Page 1

«lecatalyseur « Le chemin des paradoxes est le chemin du vrai. Pour éprouver la réalité, il faut la voir sur la corde raide. »

Bulletin de liaison du Théâtre la Catapulte

Automne 2004

Extrait du Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde

Tragédie et innocence perdue , création automne 2004

C

ommment raconter la tragédie d’une adolescente d’aujourd’hui qui veut retrouver son innocence ? Après maintes lectures de Cette fille-là, voilà la question qui me hante. C’est en fait le défi, il me semble, que Joan MacLeod nous lance, à moi et à mes créateurs complices. Car au fil de mes discussions avec ces derniers, je me retrouve à parler de purgation, de carthasis, d’identification : papa Aristote me rend en effet souvent visite ces jours-ci. Cette auteure vancouveroise exploite merveilleusement bien ces notions, surtout en les déjouant, pour mieux confronter des spectateurs qui auront à découvrir le monde véritablement étonnant – je sais que le terme est galvaudé, mais je vous assure que Braidie vous en réserve des bonnes – d’une adolescente qui essaie de comprendre une violence dont elle est la cause ; en un sens, elle est une anti-Antigone – oui, c’est ça –, car elle tente de refuser le destin qu’elle a provoqué elle-même. Chose certaine, depuis quatre mois, je la vois partout, cette Braidie de Joan MacLeod : assise sur un banc au Stanley Park de Vancouver ; assise devant l’école De La Salle discutant avec une

Les Activités automnales en 2004 Laboratoire autour de L’Enfant que personne n’a rêvé (titre provisoire) de Glen Charles Landry Lundi 16 et mardi 17 août Laboratoire autour d’Œdipe-roi de Sophocle Du mardi 17 au vendredi 20 août Happening annuel Jeudi 30 septembre à 20 h dans le Foyer Roger-Saint-Denis (bistro) de La Nouvelle Scène

photo : Alexandre Mattar

autre fille ; prête à prendre le train à Union Station à Toronto ou dans la file d’attente au terminus d’autobus de Montréal. Elle est seule, trop maquillée, pensive, nerveuse, laide ; du moins, je suis convaincu qu’elle se voit ainsi. Elle est toujours prête à passer à l’attaque, comme un chien de garde. Jamais ne pourrait-on imaginer qu’elle choisirait la confession, un dernier cri pour sauver l’humanité qu’elle pense avoir déjà sacrifiée. Jamais ne pourrait-on imaginer qu’elle a la force nécessaire pour stopper le temps, pour stopper la folie de son existence. Chère Stéphanie Kym Tougas, comédienne que j’admire déjà, l’aventure nous attend… mais tu le sais déjà. Chère équipe de créateurs, les questions ne cessent de défiler dans ma tête ; ensemble, nous trouverons nos réponses… Cher public, je vous invite à découvrir ce qui sera un univers de secrets, de nostalgie …et d’espoir. Voilà où j’en suis, en ce 11 août 2004. Joël Beddows Directeur artistique et metteur en scène

La Meute d’Esther Beauchemin – reprise et 2e tournée Matinées scolaires : du lundi 25 au vendredi 29 octobre Représentation grand public : samedi 30 octobre à 20 h Tournée ontarienne et québécoise : du lundi 1er novembre au vendredi 10 décembre

Cette fille-là de Joan MacLeod – création Matinées scolaires : du lundi 29 novembre au vendredi 10 décembre Représentations grand public : mardi 30 novembre et samedi 3 décembre à 20 h


Et au printemps passé… p. 3

p. 2

Le sujet ainsi que la disposition scénique de la pièce L’Hôtel a fait de la comédie surréaliste signée Alex Poch-Goldin un véritable objet de curiosité. Un phénomène de bouche à oreille s’est rapidement installé dans le Grand Outaouais autour de ce spectacle audacieux également salué par la critique. Résultat : cette pièce a affiché complet six soirs de suite sur les neufs représentations dans la Salle Caisses populaires de l’Ontario.

