Page 1

Hag Saméah Hanoucca 5772-2011

Dans ce magazine, vous trouverez un article consacré à la Rabanit Kanievsky, de mémoire bénie, des recettes minutieusement choisies pour vous assurer le succès, ainsi que de magnifiques photophores à confectionner vous-mêmes pour éclairer cette fête de Hanoucca !

Le magazine des fêtes juives


Acheter vos diamants aux prix direct de la bourse de Ramat Gan Un seul numĂŠro : 06-62-52-22-41


Éditorial

Voici Hanoucca, la fête où nous allumons des lampes pour faire briller la lumière… Pourtant, nous déplorons la perte d’une lumière de notre peuple. Notre chère Rabanit Bar Chéva Kaniewski nous a quittés pendant Souccot et la douleur causée par sa disparition est toujours présente. Elle était une lumière pour toutes les femmes juives. Avec son sourire et ses paroles chaleureuses, elle éclairait et réchauffait tous les cœurs. Vous trouverez un article dépeignant le quotidien de cette illustre Maman–Rabanit, un quotidien empli de bonnes actions. Sa vie laisse un message destiné à nous toutes : répandre le bien, faire jaillir la lumière qui est en nous par une bonne parole et un encouragement et s’écarter de la médisance. Puis vous retrouverez les recettes, minutieusement choisies par des cuisinières de premier rang. Ce qu’elles cherchent avant tout, c’est la qualité mais elles ont aussi à cœur la facilité et la rapidité. Au menu, de délicieuses quiches, des pâtisseries individuelles à préparer en famille et à distribuer à volonté, les fallafels faits maison, une version israélienne qui rappellera à tout le monde de bons souvenir de vacances… Et bien sûr, les beignets ! Et pour la déco, de la lumière dans de magnifiques photophores à confectionner vous-mêmes, alignés comme une ‘Hanoukia ou posés individuellement sur vos tables de fête. C’est une activité manuelle facile, utile et très agréable ! Alors, à vos fourneaux et à vos pinceaux !

Hag Saméah !

www.hagsameah.org Retrouver le magasine Hagsameah en ligne.

Proposer vos recettes

Partager vos astuces

Echanger sur le forum

Donnez votre avis et

progressez en cuisine...


La Rabbanit

Batchéva K de mémoire

Des femmes sortent des immeubles les unes après les autres. Des autobus s’arrêtent, déversant un flot de femmes et de jeunes filles. Des voitures tentent de se frayer un chemin mais, impuissantes, s’arrêtent et laissent sortir leurs passagers. Les rues s’emplissent de plus en plus. De l’autre côté, les rues sont pleines d’hommes qui viennent honorer leur Rav, Rav ‘Haïm Kaniewsky. Ils viennent s’associer à sa douleur à la disparition de la Rabbanit. Des milliers d’hommes. Mais les femmes viennent une par une. Chacune vient seule, avec son chagrin personnel, avec le choc qu’elle éprouve, et surtout avec son sentiment d’être orpheline. Des milliers de femmes et de jeunes filles suivent le cercueil d’une dame, une dame qui était la maman de toutes. Des milliers d’histoires sont murmurées au cours de l’enterrement. D’innombrables histoires, que nous ne connaîtrons jamais, se déversent de bouche à oreille. Des milliers de femmes rentrent ensuite chez elles, le cœur vidé, et se mettent peu à peu à raconter. Les histoires n’ont pas de fin car il y n’avait pas de fin à ces magnifiques moments

emplis de foi, d’amour et de douceur, ces moments où Maman-Rabbanit Kaniewsky a totalement donné son cœur à toutes celles qui frappaient à sa porte. Une dame de plus se présente et déverse devant la Rabbanit son cœur brisé, et elle est embrassée, réconfortée, accompagnée d’une promesse. Une dame de plus vient, une autre, une troisième, des dizaines, des centaines chaque jour. Le cœur de chacune est dégagé de son tourment et fond devant la chaleur qui émane de la Rabbanit. Elles ont prié avec elle au lever du jour, l’attendant à l’entrée ou à la sortie de la synagogue, ou bien au pied des escaliers de son petit appartement. Des centaines de femmes attendaient à la prière de Minha l’après midi, et d’autres centaines venaient le soir. Parfois, elles étaient trois cents par jour. Elles venaient soit seules soit en groupes. Parfois, elles attendaient devant chez elle seulement pour la voir passer; la Rabbanit les apercevait, leur faisait un signe de la main, et il n’en fallait pas plus… Et parfois, la Rabbanit elle-même allait. Elle savait qu’elle avait une mission, et elle la remplissait malgré ses plus de soixantedix ans, malgré sa fatigue, malgré ses


