Page 10

L’écho de l’étroit chemin Déc. 2013 - http://letroitchemin.wifeo.com

Sé lec tio n

s foi ) haïb s ère( un : P i n r e remière(s)/D

À huit heures, je dois partir travailler mais décide de ne pas y aller. Un appel au bureau et la chose est réglée : aujourd’hui mon père est prioritaire. N’a-t-il pas souvent modifié ses horaires pour moi ? Ce dernier rendez-vous ne peut être déplacé. Nous avons besoin d’un peu de temps encore. par la fenêtre bambins de la garderie sur le trottoir raboteux une bouffée d’air frais la relève est assurée À l’heure du lunch, je laisse la place à ma mère qui vient passer quelques heures d’intimité avec son compagnon de vie. Mes frères viendront ensuite pour une dernière soirée entre hommes. Quand, enroulée dans sa chemise, je pense à sa mort, je l’imagine assis sur un tronc d’arbre dans le silence de la forêt laurentienne, à l’affût d’un chevreuil, passant l’arme à droite, oui, à droite. Car iI était gaucher.

Céline Landry, Québec

10 no 10

19

11

L'Echo de l'étroit chemin n° 10  
Advertisement