Page 1

photo : Alexandre Mattar

BULLETIN DE LIAISON DU THÉÂTRE LA CATAPULTE ... HIVER 2008

« Le théâtre est toujours le lieu d’un débat moral. » Michel Deutsch cité dans Le Petit dictionnaire du théâtre

L

A SOCIÉTÉ DE MÉTIS EN REPRISE:

pour bien reprendre les chemins tracés d’un rôle…

Les bons spectacles ne sont pas toujours faits pour être repris : certains ne contiennent pas la « profondeur » nécessaire pour mériter une nouvelle exploration ou une deuxième monture. La Société de Métis n’est pas, à mon avis, de cette catégorie : par sa mise en scène lente, calculée, où la folie des personnages est montrée, sans toutefois être contrainte, Joël Beddows raconte une histoire inventée de toute pièce. Il puise les éléments de son histoire dans le texte, bien sûr, mais il les enrichit d’une logique qui ne faisait pas partie du texte original de Chaurette, celui-ci étant à la fois hermétique et riche de plusieurs avenues possibles. La difficulté d’inventer un personnage lors d’une création est connue: l’absence de précédent y en est pour beaucoup. En fait, ce sont des personnages qui ne font pas partie de l’inconscient collectif, contrairement à une « Lady Macbeth » ou à une « Célimène », pour nommer que ces exemples-là. En ce sens, de reprendre le rôle de Pamela Dicksen représente une occasion unique pour moi en tant que comédienne; celui de revisiter ce qui a déjà été articulé, créé. Un piège se tend, par contre. Celui de jouer le rôle tel qu’il existe dans mon souvenir, car la mémoire est trompeuse et ne met en lumière que le résultat d’une interprétation passée de mon « Pamela », et non pas les choix qui l‘ont motivée. Ces choix seront donc à redécouvrir : un chemin déjà défriché mais perdu dans une forêt au creux de ma mémoire. Entre autre, j’aimerais m’interroger davantage sur la relation que Pamela entretient avec son cousin, Anthony Dicksen. Doit-il exister? Ne représente-il, au fond, qu’une image d’elle-même? L’autodestruction de Pamela, se reflétant entre autre par la cruauté qu’elle exerce envers celui qu’elle aime, Octave Gredin, est-elle la même autodestruction menant à cette culpabilité qui la ronge lorsqu’elle avoue avoir coupé les doigts de son cousin pianiste? Une nouvelle exploration de ce rôle, inspirée de ces questions, m’attend : un défi que j’ai bien hâte de relever!

vénements hivernaux et printaniers

L’HONNÊTE-HOMME : UN ONE WOMAN SHOW de Marc LeMyre (laboratoire fermé)

Salle Octave, Centre culturel Frontenac (Kingston) Du 27 au 30 janvier 2008

LA SOCIÉTÉ DE MÉTIS de Normand Chaurette (reprise et sortie) Salle Caisses populaires de l’Ontario, La Nouvelle Scène (Ottawa) Du mercredi 20 au samedi 23 février 2008, 20 h Réservations : 613.241.2727 À l’Espace Libre (Montréal) Du 28 février au 15 mars 2008, 20h Réservations : 514.521.4191

SI TU VEUX ÊTRE MON AMIE de Litsa Boudalika (accueil) Salle Caisses populaires de l’Ontario, La Nouvelle Scène (Ottawa) Du mardi 25 au vendredi 28 mars 2008 (matinée scolaire) Réservations : 613.562.0851, poste 222 Le vendredi 28 mars 2008, 20 h (représentation grand public) Réservations : 613.241.2727

REGARDE-MOI ! d’Isabelle Bélisle (tournée)

Au plaisir de vous voir à la Nouvelle Scène!