Kaniewsky bénie

multiples occupations. Un jour, elle a frappé à la porte d’une famille. Dans cette famille, quatre enfants sont nés malades, D. en préserve. Quelqu’un l’a raconté à la Rabbanit, qui en eut le cœur brisé. Quelques jours plus tard, sans rendez-vous, elle est venue. Elle a trouvé une mère courbée, épuisée, une mère qui jouait le rôle d’une infirmière de jour comme de nuit, dans son « hôpital » privé, pour ses enfants. Cette mère vidée, éteinte, a ouvert la porte et a vu la Rabbanit Kaniewsky devant elle. « J’ai entendu dire que D. t’a confié des âmes saintes et un rôle remarquable et difficile » dit la Rabbanit avec simplicité en tendant ses mains chaleureuses et en les posant sur l’épaule de la maman. J’ai appris que tu venais d’avoir un autre enfant, qui n’était pas en bonne santé lui non plus. C’est un signe que D. est content dont la façon dont tu t’occupes

de tes enfants malades, de ces âmes pures. Et Il a choisi de t’en donner un de plus dont tu t’occuperas aussi bien». La maman a regardé la Rabbanit et ses yeux se sont soudain emplis de larmes. Une seconde


plus tard, elle sanglotait de toutes ses forces, enveloppée dans les bras de la Rabbanit. La Rabbanit est entrée et l’a fait asseoir à côté de la table, dans la cuisine. Cela ne dérangeait personne que les restes du petit déjeuner traînaient encore sur la table. Cela ne comptait pas. La Rabbanit a fait asseoir la maman sur une chaise et lui a tendu un verre d’eau. Ensuite, elle s’est assise en face d’elle et s’est mise à pleurer elle aussi. Elle a pleuré la difficulté, l’angoisse, le découragement, la déception. Elles ont pleuré ensemble dix minutes, quinze minutes ? Ensuite, elles ont essuyé leurs larmes. La Rabbanit lui a serré chaleureusement la main et est partie. Sans beaucoup parler. Qui a besoin de mots lorsque le cœur parle ? La maman a repris sa garde matin-après-midi-soirnuit avec des forces nouvelles. Elle se souvient constamment de cette visite qui lui fait venir les larmes aux yeux et les forces dans l’âme. Entre ses mitsvot innombrables, entre ses soins dévoués à Rav Kaniewsky qui ne cesse d’étudier la Torah et qui ne perd pas une seconde même pour préparer un thé, entre tout cela, la Rabbanit Kaniewsky recevait sans cesse des dames, priait pour elles et leur apprenait tant de choses. Chaque jeudi, elle préparait des ‘hallot pour chabbat, une grande quantité de ‘hallot afin d’en avoir assez pour d’éventuels invités. Elle pétrissait la pâte de ses mains puis prélevait la ‘halla et récitait la bénédiction. Le prélèvement de la ‘halla est l’une des trois mitsvot réservées à la femme juive. Au moment où la femme accomplit cette mitsva, ses prières sont particulièrement écoutées au Ciel. Le jeudi, quand la Rabbanit préparait la pâte, des dizaines de jeunes filles et de femmes

se pressaient autour d’elle, chacune avec ses requêtes et ses supplications. La Rabbanit prélevait la ‘halla et récitait la bérakha à voix haute, et toutes les femmes présentes répondaient Amen. Ensuite, une atmosphère de sainteté et de crainte du Ciel emplissait la maison. La Rabbanit priait, murmurait les dizaines de noms dont elle se souvenait par cœur et regardait la feuille pour lire tous les noms qui y avaient été inscrits à présent. Les femmes et les jeunes filles priaient en même temps qu’elle. La Rabbanit n’était pas pressée. C’était un moment important, un moment propice aux requêtes ! Elle priait pour les femmes juives du monde entier, pour toutes les femmes qui accomplissaient des mitsvot, pour celles qui faisaient des dons à la charité, et pour tous ceux qui souffraient. Puis la Rabbanit ouvrait les yeux et avec son sourire touchant et chaleureux, elle embrassait chacune, la bénissait et promettait des délivrances. Et tout se réalisait… Elle enseignait comment prier avec des larmes, comment réciter la bénédiction avec éclat, sentir et s’émouvoir, donner son cœur, donner encore, ne pas craindre de s’approcher, ne pas craindre d’éprouver la douleur de son prochain. Puis les femmes partaient continuait à préparer le chabbat salades, gâteaux en grande généreusement. Il y avait tant qu’il fallait réjouir.

et elle : ‘hallot, quantité, de gens

Chaque jour, la Rabbanit Bat Chéva Kaniewsky se levait avant l’aube. Son éminent époux, Rav ‘Haïm Kaniewsky, se levait à ce moment-là pour une nouvelle journée d’étude et de service divin et elle se levait pour se mettre à sa disposition, comme elle l’avait fait depuis son mariage,


voilà tant d’années. Rav ‘Haïm récitait les bircot hacha’har lentement et elle répondait Amen à chacune. Ensuite, la Rabbanit récitait les bérakhot avec concentration et le Rav répondait Amen. Puis il se mettait à étudier et elle se mettait à prier, puis accomplissait ses mitsvot, puis recevait « ses » dames et «ses» jeunes filles en leur donnant tout son cœur. C’est ainsi qu’elle a fait chaque jour, pendant tant d’années, jusqu’à ce que ce grand cœur cesse brusquement de battre. Mais la Rabbanit Bat Chéva Kaniewsky nous a laissé un testament. En l’accomplissant, nous pouvons nous relier encore un peu à cette personnalité, à la chaleur qui émanait d’elle en permanence, à sa générosité, à son affection. Elle désirait que nous veillions à nos paroles, que nous fassions attention à ce que nous disons. Elle voulait que nous écartions les querelles, que nous accroissions la bonne entente et que nous prononcions des paroles encourageantes. Nous ne sommes pas la Rabbanit Kaniewsky, certes. Nous ne sommes pas l’épouse d’un Grand Maître de notre génération. Nous ne sommes pas capables de faire autant qu’elle. Mais nous pouvons suivre son exemple et réaliser ce qu’elle attendait de nous. Ce sera bon pour nous, et profitable au monde entier : supprimer le lachone hara, adopter des paroles positives, agréables, douces. Faisons-le! Pas seulement une heure par jour, mais toute la journée. Soyons une « Rabbanit Kaniewsky » en miniature pour ceux qui nous entourent: un mot gentil, un compliment, un sourire sincère. Nous avons tous cela en nous. Laissons cette force réconfortante jaillir à l’extérieur. Laissons rayonner le bien qui se trouve en nous. Il ne faut pas en savoir beaucoup, il faut surtout le vouloir : encourager, réchauffer, réconforter, réjouir les autres. C’est possible : commençons dès maintenant ! Inscrivez-vous à la chaîne de Chemirat Halachone à la mémoire de la Rabbanit et recevez chaque jour par mail deux halakhot de Chemirat Halachone (2 lois concernant les paroles interdites). Pour cela,envoyez votre demande d’inscription à l’adresse suivante: halaha@hagsameah.org


