Page 1

The belle campagne issue


The BELLE CAMPAGNE issue

LE SOMMAIRE 04 06 08 12 14 24 26 30 34 40 46 50 54 56 60 62

L’ÉDITO DE MISS DUEL LE KULTOVISION LES BONNES NOUVELLES LA REVUE DE PRESSE LE VESTIAIRE De josé lamali & Jeanne Morel LE PLAYBUTTON LE PROJET RIOT DE MARSATAC LE STÉNOPÉ SELON STÉNOFLEX LES COULEURS DE L’AUTOMNE vues PAR MOTHI LIMBU LA VIE SAUVAGE D’ARNAUD TEICHER & ANTOINE ECKART LES CABANES D’AMIR H. FALLAH LA COMPILATION KULTE MUSIC 12 LA DAME NOIR ITW DE PHRED MISRACHI LA TAXIDERMIE DE POLLY MORGAN LES K.O.S. T-SHIRTS & BEACH BAGS LES BONNES ADRESSES BOUTIQUES & DRESSING ROOMS

KULTE UNLIMITED Centre GVIO - Bat. A3 1, bd de l’Océan 13009 Marseille - France ph. 00 33 4 91 91 91 95 fax 00 33 4 91 73 21 54 kulte.fr

SALES DEPARTMENT Michel Vuillermoz / mitch@kulte.fr

GRAPHIC DEPARTMENT Frédéric Grazzini (aka Yak) / yak@kulte.fr

CUSTOMER SERVICE Elsa Leonardi / elsaleo@vex-gallery.com Roland Amasso-Mattea / roland@vex-gallery.com

KULTORAMA concept & LAYOUT Julien Roques / contact@freakfabric.com freakfabric.com

CEO Matthieu Gamet / mat@kulte.fr

PRODUCTION DEPARTMENT Elsa Gamet / elsa@kulte.fr Olivier Leclair / olive@kulte.fr Assistante Aurore Laurent / aurore@kulte.fr

MANY THANKS TO... Benjamin Clement, Fabien Pendel, Hui Pisani, Michel Gamet, Xavier Gauthier, Sabrina, Mathieu, Aurore Groselle, Remy, Latifa, Judith, Guillaume, Arnaud, Olivier, Charly, Brice, Eddie, Laurent, Val, Napoleon, France, Mimikaki, Marco, ... and all our friends and family.

STYLE José Lamali / contact@joselamali.com Jeanne Morel / jeanne@kulte.fr ART DIRECTION Mothi Limbu / happymess.fr CONSULTANT Nicolas Grasset / nggrasset@gmail.com 02•03

PR AGENCY PIETRI / PUBLICIS CONSULTANTS Mathias Deon 67, av. R. Poincaré 75116 Paris mathias.deon@consultants.publicis.fr

T-shirt imprimé, visuel Scène de Chasse 2. ≥


The BELLE CAMPAGNE issue

L’ É D I T O R I A L DE MISS DUEL

Sous le soleil d’automne, la belle campagne, les champignons, la mousse humide... la forêt et l’amant de Lady Chatterley. Faire l’amour avec un homme sauvage, à la barbe douce. L’envie soudaine de se déshabiller. Coller son corps contre celui qui n’est là que pour assouvir ses moindres désirs. Retenir son souffle. Avoir peur de se faire surprendre mais ne penser qu’au sexe qui va bientôt pénétrer tout l’ennui de l’irréprochable. Devenir quelques heures un petit animal. Lécher, mordre, hurler au milieu d’un sous-bois. Un profond désir d’homme mystérieux, reclus dans sa cabane de garde-chasse. Un jeans usé, aux poches élimées, qui borde un bas ventre légèrement poilu et prometteur. L’envie d’y glisser sa main, ses doigts fins, donner du plaisir ; en recevoir. S’imaginer à moitié habillé sur une table en bois. Ressentir dans sa chair la brûlure d’une envie longtemps frustrée puis repartir en courant à travers champs, sous la pluie fine, un peu fraîche. Le cœur battant sous sa jolie robe déchirée, sentir ses jambes trembler. Dans leurs rêves, toutes les femmes ont cet amant... Le matin, elles se lèvent transpirantes et souriantes presque soulagées de retrouver leur réalité.

Je crois que c’est en regardant une scène d’Un Été 42 que j’ai eu mes premiers émois. J’étais la version féminine de ce garçon émoustillé par la jeune veuve. Je m’ennuyais dans notre maison de campagne. Je venais de me lever, allongée devant un feu de cheminée aussi fainéant que moi. Je feuilletais des magazines pour femmes, que je n’étais pas encore. A l’époque j’étais amoureuse de mon voisin. Il était à lui tout seul le symbole de tout ce qu’une jeune fille sage imagine de pervers, le soir, dans sa chambre peinte en rose. Je priais qu’un jour, il taperait à la fenêtre de la cuisine. Évidemment je serais seule et à moitié nue sous mon T-shirt trop grand. Innocemment, j’irais ouvrir et sans logique aucune, il m’embrasserait, je vous laisse imaginer la scène du Facteur sonne toujours deux fois mais avec comme acteur un bûcheron en chemise à carreaux ouverte sur un torse viril. La lumière serait tamisée aux bougies, nos corps parfaits, nous ferions l’amour sur une peau de bête à même le sol. Nous passerions l’automne comme un été indien, lovés l’un contre l’autre à vivre de vin et de balades en forêt... Des jeunes filles en fleur aux femmes affirmées, toutes se rêvent un jour en héroïnes romantiques... Constance Chatterley, Emma Bovary ou Lolita... vivaient à la campagne. Elles ne pouvaient être cette saison qu’irrésistiblement... Kulte. ✗

Je suis cette femme ou encore une jeune fille... http://duelosoleil.wordpress.com

04•05

T-shirt imprimé, visuel Smile. ≥


“Nous passerions l’automne comme un été indien…”


The BELLE CAMPAGNE issue

L E K U LT O V I S I O N

06•07


The BELLE CAMPAGNE issue

LES BONNES NOUVELLES

MEANT

JOIE NOIRE

PODCASTS KULTE

Fondé en 2008 par Remain et Siskid, Meant Records est aujourd’hui un acteur important du paysage musical français, remarqué dès ses débuts par les passionnés du monde entier. Au fil des sorties de ce jeune label parisien se dégagent un univers fort, des visuels marquants et surtout une musique sans concession, électronique, souvent marquée par le rock indépendant. Un univers oscillant entre un certain avant-gardisme et les influences de ses deux fondateurs qui en assurent ensemble la direction artistique. Que ce soit pour les sorties de Remain, Siskid, ou celles de leurs proches (Remote, Clouded Vision...), les morceaux originaux sont toujours soutenus par le travail de remixeurs choisis avec le plus grand soin tels que Chloé, Ivan Smagghe, Ewan Pearson, Pan/Tone ou encore Krikor. Un label à surveiller de près, et pour le compte duquel la marque Kulte réalise désormais le merchandising.