En tournée en Ontario et Colombie-Britannique de mars à mai 2008 Réservations : 613.562.0851, poste 222

Lina Blais Comédienne

LES MARGINOMADES de Marie-Pierre Proulx (mise en lecture) EN-VOLÉE de Marie Claude Dicaire (mise en lecture)

LES SOUPERS-THÉÂTRE DE RETOUR À LA NOUVELLE SCÈNE

La Nouvelle Scène vous propose les jeudi 21 et vendredi 22 février 2008, de 18 h à 19 h, un menu spécialement préparé par La Gourmandise. Ensuite, place au théâtre avec La Société de Métis. Dépêchez-vous les places sont limitées! Pour plus d’informations : www.nouvellescene.com/SOUPERS-THÉÂTRE

Textes primés du concours d’écriture 2007 Foyer Roger-Saint-Denis (Bistro) de La Nouvelle Scène (Ottawa) Le mardi 15 avril 2008, 20 h Réservations : 613.562.0851, poste 222

CETTE FILLE-LÀ de Joan MacLeod, traduction Olivier Choinière (reprise et tournée)

POUR MIEUX RETROUVER LE THÉÂTRE LA CATAPULTE

Le Théâtre la Catapulte a son propre groupe sur Facebook. Joignez-vous à notre groupe au www.facebook.com pour recevoir les toutes dernières nouvelles sur les productions ainsi que sur les évènements à venir !

Salle Caisses populaires de l’Ontario, La Nouvelle Scène (Ottawa) Du lundi 14 au vendredi 18 avril 2008 (matinée scolaire) En tournée en Alberta et au Québec de mars à mai 2008 Réservations : 613.562.0851, poste 222

CONCOURS PROVINCIAUX 2007-2008

LAVALLÉVILLE d’André Paiement (appui)

Dates de tombée pour les Prix dramaturgique O’Neill-Karch et Josée-Létourneau, ainsi que le Prix France-Ontario : le vendredi 2 mai 2008. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter www.catapulte.ca/Concours d’écriture

Production du Théâtre Tremplin À l’É.S.P. De La Salle Du jeudi 3 au samedi 19 avril 2008, 20 h Réservations : 613.241.2727


15ans de création,

Il s’agissait d’un événement conçu pour mettre de l’avant deux des activités du Théâtre la Catapulte parmi les plus importantes de sa programmation mais trop peu connues, à savoir l’accueil de productions à La Nouvelle Scène et des appuis offerts aux projets auto-gérés conçus par les artistes pigistes. En ce sens, les choix des pièces Le Chien et Les Malheurs de monsieur Dumonchôve se sont fait tout naturellement, le premier étant une production d’une compagnie sœur, le Théâtre du Nouvel-Ontario de Sudbury, et le second étant basé sur un texte récipiendaire du Prix Josée-Létourneau

remis dans le cadre du concours d’écriture de 1998.

Photo : Mathieu Girard

Dans le cadre de la cérémonie, le Théâtre la Catapulte a remis le douzième Prix O’Neill-Karch à MariePierre Proulx, ainsi qu’une mention spéciale à Marie Claude Dicaire, lauréates du Concours d’écriture annuel. Nous avons pu également entendre un bref bilan de Danielle LeSaux-Farmer, lauréate du premier Prix France-Ontario qui lui a permis de participer au Festival d’Avignon 2007 et enfin; le Théâtre la Catapulte a profité de l’occasion pour remercier madame Josée Létourneau qui a œuvré pendant trois ans à l’administration de la compagnie.

Exit(s) de Luc Moquin

Bien que la compagnie ait reçu un nombre important de messages de félicitations, compte tenu de l’importance de leur contribution à l’essor de la compagnie, Patrick Leroux, directeur artistique fondateur du Théâtre la Catapulte a livré lui-même un message de félicitation, suivi de Guy Warin – ancien agent de communication de la compagnie –, qui a communiqué ceux du Théâtre français du Centre national des Arts du Canada.

Photo : François Dufresne

Le 19 septembre 2007, le Théâtre la Catapulte a soufflé quinze bougies! Dans le cadre d’une soirée de souvenirs et de retrouvailles à La Nouvelle Scène, les artistes, animateurs, administrateurs, bénévoles, partenaires et amis qui ont marqué la compagnie depuis sa fondation ont d’abord assisté à la première de la pièce Le Chien de Jean Marc Dalpé, une cérémonie commémorative, et enfin, une représentation du projet auto-géré Les Malheurs de monsieur Dumonchôve de Marie-Ève Paradis également accueilli par le Théâtre la Catapulte.

