Page 1


1802013

N

C

ST

E

AZAIR

ÔTÉ

P

S E G LA

Animations ludiques, sportives, culturelles et de loisirs DE JUIN À MI-SEPTEMBRE

Du Brivet à Villès Martin, et à Saint-Marc




K  T

FA C E À FA C E

Bruno ès alydto. Podvie .. w rec

Pourquoi déterrer Bécassine ? n Elle n'était

l’inter

pas enterrée ! J'étais frappé de voir à quel point elle est sur les mugs et les assiettes en Bretagne. C'est un personnage abstrait, une sorte de logo, avec ce que ça véhicule de clichés. C'était tentant d'aller à leur encontre...

INTERVIEW ET PHOTOS / R MATTHIEU CHAUVEAU POUR KOSTA

Les albums de Bécassine, n'était-ce pas la ligne claire avant l'heure ? n Tout à fait.

Et alors ces clichés sur Bécassine, fondés ou non ? n Non fondés.

Et je crois qu'Hergé s'en est inspiré, même s'il ne voulait pas le dire. Bécassine, c'est vraiment Tintin avec une coiffe. Et le personnage de Rastaquoueros a certainement inspiré Rastapopoulos qui, au-delà de leurs noms, se ressemblent beaucoup.

On dit, par exemple, que Bécassine n'a pas de bouche alors qu'il y a beaucoup de dessins où elle en a une. Ce n'est pas du tout une femme bâillonnée comme on a voulu le faire croire. D'ailleurs, elle n'était pas bretonne au départ. Son costume est d'Amiens !

Comment se dirige-t-on soimême ? n Déjà, est-ce que

Comment vivez-vous la polémique autour du film ? n Est-ce que

je dirige les autres ? Non. J'apporte une partition, qui est le scénario et les comédiens proposent. Je veux qu'ils se sentent à l'aise, que ça circule entre eux. L'humour, c'est souvent entre les gens. Ça n'est pas chacun avec sa bonne blague. Et moi, en tant qu'acteur, je me fonds dans cette complicité. n

le mot polémique convient ? Cela voudrait dire qu'il y a débat. Comme les détracteurs n'ont pas vu le film, c'est plutôt un dialogue de sourds ! Quand ils le verront, ils se sentiront bien ridicules puisqu'il n'y est quasiment pas question de Bretagne et que Bécassine n'est pas du tout la sombre idiote dont ils parlent.

BÉCASSINE ! UN FILM DE BRUNO PODALYDÈS AVEC EMELINE BAYART, KARIN VIARD, DENIS PODALYDÈS. EN SALLE.

PA G E 0 5

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

S R


K  T

S R

K O S TA R PA R L E M E N U

recto n Bruno Podalydès / P5 Sommaire n / P6 Ours n / P8 Cover girl n Delphine Vaute / P10 le k de kostar n Eddy de Pretto / P12

actus n / P14 portefeuille mode n Studio avec vue par Gildas Raffenel / P16 Business Classe n Les pépinières Ripaud / P22 Chef oui chef n Mathieu Guibert / P24

actus n / P30 Un été dare d'art n Les expos de l'été / P32 entretien n Evor / P43 Le moi dernier n par Pierrick Sorin / P60 L'été des festivals n / P62 L'été de l'électro n / P76 une ville ailleurs n Liège / P78 verso n Bruno Podalydès / P82

PA G E 0 6

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


NOUVEAU : ABONNEZ-VOUS EN LIGNE ! Retrouvez la programmation complète sur T-N-B.fr


K  T

S R

Q U I F A I T Q U O I  ?

GRAPHISTES / Illustrateurs / artistes plasticiens n Delphine Vaute (couverture, ours, sommaire, custom des titres), Pierrick Sorin. KOSTAR, magazine cultures et tendances de l'ouest, est édité par Médias Côte Ouest, SARL de presse au capital de 30 794,70 euros

www.kostar.fr Tous droits de reproduction réservés. Le contenu des articles n’engage que leurs auteurs. Les manuscrits et documents publiés ne sont pas renvoyés. n Abonnement annuel 30 euros Médias Côte Ouest, 2 ter rue des Olivettes, CS33221, 44032 NANTES CEDEX 1 n + 33 (0)2 40 47 74 75. ISSN : 1955-6764

Rédaction n redaction@mcomedia.fr Studio graphique n damien@mcomedia.fr Merci à tous ceux qui ont participé à ce numéro Rédacteurs n Vincent Braud, Matthieu Chauveau, Antonin Druart, David Lecerf, Barbara Le Guillou, Pierrick Sorin, Patrick Thibault. Photographes n Matthieu Chauveau, Kristo, Gildas Raffenel, Pierrick Sorin.

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

Imprimé en CEE n Dépôt légal à parution n © Kostar 2018 KOSTAR est adhérent au SPG2I (Syndicat de la Presse Gratuite Indépendante d'Information Imprimée)

Directeur de la publication et de la rédaction n Patrick Thibault Graphisme et maquette n Damien Chauveau Développement n Pierre-François Leroux, Patrick Thibault. Publicité n pub@kostar.fr SECRÉTAIRE DE RÉDACTION n Cécile You Diffusion n Virginie Fouchard…

PA G E 0 8

Remerciements n Tous nos lecteurs, partenaires et annonceurs

ÉTÉ 2018

Nos lecteurs et internautes sont informés que l’envoi à la rédaction, par leurs soins, de photographies représentant leur image et destinées à être publiées au sein de la rubrique « Sur son 31 », entraînent de facto leur acceptation : pour diffusion au sein du magazine « KOSTAR » édité par la société « Médias Côte Ouest », pour diffusion au sein des plateformes numériques « www.kostar.fr » et « www.facebook.com». Cette autorisation est valable sans limitation de durée. La rédaction s’engage en contrepartie à ce que les éventuels commentaires ou légendes accompagnant la reproduction ou la représentation de ces photographies ne portent en aucune façon atteinte à leur réputation ou à leur vie privée.


Conception : trafik.fr —Licences spectacles : 1-1075853, 1-1075850, 2-1075851, 3-1075852


K  T

S R

K O S TA R H A B I L L É PA R …

Couverture / P01 n Sommaire / P06 n Ours / P08 n Tendances / P14 n Cultures / P30 n Une ville ailleurs / 78 Custom des titres / P10, 12, 22, 24, 32, 61, 62. PHOTO / TANGUI JOSSIC POUR KOSTAR

Chaque Kostar est exceptionnel. L’habillage par un(e) artiste différent(e) crée la surprise et l’inscrit dans une collection. Pour cet été, l’équipe a choisi Delphine Vaute dont l’univers nous séduit par sa beauté, sa poésie et son audace. n Elle est partie sur le thème “summer witch” : « Le thème des sorcières m’intéresse car il est aussi une invention masculine pour contrôler les femmes et les sectoriser. » Les personnages de Delphine Vaute sont donc des femmes en devenir, adolescentes, libres et fortes. On retrouve dans ce travail son univers qui flirte avec un monde inquiétant de métamorphoses. n Formée à l’École des beaux-arts d’Angers, Delphine Vaute s’est installée à Nantes où elle travaille. Si elle puise son inspiration dans des visuels anciens qu’elle réinterprète ou dont elle se détache, il est évident que son imaginaire s’est nourri des espaces ligériens où elle a vécu. Le trait reste au centre de ses recherches. n Après Ysabeau Le jardin des songes, son calendrier de l’Avent sur les fenêtres du Château de Nantes à Noël dernier, elle a exposé à la galerie 3e Parallèle à Paris. Après des illustrations d’articles dans les magazines 180°c printemps et été et Les Autres Possibles, elle présente Résonances Volatiles, une exposition personnelle à l'Abbatiale de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (20 juin au 2 septembre). À la rentrée, elle sera en résidence à l’Abbaye royale de Fontevraud. n PA G E 0 1 0

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018



K  T

S R

U N E P E R S O N N A L I T É À L A M O D E PA R L E D E M O D E

« JE N'AI JAMAIS SU CE QUE C'ÉTAIT, LE MAUVAIS GOÛT... » INTERVIEW / MATTHIEU CHAUVEAU

Vous êtes quelqu'un de stylé, depuis quand faites-vous attention à votre look ? n Depuis que j'ai l'âge d'aller dans des friperies, vers mes 17 ans. Je prenais le métro pour aller à Paris, dans le Marais. Je fouillais un peu partout, tout l'aprèsmidi. Je trouvais de vieux jeans, pulls et foulards de cow-boy... C'était mon activité favorite ! Pensez-vous avoir le costume de l’emploi ? n Pas du tout... et tant mieux ! Autour de moi, j'entends beaucoup de : “Putain, il ne fait pas du tout chanteur mais mec bateau.” L’idée de ne pas être trop marqué visuellement me plaît beaucoup. Ceci dit, ça ne me fait pas non plus passer incognito dans la vie de tous les jours. Parfois, c'est même plus marquant pour les gens. Comment choisissez-vous votre costume de scène ? n Je change tous les quatre mois environ, en fonction de mes projets de scénographie et de clips. En ce moment, j'ai une tenue avec l'inscription "intoxication" imprimée partout et des couleurs flashy genre motocross. Quelque chose d'un peu je-m'en-foutiste et en même temps assez pointu. J'aime l’idée d'être à la fois précis et un peu “je m'en bats les couilles”. Quel rapport entretenez-vous avec la mode ? n Une relation simple : je l'aime bien et elle aussi m'aime bien, et ça ne fait que débuter. Pensez-vous être à la mode ? n Pas du tout. Être à la mode, c’est quoi pour vous ? n Je vois ça d'un peu loin. J'ai surtout envie de mettre ce qui me plaît, de me plaire. J'aime mêler “l'immêlable” : par exemple un vieux jean de friperie et un haut d'une marque plus haut de gamme. Avez-vous déjà retourné votre veste ? n Très souvent, comme Jacques Dutronc. J'adore dire quelque chose et tout son contraire le lendemain. Sinon, je retourne parfois mon Bombers. Il est orange à l'intérieur et noir à l'extérieur : pratique ! Avez-vous déjà pris des vestes ? n Pas trop. Je ne suis pas un gros dragueur. Je vais peu au front. Forcément, ça limite les râteaux. Professionnellement non plus. Ma carrière a grandi de manière plutôt douce, en crescendo. Ça s'est fait naturellement, un peu à taille humaine, étape par étape PA G E 0 1 2

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

PHOTO © VINCENT DUCARD

tout en passant à la suivante au bon moment. J'ai vraiment beaucoup de chance là-dessus. Qu’y a-t-il dans votre valise quand vous partez en tournée ? n Beaucoup trop de vêtements que je n'utilise jamais. Je finis toujours par mettre le même jogging et le même tee-shirt blanc. À qui voudriez-vous tailler un costard ? n Oh moi, je ne veux critiquer personne... Ah si, je taillerais bien un costard à mon ingénieur du son mais au sens strict : j'aimerais lui faire un bon costard à sa taille, juste pour qu'il soit à mon goût. En ce moment, il porte un tee-shirt du Québec avec un caribou dessus d'un goût un peu douteux (rire). Quel est le comble du chic ? n Faire ses courses au supermarché de Saint-Ouen en Stella McCartney et Louis Vuitton. Le comble du mauvais goût ? n Aucune idée. Je n'ai jamais su ce que c'était, le mauvais goût... Quelle personnalité voudriez-vous relooker ? n Oh là là, c’est un jugement de valeurs ! Je n'ai pas envie de relooker qui que ce soit. J'essaie déjà de me relooker tous les jours... Qui rêveriez-vous de déshabiller ? n Puisque qu'on est en pleine Coupe du Monde, je dirais Héctor Bellerín, un joueur espagnol que je suis sur Instagram. Votre premier tee-shirt de groupe ? n Je n'en ai jamais eu ! Le seul que j'ai jamais porté est un tee-shirt de... Eddy de Pretto ! n FESTIVAL BEAUREGARD, HÉROUVILLE-SAINT-CLAIR, 7 JUILLET. FRANCOFOLIES, LA ROCHELLE, 14 JUILLET. LES VIEILLES CHARRUES, CARHAIX PLOUGUER, 22 JUILLET. FESTIVAL DE POUPET, SAINT-MALO-DU-BOIS, 26 JUILLET. LES ESCALES, SAINT-NAZAIRE, 27 JUILLET. FESTIVAL BAISERS VOLÉS #1, LA NOUVELLE VAGUE, SAINT-MALO, 29 SEPTEMBRE. STEREOLUX, NANTES, 18 OCTOBRE. FESTIVAL INSOLENT COLLECTION AUTOMNE, PARC DES EXPOS, LANESTER, 27 OCTOBRE. FESTIVAL BEBOP, CENTRE DES EXPOS, LE MANS, 9 NOVEMBRE. LE CHABADA, ANGERS, 30 NOVEMBRE. LA CARÈNE, BREST, 1ER DÉCEMBRE.