La pièce La Meute a entrepris sa première tournée provinciale au printemps passé et elle a été jouée 21 fois devant environ 4 200 adolescents des quatre coins de l’Ontario. Les commentaires des jeunes spectateurs témoignent de la capacité de ce spectacle à susciter le débat autour des thèmes de l’amour fraternel, la survie dans une situation extrême, la manipulation et le pouvoir.

Évaluation du spectacle !faible

« La trame de l’histoire est bien développée et le spectateur est facilement absorbé dans la vie des personnages. […] Le décor utilisé pour la pièce La Meute était très bien pensé et innovateur. […] Somme toute, je recommanderais cette pièce à un adolescent autant qu’à un adulte. Cette pièce nous fait réfléchir sur le pouvoir qu’exercent certaines personnes sur d’autres et qu’il faut avoir un esprit critique avant de tout croire ce qu’on nous raconte…même quand ça vient d’un proche. », Maryse Durocher, élève de l’É.S.C.

14% 1% 1% photo : Mathieu Girard

« L’Hôtel s’avère être un véritable tour de force pour la distribution. […] Roch Castonguay rend avec justesse tout le fardeau qui accable Marcel alors que Pierre Simpson, le chasseurconcierge-gérant-barman-prostitué-crooner joue tous ses rôles avec un certain effacement tel un employé modèle dévoué à sa clientèle. Maxine Turcotte, Geneviève Couture et Julian Doucet sont aussi justes avec leurs personnages qui tiennent beaucoup du rêve et un peu de la réalité. » Caroline Barrière, Le Droit

Grâce à un appui du programme Tournée et collaborations du Conseil des Arts de l’Ontario (CAO), l’équipe de La Meute a offert des ateliers en jeu, en diction, en mouvement et en technique théâtrale à Timmins, à Sudbury, à Chelmsford et à Blind River, au grand plaisir des adolescents de ces communautés.

Chaîne culturelle de Radio-Canada

Pour la deuxième fois en trois ans, une équipe du Théâtre la Catapulte a sillonné les routes de l’Ouest canadien avec une création destinée au public adolescent. Et encore une fois, cette comédie féroce a séduit le public avide et moins avide de théâtre. L’équipe a célébré la 134e représentation du spectacle à Regina en Saskatchewan le 30 avril dernier.

« Il est évident que Glen Charles Landry, à la scénographie et aux éclairages, Roch Burelle à la construction du décor, et Geneviève Pineault, à la mise en scène, ont fait un travail d’équipe magistral. Tout est réglé au quart de tour. […] L’Hôtel, une pièce à voir pour son originalité, sa façon charmante de briser les conventions, sa distribution de qualité, son histoire troublante et ses scènes captivantes. » Anick Charette, Week-end Outaouais

Voici quelques commentaires critiques rédigés par des adolescents après les représentations automnales de cette même production : « Fantastique, merveilleux et bouleversant. […] La pièce Safari de banlieue a su nous transporter dans un monde de comédie et de tristesse. », Philippe Malboeuf, É.S.C. Garneau, Ottawa

« La brillante mise en scène de Geneviève Pineault traduit avec justesse l’éclatement et les atmosphères suggérées dans le texte original d’Alex Poch-Goldin. […] Il faut également souligner l’excellent travail et la justesse du jeu des comédiens […], dont les prestations bien rythmées confèrent un ton tout à fait inattendu à la pièce. »

« La pièce Safari de banlieue est une excellente représentation réaliste de la vie d’un jeune adolescent. Il y a un équilibre parfait entre les moments tristes, drôles, amoureux et désastreux. »,

« Les décors, les lumières, ainsi que les artistes sont définitivement le produit d’une orchestration réussie. […] Saupoudrée d’humour, tantôt de tristesse, tantôt de jalousie, une expérience exceptionnelle, elle nous catapulte dans notre for intérieur et nous porte à réfléchir sur notre propre vécu ou le vécu d’un être cher en détresse. », Eloïse Hansbury, É.S.C. Garneau, Ottawa

