Page 1

LE

LE SARRAZIN

no 15

SARRAZIN JoURNAL oFFICIEL DE LA CoMMUNE DE LA SARRAZ MARS 2014 Tous ménages

Le Musée du cheval partira-t-il à Avenches? La chute régulière du nombre de ses entrées, ainsi que les ennuis financiers du Château risquent de remettre en question l’existence même du Musée du cheval à La Sarraz. Il y est établi depuis plus de 30 ans. Au milieu des années 1980, un loyer de 30 000 francs annuels était perçu par le château pour les locaux abritant le Musée du cheval (MUCHE). Le produit des entrées et les locations de la salle de la Débridée permettaient alors à celui-ci de le payer. C’était le bon temps, mais qui ne dura guère, le plan financier établi par les fondateurs s’avérant beaucoup trop optimiste. Au fil des comités se succédant à sa tête, la convention établie alors fut plus ou moins respectée. Durant quelques années, le personnel du MUCHE, à l’exception de la conservatrice et de certains frais administratifs, étaient payés par le château. Le MUCHE versait alors en compensation 75 % de ses entrées, ce qui entraînait pour le château des recettes annuelles de l’ordre de 17 000 à 26 000 francs, cela jusqu’en 2002. Le nombre des entrées au musée diminuant sensiblement depuis, le pourcentage perçu sur les billets ne permettait plus au château d’assumer ses charges. Besoin de redynamiser La précarité financière dans laquelle se trouve aujourd’hui l’association propriétaire du château oblige son comité de crise – récemment formé pour y trouver une solution – à exiger à nouveau un loyer et de transmettre les charges inhérentes au musée à celui-ci. Par conséquent, dès cette année 2014, en plus des salaires des gardiens que le

musée assume depuis quelques années, la gestion de la billetterie s’ajoutera aux charges locatives, ce qui embarrasse sérieusement celui-ci, sa trésorerie se trouvant à peu près à zéro, elle aussi. Des discussions entre partenaires, il ressort que le MUCHE ne peut allouer que la moitié de la somme demandée par le château, si bien qu’un arrangement avec l’ARCAM, la commune ou peut-être un sponsor à trouver s’avère nécessaire pour conserver le musée à La Sarraz. La baisse de fréquentation est due en grande partie au peu de renouvellement des collections qui sont restées quasiment semblables à ce qu’elles étaient à l’origine. D’où la diminution spectaculaire des visites de courses d’écoles, notamment, manque à gagner conséquent pour sa caisse. Un projet de placer des audio-guides près des objets a bien été proposé par le comité, mais est-ce suffisant pour redynamiser l’endroit ? De toute façon, cette idée est pour l’instant mise de côté en attendant des jours meilleurs.

Année de transition Alors quoi ? Va-t-on vers une fermeture pure et simple de ce musée qui a tout de même coûté au MUCHE 600 000 francs pour le créer il y a trente ans ? Le vice-président de son comité, Bernard Develey, est inquiet, bien qu’il assure jeter toutes ses forces dans la bataille pour le conserver ici. « En tout cas, malgré la disparition des visites au château, il restera ouvert tel quel pour cette année. Nous espérons beaucoup de l’exposition temporaire « Les étiquettes de vin et le cheval » qui se tiendra dès avril, en même temps que celle sur les « Celtes au château ». De plus, un peu d’argent frais devrait rentrer dans la caisse du MUCHE en provenance des visiteurs de l’expo celte, une extension de celle-ci étant envisageable dans ses locaux. Mais les horaires d’ouverture de celle-ci, calqués sur ceux des musées cantonaux entraîneront une forte hausse des frais de gardiennage que le MUCHE devra payer. Il faut donc bien envisager le pire et B. Develey en est conscient. Le Musée du cheval est fortement dépendant de la situation financière du château et, partant, du développement futur des activités, des animations, des événements culturels dans et autour du bâtiment historique. Le cheval, son histoire, ses usages agricoles, militaires et de loisirs sont potentiellement porteurs d’un avenir à imaginer dans une synergie avec le château. Envisager le transfert des objets au Haras fédéral d’Avenches ou au Musée national suisse de Zürich est un crève-cœur pour les personnes qui se sont investies pour faire vivre cette structure année après année. Il y a certainement des solutions à trouver, avec l’aide des collectivités, de sponsors et l’appui des citoyens de la région, soucieux de maintenir les liens avec notre histoire et notre patrimoine. Cet appui peut se manifester au repas de soutien organisé par le Musée du cheval, le vendredi 28 mars, salle de la Débridée.

Impressum EdItEur rESponSABLE Municipalité de La Sarraz MunICIpAL rESponSABLE Jean-François Meylan rédACtEur En ChEf Roger Simon-Vermot

rédACtIon Et puBLICIté Dialimo Route de Ferreyres 19 Case postale 50 1315 La Sarraz Tél. 021 866 77 82 dialimo@hotmail.com

IMprESSIon Imprimerie de La Sarraz Rue du Chêne 4 - 1315 La Sarraz imprimerie@venoge.ch pArutIonS Mars - Juin - Septembre - Décembre


LE SARRAZIN

MARS 2014

Les arbres du parc du château menacent Faute de document l’attestant précisément, on imagine que les arbres du parc du château ont été plantés vers 1830. Leur grand âge constitue un danger, certains pouvant tout simplement s’abattre à la moindre tempête. Aussi a-t-on pris la décision d’en couper certains afin d’éviter un accident fâcheux. Le projet concerne deux Hêtres et un Robinier (faux acacias). L’un des premiers est situé au nord-ouest du parc, quant au Robinier, il domine le jardin du Majorat et risque de tomber dans celui-ci tellement il est mité et percé de trous effectués par les pics. La décision de couper ces deux-là est irrévocable, le danger suscité par leur état, très affaibli, étant évident. L’autre Hêtre se dresse à l’entrée du parc, juste en face du café Belle-Hélène et menace de tomber sur le toit du Musée du cheval. Une analyse de dangerosité est en cours pour tenter de le sauver. Si le moindre doute subsiste quant à sa solidité, il sera abattu en même temps que les deux autres arbres, juste avant la montée de la sève. Mais s’il peut être raisonnablement conservé, il faudra de toute façon lui prodiguer des soins à très long terme. Le Hêtre et le Ro-

Un excellent achat

Ne possédant pas de terrain au centre de la localité, la commune a eu l’opportunité d’acquérir une parcelle de 1 935 m2, située à proximité de la Coop. Appartenant à la société zurichoise Great Swiss Stores AG, ce terrain constructible est idéal pour tout futur projet, quel qu’il soit. L’acquisition d’un bien foncier est historiquement toujours une bonne opération et s’inscrit dans la fortune de la commune. L’achat de cette parcelle est aussi avantageux par son prix raisonnable (250 fr. le mètre carré), alors que le terrain des Guébettes qui offrait par exemple les mêmes possibilités de construction, s’est vendu cent francs plus cher au m2 en 2006. Le Conseil communal a accordé un crédit de 489 250 fr. à la Municipalité, lui permettant ainsi d’acheter ce bien qu’elle financera en grande partie avec le produit de la vente de 400

3

La Sarraz et sa petite histoire Fabienne Baseia, collaboratrice de l’Office du Tourisme, nous propose dès aujourd’hui un petit historique des bâtiments et curiosités de notre bourg.

