__MAIN_TEXT__

Page 8

8 | INTIME MAGAZINE | AUTOMNE 2014

ROBERT NORTIK CE VIDÉASTE DÉLIRANT, ROI DE LA SUPERPOSITION DE COULEURS ET DE LA DÉFORMATION POÉTIQUE, MET EN LUMIÈRE LES PLUS BELLES SOIRÉES DE GALA D’EUROPE ET DES BÂTIMENTS PRESTIGIEUX. IL NE SE PREND CEPENDANT PAS AU SÉRIEUX. LORSQU’ON PARLE AVEC LUI, IMMANQUABLEMENT, L’ENVIE SE DESSINE : ON VOUDRAIT ORGANISER UNE BELLE FÊTE DONT IL ASSURERAIT L’UNIVERS VISUEL. UN SPECTACLE QUI FERAIT FLAMBOYER CHAQUE NOTE DE MUSIQUE, CHAQUE MOUVEMENT, ET LE CŒUR DES INVITÉS. Tout a commencé avec une petite aquarelle aux teintes acidulées, une scénette peinte à la manière de Fellini. Quelques croquis de sa main, scannés, agrandis et imprimés sur une série de bâches lumineuses, se sont retrouvés en format XXL sur la façade du Grand Théâtre de Genève. Cette installation inédite a produit un effet d’illusion dont l’ampleur a ébloui les Genevois. Les automobilistes circulant de nuit n’en croyaient pas leurs yeux : le spectacle se jouait là, sur la Place Neuve.

Quelques mois plus tard, les silhouettes des danseuses ondulaient dans le foyer du théâtre grâce à un autre tour de passe-passe visuel : la multi-projection vidéo… Le rêve prenait forme. Ces scénographies inédites faisaient le lancement non seulement de la saison 2004, mais aussi de Robert Nortik, depuis, consacré maître du genre. Fasciné par la réalisation d’images diffusées en multi-projections, il crée Nortik Studio Sàrl en 2009 : une structure « lanterne magique » qui met en œuvre toutes les technologies disponibles pour réaliser des scénographies audiovisuelles au service d’une pensée ou d’une œuvre. Ainsi, il s’empare d’Orphée, Falstaff ou Frankenstein et projette leurs fantasmes à Genève,

Baden- Baden, Paris ou Berlin. Le théâtre, la danse, l’opéra, le mapping architectural, voilà son univers. Depuis l’âge de quinze ans, il dessine des personnages. Mais entre l’onirique et le technique, Robert Nortik a choisi… les deux. Alors il imagine des tableaux qui évoluent au cours d’une soirée, des boucles d’images délimitées à la mesure près, des lignes qui se déforment et se déchirent pour mieux émouvoir, des paysages reconstruits… Un monde plus beau. « Amplifier ainsi les images qui défilent dans ma tête, cela demande simplement de tout faire en grand : des gros projecteurs, de la toile monumentale et des tonnes de câble. » explique-t-il, les yeux rieurs.

Robert Nortik allume Time Square

Profile for Kunz

InTime n°2 by Kunz  

InTime n°2 by Kunz  

Advertisement