Page 1

photo : Alexandre Mattar

BULLETIN DE LIAISON DU THÉÂTRE LA CATAPULTE ... AUTOMNE 2007

« Une pièce de théâtre doit être le lieu où le monde visible et le monde invisible se touchent et se heurtent ». Arthur Adamov, extrait de Ici et maintenant

15

ans plus tard…déjà!

L’on dit que les anniversaires existent pour célébrer. Loin de moi l’idée de vouloir minimiser l’importance de tout ce que le Théâtre la Catapulte a réussi à faire en 15 ans : les raisons pour souligner cet anniversaire sont nombreuses, en effet. Et pourtant, j’ai plutôt envie de jeter mon regard vers l’avenir, peut-être parce que les mandats de développement et de recherche sont plus que jamais au cœur des préoccupations de la compagnie. Les défis à relever sont nombreux : au fil des ans, malgré les efforts du Théâtre la Catapulte et du milieu théâtral franco-ontarien en général, il reste que la circulation du théâtre visant le public adulte n’est pas un phénomène stable en Ontario français. De plus, le triangle de circulation Ottawa-Sudbury-Toronto relève davantage d’affinités entre directions artistiques que d’un réel réseau. Il demeure que le théâtre jeune public est toujours cruellement sous-financé et que les artistes qui se consacrent à ces pratiques sont parmi les plus pauvres, ce qui est beaucoup dire quand on considère les revenus d’un artiste pigiste typique. Enfin, et de façon importante, un programme de conservatoire en Ontario français nous fait à ce jour défaut. L’année 2007-2008 est un moment de célébration, certes, mais aussi un moment pour réfléchir et pour effectuer des choix quant aux projets à venir. Et le plus important, à mon avis, relève du domaine de la formation professionnelle de nos artistes. Nous ne pouvons espérer améliorer la qualité artistique du théâtre franco-ontarien dans son ensemble sans un conservatoire. De plus, régler les autres situations n’a un sens que si nous assurons la circulation d’un théâtre de la meilleure qualité possible, et une formation de base pour tous les artistes à venir me semble la clé pour atteindre un tel objectif. La Ville de Québec nous a déjà tracé le chemin, car la force exceptionnelle de ce milieu relève directement de la présence d’un tel programme ! Il s’agit d’un projet rassembleur et un projet dans lequel j’ai envie de m’investir personnellement. Je ne crois pas être seul. Voilà où j’en suis, en ce 5 août 2007. Joël Beddows Directeur artistique

U

n théâtre toujours plus accessible!

POUR MIEUX RETROUVER LE THÉÂTRE LA CATAPULTE Maintenant, le Théâtre la Catapulte a son propre groupe sur Facebook. Joignez-vous à notre groupe au www.facebook.com pour recevoir les toutes dernières nouvelles sur les productions ainsi que sur les évènements à venir.

LE CATALYSEUR EN FORMAT PDF De plus en plus de personnes préfèrent recevoir ce bulletin par courriel. Si vous souhaitez faire partie de la liste d’envoi électronique, veuillez faire parvenir votre demande à communications@catapulte.ca

vénements automnaux

LE PROJET RIDEAU de Pierre Brault, Patrick Gauthier, Sarah Migneron, Luc Moquin, John Ng et Michel Ouellette (mises en lecture) Le Salon, Centre national des Arts du Canada (Ottawa) Le jeudi 13 septembre 2007, à 14 h Festival Zones Théâtrales | Entrée libre

SOIRÉE QUINZIÈME ANNIVERSAIRE Foyer Roger-Saint-Denis, La Nouvelle Scène (Ottawa) Le mercredi 19 septembre 2007, à 21 h 40 Réservations : 613.562.0851, poste 222

LE CHIEN de Jean Marc Dalpé (collaboration et accueil) Salle Caisses populaires de l’Ontario, La Nouvelle Scène (Ottawa) Du mercredi 19 au samedi 22 septembre 2007, à 20 h Réservations : 613.241.2727, poste 1

LES MALHEURS DE MONSIEUR DUMONCHÔVE de Marie-Ève Paradis (collaboration) Foyer Roger-Saint-Denis, La Nouvelle Scène (Ottawa) Du mercredi 19 au samedi 22 septembre 2007, à 23 h Réservations : magali_lemele@yahoo.ca