‘Halavi

Quiche aux champignons et à la crème fraiche Les quiches ont une place d’honneur sur toutes les tables grâce à leur élégance et à leur gout délicat, Le temps et l’effort de la préparation en vaut la peine!


Ingrédients:

Recette pour 6/8 personnes La pâte: La farce : • 250g de farine

• 250 de champignons émincés

• 1 œuf

• 2 œufs

• 5cl d’eau

• 20cl de crème fraiche

• 125 de margarine/

• 2 cuillères à soupe de

beurre ramolli • Une pincée de sel

Réalisation :

persil hache • 40g d’emmental râpé • Sel, poivre

Préparation de la pâte: Dans une terrine, disposer la farine en fontaine. Y ajouter le sel, l’eau et l’œuf. Mélanger ces ingrédients. Ajouter la margarine ramollie en parcelles et mélanger le tout. Réunir la pâte en une seule boule. Recouvrir d’un film et laisser reposer 20 minutes. Foncer un moule à tarte avec la pâte et cuire à blanc 20 minutes. nuancier NAOURI

Egoutter les champignons, sur la pâte. NAOURI, futura HVles bold,verser 36 pt Dans une terrine, fouetter les œufs avec la crème fraiche et le persil. Assaisonner de sel et de poivre. Répartir le flan salé sur la market, Tahoma Bold, 22 pt garniture. Saupoudrer d’emmental râpé. RAL 7031

RAL 6018

Enfourner et cuire 25 minutes à 180‍°C.

Rubrique sponsorisée par:


Quiche aux poireaux et au saumon fumé Ingrédients: Recette pour 6-8 personnes La pâte :

La farce:

Voir la recette de la quiche aux champignons et à la crème fraiche

• 150g de saumon fumé • 2 poireaux • 3 gros œufs • 2 cuillères à soupe de farine • Sel, poivre, aneth


Réalisation : Foncer un moule à tarte avec la pâte et cuire à blanc 20 minutes. Couper les poireaux en rondelles, les faire revenir dans un peu d’huile jusqu’à ce qu’ils deviennent légèrement transparents. Dans un saladier, mélanger la farine et les œufs et battre à la fourchette. Ajouter du sel, du poivre, le saumon fumé coupé en cubes et les rondelles de poireau. Verser la farce sur la pâte, saupoudrer d’aneth et cuire 20 minutes à 180°C.


Boulettes de Fallafel

Ingrédients:

• 500 gr de pois chiche

• ½ cuillère à café de sel

• 1 tête d’ail

• 1 cuillère à café de cumin

• 1 oignon moyen

• Une pincée de paprika

• 1 bouquet de persil

• 2 cuillères à soupe de farine

• ½ verre d’eau • 2-3 tranches de pain trempées dans de l’eau

• 1 cuillère à soupe de levure chimique • 1 L d’huile pour la friture.


Typiquement Israéliens, les Fallafels riment avec la joie et la bonne humeur, rien de plus adapté pour inviter famille ou amis. Servez les dans les traditionnelles Pitot, accompagnés de ‘houmous, salades fraiches, frites, Te’hina, aubergines frites, selon vos gouts. Votre soirée sera un succès !

Réalisation : Mettre les pois chiche à tremper pendant une nuit. Apres les avoir vérifiés, les hacher au robot et réserver. Eplucher l’ail, l’oignon, vérifier les branches de persil. Ajouter au hachis de pois chiche tous les ingrédients dans le robot et hacher jusqu’à obtention d’une texture homogène. Préparer dans une friteuse, l’huile de friture. Les mains mouillées, former de petites boules et les jeter une à une dans l’huile chaude. Veiller à ce qu’elles aient de la place. Lors qu’elles sont bien dorées, les retourner et faire dorer l’autre coté. Poser les fallafels dans un récipient recouvert de papier absorbant.


r n u s a p t s e ’ Ce n Allumerez-vous cette année les lampes de Hanoucca avec l’huile d’olive de Rabbi David Abouhatsira ? Imaginez-vous… Le premier jour de Hanoucca, vous êtes debout devant votre hanoukia, les mains tremblantes. Sur la table est posée une bouteille d’huile d’olive, mais pas simplement de l’huile… De l’huile d’olive très spéciale, l’huile d’olive de Rabbi David Abouhatsira  ! L’huile d’olive que Rabbi David Abouhatsira a offerte aux donateurs de Koupat Ha’ir après y avoir déversé ses bénédictions et ses prières. Cette huile se trouve sur votre table, elle est à vous !

