Page 1

Revue de presse "EN APARTÉ" (éditions) La Contre Allée www.lacontreallee.com

NORD ECLAIR - MON DIMANCHE

Quelques notes de Chailloux Extrait «Et c’est avec un poète-écrivain, Lucien Suel, qu’elle s’aventure cette fois-ci. Une résidence en novembre-décembre avec les (éditions) La Contre Allée. L’idée : retranscrire les paroles des Fivois en mots et en musique. « On va également créer un cabaret que l’on jouera le 19 décembre au théâtre Massenet. Et pourquoi pas un disque et un livre ? ». Delphine Pommier NORD ECLAIR - MON DIMANCHE 11 octobre 2009

TELERAMA

Les voyages sonores de Laure Chailloux Extrait "En attendant, Laure Chailloux atterrit à Fives, son quartier de Lille. Avec les (éditions) La Contre Allée et l'auteur Lucien Suel, elle part à la rencontre des habitants pour écrire, en mots et en musique, l'histoire de ce quartier populaire en pleine mutation. "On s'imprègne des choses, on va lire chez les gens, la matière s'étoffe au fur et a mesure... J'aime cette façon de créer en avançant." Un cabaret original en naîtra, encore une autre histoire..." Cécile Rognon TELERAMA semaine du 21 au 27 novembre 2009


Revue de presse "EN APARTÉ" (éditions) La Contre Allée www.lacontreallee.com

NORD ECLAIR

Une visite guidée pour découvrir la place Degeyter L’office du tourisme proposait, samedi, une visite de la place Degeyter. Deux points de vue se confrontaient : celui, historique, d’une guide conférencière, et celui, urbaniste, d’un paysagiste ayant participé à la réalisation de la place. Saviez-vous que Pierre Degeyter, l’ouvrier fivois qui a donné son nom à la place centrale du quartier, est aussi l’homme qui a mis en musique l’Internationale ? C’est en tout cas ce qu’a appris la quinzaine de curieux ayant participé, samedi après-midi, à une visite guidée de la toute récente place Degeyter, inaugurée en avril 2007. Organisé par l’office de tourisme de Lille, l’événement a rassemblé principalement des habitants du quartier. La visite guidée a surtout parlé d’urbanisme, le domaine de Nico Bouts, paysagiste du cabinet Nord Sud Paysages ayant travaillé sur place. « Ca a été très difficile de choisir un projet, ça nous a pris des heures et des heures de discussions. Installer des parkings ou laisser de la place pour les arbres ? C’est la bataille entre un peu de convivialité et un peu de place», raconte-t-il. La version finalement retenue vise à mettre en valeur le centre du quartier et limiter le passage des voitures. « Ce fut dur d’en arriver là. Même Martine Aubry est intervenue directement !». La visite guidée s’est conclue à Lasécu par une lecture en musique de Laure Chailloux et Lucien Suel organisée par une association du quartier, La Contre Allée. Adrien Vilquin NORD ECLAIR 23 novembre 2009

Partenariat avec le département "Ville d'Art et d'Histoire"


LA VOIX DU NORD VENDREDI 18 DÉCEMBRE 2009

QUARTIERS LILLE

21

FIVES

Le quartier dans les mots de Lucien Suel, dans les notes de Laure Chailloux Un auteur, Lucien Suel, et une accordéoniste, Laure Chailloux, sont en résidence à Fives à l’invitation de la maison d’édition la Contre Allée. Leur immersion se traduira par la sortie d’un ouvrage écrit et audio dans quelques mois. Ce samedi, au théâtre Massenet, ils donnent à voir et à entendre quelques bribes de leur travail.

devenir propriétaire dans un quartier populaire. Je ne voulais pas m’enclaver dans un endroit avec des gens d’une seule et même classe sociale. Et puis je savais que ce quartier allait évoluer. L’habitat pas cher attirait des gens qui voulaient acheter.» Pas déçue pour un sou, elle apprécie énormément «la vraie convivialité entre voisins» et « les rapports simples», l’impression « qu’il n’y a pas de système de pré carré ». La musicienne observe les mutations : « Il faut faire attention à la façon dont on fait bouger les villes aujourd’hui. Que deviendra Fives-Cail, quartier dans le quartier... Et les courées ?» De ses pérégrinations, Laure Chailloux se nourrit pour écrire ses partitions pour accordéon. « Il y a des tas de tableaux visuels qui peuvent se traduire en tableaux sonores. Ils sont poétiques, charmants, contradictoires... Si on prend le temps de regarder, de se promener, » on construit une musique.

