Page 1


PA R T E N A I R E S OFFICIELS

PA R T E N A I R E ASSOCIÉ


FA C E À FA C E

Kerry son to... Hudvie w rec

Comment devient-on écrivain ? n Avant l’âge de

l’inter

27 ans, je n’avais rien écrit de sérieux. À 27 ans, je suis tombée malade et étais morte d’ennui. J’ai alors participé à une compétition australienne et j’ai gagné le premier prix. Ça représentait plus de 1 000 euros. Là, j’ai commencé à y croire et me dire que c’était peut-être une bonne idée que de devenir écrivain.

POUR KOSTAR PHOTOS / LUDOVIC FAILLER

Craignez-vous la page blanche ? n Vous savez, j’ai été

serveuse, femme de ménage et même elfe du Père Noël ; alors je peux vous dire que j’ai connu pire que la page blanche.

Pensiez-vous que Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman allait rencontrer un tel succès ?

En tant qu’Écossaise, Celtic Football Club ou Glasgow Rangers ? n

Rangers pour la vie.

n Jamais de la vie. Je l’ai écrit au Vietnam. Je l’écrivais pour moi. Et jamais, je n’ai pensé une seule seconde que les gens le liraient à sa sortie et que je serai face à vous pour une interview.

À part “love” ou “peace”, quel est votre mot préféré ? n Fuck !

Lorsque vous vous êtes attaquée à La Couleur de l’eau, avez-vous ressenti une certaine pression ? n À la parution

de Tony Hogan, j’en avais déjà écrit la première moitié. Mais la deuxième s’est révélée être un véritable calvaire.

KERRY HUDSON, LA COULEUR DE L’EAU (PHILIPPE REY).EN LIBRAIRIE LE 20 AOÛT. WWW.PHILIPPE-REY.FR

PA G E 0 3

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


K O S TA R PA R L E M E N U

recto n Kerry Hudson / P3 Cover boy n Antoine Corbineau / P8 le k de kostar n Clotilde Hesme / P10 les objets du désir n P12 portefeuille mode n Garden party par Gildas Raffenel / P14 TêteS de série n Blutch / P22 n Antoine Herniotte / P24 n Frus / P26 n MyCookr / P28 sur son 31 n P31 PA G E 0 4

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

entretien n Bertrand Larcher / P32 Chef oui chef n Thibaut Ruggeri / P36 Le moi dernier n par Pierrick Sorin / P40 Un été dare d'art n Les expos de l'été / P42 une ville ailleurs n Mons par Philippe Kauffmann / P66 Guide Kostar n Spectacles, festivals, soirées… à Angers, Nantes, Rennes et plus loin/ P71 Verso n Kerry Hudson / P82


© Ville d’Angers | Direction communication | Graphisme : Anima.productions | 2015

Cirque, théâtre de rue, danse, musique et arts visuels investissent la cité pour près de 200 rendez-vous artistiques. Après avoir voyagé aux quatre coins du monde, un nouveau voyage attend les spectateurs avec “L’Odyssée Végétale”. “Les rues d’Angers se pareront alors d’un manteau végétal” qui serpentera de places en places comme un appel au rêve, à l’émerveillement et à la fête.


Q U I F A I T Q U O I  ?

KOSTAR est édité par Médias Côte Ouest, SARL de presse au capital de 30 794,70 euros Directeur de la publication n Patrick Thibault coordination rédaction n Arnaud Bénureau Graphisme et maquette n Damien Chauveau Développement n Marc Grinsell, Patrick Thibault. Publicité n pub@kostar.fr SECRÉTAIRE DE RÉDACTION n Cécile You COMPTABILITÉ n Bénédicte Da Costa

Rédaction n redaction@kostar.fr Studio graphique n damien@mcomedia.fr

Styliste n Émilie Berger

Merci à tous ceux qui ont participé à ce numéro

Remerciements n Fanny Fallourd, Kleber Guillemot, Marjorie Pereira, Martin Joly, tous nos annonceurs

Rédacteurs n Arnaud Bénureau, Vincent Braud, Matthieu Chauveau, Antonin Druart, Marie Groneau, Philippe Kauffmann, Matthieu Perrichet, Pierrick Sorin, Patrick Thibault Photographes n Blutch, Ludocvic Failler, Bram Goots, Tangui Jossic, Florent Liard, Yann Peucat, Gildas Raffenel, Pierrick Sorin, Vaisseau Fantôme GRAPHISTES / Illustrateurs / artistes plasticiens n Antoine Corbineau (couverture, ours, sommaire, Objets du désir, Une ville ailleurs, couverture Guide, custom des titres), Pierrick Sorin

modèles n Jonathan & Barbara, agence Karin

Imprimé en CEE n Dépôt légal à parution n © Kostar 2015 www.kostar.fr www.facebook.com/magazineKostar Tous droits de reproduction réservés. Le contenu des articles n’engage que leurs auteurs. Les manuscrits et documents publiés ne sont pas renvoyés. n Abonnement annuel 30 euros Médias Côte Ouest, 2 ter rue des Olivettes, CS33221, 44032 NANTES CEDEX 1 n + 33 (0)2 40 47 74 75. ISSN : 1955-6764

Nos lecteurs et internautes sont informés que l’envoi à la rédaction, par leurs soins, de photographies représentant leur image et destinées à être publiées au sein de la rubrique « Sur son 31 », entraînent de facto leur acceptation : pour diffusion au sein du magazine « KOSTAR » édité par la société « Médias Côte Ouest », pour diffusion au sein des plateformes numériques « www.kostar.fr » et « www.facebook.com». Cette autorisation est valable sans limitation de durée. La rédaction s’engage en contrepartie à ce que les éventuels commentaires ou légendes accompagnant la reproduction ou la représentation de ces photographies ne portent en aucune façon atteinte à leur réputation ou à leur vie privée. PA G E 0 6

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


SPECTACULAIRE�! SPECTACULAIRE�!

Nouvel écran tactile�: découvrez un écran HD plus grand pour profiter des dernières sorties cinéma, des dessins animés, de la musique et des jeux vidéos, depuis le décollage jusqu’à l’atterrissage. Nouvel écran tactile�: découvrez un écran HD plus grand pour profiter des dernières sorties cinéma, des dessins animés, de la musique et des jeux vidéos, depuis le décollage jusqu’à l’atterrissage. AIRFRANCE.FR

France is in the air : La France est dans l’air. Mise en place progressive à partir de juin 2014 sur une partie de la flotte Boeing 777. France is in the air : La France est dans l’air.

AIRFRANCE.FR


K O S TA R H A B I L L É PA R …

Kostar # 46 habillé par...

Couverture / P01 n Sommaire / P04 n Ours / P06 n Objets du désirs / P12 n Une ville ailleurs / P70 n Couverture Guide / P70 n Custom des titres / P8, 10, 14, 25, 26, 28, 32, 34, 68 PHOTO / TANGUI JOSSIC POUR KOSTAR

De Nantes, Antoine Corbineau ne connaissait pas grand-chose avant de s’y installer il y a deux ans. Aujourd’hui, l’illustrateur connaît la ville comme sa poche. La preuve avec la carte que l’ancien des Arts déco de Strasbourg a éditée et qui cartonne. n Avec cet exercice de style aux escales aussi réelles (Paris) qu’imaginaires (Music Ville, Games of Throne), le futur papa de 33 ans est sorti du bois surpeuplé du monde de l’illustration. Pourtant, Corbineau ne veut pas être étiqueté cartographe pop. « Dès que je peux, je fais des projets autres. » Ainsi, il a envisagé Kostar comme un nouveau terrain de jeu. « C’est la première fois que je vais aussi loin dans mon travail autour des personnages. » Il est alors évident qu’Antoine Corbineau n’a pas une seule carte en main, mais bien plusieurs. n LES PASSAGERS DU GRAND PARIS EXPRESS, JUSQU’AU 20 SEPTEMBRE AU MAC/VAL, VITRY-SUR-SEINE. SOLO SHOW EN DÉCEMBRE PROCHAIN À LA GALERIE L.J., PARIS. WWW.ANTOINECORBINEAU.COM PA G E 0 8

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


2015 /16 ABONNEZ-VOUS !

02 51 88 25 25 | leGrandT.fr

LICENCES SPECTACLES 1-1075853 1-1075850 2-1075851 3-1075852 \ PHOTO © TODAY’S LEVITATION MONTH / DATE / 2011 ©NATSUMI HAYASHI, COURTESY MEM, TOKYO \ DESIGN : SIGNÉLAZER.COM

UN THÉÂTRE LÉGÈREMENT À L’OUEST


U N E P E R S O N N A L I T É À L A M O D E PA R L E D E M O D E

« AMBASSADRICE CHANEL, C’EST PLUTÔT COOL ! » INTERVIEW / ARNAUD BÉNUREAU

Pensez-vous avoir le costume de l’emploi ? n Je sais qu’il y a beaucoup d’acteurs qui pensent être des imposteurs. De mon côté, j’ai peut-être certaines névroses, mais certainement pas celle-ci. Là où je suis, je me sens bien et j’ai travaillé en ce sens. Travailler avec des gens que j’aime, c’est un luxe que je me suis offert dès le début. Je ne pourrais pas être généreuse avec des gens que je n’estime pas beaucoup. Quel rapport entretenez-vous avec la mode ? n Un rapport ambivalent. Je n’y attache pas beaucoup d’importance et en même temps, je sais qu’il faut jouer un peu le jeu. Mais, ce jeu me fatigue très vite. Je déteste le shopping. Alors souvent, j’emprunte ou je rachète les vêtements des tournages. Par exemple, les t-shirts de L’Échappée belle, je les ai un peu tous achetés. Ils sont signés d’une jeune styliste super, G.Kero. J’aime bien découvrir de jeunes créateurs. Après, j’ai quand même la chance d’être ambassadrice Chanel. Qu’est-ce que cela signifie exactement ? n Ça veut dire qu’il y a une collaboration artistique. Ils viennent voir ce que je fais. Je vais voir ce qu’ils font. Ils me prêtent des vêtements. Et en retour, je représente la marque à travers des événements à l’étranger. C’est plutôt cool, quoi ! Avez-vous des créateurs fétiches ? n J’adorais Martin Margiela à ses débuts. En fait, j’adore surtout les vêtements qui ont une histoire. J’ai des sacs entiers de fripes. J’accumule beaucoup en me disant que ça pourrait toujours servir sur un film.

PHOTO / TANGUI JOSSIC POUR KOSTAR

Avez-vous déjà pris des vestes ? n Ah ça oui. Des vestes amoureuses, pas mal. Et professionnelles aussi d’ailleurs. Même si j’en ai pas l’air comme ça, j’ai vécu. À qui souhaiteriez-vous tailler un costard ? n C’est difficile, mais j’essaie d’appliquer les accords toltèques : ne pas dire du mal, entre autres. Je pense que l’on s’abîme un peu à dire du mal des autres. Quelle personnalité souhaiteriez-vous relooker ? n François Hollande… À croire qu’il n’a pas de chance, car dans le dernier Kostar, c’était déjà tombé sur lui… n Oh merde. C’est horrible. Le pauvre. En même temps, il le cherche un peu avec ses costumes bien coupés. Quel est le comble du chic ? n Le silence et la lenteur. Et du mauvais goût ? n Le tweet. Je déteste ça. La mode étant un éternel recommencement, que vont-ils bientôt remettre au goût du jour ? n Tout ce qui est moche revient à la mode. Je vous laisse donc le choix. Demain, vous organisez une soirée costumée. Quel en serait le thème ? n J’habite dans une cour et on vient de se mettre d’accord sur le thème de notre prochaine soirée : East Coast, West Coast.