Vous êtes si ému que vous avez peur que la bouteille vous glisse des mains. Plusieurs minutes passent avant que vous arriviez à calmer votre émotion. Vous saisissez la bouteille et sentez votre cœur s’émouvoir et battre. Est-ce vos battements de cœur ou est-ce le cœur de Rabbi David qui est versé dans l’huile ? Rabbi David et sa grandeur dans la Torah, Rabbi David et son amour pour tous les Juifs, Rabbi David et ses innombrables disciples, Rabbi David et son soutien enthousiaste de Koupat Ha’ir !


! e l b i s s o p t s e ’ rêve, c L’huile coule dans le gobelet avec lequel vous allez bientôt allumer la première lampe de Hanoucca. Vous fermez la bouteille et la posez bien haut pour demain. Ensuite, tous les membres de votre famille se groupent autour de vous, aussi émus que vous. Vous allumez une allumette et la flamme attire l’attention de tous. Puis vous commencez à réciter les bénédictions, d’une voix que vous-même ne reconnaissez pas. Vous n’êtes pas d’un caractère émotif mais allumer les lampes de Hanoucca avec l’huile spéciale de Rabbi David… Ce n’est pas une chose qui arrive tous les jours, ce n’est jamais arrivé. Et seules quelques personnes ont eu cette chance. L’huile que Rabbi David a donnée de sa propre initiative, on l’a partagée en plusieurs petites fiole. Vous faites partie de ces heureux gagnants. Vous avez reçu cette bouteille extraordinaire pour accomplir votre mitsva avec l’huile de Rabbi David Abouhatsira. Vous prononcez les bérakhot avec inspiration, peut-être avec la plus grande inspiration que vous ayez connue de votre vie à ce moment-là. Soudain, vous comprenez les mots des bénédictions avec plus de profondeur, vous sentez la lumière de la foi, de l’élévation, de la proximité à D. Votre famille éprouve les mêmes sentiments que vous, vous le voyez.

Dans la hanoukia, la flamme brûle, belle et éclatante. La lampe de Hanoucca éclaire et réjouit le cœur. Vous n’oublierez jamais ce moment. Vous chantez en chœur les chants de Hanoucca et vous rendez compte que chacun de vous prie intérieurement. C’est un moment important, un moment propice qui vient avec l’accomplissement de la mitsva. Il faut prier pour tant de choses ! La santé, la parnassa, l’éducation des enfants, la paix dans le foyer… Ce ne sont que de grandes lignes qui incluent tant de moments difficiles, tant de déceptions, tant d’espoirs. Les Portes du Ciel sont ouvertes devant vous à présent et, éclairé par les lampes de Hanoucca, vous y pénétrez. Vous sentez cette fois que le mérite de Rabbi David qui est entré aujourd’hui chez vous a fait quelque chose en vous. Vous priez et sentez les murailles célestes s’effondrer les unes après les autres. Vous ressentez une proximité à D., une affection particulière. Il est impossible d’oublier des moments pareils où vous vous êtes élevés au-dessus de vous-mêmes. Vous ne le savez peut-être pas, mais le mérite de la tsédaka que vous avez donnée, cette tsédaka qui a fait de vous un « donateur de Koupat Ha’ir » ayant la chance de participer à ce tirage au sort, vous ouvre la voie. L’argent que vous avez donné a été distribué aux foyers où la faim se fai-


Une occasion unique: Recevez toutes les bénédictions et Segoulot dans une fiole d’huile bénie et sanctifiée par le saint Rabbi David Abouhatsira. 10 fioles d’huiles ont été préparées à partir d’une bouteille bénie !

10 fioles seront remises aux heureux gagnants du tirage au sort qui sera effectué par Rabbi David Abouhatsira en personne parmi les donateurs ayant répondu présents à l’appel de Hanouka de Koupat Ha’ir. Cette année, c’est peut être vous qui allumerez vos lampes de Hanouka avec cette huile unique, grâce à un don à Koupat Ha’ir. Pour cela, il vous suffit de joindre à votre don le formulaire d’inscription imprimé au dos de ce bulletin.

sait sentir et l’a apaisée. Il a visité des malades et les a aidés à guérir. Il a pénétré chez des familles qui souffraient et a soulagé leur malheur. L’argent que vous avez donné à Koupat Ha’ir a donné la vie, la santé, l’espoir et la lumière. Tous ces mérites vous enveloppent à présent. Et la force exceptionnelle vient du mélange de la tsédaka et de la sainteté de Rabbi David Abouhatsira avec ses prières et ses bénédictions en faveur des donateurs. C’est Rabbi David lui-même qui a suggéré à Koupat Ha’ir : Prenez cette huile, mon huile destinée à l’allumage des lampes de Hanoucca, et proposez-la aux donateurs de Koupat Ha’ir. Qu’ils donnent davantage, qu’ils méritent davantage. Quand ils allumeront avec cette huile, toutes mes bénédictions se déverseront sur eux.