Ce joyau brut lui ressemble finalement plus que ses deux prédécesseurs. Après Time (2007) et Erotis (2009), Jérôme Caron, alias Blackjoy, crée Joie Noire pour son retour à une électro minimale, envoûtante et entêtante. Une musique de songe, pour rêver éveillé. Un voyage immobile aux confins d’un système conçu jadis par les architectes Can ou Weather Report, et développé par Carl Craig et Plastikman. Pour ne citer qu’eux... Au jeu des influences, Jérôme Caron cite également la musique Indienne (Kup Kup), les B.O. de films de S.F. et même le générique de Droit de Réponse. Révélées à la pleine lumière, ces perles obscures résultent d’une production solitaire, loin des subtils arrangements réalisés pour ses deux premiers disques. Joie Noire, sorti sur le label Desire, est donc un disque nu, dépouillé d’artifices à la noirceur séduisante.

Le Kulte Soundsystem est un collectif protéiforme accompagnant la marque lors de nombreux évènements musicaux tout au long de l’année. Garant d’une certaine qualité musicale, ce crew sans œillère aime la musique avant tout. De la soul des 60’s à l’electro pop, du old school hip-hop à la nu disco, en passant par le rock, il diffuse le plus largement possible ses bonnes vibrations. Le podcast du kulte Soundsystem souhaite ainsi rassembler, et faire partager ses goûts au plus grand nombre, grâce à une pléiade de Dj’s qui influencent la marque au jour le jour. Comme si chaque Dj invité nous ouvrait les portes de sa discothèque pour nous offrir une sélection éclectique et personnelle. Nous mettrons désormais en ligne un podcast par mois. Au programme pour cet automne-hiver 2011 : Anticlimax, Numinots, Alex Mimikaki, Marco Dos Santos. De la musique de qualité pour les oreilles fines.

meantrecords.com

http://desire-records.blogspot.com

kulte.fr

08•09

T-shirt imprimé, visuel Grace. ≥


The BELLE CAMPAGNE issue

LES BONNES NOUVELLES

REIGNIER

ARNAUD PAGÈS

I.BOAT

Autodidacte animé par l’envie de faire vivre son quotidien, Alexandre Reignier puise son inspiration dans son amour du bois et du mélange des genres. Il attache ainsi beaucoup d’importance à l’aspect et aux sensations de l’objet fini, quand l’harmonie des matières et des couleurs prend toute sa dimension. Sa dernière réalisation, Henri, est un tabouret né à Aix-en-Provence, en septembre 2010. Sous approche nordique d’inspiration japonaise, il conjugue mélange des genres et des matières. Composé d’une base en aluminium laquée blanc, d’une assise en frêne massif, il est assemblé et chevillé bois. La finesse de ses lignes et sa finition brute assure une assise confortable tout en invitant au toucher. Produit à 100 exemplaires, chaque pièce est signée et numérotée. Fabriqué en France, Henri est disponible en exclusivité dans notre boutique Kulte Bastille. (Dim : 530 x 300 x H 445 mm - Prix : 350 €).

C’est à la fin des années 70 qu’ont débarqué sur nos écrans TV des dessins animés résolument novateurs en provenance des États-Unis et du Japon. La série de T-shirts exclusive The Eighties Kid Acedemy signée par le graphiste parisien Arnaud Pagès rend ainsi hommage aux héros de notre enfance ayant ouvert nos imaginaires sur de nouvelles perspectives en nous faisant voyager depuis notre canapé vers des mondes féériques. Toutes ces séries font aujourd’hui partie de notre culture commune, et si nous avons grandi, c’est avec une bonne dose de nostalgie qu’il nous arrive parfois d’y repenser. Comme un paradis perdu dont nous aurions toujours la clef à portée de main. Cette collaboration est donc bien plus qu’un simple hommage : c’est une véritable machine à remonter le temps qui nous transporte au début des années 1980  : 3 T-shirts en série limitée pour redonner vie aux héros de notre enfance !

Inspiré par l’expérience du Batofar parisien, le I.Boat a ouvert ses portes en septembre à Bordeaux. Un ferry tout droit sorti du chantier naval de Lorient en 1969 qui a assuré jusqu’en 2005 la liaison entre l’île d’Yeu et Fromentine, qui se veut désormais à la fois Pôle de création images et scène de musiques actuelles. Placé dans le quartier en pleine expansion du bassin à flots, le projet a été confié à une équipe bordelaise soutenue par l’expérience du Batofar à Paris. Le I.Boat se positionne comme un pôle culturel en matière de musiques électroniques et d’arts numériques, grâce notamment à une programmation pluridisciplinaire, innovante et pointue qui donnera donc la primeur à l’éclectisme invitant des artistes confirmés de la scène nationale et internationale mais aussi une large ouverture sur les scènes alternatives et émergeantes.

alexandre-reignier.com

arnaud-pages.com

iboat.eu

10•11

T-shirt imprimé, visuel Obstacles. ≥


The BELLE CAMPAGNE issue

LA REVUE DE PRESSE

12•13


TRAX

BIBA

COSMOPOLITAN

RAISE

MADAME FIGARO MODZIK hebdo mode, beauté, art de vivre madame.lefigaro.fr

bimensuel lifestyle modzik.com

ELLE

FOCUS

GRAFFITI ART

L’EXPRESS

STANDARD

NYLON

IF

GRAZIA

REDUX

STEEL

SNATCH

SPRAY

mensuel musique magazinetrax.com

hebdomadaire féminin elle.fr

trimestriel culture ifmag.fr

mensuel féminin bibamagazine.fr

bimensuel style & créative focus-magazine.com

hebdo mode grazia.fr

hebdomadaire féminin cosmopolitan.fr

trimestriel urban art graffitiartmagazine.com

mensuel pignon fixe reduxmag.com

trimestriel lifestyle raise-magazine.com

hebdomadaire sociétée lexpress.fr

trimestriel lifestyle steelmagazine.fr

bimensuel lifestyle standardmagazine.com

hebdo mode snatch-mag.com

mensuel lifestyle nylonmag.com

mensuel pignon fixe spray-magazine.com


The BELLE CAMPAGNE issue

LE VESTIAIRE S T Y L I S M E PAR JO S É L A M A L I & J E ANN E M OR E L - P H O T O G RA P H I É PAR M O T H I L I M B U

