Page 1

2018

FRANÇAIS


BIENVENUE AU KUNSTHAUS!

Horaires d’ouverture Ven – Dim / Mar 10h – 18h Mer – Jeu 10h – 20h Jours fériés 10h – 18h 24 / 26 décembre 2017 31 décembre 2017 1er / 2 janvier 2018 Pâques 30 mars – 2 avril 2018 1er mai 2018 Ascension 10 mai 2018 Pentecôte 19 – 21 mai 2018 1er août 2018 26 décembre 2018 1

er / 2

janvier 2019

Fermeture Lundi (sauf: voir plus haut) 25 décembre 2017 24 / 25 décembre 2018 31 décembre 2018 Billets d’entrée De 16.– / 11.– (réduit et groupes) à 23.– / 18.- (réduit et groupes) Adhérents et moins de 16 ans: gratuit

Accès Depuis la gare centrale de Zurich: tram 3 ou bus 31, jusqu’à l’arrêt «Kunsthaus» Adresse et informations Heimplatz 1, CH-8001 Zurich www.kunsthaus.ch info@kunsthaus.ch Direction et administration Tél. + 41 (0)44 253 84 84 Fax + 41 (0)44 253 84 33 Cabinet des estampes et des dessins Salle d’étude Lun – Ven sur réservation uniquement Tél. + 41 (0)44 253 85 36 / 39 Bibliothèque Rämistrasse 45, 8001 Zurich Lun – Ven 13h –18h Tél. + 41 (0)44 253 85 31 Fax + 41 (0)44 253 86 51 Éditeur Zürcher Kunstgesellschaft Case postale, 8024 Zurich Tirage: 130’000 exemplaires Sous réserve de modifications En couverture: Wolfgang Tillmans Smokin’ Jo, 1995 (détail) Kunsthaus Zürich Courtesy of Galerie Buchholz, Berlin / Cologne


2018

29. 9.17 – 14. 1. CHOISISSEZ LE TABLEAU! LA RÉFORME Images sacrées du Moyen Âge tardif, peinture baroque de la Contre-Réforme, tableaux historiques du 19e siècle et art concret

10. 11.17 – 28. 1. ACCLAMÉE ET BROCARDÉE. LA PEINTURE FRANÇAISE 1820 – 1880 100 tableaux et une querelle au seuil de la modernité


16. 2. – 25. 3. ABRAHAM CRUZVILLEGAS L’art comme expression et comme miroir de la société

: 5 mai n o i h s Fa Pa r t y

9. 3. – 8. 7. MAGRITTE –  DIETRICH –  VALLOTTON Objectivité visionnaire

20. 4. – 15. 7. FASHION DRIVE Comment l’art représente-t-il la brayette, la mode des crevés, la crinoline ou le smoking?


31. 8. – 18. 11. ROBERT DELAUNAY ET PARIS L’exposition la plus importante en Suisse jamais consacrée à l’avant-gardiste français

14. 12. – 10. 3.19 OSKAR KOKOSCHKA: UNE RÉTROSPECTIVE Un peintre expressif au coup de pinceau reconnaissable entre tous Médiation culturelle Découvrir et expérimenter – du nouveau encore et toujours!

La Collection Sommets de l’art du 13e au 21e siècle. Chefs-d’œuvre éternels.

Adhésion Inscrivez-vous!


29. 9.17 – 14. 1.

CHOISISSEZ LE TABLEAU! LA RÉFORME La présentation, qui a pour thème la Réforme, rassemble quelque 60 œuvres du 16e au 20e siècle de la collection Au centre de l’exposition figure «Unanimité», œuvre de Ferdinand Hodler consacrée à un épisode de la Réforme. Ce tableau monumental, qui trône dans la cage d’escalier du bâtiment Moser, est excellemment documenté par de nombreuses esquisses originales, et rarement montrées. Une sélection d’œuvres de maîtres anciens retrace la crise de l’image sacrée à l’époque de la Réforme. Des peintures du baroque italien donnent un aperçu de l’art sacré de la Contre-Réforme. Au début du 19e siècle, Zurich connaît plusieurs nazaréens – un groupe d’artistes établis à Rome, tournés vers l’Église et l’art d’avant la Réforme. Enfin, les rénovateurs de l’art concret étaient eux aussi en quête de valeurs universelles à travers la «peinture pure» et pour ainsi dire réformée. Avec le soutien d’Albers & Co AG Ferdinand Hodler, Unanimité, 1912 –1913 (détail) Kunsthaus Zürich, don d’Alfred Rütschi, 1919


10. 11.17 – 28. 1.