Que signifie être à la mode ? n Ça veut dire la suivre. Et c’est une sensation assez terrifiante car la mode se démode à une vitesse folle.

Finalement, cet été, serez-vous espadrilles ou claquettes ? n Espadrilles ! La claquette, ça fait piscine et ça fait peur. n

Pensez-vous être à la mode ? n Non, car maintenant, je commence à durer.

L’ÉCHAPPÉE BELLE, UN FILM D’ÉMILIE CHERPITEL ACTUELLEMENT À L’AFFICHE.

Avez-vous déjà retourné votre veste ? n Jamais. PA G E 0 1 0

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

LES REVENANTS, SAISON 2 À PARTIR D’OCTOBRE SUR CANAL +. CHOCOLAT, UN FILM DE ROSCHDY ZEM AVEC OMAR SY, LE 3 FÉVRIER 2016 EN SALLE.


NÉCESSAIRES ACCESSOIRES

CAP CREAM PAR SUPERPIECEOFCHIC Créée en 2010 par Barbara Repole et Sébastien Pescarollo, la marque belge dont la devise est “Luxury of Fun” joue la carte de l’édition limitée disponible à Bruxelles, Los Angeles, Dubaï et bien évidemment sur leur boutique en ligne. Pour cet été 2015, Superpieceofchic propose une casquette pour femme à la baseline chaleur et pop : Suck my cream. 64€. WWW.SUPERPIECEOFCHIC.COM n OLOW IS WAITING FOR THE SUN Le label nantais que l’on ne présente plus et la marque à la cool et française de lunettes de soleil en bois Waiting For The Sun s’associent pour proposer deux modèles de solaires, Blum et Repu Black, livrés avec étui en cuir. 110€. WWW.OLOW.FR n JOVENS Oh, mon amour, Je rêvais d’une autre terre, Rock is not head… Les sacs en toile de la marque française Jovens, conçus et produits dans une démarche responsable, abattent une nouvelle fois leur carte easy-chic et rock. 27 et 31€. WWW.JOVENS.FR n SAQERABA Tous les articles de Saqeraba sont signés du photographe Gérard-André Renault et fabriqués en très petites séries. Ils sont fabriqués, imprimés et confectionnés en France, dans la région Rhône-Alpes. Prix de la pochette illustrée à l’identique sur chaque face : 26€. WWW.SAQERABA.COM

PA G E 0 1 2

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


Ouverture le 29 Juin

3 sources de bien-être

Un labyrinthe aquatique, original et ludique de 12 ateliers : • une eau de 31 à 34° • 133 jets de massage sous-marins • geysers et cols de cygne • bain bouillonnant • hammam, sauna et fontaine à glace... • Accessible par abonnement ou au ticket • Durée d’un Parcours : illimitée

offre découverte

1 entrée pour 2 personnes

50€

aU lieU de 64€*

Nos offres sPéciAles ouverture

www.boutique.aquatonic-nantes.com

5 Place Aristide Briand • Nantes 02 40 41 89 89 • www.aquatonic-nantes.com

* Offre valable jusqu’au 31 août 2015. © Création : Agence Bellecour Conseil.

Parcours Aquatonic


ELLE CHEMISIER ET ROBE VINTAGE _CHEZ OH MY BICHE BIJOUX _JUGEOTE ET PARCIMONIE SOLAIRES _ALAIN MIKLI _CHEZ OPTIQUE LE PROVOST LUI POLO _SCOTCH AND SODA _CHEZ JIM CHEMISE _PALMS _CHEZ JIM SHORT _SCOTCH AND SODA _CHEZ JIM SOLAIRES _GUCCI _CHEZ OPTIQUE LE PROVOST


GARDEN PARTY PAR

GILDAS RAFFENEL

AVEC JONATHAN & BARBARA, AGENCE KARIN STYLISME EMILIE BERGER MISE EN BEAUTÉ FANNY FALLOURD ASSISTANTS KLEBER GUILLEMOT & MARJORIE PEREIRA RETOUCHES MARTIN JOLY PRODUCTION STUDIO PLACE CLICHÉ


CHEZ CALIFORNIA CONCEPT LUI TSHIRT _DEUS EX MACHINA SHORT _AFENDS CHEMISE _WEMOTO CHAUSSETTES _ALFREDO GONZALES SOLAIRES _COURREGES _CHEZ SCRIBE OPTIQUE CLAQUETTES _NIKE _CHEZ SCOTT PREMIUM ELLE ROBE _AFENDS KIMONO _AMUSE SOCIETY CHAUSSETTES _ALFREDO GONZALES SHOES _REEBOK _CHEZ SCOTT PREMIUM BIJOUX _JUGEOTE ET PARCIMONIE


CHEMISIER VINTAGE _CHEZ PEPETTE SHORT _AGNÈS B _CHEZ PEPETTE


CHEZ CRAZY REPUBLIC ELLE ROBE _GUESS VESTE _ICODE LUI CHEMISE _CARHARTT TSHIRT _ELEVEN PARIS PANTALON _GSTAR VESTE _GUESS


CHEZ OKKO LUI CHEMISE _BEN SHERMAN MARINIÈRE _SCOTCH AND SODA PULL _HOMECORE PANTALON_ SCOTCH AND SODA ELLE ROBE _SIYU JUPE _VANINA ESCOUBET POCHETTE _LILI CABAS SOLAIRES _MARNI CHEZ SCRIBE OPTIQUE BIJOUX _JUGEOTE ET PARCIMONIE


ENSEMBLE _JUST IN CASE _CHEZ BAM SOLAIRES _PIERRE EYEWEAR _CHEZ À VUE D’ŒIL


PA G E 0 2 2

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


GALERIE DE PORTRAITS

ITINÉRAIRE D’UN ENFANT DOUÉ TEXTE / ARNAUD BÉNUREAU

SELFIE / BLUTCH

Pensionnaire de La Tangente, asso rennaise branchée électro, et booké par Astropolis, Julien Porhel, Blutch sur sa carte d’identité nocturne, vient de connaître une année complètement folle. Et ça ne fait que commencer. Après des Dj’s sets « par-ci, par-là », Blutch a définitivement décollé il y a un an tout juste lors de la dernière édition d’Astropolis. « J’entends parler d’Astro depuis que je bois des bières. Autant dire que ça fait quelques années. Là, j’avais accès aux loges. Je me suis fait de nouveaux potes. Et aujourd’hui, je roule pour eux. Je n’en reviens toujours pas. C’est bizarre car je rêvais de ça, mais dans 10 ans. » n Comme le jeune producteur de 24 ans a l’art de la blague, mais pas du storytelling, la réaction est sincère. De toute façon si Blutch, équilibriste avançant avec agilité et grâce sur les fils de l’abstract hip hop et de la house, se la racontait, ça se saurait. « N’ayant pas de formation musicale, je suis allé naturellement vers l’électro. Petit à petit, j’ai commencé à faire des trucs. Comme à un moment, j’en ai eu marre de faire de la merde, j’ai décidé de pousser le bouchon plus loin. En m’enfermant dans mon petit refuge, j’ai pris beaucoup de plaisir. Sans trop savoir pourquoi d’ailleurs. Peutêtre qu’à force de faire l’andouille, faire de la musique me détendait. » Et celle que Blutch

propose touche d’abord au cœur avant de monter au cerveau puis de descendre dans les guibolles. n « Lorsque je cherche des samples, l’atmosphère prime avant tout. Pourtant lorsque j’enlève mon casque, j’aime aussi la bonne techno des champs et taper du pied avec les potes. » Et oui, quand il ne compose pas, Blutch fait la fête, « l’emploi du temps de ma vie ». Ce n’est pas un full-time job non plus ; car à côté, le Breton bosse. Il est actuellement « employé polyvalent » dans la boîte de graphisme de son père. Pas le temps donc de se prendre pour un artiste. « Je ne me définis pas ainsi. Je ne crée rien. Un artiste, c’est un mec qui expérimente vraiment. Pour le moment, je n’ai ni le temps, ni la force, ni la motive. » Mais le talent, Blutch en a à revendre. Par kilo. n LE 27 JUIN AU PARC DES GAYEULLES, RENNES. LE 3 JUILLET À LA CARÈNE, DANS LE CADRE D’ASTROPOLIS, BREST. LE 6 AOÛT DANS LE CADRE DES JEUDIS DU PORT, BREST. LES 7 ET 8 AOÛT AU PALAIS DANS LE CADRE DE BELLE ÎLE ON AIR, BELLE-ÎLE-EN-MER. HTTPS://SOUNDCLOUD.COM/BLUTCH WWW.FACEBOOK.COM/PAGES/BLUTCH

PA G E 0 2 3

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


GALERIE DE PORTRAITS

SUR LE PONT TEXTE / VINCENT BRAUD

PHOTO / VAISSEAU FANTÔME ET ANTOINE HERNIOTTE POUR KOSTAR

Disparues les moustaches à la José Bové ! Antoine Herniotte est Riquet sur scène dans le In d’Avignon. Riquet sans la houppe. Il a lui-même adapté ce conte de Perrault à la demande de Laurent Brethome, son complice du Menteur volontaire.

Tout a commencé à La Roche-sur-Yon. Dès le collège, puis au Lycée Mendès-France, l’option théâtre est déjà prise. « En fait, j’ai lu très tôt et, pour moi, le théâtre, c’était faire vivre la littérature. » Lorsqu’il est admis au Conservatoire national, le projet se dessine. Et le Genesi de Castelluci à l’Odéon est décisif : « L’énergie et l’inventivité du spectacle, c’est une vraie claque. Un choc physique et intellectuel. » n Les projets s’enchaînent. « Un clash, dans ma vie, m’a paradoxalement poussé à repartir à la découverte de nouveaux territoires. » Le théâtre sur scène, le théâtre comme metteur en scène, le théâtre comme auteur. Avec quelques escapades du côté du son et de la danse avec Daniel Larrieu. Antoine Herniotte touche à tout et ne fixe pas de limites. Avec une idée (presque) toute simple : « vagabonder et me laisser pleinement embarquer à chaque fois qu'on m'invite à faire un pas PA G E 0 2 4

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 42

de côté ; quand on me propose quelque chose que je n'ai jamais pensé faire, mon cerveau s'allume. » n Il s’est donc allumé pour ce projet de Laurent Brethome : adapter, pour un jeune public du XXIe siècle, un conte de Perrault écrit à la fin du XVIIe. Une histoire de prince et de princesses comme on n’oserait plus en écrire. Sauf que l’histoire touche à la différence, au beau et au laid (« et à l’idée que l’on s’en fait »), au cœur et à la raison. « Le conte n’est qu’un prétexte, bien entendu. Peuton échapper à sa prédestination ? Voilà la question. » n Demain ? Antoine Herniotte n’y pense pas trop, profitant de ce moment de théâtre exceptionnel. Bientôt un travail avec Victoria Belem Martinez, une acrobate contorsionniste puis une nouvelle création avec Laurent Brethome. Toujours sur le pont. n RIQUET, DU 4 AU 8 JUILLET, CHAPELLE DES PÉNITENTS BLANCS, AVIGNON.