PA G E 0 1 3

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


CONTRIBUTEURS DU CAHIER TENDANCES ÉMILIE BERGER, VINCENT BRAUD, MATTHIEU CHAUVEAU, BARBARA LE GUILLOU, GILDAS RAFFENEL, PATRICK THIBAULT

Let’s play let’s dance Deuxième collaboration entre le festival des musiques électroniques Astropolis et la marque No Name. La plato sneaker chausse les couleurs du festival et se pare d’un bijou de lacet (ça c’est que pour les filles !). La collab’ prévoit aussi une collection de tee shirt unisexe. Trois modèles : official édition, Elisa Do Brasil et Manu Le Malin ! Les chaussures sont en vente uniquement à la boutique Le Bruit qui court à Brest mais nous allons vous en faire gagner. n ASTROPOLIS X NONAME, ÉDITION LIMITÉE. PA G E 0 1 4

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


K  T

S R

Love story Mamm et Dadd, c’est bel et bien la jolie histoire d’une entreprise familiale née à Nantes. Morgane et Emmanuel ont voulu proposer à leurs enfants des cookies et des tee-shirts bio, cool et fairtrade. Cette histoire, ils la cultivent sur Instagram et comme les amis de nos amis sont nos amis, vous imaginez la suite. Alors, on peut acheter la pâte à cookies Mamm, prête à cuire sans colorants ni additifs, et les tee shirts au grand cœur. n MAMM & DADD / MAMM-COOKIES.FR / @MAMMETDADD

100 % ballon rond Oui, ils ont osé l’appeler Fils de Buuut ! Sur l’île de Nantes, à deux pas du Carrousel des mondes marins, des garçons ont créé un bar éphémère le temps de la Coupe du Monde. Une succession d’espaces pour jouer au baby foot ou regarder les matchs, tranquille sur des chaises, dans des fauteuils, debout… On y cultive le décalage, les filles sont aussi au rendez-vous. On y vient même en famille. Ambiance assurée. n

9 RUE SCRIBE - NANTES 02 28 02 56 26

LES FILS DE BUUUT, BAR ÉPHÉMÈRE, 7 RUE RENÉ SIEGFRIED, NANTES. PA G E 0 1 5

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


STUDIO AVEC VUE PAR GILDAS RAFFENEL ASSISTÉ DE THIERRY MAHÉ ET KLEBER GUILLEMOT STYLISME ÉMILIE BERGER ASSISTÉE DE LISA PINEAU ET MARGAUX GUITTON MAKE UP FANNY FALLOURD MODÈLES NEL ET MATHIEU RETOUCHES PAR JULIEN PARIS ET MARTIN JOLY PRODUCTION STUDIO PLACE CLICHÉ

NEL HAUT _ARMEDANGELS FOULARD COLLECTION VINTAGE _BY KILIWATCH ET CLAQUETTES _CHEZ CRAZY REPUBLIC JUPE _LES PETITES JUPES DE PRUNE _CHEZ MADE IN FROGS TUNIQUE _ANTOINE ET COLETTE MATHIEU ENSEMBLE _ANTOINE ET COLETTE _LES BRETELLES DE LÉON, _CHAUSSETTES SOCK SOCKET _CHEZ MADE IN FROGS _CHAUSSURES FAGUO _CHEZ SCOTT PREMIUM



MATHIEU ENSEMBLE _KNOWLEDGE COTTON APPAREL _CHEZ CRAZY REPUBLIC _NOEUD PAPILLON _CHEZ MADE IN FROGS


NEL SOLAIRES _LA PETITE LUNETTE ROUGE _CHEZ COLLIAUX OPTICIENS VESTE _WANTED GINA _CHEZ STORIES


MATHIEU _ SWEAT ET CHEMISETTE _KNOWLEDGE COTTON APPAREL


NEL VESTE _KNOWLEDGE COTTON APPAREL TOP _COLLECTION VINTAGE _BY KILIWATCH JUPE _WANTED GINA


K  T

S R

BUSINESS CLASSE

L'ART QUI CACHE LA FORÊT TEXTE / MATTHIEU CHAUVEAU

PHOTO / DR

À Cheffois en Vendée, les pépinières Ripaud taillent leurs plantes d'exception comme personne en France. Un savoir-faire qui se transmet de génération en génération et qui brouille joyeusement nos repères géographiques. Avoir un olivier dans son jardin quand on habite le grand Ouest est aujourd'hui une banalité. C'était loin d'être le cas en 1955 quand Joseph Ripaud, fils d'un modeste agriculteur vendéen, créait sa pépinière à Cheffois. C'est pourtant bien grâce au travail passionné de cet homme, aujourd'hui âgé de 85 ans, et à son insatiable soif de découvertes que l'on doit l'acclimatation de certaines plantes à notre région. « Notre père a toujours eu une intuition pour anticiper les modes. Il a vite compris qu'avec le développement des loisirs, les gens seraient intéressés pour retrouver dans leurs jardins des PA G E 0 2 2

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

plantes qu'ils avaient appréciées sur leurs lieux de vacances », confie Damien Ripaud, aujourd'hui à la tête de la société avec son frère Benoît. n Le cadet de la fratrie de neuf enfants se souvient : « Lors des vacances en famille, on en profitait pour visiter des pépinières et en ramener soit des variétés de plantes, soit des techniques. » Parfois, le bonheur se trouve aussi tout simplement au bord d'une route, comme lorsqu'à l'occasion d'un périple au Portugal, le paternel arrête la voiture pour récolter des boutures d'agapanthe. Plusieurs dizaines d'années plus tard, ce sera au tour de Damien, arrivé


BUSINESS CLASSE

5 DATES 1955 CRÉATION DES PÉPINIÈRES RIPAUD PAR JOSEPH RIPAUD. 1984 PRIX D'HONNEUR AUX FLORALIES INTERNATIONALES À NANTES. 1985 ARRIVÉE DU FILS BENOÎT DANS L'ENTREPRISE, ANNÉE DE GRAND GEL. 2000 JOSEPH PART EN RETRAITE ; DAMIEN REJOINT SON FRÈRE BENOÎT DANS L'ENTREPRISE. 2014 NOUVEAU PRIX D'HONNEUR AUX FLORALIES. 2019 AMANDINE DEVRAIT SUCCÉDER À SON PÈRE BENOÎT RIPAUD APRÈS SON DÉPART EN RETRAITE.

dans l'entreprise en 2000, d'aller voir ailleurs : au Japon, où il se forme au niwaki, savoir-faire ancestral consistant à tailler les arbres en forme de nuage. n En moins de 20 ans, les pépinières Ripaud se sont imposées comme les leaders français de l'art topière, cet art de tailler les branches d'un taxus baccata comme un styliste travaille la soie. Nuages, mais aussi cônes, boules, spirales... toutes les formes y passent, dans la grande tradition des jardins à la française. Et les clients, souvent prestigieux, adorent : le presque voisin jardin de William Christie à Thiré, des palaces parisiens comme le Crillon ou le Ritz mais aussi... Disneyland Paris pour son Labyrinthe d'Alice. n C'est que, même si, comme le dit Benoît Ripaud – pas du genre à prendre la grosse tête –, « il faut savoir cultiver des patates comme du caviar », le pépiniériste vendéen est sacrément bien placé en terme de haut de gamme... C'est même le n° 1 français ! Parmi les 2 millions de plantes recouvrant les 100 hectares de son jardin de Cheffois, des

perles rares se cachent : un jubaea chilensis, palmier du Chili, dont la valeur se compte en dizaine de milliers d'euros, ou encore des fougères arborescentes, spécialité de la maison, dont l'origine n'est pas exactement vendéenne. « Nous sommes allés chercher ces plantes en Australie. Elles datent de l'ère primaire. Les dinosaures s'en nourrissaient ! » Il y a quelques années, Ripaud en a livré plusieurs dizaines à un client prestigieux à Rabat... le roi du Maroc qui en a orné les jardins de son palais ! n Un trajet Australie-France-Maroc qui illustre parfaitement la dimension mondialisée du travail du pépiniériste. Et cela ne fait que débuter. « L'avenir, c'est l'export », confirme Damien Ripaud, prenant l'exemple d'un marché anglais en plein essor depuis deux ans. Car, aussi ironique que cela puisse paraître, les Britanniques se prennent eux aussi de passion pour l'art topiaire, ce savoir-faire typique des jardins "à la française", que depuis des siècles on oppose à ceux "à l'anglaise"... Bientôt une Tamise bordée d'oliviers ? n

PA G E 0 2 3

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

K  T

S R


PA G E 0 2 4

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


C H E F, O U I C H E F

ÉTOILES DE MER INTERVIEW / VINCENT BRAUD

PHOTOS / KRISTO POUR KOSTAR

Au bord de la grande bleue, le Anne de Bretagne est tourné vers le large. Avec deux étoiles dans son ciel. C’est là que Mathieu Guibert a posé son sac. L’enfant prodige a grandi. Revenu au pays après un tour de France des grandes tables.

Ce goût pour la cuisine, il remonte à quand ? n Autant que je me souvienne, j’ai toujours eu le goût de la cuisine. Je pense qu’il y avait, dans la cuisine familiale, des odeurs, des parfums… Lorsque j’ai pu, je suis parti pour le Lycée Sainte-Anne de Saint-Nazaire. Votre parcours, c’est un tour de France des grandes tables. Avec de grands chefs à leur tête. Quelles ont été les rencontres les plus marquantes ? n Elles ont toutes contribué à mon histoire, à ce que je suis aujourd’hui. Il y a eu d’abord Carcassonne puis l’épopée du Meurice aux côtés de Yannick Alléno. Tout semblait possible à l’époque.

On ne parlait pas encore de crise. Au Pavillon Ledoyen, ce fut une nouvelle aventure. Toutes ces expériences ont été belles mais, à Paris, on peut aussi perdre pied. Le Pays de Retz vous manquait ? n Non, d’ailleurs j’ai passé cinq belles années à Reims. J’y ai découvert une belle maison (ndlr Le Domaine des Crayères) mais aussi Philippe Mille. Un technicien remarquable avec ce côté humain qui, pour moi, est essentiel. Bien sûr, il y a un chef en cuisine mais c’est une équipe qui gagne. Comme lorsque je jouais dans le club de foot de La PlainePréfailles.

PA G E 0 2 5

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

K  T

S R


K  T

S R

C H E F, O U I C H E F

temps, une identité assez proche. Leur insertion dans leur territoire et, sur le plan humain, quelque chose de très doux. Tous deux sont des Relais et Châteaux. Ils sont différents dans leur décor mais on peut aimer à la fois le Château de Versailles et le Centre Pompidou. Quand on arrive à la barre d’une maison comme celle-ci, on a tout de même des envies ? n D’abord il ne faut pas changer ce qui fonctionne. Philippe et Michèle Vételé m’ont en quelque sorte adoubé et j’espère qu’aujourd’hui ils sont fiers de moi. Je suis de cette région. J’ai envie de lui rendre ce qu’elle m’a donné. On sait d’où viennent les asperges et les légumes, le beurre et les fromages, les volailles qui sont à la carte…

2016, c’est le retour au pays et la reprise d’une institution… n C’est le mot. Nous avons beaucoup discuté avec Philippe et Michèle Vételé. Depuis l’enfance, je connaissais leur maison. On allait au Anne de Bretagne, on n’allait pas déjeuner et dîner chez Philippe Vételé. Ils ont toujours considéré que l’institution était plus forte que leur nom. Et je partage cette analyse. Reprendre une institution, c’est reprendre un cadre bien sûr mais aussi des habitués… n C’est vrai. J’ai beaucoup de respect pour cette maison. Vous vous rendez compte, un deux étoilés Michelin à La Plaine-sur-Mer en 2010… C’est le résultat d’un talent bien sûr mais aussi d’efforts quotidiens. C’est un travail de 38 ans qu’il faut saluer dans un métier où le relâchement est interdit. Le Domaine des Crayères, c’est un monument en Champagne. Un château, des boiseries, des tapisseries… Le Anne de Bretagne, c’est très différent… n Il y a deux maisons, deux entités mais, en même PA G E 0 2 6

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

C’est pour céder à l’air du temps ? n Bocuse disait “il n’y a pas de grande cuisine sans grands produits”. Quand on est restaurateur, on est passeur. Le produit vient d’un maraîcher, d’un éleveur… Pour moi, c’est une question de cohérence. Je suis fils d’agriculteur. Je sais le juste prix des choses. Se fournir le plus souvent auprès des producteurs de la région, c’est soutenir une filière de qualité. Les gens ne viennent pas au Anne de Bretagne pour les paillettes. Ils viennent pour être émerveillés. Par le décor de la côte mais aussi pour le goût des produits que, parfois, ils redécouvrent. Quelle serait la couleur de votre cuisine ? n La couleur des saisons avec de l’asperge et des framboises en ce moment. C’est aussi une cuisine qui respire l’air du large. Iodée bien sûr avec des langoustines, du turbot ou de la sole. Et puis, on peut aussi s’offrir une balade en semaine : entrée, plat, dessert pour 39 euros. Le temps d’un dîner, on vous retrouve à Nantes en secret ou presque (*). C’est un dîner 4 étoiles ? n Nous en avons deux chacun (rire). Plus sérieusement, ce dîner, dans le cadre du Voyage à Nantes, c’est une façon de montrer ce que je fais à La Plainesur-Mer mais c’est aussi le plaisir de retrouver Philippe Mille… Tous deux, nous pensons que la gastronomie n’est pas réservée à une élite. On peut casser les codes sans renoncer à offrir le meilleur. n

(*) Le lundi 2 juillet, dans le cadre des dîners secrets, Mathieu Guibert et Philippe Mille sont les invités du Voyage à Nantes. ANNE DE BRETAGNE LA PLAINE-SUR-MER (44).


7 RUE SCRIBE NANTES 02 40 69 32 57

C OLLIAUX OPTIC IENS , 1 1 R UE MAR ÉC HAL

14 RUE BOILEAU 0 2 ÉC 9 9HAL 7 8 JOFFR 2 4 6 6E, W HAN C OLLIAUX OPTIC IENS , 1 1 R UE MAR 3 5W 0 0W.C 0 R ENN NANTES 2 9C 9JOFFR 7 8 2E, 4 6 W.C, HANTALC OLLIAUX .FRJOFFR E, CO LLIA U X O P T ICIE N S, 1 1 RUE MAR ÉC0HAL 36 5 0 0W 0W RIENS ENNES OLLIAUX OPTIC 1 1 R UE MAR ÉC HAL 02 40 48 64 01 0 2 9 9 7 8 2 4 6 6 W W W.C HANTALC OLLIAUX 0 2 .FR 9 9 7 8 2 4 6 6 W W W.C HANTALC OLLIA MEMBRE DU LABEL EYE-LIKE

WWW.COLLIAUX-OPTICIENS.FR CO L L IA U X O P T ICIENS, 11 R UE M AR É C HAL JO FFR E , 35000 R E NNE S OP-RS15-WRK122_Colliaux__165x230.indd 1 02 99 78 24 66 WWW.C HANTALC OLLIAUX.FR


l’art de vous rendre unique

Retrouvez-nous sur facebook ! www.optiqueleprovost.com

Š EloA & Anne Vanwynsberghe

6 Rue de Budapest, 44000 Nantes 02 40 48 63 65


À la conquête des musées et des patrimoines finistériens

34

MUSÉES & SITES

passeport.culturel.finistere.fr

Conception

Avec le Passeport culturel, votre curiosité est récompensée : des entrées à tarif réduit et même des entrées gratuites.