PAR CATHERINE PAINSET lille@lavoixdunord.fr PHOTOS MAX ROSEREAU

Lucien Suel, écrivain, habitant ordinairement Ligny-lez-Aire, dans le Pas-de-Calais, s’est installé dans le quartier en octobre. La musicienne Laure Chailloux, elle, n’a pas eu à déménager puisqu’elle a posé ses valises ici il y a près de quinze ans. Tous deux vivent pourtant jusqu’en février, à l’invitation de la Contre Allée, la même expérience : être à Fives en résidence – En aparté – pour créer « une œuvre oriSpectacle vivant ginale sur l’histoire sociale et cultuDans un système de constant va-etrelle du quartier». Du texte et de la vient, le texte nourrira la musique musique naîtront de leur immeret la musique nourrira le texte. On sion, de leurs observations, de aura une idée, samedi, sur la scène leurs recherches. « Il est important du théâtre Massenet, de cet enchequ’ils puissent séjourner long- Ils seront trois sur scène samedi, dit Laure Chailloux : elle-même, l’accordéon et Lucien Suel. vêtrement. Cette étape de travail temps, qu’ils rencontrent les commontrée en public vient après d’aumerçants, les habitants, les gens », qui ont disparu, ceux qui sont enQue fera-t-il de toute cette matière tres présentations chez des habiappuie leur hôte Benoît Verhille, « J’absorbe. Ça ne se voit là, ça dit des choses... core » Il lui brute ? « Ma production ne sera pas tants. « C’est difficile de faire entrer responsable de la maison d’édition. reste à peu près un mois de rési- pas car je ne prends pas une fiction, car je sors d’un roman tout le monde dans un salon, et puis c’est important aussi d’investir un dence. « Il y a encore une liste de ( La Patience de Mauricette). Ce lieu de diffusion culturelle de proxi300 briques ! questions que je voudrais creuser et de notes en direct, sera plutôt une vision poétique de Fi- mité », indique Benoît Verhille. Les de gens que je voudrais rencontrer. mais je travaille. » Lucien Suel collecte les informaves, son passé, son futur.» L’auteur artistes n’arriveront pas avec une Par exemple, j’ai prévu un entretien tions, évoluant comme un quidam s’est posé la question de la forme. forme finie, cette lecture musidans son quartier. « Quand je vais à avec une infirmière qui fait ses tour« L’objet le plus courant, ici, c’est la cale-là n’aura lieu qu’une fois... la boucherie, les gens ne me connais-nées ici depuis une douzaine d’an-la guerre... Et puis il avait fait quelbrique. J’ai décidé d’écrire des textes « Ce n’est pas une représentation nées. J’ai aussi rendez-vous au CDI ques recherches, pour participer à dans le format homothétique d’unespectaculaire, mais on est vraiment sent pas. Je ne dis pasbonjour, " je du collège Boris-Vian pour que les l’ouvrage publié par la Contre Alsuis écrivain ". » Il discute, entend face de brique. Cela représente 7 li- dans le spectacle vivant. » les conversations. « J’enregistre enfants me parlent de leur environ- lée en septembre 2008, À chacun gnes de 46 caractères. Pour donner Et puis cet instant suspendu, à son tout, j’absorbe. Ça ne se voit pas, nement.» Chaque pas est une dé- sa place. Ses impressions du quoti- ce côté visuel au texte, j’ai 300 bri- tour, suscitera des réactions dans dien ? « Je trouve que la propreté car je ne prends pas de notes en di-couverte, puisque Lucien Suel la salle, des gens se proposeront ques à faire !» rect, mais je travaille.» En ce mo- n’avait mis les pieds qu’une fois s’est améliorée... ou alors je me suis pour accueillir des lectures... « Il habitué ! Je me sens à l’aise ici. ment, il recopie les intitulés des vi- dans le quartier, par inadvertance, faut que tout le monde se réempare Tableaux sonores Mais je pense qu’il est nécessaire de trines, entre les stations de métro il y a longtemps. Il note pourtant de ces histoires , conclut l’éditeur. Marbrerie et Fives (mais en surque les parents de sa femme pouvoir aller plus facilement dans le Laure Chailloux vit à Fives depuis On peut en être dépositaire, mais on face, évidemment). « Les magasins avaient tenu un café à Fives avant quatorze ans. « C’était un choix de n’en est pas propriétaire. » » centre de Lille, à pied ou à vélo.