L A M AISon dE V ILLE

binier, pour leur part, ne seront pas remplacés, d’autres espèces croissant à proximité et donnant suffisamment d’ombre. S’il devait finalement être abattu, le Hêtre à l’entrée du parc serait remplacé par un arbre de bonne taille, qu’une souscription auprès de la population locale pourrait financer. actions de la Romande Energie, le solde, soit environ 30 000 fr., étant couvert par la trésorerie courante. outre le fait de permettre à la commune d’avoir une réserve de terrain, cette acquisition présente une opportunité non négligeable de garder une vision à long terme sur cette zone et d’y maîtriser les constructions, en prévision, le cas échéant, du développement d’un futur centre d’achats.

Guébettes, Terreaux, Vignette à 30 km/h Le service cantonal des routes a accepté la proposition de la Municipalité de réduire la vitesse des véhicules sur les tronçons mentionnés en titre. Après une expertise effectuée le 18 septembre dernier, la Commission consultative de circulation a en effet considéré qu’il était justifié d’instaurer une zone 30 dans le quartier des Guébettes, Terreaux, Vignette afin de sécuriser les parcours des habitants et des nombreux élèves fréquentant l’important complexe scolaire. Si aucun recours n’est déposé, cette mesure entrera en vigueur cet été, après que les panneaux adéquats seront posés. L’efficacité des mesures réalisées devra néanmoins être vérifiée durant un an, des mesures supplémentaires pouvant être envisagées si les objectifs visés ne sont pas atteints.

La construction de ce bâtiment commence en 1838. C’était une école, inaugurée en 1839. La commune se devait de la bâtir car les classes se trouvaient dans l’ancienne Maison de Ville où se situait également une hôtellerie et donc, un débit de boisson. or une nouvelle loi sur l’instruction publique interdisait de laisser des classes dans un endroit où l’on pouvait acheter et consommer de l’alcool. De plus dans une lettre de la Municipalité au Conseil d’Etat, il est précisé que les locaux étaient humides, mal éclairés et trop petits. Le canton donna une subvention pour construire cette école à double usage : classe dans les étages et au sous-

sol, une prison ! Les fenêtres au ras du sol étaient celles des cellules ! Etait-ce pour faire peur aux élèves et les inciter à rester dans le droit chemin ? En tout cas, ce double usage était autorisé, contrairement au mélange école et débit de boisson !

Enregistrez vos biens! Lorsqu'un vol est commis, la victime est trop souvent embarrassée pour donner une description précise de l'objet qui lui a été dérobé. Pourtant, ces indications sont indispensables pour les recherches de police et pour qu'il y ait une chance raisonnable de récupérer le produit du vol. C'est pourquoi nous vous conseillons de prendre le temps de dresser un inventaire de vos biens les plus précieux (bijoux, montres, souvenirs de famille, objets d'art, appareils électroniques, etc...), et de conserver leurs données dans un classeur avec tout autre justificatif. La description de chaque objet sera également complétée d'une photographie. Si malheureusement vous êtes victime d'un vol, vos documents et photos vous seront alors d'une grande utilité pour donner une bonne description à la police, ce qui permettra d'augmenter considérablement les chances de restitution.


4

LE SARRAZIN

MARS 2014

Un centre ville plus convivial dernière étape des grands travaux de réfection de notre commune, les démarches pour le réaménagement du centre ville vont démarrer par la mise à l’enquête. Suivront l’appel d’offres, l’approbation des crédits nécessaires par le Conseil communal et l’adjudication du chantier. Les premiers coups de pioche devraient être donnés, si tout va bien, en 2015. Nécessités par la loi cantonale obligeant de mettre les conduites d’eaux claires et usées en séparatifs, ainsi que par la vétusté de nos canalisations, ces travaux dureront environ un an. Une période que la Municipalité veut mettre à profit pour rendre le bourg plus convivial et animé pour tous les Sarrazins. Cela se traduira par une modération de vitesse à la Grand-Rue et une meilleure cohabitation entre usagers, ainsi que par un renforcement de la sécurité, notamment pour les personnes les plus vulnérables. Ce nouvel aménagement mettra en valeur l'exceptionnel patrimoine historique du bourg, tant du point de vue touristique que comme lieu de vie, d'achats et de rencontre. Actuellement, l’artère principale de La Sarraz recense en moyenne 7 100 véhicules par jour, dont 300 camions avec une pointe de trafic entre 16 h. et 17 h. La vitesse effective de la plus grande part (85 %) des véhicules est inférieure à 42 km/h et une très faible fraction de ceuxci (1,4 %) dépasse la limite autorisée de 50 km/h. Le nouveau tracé donnera une place plus importante aux piétons grâce, notamment, à l’élargissement des trottoirs côté Alpes, localement jusqu’à une cinquantaine de centimètres. Quelque peu rétrécie de ce fait, la route comprendra néanmoins un certain nombre d'endroits permettant le croisement des poids lourds, ce qui assurera la fluidité du trafic, mais à basse vitesse. Situées au centre de la Grand-Rue, la halte des bus et les toilettes publiques vont être démolies et remplacées par un couvert à vélos et un abri-bus à l'ombre d'un arbre. Ceci libérera de l'espace pour un marché ou d'autres manifestations. deux matériaux, c’est tout D’une manière plus générale, les places du Sarrazin et de la fontaine seront aplanies et accessibles par quelques marches en granit, ce qui permettra d'y installer des chaises ou des bancs. Ce matériau sera utilisé également pour les bordures et couverture des trottoirs, quelque peu rehaussés, tandis que le reste des surfaces seront recouvertes de bitume, en exécution phono-absorbante sur la chaussée.