L es Salutations de Patrick Leroux

Le Testament du couturier de Michel Ouellette

J’aimerais profiter de cette occasion pour remercier Joël et son équipe d’avoir su encadrer, former, élever et aimer La Catapulte comme elle en avait besoin. Je lui souhaite une fin d’adolescence des plus agréables[.] Louis Patrick Leroux Le 19 septembre 2007

Charrette, Nathaly

Bonin-Ducharme, Jules

[…] Cela me fait bien étrange de penser que mon enfant a aujourd’hui 15 ans. Je l’ai laissé auprès de Joël Beddows, il y a huit ans. Est-ce que je reconnais aujourd’hui cette enfant? Bien sûr! Elle a gardée ses traits et son ambition. Elle ne fait plus les mêmes crises. Elle fait attention à ce qu’elle dit. Elle est assidue, sérieuse, bonne enfant, mais elle sait étonner et détonner aux moments opportuns. J’ai laissé derrière moi une enfant sauvage qui se nourrissait de la démesure, une enfant brillante mais brouillonne. Joël et son équipe ont canalisé son énergie, ils ont veillé à bien la nourrir et l’habiller — choses que je négligeais parfois de faire, tellement elle m’éblouissait. Ils lui ont montré comment bien se comporter en public. Je suis fier de ses bienséances durement acquises. Je dois

quand même vous admettre que ce sont ses moments d’écarts qui me font surtout plaisir : ses lectures de Gauvreau, sa rencontre avec l’électrisant Marc LeMyre, son flirt avec un Michel Ouellette futuriste, par exemple. Derrière la bonne fille rangée et performante se trouvera toujours une enfant sauvage qui est née avec le goût du risque.

Boyer, Marc-André

du désir d’ébranler, d’expérimenter, de jouer. C’est ce qu’elle fait toujours, d’ailleurs.

Blais, Lina

Bélisle, Isabelle

Arnold, Steve

Quinze ans, c’est l’adolescence s’approchant résolument de l’âge adulte. À quinze ans, papa ne connaît rien. Tout est à faire et à dire. On a le regard rivé sur son avenir ou du moins l’idée qu’on s’en fait. On est préoccupé par ses pairs, par la place qu’on occupe et l’image qu’on projette. Pour certains, quinze ans, c’est l’âge ingrat, boutonneux, honteux. Pour d’autres, c’est l’âge de l’éclosion, du rattrapage avec l’âge qu’on aurait dû avoir depuis déjà longtemps. Quinze ans, c’est la fougue, l’audace, le mouvement inexorable vers l’avant, qu’importe les conséquences. J’ai fondé La Catapulte pour ça; pour que l’engin de guerre serve à propulser les jeunes dont la carrière et le talent étaient à la fois naissants et prometteurs. La Catapulte est née


15 ans d’audace !

L es Salutations du Théâtre français du CNA

É chos dramaturgiques

Les deux lauréates du douzième concours d’écriture animé conjointement par le Théâtre français de Toronto (TfT), du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) et du Théâtre la Catapulte, Marie-Pierre Proulx et Marie Claude Dicaire, retravaillent leurs textes respectifs avec l’appui de deux conseillères dramaturgiques depuis l’automne passé : la dramaturge et comédienne Marie-Thé Morin pour MariePierre Proulx et la comédienne Annick Léger pour Marie Claude Dicaire. Le fruit de leurs efforts sera présenté lors de mises en lecture le mardi 15 avril 2008 dans le Foyer Roger-Saint-Denis (Bistro) de la Nouvelle Scène.

Marie Claude Dicaire

Couture, Geneviève

Choinière, Olivier

Chaurette, Normand

Le Théâtre la Catapulte me permet de vivre une expérience extraordinaire; de pouvoir retravailler un texte que je jugeais moi-même incomplet et dont le désir d’achèvement me hantait régulièrement. Avec l’aide d’Annick Léger qui agit en tant que conseillère dramaturgique, je me plonge dans le monde sinueux que j’ai créé afin de trouver une ligne directrice plus juste. J’explore ainsi différentes tangentes et d’autres voies qui me mènent à l’élaboration de différentes situations et à la création… d’un nouveau personnage. Je me pose des questions inattendues aux réponses insoupçonnées qui me permettent de non seulement justifier les actions et les paroles de certains personnages, mais de créer un passé qui leur appartiennent, demeuré trop nébuleux jusqu’à maintenant. Bref, cette expérience jusqu’à maintenant m’est qu’agréable, car elle me permet d’explorer des éléments outre mon quotidien qui me touchent particulièrement, tout en étant guidée par quelqu’un qui respecte ma pudeur et mon rythme.