ACCLAMÉE ET BROCARDÉE. LA PEINTURE FRANÇAISE 1820  – 1880 Les perdants d’hier seront-ils les stars de demain? Romantisme, réalisme, naturalisme, peinture de plein air et impressionnisme restent dans les pays germanophones les termes clés utilisés pour caractériser la peinture française du 19e siècle. Certains artistes appartenant à ces différents styles, comme G ­ éricault,


10. 11.17 – 28. 1.

Delacroix, Corot, Daumier, Millet, Courbet, Manet, Sisley, Monet et Renoir, ont alors quitté la «voie officielle» de la peinture, l’académisme et le néo-classicisme. Malgré leur approche révolutionnaire, nombre d’entre eux restaient plutôt traditionalistes. E ­ xtrêmement controversés de leur vivant, ils comptent aujourd’hui parmi ces ­«précurseurs de la modernité» auxquels le monde entier rend hommage. Cependant, la peinture française du 19e siècle compte nombre d’autres artistes, tout aussi importants, qui jouissaient à l’époque d’un prestige encore supérieur auprès des critiques d’art et du public. Bien que fidèles à la peinture traditionnelle, des artistes comme Delaroche, Couture, Meissonier, Cabanel, Gérôme et Bouguereau pouvaient être eux-mêmes éminemment novateurs. Mais le canon de la peinture française formé au début du 20e siècle dans les pays


germanophones a marginalisé au fil du temps ces peintres remarquables. Pour la première fois en Suisse, l’exposition réunit ces voies diverses et controversées de la peinture française en un panorama varié des genres picturaux de cette époque.

James Tissot, Portrait de Mademoiselle L. L., 1864 Musée d’Orsay, Paris Camille Corot, Le Repos ou Nymphe couchée à la campagne, 1857 / 1859 Collection des Musées d’art et d’histoire de la Ville de Genève, dépôt de la République et Canton de Genève


16. 2. – 25. 3.


ABRAHAM CRUZVILLEGAS L’art en mutation. Sculptures et installations spatiales Après une entrée très impressionnante d’Abraham ­Cruzvillegas (*1968) à la Turbine Hall de la Tate Modern en 2015 – 2016 et d’importantes expositions particulières aux États-Unis, en France et en Allemagne, le Kunsthaus Zürich présente pour la première fois en Suisse une exposition de l’artiste mexicain. Dans ses sculptures et ses installations spatiales, Cruzvillegas interroge


16. 2. – 25. 3. l’architecture comme expression des rapports sociaux. Cruzvillegas a grandi à Ajusco, une contrée volcanique au sud de la capitale mexicaine. Dans les années 1960, avec l’exode rural, on y a construit des logements de fortune, sans fondations ni plans et avec des matériaux locaux. Famille et voisins participaient tous à la construction de ces habitations. Partant de cette expérience, Cruzvillegas voit dans la forme sculpturale un processus de mutation, d’action et de solidarité. Ses œuvres sont marquées par l’idée d’un devenir permanent. Improvisation, travail avec des matériaux trouvés et collaboration avec d’autres jouent chez lui un rôle essentiel. À Zurich aussi, Cruzvillegas travaille en étroite collaboration avec la population locale. Il transforme la grande salle d’exposition en atelier, où naissent de nouveaux travaux en cours d’exposition et où se déroulent différentes manifestations. Ce n’est qu’à la fin de l’exposition que les œuvres nouvellement créées s’assemblent pour former une installation globale. Le processus dynamique, idée centrale dans l’œuvre de Cruzvillegas, s’applique ainsi à la dimension même de l’exposition.

Abraham Cruzvillegas The Autoconstrucción Suites, 2013 Vue d’exposition Walker Art Center, Minneapolis © Abraham Cruzvillegas Abraham Cruzvillegas Vue d’exposition Agustina Ferreyra Gallery, San Juan, Porto Rico, 2016 © Abraham Cruzvillegas Abraham Cruzvillegas The Autoconstrucción Suites, 2013 Vue d’exposition Walker Art Center, Minneapolis © Abraham Cruzvillegas


9. 3. – 8. 7.