Côté végétation, deux nouveaux arbres, ainsi que quelques massifs de buis apporteront une note verte à l’ensemble. Par ailleurs, la route menant au château, ainsi que le chemin du Bourriquet – qui reste à sens unique – ne subiront, pour leur part, que peu de modifications. Ce qui ne sera pas le cas du carrefour menant à la route de Ferreyres qui se verra, quant à lui, recalibré avec un rayon de courbure réduit, obligeant ainsi les véhicules à diminuer leur vitesse lorsqu’ils y pénètrent. Cette mesure visant, là aussi, à améliorer la sécurité piétonne. Des piétons qui pourront circuler librement à la rue du Château, interdite au transit, sauf pour les urgences ou les cars amenant des visiteurs au château, s’il n’y a pas moyen de faire autrement. Deux bornes escamotables seront installées au milieu de la rue, susceptibles d’être actionnées par certains usagers ou à la demande. d’abord construire le parking Ce qui pose le problème des places de parc, plusieurs se trouvant actuellement dans cette rue et sur celle du château. Trois subsisteront devant le bâtiment des médecins, tout comme celles, privées, du café-restaurant de la CroixBlanche auxquelles le propriétaire de ce dernier et ses fournisseurs pourront accéder par la pe-

tite rue transversale à côté du bâtiment de la Couronne. La place du Sarrazin se verra aussi libérée de ses voitures, seules trois places, parallèles à la Grand-Rue, étant prévues. Avec son projet de réaménagement du centre ville, subordonné à la construction du parking des Terreaux, la Municipalité tient à améliorer, dans les limites du possible, la qualité des espaces occupés aujourd’hui exclusivement par les voitures tout en créant globalement une offre plus importante en places de stationnement. Regroupée essentiellement dans le secteur Terreaux-Vignettes, celle-ci sera plus fonctionnelle et bien signalée.

Avec tous les acteurs concernés Ce projet est le fruit d’une longue concertation avec tous les acteurs concernés, que ce soit La Poste, les médecins, le château, la Société de développement, Car postal, la commission cantonale des zones 30 km/h, la commission cantonale des espaces publics, une association pour les déplacements en vélo, l’Association vaudoise pour la construction adaptée aux personnes handicapées. Une séance de présentation auprès de la Société industrielle et commerciale (SIC) a eu lieu le 3 octobre 2013, et une nouvelle séance d'information publique se tiendra le 31 octobre 2014. A l’issue de ces échanges, le projet a été affiné en tenant compte dans les limites du possible des remarques suggérées. on profitera aussi de ce projet pour poser un certain nombre de conduites annexes, telles celles du gaz, de l'eau, du réseau électrique, ou encore du chauffage à distance. De plus, un nouvel éclairage équipé d’ampoules LED illuminera toute la zone. Le début des travaux est prévu en 2015 pour une durée de un an. faire revenir les commerçants Durant cette période, la chaussée de la GrandRue sera entièrement fermée au trafic de transit des véhicules. Le chantier s'effectuera en trois étapes successives, de manière à maintenir la possibilité aux véhicules des bordiers ou de livraison d’accéder aux commerces et habita-


LE SARRAZIN tions sur les secteurs « hors travaux ». Pendant cette période, le détournement se fera par la rue de la Paix. Cela durera environ 30 semaines, puis ce sera au tour de la rue du Château et du carrefour du Bourriquet à être fermés aux voitures. Longtemps repoussé, le traitement de ce dossier se révèle aujourd’hui urgent. Non seulement à cause du mauvais état des canalisations ou du revêtement bitumineux sévèrement dégradé, mais également du fait que le centre de notre bourg se vide de ses commerçants et perd continuellement de son attrait. En le rendant plus convivial, plus agréable esthétiquement et mieux adapté aux piétons, la Municipalité fait ici le pari d’inverser le cours des choses en valorisant le magnifique cadre historique du bourg et de son château et en redonnant à l’usager à pied, habitant ou de passage, du plaisir à rester dans la vieille ville. A noter que durant le temps des travaux, le nouveau parking sera gratuitement à disposition.

La Suisse en train pour 40 fr. Les communes de La Sarraz, Ferreyres, Eclépens, orny et Pompaples mettent chaque jour à disposition de leurs habitants 4 cartes journalières CFF, au prix attrayant de 40 fr. pièce. Elles permettent la libre circulation durant tout un jour, sur le réseau CFF, celui des cars postaux, certaines lignes privées de bus ou de chemins de fer, les transports publics des villes, ainsi que sur celles des bateaux. Par exemple partir de La Sarraz, s'arrêter à Lucerne, prendre le bateau sur le lac des Quatre-Cantons, fouler la prairie du Grütli, débarquer à Altdorf, prendre le train par le tunnel du Gothard jusqu'à Locarno, revenir par la ligne des Centovalli, Domodossola, Brig, Lausanne et enfin La Sarraz. Villes splendides, lacs, lieux chargés d'histoire, tunnels mythiques, le cœur de la Confédération et l'échappée vers le sud, à vous d’organiser votre itinéraire ! Cette carte pour laquelle il n’est pas nécessaire de posséder un abonnement 1/2 tarif, est valable uniquement le jour de sa validité et est réservée en priorité aux habitants des cinq communes concernées. Elle doit être impérativement retirées dans les trois jours ouvrables suivant sa réservation. Elle peut être commandée, pour chacune des communes, à l’administration communale de La Sarraz, en la réservant au 021 866 02 20 ou en passant au guichet aux heures d’ouverture du bureau, soit les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 13 h 30 à 16 h 30 ou le mercredi de 13 h 30 à 18 h. Une fois la carte acquise (paiement comptant), aucun remboursement ne sera possible.

MARS 2014

5

Millésimes de rouge: une grande satisfaction Comme de nombreuses communes du canton, La Sarraz est une commune viticole. Jadis, une grande partie des vignes se trouvait « Sous-la-ville », c’està-dire au sud-est de notre bourg où elles ont fait place à l’école des Vignettes et à plusieurs villas construites avec la rue de la Paix. Actuellement, notre vignoble se trouve en amont de la ligne de chemin de fer, adossé au Mormont. Une grande partie de la zone viticole de notre commune appartient au domaine du Château d’Eclépens. La commune possède un peu plus de 4 500 m2 plantés en gamay et en chasselas. La vigne communale produit nos vins depuis 20 ans puisque les premières bouteilles datent de 1993. Dans la cave communale, une collection de bouteilles de chaque millésime en blanc comme en rouge a été créée dès le début. Le 30 janvier dernier, une dizaine de dégustateurs chevronnés se sont réunis pour goûter nos rouges, sous la « conduite » de la réputée maison « Les Frères Dubois » du Petit-Versaille à Cully. Après une mise en bouche avec le 2010, les vins rouges de 2007 à 1993 ont été testés et notés. Tous ces vins ont 2 particularités devenues rares : leur provenance est exclusive de nos ceps et ce ne