L’HONNÊTE-HOMME, UN ONE WOMAN SHOW de Marc LeMyre (laboratoire) Salle Octave, Centre culturel Frontenac (Kingston) Du mardi 23 au vendredi 26 octobre 2007

REGARDE-MOI! d’Isabelle Bélisle (création) Salle Caisses populaires de l’Ontario, La Nouvelle Scène (Ottawa) Matinées scolaires Du lundi 3 au vendredi 14 décembre 2007 à 10 h et 13 h (sauf les vendredis) Réservations : 613.562.0851, poste 222 Représentations grand public Les vendredis 7 et 14 décembre 2007, à 20 h Réservations : 613.241.2727, poste 1 N’oubliez pas de vous procurer la Carte Liberté pour profiter des rabais sur les spectacles de théâtre et de musique de La Nouvelle Scène. Informations au www.nouvellescene.com


théâtrales qui D esontexpériences marqué la saison 2006-2007 APOCALYPSE À KAMLOOPS

ÉVALUATION DU PUBLIC

de Stephan Cloutier Fruit d’un travail de collaboration entre trois théâtres, soit le Théâtre la Seizième de Vancouver, le Théâtre français de Toronto et le Théâtre la Catapulte d’Ottawa, en collaboration avec le Centre national des Arts du Canada, cette comédie féroce a incité rires et réflexions partout où elle est passée. Ont été particulièrement remarqués la synergie qui unissait une distribution forte, ainsi que le travail de concepteurs qui ont créé un univers conçu comme l’antithèse d’un texte ironique et loufoque.

Toronto

Sudbury

Ottawa

43%

72%

46%

24%

10%

3%

1%

1%

Vancouver

80%

68%

17%

28%

2%

3%

1%

1%

LA CRITIQUE D’OTTAWA A DIT « C’est plein d’humour, c’est intelligent, la mise en scène de Joël Beddows est savoureuse […] Il ne faudrait pas rater un si bon spectacle » Mélanie Riendeau, Radio-Canada, 90,7 FM « Patricia Marceau, dans le rôle de la Muse, est formidable sur scène. Elle crée un personnage raffiné. C’est le kitsch années ’60 de Marilyn Monroe; élégant, vamp, amusant et exagéré […] Et je dirais que Joël Beddows nous montre combien il est habile dans la direction de comédiens, comment à partir d’un texte parfois banal, il en fait quelque chose d’amusant » Alvina Ruprecht, CBC Radio One

LA CRITIQUE DE SUDBURY A DIT « Ce que j’ai aimé de cette pièce truffée de bons sarcasmes, de rebondissements loufoques et de vérités dévoilées, c’est le jeu des comédiens. Très bien. » Lysanne Lesage, Le Voyageur

LA CRITIQUE DE VANCOUVER A DIT

Couture, Geneviève

Charrette, Nathaly

Brault, Pierre

Bélisle, Isabelle

Bélanger, Marc

Arnold, Steve

photo : Nir Bareket

« Il faut mentionner particulièrement les prestations de Pierre Simpson dans le rôle de Jocelyn et celui de Lyne Barnabé dans le rôle de Nathalie. Le décor de Glen Charles Landry est une montagne de cochonneries, une bonne traduction de ce que Beddows appelle dans son mot de metteur en scène « un univers où les idéologies sont mortes et ont été remplacées par une montagne constituée d’objets de consommation qui écrasent une planète où le bonheur ne semble plus exister » Jerry Wasserman, Vancouver Plays (Vancouver)


LES ENTRAILLES de Claude Gauvreau Le Théâtre la Catapulte était fier de présenter, en coproduction avec la Scène Québec, une pièce réputée comme étant « injouable » par la critique. Véritable laboratoire, cette production cherchait à repousser les limites même de la théâtralité et elle a redoré le blason du mot « audace » à Ottawa et en Ontario français. Détestée par certains, adorée par d’autres, cette production de Les Entrailles n’a laissé personne indifférent.