OCTOBRE-NOVEMBRE 2014


THÉÂTRAL ET CHORÉGRAPHIQUE CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL

photo © Nicolas Joubard / Graphisme

SAISON 2015 2016

Théâtre National de Bretagne / Rennes RENSEIGNEMENTS 02 99 31 12 31

www.t-n-b.fr


GALERIE DE PORTRAITS

FAIRE LA PLANCHE TEXTE / ARNAUD BÉNUREAU

PHOTO / FLORENT LIARD

C’est à Clisson, épicentre de l’ouragan métal en France, que Charlotte et Jérémy Tessier font feu de tout bois avec leurs longskates que le frère et la sœur imaginent, dessinent et fabriquent dans l’ancien atelier d’ébénisterie de leur grand-père.

À l’heure où tout speede et où l’on court après les likes avant même d’avoir couché la moindre idée sur un post-it, Frus, « surf à l’envers », a décidé de prendre son temps et de faire les choses dans l’ordre. n À son retour du Canada en septembre 2013, Charlotte, graphiste de formation, demande à Jérémy, son ancien charpentier de frère, de lui construire une planche de skate. Après avoir passé du temps « à fouiller sur le net et à rencontrer des gens de la rue », la première planche Frus sort de l’atelier. « Elle roule, mais a plein de défauts techniques. Aujourd’hui, elle est toujours dans la famille. Un cousin l’a chez lui. » À la suite de cette version zéro, le double mixte passe la seconde, achète une presse, s’oriente vers l’érable canadien plutôt que vers le peuplier et l’aventure Frus peut trouver sa vitesse de croisière. n Envisager comme un mode de vie plutôt qu’une seule PA G E 0 2 6

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

marque de longskates, Frus mise sur le côté fétichiste de sa clientèle. « Beaucoup de skaters sont toujours accrocs à leur première planche. Elle représente ce qu’ils sont aujourd’hui. C’est pour cette raison que chaque pièce est unique » et utilise la technique de la marqueterie, « notre petite marque de fabrique ». n Même si Frus commence à montrer le bout de son nez tout en s’appuyant sur un trio de proches à la fois photographe, graphiste, diffuseurs et modèle, les deux Nantais qui ne skatent même pas, restent « consciencieux et patients » et envisagent l’avenir sereinement. En effet, si le projet qu’ils ont dans les cartons sort de terre, Nantes deviendra définitivement une place forte de la culture skate. n LA MARQUE FRUS EST DISPONIBLE À LA LIBRAIRIE DE LA CANTINE DU VOYAGE, NANTES. WWW.FRUS.FR


Vintage sélectionné

100% FAMILLE

Magdalena

15 SPECTACLES POUR SORTIR TES PARENTS

02 51 88 25 25 | leGrandT.fr

Photo © Romain Fourteau!

LICENCES SPECTACLES 1-1075853 1-1075850 2-1075851 3-1075852 \ PHOTO © CORA MÜLLER | DESIGN : SIGNÉLAZER.COM

JUST IN CASE

9 rue du Couédic, Nantes Derrière la place Royale

BAM.nantes – bamblablabla@gmail.com


GALERIE DE PORTRAITS

L’ESPRIT MAISON TEXTE / PATRICK THIBAULT

PHOTO / TANGUI JOSSIC POUR KOSTAR

Depuis le début de l’année, MyCookr agite le buzzomètre. Partie de Nantes, la start up envisage de se tailler une belle part de gâteau sur la table des réseaux sociaux.

Au commencement, ils étaient trois et ça s’est terminé en club des cinq. Que des garçons, pas de fille. Ils avaient faim : « On en avait marre de manger la même chose et de pas savoir cuisiner. Le temps était venu de permettre à tout le monde d’accéder au “fait maison”. » n MyCookr.fr est donc né de la frustration de ne pas savoir cuisiner. Amis de longue date, anciens collègues de travail, Guillaume, Simon, Sylvain et les autres ont un bel appétit. Âgés de 25 ans ou presque, ces as du marketing n’ambitionnent rien de moins que de devenir le Airbnb de la nourriture, « s’imposer comme une alternative, démolir les murs de nos cuisines et proposer un véritable espace de cuisine sur le web ». n Le principe est bien celui du réseau social. Les Cooks – nom donné aux utilisateurs – échangent et partagent autour de PA G E 0 2 8

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

leurs goûts, de leurs envies, de leur plaisir. Une seule condition : il faut que ce soit fait maison. Cerise sur le gâteau, ils se rencontrent, ils vendent ou achètent leurs plats… n D’abord ultra local, le réseau est devenu un village monde. « On a beaucoup d’étrangers qui veulent proposer leur savoir-faire. Producteurs et artisans pourraient mettre en avant leurs produits… Il y a une place à prendre et c’est celle que nous voulons. » n Les garçons savent qu’ils sont attendus au tournant. Ils croient néanmoins en leur recette. « Nous pensons que le réseau social et la technologie peuvent connecter les gens contre l’individualisme. » À l’heure où beaucoup surfent sur la mode de l’économie collaborative, ils misent sur l’humain. « Start up, mais pas trop ! ». n WWW.MYCOOKR.COM


ur Savo

ez

us Dég

uv Déco

re z

27/04/15 18:

© EloA & LBD

Kostar - 75x107hcaves-2015.indd 1

t ez

la distinction qu’il vous faut 6 Rue de Budapest, 44000 Nantes 02 40 48 63 65 www.optiqueleprovost.com Retrouvez-nous sur facebook !


COLLIA UX OPTICIEN S, 11 RUE MA RÉCH AL JOF F RE, 35000 RENNES 02 99 78 24 66 W W W.CHA NTAL COL L IAUX.F R


toi aussi, envoie tes photos sur ton 31 FAITES-VOUS PHOTOGRAPHIER DEVANT UN 31, ET ENVOYEZ VOS CLICHÉS PAR MAIL À REDACTION@KOSTAR.FR TOUS LES 31 SONT SUR WWW.KOSTAR.FR

PA G E 0 3 1

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


PA G E 0 3 2

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


E N FA C E À FA C E

L’HOMME QUI SOUFFLE SUR LE BREIZH INTERVIEW / PATRICK THIBAULT

PHOTO / YANN PEUCAT POUR KOSTAR

Il a fait un malheur en créant des crêperies au Japon. L’aventure Breizh Café s’est bien-sûr prolongée en France. Gérard Larcher continue allègrement de redorer le blason de la crêperie en tournant le dos à une image ringardisée et en servant de pont entre la Bretagne et le Japon. Pourquoi avez-vous commencé cette aventure au Japon ? n J’ai suivi ma femme. Et quand on vit à 10.000 kms de chez soi, on a besoin de repères, de retrouver ses racines. J’ai été surpris de constater qu’il n’y avait pas de crêperies. J’ai donc créé un lieu d’échanges, convivial et chaleureux, pour présenter la culture bretonne. Et ça a marché… n Épicuriens et journalistes savent que le marché japonais est exigent. Il y a une énorme concurrence et il est difficile de pérenniser un commerce. Mais les Japonais ont la culture sarrasin avec le soba. Il fallait s’inspirer et s’imprégner des codes de vie des gens, avoir le souci du détail, de l’esthétique. Ils ont une gastronomie aussi élaborée que la nôtre.

« BREIZH CAFÉ N'EST PAS FORCÉMENT UNE CRÊPERIE » Peut-on dire que si vous n’étiez pas allé au Japon, vous n’auriez pas ouvert de crêperie ? n Probablement pas. C’est cette double culture qui m’a permis de doser. De dépoussiérer l’image. Pourquoi a-t-on a mis si longtemps à se rendre compte que la crêpe pouvait aussi

être gastronomique ? n Pour beaucoup de gens, la galette n’est qu’une vulgaire enveloppe. Alors que c’est le goût et l’odeur. On peut l’associer à tout. Il est important de valoriser cette culture et la transmettre. Avec de bons ingrédients, accompagnée de bons cidres. Une des clés de votre succès, c’est le respect du produit… n Je suis membre du Slow Food. Je soutiens la filière agri saine. J’ai l’obsession du meilleur produit. C’est pour cette raison que je suis installé à Saint Malo. Et c’est essentiel. Je peux m’en inspirer, créer de nouvelles recettes, travailler au fil des saisons. Savez-vous ce que vos concurrents pensent de vous ? n Non, je ne sais pas. Ils pensent peut être que je suis fou. J’ai le privilège de vivre entre le Japon et la Bretagne, deux continents distancés de 10.000 kms. Je veux modestement servir de pont. J’ai peu d’amis dans ce secteur. C’est donc l’occasion de savoir ce que vous pensez d’eux ? n Je respecte tout le monde. Je n’ai pas envie de critiquer. Si, un détail m’a toujours attristé : on produit du sarrasin en Bretagne depuis toujours et on

PA G E 0 3 3

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


E N FA C E À FA C E

utilise des farines importées. Il me semble important de soutenir nos paysans. Je ne suis pas certain que ça soit la bonne réponse. C’est le moment de réaffirmer vos convictions… n Je suis pour la pérennité des traditions des métiers. Si on veut transmettre, il est important de faire des efforts. La crêperie c’est une cuisine conviviale, pour tous les âges, et tous les niveaux sociaux. Il est dommage qu’on ne puisse pas proposer un diplôme qui soit l’équivalent de celui d’un cuisinier. On y travaille.

« LA CRÊPERIE DOIT VIVRE SA RÉVOLUTION » À qui s’adresse le Breizh Café ? n On aime les gourmands curieux qui apprécient de voyager avec le cidre. Il faut déjà avoir une certaine culture de la cuisine. On existe depuis bientôt 20 ans. On est devenu une institution, loin de la mode qui est éphémère. C’est quoi une bonne crêperie ? n Un endroit où on vous présente des produits. La provenance est sur la carte pour tous les ingrédients. C’est un lieu de partage et de plaisir. On y trouve une carte de cidres et des spécialités de saison.

5 DATES CLÉS MARIAGE EN 1994 1995, GENÈVETOKYO, CHOIX D’ALLER VIVRE DANS LE PAYS DE MON ÉPOUSE 1996 OUVERTURE DE MA PREMIÈRE CRÊPERIE. PRIX DU FOODING EN 2010. 2012 : 1ÈRE ÉTOILE MICHELIN SUR LE PORT DE CANCALE POUR LA TABLE BREIZH CAFÉ.

Ça ne serait pas un endroit où on fait les crêpes à la demande puisqu’on dit que beaucoup de crêperies ne font même plus les crêpes ? n Oui mais pour moi, c’est tellement évident. C’est un métier de cuisinier. Les produits frais sont transformés. La galette doit s’imprégner de la matière première. C’est le mélange qui compte. La galette absorbe les saveurs et les goûts. Et elle devient croustillante. Pourquoi n’y a-t-il pas de label identifié des crêperies ? n Il y a Crêperie gourmande. J’y adhère à Cancale. J’ai été l’un des premiers à être enregistré. Envisagez-vous d’ouvrir des franchises ? n Tous les mois je suis sollicité. C’est à l’ordre du jour. La difficulté, c’est que j’ai envie de faire des choses différentes en adéquation avec les lieux, les villes et les produits locaux. Breizh café n’est pas forcément une crêperie. Mais c’est un concept urbain… n Oui. Un concept qui correspond à des gens qui veulent manger simple et bon. Mais nous n’avons pas la prétention d’être les meilleurs.