sont pas des assemblages élaborés pour plaire au client, mais du pur gamay, ce qui rend ces produits particulièrement authentiques. Grâce aux soins donnés à la vigne par les vignerons du Château d'Eclépens, au tri à la vendange, mais aussi à la limitation de la quantité, en dessous des quotas autorisés ; d'une cuvaison en fût de chêne, de bouchons de qualité et de bonne condition de conservation dans notre cave, nos différents millésimes ont réservé de très agréables surprises. Tout est encore bon voire très bon. Il y a même quelques années exceptionnelles. Le vin est une matière vivante et évolue avec le temps : posez-vous la question de savoir si vous serez meilleur l’an prochain et vous saurez s’il faut encore attendre pour le boire... Nos millésimes rouges ont donc été évalués et une valeur marchande leur a été attribuée. Tous les amateurs de vin peuvent donc s’adresser à notre bourse communale pour acquérir l’une ou l’autre de ces années au prix qui a été fixé, de 12 à 36 fr. Les quantités vendues au même acheteur seront toutefois limitées à 6 bouteilles par millésime, dans la limite du stock disponible. Nos vins peuvent aussi être fournis pour des concours de dégustation.

Mots croisés

HORIZONTALEMENT 1. Inamicales 2. Production 3. Blanc ou bleu. Clair 4. Vient d'avoir. Quand on la fait parler, ça fait du bruit ! 5. Boeuf renversé. Des gens très curieux 6. Pas très sûr 7. Ni où, ni comment. Devant Urgel 8. Gros dormeur. Note 9. Groupes d'épreuves VERTICALEMENT A. Automatique B. De quoi vous retourner. Qui n'a pas de tenue C. On l'a à l'œil. Fit un travail à la noix. D. Usé. Chacun répond au sien E. Atténuée F. Conjonction. Sur une borne G. Raseras H. Solaires, par exemple I. Sur la planche à dessin. Bien éméché.

Solutions en p. 14


LE SARRAZIN

Remise en cause du territoire scolaire La complexité géographique du territoire actuel de l’ASISEVV complique singulièrement l’organisation des transports scolaires, notamment à cause de la longueur des trajets qui obligent un grand nombre d’élèves à se lever tôt pour attraper le bus et pour y passer jusqu’à deux heures par jour. Ce qui fâche nombre de parents qui n’ont pas hésité à le faire savoir à qui de droit par des lettres ou pétitions. Aussi le Comité directeur a-t-il décidé d'initier une réflexion visant à remédier aux inconvénients actuels. En septembre passé, lors d’une séance de travail organisée à la préfecture de Morges, le Département de la formation de la jeunesse et de la culture (DGEo) par la voie de M. Jaccard, allait dans le même sens. Ce fut l’élément déclencheur pour que les communes de Chevilly, Eclépens, Ferreyres, La Sarraz, Moiry, orny et Pompaples se réunissent autour du projet d’une nouvelle organisation scolaire. Le 11 octobre 2013, ces communes ont demandé à Madame Lyon, Conseillère d'Etat en charge du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture, un accord de principe sur la possibilité de réorganiser la structure scolaire actuelle par la création d’établissements géographiquement plus homogènes. En outre, ces communes lui ont demandé de faire en sorte que sa décision arrive sans tarder afin de ne pas bloquer trop longtemps le projet de construction d’un nouveau collège à La Sarraz pour le bien-être des élèves et des enseignants. Le 28 octobre 2013, la Conseillère d’Etat a transmis aux communes un mandat d’étude. L’analyse souhaitée par Madame Lyon doit permettre l’organisation d'un l’établissement scolaire régional dans une perspective qui tienne compte tant de la pédagogie, de l’évolution et de la logique démographique, ainsi que des flux des transports. Afin d’apporter une réponse à la demande du Comité directeur de l’ASISEVV et des municipalités concernées, un groupe de travail inter associations a été constitué et chargé d’étudier les modalités permettant d’adapter les périmètres des établissements scolaires et de mettre en évidence les ré-

percussions des différentes variantes sur les plans pédagogique, financier, logistique ainsi que sur celui du développement régional. Quatre établissements scolaires couvrent le périmètre étudié : – Etablissement primaire et secondaire de la SarrazVeyron-Venoge : il scolarise les élèves primaires et secondaires des degrés 1 à 11 des communes de Montricher, L’Isle, Mauraz, Mont-la-Ville, Chavannes-le-Veyron, Cuarnens, Moiry, Chevilly, Ferreyres, La Sarraz, Pompaples, orny et Eclépens. – Etablissement primaire de CossonayPenthalaz : il scolarise les élèves primaires des communes de Vullierens, Grancy, Senarclens, Gollion, Vufflens-la-Ville, Mex, Penthaz, Cossonay, Penthalaz, Daillens, Lussery-Villars, Dizy et La Chaux-surCossonay. – Etablissement secondaire de CossonayPenthalaz : il scolarise les élèves secondaires des communes de Vullierens, Grancy, Senarclens, Gollion, Vufflens-laVille, Mex, Penthaz, Cossonay, Penthalaz, Daillens, Lussery-Villars, Dizy et La Chaux-sur-Cossonay. – Etablissement primaire et secondaire d’Apples-Bière et environs : il scolarise les élèves primaires et secondaires des communes de Bière, Berolle, Mollens, Ballens, Apples, Pampigny, Sévery, Cottens, Clarmont, Réverolle, BussyChardonney et Vaux-sur-Morges. Cet établissement offre également une classe de dévelopChemin Pré-Fleuri 2 - 1373 Chavornay pement pour le secondaire (DES). Tél : 024/441.27.38 ou expert-fiduciaire@vonet.ch Pour conduire les www.expertfiduciaire.wordpress.com travaux et réflexions liés à cette réorga-

MARS 2014

7

nisation scolaire, des représentants de ces associations scolaires ont été invités à participer à un groupe de travail. Du mois de novembre 2013 à ce jour, celui-ci s’est réuni à dix reprises, afin d’étudier diverses solutions de réorganisation des établissements concernés. Dans l’objectif d’aboutir à une proposition d’organisation viable à long terme, le groupe de travail a essayé d’intégrer dans ses réflexions les besoins

pédagogiques, le parc immobilier existant, une évaluation des besoins en construction, les transports scolaires et l’évolution de la population. La démarche visait la production d’un concept d’organisation efficient d’une part, sans négliger les impacts financiers d’autre part. Parallèlement, les sept communes (Chevilly, Eclépens, Ferreyres, La Sarraz, Moiry, orny et Pompaples) ont travaillé sur le projet d’une nouvelle organisation scolaire sur le « bas » de l’ASISEVV : l’ASI7. Le 20 décembre, elles ont été en position de fournir à Madame Lyon, ainsi qu’elle l’avait demandé, un dossier complet comprenant notamment : – Un projet de statuts pour la nouvelle association ASI7. – Les PV des 11 séances de travail entre les syndics et les municipaux des écoles. – Le rapport de la fiduciaire FRI d’Echallens qui a fourni un projet pour régler les futurs loyers. – Le rapport de notre ingénieur trafic pour régler au mieux la prise en charge du flux des élèves. – Un projet de budget avec prise en charge du projet de la construction du collège à La Sarraz par les sept communes et le programme de celle-ci. Votre municipalité œuvre avec énergie et détermination pour faire aboutir un projet de bon sens qui, d'une part, améliorerait notablement la situation en ce qui concerne les transports et le déroulement de la journée de l'élève et d'autre part confirmerait le rôle de La Sarraz en tant que centre régional, soutenu par les communes voisines.