Merci Joël. Longue vie à la Catapulte. Paul Lefebvre pour le Théâtre français du CNA

Marie-Pierre Proulx Plume, Dièse, Doucelle, Dectole et Dali, Les Marginomades me sont apparus subitement il y a maintenant plus d’un an. Assise sur ma banquette d’autobus, j’étais bien loin de me douter que je porterais ces personnages avec moi jusqu’à maintenant. Depuis septembre, j’ai eu la chance de m’entretenir à quelques reprises avec la dramaturge et comédienne MarieThé Morin, ma conseillère dramaturgique, pour planifier tranquillement un travail de réécriture. Dès le premier entretien, son enthousiasme pour le projet m’a motivée. Dans les prochains mois, le véritable travail de réécriture sera amorcé. Je retravaillerai davantage mon texte avec l’encadrement et les commentaires de Marie-Thé. Voilà qui me permettra de le remettre en question tout en y trouvant de nouvelles nuances, de nouvelles couleurs… J’aurai également la chance d’exploiter davantage la poésie du texte dans un contexte musical, exercice que j’anticipe avec impatience. Le concours d’écriture dramaturgique provincial est pour moi une occasion en or de travailler et d’explorer mon texte tout en étant orientée dans ma démarche par un œil extérieur. Que demander de mieux quand la plume nous démange, mais qu’elle est encore hésitante? Déjà, plusieurs nouvelles idées germent dans ma tête. Il ne reste qu’à voir ce que Les Marginomades deviendront d’ici la fin du processus.

Rainville, Andrée

Les quinze ans du Théâtre la Catapulte nous donnent l’occasion de célébrer le rayonnement artistique de cette compagnie — avec laquelle nous avons coproduit il y a deux ans l’éblouissante Société de Métis. Ce quinzième anniversaire nous

Vous me permettrez maintenant de transmettre les vœux personnels de Paul Lefebvre : Le Théâtre la Catapulte est un exemple : une compagnie avec une démarche artistique audacieuse portée par une gestion tournée vers l’avenir. Mais, surtout, l’exemple d’une parole vouée à mettre en valeur l’imaginaire des artistes.

Gagnon, Érika

C’est avec joie que le Théâtre français du Centre national des Arts salue vos quinze années d’existence. Dans le métier du théâtre qui est le nôtre — métier difficile mais exaltant —, tout artiste, toute compagnie doit, création après création, saison après saison, faire preuve de sa vitalité et de sa pertinence artistique.

donne aussi l’occasion de saluer son fondateur, Patrick Leroux, et de souligner les grandes capacités d’artiste et de gestionnaire de son directeur actuel, Joël Beddows. Le Théâtre français te salue, Joël. Et te dit : CHAPEAU !

Goralski, Tina

Chers amis du Théâtre la Catapulte,


L E CHIEN de Jean Marc Dalpé à guichets fermés photos : Alexandre Mattar

Pour lancer la saison de La Nouvelle Scène, le Théâtre la Catapulte a présenté Le Chien de Jean Marc Dalpé, une production du Théâtre du Nouvel-Ontario (Sudbury) créée en collaboration avec le Théâtre la Catapulte. Cette production 20e anniversaire d’un texte phare de la dramaturgie francoontarienne a été un succès à plusieurs égards. Déclarée en décembre dernier comme l’une des cinq meilleures productions de l’année 2007 par Voir Gatineau-Ottawa, ce texte récipiendaire du Prix du Gouverneur Général 1988 était défendu par une distribution composée des comédiens Marc Bélanger, Annick Léger, Sylvain Massé, Aubert Pallascio et Manon St-Jules. Quant aux concepteurs Isabelle Bélisle, Ivan Pitre, Brian Smith et Éric Vani (alias Rise Ashen), ils ont créé un univers scénique des plus appropriés pour cette « tragédie boréale ».