Stephan Cloutier

Jasmine Catudal

Patrick Copeland, É.S.C. Garneau, Ottawa

Roch Burelle

Daniel Boivin

Isabelle Bélisle

Esther Beauchemin

Des ateliers dans les écoles secondaires…

« [J]e n’avais pas vu un décor aussi fantaisiste, aussi surréaliste, depuis la présentation Du pépin à la fissure. […] Je dis tout de suite chapeau à l’équipe de production : les éclairages et les effets sonores sont tout à fait réussis. » Marthe Blouin, Aux arts etc.,

Josée Brodeur, Liaison

Renée Aubin

e

Northern, Sturgeon Falls

Alain Dubreuil

Tous les matins du monde, Première Chaîne de Radio-Canada

« Vraiment intéressant, la pièce a capté mon attention ! J’ai aimé vos expressions faciales, physiques. », élève de 10 année de l’É.S.P

Céleste Dubé

« Une première traduction pour Manon St-Jules, une première mise en scène pour Geneviève Pineault, c’était plutôt risqué. […] Elles ont vraiment fait un travail de titans. J’admire ces deux femmes pour ce qu’elles ont fait. C’est fort réussi. » Anne Michaud,

e

Penetanguishene

Béatrice-Desloges, Ottawa

Les critiques ont dit… « L’Hôtel, c’est définitivement la meilleure pièce qui a été présentée cette saison à La Nouvelle Scène. […] C’est aussi la première mise en scène professionnelle de Geneviève Pineault, qui a fait un travail remarquable. » Geneviève Turcot, Panorama, TFO

« Une très bonne représentation. Nous voudrions vous inviter à venir chez nous plus souvent. », classe de 9 année de l’É.S.P. Le Caron,

Nadine Desrochers

!bon

Miriam Cusson

84%

! !très bon

Lynn Cox

! ! !excellent

Les adolescents ont dit…

photo : François Dufresne


Le théâtre pour adolescents, après 6 ans…

Isabelle Bélisle

Seule compagnie professionnelle se vouant au théâtre pour adolescents et établie en Ontario, le Théâtre la Catapulte a continué de relever les défis de la création pour ce public très exigeant depuis maintenant six ans. Ses productions ont sillonné les routes de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick, du Manitoba, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique, en plus des spectacles qu’il a accueillis à Ottawa et qu’il a envoyés en tournée en Ontario. Les jeunes de 12 à 18 ans répondent « présents » à chaque fois, toujours en plus grand nombre, en acceptant d’être provoqués et bouleversés par le théâtre.

Productions accueillies

• La Meute (2003) d’Esther Beauchemin • Cette fille-là (2004) de Joan MacLeod (en coproduction avec le Théâtre la Seizième de Vancouver)

Annie Lefebvre

Glen Charles Landry

Pierre-Antoine Lafon Simard

C’est l’histoire d’un jeune adolescent de 15 ans d’une école d’Ottawa qui passe les portes de La Nouvelle Scène pour aller voir La Meute avec sa classe. Il a une casquette sur la tête pour cacher son visage, marche le dos courbé, une gomme dans la bouche et son walkman sur les oreilles. Dans la salle de spectacle, il s’enfonce bien dans son siège à l’avant dernier rang, les pieds sur le fauteuil du voisin de devant, le walkman toujours en place. Il ne veut rien savoir du théâtre, on l’a traîné là de force… Et puis quelques minutes plus tard, la magie opère, lorsque le comédien Pierre Simpson sort le fusil de chasse de son père, la silhouette de l’adolescent se redresse un peu, il déplace son walkman de ses oreilles de quelques centimètres… puis de plus en plus notre adolescent écoute et tend l’oreille vers la scène et réagit en passant quelques commentaires à son voisin. Chose certaine : le théâtre l’a fait réagir et ne l’a pas laissé indifférent. Qu’il ait aimé ou non, n’est-ce pas là le vrai succès d’un spectacle pour adolescents ?

Ariel Ifergan

Craig Holzschuch

Stéphane Guertin

Eugénie Gaillard

101 représentations en une saison : du jamais vu au Théâtre la Catapulte !