« On est une école de la curiosité » La résidence d’artistes est l’une des initiatives de la maison d’édition fivoise la Contre Allée, dont la thématique est « Mémoire et société ». Le premier ouvrage publié, À chacun sa place , auquel avaient déjà participé Laure Chailloux et Lucien Suel, était un livre mêlant photos, paroles de Fivois et poèmes. « Dans la continuité de ce travail, nous avons initié En aparté», indique Benoît Verhille. Préparée depuis dix-huit mois, cette résidence a commencé avec le travail de Nicolas Devos, puisque « le principe est d’associer un plasticien, un musicien et un auteur». De juin à

septembre, le réalisateur a filmé le sur nos vies actuelles», pour le quartier. « Pour initier l’histoire », transmettre aussi. Elle observe le Sous les pavés, la place a été projeté présent, y agit comme lien social, en continu au théâtre Massenet proposant un sujet d’intérêt comlors des dernières Journées du patri- mun, fédère l’action de divers partemoine. naires publics et privés (hormis, bizarrement, le Département, tient à Images, écriture et musique, la Contre Allée ne néglige aucune dis- préciser l’éditeur). Elle parie sur cipline pour refléter le quartier l’avenir en invitant des artistes à rencontrer des habitants (et inverdans sa vérité. On sent Benoît Verhille habité par son sujet. « Fives sement) dans un quartier popuest un quartier historique, exposé à laire. « On multiplie les possibles, une totale reconversion, puisque ceon est une école de la curiosité, une qui a légitimé son existence – l’acti- maison où l’on parle de la cité », détaille encore Benoît Verhille. C’est vité industrielle – n’est plus.» La Contre Allée regarde le passé sûr, il y aura une deuxième résiBenoît Verhille, directeur de la « pour y trouver des explications dence En aparté. C. P. Contre Allée.

ZOOM

La soirée de samedi

Ciné-concert, lecture et musique sont au programme deRencontre(s) en aparté . On découvrira le travail de Lucien Suel et Laure Chailloux mais aussi celui du troisième artiste en résidence, le réalisateur Nicolas Devos, et des artistes invités, Pénélope Michel, Leïla Bousnina, Élisabeth Gilly et Amandine Dhée. À 19 h au théâtre Massenet, rue Massenet. Entrée : 5/3 ? . 03 20 04 81 65.

À suivre sur le web

Deux sites internet permettent de suivre l’actualité de la résidence et de la maison d’édition. lillefivesenaparte.blogspot.com lacontrealle.com 1328.


14

LILLE

www.nordeclair.fr

2152.

NORD ÉCLAIR VENDREDI 18 DÉCEMBRE 2009

MASSENET

Art et débat s’invitent chez les Fivois La Contre Allée, maison d’édition lilloise attachée à la thématique « mémoires et société », organise des lectures musicales au domicile des Fivois. Sauf ce samedi, où « la Rencontre en Aparté » se déroule au Théâtre Massenet. LAURIE MONIEZ > laurie.moniez@nordeclair.fr

C

e soir-là, c’est Brigitte qui invite. Bonbons, cacahuètes et petit coup à boire. On reçoit à la bonne franquette dans cette rue Désaugiers, à Fives. Et on arrose le tout d’une bonne dose de chaleur humaine. Les voisins ne se sont pas déplacés en masse, mais ce n’est pas le nombre qui compte. « L’idée, c’est avant tout de rassembler des gens autour d’une histoire, autour du quartier qu’ils habitent », nous explique Benoît Verhille, le créateur de la maison d’édition La Contre Allée qui propose ces « Rencontres en Aparté ». Et des histoires à Fives, il y en a. En résidence depuis octobre dans un petit appartement du quartier, l’auteur Lucien Suel a glané ici et là des témoignages de ces Fivois, « des gens simples qui vivent ensemble ». L’auteur venu des collines de l’Artois est même devenu un Fivois, avec ses « petites habitudes ». De rencontres en rencontres, il a bâti des textes sur la vie du quartier, et notamment la place Degeyter. Chez Brigitte, c’est devant la cheminée que Lucien s’est installé pour mettre en voix ces histoires fivoises. À ses côtés, l’accordéoniste Laure Chailloux salue un par un les voisins venus assister à cette lecture musicale. Il y a JeanPierre, retraité SNCF, « embrigadé dans cette association de malfaiteurs ! » se marre-t-il en évoquant son adhésion à Paroles d’Habitants. Il y a aussi Jean-Claude, attaché à son quartier comme un arbre à sa terre. Au encore ce jeune couple ou cette maman venue avec ses deux enfants.