CETTE SAISON, KULTE VOUS EMMÈNE DANS SA BELLE CAMPAGNE. COMME UNE PLONGÉE DANS L’ANTRE D’UNE VIEILLE DEMEURE FAMILIALE EN SOUS-BOIS, REMPLIE D’ESTAMPES ET DE SCÈNES DE CHASSE. LA COLLECTION SE VEUT SOBRE ET CLASSIQUE. LES MATIÈRES SONT NOBLES ET CHAUDES, COMME LA TOILE HUILÉE (THE BRITISH MILLERAIN), LES DRAPS DE LAINE, LE MOLESKINE OU LES DOUBLURES EN MOUTON, TANDIS QUE LES COULEURS FAVORISENT DES ASSORTIMENTS SUBTILS GRÂCE À DES TONS NATURELS MIEL, BORDEAUX ET VERT SAPIN.

veste Joël, pantalon Jean Paul velours, t-shirt Boyz N The Wood, bonnet Mousse, ceinture Jacques 14•15


Êcharpe Mousse, chemise Étrier, pull Francis, veste Harry carreaux, jeans Jean-Paul


The BELLE CAMPAGNE issue

veste Saumur, pantalon Jean-Paul velours, bonnet Forêt, ceinture Jacques, pull Alain 16•17


“Une collection sobre et classique”

veste Vincennes, chemise Quintet, cardigan Étienne, casquette Bilto, pantalon Jean-Paul velours, gants Cuir Classique


The BELLE CAMPAGNE issue

chemise Maréchal, blouson Morille, bonnet Bistrot, jeans Jean-Paul 18•19


gilet Troquet, chemise Jumping, ceinture Jacques, pantalon Jean-Paul Velours, gants Havane


The BELLE CAMPAGNE issue

veste Galop, ceinture Jacques, casquette Jenybet, pantalon Paco 20•21


pantalon Hoza, sac Bart corpo,casquette Gordon corpo,veste Carrie


The BELLE CAMPAGNE issue

robe Galop, ceinture Flower, chemise Hippique, sac Camille, veste Alezan 22•23


“Des assortiments subtils de couleurs”

jeans Josianne, parka Lade, gants Havane femme, chemise Concours, pull Amble, écharpe Casaque


The BELLE CAMPAGNE issue

LE PLAYBUTTON INSTANTANÉMENT SÉDUIT PAR CE SUPPORT NOVATEUR À CONTRE COURANT DE NOTRE ÉPOQUE ET SA DÉMATÉRIALISATION À TOUT VA, LA MARQUE KULTE A ÉTÉ PRÉCURSEUR EN FRANCE EN PRODUISANT SA COMPILATION KULTE MUSIC #11 SOUS FORME D’UN PLAYBUTTON AU PRINTEMPS 2010. LAISSEZ NOUS DONC VOUS EN DIRE UN PEU PLUS SUR CET OBJET…

Troquer les traditionnels CD audio et votre lecteur MP3 contre un “badge audio” : c’est la proposition faite par PlayButton, une jeune société basée à New York. Le PlayButton est un support intégrant une mémoire flash de 256 Mo et une batterie lithium rechargeable. Côté face, c’est un badge tout ce qu’il y a de plus standard avec un visuel de bon aloi ; côté pile, on trouve des commandes de lecture et une accroche pour attacher l’objet sur soi. Sur la tranche, enfin, une connectique jack 3.5 mm permet de brancher son casque. L’objectif du dispositif : proposer un album de musique à l’utilisateur, à un prix abordable et de façon originale. Pratique et symbolique. “C’est un petit objet, parfait et immédiat, qui tient dans la main” commente le fondateur de la société, Nick Dangerfield. Pour lui, le PlayButton pourrait devenir une alternative au CD “dont les gens se sont lassés”, et aux offres de musique 24•25

dématérialisée “pas toujours satisfaisantes” a-t-il confié à la BBC. De plus, la mise en avant du badge sur l’utilisateur a une connotation symbolique : “ça montre que vous avez acheté de la musique et que vous soutenez le groupe” ajoute Nick Dangerfield. La commercialisation du PlayButton a commencé en 2011, et ce dernier a déjà fait son apparition dans certains magasins. Selon son créateur, le prix idéal du PlayButton serait d’une quinzaine de dollars, un prix néanmoins indicatif : “c’est aux artistes de décider du prix” souligne-t-il. Assemblé à Shenzen, ce support audio original sera en premier lieu destiné à promouvoir la musique d’artistes encore peu connus. Gageons que si le succès est au rendez-vous et que le buzz s’installe, le PlayButton pourrait attirer le regard de l’industrie du disque à une plus grande échelle. ✗ playbutton.co


The BELLE CAMPAGNE issue

LE PROJET R I O T M AR S ATA C RÉ D I G É PAR JÉRÉ M I E M ORJAN E

INITIÉE DANS LE CADRE DU FESTIVAL MARSATAC, RIOT EST LA COLLABORATION ASSOCIANT TABAS ET LA MARQUE DE PRÊT À PORTER KULTE. L’OBJET DE CETTE COLLECTION ? INVITER DES ARTISTES D’HORIZONS DIVERS À DESIGNER DES T-SHIRTS SUR UN THÈME COMMUN : L’ÉMEUTE. LA COLLECTION RIOT EST DISPONIBLE DANS TOUTES LES BOUTIQUES DE LA MARQUE KULTE (MARSEILLE, AIX EN PROVENCE, LYON, MONTPELLIER, LOURMARIN, AVIGNON, PARIS BASTILLE, ET MARAIS) MAIS ÉGALEMENT EN VENTE SUR LE STAND MERCHANDISING, PENDANT LE FESTIVAL MARSATAC.