LA CRITIQUE « Les corps des comédiens, les couleurs choisies, les formes créent cet espèce de tableau vivant qui se brosse au fur et à mesure, là, devant nous. C’est donc un très beau texte finalement dans la bouche de ces comédiens. […] Alors les quatre sont sur scène et nous amènent dans cet univers-là, dans ce langage « exploréen », mais d’une manière je vous dirais… très douce.» Mélanie Riendeau, Première chaîne de Radio-Canada, 90,7FM

photo : Benjamin Gaillard

« S’il faut saluer cette absence de prétention, il importe également de souligner le courage et l’audace de Joël Beddows d’avoir monté un texte difficile ; la mémoire prodigieuse des comédiens ; l’effet surnaturel de la diction étrangement inquiétant d’Annick Léger ; la délicieuse fragilité qui se dégageait du jeu d’Evelyne Rompré ; puis la précision des éclairages tout comme l’efficacité de la scénographie (arbres fluorescents placés judicieusement à l’horizontal et à l’envers) de Simon Guilbault. » Noële Racine, Liaison, numéro 136 Il faut féliciter Beddows pour ses efforts. Il a créé l’atmosphère poétique appropriée. Cependant, il a essayé de résoudre certaines difficultés matérielles en intégrant les didascalies aux dialogues des comédiens, transformant ainsi l’aspect théâtral du texte en parole ; par conséquent, la production frôlait parfois la récitation. […] Deux comédiennes ont fait les liens nécessaires qui ont donné des prestations remarquables. D’abord, Évelyne Rompré dans La Jeune Fille et la lune : sa voix cristalline était sensuelle et magique, dans des éclairages d’une grande beauté. Il faut aussi féliciter Patricia Ubeda qui a rendu une prestation remarquable. Alvina Ruprecht, CBC Radio-One

ÉVALUATION DU PUBLIC 41% 43% 16% 0%

ASSOIFFÉS

17%

24%

3%

3%

2%

2%

Houët, Guillaume

71%

Goralski, Tina

78%

Lapointe, Marika

LE FANTÔME DE CANTERVILLE

Gauthier, Patrick

Dans le cadre de la Scène Québec, les jeunes ont, eux aussi, eu leur part de spectacles très attendus ! Le Fantôme de Canterville, une adaptation dynamique et originale de la nouvelle d’Oscar Wilde par le Théâtre des 4 coins (Québec) et Assoiffés du Théâtre le Clou (Montréal), une « prise de parole » de Wajdi Mouawad écrite en collaboration avec Benoît Vermeulen ont été présentées à plus de 900 jeunes de la région d’Ottawa-Gatineau.

Dicaire, Marie Claude

ÉVALUATION DU PUBLIC

Dalpé, Jean Marc

FLASH SUR LE THÉÂTRE POUR ADOS !


é e oppe e t E n développement… LES DERNIERS PAS VERS LA CRÉATION Regarde-moi! d’Isabelle Bélisle, création pour public adolescent, prendra l’affiche à La Nouvelle Scène cet automne. Artiste polyvalente associée depuis longtemps au Théâtre la Catapulte, Isabelle Bélisle, dans le cadre de cette création, signera également la mise en scène d’une histoire qu’elle a développée dans une série de résidence d’auteure au Théâtre la Catapulte avec l’appui de Louis-Dominique Lavigne. La compagnie tient à remercier le programme de Développement du théâtre en région (DTR) du Théâtre français du Centre national des Arts sans lequel le développement de ce texte n’aurait été possible.

photo : Emilia Alvarez

« Regarde-moi! continue à faire son bout de chemin. Une version définitive se concrétise. J’ai la chance d’amener ma parole jusqu’au bout, en portant également le chapeau de metteur en scène. La merveilleuse équipe de création est complétée et macère déjà la forme tridimensionnelle du spectacle. Nous nous approchons donc à grands pas de notre but ultime. C’est-à-dire, d’offrir en toute humilité, une parole, une histoire, un travail en commun, et ce, dans l’espoir de vivre ce sublime échange avec le public et d’apporter un peu de baume dans leur vie. Pour ma part, je vous attends,telle une amoureuse fébrile, à ce rendez-vous! », Isabelle Bélisle, le 11 juillet 2007

LES PREMIERS PAS D’UN NOUVEAU PROJET Marc LeMyre, auteur du Projet Turandot, se lance dans la création d’un nouveau projet, une production intitulée provisoirement L’Honnête homme : un one woman show. Dans le cadre d’un projet de partenariat unissant le Centre culturel Frontenac de Kingston et le Théâtre la Catapulte, partenariat nourri par le même esprit de décentralisation qui a mené à la création d’Exit(s) de Luc Moquin. Marc LeMyre et son équipe de créateurs animeront deux laboratoires dans la Salle Octave.