Il y a un peu plus de deux ans, naissaient un à un cinq personnages bien décidés à ce qu’on raconte leur histoire coûte que coûte. Ils se nommaient alors – et se nomment à vrai dire encore! – Yssaline Sédéna, Sheridane La Reignante, Zaven Cantecroo, Pipa Poye et Maxime Dracon…. Leur rencontre se produisit au sein d’une trame théâtrale au titre aussi long qu’inspirant pour ses auteurs : Le voyage incroyable, extraordinaire, mais surtout rocambolesque de Maximilius Draconius et de ses quatre acolytes à fausses moustaches. Ouf… Trois têtes gravitaient alors autour du petit nid que s’étaient créé ces cinq créatures fantasmagoriques, celles de Benjamin Gaillard, d’Annie Lefebvre et d’Eugénie Gaillard. Trois têtes se la cassèrent allégrement, la tête, et pendant assez longtemps, pour trouver, comprendre et mettre en mots et en répliques la raison même de l’existence de ces cinq petits diablotins qui avaient dès lors décidé de ne plus les lâcher d’une pensée. Il fut éventuellement décidé que je serais la gardienne – ou devrais-je dire la dompteuse – de nos cinq amis et de fil en aiguille, de plume en clavier, et alimentée généreusement

Anecdote

Guillaume Houët

En 2003-2004, La Meute d’Esther Beauchemin a fait l’objet de 14 représentations en matinées scolaires à La Nouvelle Scène – un record d’assistance – et de 21 représentations en tournée en Ontario au printemps 2004 ; Safari de banlieue de Stephan Cloutier a fait l’objet de 8 représentations en matinées scolaires à La Nouvelle Scène pour une troisième année consécutive et de 51 représentations en tournée en Ontario, au Québec, en Saskatchewan et au Manitoba à l’automne 2003 et en Colombie-Britannique et en Saskatchewan au printemps 2004 ; Bang Boy, Bang ! d’Ed Roy, une production invitée de la compagnie Youtheatre de Montréal, a été présentée 7 fois devant le public d’Ottawa, le plus grand nombre de représentations d’un spectacle accueilli.

Isabelle Bélisle Ottawa, le 9 août 2004

Eugénie Gaillard

Le théâtre pour adolescents, quelques chiffres ! En 2001-2002, 11 940 jeunes spectateurs assistaient à une représentation du Théâtre la Catapulte à La Nouvelle Scène à Ottawa ou dans leur école ou dans une salle de spectacle dans leur ville; en 2002-2003, 13 650 spectateurs ; en 2003-2004, 18 455 spectateurs !

Mais voilà, les événements prennent une nouvelle tournure : une nouvelle influence vient colorer ma

par le visuel d’Annie et les idées directrices de Benjamin, je mis au monde, au début de l'été 2003, un gros bébé d'une soixante-dizaine de pages qui fut produit au Festival Fringe d'Ottawa dans une mise en scène de Benjamin Gaillard et plus qu'habilement interprété par cinq acolytes que je m’en voudrais de ne pas nommer : Danica Couture, Renée Aubin, Jean-Sébastien Rousseau, Pierre Simpson et Victor Trelles. Le bambin va continuer sa croissance, paraît-il, puisque dès le début de l’automne je reprends la plume (ou les touches) dans le cadre d’une résidence en écriture au Théâtre la Catapulte. Au menu : choisir, épurer, faire éclater les idées les plus prometteuses, bref, découper encore plus précisément les contours du pays dans lequel nos cinq farfelus vivent et inviter artisans et publics à les suivre dans le voyage qu’ils s’apprêtent, une fois de plus, à faire. Eugénie Gaillard, Août 2004

Joan MacLeod

• Safari de banlieue (2001) de Stephan Cloutier

Lisa L’Heureux

• L’Hypocrite (2000) de Michael Gauthier

• Cap enragé (2000) d’Herménégilde Chiasson, une production du théâtre l’Escaouette (Moncton) • Clon@ge.p.a. (2001) d’Alain Jean, une production du Théâtre la Seizième (Vancouver) • Au moment de sa disparition (2002) de Jean-Frédéric Messier, une production du Théâtre le Clou (Montréal) • Les Zurbains 2003 (2003) de plusieurs auteurs, une production du Théâtre le Clou (Montréal) • Une veillée chez le Maréchal-Ferron (2003) de Christian Vézina, projet auto-géré (Québec) • Bang Boy, Bang ! (2004) d’Ed Roy, une production de Youtheatre (Montréal) • Nuit blanche (2005), une production de Corpus (Toronto)