La ségoula de cette huile appartient à nous tous. C’est pour cela que Koupat Ha’ir ne l’a pas vendue à une vente aux enchères publique : nous sommes tous égaux, nous sommes tous des donateurs. C’est pourquoi cette huile précieuse sera tirée au sort de façon égale entre tous les donateurs. Vous avez fait un don ? Vous faites partie du tirage au sort. Qui obtiendra cette huile  ? Personne ne le sait encore. Nous le voulons tous, nous l’espérons tous, nous faisons tous un don. C’est là l’important.


Veuillez faire mentionner mon nom et prier pour: Prénom et prénom de la mère: __________________________________________________________ Requête:_________________________________________________ Prénom et prénom de la mère: __________________________________________________________ Requête:_________________________________________________

La bénédiction des Tsadikim: Pour être béni par les tsaddikim pendant les huit jours de Hanoucca au moment de l’a llumage des lampes. Les prières des Grands Maîtres de notre génération en faveur des donateurs de Koupat Ha’ir fendent les Portes de la miséricorde et produisent des prodiges.

jours de prières face au 40 :Mur des Lamentations

Tefilot pour 271 :la santé et la réussite

Pour que les délégués de Koupat Ha’ir prient pour moi au Kotel, l’e ndroit que la Présence divine n’a jamais quitté, pendant 40 jours, y compris les 8 jours de Hanoucca.

Pour que les envoyés de Koupat Ha’ir récitent 271 fois mon nom et ma requête, le même nombre de fois que l’é pouse d’O vadia a prié avant d’ê tre agréée

Une ségoula particulière qui produit des résultats extraordinaires.

Ne ratez pas cette occasion exceptionnelle !

Merci de joindre ce formulaire à votre don, afin de participer au tirage au sort dont le prix exceptionnel sera une fiole d’huile bénie et sanctifiée par le saint Rabbi David Abouhatsira. Nom : _____________________________ Prénom : _____________________________ Adresse : _________________________________________________________________ Tel : _______________________________ Email : _______________________________


c c u o n a H e d e g a m u l l L’a r déverser le bie po u (‫)ספה״ק‬

Nos Grands Maître donateurs de Koupat Ha’ir des lampes d

Tous les noms seront transmis le jour Rabbi David Abouhatsira,le Rabbi de Hillel et le Rabbi de Rahmastrivka po lampes de


ca, un moment pro p en sur le peuple ju ice if

es prient pour les r au moment de l’allumage de Hanoucca

même à Rav Steinman, Rav Kaniewsky, Nadvorna, le Rabbi de Tchernobyl, Rav our qu’ils prient après l’allumage des e Hanoucca.


Fendre

les Cieux

Nous attendons tous Hanoucca. Deux mois de routine après les fêtes ont éveillé en chacun de nous l’attente d’un changement dans le quotidien. Quoi de plus beau qu’un changement tout en lumière et en miracle ? Hanoucca est une fête extraordinaire. Voilà que la Hanoukia est frottée pour la faire briller et que l’huile est prête. Bientôt, nous réciterons «Chéassa nissim laavoténou» et nous chantonnerons «pour les miracles et les prodiges, les délivrances et les consolations que Tu as faits à nos ancêtres autrefois, à cette période de l’année ». Nous répéterons ces mots à chaque Amida, à chaque Bircat Hamazone, et nous nous imprégnerons de cette foi en les miracles que D. a faits pour nous à cette époque pour nous sauver en tant que peuple, et en les miracles qu’Il réalise pour nous sans cesse aujourd’hui. Sans eux, comment survivrions-nous ? D. fait des miracles et accomplit pour nous des délivrances impressionnantes depuis toujours. Mais que donnons-nous en échange ? Comment pouvons-nous exprimer notre reconnaissance envers notre Père pour Ses miracles ? De même qu’Il est miséricordieux, soyons-le

Nos Grands Maîtres allument la Hanoukiya et éclairent les malheureux grâce à un don à Koupat Ha’ir!

aussi, de même qu’Il est bienfaisant, soyons-le aussi, de même qu’Il fait des délivrances, faisons-le aussi…

Réaliser des délivrances Nous aussi nous pouvons faire des délivrances car nous avons reçu la possibilité de sauver nos frères. Et si nous le pouvons, nous devons le faire ! Lorsque nous faisons un don à Koupat Ha’ir, notre argent est distribué à des familles malheureuses. Il fraie un passage à travers des murailles de désespoir et de détresse et fait entrer la lumière. Si seulement vous pouviez en être témoin ! Quel mérite que de sauver un frère ! Il n’est rien dont nous nous souviendrons avec autant de plaisir et de contentement que de ce bonheur d’avoir sauvé un frère de ses souffrances. Et ces mérites sont à notre porte, bien plus que nous ne serions prêts à le croire. Les besoins sont pressants : encore une famille, encore un homme de valeur, encore des enfants privés d’enfance, encore des bébés qui n’ont jamais connu un jour de joie de leur vie. La pauvreté

Le Gaon Rav H. Kanievski ‫שליט''א‬

Le Gaon Rav Y. Hillel ‫שליט''א‬

Le Gaon Rav C. H


fait des ravages. S’il n’y a pas assez d’argent à la maison pour acheter du lait pour le bébé, la famille entière est en crise… Un enfant qui a faim par manque de moyens est une douleur inimaginable… Un bébé qui pleure de maux d’oreilles quand il manque les quelques sous pour lui acheter un médicament, c’est quelque chose que ses parents supportent difficilement… Chaque larme touche au cœur comme un couteau, chaque soupir blesse. Et des maux de dents sans possibilité de soins, et un enfant hospitalisé auquel sa mère ne peut rendre visite parce qu’elle n’a pas d’argent pour payer le transport, et un adolescent déséquilibré qui ne prend pas de médicaments parce qu’ils coûtent trop cher et qui cause des traumatismes inoubliables chez ses frères et sœurs, et une famille qui va dormir le ventre vide parce que l’épicier refuse de lui vendre une fois de plus à crédit… Tout cela existe, tout cela attend la délivrance que nous pouvons effectuer !

