Page 11

L’écho de l’étroit chemin Déc 2013 - http://letroitchemin.wifeo.com

Sé lec tio n

s foi ) haïb s ère( un : P i n r e remière(s)/D

La petite fille du bord de l’eau M’en voudras-tu Betty, d’oser ici te dire Ces simples mots que ton souvenir m’inspire Diapositive jaunie au fond de mon placard Image oubliée qui hante ma mémoire Ainsi commence un de mes premiers poèmes intitulé « Á l’ombre d’une jeune morte ». Peut-être même mon tout premier poème, à l’époque où j’ai pris conscience des fabuleuses possibilités que m’offrait l’écriture. Des vers maladroits, puisés au tréfonds de mon émotion. Depuis, cette diapositive, je l’ai retrouvée, je l’ai sortie de sa boîte un peu poussiéreuse. Au bord de la mare son tee-shirt rayé orange et vert Mare-à-poule d’eau que je retrouve si verte aujourd’hui, aussi verte que celle de mon souvenir. La dernière fois que je suis venue en ce lieu, c’était… avant, c’était… après. La mémoire des faits chronologiques se dilue dans le temps qui passe. Quarante ans, déjà, si j’en crois la petite fille au sourire timide photographiée sur la rive, tout près des enfants qui pêchaient. Les pêcheurs sont toujours là, peut-être les enfants de ces gamins là ? Accroché par la queue comme il est long à mourir le tilapia Dans son écrin de cascades, l’eau n’a rien perdu de l’éclat émeraude d’autrefois, à l’ombre des grands arbres. Faire le tour de la mare. Suivre la piste d’une souvenance. Scruter les tavelures aux troncs des vieux filaos qui n’en finissent pas de nous raconter ce qui est passé. Retrouver le visage

11 no 10

110

12

L'Echo de l'étroit chemin n° 10  
Advertisement