VILLE DE SAINT-MALO

© KENGO KUMA & ASSOCIATES

RÉDACTEURS DU CAHIER CULTURES VINCENT BRAUD, MATTHIEU CHAUVEAU, ANTONIN DRUART, DAVID LECERF, BARBARA LE GUILLOU, PATRICK THIBAULT

Musée haut ! Saint-Malo a osé. La cité corsaire a choisi d’investir dans un de ces nouveaux musées qui font courir les foules. À l’image du Mucem à Marseille, des Confluences à Lyon, d’aan de Stroom à Anvers, elle a retenu l’architecte japonais Kengo Kuma. Il va édifier sur les quais le MHM-Musée d’Histoire Maritime. La structure qui comprend trois blocs décalés en zinc, bois et verre s’annonce somptueuse sur 35 mètres de haut et 4 800 m2. Ouverture prévue en 2022. n PA G E 0 3 0

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


K  T

ACTUS

Mont et merveilles

BRETONNES © CHARLES FREGER

Nantes, Rennes, Saint-Nazaire et Saint-Malo savent qu’elles peuvent s’appuyer sur leurs patrimoines, historique et contemporain. Elles s’associent et créent un parcours culturel à enrichir avec l’ambition de communiquer auprès des touristes internationaux. Pour cela, le sésame tient en deux mots : Bretagne et Mont-Saint-Michel. Un pass permet la visite gratuite de nombreux musées et expos. Et l’itinéraire révèle quelques surprises à Saint-Malo-de-Guersac, Fégréac, Hédé-Bazouges, Bécherel, Dinan ou Plouër-sur-Rance. n TRAVERSÉE MODERNE D’UN VIEUX PAYS VOYAGE-EN-BRETAGNE.COM

Sud ouest SAISON SECHE - CIE NON NOVA © JEAN-LUC BEAUJAULT

L’Ouest est particulièrement bien représenté au Festival d’Avignon 2018. Honneur suprême pour Thomas Joly, nouvel artiste associé du Grand T, qui se voit offrir la cour d’honneur du Palais des papes pour monter Thyeste de Sénèque (6 au 15 juillet). Chloé Dabert crée Iphigénie de Racine au Cloître des Carmes. On retrouve la Morlaisienne Madeleine Louarn avec Le Grand Théâtre d’Oklahama de Kafka qu’elle conçoit comme d’habitude avec des acteurs en sitiuation de handicap (7 au 12 à Vedène). La Nantaise Phia Ménard de Non Nova lui succédera dans la même salle pour la création de Saison sèche (17 au 24). Dans le off, beaucoup de compagnies un peu partout. Les Pays de la Loire réinvestissent le Grenier à Sel rebaptisé Ardenome avec 7 compagnies (TRPL, Kokeshi, Dix par Dix, Fracs, Collectif citron…). n FESTIVAL D’AVIGNON, 6 AU 28 JUILLET. PA G E 0 3 1

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

S R


PA G E 0 3 2

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

L’été est, dans l’Ouest, la belle saison de l’art contemporain. Au-delà de la programmation des villes tout au long de l’année, c’est chaque fois une formidable occasion de prendre la clé des champs. n Bien sûr, il y a d'abord l’événement international que constitue Debout !, l’exposition d’œuvres de la Collection Pinault au Couvent des Jacobins à Rennes. La Cité des Ducs remet le couvert d’un Voyage à Nantes décalé. À la pointe de la Bretagne, les Capucins présentent une monumentale exposition consacrée à l’immense sculpteur Henry Moore. n Il faut aussi s’attarder au Domaine de Kerguehennec, traverser l’Art dans les Chapelles, se poser à La Gacilly, faire escale à Saint-Nazaire, revenir à Rennes puis Nantes pour suivre la Loire jusqu’à Fontevraud en passant par Angers. Repartir en Mayenne avant de regagner la mer. À Dinard ou aux Sables d’Olonne. Nous vous promettons de belles émotions. DOSSIER RÉALISÉ PAR ANTONIN DRUART ET PATRICK THIBAULT

HENRY MOORE, RECLINING FIGURE, 1982 - PHOTO HENRY MOORE ARCHIVE

PA G E 0 3 3

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

K  T

S R


S R

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

HENRY TAYLOR, "NO CHICKEN PLEASE, "WE'RE BORN AGAIN / VEGAN.", 2011-2013 196,2 X 285,75 CM © HENRY TAYLOR / COURTESY DE L’ARTISTE ET DE BLUM & POE, LOS ANGELES/NEW YORK/TOKYO / PINAULT COLLECTION

K  T

L’art en résistance Le temps d’un été, Rennes, c'est un peu Venise. Debout !, l’exposition d’œuvres de la collection Pinault dans son nouveau centre de congrès au Couvent des Jacobins, s’impose comme l’événement incontournable. Chacune des œuvres invite le visiteur à se tenir debout face à l’adversité du monde. Rennes ne pouvait rêver mieux pour affirmer son engagement en faveur de l’art contemporain. La capitale bretonne a de quoi être fière d’accueillir cette exposition exceptionnelle d’œuvres de la Collection Pinault. Comme un air de Palazzo Grassi et de Punto della Dogana au cœur du Couvent des Jacobins rénové. Un lieu chargé d’Histoire qui se prête merveilleusement au dialogue avec les œuvres d’artistes d’aujourd’hui. n « Debout ! présente des œuvres qui expriment notre capacité à affronter une réalité de plus en plus complexe et difficile », explique François Pinault avant d’ajouter : « Le parcours proposé tend à influencer explicitement et implicitement la perception du monde qui nous entoure, et nous interroge sur le sens des combats que nous menons. » n De fait, l’exposition est constituée d’œuvres qui ont toutes été

PA G E 0 3 4

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

produites « en réaction à l’un de ces événements qui changent le cours d’une vie ou de l’humanité », note Caroline Bourgeois, commissaire de l’exposition. La sculpture beaucoup, la peinture mais aussi la vidéo sont présentes. Du Cri d’Adel Abdessemed à Lynette YadomBoakye, en passant par Maurizio Cattelan, Danh Vo, Henry Taylor, Bertrand Lavier ou Thomas Schütte, les œuvres sont éminemment politiques. Elles évoquent la condition humaine, les soubresauts du monde, le poids de l’Histoire, de la colonisation, de l’exil. Face à la cruauté et à la barbarie du monde, certains sont agenouillés, d’autres courent mais tous tenteront de se lever pour résister. n UNE EXPOSITION DE LA COLLECTION PINAULT, 35 DEBOUT ! COUVENT DES JACOBINS ET MUSÉE DES BEAUX-ARTS (TATIANA TROUVÉ), RENNES, 23 JUIN AU 9 SEPTEMBRE.


Expositions

1.07 4.11.2018

Création : David Yven — Levi van Veluw, La Relativité de la matière (détail), 2015

Levi van Veluw

BIGNAN (56) ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE WWW.KERGUEHENNEC.FR

Roland

Cognet Marc

Couturier

Tal Coat / Edmond Quinche


DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

#Balance ton corps « Échoue encore, échoue mieux. » Cette citation de Samuel Beckett, pourtant dénoyautée de son sens premier au point de se retrouver tatouée sur le bras d'un tennisman suisse, colle bien au travail de Vincent Gicquel. D'ailleurs, les personnages qui peuplent ses aquarelles, satyres imberbes et ventripotents, ahuris tripotant du vent, muqueuses à l'air, erreraient à merveille dans les pièces absurdes du dramarturge irlandais. Ses suintantes saynètes tragicomiques (inédites) sont exposées dans le cadre de l'exposition Debout ! de la Collection Pinault. n GICQUEL, 35 VINCENT C’EST PAS GRAVE, LA CRIÉE, RENNES, 23 JUIN AU 26 AOÛT.

YVAN SALOMONE / MISERICORDE

S R

VINCENT GICQUEL, C’EST PAS GRAVE #1, AQUARELLE SUR PAPIER, 110 X 75 CM, 2018 PRODUCTION : LA CRIÉE CENTRE D'ART CONTEMPORAIN, RENNES. COURTESY DE L’ARTISTE ET DE LA GALERIE THOMAS BERNARD - CORTEX ATHLETICO, PARIS PHOTO : REBECCA FANUELE

K  T

À croire réel Obsolète l'aquarelle ? Surannées les marines ? Surtout pas. La preuve en six syllabes : Yvan Salomone ! Autres chiffres : peintre depuis 30 ans, aquarelliste depuis 1991, plus de 700 toiles au compteur, un seul format (133x97cm), au service d'un seul sujet ou presque : les zones portuaires et/ou industrielles. C’est un important travail exempt de monotonie, une infinité de nuances et de profondes impressions. Un paradigme artificiel articulant ces paysages de bord de mer possédant la puissance de certains Edward Hopper : ceux dont l'humain est manquant. Un panorama captivant auquel il faut ajouter les noms de Laffiché, Dean et Sekula. n 35 PA G E 0 3 6

K O S TA R

YVAN SALOMONE, DÉLUGE & RETRAIT, FRAC BRETAGNE, RENNES, 15 JUIN AU 26 AOÛT. SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018



S R

© HANNA MARIA OGRABISZ-KRAWLEC

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

Liens aériens S'il existe un cahier des charges de l'artiste contemporain, sûr et certain que les notions d'occupation de l'espace (d'exposition) et de questionnement de l'environnement figurent en bonne place sur celui de 2018. Hanna Maria Ograbisz-Krawlec remplit bien sa mission, avec ses modules transparents qui investissent la Chapelle. On taquine, évidemment, mais le résultat s'annonce stupéfiant. n 35

H.M. OGRABISZ-KRAWIEC, À PROPOS DE RIEN, LES 3 CHA, CHÂTEAUGIRON, 7 JUILLET AU 16 SEPTEMBRE.

Mont saint Miquel Autre étalon talentueux de l'écurie Pinault, le Catalan Miquel Mont fait montre d'une profonde réflexion sur la peinture, sa matérialité, son accessibilité, ses formes, ses limites, ses influences... Comme l'exprime une de ses œuvres, semblant parler pour lui à propos d'elle (la peinture, vous suivez ?) : « Je pense à elle tout le temps. » (même en se rasant ?) Pour l'artothèque, l'obsessionnel créatif monte une exposition axée sur une diagonale qui interroge l'espace de monstration, des murs de crépi aux cimaises, en passant par les radiateurs. n

© MIQUEL MONT / MONO TONE V SUNOL

K  T

MONT, TRACES ET 35 MIQUEL AFFECTS, ARTOTHÈQUE, VITRÉ, 2 JUIN AU 16 SEPTEMBRE. PA G E 0 3 8

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


© Direction de la Communication et du Rayonnement / Ville d’Angers - Angers Loire Métropole - Graphisme : Vincent Menu / Le Jardin Graphique - 2018


S R

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

Doisneau de passage Que Paris est beau, enchanté par Doisneau. Jeux d'enfants, amours contrastés, amis artistes pas tristes, mannequins dans Vogue… tout un univers à la Prévert, pas narcissique pour un sou. Une centaine de clichés, des plus clichés aux moins connus, un panorama des cités, de Gentilly à SaintDenis, sont à retrouver ainsi qu'une projection, des conférences et des ateliers. n

© ATELIER ROBERT DOISNEAU - LES VINGT ANS DE JOSETTE, GENTILLY 1947

K  T

35 ROBERT DOISNEAU, VILLA LES ROCHES BRUNS, DINARD, 16 JUIN AU 30 SEPTEMBRE.

et aussi 35 PHILIPPE COGNÉE, GALERIE ONIRIS, RENNES, 30 JUIN AU 22 SEPTEMBRE.

PARC DES SCULPTURES, CHÂTEAU, PIRÉ-SUR-SEICHE, TOUTE L’ANNÉE.

BENOÎT-MARIE MORICEAU, THE RELATIVE SIZE OF THINGS AND THE VERTIGO OF INFINITÉ, LES CHAMPS LIBRES, RENNES, 16 JUIN AU 4 NOVEMBRE.

JULIE GIRAUD, MOTELS, L’APPARTÉ, IFFENDIC, 6 JUILLET AU 26 AOÛT.

COLLECTION #6, ŒUVRES DU FONDS COMMUNAL D’ART CONTEMPORAIN DE LA VILLE DE RENNES : MAËLLE DE COUX, EDIE, FABIENNE HOUZÉRICARD, GWÉNAËLLE RÉBILLARD, WAR, ORANGERIE DU PARC DU THABOR, RENNES, 9 JUIN AU 19 AOÛT. MARIELLE CHABAL, AS FREE AS ONES COULD CLAIM, 40MCUBE, RENNES, 18 MAI AU 21 JUILLET. CONSTRUIRE UNE COLLECTION, MUSÉE DES BEAUX-ARTS, RENNES, 27 JUIN AU 26 AOÛT. GUI LE QUERREC, COULEURS D’IMAGES, LES CHAMPS LIBRES, RENNES, 19 MAI AU 26 AOÛT.

PA G E 0 4 0

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

BEAUX JOURS 2018, LE VILLAGE, BAZOUGESLA-PÉROUSE, 17 JUIN AU 26 AOÛT. RODOLPHE ALEXIS, LE COURANT DES CHOSES, LE SÉMAPHORE, CANCALE, 15 JUIN AU 31 AOÛT. EVA TAULOIS, DES RELIEFS NETS AUX OMBRES VIVES, FRAC BRETAGNE, PRESBYTÈRE, SAINT-BRIAC-SUR-MER, 8 JUILLET AU 2 SEPTEMBRE. LE JARDIN DES ARTS, PARC D’AR MILIN’, CHÂTEAUBOURG, 1ER MAI AU 16 SEPTEMBRE. FLORA MOSCOVIVI, CERTAINES PEINTURES SE PROMÈNENT, PARCOURS ARTISTIQUE DE DINAN À LÉHON (CÔTES D’ARMOR), 7 JUILLET AU 30 SEPTEMBRE.


*

*

01 juin – 02 sept. 2018

Musée d’arts de Nantes - Nantes Métropole - 2018

It becomes your experience

Cela devient votre expérience

james turrell museedartsdenantes.fr


S R

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

ÉLOGE DU PAS DE CÔTÉ, PHILIPPE RAMETTE © MARC DOMAGE

K  T

CULTIVER L’ART EN CE JARDIN Après une édition 2017 en demi-teinte, Le Voyage à Nantes espère renouer avec le décalage en imposant la singularité au cœur de la ville. La méthode, cultiver l’art là où on ne l’attend pas. Moins spectaculaire au premier abord, la démarche de Philippe Ramette – qui illustre l’affiche de l’événement – doit pourtant surprendre place du Bouffay. Un pied sur le socle et l’autre en suspension, sa statue en bronze interroge la représentation du monde. L’image est à rapprocher de la caravane dans le vide installée sur le toit de l’école d’architecture par Block Architectes qui met par ailleurs en scène à l’intérieur sa conception de l’architecture depuis 18 ans. n Du hors cadre, il y en a encore avec ce détournement de la fontaine de la place Royale par Michel Blazy. Après sa participation remarquée à la dernière Biennale de Venise où il faisait pousser des plantes dans des chaussures de sport, Blazy crée son Last garden, un écosystème à PA G E 0 4 2

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

l’intérieur du Temple du Goût. Jardin toujours, ou plus exactement Jungle intérieure, avec cette découverte hallucinante de l’espace colonisé par Evor sur la façade de son immeuble et les toits du passage Bouchaud. n Nature encore avec Céleste Boursier-Mougenot qui investit la HAB Galerie en composant un paysage total mêlant le végétal et les oiseaux à ses instruments de musique. Un dispositif immersif à rapprocher de l’étrange univers composé dans les sous sols du Carré Feydeau par Daniel Firman qui se joue de l’obscurité du lieu avec son jardin de sculptures lumineuses ou sonores. Tout ça avant d’allumer le feu. n 44

LE VOYAGE À NANTES, 30 JUIN AU 26 AOÛT.