Cette chose polymorphe avec laquelle on habite la scène. Certains appellent ça du théâtre.

Léger, Richard

Léger, Annick

LeBlanc, Josée

J’ai déjà écrit des tableaux, des dialogues. Mais je ne sais toujours pas ce qui s’y cache. C’est pourquoi nous irons en atelier. Parce que nous sommes à la fois guerriers et prospecteurs. Parce qu’il ne faut pas avoir peur de le dire :

Le mouvement est partout autour de nous : voyage aérien de masse (et bientôt voyages intersidéraux) ; morcellement et fluidité des vecteurs d’éducation ; va-et-vient à l’intérieur des familles reconstituées ; circulation dans les économies de marché ; métissage des identités ethniques et territoriales ; aller-retour entre les gènes humains et animaux grâce aux manipulations génétiques… La question qui se pose maintenant : comment trouver les clefs qui nous permettront d’investir une seule actrice des mouvements polyphoniques de nos angoisses et désirs ? », Marc LeMyre, en mouvement dans un avion entre Toronto et Vancouver, juin 2007

MacDonald, Margo

Le premier atelier aura lieu en octobre… il y en aura d’autres. Cet automne nous irons traquer le mouvement… cette chose élusive qui nous habite tous, nous propulse mais qui aussi nous renverse souvent.

Le paradoxe : explorer le mystère en même temps qu’épaissir le mystère. Parce qu’il est primordial que nous devenions tous insomniaques, afin d’amenuiser les différences entre réalité et fiction.

Lemèle, Magali

Geneviève accepte de plonger dans l’aventure… tout comme Dominique et Brian. Guillaume et Daniel aussi ? Possiblement. On verra ça très bientôt.

nous formons une belle équipe avec du bel équipement : l’équipement fragile, intuitif et puissant des techniciens de l’émotion.

Legroulx, Chanda

« C’est un projet que je traîne en moi depuis longtemps. Qui prend la parole ? Qui bouge ? Pourquoi ces voix qui se heurtent aux fenêtres ?


ourss de e maître at ea animé é pa par Daniel a e Mroz o C ou

photo : Laura Astwood

Spécialiste en théâtre gestuel, le formateur, professeur au Département de théâtre de l’Université d’Ottawa et directeur artistique de la compagnie torontoise de création One Reed Theatre, Daniel Mroz a animé un atelier intensif intitulé La Parole qui Danse sur une semaine du lundi 11 au vendredi 16 décembre 2006. Douze (12) artistes professionnels ont pu profiter de son expertise dans le domaine du théâtre de mouvement. Entre autres, ont été explorées les notions d’une grammaire corporelle et des stratégies pour créer une meilleure synchronisation entre le corps et la voix.

RAPPORT DE DEVIKA WASSON

Quant à la production de partitions originales, Mroz a présenté des images aux participants, des outils qui servaient de point de départ pour les comédiens qui devaient s’en inspirer pour construire des tableaux. Par la suite, Mroz a cherché à « organiser » ces mêmes tableaux, à les mettre en scène en travaillant avec des groupes de deux et trois comédiens à la fois.

Orr, Kevin

Devika Wasson Observatrice Université d’Hawaii

Ng, John

Moquin, Luc

Migneron, Sarah

Massé, Sylvain

Chaque jour commençait par des exercices tirés des arts martiaux chinois classiques, ce qui aidait les participants à trouver un meilleur équilibre corporel et à rendre leur outil de création plus flexible, voire plus souple. Les apprenants devenaient ainsi graduellement plus conscients des limites, des forces, des capacités et de la spécificité de leur corps. Ensuite, Mroz a cherché à développer

une synergie physique entre partenaires : les arts martiaux étaient utilisés encore une fois, comme moyen pour développer le « sens de la réaction » chez les interprètes. Plus précisément, les comédiens étaient appelés à réagir et à répondre rapidement aux mouvements de leurs partenaires et ce, sans oublier le potentiel de leur propre corps comme outil de création. Enfin, au cours des exercices, les participants ont appris à réagir par des actions instinctives et intuitives, par rapport aux actions corporelles réfléchies qu’ils ont tendance à utiliser.