Laure Chailloux et Lucien Suel en pleine lecture musicale, organisée chez Brigitte, habitante de Fives. On s’installe dans le canapé. Et, comme au théâtre, le silence se fait pour permettre à Lucien et Laure d’entamer leur lecture musicale. Lucien raconte la vie de Fives Cail Babcock à coups de métaphores, d’ellipses et de poésie. « L’usine est fermée », souffle-t-il. « Ah, non ! Elle est pas fermée ! » tempête Jean-Claude, qui, le temps d’un instant, a oublié que les artistes sont en représentation, que les textes de Lucien sont romancés, que, même si l’avenir de FCB est un sujet délicat pour lui et ses voisins, le temps des débats est pour après. Cette intervention du voisin de Brigitte prouve que le

PANTALON

Prix ANNIVERSAIRE sur les marques les plus prestigieuses 113046111542VD

%

sur TOUT le magasin* * offre non cumulable, valable jusqu’au 24 décembre 2009. Remise déduite à la caisse sur tout le stock disponible.

OUVERT 7 j./7, de 9 h à 12 h et de 14 h à 19 h, le dimanche de 10 h à 12 h et le lundi de 15 h à 19 h

PANTALON 176, rue Pierre-Legrand - LILLE-FIVES (Métro Fives) - Tél. 03 20 56 77 50

DU

Le spécialiste

Implanté au cœur de Fives, le théâtre Massenet ouvre ses portes aux artistes résidents des Rencontre(s) en aparté (Laure Chailloux, Lucien Suel, et Nicolas Devos) pour présenter et partager au public le travail entrepris il y a quelques mois avec les habitants de Fives. Souvent associée aux initiatives locales, la maison d’édition La Contre Allée propose différents rendez-vous, afin de multiplier les opportunités d’échanges et de dialogues. Dans cette dynamique, le dispositif « En Aparté » prévoit des périodes de recherches, des rencontres des publics, des temps d’écriture, des lectures chez l’habitant (lire cidessus) et des représentations publiques comme ce samedi 19 décembre où vous pourrez découvrir l’œuvre produite par les artistes et inspirée par l’histoire forte et populaire de Fives. Autres artistes invitées pour l’occasion : Leïla Bousnina, photographe, Amandine Dhée, auteur, et Élisabeth Gilly, comédienne. ɀ ៅ

Rencontre(s)en aparté demain à 19h au théâtre Massenet. Tarifs : 3 et 5 €.

LILLE-CENTRE ᔡ Vol sous la menace d’un couteau près de la gare Lille-Flandres. Un jeune

depuis 1933

-20

ÉCLAIRAGE Première édition de Rencontre(s) en aparté

On s’installe dans le canapé. Et, comme au théâtre, le silence se fait pour permettre à Lucien et Laure d’entamer leur lecture musicale. ne veut pas trépasser », « Il est encore temps de refuser la table rase, de remplir les places vides ». Fin du spectacle. Applaudissements. Brigitte, Jean-Claude, JeanPierre et les autres digèrent ce texte sur la mémoire de Fives et ses habitants. Benoît Verhille, qui souhaitait « aller au-delà du "bonjour voisin" pour échanger sur ce qui touche les habitants comme leur environnement qui bouge » a réussi son pari. Un double pari puisque selon lui, « une fois qu’on a fait passer un artiste dans la cuisine des gens, on a déverrouillé quelque chose ». Si ces Fivois se déplacent samedi soir au Théâtre Massenet, c’est gagné. ɀ