MAGRITTE –  DIETRICH – VALLOTTON Objectivité visionnaire Le développement de l’art abstrait a été un processus essentiel de l’art moderne. Mais la modernité a été aussi profondément ­marquée par des artistes qui empruntaient les voies stylistiques de l’art figuratif. C’est ce que révèlent des œuvres magistrales – pour certaines rarement montrées – de la collection. À la fin du 19e siècle, Félix Vallotton appréhendait le monde visible avec une précision proche de celle des maîtres anciens – mais en en révélant la fragilité avec une grande acuité psychologique. À la même époque, l’autodidacte «naïf» Henri Rousseau peignait des mondes imaginaires visionnaires (sont égale­ment représentés dans l’exposition les «Naïfs» plus tardifs André Bauchant, Camille Bombois, Élie Lascaux et Grandma Moses). Après la Première Guerre mondiale, la description figurative du monde gagna un nouvel espace dans ce qu’on appelle la Nouvelle O ­ bjectivité (par exemple chez Niklaus Stoecklin et Adolf Dietrich). Par ailleurs, le surréalisme (René Magritte, Salvador Dalí) n’a-t-il pas lui-même souvent recouru à la figuration pour représenter les contenus ­inconscients? Avec le soutien d’Albers & Co AG Élie Lascaux, L'église devant la mer, 1927 Kunsthaus Zürich, © 2017 ProLitteris, Zurich


20. 4. – 15. 7.

FASHION DRIVE. VÊTEMENTS EXTRÊMES DANS L’ART Envie de mode? La mode est à la fois moteur et dilemme, mais avant tout un indicateur des changements de son époque Cette exposition se penche sur 500 ans d’histoire de l’expression vestimentaire dans le miroir des arts visuels: quelle fut la réaction des artistes à des ­phénomènes extrêmes comme la mode des crevés, la ­brayette, la crinoline ou le smoking? Voici ce qu’en dit Georg Simmel dans «Philosophie de la mode»: «La vie du point de vue de la mode est, de fait, un mélange de destruction et de création.» La mode est autant un ­facteur économique qu’un sismographe des sensibilités sociales, une expression des désirs et un instrument d’inclusion et d’exclusion. Centrée sur une période allant de la fin du 18e siècle au début du 20e siècle, avec des escapades dans la Renaissance et dans le présent, l’exposition s’intéresse aux formes de la mode dans ces moments de bascule où elle devient extrême, extra­ vagante, tapageuse, camouflée et prohibée. En cette époque de mondialisation et d’uniformisation par la «fast fashion», l’exposition tente un tour d’horizon sur le regard critique mais aussi sensuel que jette l’art sur des vêtements qui abordent les moments problématiques et subversifs de l’histoire de la mode avec les techniques de la peinture, du dessin, de la sculpture, de l’installation, de la ­photographie et du film. Avec 50 artistes, dont Joseph Beuys, Giovanni Boldini, Leigh Bowery, Daniele Buetti, Salvador Dalí, Honoré Daumier, Albrecht Dürer, Esther Eppstein, Sylvie Fleury, Emilie Flöge et Gustav Klimt, Nathalie Gontcharoff, K8 Hardy, Herlinde Koelbl, Peter Lindbergh, Manon, Malcolm


20. 4. – 15. 7. McLaren et Vivienne Westwood, Mai-Thu Perret, Tula Roy et Christoph Wirsing, Wolfgang Tillmans, Félix Vallotton et Andy Warhol. Une coproduction réalisée avec les Festspiele Zürich Avec le soutien de la Zürcherische Seidenindustrie Gesellschaft

William Larkin, Portrait of Diana Cecil, later Countess of Oxford, env. 1614 − 1618 Suffolk Collection, Kenwood House Armure à jupe plissée, vers 1526 Kunsthistorisches Museum de Vienne, Hofjagd- und Rüstkammer


31. 8. – 18. 11.

