Page 26

L’écho de l’étroit chemin Les tentations sont à portée de main. Mais, que dissimulent les corolles translucides ? Qu’est-il arrivé exactement à la fragile fillette ? Quel piège s’est refermé sur elle ?

[…] il ne fallait pas, petite fille, il ne fallait pas : ni ramasser la fleur tombée, ni goûter à la framboise sur le sentier, ni s’approcher du bord […] L’être humain ne fait que passer tandis que la nature garde sa force et son implacable beauté :

Dans le jour qui finit, la mare prend des allures de cathédrale aux piliers de verdure ; la lumière tamisée joue sur le vitrail des daturas. Monde d’illusions où il faudra peut-être aux mortelles créatures que nous sommes plusieurs vies pour atteindre « l’éveil » ou connaissance objective de ce qui nous entoure. Tel semble être le message véhiculé dans ce haïbun, à la composition harmonieuse entre prose et haïkus, qui entretient de bout en bout le mystère et l’art de la suggestion.

Danièle Duteil

26 no 10

125

27

L'Echo de l'étroit chemin n° 10  
L'Echo de l'étroit chemin n° 10  
Advertisement