K  T

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

EVOR, nature humaine L’artiste nantais est doublement à l’honneur avec le Voyage à Nantes. Particules est une exposition collective dans laquelle il invite des artistes à l’Atelier et Jungle intérieure, la découverte de son jardin aménagé sur la façade et les toits de son immeuble en plein centre-ville. Deux manières d’entrer dans son univers. D’où vient cette envie de coloniser les toits de la cour de votre immeuble ? n C’est une pulsion irrépressible. Je viens de la campagne et j’avais besoin de la nature en ville. Si elle est encore plus primordiale aujourd’hui, la conscience écologique est centrale dans ma pensée depuis l’enfance.

Qu’est-ce que vous aimez dans les plantes ? n Leur déploiement dans l’espace, c’est une présence sculpturale. Peut-on dire qu’il y a deux jardins Evor au programme du Voyage à Nantes ? n Particules est plus une promenade dans un appartement fantasmé avec des accrochages et rapprochements libres comme chez moi. C’est une promenade. Et Jungle intérieure, une folie douce, le parallèle de mon esprit.

© EVOR

Ce jardin baptisé Jungle intérieure, est-ce que c’est une œuvre ? n Non car je ne l’ai pas dessiné. Il est en constante évolution avec mes nouvelles collectes. Le terme jardin est simple et noble, il se suffit à lui-même. Ça n’est pas une œuvre végétale. Un jardin d’artiste mais pas plus. Dans les deux cas, il y a cette envie du partage… n Ce jardin est très intime mais je le partage volontiers. J’oriente même les plantes pour que les voisins aient une bonne perspective. Dès qu’on parle jardin, on entre dans un autre rapport au temps. Il est urgent de rappeler qu’il faut prendre le temps de ne rien faire, jardiner ou regarder une plante. n PARTICULES L'ATELIER, NANTES 44 EVOR, JUNGLE INTÉRIEURE PASSAGE BOUCHAUD, NANTES 30 JUIN AU 26 AOÛT.

ZAO DAO (29X42CM)

Pan d’Histoire(s) Si le manga a pris place dans notre vie, on n’en connaît le plus souvent que la partie japonaise qui éclipse le reste de la BD asiatique. L’originalité de l’exposition du lieu unique tient au fait qu’elle explore la totalité de ce continent qu’on appelle la Mangasie. On y découvre des planches originales et volumes qui, pour la plupart, n’ont jamais quitté leur pays. On découvre et comprend le poids du passé, les influences et interconnections et le poids de la BD asiatique sur la sphère politique. L’approche se fait aussi parfois plus intimiste et plus sensible avant de voir comment la BD asiatique interagit avec toutes les autres formes d’expression. n 44

MANGASIA, MERVEILLES DE LA BANDE DESSINÉE D’ASIE, LE LIEU UNIQUE, NANTES, 30 JUIN AU 16 SEPTEMBRE. PA G E 0 4 3

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

S R


S R

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

CROQUIS TRANSFERT © PICK UP PRODUCTION

Transfert de fond Après ses participations toujours réussies lors du Voyage à Nantes, Pick Up Production s’implique dans un projet démesuré sur le long terme. Il s’agit d’ériger une cité nouvelle sur 3 hectares du site des anciens abattoirs à Rezé. Des containers ont pris place, le Remorqueur est arrivé… Côté visuel, on retrouve des propositions hautes en couleur avec notamment Toto Black qui revisite l’univers forain et les stations balnéaires. Cette ville utopique à construire sur 4 ans devient un lieu de vie. Elle accueille concerts et spectacles tout au long de l’été. Si Transfert a tout à faire et inventer, il entend s’imposer d’entrée comme le nouveau lieu décoiffant de Nantes. n 44

TRANSFERT, SITE DES ANCIENS ABATTOIRS, RUE ABBÉ GRÉGOIRE, REZÉ, 1ER JUILLET AU 8 SEPTEMBRE.

En clair obscur

JAMES TURRELL, AWAKENING, 2006 © COURTESY FUNDACIÓN ALMINE Y BERNARD RUIZ-PICASSO PARA EL ARTE / JAMES TURRELL.

K  T

PA G E 0 4 4

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

James Turrell occupe, durant l’été, le patio du Musée d’arts de Nantes. Un an après Susanna Fritscher qui avait eu l’honneur de la réouverture, c’est à nouveau de lumière dont il est question. Alors que Rien que de l’air, de la lumière et du temps invitait à une déambulation labyrinthique et ludique, l’œuvre de Turrell se découvre, elle, en plusieurs séquences : des gravures, un étonnant projet autour du Cratère de Roden et deux espaces immersifs. Ces derniers en dérouteront plus d’un. La lumière de James Turrell se révèle en effet… dans le noir. “La perception est le sujet…”, nous prévient d’emblée l’artiste. Et il a raison. Plus qu’une expo, voilà bien une “expérience” à vivre. Sans a priori. En trois temps et plusieurs mouvements. n 44

JAMES TURRELL, MUSÉE D’ARTS, NANTES, JUSQU’AU 2 SEPTEMBRE.


T RRI OI ES Un programme de transmission, recherche, création et diffusion porté par les centres d’art contemporain Passerelle, Brest et La Criée, Rennes.

Passerelle centre d’art contemporain et Lannion-Trégor communauté présentent

La Criée centre d’art contemporain et Les Ateliers du Plessix-Madeuc présentent

Yoan Sorin

Flora Moscovici

Chronique d’une journée ordinaire

Certaines peintures se promènent

avec Colombe Marcasiano, Dana Michel et Florian Sumi Résidence de recherche et création au domaine départemental du Dourven, Côtes-d’Armor du 1er au 24 juillet 2018

Parcours artistique de Dinan à Léhon, Côtes-d’Armor du 7 juillet au 30 septembre 2018

photo : Flora Moscovici

Et ensuite...

Rendez-vous au Festival d’art de l’Estran, les 22 & 23 septembre 2018 avec Colombe Marcasiano, Benoît-Marie Moriceau et l’ Atelier des publics de Passerelle

www.cac-passerelle.com

7 juillet 2018 à partir de 14h Promenade artistique au départ du Musée Yvonne Jean-Haffen, Dinan avec Flora Moscovici, Augustin Grenèche, Etienne Leroy, Amélie Lucas-Gary et Lina Schlageter

www.criee.org

@territoiresextra


S R

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

KRIJN DE KONING, VUE DE L’EXPOSITION DES VOLUMES ET DES VIDES, 2018 PRODUCTION LIFE – VILLE DE SAINT-NAZAIRE, PROGRAMMATION HORS LES MURS DU GRAND CAFÉ – CENTRE D’ART CONTEMPORAIN, SAINT-NAZAIRE / PHOTOGRAPHE MARC DOMAGE

K  T

Singulier pluriel Pour les 20 ans du Grand Café, le centre d’art investit à nouveau le Life avec une de ces installations qui l’habitent. L’artiste néerlandais a construit un labyrinthe de bois coloré qui joue sur la perception de l’espace. Cette construction à l’échelle 1 brouille les pistes en permanence. On ne sait jamais si on est à l’intérieur ou à l’extérieur, dans le réel ou dans la fiction. Un jeu de construction/déconstruction qui enchante tous les publics. Le Grand Café, lui, présente une proposition de Francisco Tropa qui habite étrangement le lieu. n 44

KRIJN DE KONING, DES VOLUMES ET DES VIDES, LIFE, SAINT-NAZAIRE ; FRANCISCO TOPA, LA MOUSTACHE CACHÉE DANS LA BARBE, LE GRAND CAFÉ, SAINT-NAZAIRE, 2 JUIN AU 23 SEPTEMBRE.

et aussi 44 NOUS LES APPELONS VIKINGS, CHÂTEAU DES DUCS DE BRETAGNE, NANTES, 16 JUIN AU 18 NOVEMBRE. NAMSBORG, DES VIKINGS À NANTES, LE CHRONOGRAPHE, REZÉ, 30 JUIN AU 6 JANVIER. ALAIN DECLERCQ, GALERIE PARADISE, NANTES, 20 JUIN AU 21 JUILLET. LAURENT TIXADOR, POTAGER, PARVIS DU MUSÉE D’ARTS, NANTES, JUSQU’AU 4 NOVEMBRE. PIERRE-JEAN GILOUX, INVISIBLE CITIES, ZOO GALERIE, NANTES, 28 JUIN AU 28 JUILLET. CIRCULATION(S), LA CALE 2 CRÉATEURS, NANTES, 30 JUIN AU 26 AOÛT. JOHAN LE GUILLERM, ATTRACTION, JARDIN DES PLANTES, NANTES, 16 JUIN À FIN OCTOBRE.

PA G E 0 4 6

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

ARMEN ELOYAN, FRAC DES PAYS DE LA LOIRE, CARQUEFOU, 23 JUIN AU 7 OCTOBRE. INSTANTANÉ (97) MARIKO FURUICHI, KAKI KUKEKO, FRAC DES PAYS DE LA LOIRE, CARQUEFOU, 23 JUIN AU 7 OCTOBRE. ESTUAIRE, PARCOURS D’ART CONTEMPORAIN, DE NANTES À SAINT-NAZAIRE, TOUTE L’ANNÉE. LANDES’ART 2018, EXPOSITION RANDONNÉE, NOTRE-DAME-DES-LANDES, 24 JUIN AU 30 SEPTEMBRE. BRETONNES, PHOTOGRAPHIES DE CHARLES FRÉGER, MUSÉE DES MARAIS SALANTS, BATZ-SUR-MER, 17 JUIN AU 30 SEPTEMBRE. ANTOINE BIROT, LA NÉCESSITÉ D’AVANCER, CHAPELLE DES URSULINES, ANCENIS, 30 JUIN AU 30 SEPTEMBRE.


ALAIN SÉCHAS

Crêpe, 2017, acrylique sur toile, 162 x 130 cm © Yann Bohac

MUSÉE DE L’ABBAYE SAINTE-CROIX - LES SABLES D’OLONNE

Renseignements 02.51.32.01.16 www.lemasc.fr

Passe-temps

10 JUIN – 23 SEPTEMBRE 2018


DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

TELLAS © CHRISTOPHE MARTIN

S R

Angers Street art Angers l’été, c’est aussi un parcours artistique urbain. Un circuit en centre-ville qui permet de rencontrer l’art au détour d’un coin de rue. Cette nouvelle édition fait écho à l’exposition La Grande Parade des animaux et traite donc la thématique du bestiaire. On retrouve les interventions des artistes Daniel Muñoz (48 rue du Mail), Hitnes (42 rue du Cornet et place du Pilori) et Tellas (13 rue de l’Espine), alors que le Parisien Eltono habille les rames du tramway. Rue Plantagenêt et place Maurice-Saillant, on découvre deux panneaux artistiques libres sur lesquels s’expriment en live 4 artistes avec la participation du public (5 et 26/07, 23/08), avant de rejoindre le travail des graffeurs sur les PAL’issades de chantier boulevard Ayrault et au Jardin des Plantes. n 49

ÉCHAPPÉES D’ART, PARCOURS ARTISTIQUE URBAIN, ANGERS, 7 JUIN AU 16 SEPTEMBRE.

TRÉLAZÉ. HALLE DE L’ANCIENNE MANUFACTURE D’ALLUMETTES. BRUNO ROUSSEAU, 2008. © DPT 49

K  T

Fabrique d’un patrimoine Escale photo bienvenue à Angers avec cette plongée dans 50 ans d’Inventaire photographique en Anjou. Une sélection parmi 130 000 clichés, réalisée comme une collection de regards qui témoignent, décrivent, étudient, analysent et toujours nous transportent. Du plus noble au plus simple ! n 49 PATRIMOINES RÉVÉLÉS, COLLÉGIALE SAINT-MARTIN, ANGERS, 29 JUIN AU 16 SEPTEMBRE. PA G E 0 4 8

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


exposition du 15 juin au 26 août 2018

0319_0499 _safetycatch (détail) © Yvan Salomone/ADAGP, Paris 2018

Yvan Salomone Déluge & retrait


S R

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

Résidences plurielles Outre les œuvres de François Morellet et Claude Lévêque qui dialoguent avec le patrimoine, l’Abbaye royale de Fontevraud demeure un lieu de résidence et de création pour les artistes contemporains. Lauréate 2018 de la Résidence Ackerman + Fontevraud La Scène, l’artiste Séverine Hubart associe minéral et végétal dans une installation monumentale qui a pris place salle des Colonnes des caves Ackerman. À Fontevraud, elle a imaginé avec le chef Thibaut Ruggeri, Bonne continuation, un jardin aménagé au cœur du cloître du restaurant. Mathieu Archambault, jeune artiste angevin prometteur a conçu l’installation hybride Cheval, cheval, cheval, ni oui ni non. Élodie Boutry, elle, surprend le promeneur avec Sous-bois, une succession de sculptures à facettes colorées. Enfin, on retrouve L’Omniprésence des possibles de Vincent Mauger et La Crypte des effraies de Julien Salaud. n

CHEVAL CHEVAL- MATTHIEU ARCHAMBAULT © LEONARD DE SERRE-MGA

K  T

ARCHAMBAULT, 49 MATHIEU ÉLODIE BOUTRY, SÉVERINE HUBART, CLAUDE LÉVÊQUE, FRANÇOIS MORELLET, JULIEN SALAUD, ABBAYE ROYALE, FONTEVRAUD, TOUTE L’ANNÉE 2018.

et aussi 49 LA GRANDE PARADE DES ANIMAUX, MUSÉE DES BEAUX-ARTS, ANGERS, 18 MAI AU 26 AOÛT.

FRANÇOIS-XAVIER ALEXANDRE, FX IN SITU, GRAND THÉÂTRE, ANGERS, 5 JUIN AU 16 SEPTEMBRE.

DONATION YVES MILLECAMPS, TAPISSERIES ANNÉES 60/70, MUSÉE JEAN LURÇAT, ANGERS, 3O JUIN AU 6 JANVIER.

ITINÉRAIRES D’ENFANCE, MUSÉE D’ART ET D’HISTOIRE, MUSÉE DU TEXTILE ET DE LA MODE, CHOLET, JUSQU’AU 18 NOVEMBRE.

RÉGIS PERRAY, LES PETITES FLEURS DE L’APOCALYPSE, ENCEINTE DU CHÂTEAU, ANGERS, JUIN À DÉCEMBRE. MAUD LC, CECI N’EST PAS UN NUAGE ! CLIMAT, LA NOUVELLE APOCALYPSE, CHÂTEAU, ANGERS, 1ER JUIN AU 4 SEPTEMBRE.

PA G E 0 5 0

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

SÉVERINE HUBART, VINCENT MAUGER, JULIEN SALAUD, CAVES ACKERMAN, SAINT-HILAIRE SAINT-FLORENT, SAUMUR, TOUTE L’ANNÉE.