LA CRITIQUE A DIT

ÉVALUATION DU PUBLIC

« Comment Dalpé a pu avoir si précocement écrit des mots d’une telle maturité ? d’une telle cruauté ? d’une telle vérité ? Ces questions tournaient dans ma tête au même rythme que se confirmait une autre grande performance : celle de Joël Beddows qui a fait une mise en scène toute en nuance, en justesse. Ça se voit que Beddows s’est approprié depuis longtemps ce texte, sa violence, son éloquence… Qu’il a compris la langue de Dalpé et qu’il ne veut en aucun cas l’illustrer. Il laisse les mots « être » et a su, pour ce faire, mettre en place des comédiens im-pecca-bles ! » – Mélissa Proulx, Voir

Matinées scolaires

Grand public

63%

78%

28%

19%

7%

3%

2%

0%

« Joël Beddows a bien saisi l’univers dont Dalpé a constellé le théâtre franco-ontarien en 1987. Grâce à une brochette d’excellents comédiens (Marc Bélanger, Sylvain Massé, Aubert Pallascio, Manon St-Jules et Annick Léger), il a dépeint une ruralité dont l’austérité fait peur, a exhumé des souvenirs qui seront ad vitam actuels, il a redonné une voix à cette langue grasse et avare de tendresse. » – Patrick Voyer, La Revue de Gatineau « Ça fait mal de voir autant de violence entre un père et un fils, de sentir autant de mépris de la part d’une mère désillusionnée, de naïveté d’une fille adoptive et d’incompréhension dans les yeux d’un grand-père. Et si j’ai pu ressentir toutes ces émotions ce soir-là, c’est en partie grâce au texte de Jean Marc Dalpé, oui, mais encore d’avantage grâce au talent des comédiens de cette pièce. C’était à couper le souffle. » – Lysanne Lesage, Le Voyageur « La force du texte, l’émotion. L’émotion qui se dégageait de la représentation. L’émotion est palpable sur la scène, dans la salle, surtout à la fin. C’est tellement intense que lorsque la lumière s’est éteinte et qu’on est revenu au noir […] ça a pris un bon moment au public pour réagir et se mettre à applaudir, comme s’il fallait qu’il absorbe toute cette émotion. Pour moi, c’est le signe d’un texte solide, mais aussi d’une interprétation qui est à la hauteur du texte et d’une mise en scène qui a visé juste. » – Johanne Melançon, La Première Chaîne, Radio-Canada

Lamarre, Hugo

Lafon, Domininique

Joubert, Jean-Philippe

Houët-Brisebois, Guillaume

Hazel, Jean

Dicaire, Marie Claude

« Avec une mise en scène et une scénographie des plus sobres, la troupe nous a plongés dans un univers intime où se côtoient des personnages torturés, hantés par un passé douloureux et un futur incertain. Sans aucun doute, le plus beau coup du [Festival Zones Théâtrales] FZT. » – Blaise Guillottte, Liaison


déjouer les clichés de la quête identitaire des P our ados : REGARDE-MOI! d’Isabelle Bélisle a ému… La nouvelle création pour public adolescent Regarde-moi ! d’Isabelle Bélisle a pris l’affiche pour la première fois de la Salle Caisses populaires de l’Ontario de La Nouvelle Scène en décembre dernier. Avec une équipe entièrement franco-ontarienne, Isabelle Bélisle a proposé un premier texte, une exploration du thème de la quête identitaire qui déjouait les clichés que l’on rattache au sujet. Un mariage heureux entre les théâtres dramatiques et épiques a fait rire et réfléchir près de 2350 adolescents, un nouveau record à La Nouvelle Scène fracassant celui établi par Cette fille-là de Joan MacLeod en 2004 au moment de sa création. Dès mars prochain, la jeune équipe sillonnera les routes pour présenter cette nouvelle création dans les écoles de l’Ontario français et de la Colombie-Britannique, grâce, entre autre, à des partenariats avec le Réseau Salut! et le Théâtre la Seizième de Vancouver.

ÉVALUATION DU PUBLIC Grand public

52%

71%

40%

29%

5%

0%

3%

0%

photo : Alexandre Mattar

Matinées scolaires

LA CRITIQUE A DIT « Avec son synopsis classique mais néanmoins efficace, Regarde-moi! donne une bonne leçon sans placarder une grosse morale mollassonne partout. C’est léger, accessible, pas trop mélodramatique et surtout, direct. Avec un public adolescent qui se dirige ou qui patauge déjà vers la course à la superficialité, le Théâtre la Catapulte vise juste. La production est de plus une occasion pour Steve Arnold, Marika Lapointe, Josée LeBlanc et Andrée Rainville de s’amuser. Ils font réfléchir et rire sans éclats, simplement de bon cœur […] Une belle réussite donc pour Isabelle Bélisle et son équipe ainsi que pour la Catapulte! » – Patrick Voyer, La Revue de Gatineau

