la cité et s’est la Rizzello, qui fera la Tendandes Côte d’Opale filer nos chaussures et de doucement imprégner pa connaissance de Roberto Kathleen Meneghini ambiances. Vene Scarpinato à l’occasion d’une partir à la découverte de ces placettes, remparts, faça conférence donnée pour paysages. Livre parfait pour perspectives… une lég l’édition Citéphilo 2008, à tous les amoureux de la mer accompagne les illustra Lille. Elle y sera son et les amateurs de randonet donne sens à la prome interprète. nées. N.-F. LORE Vasseur n’était jamais entrée dans une assemblée départementale… Avec C qui part du pied des remp Éditions la contre allée, Éditions Ouest-France C’est désormais chose faite, et de quelle manière ! La journaliste Flore V et va jusqu’à la citadelle. prix 7 € prixex-pensionnaire 15,90 € ISBN 978-2-917698 romancière, d’HEC, s’est rendue à l’Hôtel du département capita ISBN 978-2-917817-07-0 ISBN le 30 mai978-2-7373-4823-5 dernier pour recevoir des mains du président du conseil général, surprix la Dominique Dupilet, le prix Jean-Amila-Meckert, prix du livre d’expression politiq populaire et de critique sociale. Elle y a signé une allocution incisive, devant un « Je parterre de conseillers généraux conquis par la justesse et la force du propos, à d’abor la hauteur de la colère qui anime l’auteure. vail so peut p récom e totalem même prix si Comm enquê sphère LORE Vasseur n’était jamais entrée dans une assemblée départementale… Avec Comment j’ai liquidé le siècle, tion pd C’est désormais chose faite, et de quelle manière ! La journaliste Flore Vasseur dénonce la dictature du nectéVd romancière, ex-pensionnaire d’HEC, s’est rendue à l’Hôtel du département capitalisme, et si elle a longtemps tapé décritd le 30 mai dernier pour recevoir des mains du président du conseil général, sur la finance, c’est aujourd’hui les le dér « Dominique Dupilet, le prix Jean-Amila-Meckert, prix du livre d’expression politique qu’elle interpelle. en populaire et de critique sociale. Elle y a signé une allocution incisive, devant un « Je suis touchée parce que tout l’ parterre de conseillers généraux conquis par la justesse et la force du propos, à d’abord, ce prix récompense un tra- d la hauteur de la colère qui anime l’auteure. vail solitaire, tellement solitaire qu’il fi peut parfois donner le vertige. Il n récompense aussi un pari, le pari P totalement fou d’être lue, et peut-être ba même un jour, d’être entendue. Ce ce prix signifie que j’ai été entendue ». a Comment j'ai liquidé le siècle est une le Pascal Hiez,

p. 24

Photo Philippe Vincent-Chaissac

la course et les chiens

Céline Deville

p. 29

Photo Agence Gérard-Drovot Production

Grande du Pas-de-Calais

Nikki et The Season

Photo J.

Pouille

au Château d’Hardelot

DOSSIER

en pages 20 et 21

Portrait d’a

Flore Vasseur a remporté le 7 P avec Comment j'ai liquidé le siè

« Ce prix signifie que j’

F

Photo A. Top

Portrait d’auteur

Flore Vasseur a remporté le 7 Prix Jean-Amila-M avec Comment j'ai liquidé le siècle (Ed. des Équ

« Ce prix signifie que j’ai été entend

F

Photo A. Top

Ecoute-voir


Revue de presse Le Dernier des juges