CHOLET

rt et Musée d’A oire d’Hist

2018 Textile Musée du e od et de la M

culture.cholet.fr

EXPOSITION

30 JUIN 2018 > 6 JANVIER 2019

 V  N

lechronographe.fr Rezé

En collaboration avec le musée Dobrée.

Direction de la Communication - Ville de Cholet / AdC - juin 2018 Photo : Enfant à vélo, La Montagne (44), vers 1961-62, collection privée Photo : Enfant trotteur, 1936, collection privée

jusqu’aumbre 18 nove


S R

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

STEPHANE VIGNY - CHATEAU TOLES © MARC DOMAGE

Chapeau Gontier Cet été, Château-Gontier, ville fortifiée qui ne résista pourtant ni aux Anglais ni au retour de Conan II de Bretagne, se pare de ses plus beaux atours pour faire la cour à tout visiteur moins hostile qu'au Moyen Âge. Serait-ce pour rendre hommage à cette ancienne faillibilité que Stéphane Vigny y érige un château de cartes géant ? L'invasion du polisson collectif girondin Présence Panchounette au Musée a-t-elle vocation d'occupation ? Les avocatiers de Michel Blazy et les arbres à chat de Laurent Le Deunff chercheraient-ils à prendre racine dans la cité médiévale ? Dinahet laissera-t-il filtrer les sources de la Mayenne ? Réponses sur place. n 53

GONTIER RAMA, MICHEL BLAZY, MARCEL DINAHET, LAURENT LE DEUNFF, PRÉSENCE PANCHOUNETTE, STÉPHANE VIGNY, CHÂTEAU-GONTIER, 26 MAI AU 26 AOÛT.

Gobé englobe Tel la Grande Barrière de Corail (le plus grand animal vivant du monde), le travail de Jérémy Gobé, envahisseur de l'espace public, colonise tout sur son passage. Galeries, murs, façades, chaises et meubles anciens, l'écosystème textile mis en place par l'artiste boulotte toute matière, tricote un réseau mémoriel et tisse inlassablement des liens entre divers univers. n

et aussi 53 JÉRÉMY GOBÉ / DR

K  T

JÉRÉMY GOBÉ, 53 CENTRE D’ART CONTEMPORAIN, PONTMAIN, 30 JUIN AU 2 SEPTEMBRE. PA G E 0 5 2

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

AYANT POUSSÉ LA PORTE ÉTROITE QUI CHANCELLE, JE ME SUIS PROMENÉ DANS LE PETIT JARDIN - FRÉDÉRIC MALETTE ET LES ŒUVRES DE LA COLLECTION DU FRAC DES PAYS DE LA LOIRE, LA LOGE, CHANGÉ, 28 JUIN AU 2 AOÛT.


H.M. Ograbisz-Krawiec À propos de rien - Installation in situ

EXPOSITION 07/07 • 16/09

Retrouvez la programmation 2018 sur les3cha.fr Suivez-nous sur :

Expositions

2.6—23.9 2018

Entrées libres — grandcafe-saintnazaire.fr


S R

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

ROLAND COGNET / DR

Extension du domaine de l'hallu On le présente souvent comme fou et ce n'est peut-être pas faux. Levi van Veluw, le Hollandais modelant méticuleusement le réel aux contours des névroses de sa chambre d'enfants, fait voler en éclats nos repères sensoriels. Ici, ce sont 350 m2 de plongeon en immersion dans son cortex torturé, une succession de salles obscures, étalages de géométries compulsives, sombre état d'âme de destruction massive. Pour s'aérer les synapses après cette expérience, direction l'extérieur et les écuries où les œuvres de Roland Cognet dévoilent une symphonie des matières, une naturalité habitée, des rencontres incongrues entre animal, végétal et minéral. n 56

LEVI VAN VELUW-THE RELATIVITY OF MATTER ET ROLAND COGNET-QUAND À PEINE UN NUAGE, DOMAINE DE KERGUÉHENNEC, BIGNAN, 1ER JUILLET AU 4 NOVEMBRE.

Manteau de vision Sans ciller, la Gacilly redevient pour la 15e année consécutive une passerelle pour les visions passionnées, exposées à tous les regards. Cette année, l'atterrante interrogation, qui ne devrait pas avoir lieu d'être, La Terre en questions. Des paysages pulvérulents de l'Amérique de William Albert Allard aux vues de l'espace de Thomas Pesquet, tout sublime notre grande bleue pourtant maltraitée. n

© WILLIAM ALBERT ALLARD

K  T

FESTIVAL PHOTO LA GACILLY, 56 LA TERRE EN QUESTIONS, LA GACILLY, 2 JUIN AU 30 SEPTEMBRE. PA G E 0 5 4

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


Patrimoines révélés

50 ans d’Inventaire photographique en Anjou

Exposition visible du 2 juin au 16 septembre de 14h00 à 18h00 du jeudi au dimanche Tél. : 02 99 75 07 60 et 02 99 75 89 15

35 500 VITRÉ

Mentions : Miquel Mont, «Je pense à elle...», 2016, collage, 70 X 50 cm

Galerie de l’artothèque - Salle du Temple place Notre-Dame, 35500 Vitré

Photo : B. Rouseau / Conception graphique : M. Tertrin

Exposition du 29 juin au 16 sept. 2018 Collégiale Saint-Martin 23 rue Saint-Martin - Angers

ans 1968-2018

Inventaire du patrimoine en Anjou


S R

JEAN LE MOAL (1909-2007) - L’AUTOMNE, 1954 - HUILE SUR TOILE, H. 92 X L. 73 CM COLLECTION PARTICULIÈRE, PARIS © COURTESY GALERIE APPLICAT-PRAZAN, PARIS

DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

C'est bon pour Le Moal N'en déplaise à l'historien de l'art Maurice Brion, et contrairement à ce que son patronyme peut laisser croire, Jean Le Moal n'était pas un Breton pure souche. Certes, il fait ses armes picturales en peignant des paysages brestois, il réalise des vitraux pour les églises de Vannes ou encore celle de Saint-Melaine à Rennes, mais non, il n'était pas breton. Mais après tout, qui s'en soucie, tant l'œuvre est copieuse ? Le Moal, bourlingueur de première bourre, de l'Ardèche au Chili, copia des impressionnistes, s'essaya au cubisme, à la gravure, à la tapisserie, à la mosaïque, pour aboutir à une sorte de rigoureuse abstraction chatoyante et bigarrée, à dire vraie difficile à étiqueter. n JEAN LE MOAL, 29 MUSÉE DES BEAUX-ARTS, QUIMPER, 9 JUIN AU 17 SEPTEMBRE.

HENRY MOORE, THE ARCH, 1963-69 - PHOTO MICHEL MULLER

K  T

PA G E 0 5 6

L'ode à Moore Henry Moore et ses femmes alanguies, aux formes langoureuses glissant jusqu'à l'abstraction, qui viennent choir à Landerneau. De renommée internationale, le sculpteur du Yorkshire n'a pas toujours été prophète en son pays, la perfide Albion préférant bouder, dans un premier temps, ses productions. Inspirées aussi bien par la Renaissance que par les arts premiers, ses dessins et sculptures seront visibles même après la rentrée. n MOORE, FONDS HÉLÈNE & 29 HENRY ÉDOUARD LECLERC, LES CAPUCINS, LANDERNEAU, 10 JUIN AU 4 NOVEMBRE. K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

Alice in Summerland

TRACKS © SYLVAIN GRANJON

Malgré le fait qu'il soit écrit à l'origine par un excentrique de 33 ans pour charmer l'une des petites filles de 10 ans qu'il aimait photographier, le conte logistico-linguistique de Lewis Carroll fascine toujours autant. Preuve en est cette exposition qui rassemble un photographe familier des facettes de l'enfance (Sylvain Granjon), une plasticienne qui explore le sonore et le visuel au fil des phénomènes naturels (Cécile Beau) et un artiste qui s'échine à créer des chimères à partir d'animaux empaillés (Julien Salaud). De quoi faire revivre l'univers singulier de l'intriguant romancier et essayiste. n CÉCILE BEAU - SYLVAIN 85 ALICE… GRANJON - JULIEN SALAUD, SITE SAINT-SAUVEUR, ROCHESERVIÈRE, 10 JUILLET AU 16 SEPTEMBRE.

et aussi 29

56

MORGAN COURTOIS, IT’ ALL TIED UP IN A RAINBOW / DEUX SENS DU DÉCORATIF / LAURE MATHIEU, LA FLOTTE BLEUE, PASSERELLE, CENTRE D’ART CONTEMPORAIN, BREST, 2 JUIN AU 18 AOÛT.

L’ART DANS LES CHAPELLES, PAYS DE PONTIVY, VALLÉE DU BLAVET, 6 JUILLET AU 16 SEPTEMBRE.

LES PAYSAGES DE FRANÇOIS DILASSER, GALERIE DE ROHAN, LANDERNEAU, 9 JUIN AU 4 NOVEMBRE. LA TALISMAN DE PAUL SÉRUSIER, UNE PROPHÉTIE DE LA COULEUR, MUSÉE, PONT-AVEN, 30 JUIN AU 6 JANVIER. PONT-AVEN, BERCEAU DE LA MODERNITÉ, MUSÉE, PONT-AVEN, JUSQU’AU 6 JANVIER. LES ARTS À LA POINTE, CIRCUIT D’ART CONTEMPORAIN, PAYS DE DOUARNENEZ, CAP SIZUN, HAUT PAYS BIGOUDEN, 13 JUILLET AU 28 AOÛT.

ROBERT

DOISNEAU

ÉTANGS D’ART, 10 E BIENNALE D’ART DANS LA NATURE, PAYS DE BROCÉLIANDE, 2 JUIN AU 18 SEPTEMBRE. CONTEMPLATIONS, TABLEAUX DES ÉGLISES DE BRETAGNE, MUSÉE DES BEAUX-ARTS, VANNES, 17 FÉVRIER AU 30 SEPTEMBRE. L’ART CHEMIN FAISANT 20 E ÉDITION, BIFURQUER, ATELIER D’ESTIENNE, PONT-SCORFF, 17 JUIN AU 16 SEPTEMBRE.

85 HÉLÈNE GAUDY, ZONES BLANCHES-RÉCITS D’EXPLORATION, MUSÉE ET ESPACE CONTEMPORAIN DU CYEL, LA ROCHE-SUR-YON, 13 JUILLET AU 21 OCTOBRE. COQUECIGRUE, MUSÉE, FONTENAY-LE-COMTE, JUSQU’AU 23 SEPTEMBRE. PEDRO, L’AMER AVOIR, SALLE MARCEL BAUDOIN ET EN VILLE, SAINT-GILLES-CROIX-DEVIE, 16 JUIN AU 22 JUILLET. PEDRO, ÊTRE ENVIE, LA GÂTERIE, LA ROCHE-SUR-YON, 20 JUIN AU 4 AOÛT.

design graphique • © Atelier Robert Doisneau – N98 près de Sainte-Maxime 1959

ANATOMIE DU MUSÉE, MUSÉE DES BEAUX-ARTS, BREST, JUSQU’AU 16 SEPTEMBRE.

EXPOSITION

DINARD Villa Les Roches Brunes 16 juin / 30 septembre 2018

PA G E 0 5 7

K O S T label A R Culture SAISON 12 / NUMÉRO 61 Villa Les Roches Brunes

ÉTÉ 2018

K  T

S R


DOSSIER UN ÉTÉ DARE D'ART

Petite reine de Vendée Chaque année, l’Historial de Vendée a le chic pour croiser les genres dans des expositions grand public à fréquentation familiale. À l’occasion du départ du Tour de France en Vendée les 7 et 8 juillet, et pour célébrer les 200 ans du vélo, À bicyclette  ! présente la petite reine sous toutes les coutures. On y trouve même des œuvres de Fernand Léger et Picasso ! n BICYCLETTE !, 85 À HISTORIAL DE VENDÉE, LES LUCS-SUR-BOULOGNE, 18 MAI AU 26 AOÛT.

Félins possibles Que fait Alain Séchas ? La réponse est dans la question : Alain fait ses chats. Depuis les années 80, le plasticien fait naître et se fait maître de félins humanoïdes pas vraiment apprivoisables pour rendre compte des travers de l'humanité. Coutumier d'installations hybrides entre sculpture et multimédia, entre autres, il revient à l'aube des années 2010 à la peinture, délaissant même son animal totem pour initier une singulière abstraction. Mais les matous n'étaient pas loin, ronronnant aux coins des toiles, où ils s'invitent assez vite. Ces étapes picturales sont à l'honneur ici. n ALAIN SÉCHAS, PASSE-TEMPS, 85 MUSÉE DE L’ABBAYE SAINTE-CROIX, LES SABLES D’OLONNE, 10 JUIN AU 23 SEPTEMBRE. PA G E 0 5 8

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

NU AU PARASOL, 2017 - ACRYLIQUE SUR TOILE - 146 X 114 CM COURTESY DE L’ARTISTE ET GALERIE LAURENT GODIN © YANN BOHAC

S R

THE BICYCLE OF THE DAY : MARSEILLE, FRAC PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR (INV. 2011.720) © COLLECTION FRAC PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR / ADAGP, PARIS 2018

K  T


lele lieu unique lieu unique Quai Ferdinand Favre, Nantes Quai Ferdinand Favre, Nantes

La première exposition au monde sur l'histoire de la bande dessinée asiatique

              

30.6.18 16.9.18 le lieu unique Quai Ferdinand Favre, Nantes

30.6.18 16.9.18 le lieu unique

ANNONCE kostar 18 2.qxp_Mise en page 1 22/05/2018 13:56 Page1

JÉRÉMY GOBÉ EXPOSITION 1ER JUILLET > 2 SEPTEMBRE 2018 DU MERCREDI AU DIMANCHE DE 14H À 18H ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE FERMÉ LE 14 JUILLET, OUVERT LE 15 AOÛT

CENTRE D’ART CONTEMPORAIN PONTMAIN

8 BIS RUE DE LA GRANGE / 53220 PONTMAIN T/F 02 43 05 08 29 WWW.CENTREDARTPONTMAIN.FR

JÉRÉMY GOBÉ, LA LIBERTÉ GUIDANT LA LAINE © MARC DOMAGE

Quai Ferdinand Favre, Nantes

MANGASIA merveilles de la bande dessinée d’asie

Du Gu, Zao Dao, 2014, personnage de “Le Vent traversant les pins”. Ed. Mosquito, 2015


PA G E 0 6 0

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


par

pierrick sorin

LE TRAVAIL DU NANTAIS PIERRICK SORIN EST MONDIALEMENT CONNU. DEPUIS NOVEMBRE 2006, IL NOUS RACONTE SON QUOTIDIEN DE CRÉATEUR. SIGNÉ SORIN, NATURELLEMENT. PHOTOS / PIERRICK SORIN