ROBERT DELAUNAY ET PARIS Lumière, couleur et nouvelles formes Avec cette exposition, la plus importante jamais réalisée à ce jour en Suisse, le Kunsthaus rend hommage à Robert Delaunay (1885 –1941), l’un des grands pionniers de l’art du début du 20e siècle. Elle met en lumière deux peintures majeures de la collection du Kunsthaus Zürich, «Formes circulaires. Soleil, lune» (1913 –1931), et «Formes circulaires», une toile monumentale de 1930. Extrêmement attrayante sur le plan visuel, cette exposition permet d’appréhender toute l’étendue de l’œuvre de Delaunay et son ­caractère avant-gardiste – en se penchant sur les thèmes centraux qui ont occupé l’artiste toute sa vie durant: la lumière, la couleur et l’expression picturale d’un processus visuel compris comme une activité consciente. L’exposition montrera également comment ce fervent partisan et représentant de l’art abstrait est devenu un des personnages centraux de l’avant-garde parisienne.


31. 8. – 18. 11.


À travers quelque 80 peintures et travaux sur papier, l’exposition illustre l’étude intensive de la couleur à laquelle se consacra le peintre ainsi que son intérêt pour l’optique. Elle souligne en même temps à quel point Paris le stimula et influença son vocabulaire visuel et ses expériences picturales. Des photographies et des films de contemporains de Delaunay, eux aussi inspirés par la métropole française, complètent l’exposition.

Robert Delaunay, La Tour Eiffel et Jardin du Champ de Mars, 1922 The Joseph H. Hirshhorn Bequest, 1981, Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution Robert Delaunay, Le poète Philippe Soupault, 1922 Centre Pompidou, Musée national d'art moderne – Centre de création industrielle, Paris Robert Delaunay, Formes circulaires. Soleil, lune, 1913 – 1931 Kunsthaus Zürich


14. 12. – 10. 3.19

OSKAR KOKOSCHKA: UNE RÉTROSPECTIVE Première rétrospective en Suisse après 30 ans


Oskar Kokoschka (1886 –1980) compte aujourd’hui parmi les artistes les plus importants du 20e siècle. Son influence durable sur la ­production artistique de l’après-guerre jusqu’à aujourd’hui est ­incontestée et reste pourtant une énigme: dans une Europe ébranlée par deux guerres mondiales, où le réalisme était tombé en disgrâce, Kokoschka s’engagea résolument pour la reconnaissance de


14. 12. – 10. 3.19 l’art figuratif. Toute sa vie durant, il resta attaché à la force d’un art allant bien au-delà de la propagande d’État, ce que reflète l’ensemble de son œuvre. Pour reprendre les termes mêmes de Kokoschka: «L’art officiel est toujours kitsch parce qu’il sert le commanditaire anonyme, ce qui élimine l’expérience vécue.» – «La fuite actuelle devant la figuration s’explique peut-être moins par une incapacité à créer que par un étiolement de la capacité à vivre l’expérience du moment.» L’exposition est conçue comme une rétrospective et entend prendre en compte, à travers quelque 150 pièces, toutes les périodes de création de l’artiste. Elle présente également les techniques ­utilisées par celui-ci comme la peinture à l’huile, les pastels, le dessin, l’aquarelle, la gravure, ainsi que ses pièces de théâtre, décors et costumes. Le Kunsthaus Zürich a joué très tôt un rôle important dans la carrière de Kokoschka. Avec une dizaine de peintures à l’huile, dont des chefs-d’œuvre comme «Couple d’amoureux au chat» (1917), le fonds de la collection est donc bien fourni. Pendant les 27 dernières années de sa vie, l’artiste a vécu en Suisse, ce qui explique que des pans importants de sa succession se trouvent aussi à Vevey et à Zurich et non seulement à Vienne. En Suisse, la dernière rétrospective Kokoschka a eu lieu en 1986 au Kunsthaus Zürich. Il est donc temps de remettre les originaux spectaculaires de ce peintre expressif au coup de pinceau unique à la portée de générations nouvelles comme à celle de ses admirateurs de longue date. Avec le soutien d’UNIQA Assurance d’Art Suisse Oskar Kokoschka, L’œuf rouge, 1940 – 1941 Galerie nationale de Prague, © Fondation Oskar Kokoschka, Vevey / 2017 ProLitteris, Zurich Oskar Kokoschka, Couple d’amoureux au chat, 1917 Kunsthaus Zürich, © Fondation Oskar Kokoschka, Vevey / 2017 ProLitteris, Zurich