« C’est un texte et une mise en scène d’Isabelle Bélisle et, ça aurait pu devenir une espèce de séance de psychothérapie collective : mais, c’est beaucoup plus que cela. C’est du théâtre et il y a une part de fantastique avec ce miroir à travers lequel on est projeté. […] Pis, il y a les jeunes interprètes […] à peine sortis de l’adolescence dans la jeune vingtaine et c’est leur premier rôle professionnel pour deux des quatre […] Ce sont vraiment des jeunes qui savent exactement ce que c’est le monde de l’adolescence et qui, peut-être eux-mêmes ont été victimes de ce genre de traitement, qui sait ? Alors, moi je l’ai vu en compagnie de groupes scolaires cette semaine. Les jeunes étaient très silencieux. […] Et là, ils semblaient avoir vraiment apprécié. » – Anne Michaud, La Première Chaîne, Radio-Canada

LES ADOLESCENTS ONT DIT

« La pièce de théâtre Regarde-moi ! était magnifique. Les personnages étaient interprétés avec beaucoup de dynamisme. […] Le thème de l’identité m’a beaucoup touché. La pression des autres sur notre apparence est un grand problème dans notre société. » – Nick Hepburn

Léger, Annick

Lapointe, Marika

Landry, Glen Charles

Lemieux, Claude

« Wow ! quel spectacle ! […] Un chose que j’ai beaucoup aimé, c’est l’utilisation de la scène. Tous les différents accessoires ont été utilisés d’une façon très ingénieuse. » – Josh Beanlands

LaBlanc, Josée

« Cette pièce de théâtre Regarde-moi! était magnifique. Chacun jouait leur rôle parfaitement. » – Leah Thomson

« J’ai beaucoup aimé votre pièce Regarde-moi ! . J’étais contente que ce sujet soit abordé. Je ne savais pas que les garçons étaient aussi victimes de cela. Le texte était clairement relié au spectateur. Les personnages étaient tous bien joués. […] Vous nous avez présenté une pièce de théâtre très pertinente et les jeunes de mon école secondaire l’apprécient. » – Meagan Jennings

Leclerc, Vincent

« La pièce était extrêmement drôle et les acteurs jouaient très bien leurs rôles. » – Mark Armstrong


Plus que jamais, un théâtre qui tourne!

En plus de la sortie de la production La Société de Métis de Normand Chaurette à Montréal à L’Espace Libre entre le jeudi 28 février et le samedi 15 mars 2008, deux productions pour public adolescent sillonneront les routes de quatre provinces canadiennes ce printemps : des équipes de la compagnie se promèneront de Vancouver jusqu’à la Ville de Québec.

Cette fille-là de Joan MacLeod

photo : Alexandre Mattar

Dans le cas de Cette fille-là, il s’agit d’une quatrième tournée et une cinquième reprise à La Nouvelle Scène de cette production qui a remporté le Masque de la meilleure production francocanadienne 2005, ainsi que des premiers arrêts d’une production du Théâtre la Catapulte à Edmonton, Calgary, Québec et à La Maison Théâtre de Montréal. Par ailleurs, avant la fin de la tournée présente, la production aura accumulé un total de 150 représentations.

REGARDE-MOI ! d’Isabelle Bélisle

Une coproduction du Théâtre la Seizième (Vancouver) et du Théâtre la Catapulte

Une production du Théâtre la Catapulte

L’Unithéâtre (7 Représentations) Edmonton (AB), du 12 au 19 février 2008 Théâtre de la Cité des Rocheuses (2 Représentations) Calgary (AB), les 22 et 23 février Maison Théâtre (14 Représentations) Montréal (QC), du 12 au 20 mars 2008 Photo : François Dufresne