FAITS DIVERS

DU

Le spécialiste

travail mené par les artistes touche au cœur de la vie des habitants. Il faut la douceur des notes de l’accordéon de Laure pour replonger dans l’ambiance feutrée de la lecture musicale. Les grands yeux bleus de la jeune accordéoniste balayent le public restreint. Ses doigts galopent sur les touches blanc ivoire de son instrument en bois pendant que le feu crépite dans la cheminée et que Lucien poursuit sa narration. À la manière d’aphorismes, l’auteur de romans raconte : « À la place de la Place, il y avait des maisons », « Il reste du passé qui

homme de 18 ans a été dépouillé de son argent, de ses cigarettes et de son téléphone, dans la nuit de mercredi à jeudi, vers minuit. Après avoir alerté le 17, il a été escorté par une patrouille de la Bac et a reconnu son agresseur à proximité. Celui-ci, un SDF âgé d’une vingtaine d’années, et déjà connu pour des faits de vol, a été arrêté et placé en garde à vue. Confié

à la brigade de répression des actes violents (Brav) de la Sûreté de Lille, il a reconnu les faits. Il doit être déféré demain au tribunal en vue d’une comparution immédiate.

LILLE ᔡ Deux cambriolages élucidés. Un vol par effraction a été commis lundi après-midi rue Necker, à Fives. Dans la foulée, la police a aperçu deux individus courir et a pu interpeller l’un d’eux. Le deuxième a été arrêté mardi. Tous deux ont reconnu les faits et seront convoqués ultérieu-

rement au tribunal. Un peu plus tard, dans la nuit de lundi à mardi, un autre cambriolage a été commis dans un cabinet médical de la rue de la Collégiale, dans le Vieux-Lille. Deux individus âgés de 17 et 20 ans ont été interpellés à proximité peu de temps après, en possession de médicaments et d’un ordinateur portable appartenant au cabinet. Ils ont reconnu les faits et seront convoqués ultérieurement au tribunal. Le majeur pour y être jugé, le mineur pour être mis en examen, par le juge des enfants.


Revue de presse "EN APARTÉ" (éditions) La Contre Allée www.lacontreallee.com

www.culturenord.fr La Contre Allée : la vie entre les lignes

Dans le foisonnement du monde de l’édition, la Contre Allée fait sans doute figure de Petit Poucet. Mais ses cailloux semés sur le terreau du quartier de Fives, à Lille, lui ouvrent de singuliers horizons. Rendez-vous « en aparté », ce samedi, pour suivre le cheminement engagé de ses artistes. C’est une jeune maison d’édition née dans le quartier de Fives à Lille. C’est là que La Contre Allée trouve son inspiration, de quoi nourrir la fringale humaniste de ses auteurs, leur envie de dire, d’écrire, d’inscrire. Le principe de la maison, portée par Benoit Verhille : travailler autour de la thématique « mémoires et société»; interroger un territoire pour mieux témoigner, dialoguer, transmettre, imaginer l’avenir. En cela, le quartier de Fives, riche d’un siècle d’activité industrielle et aujourd’hui en pleine mutation est un terreau formidable. A partir d’une histoire singulière, La Contre Allée propose une réflexion universelle : quels choix de vie, de société pour demain ? Comment vivra-t-on la ville, Lille en l’occurrence ? C’est en croisant les regards, regards d’artistes, d’intellectuels, de politiques… et d’habitants, que la maison d’édition construit son bel édifice et son identité particulière. Espace de recherches et de ressources. Après un premier pas franchi en janvier 2008, avec la sortie de A chacun sa place, ouvrage sensible et original de textes et photos autour de la naissance de la Place De Geyter, à Fives donc, la Contre Allée poursuit sur sa lancée en mettant en place des résidences d’artistes intitulées « En aparté ». Un travail sur le long terme, en profondeur. « C’est un projet en gestation » explique Benoit Verhille, « on invite des artistes à créer en s’inspirant de leur territoire d’accueil. On est dans l’idée de la docu-fiction, fiction au sens de perspective. Et cette mise en perspective de l’histoire et du « on va vers quoi », je crois que les artistes peuvent faire ça ». La résidence permet aussi d’inscrire la création artistique au cœur du terrain. Et c’est une belle manière de « creuser la veine sur laquelle on a envie de se développer » poursuit Benoit Verhille. « On est dans l’action concrète, on met les gens au travail et on développe tout ce qu’il est possible de développer comme rencontres autour du sujet ». Ainsi, trois artistes arpentent le quartier depuis des semaines, des mois : Nicolas Devos, musicien, vidéaste, Laure Chailloux, accordéoniste, Lucien Suel, écrivain, poète, habitent Fives ou s’y sont installés pour un temps. Balades et rencontres, histoire