VIVRE L’ART

MÉDIATION CULTURELLE Découvrir et expérimenter –  du nouveau encore et toujours! Pour petits et grands, individuels et groupes nous offrons dans notre collection et nos expositions temporaires de nombreuses manières et occasions de s’intéresser à l’art. Vous souhaitez suivre une visite guidée pour découvrir l’histoire de l’art? Explorer un thème particulier en assistant à un débat ou vous inspirer d’œuvres pour exprimer votre créativité? Bienvenue! Nous adaptons volontiers nos offres à vos besoins, par exemple pour un anniversaire d’enfant, une sortie d’entreprise ou une formation continue. Nous organisons régulièrement des ateliers pour les enfants de tout âge, et au club enfants et pendant les vacances, les enfants peuvent plonger dans le monde de l’art l’espace d’une journée. Pour les classes scolaires de l’école enfantine à la maturité professionnelle, notre programme propose des workshops et des visites guidées adaptées. Faites un tour sur le forum didactique de notre site web et laissez-vous tenter! Avec le soutien de la Fondation Vontobel

Photo © Caroline Minjolle


LA COLLECTION Sommets de l’art du 13e au 21e siècle. Chefs-d'œuvre éternels.

Inauguré en 1910, le Kunsthaus Zürich est à la fois musée et centre d’exposition. Sa vaste collection de tableaux, sculptures et installations créés pour ses espaces, est constituée d’œuvres de l’art occidental du 13e siècle à aujourd’hui. Des expositions temporaires mettent en valeur la richesse de son fonds, fait de dessins, gravures, photographies et vidéos. Maîtres anciens Chronologiquement, la présentation de la collection s’ouvre sur des sculptures médiévales et les retables du gothique tardif des Maîtres aux œillets. La peinture néerlandaise du 17e siècle est brillamment représentée par des œuvres de Rembrandt, Rubens, Ruisdael; des toiles en petit nombre mais de grande qualité évoquent la production de Rome à la même époque, avec entre autres Claude Lorrain, Domenichino, Lanfranco. Puis c’est au tour du Settecento vénitien de Tiepolo à Guardi, avec des œuvres tout aussi remarquables. La


peinture zurichoise postérieure à la Réforme fait preuve d’originalité, des portraits de Hans Aspers aux œuvres de Füssli, génie excentrique ayant marqué de son empreinte le classicisme européen. Artistes suisses La peinture suisse des 19e et 20e siècles est représentée par ses chefs-d’œuvre, depuis les paysages de Koller et de Zünd, l’univers fantastique de Böcklin et de Welti, l’Art nouveau chez Augusto Giacometti et Vallotton, jusqu’aux courants réalistes et avant-gardistes du 20e siècle, dernières tendances contemporaines comprises. À noter surtout: les riches ensembles d’œuvres de Ferdinand Hodler et de Giovanni Segantini. Quant à Alberto Giacometti, il n’y a pas de meilleur endroit pour étudier son œuvre plastique et pictural. Des dizaines de ses créations y sont exposées en permanence. De l’impressionnisme au modernisme La peinture française, d’abord représentée par d’importants tableaux de Géricault, Corot, Delacroix, Courbet et Manet, culmine avec un large ensemble d’œuvres de Monet, dont une salle exceptionnelle consacrée à ses splendides nymphéas. Ils témoignent de la vision du peintre et de son projet de peinture «all-over» englobant la