PA G E 0 3 4

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

J’aime aussi la crêperie trad'. C’est un peu le folklore mais n’oublions pas qu’il y a une clientèle qui recherche ça. On est capable de faire trad’ et plus moderne. On a la soupe de sarrasin, des rolls, des amuse galettes… Comment être à la fois un artisan et un homme d’affaires ? n J’ai toujours donné un sens à mon métier. Je l’ai partagé et renforcé. D’ici deux-trois ans, on aura une ferme. On produira nos sarrasins. On aura nos vergers et nos légumes bio. Je n’oublie pas de passer du temps avec mes amis d’enfance, producteurs et éleveurs. Je suis arrivé à une période où je veux trouver la nouvelle matière première et la partager. Je reviens à mes origines. Je suis fils de paysan et je vais le redevenir. Avec une ferme, vous allez vous mettre à dos les producteurs ? n Pas du tout. Il y a 300 variétés de pommes, de vraies différences entre les cidres. On va travailler les anciennes variétés de sarrasin. Je pense que c’est important pour mes collaborateurs de toucher la matière première. Peut-on dire que vous soufflez sur le breizh ? n Je dois contrarier bon nombre de personnes. Je travaille des convictions. Je suis un éternel insatisfait. J’aime décortiquer les choses. Progresser. Toujours apprendre. Comment expliquer que votre restaurant japonais étoilé s’appelle La table Breizh café ? n À la maison, je partage les deux cultures. C’est un restaurant qui sert de pont. On m’a beaucoup critiqué au début. En plus un restaurant japonais sur le port de Cancale. On me disait “Installe-toi à Paris ! Qu’est-ce qu’on peut dire à ceux qui considèrent que la crêperie sent le graillon ? n Là, je ne vois pas ce qu’on peut faire. La crêperie doit vivre sa révolution, créer des espaces plus contemporains. On doit pouvoir dépoussiérer cette culture, décomplexer la crêperie. La crêperie doit s’imprégner d’autres cultures pour s’enrichir. Si je m’installe aux Etats-Unis, je pourrai peut être associer cette culture à la mienne. C’est ce que j’aime dans ce métier. Il faut oser ! n HTTP://BREIZHCAFE.COM BREIZH CAFÉ, CANCALE, SAINT-MALO, PARIS… 120 COLLABORATEURS (90 AU JAPON, 30 EN FRANCE)


PHOTOS ISSUES DU LIVRE BREIZH CAFÉ / CRÉDIT PHOTO : MARIE PIERRE MOREL

E N FA C E À FA C E

PA G E 0 3 5

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


PA G E 0 3 6

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


UN CUISINIER SUR LE GRILL

CLASSE ROYALE INTERVIEW / PATRICK THIBAULT

PHOTOS DAVID DARRAULT

Depuis un an, Fontevraud est devenu une étape gastronomique. Lauréat du Bocuse d’or en 2013, Thibaut Ruggeri a pris les commandes du restaurant de l’abbaye Royale. Dans un aménagement convaincant du designer Patrick Jouin, il propose une cuisine créative inspirée par l’esprit des lieux et du terroir. Comment présentez-vous votre cuisine ? n Je souhaite d’abord faire bon. C’est un minimum… n Ça semble évident, mais ça n’est pas systématique. Beaucoup de modes font le buzz à un moment et quelques années plus tard, des restaurants disparaissent parce que ça n’était tout simplement pas bon. Ensuite, je tiens à l’esthétique. Et enfin, j’aime qu’il y ait du sens dans une assiette. Je veux pouvoir exprimer le pourquoi de ce plat. En résumé, le bon, le beau et le sens !

« J'AIME QU'IL Y AIT DU SENS DANS UNE ASSIETTE » Du sens il y en a avec la soupe et le pain que vous déclinez à tous les repas… n Ça c’est l’idée du rituel avec la soupe et le pain sec. C’est calqué sur la saison et en évolution permanente. Là, je travaille un yaourth brassé au maquereau brulé avec du pain au fenouil sauvage. Puis, il y a l’élixir aux herbes de l’abbaye pour la fin. J’ai voulu un point d’entrée et un point de sortie. Le sens, c’est l’accord entre les plats et le lieu ? n Le sens, c’est un terme qui veut à la fois tout dire et rien dire. C’est faire bon

avec ce qu’on a dans son terroir. Un terroir spécifique que je n’aurais pas eu en HauteSavoie ou ailleurs. Un terroir forcément unique ? n J’ai eu un coup de foudre pas possible avec Fontevraud. J’ai tout de suite été en affinité avec le monument, ses valeurs et la cuisine. On est à Fontevraud et on réalise, à Fontevraud, une cuisine spécifique pour Fontevraud, avec un art de la table spécifique à Fontevraud. L’art de la table participe à donner du sens. On a le potager, le vin, les vignes… Tout à portée de main. Pas question donc d’importer des produits ? n Je dis ça sans prétention aucune : j’ai toujours trouvé que c’était aberrant de recevoir des légumes par avion. Et je crois qu’aujourd’hui, on ne pourrait plus manger des asperges vertes n’importe quand dans un étoilé Michelin. L’univers de Fontevraud est tellement inspirant pour un cuisinier que je n’ai pas besoin d’aller loin. Les saisons se déclinent-elles avec quatre offres par an ? n Non, il faut vivre au rythme de la nature et ne pas lui forcer la main. Il y a tellement de variations. Elle évolue en permanence et il faut la respecter.

PA G E 0 3 7

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


UN CUISINIER SUR LE GRILL

J’ai un système d’appellations suffisamment évocateur dans mes menus pour avoir des variantes différentes. Ma carte évolue en permanence.

ENTRÉE PLAT DESSERT UN GASPACHO FRAISE TOMATES, C’EST DIVIN. ENSUITE FOIE GRAS, ASPERGES ET INFUSION DE RONCES PUIS, UN PARFAIT AU MIEL GIVRÉ AVEC LES FRUITS QU’ON VEUT.

UN VIN UN BLANC, LES FRESNETTES DU CHÂTEAU DE TARGÉ. J’AURAIS AUSSI PU DIRE L’ANJOU BLANC DE PATRICK BAUDOUIN. UNE GIFLE !

On pourrait passer du sens aux cinq sens ? n Oui, c’est une bonne remarque. Je disais le sens dans le sens idée. En cuisine, si vous faites exceptionnellement bon, ça aura toujours moins de succès si ça n’est pas joli. C’est intrinsèque. Tout ça a à voir avec le bon goût et le mauvais goût. C’est toute la partie émotionnelle, ça va vous marquer, constituer une expérience que vous n’oublierez jamais. Comme votre variation sur le champignon de Paris… n Incontournable à Fontevraud. J’ai fait évoluer ce plat 25 fois. On ne me parle que de ça. C’est à 98 % le même plat. Je n’ai donc changé que 2 % du plat mais j’ai trouvé des évolutions qui font mouche. Ça vaut la peine si on peut obtenir un tel taux de satisfaction avec seulement 2 % de changement. C’est passionnant si certains s’en souviennent toute leur vie. Au-delà du champignon de Paris, comment célébrez-vous le terroir ? n Avec ma révolution d’un légume de saison. Une entrée froide uniquement à base de légumes auquel j’ajoute un condiment au chèvre. C’est peutêtre le plat qui me tient le plus à cœur car il n’est jamais le même. Je fais à partir de ce qu’on a dans le potager. Etre en prise avec un lieu et un terroir, c’est une contrainte ou une liberté ? n C’est un stimulant extraordinaire. Un vrai cuisinier, c’est quelqu’un que vous pouvez débarquer n’importe où. Il va regarder ce qu’il y a sur le marché, s’imprégner du produit et vous faire un plat qu’il n’aura jamais fait. Dans cette démarche, il y a une part d’excitation car il y a remise en question. Je suis

PA G E 0 3 8

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

convaincu que les chefs de province sont incités à performer et innover parce qu’ils sont contraints. Votre démarche, c’est faire en sorte que le travail s’efface pour arriver à une forme de simplicité, non ? n Je n’ai que 34 ans mais déjà 16-17 ans de parcours. Quand on démarre, on se dit que plus un plat va être technique, meilleur il sera. Chez Lenôtre où on produit 60 créations tous les 6 mois, j’ai vu ce que c’est que la pacotille qui assure le succès. J’ai rompu avec ce qui pourrait faire mouche. Quand on enlève des couches et des couches, il n’y a pas de poudre aux yeux. Pas de superflu. Votre dessert citron jaune et olive noir, c’est le parti pris d’un travail sur l’acidité ? n C’est un travail sur l’équilibre sucré salé. C’est un dessert clivant. Je voulais mettre un agrume. Et je ne voulais surtout pas faire une énième tarte au citron. Je voulais partir sur quelque chose de différent. Je pensais au cocktail avec du Martini, la cerise… Des cocktails qu’on aime même s’ils sont super amers. C’est un dessert qui évolue. Avez-vous tout de suite été en accord avec le projet de Patrick Jouin pour le lieu ? n Nous avons tout de suite été en harmonie avec Patrick et Sanjit Manku. Je dis chapeau car il y a un équilibre. Dans un site qui aura bientôt 1000 ans, le design navigue entre les deux périodes en permanence. Je voulais être évocateur de l’univers sans tomber dans la reconstitution. Je cherchais un déclic. J’ai fait mes maquettes d’écuelles. On s’est regardés et on s’est compris. J’étais totalement en phase puisqu’on a eu la même idée sans se concerter. n FONTEVRAUD LE RESTAURANT, ABBAYE ROYALE. WWW.FONTEVRAUD.FR


2 > 19 JUILLET 2015

RENNES ET VALLÉE DE LA VILAINE

WW

e W.l

sto

mb

ee

la sde

nui

t.c

om

EN VILLE À RENNES DOMINOES (Station House Opera/UK) - BALANESCU QUARTET (UK) GRANT LEE PHILIPPS (USA) - HAPPY MANIF (David Rolland Chorégraphies/FR) LAETITIA SHERIFF (FR) - CALLE OBRAPIA #4 (Ex Nihilo/FR) BE CLAUDE (Cie 1 Watt/BE) - MÉGA PARK (Superbe/BE) - CE QUI RESTE (Cie O ULtimo Momento/POR-FR) - PEGGY PICKIT VOIT LA FACE DE DIEU (Le Joli Collectif/FR)... TANGO-RUGBY AU RHEU BAL DE MATCH (Association Tangible/FR) - MINISYM (FR) SHAKESPEARE À LAILLÉ BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN (26 000 couverts/FR) CARTE BLANCHE À THE WHALESTOE ATTIC (FR).. AU BORD DE L’EAU À APIGNÉ LE BISTRODOCUS (Cie Ocus/FR) - BOI (Cirque Galapiat/FR) - PASCALS (JAP) - EXTRÊMITÉS (Cirque Inextrémiste/FR) - MIETTES (Association Des Clous/FR) - LOVE BAL (Le bal à fond/FR) - RADIO BARKAS (NL) - MAIBAUM (Jordi Gali/FR) - ZANMARI BARÉ (FR)...


PA G E 0 4 0

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

PHOTOMONTAGE : CHARLIE MARS. MODÈLES : ARZU DOGAN, JULIEN LAMBERT


par

pierrick sorin LE TRAVAIL DU NANTAIS PIERRICK SORIN EST MONDIALEMENT CONNU. DEPUIS NOVEMBRE 2006, IL NOUS RACONTE SON QUOTIDIEN DE CRÉATEUR. SIGNÉ SORIN, NATURELLEMENT.