Naubert, Claude

En décembre 2006, le Théâtre la Catapulte était heureux d’offrir pendant une semaine un « cours de maître » à La Nouvelle Scène, cours animé par Daniel Mroz, professeur du Département de théâtre de l’Université d’Ottawa et spécialiste en théâtre gestuel. Cet atelier se voulait une occasion d’offrir à douze comédiens une formation de base dans une forme théâtrale qui prend comme point de départ à la création le corps du comédien. Au cours des exercices, les participants étaient sensibilisés au potentiel et aux qualités fondamentales du corps humain dans le travail de création. Ils ont d’abord travaillé individuellement et par la suite, avec des partenaires scéniques, et avant la fin de la semaine, ils étaient appelés à composer individuellement et collectivement des partitions corporelles. Au cœur même de cette démarche, il y avait le souci de créer et de trouver des nouveaux « codes » physiques et de nouvelles stratégies de « codification » et ce, pour mieux exploiter le corps dans un contexte théâtral.


éât e la a Catapu Catapulte te multiplie u t p e ses appu appuiss L eauxThéâtre artistes en émergence Depuis trois ans, fidèle à son mandat d’appuyer la relève artistique franco-ontarienne, le personnel du Théâtre la Catapulte investit du temps de façon toujours croissante à appuyer des productions initiées par des artistes pigistes. Ce type de travail, dans une ville comme Ottawa où le milieu théâtral demeure à ce jour sous-développé, se veut un geste concret pour palier à cette situation. De plus, et d’une façon plus importante, le Théâtre la Catapulte aide ces artistes à mettre sur la place publique des prises de parole artistiques qui leur sont propres.

Stock, une création d’Isabelle Légaré, a été joué cinq (5) fois après les représentations de Les Entrailles dans un camion stationné à côté de La Nouvelle Scène du mercredi 25 au samedi 28 avril 2007. Guidée par la metteure en scène Isabelle Légaré qui a déjà signé des assistances à la mise en scène pour des projets de la compagnie tels Cette fille-là de Joan MacLeod et Exit(s) de Luc Moquin, une équipe composée de certains des meilleurs éléments de la relève artistique franco-ontarienne – dont Constant Bernard, Chanda Legroulx, Matt Miwa, Stéphanie Kym Tougas, pour ne nommer que ceux-là – a mené à terme un projet qui a pris comme point de départ la dynamique inhérente à un espace extrêmement limité.

photo : Guillaume Houët

Dans le cadre d’un autre projet appuyé par le Théâtre la Catapulte et par le programme Jets de théâtre du Conseil des Arts de l’Ontario, la comédie Les Malheurs de Monsieur Dumonchôve de Marie-Ève Paradis sera jouée cet automne dans le Foyer Roger-Saint-Denis de La Nouvelle Scène du mercredi 19 au samedi 22 septembre 2007. Signe de l’importance de ce type d’association pour la compagnie, une représentation de cette pièce sera jouée à la suite des activités organisées pour souligner le 15 e anniversaire du Théâtre la Catapulte.

DU THÉÂTRE CLANDESTIN À 23 H !

Magalie Lemèle Metteure en scène Constant Bernard, Mathieu Charrette, John Doucet, Guillaume Houët, Annie Lefebvre, Magali Lemèle, Marie-Ève Paradis, Catherine Rousseau et Yves Turbide vous invitent à venir « lounger» du 19 au 22 septembre dès 23h00, au Bistro de la Nouvelle Scène ! Pour plus d’informations ou pour réserver des billets, rendez-vous à magali_lemele@yahoo.com

Proulx, Marie-Pierre

Les Malheurs de Monsieur Dumonchôve : un texte dont la provocante simplicité suscitera le débat et la controverse. Une intrigue légère, à l’humour

décapant, laissant beaucoup de latitude au niveau de la mise en scène. Voilà pourquoi j’ai décidé de présenter ce spectacle au Bistro de la Nouvelle Scène, en après-spectacle du Chien de Jean Marc Dalpé (présenté à 20 h). Les spectateurs seront plongés dans une expérience théâtrale qui va bien au-delà du comique d’un texte original… Je ne vous en dirai pas plus !