Un don à Koupat Ha’ir Cette coutume de donner la charité au moment de l’allumage des lumières de Hanoucca figure dans les livres saints. Lorsque nous allumons les lampes, nous voulons sentir que la lumière se fait dans tous les foyers, que partout les Juifs sont heureux face aux lumières de Hanoucca et pas seulement chez nous. Un Juif n’est heureux que lorsque son frère l’est aussi.

H. Wozner ‫שליט''א‬

Le Gaon Rav A.I.L. Steinman ‫שליט''א‬

Lorsque vous téléphonez à Koupat Ha’ir, votre don est inscrit à l’ordinateur et une enveloppe de plus est envoyée. Aujourd’hui même, pendant Hanoucca, elle parvient au foyer qui en a tant besoin et y fait rayonner la lumière. Elle accomplit une délivrance et vous fait adopter les traits de votre Créateur. Koupat Ha’ir fait en sorte que le nom de chaque donateur qui fera un don avant Hanoucca soit transmis chaque jour de Hanoucca à nos Grands Maîtres pour qu’ils prient pour lui. Huit prières pour vous, chaque jour. Les Portes du Ciel ne s’ouvriront-elles pas devant de telles prières ? La clé des délivrances est dans la main de D. Nul homme ne peut promettre ni ne peut en disposer. Lui seul donne de Sa main généreuse. S’il y a quelque chose qu’il est possible de faire pour mériter, pour demander, pour trouver grâce aux yeux du Créateur, c’est cela. La scène a beau se répéter tous les ans, la force qui s’en dégage est toujours aussi impressionnante. Chaque soir, durant les huit jours de Hanoukka, après l’allumage des bougies, les maîtres de notre génération prient pour les donateurs de Koupat Ha’ir. A cet instant particulièrement propice à la prière, ces géants de la Torah supplient longuement Hachem de protéger nos donateurs. Imaginez le rav Steinman, le rav Kaniewsky, le rav Wozner ou encore Rabbi David Abouhatsira transmettre personnellement vos suppliques au Créateur…

Le Gaon Rav G. Edlshtein ‫שליט''א‬

Le Gaon Rav M. Tsadka ‫שליט''א‬


Madeleines

Les madeleines sont le délice des enfants, A peine sorties du four, il n’en restera plus beaucoup ! Mais ne vous inquiétez pas, elles sont tellement faciles à préparer que vous recommencerez le lendemain !


Ingrédients: Recette pour 25 madeleines • 2 gros œufs • 150g de sucre semoule • 160g de farine • 150 de margarine/ beurre fondu • Le zeste d’1 citron • ½ cuillère à café de levure chimique.

Réalisation : Mélanger les œufs avec le sucre. Fouetter énergiquement jusqu’à blanchissement. Ajouter 150g de farine et 125g de beurre fondu, peu à peu. Incorporer le zeste de citron, puis la levure. Réserver. Préchauffer le four à 210°C. Beurrer une plaque à madeleines à l’aide d’un pinceau et la saupoudrer de farine. Remplir chaque cavité d’une cuillerée de pâte. Enfourner et laisser cuire 10 minutes. Sortir les madeleines du four. Démouler aussitôt et laisser refroidir sur une grille.


Muffins Ingrédients:

Réalisation :

Pour environ 36 muffins

Préchauffer le four à 180°C.

• 4 verres de farine

Dans une jatte, mélanger la farine, le sucre, le cacao et la levure.

• 3 verres de sucre • 1 verre de cacao non sucré • 1 sachet de levure chimique • 4 œufs • 2 verres d’eau • 1 verre d’huile

Creuser une fontaine au centre et y jeter les œufs. Délayer les ingrédients progressivement en incorporant l’eau et l’huile. Beurrer les moules à ramequins. Remplir les moules au ¾. Enfourner et laisser cuire 15 à 20 minutes.


Les yoyos Ingrédients: • 3 œufs

• ½ verre d’huile

• 150 gr de sucre en poudre

• Le zeste d’une demi-orange

• 350 gr de farine • 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger • ½ paquet de levure chimique

• Huile de friture • Sel • Sirop à mieller


Réalisation: Préparer le sirop à mieller et poser la casserole sur le feu Hacher très fin avec une moulinette électrique le zeste d’orange. Le mettre dans un saladier avec l’huile, le sucre, l’eau de fleur d’oranger et la levure. Jeter trois œufs dessus, ajouter progressivement la farine et bien malaxer afin d’obtenir une pâte lisse et un peu molle. Couvrir avec un torchon et laisser reposer une heure. Verser l’huile dans une friteuse et poser sur feu moyen. Les mains huilées, prélever des petites poignées de pâte, en faire des boules de la grosseur d’une noix. Les aplatir et avec le pouce et l’index, faire un trou au milieu. Les faire dorer au fur et à mesure dans l’huile chaude en les retournant des deux cotes, puis les mettre à égoutter. Les tremper dans le sirop à mieller et servir chauds ou froids.