Tabas Tête pensante du projet, hôte fantasque et inlassable travailleur, Tabas est bien connu des festivaliers de Marsatac pour en être l’architecte visuel depuis 7 ans. Également créateur du “Bureau de Tabas”, ce transfuge du graffiti se pose aujourd’hui parmi les directeurs artistiques les plus emblématiques du pays et brille par sa capacité à se jouer des problématiques qui lui tiennent à cœur. Expert ès dérision et volontiers poil à gratter, ce joyeux luron mène un chemin singulier depuis le début des années 2000, et la thématique de l’émeute - qu’il a choisie pour Marsatac 2011 et qui sera pérennisée pour les deux éditions suivantes - est un éclairage sur l’ardente volonté de changement qui l’anime.

tabas.fr

26•27


Geneviève Gauckler Deuxième invitée du projet, Geneviève Gauckler. Cette diplômée des arts décoratifs essaime avec dextérité et innocence ses pastilles de couleur sur tous les supports depuis de nombreuses années. Sensible et polyvalente, cette inlassable voyageuse a laissé sa trace sur presque tous les supports de la création, passant - en plus de ses nombreuses expositions et publications - de l’illustration à la vidéo via les toys ou les T-shirts. Ses travaux pour le compte d’une pléiade de clients prestigieux parmi lesquels Renault, Orange ou encore Playstation en font sans conteste une incontournable du graphisme hexagonal.

genevievegauckler.com

Mothi Limbu Autre artiste convié au banquet de ce projet, Mothi Limbu. Atypique et attachante, la personnalité de ce graphiste bien connu sur ses terres marseillaises (et plus encore) rayonne au travers d’une œuvre où les opposés s’attirent sous le sceau d’un improbable qui se fait essentiel. Fasciné par l’absurde, dont il tire l’humour et la fraîcheur qui caractérisent ses travaux, cet agitateur s’est à ses débuts fait remarquer dans le monde de la glisse (Blacksmith, Von Zipper) puis à bifurqué vers la mode (Kulte, Underten) avant de finalement créer son propre laboratoire bordélique, Happymess.

mothilimbu.com


The BELLE CAMPAGNE issue

Kimi Kimoki Également associée à cette thématique, Kimi Kimoki. Tour à tour influencée par l’univers de l’enfance ou par le Japon, cette jeune artiste au parcours frais et spontané brille dans le paysage hexagonal de l’illustration, que ce soit pour la presse spécialisée (Toboggan, J’aime Lire...) ou pour les marques renommées (PMU, Le Coq Sportif, La Française des Jeux...) qui lui ont d’ores et déjà accordé leur confiance. Aujourd’hui installée à Marseille, cette azuréenne de naissance poursuit ses travaux avec simplicité et s’est vue dernièrement éditée dans plusieurs ouvrages de référence.

http://kimikimoki.blogspot.com

Seb Jarnot Parmi les artistes aux personnalités aussi éclectiques que leurs parcours, Seb Jarnot. Illustrateur officiant en free-lance depuis la fin du siècle dernier, il s’est illustré dans le monde musical en réalisant nombre de pochettes de disques parmi lesquelles celles de Laurent Garnier ou encore St Germain, et dans la publicité où ses travaux pour Audi, Mercedes ou Nike ont marqué les esprits. Creusant en parallèle le sillon de ses recherches personnelles, cet artiste très positivement versatile a publié en 2004 “3x7=15”, un ouvrage donnant un aperçu des passerelles qu’il érige entre illustrations de commande et sphère de l’intime.

sebjarnot.com

28•29

T-shirt imprimé, visuel Saison. ≥


The BELLE CAMPAGNE issue

LE STÉNOPÉ S E L ON S T ÉNO F L E X DANS LE CADRE D’UN PARTENARIAT AVEC LA MARQUE STÉNOFLEX, KULTE A LANCÉ EN JUIN DERNIER UN CONCOURS PHOTOGRAPHIQUE OUVERT À TOUS, INCITANT AINSI LE PLUS GRAND NOMBRE À S’ESSAYER À L’ART SUBTIL DE LA BOITE NOIRE. DÉCOUVREZ CET OBJET LUDIQUE ET LES PHOTOS DES 5 GAGNANTS RÉINTERPRÉTANT À LEUR MANIÈRE NOTRE THÉMATIQUE DE COLLECTION.

Les origines du sténopé remontent aux Grecs, qui, les premiers, dans l’Antiquité, en observent le principe. Léonard de Vinci, en 1515, en dessine ensuite le fonctionnement, et Gerolamo Cardano en 1550 lui ajoute une lentille. À partir du xvie siècle, la technique de la chambre noire, ou camera obscura, devient l’outil des architectes et des peintres. Elle permet de rendre la perspective des paysages et de passer ainsi de la transposition plane du monde à une représentation en trois dimensions. Puis elle devient également une attraction fort prisée des fêtes foraines. Principe Lorsque la lumière du jour est filtrée à travers un minuscule trou (sténopé) dans une pièce plongée dans l’obscurité totale, elle projette sur la paroi opposée une image inversée. La chambre noire est ainsi née. Elle est le principe d’optique majeur, à l’origine de la photographie. C’est aussi le principe de la vision humaine avec notre iris.

mini labo est livré avec un sachet de 10 feuilles de papier sensible, ainsi qu’un sachet de révélateur en poudre, un sachet de fixateur en poudre, une feuille de film inactinique (pour travailler dans l’obscurité) et une notice d’utilisation. Un Art à part entière À l’ère du tout numérique, du tout contrôlable et du tout prévisible, le Sténopé mini labo ouvre de nouvelles perspectives de création pour notre imaginaire. Non seulement, il permet de revivre toute la magie et la poésie des premiers temps de la photographie, mais il donne aussi à chacun les moyens de faire d’un procédé technique un art à part entière. Le Sténoflex a été conçu pour vous faire partager des moments rares, des émotions originales. Une expérience singulière, à la fois scientifique et artistique, qui a n’en pas douter, saura vous ouvrir vers de nouveaux territoires et formes d’expressions créatives. ✗

Le Sténoflex Le Sténopé mini labo est une chambre noire portative, percée d’un trou, dans laquelle est placé un papier photographique que l’on expose devant un sujet, un objet ou un paysage. Chaque Sténopé

30•31

stenoflex.com


Fernando Tognis, Cow.