plume. Je porte en mon sein une autre création, un enfant. Les choses n’ont plus le même sens et la même teneur. Je me retrouve maintenant à ne plus seulement m’adresser aux enfants des autres, mais avant tout, à mon propre enfant. Voilà où j’en suis dans ma réflexion : dans une main, j’ai une première ébauche et dans l’autre, mon nouveau cœur de mère. Alors je me pose les questions suivantes : Quelle est ma part de responsabilité en tant qu’artiste quant aux valeurs qui seront véhiculées à travers mon texte? Qu’est-ce que je veux léguer?

Annick Léger

Créations • La « Band » à tout casser (1998) de Patrick Leroux

p. 5

Le projet La Belle et le mouton (titre provisoire) est né dans le cadre du programme Jeu dans l’espace de Théâtre Action en 2002. J’ai exploré, lors d’un laboratoire, la définition du « soi » et la pression grandissante qui nous pousse à être parfait et à répondre à un modèle de la perfection qui vient de l’extérieur. Cette tendance prend des proportions alarmantes et mène inévitablement à l’autodestruction, c’est la raison pour laquelle j’ai eu envie d’en parler aux adolescents, un groupe d’âge que je côtoie et qui me fait vibrer depuis plusieurs années.

Isabelle Légaré

p. 4

Et l’avenir se prépare… deux auteures en résidence en 2004-2005


Les nouvelles

Geneviève Pineault au TNO

Ce n’est qu’un au revoir André Perrier C’est aussi donc le moment de dire au revoir à un autre grand ami du Théâtre la Catapulte, André Perrier, qui a dirigé le TNO pendant presque six ans. Faut-il rappeler avec quelle rigueur il a dirigé la doyenne des compagnies franco-ontariennes de création, une rigueur qui a été récompensée par un nombre impressionnant de prix, dont deux Masques ? Non seulement a-t-il réaffirmé la réputation artistique du TNO, mais il a également été un précieux conseiller et collaborateur pour toute l’équipe du Théâtre la Catapulte. Mille mercis André, et bonne chance avec tous tes projets futurs !

en version espagnole Le hasard fait des choses extraordinaires parfois : après avoir animé un atelier de mouvement pour l’équipe de La Meute, Joël Beddows a offert en cadeau de remerciement une copie du Testament du couturier à Rubén Segal. Ce metteur en scène et chorégraphe argentin émigré en Espagne a été tellement ébloui par ce texte qu’il a décidé, avec l’accord de l’auteur Michel Ouellette, de traduire cette pièce en espagnol et de la monter en version expérimentale cet été. Le spectacle monté par Rubén a d’ailleurs été retenu pour clôturer le mois du théâtre à l'Université Catalunya en mars 2005.

Prix Théâtre Le Droit

Des stagiaires dans toutes les productions

Félicitations au Théâtre la Seizième

Toujours soucieux d’offrir des occasions de formation et de perfectionnement aux artistes pigistes de la relève, le Théâtre la Catapulte est heureux d’annoncer qu’en 2004-2005, Vincent Pilon suivra un stage en conception d’éclairage supervisé par Glen Charles Landry, concepteur des éclairages de Cette fille-là et Danielle Le Saux-Farmer avec Anne-Marie White, metteure en scène de La Meute. Enfin, Josiane Emond, étudiante en théâtre au Département de théâtre de l’Université d’Ottawa, observera la période de répétition de Cette fille-là dans le cadre d’une étude spéciale autour du monologue.

L’équipe du Théâtre la Catapulte tient à féliciter ses amis et collègues pour les nombreux Jessies remportés en juin passé : Julie Martens (scénographe) et Craig Holzschuh (metteur en scène) ont été couronnés de prix pour leur travail sur la pièce Mathieu Mathématiques de Michael Gauthier. Cette même production a été déclarée meilleure production, théâtre jeune public au moment des cérémonies. Il faut également féliciter la comédienne Christiane Raymond (comédienne dans Des mondes possibles) qui a remporté le Prix de la meilleure prestation d’une comédienne dans un petit théâtre pour son rôle dans la pièce Émilie ne sera plus jamais cueillie par l’anémone de Michel Garneau.