Sirop à mieller

(Pour environ 50 unités)

• 500g de sucre en poudre ou cristallisé • 3 cuillerées à soupe de miel • ¼ de citron • Le zeste d’un quart d’orange • 1 paquet de sucre vanillé • ½ cuillerée à café de maïzena Verser deux verres d’eau dans une casserole, ajouter le sucre, le jus de citron, le zeste de citron, le zeste d’orange et le sucre vanille. Poser sur un feu assez vif et, des ébullition, mettre à feu moyen. Faire cuire vingt minutes, puis ajouter le miel et un demiverre d’eau. Mélanger et faire cuire encore dix minutes. Ajouter la maïzena délayée dans un quart de verre d’eau, mélanger, mettre à feu modéré et faire cuire dix minutes. Le sirop est prêt. Mettre à feu doux. Tremper les gâteaux dans ce sirop. Les retourner afin de les imbiber de tous les cotés.


Les boules au miel


Ingrédients:

(pour 10 personnes)

• 125 gr de farine • 4 œufs • ½ v d’huile • Huile de friture • Sel • Sirop à mieller

Réalisation: Préparer le sirop (voir la recette des yoyos). Verser dans une casserole un verre d’eau, un demi-verre d’huile et une pincée de sel sur feu vif. Dès ébullition, mettre à feu modéré et ajouter la farine. Tourner rapidement avec une cuiller en bois jusqu’à que la pâte se détache de la casserole. Retirer du feu et laisser refroidir cinq minutes. Casser un œuf dessus et travailler la pâte avec la cuiller en bois ou au batteur. Quand l’œuf a été incorporé, casser dessus un autre œuf en travaillant toujours la pâte. Faire de même pour les deux autres œufs. La pâte doit être très lisse. Couvrir d’un torchon et laisser reposer un quart d’heure. Verser l’huile de friture dans une friteuse ou dans une casserole et poser sur feu moyen. Quand l’huile est chaude, mettre à feu modéré. Prendre de la pâte avec une cuiller à café et la verser dans l’huile chaude. Ne pas encombrer la friteuse : une cuillerée de pâte gonfle beaucoup et se retourne d’elle-même pour former une grosse boule. Bien dorer de partout et piquer avec une fourchette pour les retirer de l’huile et les mettre dans un plat. Puis, plonger les boules dans le sirop à mieller et les faire égoutter dans une passoire à pieds posés sur une assiette creuse. Servir chaud ou froid.


La peinture sur verre Créer des pièces uniques, jouant sur la transparence de ce matériau et les associations de couleurs. Matériaux nécessaires : • Verre à décorer • Peinture sur verre • Ruban de métal pour le vitrage • Pinceaux • Crayon • Ruban adhésif • Ciseaux • Térébenthine

Préparation :

2

1. Couper un morceau de papier de la dimension intérieure du verre et y dessiner le modèle. (Photo 1) 2. Le coller avec du ruban adhésif à l’intérieur du verre, de façon à ce que le dessin soit visible de l’extérieur. (Photo 2) 3. Peindre délicatement une partie après l’autre du dessin à l’aide de peinture transparente. Il est préférable d’attendre que chaque partie sèche avant de peindre la suivante. Il faut laver le pinceau à la térébenthine entre chaque couleur (l’eau n’est pas efficace) ainsi qu’utiliser la térébenthine pour délayer la peinture si nécessaire. (Photo 3-4) 4. Après le séchage complet de la peinture, couper le fil de vitrage en deux (comme sur la photo) et le coller délicatement sur les traits de séparation des couleurs de telle sorte que toutes les parties soient entourées de fil. (Photo 5-6)

3

4

1

5

6


Le collage de serviettes en papier Le collage de serviettes en papier est une activité manuelle très plaisante. Elle s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants, elle est peu chère, ne nécessite que quelques techniques de base et le résultat est immédiat. Matériaux nécessaires : • Verre à décorer • Serviette en papier au motif de votre choix • Vernis colle • Peinture à paillettes • Ciseaux • Un Pinceau ou une petite éponge

Préparation : 1. Découper minutieusement sur la serviette la partie du dessin désirée et séparer la couche supérieure de la serviette (où figure le dessin) des autres.

2. Coller cette feuille sur le verre : à l’aide du pinceau trempé dans la colle, étaler délicatement la colle sur la serviette.

3. Une fois la colle séchée, décorer à l’aide de la peinture à paillettes.


Si vous décidez de soutenir Koupat Ha’ir mensuellement, veuillez remplir ce formulaire: Autorisation de Prélèvement

Numéro national d’émetteur : 511534 Organisme Bancaire: Banque:______________________ Agence:______________________ Adresse:______________________ N° de Compte:__________________

Titulaire du compte à débiter: Nom:__________________________________ Prénom:________________________________ Adresse:________________________________

Je vous prie de bien vouloir débiter sans autre avis, à la condition qu’il présente la provision nécessaire, mon compte du montant de tous les avis de prélèvement établis à mon nom présentés par Koupat Ha’ir.