LE SARRAZIN

MARS 2014

Etudes musicales: nouveau règlement La Loi sur les écoles de musique (LEM), adoptée par le Grand Conseil et entrée en vigueur le 1er janvier 2012 pour les articles 16 à 26 et le 1er août 2012 pour les autres dispositions, fixe les modalités de subvention des écoles de musique par le canton et les communes et pour le financement de la fondation pour l’enseignement de la musique (fEM). Il s'agit notamment de fixer les objectifs quantitatifs et qualitatifs pour l'offre d'enseignement de la musique, de reconnaître les écoles de musique, de fixer les exigences minimales en matière de conditions de travail du corps enseignant dans les écoles de musique reconnues et de verser les subventions aux dites écoles.

Il est à relever que les communes participent au financement de la Fondation et elles doivent également mettre à disposition des locaux et en assurer les frais et l'entretien. Ce mécanisme financier va progressivement évoluer pour aboutir à un financement communal de l’enseignement de la musique qui sera exclusivement versé à la FEM, cette dernière étant chargée de redistribuer les subventions publiques (cantonales et communales) aux différentes écoles de musique reconnues. En 2013, la commune a versé 5.50 fr. par habitant à la FEM. Ce montant sera augmenté chaque année de 1.– fr. par habitant pour atteindre 9.50 fr. par habitant en 2017. Les communes doivent donc prévoir à leur budget une somme leur permettant de financer les aides individuelles (hors contribution FEM), relevant de leur responsabilité, afin de faciliter l'accessibilité financière à l'enseignement, selon les modalités qu'elles auront fixées dans un règlement communal. Actuellement, nous ne disposons pas de tous les éléments (par exemple combien

d'élèves sont touchés, quelles seront les finances d'inscription pour les écoles, quel sera l'impact sur le budget communal). Pour cette raison, il est bien d’aller de l'avant avec le barème validé par la Municipalité, puis de le tester pendant trois ou quatre ans et finalement l'adapter, si nécessaire, une fois tous les éléments connus. Avec le recul, nous en saurons plus et le barème pourra être adapté en toute connaissance de cause, en y intégrant, si nécessaire, le relèvement du plafond pour avoir droit au subside, si les moyens le permettent. demande de subventionnement La commune n'aura aucun contact direct avec les écoles de musique concernant une aide financière. Il appartiendra donc aux parents d'adresser leur demande de subventionnement directement au Greffe municipal. Toute demande de subventionnement sera effectuée au moyen du formulaire communal. Les factures acquittées des cours de musique, ainsi que les justificatifs de la situation financière des parents devront impérativement être joints à la demande. Les demandes seront transmises, avec toutes les pièces nécessaires au traitement du dossier au Greffe municipal qui préparera un préavis à l'intention de la Municipalité ; cette dernière statuera sur la demande et sa décision sera notifiée par courrier aux parents ou au représentant légal. La Municipalité fonctionne comme autorité de recours, uniquement pour ce qui concerne la participation financière de la commune. Situation actuelle En 2012, les aides communales se sont montées à 10 396 fr.; ce montant correspond à 7 081 fr. pour l’école de musique de l’Echo du Mauremont plus 3 315 fr. versés à l’école de musique de Cossonay. De plus, la commune ac-

9

corde un subside annuel de 3 000 fr. à l'école de musique de l'Echo du Mauremont. Situation future Comme déjà mentionné, la participation communale à la FEM sera pour 2014 de 6.50 fr. par habitant (ce qui correspond à environ 15 600 fr.). Concernant les aides individuelles, étant donné que c'est la première année que la commune accordera une aide directe aux parents d'élèves pour des études musicales, il est impossible de définir la charge financière exacte que cela représentera. Exemple de calcul Ci-dessous, nous donnons un exemple, avec deux familles de situations différentes, pour un cours de musique d’un coût semestriel de 400 fr. : – Une famille, avec un enfant, dont le revenu mensuel brut est de 3 000 fr., pourrait bénéficier d’une subvention de 350 fr./semestre, étant donné qu’une participation d’au moins 50 fr. par type de cours et par semestre sera laissée à la charge des parents ou du représentant légal. – Une famille, avec deux enfants, dont le revenu mensuel brut est de 6 000 fr., pourrait bénéficier d’une subvention de 48 fr./semestre par enfant. Il est important pour une commune telle que la nôtre de soutenir les activités créatrices, et d’encourager les jeunes à apprendre à jouer d'un instrument, bref, à pratiquer la musique. En donnant ce coup de pouce financier à ceux qui en ont le plus besoin, la commune permet au plus grand nombre d'aborder une formation musicale dans de bonnes conditions, formation pouvant aboutir à une certification et à un accès aux classes des Hautes écoles de musique, mais, le plus souvent, de pratiquer en amateur dans nos nombreuses sociétés de musique : l'Echo du Mauremont, les Coquelicots, le Chœur mixte et bien d'autres dans la région.


10

LE SARRAZIN

MARS 2014

Château: l’espoir renaît… unique de son genre en Europe, avec ses fabuleuses collections et son patrimoine architectural hors du commun, le Château de La Sarraz est en passe de se sortir de ses soucis de trésorerie. un comité de crise a été mis en place, formé de personnalités compétentes et chargé de préparer l'avenir. Aux grands maux, les grands remèdes, l’année 2014 sera celle des restrictions, le Musée romand se voyant fermé faute de moyens en personnel pour le visiter. En effet, la crise financière dont notre château a été l’objet l’an passé a obligé le comité à licencier tous les guides en attendant des jours meilleurs. Cependant, les salles restent ouvertes aux mariages d’exception, domaine qui a vu un accroissement important de plus de 50 % en 2013 et qui fait le plein pour chaque week-end jusqu’en octobre prochain grâce à l’excellent travail de Catherine Boillat, la nouvelle int e n d a n t e. . Reste à occuper certains jours de semaine avec des conférences, concerts, séminaires, repas-dégustations, expositions temporaires ou d’autres activités économiques ou culturelles. Durant ces dernières années, sous l'impulsion de son président, Monsieur Laurent Zali, la Société des Amis du Château a organisé de nombreux concerts, congrès et autres manifestations. Malheureusement toutes ces énergies n'ont pas été de nature à améliorer sa situation financière, le comité du château a dû donc se résoudre à supprimer ces manifestations. Soutien des instances cantonales Le comité de crise est formé de Mmes Annette Schneider, présidente ad-intérim, Rosa Mischler, syndique, MM. Laurent Chenu, conservateur cantonal et JeanFrançois Tosetti, trésorier, auxquels ont été adjoints en tant que consultants à titre gracieux Mmes et MM. Catherine Boillat, Fabienne Baseia, de l’office du Tourisme,