Patatrac !… ou plutôt… Bong ! bang !… Le bruit m’a fait sursauter. Je me suis retourné et j’ai vu le 55 pouces vautré sur le sol. L’écran était posé en hauteur, sur un socle, en appui contre le mur et il a glissé… Peu de chance qu’il soit indemne. Les boules ! 690 euros, acheté il y a 15 jours… Le pire, c’est que j’en ai déjà niqué un, trois mois plus tôt. Je m’empresse de le brancher, pour voir… la dalle de cristaux liquides s’allume mais elle

« C’EST BIEN PRATIQUE D’ÊTRE ARTISTE : UN RATAGE, UN INCIDENT BANAL QUI NORMALEMENT EST CAUSE DE DÉSAGRÉMENT DEVIENT SOURCE D’INVENTION, DE PLAISIR. » affiche d’étranges taches de couleur… des lignes vertes, jaunes, rouges… Pas la peine de chercher plus loin : l’écran est bon pour la déchetterie. Quoique… Mes yeux s’attardent sur une construction lumineuse accidentelle : de fines lignes en cheveux d’ange créent un bel effet de verre brisé, une représentation d’impact. Mon désarroi laisse place à une certaine jovialité. Tout compte fait, la chute a engendré une image d’une qualité graphique indéniable. Le banal écran s’est changé en une peinture électronique, une composition abstraite dont la forme relève d’une esthé-

PHOTOMONTAGE / KARINE PAIN

tique plutôt flatteuse, un peu bourgeoise. En même temps, la nature high-tech du support et le process particulier de cette “création” (accidentel et destructeur) lui donne une assise conceptuelle qui peut légitimer son statut d’œuvre contemporaine. Je m’imagine déjà brisant à la chaîne moult téléviseurs Ultra-HD et les vendre “comme des petits pains” via quelques galeries parisiennes ou chinoises. Et puis, j’ai une assurance tous risques pour mon matériel, alors je pourrais même me faire rembourser les écrans en disant que j’ai pas fait exprès de les flinguer. Bon, on verra… Ce que je retiens surtout de cette petite histoire, c’est que c’est bien pratique d’être artiste : un ratage, un incident banal qui normalement est cause de désagrément devient source d’invention, de plaisir. Un peu d’eau renversée sur mon bureau, une tache d’huile sur le sol de ma cuisine… et des rêves de sculptures s’animent au creux de mon cerveau… L’art, ça peut être simplement ça : une manière décalée de voir le réel, avec ou sans production d’une forme tangible derrière. Après, si un jour je me fais écrabouiller dans ma voiture sur un passage à niveau, aurai-je le cœur à une ultime jubilation : celle de nous considérer, la caisse et moi, comme une splendide compression à la César ? n

AYANT JUSTE ÉCRIT CE TEXTE, J’AI VOULU FAIRE UN PEU DE REPASSAGE. J’AI LAISSÉ LE FER À REPASSER POSÉ À PLAT SUR UN PIANO ÉLECTRIQUE, BIEN CHER. PAS MAL DANS LE GENRE. JE VAIS METTRE ÇA SUR MA PAGE FACEBOOK, TIENS. PA G E 0 6 1

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


ASTROPOLIS / BEAU RIVAGE © SOUENELLEN

Vous avez le choix de l’art et la manière pour aborder les festivals de l’été. Pour vous faciliter la tâche, Kostar a fait une sélection plus grande et plus ouverte aussi. Si vous aimez les têtes d’affiche, vous aurez peut-être la possibilité de les voir plusieurs fois, car les stars du moment sont très présentes. Mais vous pouvez aussi choisir les festivals en fonction de leur spécificité, de leur style musical, de leur ambiance ou de votre affect. Et si vous cherchez Eddy de Pretto – qui après Jain l’an passé – s’impose comme la révélation, rendez-vous page 12 avec toutes les dates puisqu’il est notre K de Kostar de l’été. À très vite en bord de scène et bel été. DOSSIER RÉALISÉ PAR MATTHIEU CHAUVEAU ET PATRICK THIBAULT

PA G E 0 6 2

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018



S R

L ' É T É D E S F E S T I VA L S

Le problème avec la multiplication des festivals d'été, c'est qu'il est parfois difficile de faire des choix. De ce côté, La Déferlante a un sacré avantage : il a lieu au bon endroit au bon moment, c'est-àdire sur vos lieux de vacances (10 cités balnéaires de Vendée et Loire-Atlantique) et pendant tout l'été. Mais surtout, il est gratuit et pensé pour tous les goûts, que ce soit en arts de la rue (théâtre, cirque, burlesque...) ou en musique. Inratables : l'indie pop de Concrete Knives, la world minimaliste de Moon Gogo, l'electro-chanson-hiphop de Cabadzi X Blier ou encore le rock pysché de The Limiñanas. n DÉFERLANTE, 85 44 LA 1ER JUILLET AU 31 AOÛT, VENDÉE ET LOIRE-ATLANTIQUE.

MERIDIAN BROTHERS © JUANCAMILOMONTANEZ

CABADZI X BLIER © MARIE MONTEIRO

Les pieds dans le sable

CHANSON D'OCCASION / DR

K  T

Couché le jour, debout la nuit

À fond la Cale

Des transats en journée (avec jeux de société, magazines, ombrelles et thés à disposition), des spectacles le soir. Tel est le programme alléchant proposé chaque année par Transat en ville, qui dissuaderait presque les Rennais de prendre des vacances l'été. Entre les concerts, projections en plein air, pièces de théâtre, animations jeune public et soirées dansantes, impossible de ne pas trouver chaussure à son pied pendant ce festival familial. Qu'on soit plutôt ska-jazz (Mampy), swing manouche (Chanson d'occasion), new soul (Emane), folklore argentin (Gonzalo Gudiño) ou maloya (Danyèl Waro)... n 35

TRANSAT EN VILLE, 7 JUILLET AU 25 AOÛT. RENNES.

PA G E 0 6 4

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

Cale de la Savatte. Des groupes venus du monde entier (37 pays invités !) profitent depuis 10 ans déjà de ce lieu idéalement situé, en bordure de Maine avec vue sur le Château, chaque été à Angers. À Tempo Rives, on aime les artistes qui viennent de très loin ou de très près. Dans la première catégorie, impossible de résister à la voix chaude et à la dikanza (instrument en bambou frotté avec une baguette en bois) de l'Angolais Bonga ou au rock pysché dadaïste des Colombiens Meridian Brothers. Dans la seconde catégorie, aucun doute que le duo nantais Ko Ko Mo saura mettre KO les festivaliers avec son blues-rock tapageur. n 49

ÉTÉ 2018

TEMPO RIVES, 13 JUILLET AU 14 AOÛT, ANGERS.


© Graph F. Deniel / Direction de la communication et du rayonnement, Ville d’Angers, Angers Loire Métropole / 2018.


S R

L ' É T É D E S F E S T I VA L S

Futur is now

EXHIBIT !, LE TETRIS, LE HAVRE, 23 JUIN AU 2 SEPTEMBRE.

© NAÏMÉ-PERETTE-EXPLODED VIEWS/ DR

Le Havre n’en finit plus d’innover. Après l’extraordinaire boom occasionné par le premier Un été au Havre l’an passé, elle remet ça. Le Tetris, la salle de musique actuelle qui a fait le plein avec son expo consacrée aux arts numériques l’an passé crée le festival Exhibit ! Un événement totalement dédié aux arts numériques. Sur 2000 m2, une vingtaine d’œuvres se déploie autour du thème Paysage. fiction, conviant le collectif HeHe, Momoko Seto, Bertrand Lamarche, Laurent Pernot, Justine Emard ou Claire Isorni. Surprise totale avec les créations de Olivier Ratsi et Atsunobu Kohira. Sur le thème du paysage, l’exposition interactive vous en fait voir de toutes les couleurs et chamboule vos repères. n 76

et aussi

BLUE TIRED HEROES - MASSIMO FURLAN © DANIEL SUAKA

K  T

FESTIVAL ESTIVAL DE TRÉLAZÉ, UN SOMMET DU REVIVAL AVEC DES CONCERTS GRATUITS DE GLORIA GAYNOR, VILLAGE PEOPLE, KATIA ET MARIELLE LABEQUE, NINA HAGEN (23 JUIN AU 1ER SEPTEMBRE). R.POP, 8 CONCERTS GRATUITS DANS LES JARDINS AVEC MAX JURY, HOLLYSIZ, GIRLS IN HAWAII (LA ROCHE-SUR-YON, 27 JUIN AU 26 JUILLET). LA NUIT DE L’ERDRE, SUR 3 JOURS POUR LES 20 ANS AVEC JUSTICE ET CATHERINE RINGER, THE HIVES ET ORELSAN… (NORT-SUR-ERDRE, 29 JUIN AU 1ER JUILLET). MÉGASCÈNE FESTIVAL SANS FRONTIÈRE AVEC RONE, TIKEN JAH FAKOLY OU MARCEL ET SON ORCHESTRE (SAINTCOLOMBAN, 6 ET 7 JUILLET).

Tombés du ciel Présentes le dimanche tout au long de l’année, Les tombées de la Nuit resserrent leur temps fort estival sur 5 jours en centre-ville. Une fois encore, il s’agit de surprendre le spectateur en amenant des spectacles originaux, différents, décalés dans des lieux et des conditions où on ne les attend pas. S’il n’y a pas de thématique, on pose tout de même la question du collectif et de l’individu dans le groupe. On se réjouit déjà de voir la Compagnie Carabosse qui met le feu partout où elle passe avec sa nouvelle création Par les temps qui courent, les papys habillés en Superman de Blue Tired Heroes, le très spectaculaire La Tortue de Gauguin, les cirques Barbette et Brunette Bros., les concerts du Duo Mélisande, Gaspar Claus, Sharko, Romain Dubois et I’m from la Nuit. n 35

PA G E 0 6 6

LES TOMBÉES DE LA NUIT, CENTRE-VILLE, RENNES, 4 AU 8 JUILLET.

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

BOBITAL, UN MASTODONTE AVEC POLO & PAN, NEKFEU, SHAKA PONK OU CLAUDIO CAPÉO (BOBITAL, 6 AU 8 JUILLET). FÊTE DU BRUIT OÙ L’ON RETROUVE SHAKA PONK, INDOCHINE, LA PHAZE, SIMPLE MINDS OU CHINESE MAN (SAINTNOLFF, 6 AU 8 JUILLET). AU FOIN DE LA RUE, UN AUTRE GRAND MIX AVEC ASAF AVIDAN, FAKEAR, THE BLOODY BEATROOT LIVE ET LA PHAZE (6 ET 7 JUILLET, SAINT-DENIS-DE-GASTINES). FESTIVAL BEAUREGARD AVEC CHARLOTTE GAINSBOURG ET ORELSAN, PETIT BISCUIT ET IBEYI, ET POUR LES 10 ANS, LE JOUR D’APRÈS, DEPECHE MODE (HÉROUVILLESAINT-CLAIR, 6 AU 9 JUILLET).



L ' É T É D E S F E S T I VA L S

La techno se met au vert L'édition 2017 avait été marquée par la venue de plusieurs francs-tireurs de l'électro avec un pied dans la pop, à l'image de Jacques. Cette année, Astropolis se recentre sur sa techno bien aimée. Dans le magnifique cadre du Bois de Keroual, c'est à une soirée digne des meilleures raves des années 90 qu'il faut s'attendre le samedi. Avec justement une référence de cette décennie-clé : le pape de la techno française Laurent Garnier, mais aussi son pendant hardcore Manu Le Malin. À noter également, la présence d'une des meilleures dj et productrice de ses dernières années : la divine Moscovite Nina Kraviz. n 29

ASTROPOLIS, 6 AU 8 JUILLET, PAYS DE BREST.

Rap sonique Il a été élu "meilleur petit festival" de France aux Festivals Awards (oui, oui, ça existe) l'an dernier. Parions qu'Art Sonic ne perdra pas son titre avec une édition 2018 misant plus que jamais sur la variété des styles (du rock lettré de Feu! Chatterton à l'électro de Vitalic), tout en affirmant un tropisme hiphop de plus en plus net. La preuve avec la star de la rime Damso dont l'univers sombre ne pouvait que lui valoir l'adoubement d'un Booba. À ne pas manquer également, même si son nom est moins fameux : Rilès, jeune Normand nourri de rap US qu'on verrait bien parrainé, lui, par un Kendrick Lamar ! n FESTIVAL ART SONIC, 20 ET 21 JUILLET, BRIOUZE. PA G E 0 6 8

K O S TA R

VITALIC BY C. LE MINDU / D. HUGONO PETIT

S R

NINA KRAVIZ / DR

K  T

61

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018


Norvège

Roumanie

OUVERTURE DES ABONNEMENTS 19 JUIN 2018 Informations & billetterie

02 99 275 275

Israël

Amérique

Bretagne

Photo : © Laurent Guizard - licence spectacle : 2-1054646 et 3-1054645

NOUVELLE SAISON 2 01 8 & 2 01 9


S R

L ' É T É D E S F E S T I VA L S

Trio gagnant

LES ESCALES, 27 AU 29 JUILLET, SAINT-NAZAIRE.

ETIENNE DAHO / DR

Que de chemin parcouru par Les Escales ! Longtemps, le festival nazairien hissait une unique tête d'affiche au milieu de sa riche programmation world. Cette année, on en dénombre au moins trois, représentant autant de générations d'une pop chantée en français. Jane Birkin d'abord qui, entourée d'un orchestre symphonique, revisitera les meilleurs morceaux de Gainsbourg. Daho ensuite, qui à 60 ans passés n'a jamais paru aussi jeune, grâce à son étonnant Blitz sorti l'an dernier. Eddy de Pretto enfin, qui prouve mieux que personne que hip-hop et variété française ne sont que les deux faces d'une même pièce. On en a oublié ? Mais oui bien sûr ! Et il y a aussi le focus Melbourne. n 44

et aussi FESTIVAL DE POUPET, UN RENDEZ-VOUS POPULAIRE TRUFFÉ DE TÊTES D’AFFICHE, DE JAIN À DEEP PURPLE, BIGARD À CABREL, LOUANE À ORELSAN (SAINT-MALO-DU-BOIS, 9 AU 27 JUILLET). LES FRANCOFOLIES AVEC TOUS LES GRANDS DU MOMENT MAIS AUSSI DES DÉCOUVERTES ET DES CLASSIQUES EN PLUS PETIT COMITÉ (LA ROCHELLE, 11 AU 15 JUILLET). LES OPÉRAS D’ÉTÉ AVEC LE KING ARTHUR ET QUEEN MARY DE PURCELL (DINARD, 16 AU 28 JUILLET). LES NUITS DE LA MAYENNE, LE FESTIVAL D’ANJOU TERMINÉ, QUASI LE SEUL FESTIVAL DE THÉÂTRE DE L’ÉTÉ AVEC DES SPECTACLES DANS LES LIEUX DU PATRIMOINE (18 JUILLET AU 9 AOÛT).

