Issuu on Google+

Étoiles rouges Retour après un Noël en famille. Toute la journée le ciel a été bleu et dégagé, l'air froid, et les restes de neige un peu partout ont gelé. Le soleil de la fin d'après-midi. Ses rayons tièdes parent de reflets rouges et oranges jusqu'au corps des mouettes qui survolent la Seine. Les vitres des immeubles du quai de la Rapée abritent pour un instant des étoiles froides, comme ces géantes rouges, immenses, mais creuses, que l'on aperçoit la nuit en clignant des yeux. Ces rayons rougeoyants, est-ce la signature du soleil de l'hiver, plus loin, plus froid, ou le souvenir décalé dans le spectre des rayons de l'été qui nous parviennent enfin, longtemps après la chute des feuilles, comme ces derniers kakis oranges au bout des branches nues du plaqueminier ? la mouette survole la Seine son ventre rouge il fait si froid Dans le jardin blanc couvert de neige craquante, dans les branches presque nues du vieux bouleau où traînent encore avec ceux de l'année les chatons desséchés de l'été avant-dernier, le chant de la mésange la révèle. Comme un petit soleil attardé sur un rameau luisant, dans les derniers instants du jour. la mésange chante dans le bouleau enneigé c'est vrai il fait beau Le ciel s'irise, les lampadaires s'allument pour de bon, la neige au sol se teinte d'ocre et de rouge et la haie s'assombrit. Avant que la nuit ne s'installe, retentit un dernier chant d'oiseau. C'est la pie. Moog


Etoiles rouges