Et « Jimmy » dit ses adieux… Carol Beaudry, le seul comédien de la distribution originale de Safari de banlieue de Stephan Cloutier a joué sa dernière représentation, la 134e, à Régina le 30 avril 2004. L’équipe actuelle de la production a souligné cet accomplissement exceptionnel lors d’un souper à Calgary immédiatement avant leur retour à Ottawa. Toutes nos félicitations Carol!

C’est avec tristesse que le conseil d’administration du Théâtre la Catapulte a accepté la démission de Mélinda Caron, directrice des opérations de la compagnie. Cette dernière a décidé de commencer son doctorat en études littéraires cet automne à l’Université de Montréal. Elle a su gérer avec doigté la croissance continue et les nombreuses tournées de la compagnie, tout en demeurant très impliquée dans les projets gérés en commun avec La Nouvelle Scène. Ton sourire et ta fougue nous manqueront tous Mélinda ! Mille mercis pour tout !

Le Retour de Josée Létourneau C’est avec plaisir que le conseil d’administration tient à annoncer le retour de Josée Létourneau à la direction des opérations, après une absence de 3 ans. Rappelons qu’elle était la première directrice administrative de la compagnie et qu’elle amène avec elle une riche expérience administrative acquise à l’Office des affaires francophones de l’Ontario, à Théâtre Action et à la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF). Rebienvenue Josée !

Adèle Rodrigue

Natalie Joy Quesnel

Ce fut un plaisir Mélinda caron

L’équipe de La Meute tient à souhaiter la bienvenue à deux nouveaux membres, soit à Annie Lefebvre qui interprétera pendant la tournée prochaine le rôle de Catherine, et à Lisa L’Heureux, la nouvelle régisseure de la production. Les routes de l’Ontario et du Québec vous attendent mesdames !

Dans le dernier numéro du Catalyseur, une erreur s’est glissée à la page 6. Les personnes de la Fondation Franco-ontarienne sont bien Monsieur Claude Gingras et Madame Solange Fortin, coordinatrice de la Fondation franco-ontarienne. La direction générale est assumée par Ginette Gagnon. Toutes nos excuses.

Céline Paquet

Adèle Rodrigue sera la nouvelle directrice artistique du Théâtre Tremplin ! Elle a accepté le poste au printemps et elle remplace le directeur artistique fondateur de la compagnie, Jean-Marc Guérin. Adèle Rodrigue a commencé sa carrière professionnelle au Théâtre la Catapulte en tant que régisseure avant de devenir chargée de projets pour Théâtre Action. Le Théâtre la Catapulte et le Théâtre Tremplin sont partenaires depuis sept ans et coproduisent annuellement une production amateur d’un texte tiré du répertoire francoontarien, une association qui se poursuivra pendant le mandat d’Adèle Rodrigue.

Des changements à

Une erreur malencontreuse

Michel Ouellette

Mélanie Mongeon

Dalelle Mensour

Robert Marinier

Entre décembre et mars passé, Renée Aubin, Joël Beddows, Eugénie Gaillard, Anie Richer, membres des équipes de Safari de banlieue et de La Meute ont animé une série d’ateliers autour de la critique théâtrale dans les écoles secondaires de la région d’Ottawa, grâce à un appui du programme GénieArts. Les étudiants ont eu par la suite à traduire les grilles expliquées en critique écrite d’une qualité remarquable.

Claude Naubert

Des ateliers couronnés de succès

C’est le 27 mars dernier dans le cadre des célébrations organisées annuellement à La Nouvelle Scène que Le Prix Théâtre Le Droit a été discerné au directeur artistique du Théâtre la Catapulte, Joël Beddows, pour sa mise en scène du Testament du couturier ainsi que pour sa rigueur exceptionnelle depuis six ans en tant que directeur artistique du Théâtre la Catapulte. Il a dédié ce prix à ses étudiants du Département de théâtre de l’Université d’Ottawa.