GRIZZLY BEAR © TOM HINES

K  T

LES VIEILLES CHARRUES, LE FESTIVAL DES FESTIVALS, LA PLUS GROSSE AFFICHE ET SA DÉMENTE FRÉQUENTATION. ON NE CITERA PERSONNE POUR NE PAS FAIRE DE JALOUX (CARHAIX, 19 AU 22 JUILLET). DUB CAMP FESTIVAL, UN RENDEZ-VOUS À LA COOL ET LA PASSION DU REGGAE ASSUMÉ (LAC DE VIOREAU, JOUÉ-SUR-ERDRE, 19 AU 22 JUILLET). JAZZ EN VILLE, 6 JOURS DÉDIÉS AU JAZZ, UN PEU PARTOUT EN VILLE (VANNES, 23 AU 28 JUILLET).

Top of the pop Les mauvaises langues disent déjà que le festival malouin propose cette année l'une de ses éditions les plus consensuelles. S'il est possible d'émettre quelques doutes sur la capacité d'une (adorable) Charlotte Gainsbourg à tenir une foule de 12000 indie rockers, la cuvée 2018 nous semble au contraire l'une des meilleures. Et comment ne pourrait-il pas en être ainsi avec : 1-le meilleur groupe pop français du monde (Phoenix) 2-le meilleur chanteur pop français du monde (Daho) 3-le groupe pop le plus savant du monde (Grizzly Bear) 4-les (faux) jumeaux les plus freaks de la pop au monde (Ariel Pink et John Maus) ? n 35

LA ROUTE DU ROCK, 16 AU 19 AOÛT, SAINT-MALO.

PA G E 0 7 0

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

FESTIVAL INTERCELTIQUE, PAS D’ÉTÉ EN BRETAGNE SANS CE RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE QUI INVITE CETTE ANNÉE LE PAYS DE GALLES ET YANN TIERSEN EN SOLO (LORIENT, 3 AU 12 AOÛT). FESTIVAL DU BOUT DU MONDE, POUR CROISER CAMILLE ET THE INSPECTOR CLUZO, AVISHAI COHEN ET GORAN BREGOVIC, MATMATAH ET STEPHAN EICHER (BREST, 3 AU 5 AOÛT). FESTIVAL VISIONS, DANS L’ÉCRIN OCÉANIQUE DU FORT DE BERTHEAUME, UN FESTIVAL QUI SURPREND VRAIMENT AVEC SON AFFICHE DE MUSIQUE ALTERNATIVE (PLOUGONVELIN, 3 AU 5 AOÛT). AU PONT DU ROCK ALLUME TOUJOURS LE FEU AVEC MHD, HYPHEN HYPHEN, TRUST, KYO, FAKEAR ET MØME (MALESTROIT, 3 ET 4 AOÛT). NO LOGO.BZH, DEUXIÈME ÉDITION DU FESTIVAL SANS SUBVENTIONS NI SPONSORS QUI RÉUNIT LES PASSIONNÉS DE REGGAE AVEC JIMMY CLIFF, MAX ROMÉO OU BIGA RANX (SAINT-MALO, 10 AU 12 AOÛT).


Stereolux présente

Cultures électroniques et arts numériques

ABONNEZVOUS et recevez le magazine chez vous dès sa sortie

5 NUMÉROS POUR 30 € VOTRE ABONNEMENT COMMENCERA DÈS LE PROCHAIN NUMÉRO

Envoyez un chèque à l'ordre de Médias Côte Ouest, accompagné de vos Nom + Prénom (et/ou société) + Adresse complète à MCO médias, 2 ter rue des Olivettes, CS33221, 44032 NANTES CEDEX 1

Anciens numéros en vente à la rédaction Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'Informatique, aux Fichiers et aux Libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification des données à caractère personnel vous concernant.

Nina Kraviz Miss Kittin & The Hacker Hiroaki Umeda Paula Temple Luke Slater John Talabot Max Cooper - live Robert Henke Dasha Rush - live Rebeka Warrior Kiddy Smile - live Thom Kubli Madben - live Romare - live Aki Inomata Vladimir Cauchemar Reinier Zonneveld - live HVOB - live Agents of Time Sabrina & Samantha - live Deux Boules Vanille - live Goûtez Electronique Off : Abstrack & Culture Bar-Bars ...

Design et photo : Akatre

19 > 23 sept. 2018 - Nantes scopitone.org


L ' É T É D E S F E S T I VA L S

Énergie renouvelée "Un musicien de l’énergie pure", c'est en ces termes qu'Armand Meignan, directeur artistique des Rendez-vous de l'Erdre, définit François Corneloup, l'artiste fil rouge de l'édition 2018. Un saxophoniste qu'on retrouvera donc sous toutes les formes (du solo au quintet) et en tous les lieux (des rives de l'Erdre aux ponts de quelques bateaux) du festival jazz et belle plaisance. De "l'énergie pure", il en sera dispensé plus généralement sur tout l'événement, que ce soit à la guitare swing (Biréli Lagrène), à l'orgue Hammond (Benoît Sourisse plays Jaco Pastorius) ou au sax free (les géniaux Londoniens ILL Considered). n RENDEZ-VOUS DE L'ERDRE, 27 AOÛT AU 2 SEPTEMBRE.

FRANCOIS CORNELOUP © FREDERIC THOMAS

S R

44

et aussi FESTIVAL DE CINÉMA DE DOUARNENEZ, UNE 41E ÉDITION POUR ABORDER LES PEUPLES DES CONGO(S). LES AFICIONADOS SONT FIDÈLES MAIS LES NOUVEAUX SPECTATEURS SONT BIENVENUS (17 AU 25 AOÛT).

JE NE SUIS PAS VENUE SEULE © JEAN-FRANÇOIS CAIRE

K  T

FESTIVAL DE SABLÉ, POUR SES 40 ANS, LE FESTIVAL QUI A CONTRIBUÉ À RENDRE LISIBLE LA MUSIQUE DES XVIIE ET XVIIIE SIÈCLES A CHOISI POUR THÈME LES ÉLÉMENTS (21 AU 25 AOÛT). FESTIVAL DU ROI ARTHUR AVEC IAM, MARTIN SOLVEIG, NOEL GALLAGHER’S HIGH FLYING BIRDS, PAROV STELAR OU LES NÉGRESSES VERTES (BRÉALSOUS-MONTFORT, 24 AU 26 AOÛT). COUVRE FEU, ENCORE UN FESTIVAL À LA COOL, EN SUD-ESTUAIRE AVEC ZENZILE, LA PHAZE, MATMATAH, SUPRÊME NTM (FROSSAY, 23 AU 26 AOÛT).

Welcome to Laval Danse, théâtre, humour, musique, arts de la rue, du cirque... Aucune discipline des arts vivants n'est oubliée au Chaînon Manquant, faisant du festival mayennais un événement unique dans le grand Ouest, voire dans tout l'Hexagone. Seule comparaison possible : Avignon ! Parmi les 72 spectacles proposés autour de Laval, on notera cette année la présence de plusieurs formats solo prometteurs : que ce soit en musique (le virtuose du klezmer Socalled), en danse (l'engagé et très d'actualité Welcome to Bienvenue, par Xavier Lot) ou en théâtre (le féministe et mal nommé Je ne suis pas venue seule, par Diane Bonnot). n LE CHAINON MANQUANT, 11 AU 16 SEPTEMBRE, LAVAL, CHANGÉ. PA G E 0 7 2

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

53

DANS LES JARDINS DE WILLIAM CHRISTIE EN PARALLÈLE DE LA DIRECTION DU COURONNEMENT DE POPPÉE AU FESTIVAL DE SALZBOURG PAR WILLIAM CHRISTIE, LES ARTS FLORISSANTS INTERPRÈTENT L’ORFEO DE MONTEVERDI ET L’ON RETROUVE LES CONCERTS AU JARDIN, AUX CHANDELLES… (THIRÉ, 25 AOÛT AU 1ER SEPTEMBRE). CITY TRUCKS FESTIVAL, DEUXIÈME ÉDITION DU FESTIVAL BEAU COMME UN CAMION SUR 3 JOURS AVEC HOLLYSIZ, KYO, TRUST, SHAKA PONK, BIGFLO ET OLI (LA POMMERAYE, 31 AOÛT AU 2 SEPTEMBRE). LES ACCROCHE-CŒURS, ON PREND DATE POUR LE FESTIVAL DE FIN D’ÉTÉ QUI ANNONCE AUSSI LA RENTRÉE, DANS LES RUES D’ANGERS (7 AU 9 SEPTEMBRE).


Graphisme : François Ripoche — Illustration : Julien Grataloup

Saint-Brevin-les-Pins • Pornic Noirmoutier-en-l'Île • Barbâtre Notre Dame de Monts • Saint-Jean-de-Monts Saint-Hilaire-de-Riez • Saint-Gilles-Croix-de-Vie Les Sables d'Olonne • La Tranche sur Mer


S R

L ' É T É D E S F E S T I VA L S

Consommez local ! Et si, en se frottant à la richesse de la scène musicale rennaise, on en profitait pour redécouvrir notre ville ? Telle semble être la devise d'I'm from Rennes, qui pendant 10 jours balade les curieux (Rennais ou pas !) dans une vingtaine de lieux différents – de l’Étage au Parc du Thabor en passant par quelques rooftops secrets – au son de groupes du cru, dans tous les genres. Par exemple rock garage avec les prometteurs Kaviar Special, chanson mâtinée de bluegrass avec Leila & The Koalas, folk noisy avec The Horse With Wild Eyes ou encore pop sixties sucrée riche en guitares fuzz avec Les Kitschenette's. n

KAVIAR SPECIAL © JIMMY LÉVEILLÉ

35

I'M FROM RENNES, 14 AU 23 SEPTEMBRE, RENNES.

Electro flashs

SCOPITONE, 19 AU 23 SEPTEMBRE, NANTES.

MISS KITTIN & THE HACKER / DR

Frank Sinatra à Scopitone ! Le nom du roi des crooners risque de résonner très fort à Nantes à la rentrée... Non pas que le festival électro change soudainement de spécialité, où ralentisse dangereusement la cadence. Bien au contraire. C'est Miss Kittin, reine de l'électroclash qui scandera le nom de "the voice" avec son irrésistible tube éponyme de 2001. Autres invités de luxe annoncés : le Britannique Luke Slater qui, depuis plus de 25 ans, fait chauffer les dancefloors comme personne, ou encore le Barcelonais John Talabot, arrivé plus récemment dans le game (premier album en 2012 et déjà un classique), mais non moins talentueux. On ne vous a parlé que des concerts et pas encore de la programmation arts numériques ! n 44

Symphonies plurielles

JANE BIRKIN / DR

K  T

PA G E 0 7 4

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

Pour les 500 ans du Havre, Ouest Park a bénéficié d'une couverture médiatique inédite l'an dernier. Cet événement incontournable de la rentrée havraise fête maintenant ses 15 ans avec une programmation classieuse à souhait, idéalement portée par une Jane Birkin entourée d'un orchestre symphonique et des meilleures chansons de Gainsbourg. Ni violons ni violoncelles cependant (mais tout de même un tambourin) pour The Brian Jonestown Massacre, qui malmèneront leurs guitares avec la nonchalance feinte qu'on leur connaît et que n'aurait pas reniée Gainsbarre... n 76

OUEST PARK FESTIVAL, 19 AU 23 SEPTEMBRE, LE HAVRE.


LE HAVRE

BIRKIN/GAINSBOURG LE SYMPHONIQUE EMIR KUSTURICA ROMEO ELVIS THE BRIAN JONESTOWN MASSACRE CHARLIE WINSTON CABALLERO & JEANJASS MELVINS MEDINE THE SOFT MOON KLUB DES LOOSERS THE GO! TEAM TSHEGUE TOO MANY T’S ARE YOU GRAFFING BROOK LINE KADDY AND THE KEYS MNNQNS MEZZANINE MORTALCOMBAT JAHEN OARSMAN OUAI STEPHANE…

#j

es

ui

s

RENN1819-visuel-107x155-kostar.pdf

C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

1

08/06/2018

07:42

o al

ue

st

Licence 1-1068361 / 2-127878 / 3-126355 / Design graphique : KIBLIND Agence

www.ouestpark.com

& THE NO SMOKING ORCHESTRA


S R

L'ÉTÉ DE L'ÉLECTRO

L'ÉTÉ DE L'ELECTRO Clap de départ : Astropolis. Clap de fin : Scopitone. Entre ces deux géants, l'électro est en fête tout l'été dans le grand Ouest. Dans de petits festivals spécialisés – parfois pointus – ou dans de plus grands et fédérateurs qui ont compris qu’après une certaine heure, c’est une bonne idée de poser les guitares et de s'emparer des platines. 44 VØICELESS SESSION À L'INSULA

LES ÉCOUTILLES © IROKO

K  T

44

LES ÉCOUTILLES

On ne change pas une formule qui gagne. La croisière part pour vivre le coucher du soleil sur la Loire et elle revient en mode clubbing. Après les premiers rendez-vous depuis mai, on poursuit tous les vendredis, du 6 juillet au 24 août de 19h à minuit. Dan Bono aux commandes les 13 juillet et 24 août, mais aussi Raphaël D’Hervez invite Mou, La Brousse et Dj Moment (27/07), French Tourist et Chilly Jay (3/08), Pharoah (17/08)… n

Si elle est toujours dansante, l'électro défendue par les résidents de l'Insula, Alëx et Thomy (collectif Vøiceless), se caractérise toujours, derrière son minimalisme apparent, par une grande musicalité. L'invitation le 14 juillet du prometteur Britannique exilé à Berlin Bruno Schmidt devrait confirmer cette tendance, avec une techno-house en aller direct pour le 7e ciel (et 7e étage de la Tour d'Auvergne, où est perché l'Insula). n 29

LES VIEILLES CHARRUES

Carhaix, terre électro ? Et pourquoi pas ? Passé les têtes d'affiches en tous genres et surtout passé une certaine heure, le festival le plus populaire de France se transforme en dancefloor bigger than life. La preuve avec, du 19 au 22 juillet, aussi bien le précurseur Fatboy Slim que les inclassables Soulwax, les papes du trip-hop Massive Attack que l'incorruptible Rebeka Warrior. n 35

TXTR

En latin, Tilliacum signifie “lieu planté de Tilleuls”. C'est aussi le mot qui a inspiré le nom de Teillé, petite commune du pays d'Ancenis où a lieu ce festival, champêtre dans le décor mais urbain dans le son. En têtes d'affiche ce 7/07, un rescapé des raves des années 90 reconverti dans la tech-house (Popof) et un producteur mi-Marseillais mi-Berlinois spécialisé dans la techno mélodique (Julian Jeweil). n