Revue de presse "EN APARTÉ" (éditions) La Contre Allée www.lacontreallee.com

www.culturenord.fr (suite) et culturelle du quartier nourrissent leurs écritures. ➚ sociale Surtout, depuis le début de leurs pérégrinations, ils proposent des lectures régulières (musicales, imagées, bien sûr) de leurs travaux : principalement chez l’habitant, mais aussi dans différentes structures du quartier comme des foyers d’ados ou de femmes en difficultés. « C’est un rendez-vous singulier pour le public, et une étape de travail pour les artistes » souligne Benoit Verhille. Pas à pas, l’ouvrage se construit, mais c’est bien ce qui se lit, ce qui se vit entre les lignes qui lui donne tout son sens. Le prochain rendez-vous « En aparté » aura une résonance un peu particulière. Ce samedi 19 décembre, l’équipe de la Contre Allée s’installe au théâtre Massenet. Avis aux Fivois… et non Fivois. Une nouvelle fois, les compositions de Laure Chailloux feront échos aux mots de Lucien Suel et Nicolas Devos proposera un ciné-concert… ou comment se plonger 24h dans le vie du quartier de Fives. (Parallèlement, deux autres artistes sont invitées : la photographe Leïla Bousnina, qui travaille sur la mémoire des retraités immigrés maghrébins, et Amandine Dhée, jeune auteur lilloise qui croque avec acuité les situations de la vie quotidienne). « Il faut être clair, tout ceci n’est pas très spectaculaire, il n’y aura pas de feu d’artifice » s’amuse Benoit Verhille. N’empêche, ce genre de temps fort souligne l’importance de pouvoir travailler dans le temps. Et c’est un chapitre de plus dans l’histoire d’un livre en train de s’écrire. Cécile Rognon www.culturenord.fr Le 14 décembre 2009

Signature Titre (bold) Date


Revue de presse "EN APARTÉ" (éditions) La Contre Allée www.lacontreallee.com

LIBERTE HEBDO La Contre Allée , maison d’édition lilloise attachée à la mémoire et à la place de l’individu dans la société, nous invite aux Rencontre(s) En Aparté, samedi 19 décembre, 19h, au théâtre Massenet de Lille-Fives. L’écrivain-poète Lucien Suel, l’accordéoniste Laure Chailloux et le musicien mais aussi réalisateur Nicolas Devos présenteront, chacun, une œuvre originale issue du travail en résidence qu’ils ont effectué dans ce quartier de Fives à l’invitation de La Contre Allée, et inspirée de son histoire sociale et culturelle. L’objectif de cette résidence tient en quelques mots : témoigner, transmettre, dialoguer, questionner les mémoires et l’histoire d’un territoire. La soirée du 19 sera également l’occasion de découvrir le travail de deux artistes invitées : la photographe Leïla Bousnina, qui, depuis un an mène un travail auprès des résidents du foyer ARELI de Lille-Fives, et l’auteure Amandine Dhée. Liberté Hebdo Du 11 au 17 décembre 2009

SORTIR

En Aparté, c’est la rencontre que vous proposent les (éditions) La Contre Allée. Le théâtre Massenet implanté au cœur de Lille Fives ouvre ses portes aux artistes résidents pour présenter et partager au public le travail entrepris, il y a quelques mois, avec les habitants du quartier, les forces vives et associatives. Autour du questionnement des mémoires, de l’histoire, et du devenir d’un territoire, les artistes pressentis pour l’aventure, Laure Chailloux, Lucien Suel et Nicolas Devos ont rencontré au fil des mois les Fivois. De ces échanges chez l’habitant, de ces recherches, qui contribuent à la transmission et à la valorisation du patrimoine, l’accordéoniste, l’auteur de romans et le plasticien cinéaste donnent à entendre, à voir, à écouter une partition originale, inspirée de l’histoire sociale et culturelle du quartier. Sortir Du 16 décembre 2009 au 5 janvier 2010

Revue de presse - évènement En aparté 2009 - Éditions de la Contre Allée  

Revue de presse - évènement En aparté 2009 - Éditions de la Contre Allée