The BELLE CAMPAGNE issue

De gauche à droite : Matthieu Nicol, Le Pont - Sarah Dœring, Venezia - Clement Collange, Walk Away - Theo Haggai, Perdition 32•33

T-shirt imprimé, visuel Week end. ≥


The BELLE CAMPAGNE issue

COULEURS D’AUTOMNE I L L U S T RÉ PAR M O T H I L I M B U

34•35


36•37


38•39


The BELLE CAMPAGNE issue

L A V I E S A U VA G E F OR E S T O F NO R E T U RN P H O T O D ’ ARNA U D T E I C H E R & I L L U S T RAT I ON D ’ AN T O I N E E C K AR T

“ CE QU’ON S’EFFORCE DE PRÉSERVER, EN CE MOMENT, CE SONT LES DERNIERS TERRITOIRES VIERGES, POUR ÉTABLIR ENTRE EUX DES LIENS, OU PLUTÔT LES RÉTABLIR, ET QUE LA VIE SAUVAGE PUISSE AINSI CONTINUER À Y CIRCULER, COMME L’ÉLECTRICITÉ ”.    Rick Bass - Sur la piste des derniers grizzlis

En mars 2011 Kulte proposait à Antoine Eckart et Arnaud Teicher d’investir la boutique de Lyon autour d’un projet sur le thème des souvenirs de vacances. Il en ressort une exposition d’illustrations et photographies It’s a good day. Suite à cette collaboration, Kulte demande aux deux artistes lyonnais de créer une série d’images sur le thème de la nouvelle collection Belle Campagne.

est en mutation, tels sont les sujets abordés dans son travail. Il privilégie l’utilisation d’appareils et films argentiques traditionnels car ils représentent pour lui un terrain d’expérimentation infini.

Antoine Eckart, designer graphique et illustrateur indépendant, fait évoluer son activité en jonglant entre ces deux disciplines. À côté de ses travaux de commandes, il réalise des projets plus personnels mettant en avant son amour pour les formes et les textures.

Avec Forest of no return, les deux artistes nous proposent un aperçu du quotidien d’un homme ayant choisi de vivre isolé dans la nature. Mêlant leurs univers photographique et illustratif respectifs, le but de ce projet est de soulever des questionnements actuels entre le retour à une vie spirituelle proche de la nature et une vie matérialiste urbaine. Le processus graphique met en avant leur interprétation personnelle de l’idée de solitude et interpelle le lecteur concernant ce mode vie. ✗

Arnaud Teicher oscille entre son travail de graphiste indépendant et sa passion pour la photographie. Questionner les relations entre l’homme et la nature, capturer l’environnement alors que celui-ci

friendlytrico.com arnaudteicher.com Merci à Martin Silvestre et Damien Piquet

40•41


42•43


44•45


The BELLE CAMPAGNE issue

LES CABANES D ’ A M I R H . FA L L A H LORSQUE L’ON PARLE USUELLEMENT D’UNE CABANE, ON PENSE LE PLUS SOUVENT À UN SOUS BOIS, À UNE STRUCTURE ARCHITECTURALE NICHÉE DANS UN VIEIL ARBRE À LAQUELLE ON ACCÈDE PAR UNE ÉCHELLE CLOUTÉE À MÊME LE TRONC. PRENANT UNE FOIS DE PLUS À CONTRE-PIED LES IDÉES REÇUES, L’ARTISTE CONTEMPORAIN AMIR H. FALLAH NOUS PROPOSE UNE GALLERIE DE CABANES URBAINES, FAITES DE BRIC ET DE BROC, HAUTES EN COULEURS ET SHOOTÉES EN INTÉRIEUR.

La signature créative et esthétique d’Amir H. Fallah se manifeste au travers d’un large éventail de projets. Editeur de Beautiful / Decay, un magazine d’Art Contemporain distribué internationalement, il a transformé cette parution, en moins de dix ans, en un ouvrage de référence révélant bon nombre d’artistes innovants et créatifs de notre époque, mettant toujours l’accent sur des couvertures accrocheuses, portant toute son attention aux détails et au design de la maquette, sans oublier un contenu souvent provocateur.

stratèges et consultants. Someting In The Universe propose ainsi de réaliser des stratégies média et marketing ou développe même du contenu en se concentrant sur les besoins des clients et fournit une vision personnalisée en ligne avec la vision de Fallah. Son approche innovante en tant qu’artiste ou qu’éditeur est reconnu internationalement et son CV déborde d’illustrations pour de nombreuses publications. Il a également orchestré beaucoup d’événements, et même revitalisé l’identité de grandes marques.

La pertinence des points de vue éclairés de Fallah et sa renommée en la matière viennent directement de son expérience dans le monde de l’art. En tant qu’artiste, il a ainsi exposé son travail tant au niveau national qu’international, aux travers de nombreuses expositions, ou biennales. Sa compréhension de l’Art Contemporain vient avant tout de sa très grande connaissance pratique du domaine, ses propres œuvres allant de la peinture au dessin en passant par la sculpture, explorant avec son esthétique colorée un grand nombre de sujets idiosyncrasiques.

Amir H. Fallah est diplômé du Maryland Institute College of Art ainsi que de UCLA. Ses expositions ont notamment été montrées chez Cherry & Martin, au 31, à l’Overtones, The Third Line, au Weatherspoon Art Museum, à La Biennale de Sharjah, à la Nathan Larramendy Gallery, à la Mary Goldman Gallery, à la Rhys Gallery, ou encore à la LA Louver Gallery. Il a également réalisé de nombreuses interventions au sein d’institutions très respectées, telles que le Columbia College, USC, UCLA, le Cleveland Institute of Art, California State University Northridge ou le Maryland Institute College of Art. Et il a enfin participé à plusieurs reprises à des pannels créatifs ou des conférences, comme Unbound –‘‘Comment les magazines d’art de Los Angeles changent le visage de la culture populaire’’– ou encore la conférence Congreso Creactivo au Mexique. ✗

Fallah a également tiré parti de cette connexion directe avec le monde de l’art et de son esthétique reconnaissable en lançant Someting In The Universe, un think tank créatif / agence de design, qui met en lumière l’étendu de son réseau auprès des créatifs,

46•47

amirhfallah.com


Antonio Puleo – 2007 Cette série de cabanes a été réalisée avec un groupe d’amis. Chacune d’entre elles fut construite à leur domicile, à l’aide de tous les éléments disponibles sur place, et cela en moins de 2 heures. Rien de tout ceci ne fut planifié à l’avance. 20” X 20” Archival C-Print


The BELLE CAMPAGNE issue

De gauche à droite : Nathan Danilowicz – Moises Medina – Robbie Conal – Dan Cummings 48•49