Poirier, Vincent

Le texte de Marie-Ève Paradis me permet de prendre la mesure de cette aventure qu’est la création théâtrale. Dans la région d’Ottawa, on ne présente que très peu de comédies classiques ou de farces. Or, voilà un texte qui vient combler ce vide: le public saura le reconnaître par sa forme mais sera surpris par son propos ! C’est surtout son contenu qui m’a allumée : la quête d’identité sexuelle, la brisure entre les classes sociales, la déliquescence des liens familiaux. Des sujets toujours actuels qui toucheront assurément un vaste auditoire. De plus, une farce qui traite de lesbianisme; cela reste un sujet audacieux, même à notre époque dite libérée. C’est un pari théâtral risqué que j’ai le goût de relever.

Pitre, Ivan

Ouellette, Michel

LeMyre, Marc

Et puis voilà qu’au printemps dernier, connaissant mon intérêt pour cette œuvre, Joël m’offrait de la monter en partenariat avec le Théâtre la Catapulte! Enfin! Bonheur et passion! Après une relecture avide, je succombais au désir dévorant, tant attendu

de mettre en scène Les Malheurs de Monsieur Dumonchôve.

Pallascio, Aubert

Il y a six ans, Joël Beddows m’invitait à la mise en lecture des Malheurs de Monsieur Dumonchôve, le texte récipiendaire du Prix Josée-Létourneau (19981999), décerné par le Théâtre la Catapulte. Un petit bijou de texte, une intrigue vieille comme le monde, rajeuni et rafraîchi à saveur de XXe siècle. Des personnages empruntés à Molière et au vaudeville, avec une couleur actuelle. J’ai immédiatement été charmée par ce texte, par sa fraîcheur et surtout par les multiples possibilités qu’il offrait pour sa mise en scène. Du théâtre classique à saveur moderne!


PRIX ET MISES EN NOMINATION Deux prix ont été remis dans le cadre des célébrations du 27 mars 2007, la journée internationale du théâtre, tenue à La Nouvelle Scène : le personnel et le conseil d’administration du Théâtre la Catapulte tiennent à féliciter chaleureusement l’agente de production et de tournée du Théâtre la Catapulte, Céline Paquet, qui a remporté le Prix d’excellence artistique de Théâtre Action (arrière-scène) 2006. Pour paraphraser la régisseure Josiane Émond, « une tournée organisée par Céline Paquet est une merveille. Jamais se sent-on sans appui. Tout est réfléchi. » La comédienne Lina Blais mérite également des félicitations puisqu’elle a remporté le Prix d’excellence artistique de Théâtre Action (avant-scène) 2006 pour son travail en tant qu’interprète au cours de l’année 2006 : entre autres, elle a magnifiquement incarné le rôle de Paméla dans La Société de Métis de Normand Chaurette et elle a siégé au jury du Concours d’écriture dramatique provincial.

photo : Alexandre Mattar

Enfin, la coproduction d’Apocalypse à Kamloops de Stephan Cloutier s’est méritée trois mises en nomination aux Jessies ( Prix Jessie-Richardson) de Vancouver. Julie Martens a été mise en nomination pour sa conception d’éclairages et Antoine Bédard, pour sa conception sonore. Toutes nos félicitations à Glen Charles Landry qui a, quant à lui, remporté le Jessie de la meilleure scénographie 2006-2007 pour un théâtre de petite taille.

NOUVELLES DU CONCOURS PROVINCIAL D’ÉCRITURE DRAMATIQUE

BOURSE PATRICK-LEROUX

Smith, Brian

Rodrigue, Adèle

Rainville, Paul

Le conseil d’administration et le Département de théâtre de l’Université d’Ottawa tiennent à féliciter Annie Boileau, récipiendaire 2007-2008 de la Bourse Patrick-Leroux. Choisie de façon unanime par le jury de sélection, cette jeune dame originaire de l’Est ontarien poursuit actuellement ses études en deuxième année.