PHOTOS / P.SORIN

Coup de bol : la chanteuse est belle. Pour interpréter La Belle Hélène, c'est pas plus mal. Dans cette célèbre opérette d'Offenbach, Hélène est même sensée être la plus jolie femme du monde. Reine de Sparte, mariée à Ménélas, elle est néanmoins promise, par la volonté de Vénus, à une chaude love story avec le berger Pâris – un prince troyen, en réalité. Selon les dialogues, Pâris est aussi un topcanon : « Tu es crânement beau, je m'oublie à t'admirer », lui dit Hélène. Mais, l'interprète du prince-berger n'est pas très gâté : tête ronde dégarnie, gros nez, double menton, silhouette de gros nounours. Je lui demande s'il accepte de jouer en petit slip la fameuse scène de la coucherie avec la reine. Il répond : « Tu sais, je suis très poilu, un vrai singe ! ». Sur scène, calvitie oblige, il porte une perruque ondulée qui n'améliore guère son apparence. La crédibilité du désir d'Hélène pour le “beau” Pâris en prend un coup et quand son visage apparaît agrandi en cinémascope, l'air niais du garçon déclenche les rires. Le défaut de grâce a un effet comique. Finalement, c'est

JE LUI DEMANDE S'IL ACCEPTE DE JOUER EN PETIT SLIP LA FAMEUSE SCÈNE DE LA COUCHERIE AVEC LA REINE. IL RÉPOND : « TU SAIS, JE SUIS TRÈS POILU, UN VRAI SINGE ! » un atout. Là, je suis un peu cynique. Je l'aime pourtant ce chanteur ; il est charmant et il a bossé dur pour tenir son rôle. Et puis, beaucoup diront que c'est rassurant de voir que dans un monde où l'apparence devient hégémonique, persistent des espaces, comme l'opéra, où priment d'autres valeurs. n La Belle Hélène est le sixième spectacle musical dont je co-signe la mise en scène et la scénographie. Comme toujours, je transforme le

plateau en studio bleu. Les chanteurs se positionnent devant des caméras. Des décors miniatures sont amenés sur des plateaux roulants avec caméras embarquées. Sur un écran suspendu, occupant toute la largeur de la scène, les chanteurs apparaissent intégrés aux décors. Cette technique permet de nombreux trucages en direct. De simples photos découpées, manipulées sur scène par des schtroumpfettes, bleues des pieds à la tête, et voilà que sur l'écran des visages de déesses flottent dans l'azur. Ménélas est en partance pour la Crête : on l'assoit sur un cube bleu. On amène à jardin une machine permettant de créer des éclairs. À cour, un manipulateur fait défiler un ciel peint derrière un modèle réduit d'avion… et ainsi Ménélas, terrorisé dans le cockpit ouvert, s'envole au cœur d'un ciel zébré d'éclairs. n Comme toujours, dans les quelques jours qui précèdent la première, le stress gagne tout le monde. Les approximations semblent insurmontables. Le ratage semble au rendez-vous. Mais chacun y va de son effort, de l’accessoiriste à l'éclairagiste, du danseur au régisseur-image. La sauce prend, c'est gagné ; ça semble même magique. La première représentation réussie est comme la métaphore d'un monde presque parfait où la conjugaison d'énergies solidaires, souvent discrètes, viendrait à bout de tous les maux, imposerait l'harmonie. Au fond, créer un spectacle pour un large public ne me satisfait pas tout à fait. Le souci de ne pas ennuyer impose souvent quelques facilités. On s'écarte vite des nobles exigences de l’Art. Mais rien que pour l'expérience humaine, j’en veux encore. n LA BELLE HÉLÈNE, PRODUCTION THÉÂTRE MUSICAL DU CHÂTELET, MISE EN SCÈNE SORIN/CORSETTI, VISIBLE EN “REPLAY“ SUR LE SITE D'ARTE APRÈS SA DIFFUSION DU 21 JUIN.

PA G E 0 4 1

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


UN ÉTÉ DARE D’ART L’été ramène un exceptionnel programme d’expositions qui permet de sortir des circuits balisés dans les villes. C’est vraiment la saison de l’art contemporain… mais pas que. Comme chaque année, Kostar vous a sélectionné les étapes incontournables mais aussi des coups de cœurs, nos bons plans. Ce qui frappe pour 2015, c’est l’immense terrain de jeu à arpenter depuis le Voyage à Nantes jusqu’à Fontevraud ou Kerguehennec. Le thème du jeu a inspiré les artistes. C’est parfois ludique… mais pas que ! Nous vous souhaitons un bel été. DOSSIER RÉALISÉ PAR ANTONIN DRUART

PA G E 0 4 2

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

MARIE GRONEAU

ÉTÉ 2015

PATRICK THIBAULT


LES EXPOS DE L'ÉTÉ

Le jeu toujours à l’honneur avec les deux playgrounds qui occuperont l'espace urbain nantais : Feydball d’un côté, terrain anamorphosé pour les adeptes du ballon rond prend place carré Feydeau. Tandis qu’au pied de la grue jaune, (Detroit Architectes et Bruno Peinado) de quoi réaliser ses rêves les plus fous sans règles ni contraintes : vous marchez juste sur la lune, tout simplement ! FEYDBALL, BARRÉ LAMBOT ARCHITECTES, ESPLANADE CARRÉ FEYDEAU. PA G E 0 4 3

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


LES EXPOS DE L'ÉTÉ

BAPTISTE DEBOMBOURG, “STELLAR”, PLACE DU BOUFFAY © MAQUETTE DU PROJET : BAPTISTE DEBOMBOURG

44 Baptiste Debombourg

le grand 8 Chaque été, l’installation de la place du Bouffay est un signe fort de l’édition du Voyage à Nantes. Baptiste Debombourg qui s’appuie toujours sur le réel pour mieux le métamorphoser a imaginé une sorte de grand huit qui fait tourner la tête aux terrasses de la place. Cette idée populaire et spectaculaire du Grand 8 tient-elle au fait qu’on est sur une place très grand public ? n Il y a de ça. Mais ce n’est pas tant l’aspect populaire que la configuration architecturale du lieu qui me donnait l’envie de travailler sur quelque chose d’aérien. Lorsque les gens sont assis en terrasse, l’espace disponible est en hauteur. Mettre quelque chose au sol c’est obturer l’espace de liberté. Je voulais que la sculpture respecte l’espace et la lumière. Pourquoi Stellar ? n La pièce est complètement aérienne. Elle touche à l’infiniment grand et à l’infiniment petit. Un des éléments qui m’a aidé à définir la forme, c’est une commande faite à Robert Delaunay pour le pavillon de l’air de l’exposition universelle de 1937.

L’infiniment grand et petit nous ramène à Pascal. Est-ce qu’il y a un message ? n Quand je travaille dans un contexte, j’imagine toujours des liens à différents niveaux. n Il faut qu’il puisse y avoir un échange, avec le lieu. Quelque chose de dynamique. J’ai conçu l’œuvre comme une rampe de décollage des terrasses pour permettre à chacun de se projeter dans l’imaginaire. La chaise représente une personne. Des chaises qui s’envolent, c’est une image de la représentation de l’homme. n STELLAR, BAPTISTE DEBOMBOURG, PLACE DU BOUFFAY, NANTES. WWW.LEVOYAGEANANTES.FR

30 ans de rails Le tramway nantais a 30 ans et ça se fête aussi sur le plan artistique. Après l’exposition à La Cale 2 créateurs en partenariat avec le Lieu du Design, Yasmina Abid propose un parcours photographique dans la ville sur les stations du tram et du busway. L’ambition : faire redécouvrir la ville aux usagers à travers le regard des photographes nantais. n

© ROMAIN BOULANGER

44

LE TRAMWAY NANTAIS, 30 ANS, 30 PHOTOS, 30 STATIONS, NANTES. WWW.LEVOYAGEANANTES.FR PA G E 0 4 4

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


LES EXPOS DE L'ÉTÉ

44

as de pick

© KAZY USCLEF

Après l’énorme succès de la Villa Ocupada qui évoquait la création issue du muralisme et du graffiti d’Amérique Latine, Pick Up production se tourne vers l’Asie. L’association convie une sélection d’artistes représentatifs de cet ancrage culturel. La proposition fait se rencontrer le travail de créatifs qui ont fait le voyage depuis ce lointain continent et celui d’artistes occidentaux fortement marqués par les cultures visuelles asiatiques. Imagerie traditionnelle, mangas, miniatures ou tatouages construisent un corpus artistique réuni au sein d’une péniche, espace d’exposition métaphorique qui symbolise cette singulière invitation au voyage. n ASIE RIDERZ, PÉNICHE AMARRÉE CANAL SAINT FELIX, QUAI MALAKOFF, NANTES. WWW.ASIERIDERZ.COM

Ultima_Visuelpresse_EXE.pdf

1

21/04/15

11:18

44

game zone

Une histoire du jeu vidéo se profile au travers de cette exposition imaginée par Pierre Giner, artiste et curateur. En partenariat avec le Cnam, le projet présente le jeu vidéo sous son aspect ludique mais pas que. Il met en relief les contextes politiques et économiques qui ont accompagné son développement. Des technologies les plus minimalistes aux plus poussées, c’est aussi une chronologie du jeu vidéo qui est passée en revue, évoquant des personnages mythiques qui ont franchi la porte de tous les foyers, évoluant sans cesse à l’instar des machines qui les animent. Volontairement subjective, forcément interactive, Ultima vous convie à la partie. n

C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

© TRAFIK

N

ULTIMA, LE LIEU UNIQUE, JUSQU’AU 20 SEPTEMBRE. WWW.LELIEUUNIQUE.COM PA G E 0 4 6

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


EXPOSITION RENNES DU 29 MAI AU 31 OCTOBRE 2015

THE AMUSEMENT PARK

© Studio Hans Op de Beeck

HANS OP DE BEECK

#TheAmusementPark


LES EXPOS DE L'ÉTÉ

44

Aurélien Bory

éclairs de génie On connaît Aurélien Bory pour ses créations qui interrogent la forme du spectacle. Après Plan B, Géométrie de caoutchouc… Plexus, l’artiste associé du Grand T, prolonge sa réflexion avec une installation qui renverse le rapport spectacle/spectateur. AURÉLIEN BORY, “SPECTACULA”, THÉÂTRE GRASLIN © ESQUISSE : AURÉLIEN BORY

Peut-on dire vous êtes devenu plasticien ? n C’est la première fois qu’on me propose une commande de plasticien. Le Voyage à Nantes a découvert l’aspect plastique de mes spectacles. Ils aimaient l’idée d’un artiste de spectacle vivant qui soit dans le déplacement. Spectacula n’est-ce pas la même démarche que vos spectacles ? n C’est un prolongement. Presque un pas de côté, puisque j’inverse le rapport. Je mets le spectateur sur scène et le spectacle dans la salle. Je fais avec l’installation ce que je ne peux pas faire avec le spectacle. Jeu de mots et jeu de rôles… n Le théâtre est l’endroit d’où l’on voit. Le protagoniste est le spectateur. J’interroge la place de l’individu au spectacle et parmi les autres. Ce jeu avec le mot Spectacula, c’est une démarche que Perec aurait pu avoir. Ma prochaine création sur Perec se nourrit de Spectacula.

le théâtre comme un art de l’espace. Et l’installation est un art de l’espace. Il s’agit d’éclairer les objets. Éclairer l’existence. Il y a une dramaturgie de l’installation. C’est une série d’extinctions. Des sens multiples apparaissent. Et je joue avec ces associations d’idées. n