T-shirt imprimé, visuel Cabane. ≥


The BELLE CAMPAGNE issue

K U LT E M U S I C S É L E C T I ONNÉ PAR N I C O L A S G RA S S E T

CHAQUE SAISON, KULTE ACCOMPAGNE SES COLLECTIONS D’UNE COMPILATION CD PRÉSENTANT 10 ARTISTES PROCHES DE LA MARQUE. PASSAGE EN REVUE DE LA DERNIÈRE SELECTION EN DATE : KULTE MUSIC 12. 1. JOIE NOIRE I need somebody to love tonight Le parisien Jérôme Caron, plus connu sous le pseudo de Blackjoy, rend un hommage magistral à un titre majeur de Sylvester sur son projet electro Joie Noire. Un remix disco aux boucles lascives et à la voix sensuelle qui vous fera danser jusqu’au bout de la nuit. 2. SLOVE Le danse Slow + Love = Slove. Slove, c’est Léo Hellden et Julien Barthe. Un groupe indie electro pop mi-retro mi-moderne avec des voix en anglais, et parfois en français aussi. Ils aiment beaucoup les chevaux et sortent cet hiver leur 1er album. 3. COPYSHOP feat. SNEM K Fate (Richard Sen remix) Rythme lent et texte en français, Fate (l’Obsession) est la combinaison du producteur Copyshop aka Fred Berthet et du chanteur Snem K dont les influences New-Wave ont été traversées par les basslines empoisonnées du dancefloor. Ici remixé par Richard Sen, moitié du duo Padded Cell. 4. CRAKS Cracks Auteurs de 2 remixes remarqués de Sonic Youth, les deux Chris de Cracks laissent encore planer le vague autour de leur formation. “Mystery is 76% of romance” comme ils disent... Alors laissez vous simplement porter par la synth pop de ce titre éponyme annonçant un album pour 2012. 5. THIS IS THE KIT Earthquake (Julien Plaisir de remix) Kate Stables aka This is the Kit, ne pouvait pas rester dans l’ombre après ses lives en 1re partie des tournées d’Elysian Fields ou Jose Gonzales. Earthquake est le single de son album sorti au printemps 2011, brillamment remixé par Julien Plaisir de France. 6. GRS CLUB Pornocracy GRS CLUB est un duo bordelais aux influences multiples, aux confluents de la New-Wave, de la pop et du rock. Bérénice et Manuel sont la touche de douceur vitaminée de cet hiver électronique avec 50•51

leurs claviers galactiques, leurs lignes de basse rythmées et leurs riffs détonants. 7. HYPNOLOVE Holiday reverie Culte à toulouse, Hypnolove est un groupe profondément européen. Holiday rêverie est un vrai tube en puissance que l’on veut écouter sous le soleil. Une recette simple et efficace : synthés / basses / guitares afro / arpeggios / percussions funky et une voix inimitable. 8. OCELOTE ROJO Untitled #1 Les morceaux instrumentaux de Francisco Javier Aravena Riveros sont une expression vive, créatrice, libre de la profonde Amérique Latine. Untitled #1 est une superbe ballade à la guitare acoustique, qui sans détour nous plonge dans la tropicalité fascinante de l’Amazonie. 9. ESPERANZA Aliante giallo Esperanza est la nouvelle signature du label Gomma. Un trio italien combinant une grande culture musicale, avec technique et fantaisie. Ensemble, ils créent une musique mêlant le psychédelisme de San Francisco, l’atmosphère du rock islandais, les rythmes tropicaux et la techno de Detroit. 10. HIEM Freaky nights (Tim Paris remix) Ici bodybuildé par Tim Paris, Freaky Nights s’inscrit dans la grande tradition synthétique de Sheffield, crado et sans concession. Ici, on se souvient avec émoi du cuir noir et des synthés des années 1980 tout en imaginant déjà les années 2020. Ici on vibre, ici on vit.

Kulte music 12, CD compilation, Kulte unlimited 2011

T-shirt imprimé, visuel Music. ≥


The BELLE CAMPAGNE issue

LA DAME NOIR COLLAGE DE MOTHI LIMBU

ACTEURS ESSENTIELS DE LA NUIT À MARSEILLE ET GARANTS D’UNE CERTAINE ESTHÉTIQUE MUSICALE DANS LA CITÉE PHOCÉENNE, LES OISEAUX DE NUIT DE LA DAME NOIR CONTINUENT DE CREUSER UN SILLON QUI NE TOURNE PAS TOUJOURS TRÈS ROND. NOUS AVONS RENCONTRÉ PHRED MISRACHI, L’UN DES INSTIGATEURS DE CE DRÔLE DE CREW, AFIN D’EN SAVOIR PLUS SUR CETTE NÉBULEUSE. Interview réalisée par Nicolas Grasset

Le Bar de La dame Noir est né il y a un peu plus de 2 ans maintenant, d’où est venue l’impulsion lui ayant donné naissance et comment imaginais tu un tel lieu ? PH. - En 2007 avec NON è Possibilé & Virgo Music on bossait pour un club le Hush Hush, on était super occupés à boire des shots chaque soir de week-end avant l’ouverture du club dans les bars voisins. Ces bars étaient cool et sur-blindés, ça m’a donné envie d’avoir un bar avec un parti pris musical et une forte identité, un lieu imaginé par des Dj’s / organisateurs principalement concernés par la fête, la musique, le graphisme, les filles et les filles. En 2008, je dine chez des amis à Hiroshima et Shin-Chan, ami de longue date et chef du dining Koba, me fait part de son envie de voyager en Europe pour un an. Je le détourne à Marseille direct en me disant qu’un bar racé et une cantine japonaise était la combinaison totalement imparable. J’ai parlé du projet à Hugo Jurado qui la semaine d’après est arrivé avec un plan pour racheter un rade et la proposition de s’associer sur l’affaire, nous avons ouvert La dame Noir le 20 février 2009. Tu vois toujours les choses de la même manière aujourd’hui  ? Es-tu satisfait du résultat ? PH. - Si j’étais moi je continuerais clairement à aller boire des coups dans ce petit bouge, la partie cantine japonaise avec Shin Chan n’est toujours pas ouverte 2 ans après. Mais c’est le moment pour donner un second souffle au lieu et on taffe dessus, ça devrait être OK d’ici la rentrée. Maintenant niveau satisfaction et difficultés rencontrées je me passerai bien volontiers de la pression de la police qui cherche à nous enlever le droit d’exercer notre métier. À la veille de 2013, ça me paraît fou de vouloir priver la ville de lieux indépendants qui ne gênent pas leurs voisinages. Certes ce lieu est un couloir, mais un couloir qui en 2 ans a eu plus d’articles dans la presse nationale et 52•53