Le Théâtre la Catapulte est heureux d’annoncer la nomination de Céline Paquet qui prendra en charge les tâches administratives de la compagnie à partir du début septembre. Il ne faut surtout pas oublier Hugues Beaudoin-Dumouchel et Marie Claude Dicaire. Un grand merci pour votre excellent travail au sein de l’équipe. Votre professionnalisme a grandement contribué au succès du Théâtre la Catapulte. Bienvenue à Jean-François Dubé. Il occupera le poste d’agent de relation médiatique et de vente par intérim pendant le congé de maternité de Sandrine Vrilliard. Bienvenu également à Lindsay Tremblay qui occupera dès septembre le poste d’agente de production et de tournée.

Watson, Christie

Félicitations à Danielle LeSaux-Farmer qui a participé au Festival d’Avignon cette année dans le cadre de la première édition de ce concours. Étudiante en quatrième année au Département de théâtre de l’Université d’Ottawa, elle a assisté au festival en juillet 2007.

L’équipe permanente et les membres du conseil d’administration tiennent à remercier Josée Létourneau pour son travail en tant que directrice des opérations sortante du Théâtre la Catapulte. Pendant son séjour, elle a mis à jour le système comptable informatisé de la compagnie, géré avec doigté les budgets complexes de plusieurs coproductions, s’est assurée d’une mise à jour de la politique du personnel et a veillé au bon fonctionnement du Théâtre la Catapulte pendant une période de croissance et de multiplication des activités artistiques de la compagnie. Toujours en quête de défis, Josée a accepté un poste de direction administrative à la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF). Josée, tu nous manqueras.

Vani, Éric

Un quatrième partenaire s’est joint au Théâtre du Nouvel-Ontario, au Théâtre français de Toronto et au Théâtre la Catapulte pour lancer un nouveau volet dans le cadre de ses concours annuels, soit un voyage destiné à un jeune amateur de théâtre qui lui permettra d’assister au Festival d’Avignon. Pour plus de détails concernant le nouveau Prix Ontario-France de l’Ambassade de France, consultez le dépliant du concours d’écriture ou le www.catapulte.ca.

NOUVELLES DU PERSONNEL

St-Jules, Manon

Félicitations à Marie-Pierre Proulx, récipiendaire du Prix O’Neill-Karch pour le meilleur texte. Tout au long de la saison 2007-2008, elle retravaillera sa pièce Les Marginomades accompagnée d’un conseiller dramaturgique. Le jury est tombé également sous le charme d’un tout autre projet d’écriture, soit En-volée de Marie Claude Dicaire. Son texte sera également développé tout au long de la saison à venir et fera l’objet également d’une mise en lecture professionnelle au printemps 2008.


ss o N ototree mission Le Théâtre la Catapulte est une compagnie de recherche, de développement et de création enracinée en Ontario français, proposant des expériences artistiques audacieuses et contemporaines nourries par la fougue de la relève. Il assure à ses productions une grande diffusion auprès des publics adultes et adolescents, à Ottawa et dans l’ensemble du Canada.

partenaires te a es e en 2007-2008 00 008 N os pa PARTENAIRES DU SECTEUR PUBLIC

PARTENAIRES DU SECTEUR PRIVÉ

FONDATIONS PRIVÉES

PARTENAIRES MÉDIATIQUES

Conseil d’administration Martine Rodrigue – Présidente Maurice Demers – Vice-Président Angela Haché – Secrétaire-trésorière Gontran Bolduc

Personnel Sylvain Groulx Nancy Juneau Laurentin Lévesque Nicole Ouimette

Joël Beddows – Directeur artistique Céline Paquet – Agente administrative Sandrine Vrilliard – Agente de vente et de mise en marché Jean-François Dubé – Agent de relation médiatique et de vente (par intérim) Lindsay Tremblay – Agente de production et de tournée

THÉÂTRE LA CATAPULTE 333, avenue King-Edward, Ottawa (ON), K1N 7M5 Téléphone : 613.562.0851 Télécopieur : 613.562.0631

Site Internet : www.catapulte.ca

Conception graphique : www.yapdesign.ca

THÉÂTRES ET DIFFUSEURS

Catalyseur - Automne 2007  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you