Comment les deux disciplines se nourrissent-elles ? n Dans les deux cas, le départ, c’est la scéno. J’aborde

SPECTACULA, AURÉLIEN BORY, THÉÂTRE GRASLIN, NANTES. DU 3 JUILLET AU 30 AOÛT. WWW.LEVOYAGEANANTES.FR

44 Double casquette

E.BARDELLI THE ONES ON THE OTHER SIDE

Double exposition pour Etienne Bardelli, designer graphique et plasticien, qui propose une installation au lieu unique et à l’Espace LVL. Une touche géométrique et minimale, des formes puissantes associées à des matériaux issus de l’industrie : tel se compose le vocabulaire visuel de cet obsédé des espaces et des volumes. Misant sur l’expérimentation et les procédés industriels, il offre à vivre une installation immersive au lieu unique et une proposition au partipris ultra graphique à l’Espace LVL, le tout dans une conception hautement plastique. n ETIENNE BARDELLI, OIL ON CANVAS, NANTES. LE LIEU UNIQUE, DU 3 JUILLET AU 30 AOÛT ; ESPACE LVL, DU 8 JUILLET AU 30 AOÛT. WWW.LVL-STUDIO.COM PA G E 0 4 8

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


Conception graphique STUDIOTOVAR / Annette Messager, Dooomestic, 2000. Paris, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, photo Musée d’Art moderne/Roger-Viollet © ADAGP Paris 2015

MUSÉE JEAN-LURÇAT ET DE LA TAPISSERIE CONTEMPORAINE


LES EXPOS DE L'ÉTÉ

44 La carpe et le lapin

© TATURO ATZU / PHOTO : BERNARD RENOUX

La HAB galerie laisse, comme chaque été, son espace à l’un des artistes du parcours Estuaire. Après Huang Yong Ping, c’est au tour de Tatzu Nishi, l’auteur de la Villa Cheminée, œuvre populaire s’il en est, installée à Cordemais. Il présente à Nantes un projet étonnant : “une exposition personnelle collective”. Évidemment puisque l’artiste n’a de cesse de changer de nom (Tatzu Oozu, Tatsurou Bashi…). C’est sous son dernier pseudo en date, Taturo Atzu, dont il s'agit ici, jouant toujours sur les contrastes, le modeste et le noble, le beau et le laid, l’intime et le public… Drôle et acide, le challenge est relevé en galerie pour cet artiste plus familier de l’espace public. n TATURO ATZU, SOLO GROUP SHOW, HAB GALERIE (MAIS AUSSI AU CHÂTEAU ET AU MUSÉE JULES VERNE). WWW.LEVOYAGEANANTES.FR

Europa Deuxième volet du festival Circulation(s) qui propose un panorama décousu de la photographie européenne. La sélection des artistes mise sur une vraie confrontation des regards qui interpelle le visiteur. L’Europe photographique existe plus que jamais dans sa diversité. n CIRCULATION(S), LA CALE 2 CRÉATEURS, PARC DES CHANTIERS, NANTES. WWW.LEVOYAGEANANTES.FR PA G E 0 5 0

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

© RASTI LAURENCE

44


PORTRAIT DE FEMME, FRANÇOIS II POURBUS © RMN – PHOTOGRAPHIE : G.BLOT

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

la belle peinture

FLAMANDS ET HOLLANDAIS, JUSQU’AU 30 AOÛT, CHÂTEAU DES DUCS DE BRETAGNE, NANTES. WWW.MUSEEDESBEAUXARTS.NANTES.FR

© Aurélien Bory - Licences spectacles 1-1075853 / 1-1075850 / 2-1075851 / 3-1075852

44

On n’en a pas fini avec la redécouverte des pépites du Musée des beaux-arts de Nantes. Cette fois, c’est la collection flamande et hollandaise qui sort de l’ombre. Un ensemble d’œuvres exceptionnelles choyées et restaurées retrouvent leur splendeur dans un parcours intelligent. On saisit alors l’importance capitale de cette école du Nord qui a introduit les différents genres en peinture. Les scènes historiques et religieuses de Matthias Stom, les portraits nobles de Vouet, les moments de vie triviaux du petit peuple par Brakenburgh… Jusqu’aux natures mortes baignées d’or de J.Mather, un tournant technique et pictural s’orchestre sur fond de crise politique et religieuse qui se révèle déterminant pour l’histoire de l’art. n

03 JUIL > 30 AOÛT - THÉÂTRE GRASLIN

SPECTACULA AURÉLIEN BORY

Une commande conjointe du Voyage à Nantes et du Grand T à Aurélien Bory Entrée libre 7j/7 de 10:00 à 19:00

PEn A Gco-réalisation E 051 Kavec O S Le T AVoyage R SàANantes I S O N et 0 9Le/Grand N U MT.ÉRemerciements RO 46 ÉTà É Angers 2 0 1 5 Nantes Opéra.


MARC-ANTOINE MATHIEU, S.E.N.S., INSTALLATION, LIFE SAINT-NAZAIRE, 2015 / PHOTO(S) MARC DOMAGE

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

44

en quête de s.e.n.s.

Création spéciale et in situ pour le LiFE qui offre son espace à l’auteur de bande-dessinée et scénographe Marc-Antoine Mathieu. L’artiste s’appuie sur son dernier ouvrage, S.E.N.S. et son personnage errant dans un univers minimaliste et énigmatique. Plus qu’une exposition, c’est une véritable plongée dans l’univers fascinant de Marc-Antoine Mathieu, divagation poétique et méditative qui bouleverse totalement nos repères. La singularité du lieu confère une résonance toute particulière à cette installation subtilement inquiétante qui relève de l’expérience. n

HÉCTOR ZAMORA, LA RÉALITÉ ET AUTRES TROMPERIES. CLICHÉ FANNY TRICHET

MARC-ANTOINE MATHIEU, S.E.N.S, JUSQU’AU 11 OCTOBRE, LIFE, SAINT-NAZAIRE. HTTPS://LELIFESAINTNAZAIRE.WORDPRESS.COM

44

La caravane passe

La caravane a souvent mauvaise réputation. Surtout en France ! Si elle ne se parque sagement dans des campings trois étoiles, on l’assimile à un type de nomadisme mal vu de nos préfectures. Hector Zamora, militant poétisant, accueille 17 de ses villégiatures ambulantes dans l’espace confiné de la galerie, sans autre arrière-pensée que de nous faire réfléchir. n HECTOR ZAMORA, LA RÉALITÉ ET AUTRES TROMPERIES, FRAC PAYS DE LA LOIRE, CARQUEFOU, JUSQU’AU 11 OCTOBRE. WWW.FRACDESPAYSDELALOIRE.COM PA G E 0 5 2

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


saison

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

2014/2015

le lieu unique

© GALERIE MELANIE RIO. AFFICHES : LES POTS CASSÉS / BRIAC LEPRÊTRE. INSTALLATION : MEMENTO MORI / FRANCK GÉRARD

scène nationale de Nantes

44

Cabinet des souvenirs

La Galerie Mélanie Rio a invité ses artistes à penser à partir du roman L’Annulaire de Yoko Ogawa. Autour de la figure du mystérieux Monsieur Deshimaru, taxidermiste et de son étrange laboratoire, les artistes apportent des œuvres, bribes de mémoires qui rappellent des specimen que l’on retrouve dans l’histoire. À ces objets énigmatiques et chargés de souvenirs confinés dans ce cabinet, les artistes répondent chacun à leur manière, des chaussures dessinées de Yann Thoreau aux fragments de textes de Julie Portier. Une exposition hybride, étrange et pourtant si familière. n LE LABORATOIRE DE MONSIEUR DESHIMARU, AVEC FRANCK GÉRARD, BRIAC LEPRÊTRE ET JULIE PORTIER, BENOÎT-MARIE MORICEAU, THOMAS TUDOUX…, JUSQU’AU 25 JUILLET, GALERIE MELANIE RIO, NANTES. WWW.RGALERIE.COM

ET AUSSI... 44 Charles de La Fosse, Chapelle de l’Oratoire, jusqu’au 20 septembre. www.museedesbeauxarts.nantes.fr n Collections Cacault, de Rome à Clisson, domaine de la Garenne Lemot, Gétigné, du 3 juillet au 8 novembre. www.grand-patrimoine.loire-atlantique.fr n Patrick Le corf, Guy Le Meaux, Yves Noblet (École de Lorient), Centre d’art, Montrelais, du 4 juillet au 30 août, artmontrelais.free.fr n Ellie Ga, Le Grand Café, Saint-Nazaire, jusqu’au 30 août. www.grandcafe-saintnazaire.fr n Thérèse Uguen, sculptures du vent, Chapelle des Ursulines, Ancenis, jusqu’au 27 septembre. n Estuaire, parcours d’art contemporain, de Nantes à Saint-Nazaire. www.estuaire.info n

Musée pop du jeu vidéo

exposition du 3 juillet au 20 septembre 2015 www.lelieuunique.com

entrée libre

Avec le soutien du musée des arts et métiers du Cnam et de plaine images

L’Europe s’engage en Pays de la Loire avec le Fonds européen de développement régional

© Trafik

PA G E 0 5 3

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


EKO NUGROHO / LA RUE PARLE N°2, 2011 / PARIS, MUSÉE D’ART MODERNE DE LA VILLE DE PARIS © ÉRIC EMO/MUSÉE D’ART MODERNE/ROGER-VIOLLET

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

faites le mur De belles surprises au programme de cette exposition qui dépoussière l’image de la tapisserie. Si les artistes modernes, tels Delaunay ou Braque, se sont penchés sur l’objet tissé, la création contemporaine n’est pas en reste. D’Annette Messager à Eko Nugroho, la technique se confirme comme un medium à part entière. n 49

TAPISSERIE ? DE PICASSO À MESSAGER, MUSÉE JEAN-LURÇAT ET DE LA TAPISSERIE CONTEMPORAINE, ANGERS, JUSQU’AU 31 OCTOBRE. WWW.ANGERS.FR

49

Bleu profond

Impressionnante installation de Julien Salaud pour les caves de la Maison Ackerman. Comme à son habitude, l’artiste, centré sur l’animal, tisse sa toile à travers des fils blancs qui prennent la lumière à même la roche. Cette résidence d’artiste désormais annuelle se prolonge à Fontevraud, dans le cadre d’un partenariat inédit. n

ŒUVRE DE JULIEN SALAUD ET SON ÉQUIPE AUX CAVES ACKERMAN. RÉSIDENCE ACKERMAN + FONTEVRAUD. © BERNARD STULZAFT

JULIEN SALAUD, FLEUVE CÉLESTE, CAVES ACKERMAN, SAINT-HILAIRE-SAINT-FLORENT ; LA CRYPTE DES EFFRAIES, ABBAYE ROYALE, FONTEVRAUD, JUSQU’AU 31 MAI 2016. WWW.FONTEVRAUD.FR

PA G E 0 5 4

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


49

max Charvolen au domaine de Kerguéhennec. photo illés Sarkantyu © adagp, paris 2015

BÉNÉDICTE VALLET

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

l'art et les manières

C’est un petit village vigneron de 750 habitants. Ils ont très tôt choisi de promouvoir l’art contemporain, mais aussi les métiers d’art. Dans un bâtiment du XVe siècle, ils proposent des expositions collectives ou thématiques. Ce sera un été peinture avec Jean-Pierre Potier, Jean-Marc Doron et Christine Chauviré. La caverne d’Alibaba est complétée par une boutique de créations et pièces uniques où l’on trouve notamment des céramiques intéressantes de Bénédicte Vallet. n LE VILLAGE D’ARTISTES, RABLAY-SUR-LAYON. VILLAGEDARTISTES.CANALBLOG.COM

28 juin › 1er nov. 2015

ET AUSSI... 49 Curiosité(s), Un certain goût pour l’ailleurs, Musée des beaux-arts, Angers, jusqu’au 19 juillet. http://musees.angers.fr n Michel Bidet, Galerie A, Denée, Angers, du 26 juin au 6 septembre. n Ad Dekkers, Musée d’art et d’Histoire, Cholet, jusqu’au 29 novembre. www.cholet.fr n Reflets 1992-2015, 23 ans d’art contemporain sur les bords de Loire, Centre d’art contemporain Bouvet Laubay, Saint-Hilaire-Saint-Florent. n

Mur / Murs Peinture, dessin architecture

/

Max Charvolen Christophe Cuzin Michel Duport Gilgian Gelzer Christian Lhopital Olivier Nottellet Soizic Stokvis David Tremlett Éric Winarto

Une propriété dU département dU morbihan bignan – 02 97 60 31 84 - entrée libre et gratUite

www.kerguehennec.fr PA G E 0 5 5 K O S TA R SAISON

09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


LES EXPOS DE L'ÉTÉ

35

Hans Op de Beeck

Artiste flamand pluridisciplinaire et prolifique, Hans Op de Beeck a conçu pour Les Champs Libres une pièce unique qui tient de l’installation et de la mise en scène. Entrez, installez-vous et laissez votre imaginaire vous surprendre.