Les Gros Becs (7 Représentations) Québec (QC), du 25 au 29 mars 2008 L’Arrière Scène (2 Représentations) Beloeil (QC), les 1er et 2 avril 2008 Théâtre de Deux Rives (2 Représentations) Saint-Jean-sur-Richelieu (QC), le 8 avril 2008 Maison des Arts de Laval (2 Représentations) Laval (QC), le 21 avril 2008 Muni-Spec (4 Représentations) Mont-Laurier (QC), du 22 au 24 avril 2008

photo : Alexandre Mattar

La Nouvelle Scène (8 Représentations) Ottawa (ON), du 15 au 18 avril 2008

Théâtre du Nouvel-Ontario (8 Représentations) Sudbury (ON), du 25 au 28 mars 2008

É.S.C. Sainte-Famille Mississauga (ON), 18 avril 2008

É.S.C. Algonquin North Bay (ON), 31 mars 2008

É.S.C Mgr-Bruyère London (ON), 23 avril 2008

É.S.C. Franco-Cité Sturgeon Falls (ON), 1er avril 2008

É.S.C. Jean-Vanier Welland (ON), 24 avril 2008

École Ste-Marie New Liskeard (ON), 2 avril 2008

Earl Marriott S.S. Vancouver (CB), 12 mai 2008

É.S.C. L’Alliance Iroquois Falls (ON), 3 avril 2008

Don Ross S.S. Squamish (CB), 13 mai 2008

É.S.P. Renaissance Timmins (ON), 4 avril 2008

New Westminster S.S. Vancouver (CB), 14 mai 2008

É.S.P. Château-Jeunesse Longlac (ON), 7 avril 2008

Théâtre Mary Irwin Kelowna (CB), 15 mai 2008

É.S.C. La Vérendrye Thunder Bay (ON), 9 avril 2008

Théâtre Cleland Penticton (CB), 16 mai 2008

É.S.C. St-Joseph Wawa (ON), 11 avril 2008

Alberni District S.S. Port Alberni (CB), 20 mai 2008

É.S.C. Villa Française des Jeunes Elliot Lake (ON), 14 avril 2008

Mission S. S. Mission (CB), 22 mai 2008

É.S.P de la Rivière-des-Français Noëlville (ON), 15 avril 2008

South Delta S.S. South Delta (CB), 23 mai 2008

É.S.C Nouvelle-Alliance Barrie (ON), 16 avril 2008

Quesnel Senior S.S. Quesnel (CB), 26 mai 2008

É.S.C. L’Essor Windsor (ON), 22 avril 2008

Normand, Olivier

Naubert, Claude

Martens, Julie

Morin, Marie-Thé

Migneron, Sarah

Proulx, Marie-Pierre

É.S.C Mgr de Charbonnel Toronto (ON), 17 avril 2008


T héâtre la Catapulte en bref

Félicitations

Les Rogers de retour

Le conseil d’administration ainsi que toute l’équipe du Théâtre la Catapulte félicitent Sandrine Vrilliard, agente de vente et de communication, ainsi que l’ensemble de la famille Vrilliard-Julien, pour la naissance du petit Antoine.

Dans le cadre d’un partenariat continu qui lit le Théâtre la Catapulte et le Théâtre Tremplin de Vanier, une mise en lecture du texte Les Rogers de Robert Bellefeuille, Jean Marc Dalpé et Robert Marinier a eu lieu dans Le Foyer Roger-Saint-Denis le jeudi 13 décembre 2007. En présence de l’un de ses auteurs, Robert Marinier, une centaine de spectateurs ont pu redécouvrir ou entendre pour la première fois cette comédie, cette fois-ci mise en lecture par Yves Poirier. A suivi une table ronde animée par Joël Beddows regroupant les panélistes Esther Beauchemin, Marc Haentjens et Geneviève Pineault autour du sujet de la censure et l’auto-censure, et leurs conséquences dans un milieu artistique.

Le Chien, un spectacle qui s’est démarqué Dans le cadre de son décompte annuel, Mélissa Proulx de l’hebdomadaire culturel Voir a nommé Le Chien de Jean Marc Dalpé parmi les cinq meilleurs spectacles de l’année 2007. Toutes nos félicitations aux membres de l’équipe de création et au Théâtre du Nouvel-Ontario.

La Médaille du mérite Et en anglais… Joël Beddows signe sa première mise en scène professionnelle de langue anglaise pour la compagnie Third Wall d’Ottawa. Les Bâtisseurs d’Empires (The Empire Builders) , une pièce absurde signée Boris Vian qui prendra l’affiche du mercredi 6 février au dimanche 17 février 2008 au nouveau théâtre du Great Canadian Theatre Company (GCTC) situé au 1227, rue Wellington.