A____________________, le__________ Signature du titulaire du compte: _______________

Donateur: Nom:_________________________ Prénom:_______________________ Adresse:_______________________ Tel:__________________________ E-mail: ________________________ Bénéficiaire: Les Amis de Koupat Ha’ir Autorisation 61 268, 95209 SARCELLES CEDEX

J’autorise un prélèvement mensuel de _______ € ; soit en toutes lettres __________ ________________________________ euros. à compter du _______________ La présente autorisation restera valable jusqu’à nouvel ordre de ma part.

A_____________________le_____________ Signature: ____________

Merci de joindre un Relevé d’Identité Bancaire Je voudrais m'associer à l'œuvre de Koupat Ha'ir, et transmettre, la somme de __________ €, pendant ____________mois NUMERO DE CARTE BANCAIRE ֹ ______________ֹֹ______ֹֹ______ֹֹ__

Expire fin____ /____

Nom: ________________ Prénom:_______________ Adresse:________________________________ Téléphone:__________________ email:______________ Date:___________ Signature:______________

Si vous signez sur un prélèvement automatique d’un an, vous pouvez demander que les envoyés de Koupat Ha’ir prient pour vous au Kotel, sur la tombe de Rabbi Chimon bar Yo’haï ou sur la tombe de Rachel tous les jours de l'année. Transmettez les noms par téléphone au 0-800-525-523

Donnez plus, payez moins… Grâce aux réductions fiscales, lorsque vous soutenez vos frères juifs en Israël, vous payez moins d’impôts ! En faisant un don à Koupat Ha’ir, vous bénéficiez en effet d’une réduction de 66 % du montant de votre don dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Afin que vous profitiez de cet avantage sans attendre,

Par

nous émettrons les reçus CERFA avant le 31 décembre 2011 pour tous les dons qui nous seront adressés avant cette date. Et pour vous aider à comprendre quelle somme vous pouvez déduire de votre déclaration d’impôts, Koupat Ha’ir a mis en place une équipe de conseillers fiscaux. Appelez-les au 0800 52 55 23.

Un don de 100 Euros vous permet de déduire 66 Euros et votre don ne vous coûte donc que 34 Euros. Pour 34 Euros, vous aurez donné aux nécessiteux la exemple: possibilité de disposer de 100 Euros, une somme vitale pour eux.


Associez-vous à la magnifique action de Koupat Ha’ir : 7,000

840 bénévoles

familles secourues

0

0 850,0 vêtements distribués

270 maisons renovées

00

800,0

bons d’achat alimentaires

670

veuves et orphelins pris en charge

6,400

00

250,0

colis alimentaires

soins dentaires gratuit

420

840 personnes handicapées soutenues

2340

formations professionnelle

nes

n 250 To

opérations médicales

de fruits et légumes distribuées chaque semaine

Comment faire un à don Koupat Ha’ir ? 1 Par chèque bancaire:

envoyez-le par courrier à l’adresse suivante:

Les Amis de Koupat Ha’ir, Autorisation 61268, 95209 SARCELLES CEDEX (Merci de libeller vos chèques à l’ordre de KOUPAT HA’IR)

2 Par carte bancaire :

en composant: 0-800-525-523

3 Par prélèvement mensuel : Remplissez le formulaire ci-contre et retournez-le, accompagné de votre RIB.

4 Votre don en ligne: www. koupathair.com Site sécurisé

5 Par virement bancaire: Société Générale-Sarcelles Flanades Code Banque : 3003 Code guichet : 04008 N° de compte : 00050156954 Clé Rib : 66 IBAN : FR76 3000 3040 0800 0501 5695466 Code BIC : SOGEFRPP


U ne occasionque! uni

Koupat Ha‫׳‬ir

La principale caisse de Tsédaka d‫׳‬Israël

Gagnez cette magnifique Hanoukya en argent massif accompagnée d’une fiole d’huile bénie par le Tsadik

EUIL

19/12/08

11:03

Page 6

Rabbi David Abouhatsira.

Et soutenez des milliers de familles nécessiteuses de tout Israël.

ments de base éléments de base 10 fioles seront remises aux heureux gagnants du tirage au sort qui sera effectué par Rabbi David oc-marque séparé typographie Abouhatsira en personne parmi les donateurs ayant répondu présents à l’appel de Hanouka de Koupat Ha’ir.

Le bloc-marque séparé est composé d’une partie texte fixe (N° Vert) fournie au format AI et EPS

La typographie utilisée est l’Arial disponible sur

Illustrator et d’un numéro de 10 chiffres composé dans n’importe quelle autre typographie. Il est alors

C’est une police libre de droit.

possible d’utiliser le caractère du texte dans lequel le bloc-marque est inséré.

Le Numéro Vert présenter quatre fa tout de don, Pour plus de renseignements ou pour transmettre vos dons directement par CB composez le:peut sePour

0-800-525-523

mémorisables

N°Vert 0 800 00 00 00

APPEL GRATUIT DEPUIS UN POSTE FIXE Les Amis de Koupat Ha’ir, Autorisation 61268, 95209 SARCELLES CEDEX

0 80 0 0 0 0 0 0 0 N°Vertwww.koupathair.com

un reçu cerfa sera délivré.

Attention ! Ces numéros sont donnés à titre d

Il permet de diminuer des impôts sur le revenu jusqu’à 66% du don.

composition des numéros

N°Vert 0

Hanoucca 5772  

Dans ce magazine, vous trouverez un article consacré à la Rabanit Kanievsky, de mémoire bénie, des recettes minutieusement choisies pour vou...