Gérald Hirsig, ancien directeur du Crédit Suisse et Francis Randin, ancien chef du services des finances du canton. Il a pour mission prioritaire d’assainir la situation financière laissée dans un état pour le moins difficile. Licencié fin novembre dernier, le conservateur olivier Robert, qui s’était beaucoup engagé pour la sauvegarde et l’inventaire des collections, a lancé un cri d’alarme aux instances culturelles fédérales et cantonales, appel qui semble avoir été entendu puisque le canton, par la voix de Mme Brigitte Waridel, chef du service des affaires culturelles de l’Etat de Vaud, a accepté de se pencher au chevet du malade. Premier objectif : sauver les bâtiments et les collections. Le parcours muséographique devrait être également repensé dans son ensemble afin de pouvoir rouvrir au plus vite le Musée romand. Réintégré en tant que mandataire et rétribué, notamment, par l’Etat, olivier Robert sera chargé d’établir un plan d’action d’urgence pour mettre en valeur et surtout préserver les collections, et ainsi poursuivre et pérenniser le travail qu’il a accompli jusqu’ici. La constitution de ce dossier a aussi pour but de servir de référence dans la récolte de fonds auprès des instances de l’Etat, de la Loterie Romande ou de sponsors privés.

un nouveau souffle prometteur Insufflé aussi par la commune et les autorités politiques cantonales, un esprit nouveau, plus positif et tourné vers l’avenir, habite désormais les protagonistes de cette résurrection. Aujourd’hui, les offres d’aide spontanées ne relèvent plus de l’utopie et le comité de crise voit avec plaisir certaines de ses envies se concrétiser. Exemple : le rapatriement du suivi des finances au château, ce qui favorisera une plus grande transparence de ses comptes, ou encore la venue de manifestations d’importance, tel le Salon UNIcréa qui s’y déroulera du 30 octobre au 2 novembre et drainera à La Sarraz près de 6 000 personnes. Cet événement, véritable laboratoire d’idées, champ ouvert aux expressions les plus variées, a été imaginé il y a 18 ans et réunit des créateurs de talent : designers, joailliers, modistes, peintres, plasticiens, céramistes, sculpteurs, stylistes, ébénistes, verriers… qui présentent et vendent leurs dernières collections. Une centaine de stands occuperont toutes les salles de réception, le jardin et la cour du château. Apport bienvenu et outil promotionnel qui ne coûtera rien, il attirera dans notre bourg un public dont les commerçants vont profiter. Reste à résoudre le problème du parking, même si le concept de mobilité douce sera là privilégié. Les fouilles du Mormont en vedette Mais la manifestation-phare de cette année 2014 sera sans conteste l’exposition consacrée aux découvertes archéologiques du Mormont. Les fouilles, qui ont débuté en 2006 sur le site de la carrière Holcim SA et se sont poursuivies jusqu’à l’an passé, ont permis de mettre au jour de véritables trésors qui vont, à cette occasion, être livrés aux yeux du public. Durant six mois, du 11 avril à la mi-octobre, les trouvailles faites dans les quelque 300 fosses explorées par les archéologues vaudois seront en effet exposées à la salle de Mandrot, dans une scénographie du studio Ko d’Yverdon-les-Bains. Sous l’égide du Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, « Les Helvètes au Mormont, une occupation énigmatique vers 100 av. J.C.» montrera dans une trentaine de vitrines les pièces les plus significatives du site celtique. Leur seront joints la présentation d’une maquette du site exploré, la reconstitution à l’échelle originale d’une fosse, ainsi que la projection d’un film relatant cette aventure extraordinaire, événement majeur et unique en Europe. Annoncée par une campagne d’affichage dans toute la Suisse romande, cette exposition


LE SARRAZIN

MARS 2014

11

avoir beaucoup aimé les banquets pantagruéliques leur temps se partageant entre la recherche et la production de nourriture en quantité abondante et la pratique d'un artisanat varié.

d’un intérêt exceptionnel bénéficiera d’un budget de 300 000 francs environ, financé par l’Etat de Vaud et le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, ainsi que par la Loterie Romande et Holcim SA. Pour l’occasion, en collaboration avec l'office du tourisme sarrazin, il est prévu de rouvrir le café « Belle Hélène » où la billetterie pourrait se tenir. des informations fondamentales Aucun indice, aucune trouvaille préalable ne laissaient présager dans ce paysage industrialisé et densément habité qu’est la région du Mormont, une découverte aussi importante. Un lieu celtique de plusieurs hectares, jalonnés de vestiges de l’Age du fer, ont été mis au jour des céramiques, des ossements d’animaux et d’humains, et surtout ces quelque 300 fosses circulaires pouvant atteindre quatre à cinq mètres de profondeur, et au fond desquelles une somme inimaginable de trésors archéologiques. Si

bien que le site est devenu un pôle d’attraction de tout premier plan dans la recherche archéologique européenne,

l’énigme posée, notamment, par l’extraction de corps humains parfois curieusement amputés ou disposés, sortant de l’habituelle description des sépultures classiques de cette époque. Passionnante aussi l’analyse à faire sur le mode de vie de ces ancêtres qui semblent

Concours

La fabrication de grands outils en fer témoigne notamment de la maîtrise technique des forgerons d’alors, tout comme celle des bijoutiers dont les objets – bracelets, ceintures, perles de verre ou pendentifs – illustrent un vrai savoir-faire. Que dire aussi de cette centaine de meules à grains déposées dans les fosses ? ou encore de ces pièces de vaisselle, de ces fourchettes à viande ou ces couteaux traduisant d’autres gestes, d’autres traitements ? Les limites du site sont loin d’être atteintes, et l’on peut s’attendre à découvrir bien d’autres aménagements en relation avec ce patrimoine unique et exceptionnel dans l’archéologie celtique en Europe. Dans cette perspective, l’exposition présentée au château de La Sarraz donne déjà un très riche aperçu du magnifique travail des archéologues accompli au Mormont. Une exposition qu’aucun Sarrazin ne devrait manquer de visiter.

