L'ART DE LA GUERRE 2003 / 2004

Page 1



L’ART DE LA GUERRE 2003 / 2004

La Brasserie Noire ÉDITEUR



Je partais d’un postulat simple, à savoir : l’art et la guerre sont les deux seules réponses possibles aux problèmes humains fondamentaux.

5


6


SYNOPSIS

7


8


1 un artiste cherche au travers des grands textes de l’art militaire la résolution d’un conflit interne sun tzu machiavel clausewitz mao mais ce ne peut être qu’un échec une œuvre sur la guerre esquisses notes brouillons épars tapissant les murs de sa chambre chars bombardiers larguant leurs chapelets de bombes villes détruites il s’agit de survivre

une carte postale accrochée en coin

9


2

une danseuse

elle est l’antinomie des bombardiers mais comme eux aérienne et chacun de ses gestes trouve sa réponse dans des scènes de guerre montage alterné bombardements images d’archives contrairement à l’artiste elle ne cherche pas le cœur même de son activité est la guerre les gestes de la danse sont la forme primaire de la guerre

10


3

voix off montage de plans de ville de foule le monde poursuit sa course en temps de paix

c’est un reportage on y parle de l’ingérence américaine des principaux conflits qui agitent le monde proche et moyen-orient afrique stratégie interventionnisme globalisation émergence de types inédits de lutte géopolitique

nulle part on ne parlera de la guerre

11


12


CHAPITRE DEUX UNE SAISON EN ENFER

13


14


je vivais alors dans une solitude complète mêlée de clandestinité trouvant dans cet état forcé les conditions nécessaires à la réalisation de mon projet autour les questions matérielles se faisaient plus pressantes parcourant cette ville dans laquelle j’avais vécu mais où je me sentais désormais parfaitement étranger je me représentais tout à coup les difficultés de mon entreprise il s’agissait de destruction l’art de la guerre n’était à ce moment-là rien d’autre qu’un projet squelettique le synopsis écrit à la hâte plus pour fixer des idées que marquer la structure d’un quelconque récit je le conservais pourtant le jugeant dans sa simplicité même propre à tous les développements 15


l’art de la guerre prenait dans mon esprit le sens de ce à partir de quoi s’élabore le rêve des doutes qui étaient les miens je fis le conflit de l’artiste conflit qu’il me fallait malgré tout résoudre circonscrire même avant que de régler quant à moi je manquais cruellement de tout je commençais à prendre des notes l’art de la guerre ressemblait peu à peu dans sa conception même à un manuel de guérilla et la confidentialité de mon existence s’accordait à cet état comme s’accordent ensemble les deux pièces d’un puzzle le monde entier dans cette logique devenait un territoire hostile 16


où tout rapport ne pouvait plus dès lors s’envisager que sous forme de lutte il s’agissait d’étirer ce monde intérieur que constituait l’art de la guerre au monde extérieur et par extension aux êtres l’art de la guerre se muait en système la guerre dans cet ordre d’idées n’était plus un enchaînement logique le produit d’une situation donnée étrangement elle devenait tout à coup une forme neuve pleine et entière vivre la guerre dans notre cœur et la porter dans notre esprit 17


à ce point précis la réalisation de toute philosophie résidait en ceci que la guerre se muait en quelque chose d’obscur mais indissociable de notre pensée sans la guerre la pensée restait close par elle la pensée se portait tout à coup dans la rue l’air même que l’on respirait vivante et non plus cette forme morte une image neuve et brûlante émergeait soudain dont le terme était la vérité j’entrais donc dans les territoires du vrai par ce vaste portique ouvert sur l’inconnu la crudité de cette image et son obscur éblouissement ne pouvaient pas mentir

18


CHAPITRE TROIS ILLUMINATIONS

19


20


il ne restait plus qu’à organiser les notes classer et archiver les projets il s’agissait à présent d’atteindre à la clarté mais cette clarté exigeait paradoxalement de détruire de recouvrir ces projets mêmes toute mon existence s’était jusqu’alors ordonnée sous la forme de la séparation j’en avais tiré le principe d’une économie de la perte écrivant ainsi celui qui chercherait un sens à partir de la perte serait dans l’existence comme une boussole déréglée au dénuement s’ajoutait dorénavant la précarité et l’écriture seule survivrait dans ces territoires désolés du désastre partout je voyais cette forme lacunaire imparfaite et creuse et les êtres tout autour s’effondraient 21


je n’existais sans aucun doute que par l’effort soutenu d’une écrasante solitude s’ouvrir à la pensée du désastre l’art de la guerre seul échappait à la destruction en ceci qu’il était non l’instrument de cette destruction mais destruction même répétition essentielle d’un unique mouvement l’image de la danseuse en moi vivante plasticité de la forme comme sa substance

22


elle devenait l’aurore 23



Ière ÉDITION : AOÛT MMX B. JUBELIN BNE



Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.