Peut-on dire que votre démarche, c’est aboutir à l’œuvre qui va laisser le plus de liberté à l’imaginaire du spectateur ? n J’ai toujours essayé d’être généreux dans l’invitation. J’espère que mon travail est une porte pour qu’à travers un moment de silence, le spectateur se retrouve avec ses pensées. J’essaie de construire des choses précises dans l’utilisation des détails, de la lumière de l’atmosphère. Quel est votre rapport à l’actualité ? n Je ne veux pas être politique, ni démonstratif. J’essaie d’être

actuel en étant universel et en laissant le spectateur se projeter. Les peintures de Vermeer sont aussi contemporaines car le spectateur se projette toujours dedans. Laisser une grande place au spectateur, est-ce que ça oblige l’artiste à s’effacer ? n Je n’ai pas un grand contenu. Et ce qui compte, c’est le rapport entre la forme et le contenu. Mon parc d’attractions n’est pas Disneyland. Il est un peu mal fait. Ça n’est pas un geste esthétique énorme. Plutôt intimiste. Je suis presque silencieux.

35

Comment fait-on pour se renouveler dans l’imaginaire quand on produit autant ? n Ça semble peutêtre un peu arrogant mais je n’ai jamais compris le manque d’inspiration. Je dis ça en étant conscient de produire aussi de mauvaises pièces. Je suis de ces artistes qui produisent beaucoup. J’ai besoin de ce mouvement. Quand on travaille sur une expo par an, le poids de celle-ci est trop grand. n THE AMUSEMENT PARK, HANS OP DE BEECK, LES CHAMPS LIBRES (40M3 OUTSITE), RENNES, JUSQU’AU 31 OCTOBRE. WWW.LESCHAMPSLIBRES.FR

Domino géant

© THOMAS SEEST

Le festival Les Tombées de la nuit, qui réaffirme sa volonté d’interroger la ville et de “jouer en collectif dans l’espace public”, crée l’événement avec Dominoes. Sur un circuit de 2,5 km de long, 7000 dominos en béton cellulaire pour une performance qui a renversé Londres… Marseille et Mons. Un pari complètement fou de Julian Meynard Smith pour une journée vraiment pas comme les autres. n DOMINOES, STATION HOUSE OPÉRA, RENNES, LE 5 JUILLET. WWW.LESTOMBEESDELANUIT.COM PA G E 0 5 6

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

HANS OP DE BEECK, THE AMUSEMENT PARK (DÉTAIL), 2015, PRODUCTION LES CHAMPS LIBRES. COMMISSARIAT 40MCUBE. PHOTO : DR. COURTESY GALLERIA CONTINUA

Parc d'attractions


PASCAL PINAUD. SUR LA ROUTE, EXPOSITION AU FRAC BRETAGNE, RENNES, DU 14 MAI AU 23 AOÛT 2014. © PASCAL PINAUD. CRÉDIT PHOTO : FRANÇOIS FERNANDEZ

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

35

fury road

Au premier jour, Dieu créa Kerouac. Un mercredi, aviné, il fit Bernard Lavilliers. Le dimanche, sans doute sous ibuprofène, peut-être par flemme, il enfanta Black M. De tous temps, de Cendrars à Eastwood, la bourlingue et l’asphalte inspirent les créateurs. Jusqu’à Pascal Pinaud, chauffard contemporain qui roule à contresens sur la bande d’art et d’urgence d’une autoroute picturale parfois trop balisée, sans hésiter à rentrer dans le décor. Son œuvre emprunte des chemins multiples, vandalise, accumule, traverse des influences diverses, visite le hors-champ, cite Duchamp dès que possible, mais aussi Tarantino ou Serrano. Sillonnant les supports, souillant les standards, cet iconoclaste s’éclate avec faste et fureur. n PASCAL PINAUD, SUR LA ROUTE, FRAC BRETAGNE, RENNES, JUSQU’AU 23 AOÛT, WWW.FRACBRETAGNE.FR PA G E 0 5 7

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


EXPOSITION CAMP CATALOGUE DE JÉRÉMIE GINDRE À LA CRIÉE CENTRE D'ART CONTEMPORAIN. CRÉDIT PHOTO : BENOÎT MAURAS.

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

35

L’Effroi Suisse

Cet été, dans la continuité de ses escapades campagnardes, La Criée enfile son bob tyrolien et file en Suisse, cette langoureuse contrée vallonnée à la neutralité assumée, exception faite de cette guerre sanguinaire qui l’oppose à la France à propos de la paternité de l’Emmental. Loin de ces considérations barbares, le jovial Jérémie Gindre, fondu de littérature, idéalise un paysage champêtre à mi-chemin entre l’ivresse du livresque et la candeur du camp de scout. En parfait guide heuristique, l’auteur-artiste déroute et détourne. Loin d’élaguer les détails, blagueur délicat, il densifie des définitions jusqu’à l’érosion du sens premier. n JÉRÉMIE GINDRE, CAMP CATALOGUE, LA CRIÉE, RENNES, JUSQU’AU 16 AOUT. WWW.CRIEE.ORG

35

neon golden

© FRANÇOIS MORELLET / NÉONS 3D : 15°-90°-50°

En 1952, François Morellet s’immobilise, interdit, devant les motifs géométriques sans fin de l’Alhambra de Grenade. Cette rencontre, parmi d’autres, forgera sa fascination pour la trame et les mathématiques comme grands ordonnateurs de l’œuvre en cours, sans pour autant dénigrer l’heureux hasard. Construire, déconstruire, investir, travestir, répéter, perturber, inlassablement. Grand joueur de mikados de néons géants devant l’immortel, l’immense minimaliste accompli, pilier de la Galerie, revient pour présenter des travaux récents. On y retrouve tout son théâtre de l’absurde transposé à l’abstraction et son engouement pour des abscisses désordonnées. n MORELLET, 30 ANS, PERSISTE ET SIGNE, GALERIE ONIRIS, RENNES, JUSQU’AU 19 SEPTEMBRE. WWW.GALERIE-ONIRIS.FR PA G E 0 5 8

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


AMNÉSIE, 2015, HUILE SUR TOILE, COURTESY GALERIE ISABELLE GOUNOD © NICOLAS BRASSEUR

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

Pascal Pinaud

Sur la route exposition à Rennes du 14 mai au 23 août 2015

35

les mondes de maude

Peindre les ruines d’un paysage passé créé de toute pièce. Telle semble être l’une des obsessions de Maude Maris, artisane démiurge d’objets dénués de référents réels, de pièces d’un sanctuaire habité par le vide et l’éloignement de l’Aura. De par leur mise en scène, les mondes de Maude mettent à mal notre perception de l’espace, invitent à se délecter de ce malaise froid et lisse à la fois. n MAUDE MARIS, NEMETON, MUSÉE DES BEAUX-ARTS, RENNES, JUSQU’AU 6 SEPTEMBRE. WWW.MBAR.COM

ET AUSSI... 35 Beaux jours 2015, Le Village, Bazouges-La-Pérouse, jusqu’au 6 septembre. http://association-levillage.org n Christophe Cuzin Où, alors... Presbytère, Saint-Briac-sur-Mer, du 3 juillet au 6 septembre. www.fracebretagne.fr n L’Italie à Rennes, deux expositions de dessins, musée des beaux-arts, Rennes, jusqu’au 31 août, www.mbar.org n Eunji Peignard-Kim, L'apparté Iffendic, du 26 juin au 30 août, www.laparte-lac.com n ÉQuilibre..., Manoli, Musée et jardin de sculptures, La Richardais. www.fracbretagne.fr n PA G E 0 5 9

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


LES EXPOS DE L'ÉTÉ

35

Corps à corps

© DOMINIQUE LACOUDRE

Alors que le désaccord perdure entre l’âme et le corps, que l’on pensait avoir tout vu, tout lu, tout entendu sur cette enveloppe adipeuse et velue qui nous sert d’apparence, voici que l’on célèbre, en l’illustrant, son égarement. Où est le corps ? Chez Patricia Cartereau, il s’incarne dans une carnation inscrite par une mine de plomb à fleur de peau. Celui de Dominique Lacoudre cède sa place à un réseau moléculaire et tentaculaire arpenté par des lutins. Pour Christidi, s’il se montre, c’est comme un monstre. Enfin, enfanté par Pierrick Naud, il masque encore son vrai visage dans une danse macabre. n

© PACA SANCHEZ

À CORPS PERDUS, GALERIE DE L’ARTOTHÈQUE, VITRÉ, DU 20 JUIN AU 30 SEPTEMBRE. WWW.ARTOTHEQUES-ADRA.COM

35

Héctor Zamora La réaLité et autres tromperies

exposition du 13 juin au 11 octobre 2015 au Frac, carquefou

www.fracdespaysdelaloire.com PA G E 0 6 0

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

N’autre monde

Si, comme Jean-Louis Aubert, vous rêvez d’un n’autre monde, ou la vie serait féconde, inutile de tout foutre en l’air, soyez moins terre à terre, direction le Finistère. Comme chaque année, le festival des Arts à la Pointe vous propose un parcours initiatique à la rencontre d’univers parallèles instaurés par des créateurs de tous poils. Et soudain, avec Quentin Evrard, la photographie devient abstraite. À Pont-Croix, Fredofthewood rend le réel lysergique. Ouvrez grand vos yeux à la ferme de Kerfily, pour vous délecter des captations ineptes des Froh Faire, mes petits préférés. La réalité ne va pas vous pardonner. n LES ARTS À LA POINTE, POINTE DU RAZ / CAP SIZUN, DU 13 JUILLET AU 23 AOÛT, HTTP://ARTSALAPOINTE.COM


PAUL WALLACH, WHERE WHAT WAS, 2013 BOIS, TOILE, PEINTURE ACRYLIQUE 306 X 270 X 260 CM COURTESY GALERIE JAEGER BUCHER / JEANNE-BUCHER, PARIS. PHOTO : GEORGES PONCET

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

35

Archi peinture

S’il est de notoriété publique qu’ils disposent d’appareils auditifs performants, les murs n’en sont pas pour autant prompts à révéler toutes les indiscrétions accumulées au fil des ans, voire des siècles, au premier journaliste people qui passe. Seuls les artistes ont les moyens de les faire parler. À Kerguéhennec, le Versailles breton, une poignée d’irréductibles inquisiteurs s’y évertuent actuellement. Notamment, les spectres rupestres de Christian Lhopital comblent les blancs, David Tremlett contredit la structure, armé d’aplats de pastels et de “graisse graphitée”, les tracés électrochocs de Gilgian Gelzer poussent l’espace aux aveux. n MUR/MURS, DOMAINE DE KERGUÉHENNEC, BIGNAN, DU 28 JUIN AU 1ER NOVEMBRE. WWW.KERGUEHENNEC.FR

le laboratoire de monsieur deshimaru

galerie melanie rio, nantes 34, boulevard guist’hau, 44000 nantes www.rgalerie.com / 02 40 89 20 40 ouvert du mercredi au samedi de 15h à 19h

À CORPS PERDUS | DESSINS

PATRICIA CARTEREAU | KATERINA CHRISTIDI | DOMINIQUE LACOUDRE | PIERRICK NAUD

DU 20 JUIN AU 30 SEPTEMBRE GALERIE DE L’ARTOTHÈQUE 52, RUE DE LA POTERIE - 35 500 VITRÉ

PA G E 0 6 1

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

estampes.com – Visuel Pierrick Naud, « Sans titre », 2015. Courtesy la galerie particulière Paris-Bruxelles.