LA COLLECTION totalité de la toile de ces immenses panneaux. Des œuvres marquantes de Gauguin, Cézanne et Van Gogh annoncent le grand bouleversement stylistique de 1900. Outre des œuvres pionnières de Bonnard, Vuillard, Matisse, Picasso, Léger et Chagall, la collection compte de nombreux tableaux d’Edvard Munch et d’Oskar Kokoschka. Les témoignages du mouvement Dada, né à Zurich en 1916, irritent et amusent à la fois. Au dadaïsme succède le surréalisme, représenté notamment par Ernst, Miró, Dalí et Magritte. Quant au constructivisme géométrique de Mondrian et du mouvement De Stijl, il est repris et développé par les «Concrets zurichois»: Glarner, Bill, Lohse. De 1945 à nos jours L’école new-yorkaise de l’après-guerre est présente avec Pollock, Rothko, Newman, ainsi que le Pop Art européen et américain (Hockney, Hamilton; Rauschenberg, Johns, Warhol, Lichtenstein). Le renouveau de la peinture expressive des années 1980 est principalement représenté par Georg Baselitz, Anselm Kiefer et Sigmar Polke – un domaine qui à partir de juillet accueillera temporairement de grandes installations, notamment de Bruce Nauman. À ne pas manquer: les tableaux de Cy Twombly et ses sculptures originales, fort rares. Des photographies, des installations vidéo et des installations de Jeff Wall, Pipilotti Rist et (sous forme d’un prêt à long terme de la Fondation Walter A. Bechtler) de Peter Fischli et David Weiss, font entrer le visiteur dans le 21e siècle. La collection du Kunsthaus ne cesse de s’agrandir et de surprendre par ses nouvelles acquisitions, principalement d’œuvres récentes. Des accrochages temporaires de dimensions plus restreintes, mettant l’accent sur des aspects thématiques, complètent la présentation de la collection. Des audioguides fournissent des informations détaillées sur plus de 200 œuvres ainsi que sur ­l’architecture du Kunsthaus.

Maîtres anciens: photo © www.jpg-factory.com Artistes suisses: photo © Dominic Büttner Impressionnisme: photo © Dominic Büttner Bruce Nauman, Maquette de tunnel. Du carré au triangle, 1981 Kunsthaus Zürich, © Bruce Nauman / 2017 ProLitteris, Zurich Cette grande installation sera visible avec d’autres de même format à partir de juillet.


Votre passion

Notre

engagement

Une source d’inspiration pour tous

Kunsthaus Zürich et Swiss Re – un partenariat inspirant. Les perspectives passionnantes, les horizons inexplorés et les idées innovantes sont au cœur de l’action de Swiss Re. Collaborer avec des gens du monde entier est un enchantement, y compris dans le domaine artistique et culturel. Notre engagement ouvre les yeux, touche les cœurs, suscite des émotions, à la recherche du dialogue. Voilà comment naît la nouveauté, voilà comment nous façonnons l’avenir dans une démarche commune, car: We’re smarter together. swissre.com/sponsoring

Sculpture: © 2015 Danh Vo. Tous droits réservés.


DE NOMBREUX AVANTAGES POUR LES MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ ZURICHOISE DES BEAUX-ARTS – Entrée libre toute l’année pour les expositions et la collection – Réductions sur certains articles de la boutique du musée – Abonnement au magazine du Kunsthaus qui paraît quatre fois par an – Invitations aux vernissages et aux manifestations – Entrée à prix réduit pour les manifestations spéciales (comme les concerts et les lectures) – Prêt de livres de la bibliothèque du Kunsthaus Je souhaite adhérer / Nous souhaitons adhérer   Membre individuel CHF 115.–   Couple CHF 195.–   Membre junior CHF 30.– (né après 1993)  Monsieur 

 Madame

Nom (s) Prénom (s) Date de naissance Profession Rue NPA, localité Téléphone E-mail Date, signature

Formulaire d’inscription rempli – à remettre directement à la caisse du musée (avec le règlement de votre cotisation). – à envoyer au Kunsthaus Zürich, Secrétariat des membres, 8024 Zurich. Inscription également sur www.kunsthaus.ch. Le Secrétariat des membres vous enverra un bulletin de versement. Après paiement, vous recevrez votre carte de membre personnelle. Pour tout nouveau membre recruté, vous recevez un bon à faire valoir auprès de la boutique du musée ou à la caisse. Vous pouvez également offrir une adhésion. Offre spéciale pour les nouveaux adhérents Si vous adhérez à la Société zurichoise des beaux-arts entre octobre et décembre 2017 pour 2018, les derniers mois de l’année vous sont offerts.


Notre engagement? Une certaine forme de curiosité. Les musées permettent d’ouvrir de nouveaux horizons. Voilà pourquoi nous entretenons depuis de nombreuses années des partenariats étroits avec des institutions culturelles dans toute la Suisse et soutenons le Kunsthaus Zürich depuis 1991 en qualité de partenaire.

credit-suisse.com/sponsoring Copyright © 2017 Credit Suisse Group AG et/ou ses filiales. Tous droits réservés.

Programme annuel 2018