internationale que la majorité des couloirs de France. Alors que nous n’avons jamais contacté l’office du tourisme, il nous envoie de lui-même énormément de monde, notre public est constitué d’avocats, d’architectes, de stylistes, de pharmaciens, de journalistes, de bloggers, de graphistes, de commerçants, de touristes, de B-Boys et de jeunes panthères toutes plus jolies les unes que les autres... Il faut le réaliser, c’est limite une faute professionnelle de la part des autorités. Quelles ont été les soirées les plus marquantes pour toi ? PH. - Sans aucun doute les 2 Méchant Méchant organisés avec Kulte, une petite marque racée du sud de la France, ça se passe invariablement le soir d’Halloween, faut globalement arriver habillé en méchant, le concept peut paraitre fou, mais avec Shit Robot aux platines et 200 personnes qui jouent le jeu, c’est pas mal. La fête de la musique avec les Dj’s sur la terrasse aussi, pour avoir subit la fête de la musique depuis des années à Marseille, on est fier de proposer un truc cool et sans aucun jet de canettes à déplorer. En ce qui me concerne, c’était une fierté incroyable d’avoir pu recevoir mes potes japs Susu, Daiji et Hi-D aux platines de mon établissement. Après niveau musique, même si c’est la classe de recevoir Superpitcher, The Revenge, Mark E et des mecs comme ça, les Dj’s invités autant que les locaux défoncent vraiment. J’ai pas souvent eu envie d’aller couper le son et pourtant je suis totalement hardcore sur le sujet. Depuis quelques mois La dame Noir Dancing fait revivre un club emblématique à Marseille (Le Trolleybus), comment a débuté cette aventure hors les murs ? PH. - Les problèmes avec la Police datent de la nuit du 10 au 11 Mars, à ce moment on a compris qu’il nous fallait un lieu supplémentaire en attendant que tout rentre dans l’ordre, Relatif Yann a eu l’idée de proposer la version club de LdN dans le Trolleybus, club avec qui nous avions déjà bosser tous les 2 de 2004 à 2007. On a été super bien accueilli et on est vraiment satisfait du résultat. Même si il y a encore des choses à améliorer, on a un dancefloor qui est une réelle extension de notre petit lieu.


“Creuser un sillon qui ne tourne pas toujours très rond”


The BELLE CAMPAGNE issue

La dame Noir s’exporte plutôt bien d’ailleurs apparemment et il n’est pas rare de la voir à Paris du côté de chez Moune ou du Social Club... PH. - Le parti-pris musical véhiculé par le lieu et assumé par le bar, à beaucoup plut à la presse et au public concerné par notre niche musicale. On nous a donc rapidement proposé de représenter la face maléfique du disco à Paris et ailleurs... Des gens comme Get The Curse, Tsugi, Guido et nos 2 espions parisiens de LdN, Alberto Balsalm & Loac, nous ont bien aidé... La nouveauté c’est La Dame Noir Records (dont un remix du 1er maxi figure sur la compilation Kulte music #12), c’est pour toi le prolongement logique de votre pluri-activité ? PH. - Ce qui est intéressant dans notre bar, à travers le blog et en tant que Dj, c’est de diffuser la musique que nous aimons. Vendre des mojitos c’est cool, mais notre travail c’est avant tout les plateformes musicales... Quelle sera la couleur musicale de ce label ? PH. - On est Dj, on ne joue pas la même chose à la même heure, on ne joue pas non plus la même musique sur une plage et dans un club, on peut donc imaginer que très vite nous aimerions sortir de la musique différente qui colle aux saisons et à nos humeurs, nous souhaitons aussi bosser le plus possible avec les marseillais, nos potes et les producteurs que nous apprécions. La réponse est un peu vague, mais il suffit d’écouter le blog pour connaitre notre couleur musicale et pour comprendre la ligne directrice du label. 54•55

Lancer un label aujourd’hui peut sembler un peu risqué, pour quel schéma avez vous opté ? PH. - Nous nous sommes associés avec Hugo Jurado, Relatif Yann et Nicolas Magnant, architecte marseillais qui a eu envie de faire parti de l’aventure après avoir été séduit par notre bar et la musique que nous y jouons. Nous avons opté pour le schéma avec lequel il est le plus simple de perdre de l’argent aujourd’hui : le net label. Nous n’avons franchement pas envie pour la beauté du geste de perdre de l’argent avec le vinyle qui en plus de nous faire perdre de l’argent nous aurait fait aussi perdre du temps, avec les délais de production, de distribution et le suivi qu’il demande. Nous avons probablement joué 17 vinyles maximum depuis 2005, nous préférons donc la musique en format numérique, facile à acheter, à stocker et enfin à jeter. Donc l’idée globale, c’est de perdre de l’argent vite mais bien, en sortant des tracks qu’on n’aurait peutêtre pas pu écouter à la maison ou jouer sans ce label. Après le blog, le bar, le dancing, le label, d’autres projets ? PH. - On aimerait ouvrir la partie cantine japonaise au plus vite, c’est le seul vrai projet et il est en attente depuis 2 ans... En dehors de ça, on se bat pour stabiliser notre bar vis a vis de la police et on risque aussi de se prendre au jeu du label. Il y a encore pas mal d’efforts à réaliser pour que le dancing ressemble à notre réelle vision de la chose. Bref, le vrai projet c’est surtout consolider ce que nous avons commencé à installer. ✗ http://ladamenoir.wordpress.com T-shirt imprimé, visuel Scéne de Chasse 1. ≥


The BELLE CAMPAGNE issue

L A TA X I D E R M I E D E P O L LY M OR G AN POLLY MORGAN EST LA CHARMANTE NOUVELLE ENFANT TERRIBLE DE LA SCÈNE ARTISTIQUE BRITANNIQUE. AGÉE DE SEULEMENT 31 ANS, ELLE COMPOSE DES BOUQUETS DE SAINT-VALENTIN AVEC DES POUSSINS ET S’AMUSE À METTRE UN MERLE DANS LE CERCUEIL DE BLANCHE-NEIGE. LE TOUT À LA LUEUR D’UN LUSTRE, FORCÉMENT. CERTAINS TROUVERONT CELA MACABRE OU MORBIDE, POURTANT SES ŒUVRES EMPREINTES DE FÉMINITÉ FASCINENT.