Connaissez-vous votre bourg ?

Où se trouvent ces escaliers ? Réponse à faire parvenir jusqu’au 15 avril 2014 à : Rédaction du SARRAZIN, Dialimo, CP 50, 1315 La Sarraz Le ou la gagnant(e) du tirage au sort parmi les bonnes réponses recevra un bon d’achat de Fr. 50.– à faire valoir aux caves du Château d’Eclépens. Le bâtiment faisant l’objet du concours de septembre, est l’ancien café de La Couronne, situé entre la Grand-Rue et la rue du Château. Gagne un bon d’achat de fr. 50.– à échanger au restaurant « o sole mio », à La Sarraz : Madame Marinette Mory, à La Sarraz


LE SARRAZIN

Soirée annuelle de la fanfare La salle du Casino servira, une fois de plus, de cadre à la soirée annuelle de l’Echo du Mauremont, qui aura lieu le samedi 12 avril, dès 18 heures. Une occasion pour ce bel ensemble de prouver qu’on peut tout jouer en fanfare, en passant du rock au classique, des musiques de films ou des pièces musicales de choix. Les élèves de l’Ecole de musique se produiront au cours de l’entracte. Et puis, bien sûr, la tombola arrosera les gagnants de cadeaux des plus sympathiques. Le programme que l’on pourra entendre lors de cette soirée sera le suivant :

RESoLUTIoN Jean-Pierre Hartmann : une introduction vive à notre spectacle LA SToRIA Jacob de Hann : musique qui transmet tout l’émotion du film même nom TRäNE Florian Ast : un duo chantant trompette et Euphonium WHERE DREAMS HAVE No END Johan Nijs : un slow rock mélodieux CALLING CoRNWALL Goff Richards : l’énergie musicale qui nous emporte

HARD RoCK HALLELUJAH

MARS 2014

Le cheval et le vin La naissance de l’étiquette sous forme d’un rectangle de papier annoté à la main ou imprimé, telle que nous la connaissons aujourd’hui, date du XVIIIe siècle. Cela a débuté en Champagne et en Allemagne, sous l’impulsion conjuguée de la découverte de la prise de mousse, de la fabrication des bouteilles en verre et la généralisation du bouchage en liège. Ensuite, les caves de Bourgogne et du Beaujolais s’y sont mises aussi, avant que le principe ne s’étende à toutes les régions viticoles. La thématique de l’étiquette de vin s’alimente à de multiples sources que l’on peut classer en deux grandes familles : la tradition et la nature.Vinrent aussi une ribambelle d’animaux, allant de l’oiseau au lézard, de l’abeille au renard, succédant à un bestiaire mythologique où l’aigle, le griffon ou le lion étaient censés transmettre des sentiments de puissance, de rayonnement solaire ou de souveraineté. une collection unique Cavalier passionné, Jean-Pierre Dapples, par ailleurs trésorier du Musée du cheval de La Sarraz, collectionne depuis longtemps les étiquettes de vin. Ses préférées sont celles comportant des chevaux et des objets équestres, bien sûr. Il en possède plus de 1 500, récoltées un peu partout dans le monde. Faisant partie de la Confrérie de l’étiquette, il en a aussi obtenu en procédant à des échanges avec l’un ou l’au-

Lordi : et oui, du Hard Rock ! Lordi a représenté la Finlande au Concours Eurovision 2006 avec cette chanson

CHARIoTS oF FIRE Vangelis : un grand classique de Vangelis

LES AVENTURES DE TINTIN Morgan Parker, Szczesniak : on se laisse entraîner par le jeune reporter !

MoMENT oF MoRRICoNE Morricone: moment magique de musique et de cinéma avec ce medley de « Il était une fois dans l’ouest » et « Le bon la brute et le truand » oB-LA-DI oB-LA-DA The Beatles : un passage dans les années rock des 60’s

PoRTRAIT oF SANTANA Santana : Santana, la légende du Latin Rock CELEBRATIoN Wim Laseroms : une marche de celle qui anime La Sarraz durant les manifestations de la ville

Pour les fans de foot Voici le calendrier des matches de la première équipe du FC La Sarraz-Eclépens qui auront lieu au stade de La Sarraz : Dimanche 16 mars - 15 h : FC Lutry Dimanche 30 mars - 15 h : FC Colombier Dimanche 13 avril - 15 h : FC Gumefens/Sorens Dimanche 4 mai - 15 h : FC Dürrenast Samedi 5 juin - 18 h : FC Portalban-Glettens

13

tre de la centaine de membres formant cette sympathique société. Il a décidé, d’entente avec le comité, de présenter une partie de ses trésors au MUCHE dès le 10 avril et jusqu’à la fin octobre, soit en même temps que se tiendra au château la fabuleuse exposition sur les Celtes. Quelque 200 étiquettes seront ainsi montrées au public, classées par thèmes dans une vingtaine de cadres. Ainsi pourra-t-on apprécier le talent des graphistes s’étant laissés séduire par les cavalières, les attelages, le Moyen Age, les militaires, etc. A noter que ce sera la première fois que l’on pourra ainsi voir réunies ces étiquettes-là en provenance des quatre coins du monde viticole, grâce à la précieuse collaboration de la Confrérie qui fournit le matériel pour cet événement. Gageons que le public sarrazin et d’ailleurs se rendra nombreux à cette exposition, ne serait-ce que pour soutenir notre Musée du cheval qui en a bien besoin.

Agenda des manifestations MArS 21-22 Grande salle d’Eclépens - 20 h : Soirées du Chœur d’hommes 28 Débridée - 19 h : Repas de soutien du Musée du cheval 30 Casino - 14 h 30 : Loto de la Gym et du Chœur mixte AVrIL 10 Maison de paroisse (rte de Ferreyres) - 16 h : rené Lavanchy chante des chansons populaires, accompagné de sa guitare, puis traditionnelle cassée des oeufs. 11-30 Château : Exposition « Les Helvètes du Mormont…» 11-30 Musée du cheval : Exposition « Le cheval et le vin » 12 Casino - 18 h : Soirée annuelle de la fanfare L’Echo du Mauremont MAI 1-31 Château : Exposition « Les Helvètes du Mormont…» 1-31 Musée du cheval : Exposition « Le cheval et le vin » 15 Maison de paroisse (rte de Ferreyres) - 14 h 15 : Sylver Francfort et Alain Seydoux présentent un extrait de leur spectacle « paris - St-Saph » 23-25 Cantine à Eclépens : Giron de chant du Pied du Jura 24 Le Lieu : L’Echo du Mauremont au Giron des sociétés de musique du Pied du Jura 1-30 1-30 7 12 14 19

JuIn Château : Exposition « Les Helvètes du Mormont…» Musée du cheval : Exposition « Le cheval et le vin » Cantine d’Eclépens : Marché artisanal et folklorique Cantine d’Eclépens - 12 h : Repas de soutien du fC La Sarraz-Eclépens Cantine d’Eclépens : Journée officielle du 1200e anniversaire d’Eclépens Club des aînés - Gare de La Sarraz - 10 h 30 : petite sortie au Lac de Bret et dîner à son restaurant. Ensuite, visite du zoo de Servion

Envoyez vos manifestations à la rédaction, nous les annoncerons dans la mesure du possible.