Le conseil d’administration ainsi que toute l’équipe du Théâtre la Catapulte félicitent monsieur Robert-Guy Despatie, récipiendaire de la Médaille du Mérite de l’Ontario. Le président de Réseau Ontario a reçu cette distinction pour sa participation exceptionnelle à la culture de la province. Un allié de longue date du Théâtre la Catapulte, Robert-Guy Despatie est membre du jury du concours d’écriture du Théâtre la Catapulte, du Théâtre du Nouvel-Ontario et du Théâtre français de Toronto.

Les récipiendaires de La Bourse-Patrick-Leroux : où sont-ils maintenant? Que font-il maintenant ? Annie Boileau est la cinquième récipiendaire de la Bourse Patrick-Leroux , bourse remise au moment des cérémonies soulignant le 15e anniversaire de la compagnie. Cette bourse est remise à des étudiants du Département de théâtre de l’Université d’Ottawa qui passent de la première à la deuxième année et lesquels se sont démarqués à travers leur engagement envers les nombreuses activités de leur lieu de formation. Force est de constater que les cinq premiers récipiendaires continuent à se démarquer dans les milieux universitaires et professionnels. Voici donc un bref aperçu de leurs activités les plus récentes.

Constant Bernard (boursier 2004-2005) a terminé ses études au printemps 2007 et poursuit une carrière professionnelle comme comédien. Après avoir joué dans la production Stock! d’Isabelle Légaré au printemps passé, il a fait partie de la distribution de la comédie musicale The Man from the Capital de Colin Heath en octobre 2007 au Great Canadian Theatre Company (GCTC), puis dans la reprise de Silence en coulisse de Michael Frayn du Théâtre du Trillium en novembre 2007 et de Légendes de crapauds (mensonges ou vérités) de la Cie Vox Théâtre en décembre 2007.

Élise Lessard-Mercier (boursière 2006-2007) a complété sa quatrième année d’étude à l’Université de Paris III (La Sorbonne-Nouvelle). Elle compte entamer des études de deuxième cycle sous peu.

Guy Marsan (boursier 2003-2004) vient de compléter une année d’étude à l’Albert-Ludwigs-Universität Freiburg dans la ville Freiburg au sud de l’Allemagne, ainsi qu’un stage en France en mime corporel avec la compagnie Pas de Dieux.

Tougas, Stéphanie Kym

Thienpont, Klervi

Smith, Brian

Simpson, Pierre

Saïda, Eva

Ouellette, Michel

Lindsay Tremblay (boursière 2005-2006), régisseure de la création pour adolescents du Théâtre la Catapulte, Regarde-moi! d’Isabelle Bélisle, a été acceptée à un stage comme assistante à la production pour l’organisation du Festival Zones Théâtrales offert par le Centre national des Arts du Canada. Elle travaille maintenant en tant qu’agente de production et de tournée pour le Théâtre la Catapulte.


N otre mission

Le Théâtre la Catapulte est une compagnie de recherche, de développement et de création enracinée en Ontario français, proposant des expériences artistiques audacieuses et contemporaines nourries par la fougue de la relève. Il assure à ses productions une grande diffusion auprès des publics adultes et adolescents, à Ottawa et dans l’ensemble du Canada.

N os partenaires en 2007-2008 Partenaires du secteur public

Partenaires du secteur privé

Fondations privées

Partenaires médiatiques

Théâtres et diffuseurs

Conseil d’administration Gontran Bolduc – Présidente Maurice Demers – Vice-Président Angela Haché – Trésorière Gontran Bolduc Lucie Boileau

Personnel Sylvain Groulx Nancy Juneau Laurentin Lévesque Nicole Ouimette

Joël Beddows – Directeur artistique beddows@catapulte.ca Céline Paquet – Agente administrative paquet@catapulte.ca Jean-François Dubé – Agent de communication et de vente (par intérim) vente@catapulte.ca Lindsay Tremblay – Agente de production et de tournée production@catapulte.ca

Théâtre la Catapulte 333, avenue King-Edward, Ottawa (ON), K1N 7M5 Téléphone : 613.562.0851 Télécopieur : 613.562.0631 Site Internet : www.catapulte.ca

Catalyseur - Hiver 2008  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you