TXTR rebranche les platines le 21 juillet à La Prévalaye à Rennes pour une seconde édition aussi riche et hétéroclite. Avec beaucoup de house, qu'elle soit pure en provenance directe de Chicago (Mike Dunn), deep (l'Ukrainien Etapp Kyle) ou mâtinée de jazz (Byron The Aquarius). Beaucoup de techno aussi avec deux résidents de clubs faisant autorité : le Berghain pour Kobosil et le Concrete pour Antigone. n

44

FÊTE DU 14 JUILLET PAR PACO TYSON

FESTIVAL TERRA INCOGNITA

"Le jour du 14 juillet, je reste dans mon lit douillet", chantait Brassens… Pas cette année ! Après Bob Sinclar le 13 au Warehouse, la fête nat’ prend à Nantes la forme d'un marathon électro concocté par Paco Tyson. Rendez-vous dès 12h à Transfert (site des anciens abattoirs de Rezé), puis au Warehouse à 23h55 pour profiter de mix de DJs venus de LA (LoireAtlantique) ou de NY (New York) comme Patrick Russell. n

Depuis bientôt une décennie, ce festival Terra Incognita entend "emmener les cultures urbaines à la campagne" (à Carelles en Mayenne) le temps d'un week-end (les 17 et 18 août). Parmi celles-ci, l'électro a une place de choix avec la très courue djette basée à Berlin La Fraîcheur ou encore les Nantais Maelstrom et Fasme. n

44

TILLIACUM FESTIVAL

PA G E 0 7 6

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

53

ÉTÉ 2018


- CARENE - mai 2018

#SNDW2018

+ 100 ÉVÉNEMENTS / 40 LIEUX Retrouvez la programmation sur sndigitalweek.com

Avec le soutien de :


K  T

S R

U N E V I L L E V U E PA R L A R É D A C T I O N

BELLE ET REBELLE Chacun le sait, le “plat pays” ne manque pas de relief. S’il en fallait une preuve supplémentaire, il suffirait de faire un tour à Liège. Dès l’arrivée en gare, on comprend que cette ville est entrée dans le XXIe siècle. TEXTE ET PHOTOS / VINCENT BRAUD & PATRICK THIBAULT

C’est Santiago Calatrava qui a imaginé cette cathédrale de verre et d’acier dans un quartier de Guillemins en pleine transformation depuis le début des années 2000. Inaugurée en 2009, l’œuvre d’art joue avec les couleurs du ciel et s’ouvre sur une vaste esplanade. Bienvenue à Liège, toujours belle et rebelle. n Lovée dans les méandres de la Meuse, Liège est une villePA G E 0 7 8

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

fleuve qu’il est agréable de découvrir à pied. Même si une navette fluviale permet de gagner du temps pour arpenter ses différents quartiers de la plus douce des manières. Célèbre par son patrimoine architectural impressionnant, la ville a su conserver quelques-uns des cent clochers qui piquetaient son paysage. La cathédrale Saint-Paul, dont les fondations remontent


U N E V I L L E V U E PA R L A R É D A C T I O N

au Xe siècle, a remplacé celle de Saint-Lambert dont la destruction en 1795 appartient à la mémoire mouvementée et douloureuse de la ville. n Le “vieux Liège” compte ainsi nombre de joyaux qui témoignent d’un passé florissant : le Grand Curtius, bien sûr, palais monumental de briques rouges construit à la fin du XVIe qui abrite un ensemble de musées, le palais des PrincesÉvêques, place Saint-Lambert, datant de la même époque, la célèbre rue Hors-Château et ses ruelles improbables ou encore l’éprouvante montagne de Bueren, cet impressionnant escalier de 374 marches construit à la fin du XIXe pour éviter aux soldats de la citadelle de traverser les quartiers chauds (qui ne le sont plus !) pour descendre en ville. n Liège n’est pas une ville-musée. La ville vit au rythme de son époque. La Tour Paradis, signée Jaspers & Eyers, accroche le regard à la sortie de la gare. D’autres projets, en cours d’études ou de réalisation, témoignent d’un nouveau dynamisme économique. Pour autant, Liège reste attachée à son environnement. L’élégante passerelle piétonne – la bien nommée Belle Liégeoise – qui enjambe la Meuse à hauteur du parc de la Boverie a rapidement été adoptée par les habitants et… les touristes. C’est

ici que Rudy Riccioti a donné une seconde vie au Palais des beaux-arts néoclassique construit pour l’exposition universelle de 1905. L’architecte du Mucem a complété le bâtiment d’une aile vitrée construite sur pilotis qui offre une vue sur le Liège populaire de l’autre côté du canal. Autre geste architectural, l’étonnante Médiacité, à la fois espace commercial et culturel, inaugurée en 2009 et signée Ron Arad. n Liège côté jardins, c’est la promenade, joliment aménagée, sur les côteaux de la citadelle et le parc de la Boverie qui accueille joggers matinaux ou familles en pique-nique dominical. Le soir, les ruelles du Carré accueillent les jeunes (mais pas que…) pour y faire la fête. Décidément, l’image revendiquée de “cité ardente” n’est pas usurpée. Si Liègela-discrète n’aime pas se faire mousser, le nombre de “beer lovers” en terrasse en fin de journée rappelle qu’il y a, ici, de solides traditions. Le charme de Liège tient aussi à sa population. Une ville avec des vrais Belges à l’intérieur. Capables de voir rouge si vous dénigrez le Standard, “le” club de foot historique, et de vous inviter à prendre une Curtius, place du Marché, pour mieux vous convaincre. Le Liégeois aime faire la fête. Et pas seulement le 15 août. n PA G E 0 7 9

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

ÉTÉ 2018

K  T

S R


K  T

S R

U N E V I L L E V U E PA R L A R É D A C T I O N

Histoire de ne pas se gaufrer La gaufre est à Liège ce que la galette-saucisse est à Rennes ou le brochet beurre-blanc aux bords de Loire. Plus qu’une tradition, l’orgueil d’une ville et un secret bien gardé. n L’histoire de cette pâtisserie emblématique remonterait au XVIIe siècle. L’authentique gaufre liégeoise a les joues rondes et dorées et croustille sur un cœur moelleux. On la déguste à toute heure, un peu partout en ville. n Pour ne pas se gaufrer (tomber, si vous préférez…), il suffit de regarder où les Liégeois font la queue pour s’en procurer. Rue des mineurs, par exemple, pour Une gaufrette saperlipopette, ou rue Saint-Gilles, chez André. n

Y ALLER Le plus simple et le plus rapide : une heure de vol, au départ de Nantes, et vous voilà à Bruxelles avec Brussels Airlines. Puis une petite heure de train et vous y êtes. Sinon, la ville est à un peu plus de deux heures de Paris en Thalys.

Y SÉJOURNER Vaste choix d’hôtels à prix raisonnables. Tout proche du centre historique, le Pentahotel (à la déco branchée) est un très bon compromis. 90 €/nuit selon période. Accueil sympa et bon petit déjeuner. Plus cher, l’hôtel Neuvice, installé dans un bâtiment du XVIIIe, près de la Place du marché, est une adresse de charme. Autre choix possible, l’Hôtel de la Couronne à proximité de la gare.

SE RESTAURER Pour passer un bon moment, il y a… Moment. Au 17 de la rue Bonne fortune, une valeur sûre de la bistronomie liégeoise dans un édifice classique au design moderne pour une atmosphère cosy et branchée. Plus traditionnel, le Bistrot d’en face jouxte l’Office de tourisme. Au menu, escargots de Bourgogne, cassoulet toulousain ou tête de veau et les fameux boulets liégeois… Autre bonne table, Le Balcon de l’émulation, juste audessus du hall du théâtre avec le plaisir de dîner dans l’un des trois salons classés. Chic sans être guindé pour une cuisine de bonne tenue. Le Grand Café de la Gare propose un café liégeois revisité très convaincant. n PA G E 0 8 0

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

Circuit Kostar LA TÊTE AU CARRÉ Liège mérite mieux qu’une étape de quelques heures dans un circuit touristique. Il faut un peu de temps pour en découvrir les attraits et les (petits) secrets. Le dimanche, par exemple, tout le monde se retrouve sur les quais. On va à “la Batte”, le plus grand marché de la ville, certes, mais aussi l’un des plus importants d’Europe. On y trouve tout (ou presque) et ça dure depuis le XVIe siècle. Un rituel. n Une frite à… La Frite (une institution toute proche) et direction les Olivettes. Un piano, une petite estrade, un micro et tout un chacun peut s’essayer à reprendre les classiques de Piaf, Barbara, Brel… repris à leur tour par l’assistance. Un café chantant hors du temps, improbable et inouï ! Une autre institution, à l’heure de la pause, les terrasses de la brasserie C (comme Curtius) à gauche de la montagne de Bueren. On s’y bouscule aux beaux jours. n Après un tour côté boutiques – dans le concept-store chez Marie-Jeanne pour découvrir tout ce qui touche au chanvre (le textile !) ou Wattitude pour l’accessoire made in Wallonie – ou du côté de La Boverie pour découvrir l’expo Roma (jusqu’au 26 août) et il est temps de penser à la soirée. Salle de musiques actuelles Le Reflektor. Puis direction le Carré à côté duquel la “rue de la soif” rennaise tient du jardin d’enfants… Rue du Pot d’or ou de la Casquette (sic), des bars, des discothèques et la fête jusqu’au bout de la nuit. n ÉTÉ 2018



K  T

S R

DOS À DOS

onurB sèdyladoP

Pourquoi ce sens de la famille ? n Je ne

sais pas si je l'ai... Mais c'est vrai que je m'entoure souvent des mêmes acteurs. J'ai la chance d'avoir des amis qui sont de grands comédiens et qui ne sont pas filmés autant qu'ils le devraient. J'en profite.

... l’interview verso INTERVIEW ET PHOTOS / R MATTHIEU CHAUVEAU POUR KOSTA

En adaptant Bécassine, n'aviez-vous pas peur d'être cucul ? n Non. Mais j'étais

quand même très pressé de la voir arriver sur le plateau. Soit on allait être très gênés. Soit c'était tout de suite une proposition de cinéma. Un peu comme un super-héros. Quand les mecs filment Superman et que l'acteur arrive costumé, ça doit faire le même effet.

Bécassine vs Brassens ou vs Chantal Goya ? n Bravo parce qu'on

parle rarement de la chanson de Brassens que je préfère évidemment. Bizarrement, j'étais passé complètement à côté de celle de Goya. Je sais qu'au départ, c'était "c'est ma copine" et qu'après c'est devenu "c'est ma cousine". Je ne vois pas tellement la révolution (sourire).

"Si tu te débrouilles bien, tu pour se ras aller à Paris" ? n Cette phra

de la bande-annonce a fait couler de l'encre. C'était amusant pour moi de faire dire un truc stupide au personnage mais, dans les années 20, on pouvait le penser. Après, il dit même une phrase vraiment sexiste : "Une belle fille comme toi, elle trouvera du travail"...

Plutôt... galette ou kouign-amann ? n

Galette. Mais je ne suis pas très explorateur en la matière. La complète me convient bien. Dans Liberté-Oléron, j'avais imaginé une crêperie avec des galettes hors de prix. Depuis, à Paris, je suis tombé sur une hyper sophistiquée : avec ingrédients du genre avocat-gingembre... Ça m'a fait rire ! n

La chose que vous n'avez jamais osé dire sur votre frère Denis... n Que ce

n'est pas son vrai nom. En fait, il s'appelle Antoine Bouche d'Égout. C'est ce qu'il essayait de me faire croire quand j'étais petit. Une blague entre frères... Encore maintenant, si je lui dis “Antoine Bouche d'Égout”, il éclate de rire.

PA G E 0 8 2

K O S TA R

SAISON 12 / NUMÉRO 61

BÉCASSINE ! UN FILM DE BRUNO PODALYDÈS AVEC EMELINE BAYART, KARIN VIARD, DENIS PODALYDÈS. EN SALLE.

ÉTÉ 2018


SAGACITÉ RCS 622044501 crédit photos: Fotolia- Conseil départemental de la Vendée

Le Tour du vélo de 1818 à nos jours

18 mai 26 août 2018

Historial de la Vendée Les Lucs-sur-Boulogne / 02 28 85 77 77 www.sitesculturels.vendee.fr Tarifs : 8€/5€/Gratuit -18ans

Partenaires officiels

Musée de France


/

/

7 JUILLET > 25 AOÛT 2018 RENNES EN JUILLET • 7/7 MAMPY • 8/7 FEST-DEIZ (SKEUDENN BRO ROAZHON / LES TOMBÉES DE LA NUIT) • 11/7 NICOLAS JULES • 12/7 COMME JOHN • 13/7 BAL - DOUBLE FACE • 14/7 MISS LULU • 15/7 DANYÈL WARO (LES TOMBÉES DE LA NUIT) 18/7 GABRIEL SAGLIO & LES VIEILLES PIES • 19/7 CINÉ PLEIN AIR SUR LE FESTIVAL QUARTIERS D’ÉTÉ (CRIJ BRETAGNE / CLAIR OBSCUR) • 21/7 LAMUZGUEULE • 22/7 SUPER BOUM (ELECTRONI-K) • 25/7 SERVANE DESCHAMPS • 26/7 ROYAL KOPEK • 28/7 GONZALO GUDIÑO • 29/7 LA GUERRE DES BRETELLES EN AOÛT • 1/8 SHISHKO DISCO • 2/8 FRENCH SONG DEL MUNDO • 4/8 EMANE 5/8 POUSSINS PHONIQUES / MONSIEUR CHARLY • 8/8 LE BIG RUBATO • 9/8 DJ SET (I’M FROM RENNES) / CINÉ PLEIN AIR (CLAIR OBSCUR) • 11/8 LE P’TIT SON 12/8 LE LABORATOIRE DES GROS BARBUS • 15/8 CHANSON D’OCCASION • 16/8 CHERRY PLUM SOLO • 18/8 BANCAL CHÉRI • 19/8 LES POLYAMIDE SISTERS 22/8 GARAP, GAMELAN JAVANAIS • 23/8 HOODOO VOODOO BRASS GANG 25/8 LA PISTE À DANSOIRE & LA COSTUMERIE RETROUVEZ LA PROGRAMMATION DU FESTIVAL SUR METROPOLE.RENNES.FR ET RENNES, VILLE ET MÉTROPOLE FESTIVALTRANSATENVILLE

PHOTO : COLLECTION PRIVÉE • GRAPHISME DIRCOM RENNES, VILLE ET MÉTROPOLE

8 ÉTÉ 201 S CLE A T C E P S TS GRATUI


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.