14

LE SARRAZIN

MARS 2014

Le Chœur mixte: une belle histoire La société de chant, pour une commune, révèle non seulement des voix et des harmonies, mais permet aussi, à travers cela, aux habitants d’une région de se réunir et contribuer, de manière fort plaisante, à la vie culturelle de celle-ci. Le chant existe depuis longtemps à La Sarraz. Cent-trente-cinq ans exactement. Ça a débuté par un chœur d’hommes, fondé en 1879, puis, à l’occasion des 75 ans de celui-ci, un ensemble de dames a été créé en 1954, chacun se produisant de manière indépendante. En 1957 au cours d’une votation des hommes il fut décidé par 11 oui contre 9 non, de poursuivre l’activité en tant que chœur masculin. Mais deux ans plus tard, il fallait s’y attendre, une assemblée constituante scella la création d’un François Cloux, président chœur mixte. Les 600 francs restant dans la caisse de la société masculine furent versés dans celle de la nouvelle entité, alors que la moitié des hommes décidait d’abandonner le chant, ne voulant pas se produire au côté des dames ! Malgré tout, depuis 55 ans, (sa première assemblée générale a eu lieu le 9 octobre 1959), le chœur mixte sarrazin poursuit ses activités au gré de trois ou quatre concerts-spectacles par an, toujours très appréciés, les sept directeurs s’étant succédés à sa tête ayant toujours tenu à mêler classique, populaire, et même opérette.

mardi jouant leur rôle social de rencontres et d’échanges. « C’est bien simple, souligne l’ancien enseignant, on va aux répétitions fatigué et l’on en ressort à chaque fois régénéré ! » Etre acteur confère une perception différente, plus intimiste et donne une occasion unique de se familiariser aussi bien avec la musique classique que la chanson populaire. pas d’audition préalable Si vous manifestez le désir d’appartenir au Chœur mixte de La Sarraz, rien de plus facile ! Il suffit d’avoir terminé sa scolarité, d’aimer la musique et les relations humaines et d’aller assister à une de ses répétitions comme auditeur le mardi soir, dès 20 heures, à la salle des sociétés de la Maison de Commune. Ensuite, si l’intérêt demeure, un coup de fil au président François Cloux* vous permettra de vous inscrire. Provenant essentiellement de La Sarraz ainsi que d’une dizaine de communes environnantes, les chanteuses et chanteurs donnent leurs spectacles et concerts principalement à la salle du Casino en ce qui concerne la musique populaire et au Temple de La Sarraz pour ce qui est des concerts classiques. Il leur arrive parfois de se

thérapie de groupe Aujourd’hui dirigé par Paul Kapp, sociétaire, notamment, de l’Ensemble Fête cantonale des chanteurs vaudois, Yverdon, 1965 vocal de Lausanne et passionné de jazz et de chanson française, le produire sur invitation ou à l’occasion de diChœur mixte de La Sarraz compte une qua- verses manifestations locales ou régionales, rantaine de membres dont deux tiers de voix fé- dans les EMS, les hôpitaux ou même de chanminines. Quelques ténors et basses seraient les ter devant les prisonniers de Bochuz comme ils bienvenus, paraît-il, afin d’établir un équilibre l’ont fait à Noël l’an passé. mieux proportionné, cela même si, bien sûr, Leurs prochaines grandes prestations dans la chaque nouveau membre, homme ou femme, région en 2014 auront lieu le dimanche 25 mai est cordialement invité. à l'occasion du giron de chant d'Eclépens et le Dans les années quatre-vingts, sous la direction dimanche 23 novembre avec un concert clasde Dany Rochat, ils étaient soixante. Selon ce sique à 17 h. au temple à La Sarraz. Au prodernier, cette désaffection a plusieurs causes, gramme des chants populaires a cappella pour l’exigence croissante de la qualité et l’apprécia- le giron et la Messe en sol majeur de Schubert tion du mélange des genres étant les princi- et le Requiem de Gounod pour le concert claspales. « Mais on ne chante bien que ce que l’on sique. Plus tard, en 2015, sera mise sur pied à aime…», confie l’instituteur à la retraite, avant la salle du Casino une soirée consacrée à la d’ajouter : « Il faut trouver le moyen d’accrocher chanson française entre 1940 et 1965. Autant les auditeurs par toute la musique ». L’impor- d'opportunités pour partager un agréable motance de l’attachement au groupe, la chic am- ment et une musique de belle qualité. biance, le sérieux du travail suscitent une bonne _______ humeur quasi permanente, les répétitions du * Contact : Tél. 021 866 60 56

Administration communale Secrétariat municipal Bourse communale Ouverture des guichets : Lundi 13 h 30 à 16 h 30 Mardi 7 h 45 à 11 h Mercredi 13 h 30 à 18 h 7 h 45 à 11 h Jeudi Vendredi 13 h 30 à 16 h 30 ou par téléphone : de 9 h à 11 h et de 14 h à 16 h Administration communale Tél. 021 866 02 20

Pharmacie de garde Centrale des médecins et médecins-dentistes Tél. 0848 133 133 Vétérinaire de garde Votre vétérinaire vous renseignera.

Numéros d’urgence Police 117 Sapeurs-pompiers 118 Ambulance 144 Intoxications 145

Urgence AIEM (réseau d’eau) Tél. 079 485 62 05 En cas de non-réponse 079 857 93 81 En cas de fuite d’eau 079 471 35 41

Déchetterie Samedi Mercredi du 1er mars au 31 oct. 1er nov. au 28 février

9 h à 11 h 45 16 h à 18 h 30 14 h à 16 h 30

Entreprises et agriculteurs : Mercredi et vendredi 11 h à 11 h 45

Déchets verts COMPOSTIÈRE DE LA VENOGE Lundi au vendredi 8 h à 18 h non-stop Samedi 1er mars au 31 oct. 10 h à 15 h

Le Sarrazin no 15 2014  

Journal officiel de la Commune de La Sarraz, no 15 de mars 2014

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you