Polly Morgan est une artiste anglaise née en 1980. Elle découvre la taxidermie à l’âge de 18 ans mais ce n’est que quelques années plus tard, en 2004, qu’elle décide de s’y essayer. Elle commence à prendre des cours pour apprendre la technique mais n’imagine pas alors que cette pratique va devenir son activité principale... Un jour, Bistrotheque, un bar-restaurant londonien à la mode lui commande quatre pièces pour son inauguration : “Cela m’a forcée à trouver ma propre esthétique et à réfléchir à comment je voulais présenter mon travail, au lieu de simplement reproduire l’habitat naturel de l’animal,” explique t-elle. Morgan pensait que cette soirée d’inauguration serait de moindre ampleur mais finalement, la moitié du milieu de l’Art s’y était donné rendez-vous. Ce soir là, elle est approchée par Banksy, bien qu’elle ne sache pas à qui elle avait affaire à l’époque. Banksy se montre très intéressé par son travail et commence à s’enquérir du prix des œuvres : “Je n’en avais aucune idée donc j’ai dit 900£, au hasard.” Quelques mois plus tard, elle le rencontre à nouveau, à l’occasion de la Zoo Art Fair à laquelle elle participe, et ce dernier lui demande de prendre part à sa prochaine exposition, intitulée Santa’s Ghetto. Suite à cette expo, la demande explose et Morgan doit quitter son emploi de serveuse pour se consacrer à plein temps à ses œuvres. Le travail de Polly Morgan en lui-même est minutieux, sombre, et poétique. Elle présente un rouge-gorge allongé sur un livre de prière placé sous un lustre minuscule, des inséparables regardant

56•57

leur reflet dans de petits miroirs ; place un lapin blanc au fond d’un chapeau haut de forme ou bien un rat albinos roulé en boule dans une coupe de champagne. Exerçant sur le spectateur un mélange d’attraction et de répulsion, ses œuvres donnent à voir des animaux qui reposent en paix – littéralement. Plutôt que de reproduire le simulacre d’une vie animale, c’est bien montrer ce qui se passe après la vie qui intéresse l’artiste. Les animaux que Morgan embaume sont tous morts de cause naturelle. Elle les récupère auprès de gardiens de zoo, de vétérinaires, de propriétaires de fermes et de volières. Il est nécessaire pour l’artiste de se détacher émotionnellement des animaux dont elle se sert pour réaliser ses œuvres. Elle serait incapable par exemple de manipuler un animal qu’elle a connu, car cela ajouterait une dimension sentimentale inconfortable avec laquelle elle n’est pas prête à se confronter.  Elle ajoute : “J’ai un chien comme animal de compagnie et je ne m’aventurerai pas près de lui avec un scalpel lorsqu’il sera mort.” À ceux qui clament que son travail est funeste, Morgan répond qu’elle n’est pas une personne morbide : “Je suis en réalité quelqu’un de vraiment optimiste. Je déteste le fait que la mort plane au dessus de nous toute notre vie.” ✗

http://pollymorgan.co.uk/


“Je suis quelqu’un de vraiment optimiste”

1


The BELLE CAMPAGNE issue

1 - Rest A Little On The Lap of Life 2 - Systemic Inflammation 3 - Receiver 4 - To Every Seed His Own Body 5 - MS Found in a Bottle (courtesy of White Cube)

2

3 58•59


4

5


The BELLE CAMPAGNE issue

LES K.O.S. T- S H I R T S & B E A C H B A G S OUTIL PRINCIPAL DE LA COMMUNICATION CHEZ KULTE, LES KULTE ORIGINAL SERIES CRISTALLISENT LES NOMBREUX PARTENARIATS QUE NOUS RÉALISONS AU COURS DE L’ANNÉE AVEC DES MAGAZINES, DES LABELS, DES ARTISTES OU ENCORE DES FESTIVALS. RÉALISÉS PAR LES MEILLEURS GRAPHISTES ET FABRIQUÉS EN SÉRIE TRÈS LIMITÉE, ILS NE SONT GÉNÉRALEMENT PAS COMMERCIALISÉS ET C’EST BIEN EN CELA QU’ILS SONT SI “ORIGINAUX”.

1

60•61

2


1 MUNK

3 MIDI FESTIVAL

5 REDISCOVER

2 HIFI KLUB

4 MARKETING

6 BIBIO

band gomma.de

festival midi-festival.com

label http://mkgmusic.com

band hifiklub.com

3

5

4

6

party myspace.com/rediscover

band myspace.com/mrbibio


The BELLE CAMPAGNE issue

LES BONNES ADRESSES B O U T I Q U E S & D R E S S I N G - ROO M S

BOUTIQUES

* MONTPELLIER

* TOULOUSE

* PARIS - BASTILLE

Brice : 09 71 55 93 77

9, rue du Coq-d’Inde

Olivier : 01 48 05 68 35

* LOURMARIN

* PARIS - LE MARAIS

Standard : 04 91 68 22 14

COREZONE

Arnaud : 01 42 21 05 09

* ATHÈNES

Mathieu : 04 42 09 52 60

* LYON

Napoléon : (0030) 210 33 12 311

Latifa : 04 78 28 08 52

D R E S S I N G - ROO M S

6, rue Jay

* PARIS

* VALENCE

35, rue de Charonne, 11e

76, rue Vieille du Temple, 3e

8 rue de la croix d or

36 rue Henri de Savornin

46 rue francis davso

Mitropoleos 40/10563

CITADIUM

* AIX-EN-PROVENCE

Standard : 01 55 31 74 00

50, rue de Caumartin, 9

Laurent : 04 42 27 04 67

* MARSEILLE

* AVIGNON

8, rue Montgrand, 6e

1 rue folco de baroncelli

Eddie : 04 90 87 41 55 62•63

* AIX-EN-PROVENCE

* GRENOBLE COREZONE

Guillaume : 04 91 33 53 46

32, cours Mirabeau

Steph : 05 61 55 04 83

20, rue Granet

16, rue Paul Chenevard, 1er

* MARSEILLE

COREZONE

COREZONE

Paulo : 01 42 21 05 09

e

Stéphane : 04 76 12 91 92

PEOPLE’S PARADISE

65, avenue Victor-Hugo Standard : 04 75 44 36 40


“Tu viendras me rejoindre si un jour j’en peux plus ?” Lady Chatterley

kulte.fr

Kultorama #09  

64 pages magazine about the french brand Kulte. Also available on printed version. contact: benjamin@kulte.fr

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you