Adèle Rodrigue au Théâtre Tremplin

Brian Smith

Sarah Migneron, étudiante en théâtre et en traduction de l’Université d’Ottawa originaire de Toronto est l’heureuse récipiendaire du Prix O’Neill-Karch 2004 du Concours d’écriture dramatique du Théâtre français de Toronto et du Théâtre la Catapulte. Son texte Moi/toi sera lu à Toronto et à Ottawa au printemps prochain. Le jury a décidé, exceptionnellement, de ne pas attribuer le Prix Josée-Létourneau (relève adolescente), ayant jugé qu’aucun texte n’était méritoire du prix.

Pierre Simpson

La lauréate du concours d’écriture

Pendant trois jours de travail intensif, Isabelle Bélisle, Ariel Ifergan, Pierre-Antoine Lafon Simard, Annick Léger, Anie Richer et Stéphanie Kym Tougas ont parcouru ce grand texte classique dans le cadre d’une exploration autour de la figure de « Jocaste ». Il s’agissait d’une première étape de travail sur ce personnage mythique pour tester certaines hypothèses scénographiques et narratives, un travail qui se poursuivra pendant les saisons à venir.

Après 7 ans, Jean-Marc Guérin a annoncé son départ du jury du concours d’écriture du Théâtre la Catapulte et du Théâtre français de Toronto. Merci pour toutes les heures de lecture et de débat qui font de ce concours une initiative si importante !

Manon Saint-Jules

d’un théâtre qui bouge… Laboratoire autour d’

Un grand merci à Jean-Marc Guérin

Geneviève Pineault, la metteure en scène de L’Hôtel et collaboratrice de longue date du Théâtre la Catapulte, a accepté de relever les défis de la direction artistique du Théâtre du Nouvel-Ontario de Sudbury. C’est avec tristesse mais non pas sans fierté que toute l’équipe du Théâtre la Catapulte a vu cette femme talentueuse et fougueuse emprunter le chemin vers le Nord. Bonne route Geneviève et « merde » !

Anie Richer

p. 6

Arrivées et départs p. 7


Notre mission Le Théâtre la Catapulte se définit comme un carrefour de création et de publics avides d’audace. Réunir le talent dans l’urgence et le plaisir de la création, monter régulièrement des projets qui servent de tremplin à la relève franco-ontarienne, promouvoir le théâtre par une dramaturgie innovatrice et un art de la scène vivant, tel est le mandat que se donne cette compagnie de recherche, de développement et de création.

Nos partenaires en 2004-2005 Partenaires du secteur public

Partenaires du secteur privé

Fondations privées

Théâtres et Diffuseurs

Fonds jeunesse

Les Fonds de tiroirs

Anne-Marie White

Alain Boisvert » Direction générale Martin Boisclair » Administration / comptabilité Marc Miron » Direction technique Caroline Aubin » Développement Mireille Houle » Service à la clientèle Catherine Jeannerod » Service à la clientèle Chantal Roussel » Communications (coordonnatrice) Marie-Camille Lalande » Communications (agente) Emilio Iturbe-Kennedy » Coordination des bénévoles

Guy Warin

Joël Beddows » Directeur artistique Josée Létourneau » Directrice des opérations Sandrine Vrilliard » Agente des communications et du marketing Céline Paquet » Agente de production et de tournée

Sandrine Vrilliard

La Nouvelle Scène

333, avenue King-Edward, Ottawa (ON) K1N 5M7 Téléphone : 613.562.0851 Télécopieur : 613.562.0631 Site Internet : www.catapulte.ca

Éric Vani

Personnel

Pascal Tetrault » Président Mireille Amyotte » Vice-Présidente Angela Haché » Secrétaire-trésorière Joël Beddows Gontran Bolduc Mikèle Cloer Claire Couture Micheline Doiron Lise Leblanc

Yves Turbide

Conseil d’administration

Stéphanie Kym Tougas

Théâtre la Catapulte

Conception graphique : Michelle Bryar (www.yapdesign.ca)

Partenaires médiatiques

Catalyseur - Automne 2004  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you