Delphine Deguislage, Franck gérarD, angélique lecaille, Briac leprêtre et Julie portier, Benoît-Marie Moriceau, Jean-clauDe ponDevie, silvana reggiarDo, Yann thoreau, patrick tourneBoeuF, thoMas tuDoux.

image : thomas tudoux, stress.

exposition du 29 mai au 25 juillet 2015


VALÉRIE MRÉJEN, L'ANNÉE PASSÉE, 2014.

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

53

Portraits sensibles

Les mots, les bribes d’histoires se mêlent dans le travail de Valerie Mréjen. Au travers de ses vidéos, se succèdent des personnages qui racontent ou témoignent sans que l’on ne puisse saisir vraiment, explorant les limites du langage et de la communication. Des moments de vie ou juste une histoire ? On tente de suivre le fil qu’elle déroule pour déceler ce à quoi nous avons affaire. Le cadrage sur ces visages esquisse une galerie de portraits énigmatiques qui n’en sont pas moins drôles ou cinglants. Pontmain présente le travail de cette artiste protéiforme, vidéaste, auteure mais aussi réalisatrice se jouant aussi bien de la fiction que du documentaire. n VALÉRIE MRÉJEN, SACRÉ CŒUR, CENTRE D’ART, PONTMAIN, DU 4 JUILLET AU 6 SEPTEMBRE. WWW.CENTREDARTPONTMAIN.FR

ET AUSSI... 53 L’Art est la chose... Hulaut & Clarke, and friends : 4 expositions à La Chapelle du Genêteil et 3 autres lieux, Château-Gonthier, jusqu’au 30 août, www.le-carre.org n 56 L’art dans les chapelles, Pontivy et vallée du Blavet, du 3 juillet au 20 septembrewww.artchapelles. com n L’art chemin faisant... Le dessin, Pont-Scorff, jusqu’au 20 septembre, www.atelier-estienne.fr n Festival Photo, La Gacilly, jusqu’au 30 septembre. www.festivalphoto-lagacilly.com n Antoine Milian et Pascal Galis, Jardins de Brocéliande, Bréal-sous-Montfort, tout l’été. www.etangsdart.fr n PA G E 0 6 2

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


Y. BOËLLE - MUSÉE DE LA COMPAGNIE DES INDES - VILLE DE LORIENT

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

56

Asia express

Dans ce lieu emblématique de l’architecture militaire, il y a à la base la volonté de faire revivre l’aventure des grandes compagnies de commerce des XVIIe et XVIIe siècles. C’est l’aspect artistique qui nous intéresse avec de très belles pièces : estampes, porcelaines de Chine, cotonnades indiennes… Un fond sollicité pour de nombreuses expositions à l’étranger et encore trop méconnu. n MUSÉE DE LA COMPAGNIE DES INDES, CITADELLE, PORT-LOUIS. WWW.MUSEE.LORIENT.FR

annonce KOSTAR 2015:annonce Kostar 05/05/2015 10:36 P

AUDIERNE CAP-SIZUN/POINTE DU RAZ L’ÉVÉNEMENT ARTISTIQUE DE L’ÉTÉ

13JUILLET au 23 AOÛT

CIRCUIT D’ART CONTEMPORAIN Thème:n’autre monde

8 EXPOSITIONS 22 plasticiens

Musée de l’AbbAye sAinte-Croix / les sAbles d’olonne Musée de l’AbbAye sAinte-Croix / les sAbles d’olonne Musée Musée de de l’AbbAye l’AbbAye sAinte-Croix sAinte-Croix // les les sAbles sAbles d’olonne d’olonne

L'esprit de notre temps 7 7 juin juin > > 27 27 septembre septembre 2015 2015 77 juin juin >> 27 27 septembre septembre 2015 2015 Renseignements 02.51.32.01.16 Renseignements www.lemasc.fr 02.51.32.01.16 www.lemasc.fr Renseignements Renseignements 02.51.32.01.16 02.51.32.01.16

www.lemasc.fr www.lemasc.fr

9 JUILLET au 27 AOÛT L’esprit de notre temps (détail), 2015 © Guy Rebmeister L’ede sprit de temps notre temps (détail), Guy Rebmeister L’esprit de notre temps (détail), 2015 © Guy Rebmeister L’esprit notre (détail), 2015 ©2015 Guy©Rebmeister

Damien DeRou baix Damien DeRou baix Damien DeRou baix L'esprit de notre temps L'esprit de notre temps

FESTIVAL DE MUSIQUE

9 CONCERTS

Renseignements : 02 98 70 28 72 http://artsalapointe.com/ PA G E 0 6 3 K O S TA R S A I S O N 0 9• /contact@artsalapointe.com NUMÉRO 46 ÉTÉ 2015


"NOUVELLES IMPRESSIONS D'AFRIQUE (AC)", 2014 (BOIS GRAVÉ ET TÊTES EN RÉSINE). GALERIE IN SITU - FABIENNE LECLERC, PARIS. CRÉDIT PHOTOGRAPHIQUE : REBECCA FANUELE, PARIS.

LES EXPOS DE L'ÉTÉ

le pari deroubaix 85

Damien Deroubaix est un artiste à part. Âgé d’une quarantaine d’années, ce peintre, sculpteur et graveur livre un travail renvoyant à l’art de l’entre-deux guerres et en particulier à l’expressionnisme. Reflet des désolations du monde, son imagerie fait appel aux figures mystiques, archaïques et mythologiques autant qu’à une culture trash plus contemporaine. n DAMIEN DEROUBAIX, L'ESPRIT DE NOTRE TEMPS, JUSQU’AU 27 SEPTEMBRE, MUSÉE DE L’ABBAYE SAINTE-CROIX, LES SABLES D’OLONNE. WWW.LEMASC.FR

85

écran total

Le petit écran est une mine d’or et le musée des arts et métiers a eu un vrai succès avec son expo Culture TV. On y découvre un très large panorama de ce qui a fait les petits et grands moments, des scènes d’anthologie, des marionnettes et des personnages que ne renieraient pas bien des musées d’art contemporain. Le zapping est un télescopage foisonnant et passionnant dans lequel chacun peut puiser selon ses intérêts et son inspiration. En Vendée, on a ajouté quelques sections spécifiques et en particulier les aventures de Pollux et Zébulon, enregistrées à Cugand. n CULTURE TV, SAGA DE LA TÉLÉVISION FRANÇAISE, HISTORIAL DE VENDÉE, LES LUCS SUR BOULOGNE. WWW.HISTORIAL.VENDEE.FR PA G E 0 6 4

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


LES EXPOS DE L'ÉTÉ

VALÉRIE MRÉJEN Sacré Cœur

EXPOSITION / 4 JUILLET > 6 SEPTEMBRE 2015 DU MERCREDI AU DIMANCHE > DE 14H À 18H ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE / OUVERT LE 15 AOÛT

centre d’art contemporain de pontmain

8 BIS RUE DE LA GRANGE 53220 PONTMAIN T // 02 43 05 08 29 / 02 43 08 47 47 WWW.CENTREDARTPONTMAIN.FR

ET AUSSI... 29 Alberto Giacometti, Les Capucins, Landernau, jusqu’au 25 octobre. www.fonds-culturel-leclerc.fr n Luis Ernesto Arocha, Centre d’art contemporain La Passrelle, Brest, jusqu’au 29 août. hwww.cac-passerelle.com n Alexandre Séon, La beauté idéale, Musée des beauxarts, Quimper, jusqu’au 28 septembre. www.mbaq.fr n Pascal Jaouen, 20 ans, galerie de l’école de broderie, Quimper, du 27 juin au 20 septembre. www.pascaljaouen.com n

22 Le Jour où il faut arriver, Martin Le Chevallier Galerie du Dourven, Trédrez Locquémeau, jusqu’au 1er novembre, www.itineraires-bis.org n Par quatre chemins, Musée d’Art et d’Histoire, Saint-Brieuc, jusqu’au 28 octobre. n

85 Chefs d’œuvres du musée, Musée, La Roche-sur-Yon, jusqu’au 24 octobre. www. ville-larochesuryon.fr n Isabelle Levenez, Un bruit blanc, Artothèque, la Roche-sur-Yon, jusqu’au 29 août. n Parcours de fontaines, Fontenay-le-Comte, du 3 juillet au 20 septembre. n Marion Verboom Lectio difficilior potior, Musée de l’abbaye Sainte-Croix, Les Sables d’Olonne, du 4 juillet au 1er novembre. www.lemasc.fr n PA G E 0 6 5

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


U N E V I L L E V U E PA R U N A R T I S T E

Par

Philippe Kauffmann

© BRAM GOOTS / XTNT / MONS STREET REVIEW

IL SE PRÉSENTE COMME UN COUTEAU SUISSE DE LA PRODUCTION ARTISTIQUE DEPUIS L’ADOLESCENCE, ET UN GLOBE-TROTTER IMMOBILE AU SEIN DE LA PETITE BELGIQUE, AVEC QUELQUES INCURSIONS EN TERRE BRETONNE. PHILIPPE KAUFFMANN, CO-PROGRAMMATEUR DU FESTIVAL LES TOMBÉES DE LA NUIT EST AUSSI CONSEILLER ARTISTIQUE POUR MONS 2015, CAPITALE EUROPÉENNE DE LA CULTURE. L'AGITATEUR DE RUES QUI DÉTESTE LA FOULE NOUS FAIT DÉCOUVRIR MONS À SA MANIÈRE.

Le mieux est de l’avouer d’entrée de jeu : avant de découvrir Mons dans le cadre de mon travail actuel (conseiller artistique pour la Capitale Européenne de la Culture), je ne connaissais pas bien cette “petite” ville wallonne. Comme tout le monde (en Belgique du moins), j’avais bien entendu parler de son Doudou (sorte de rite entre religion, folklore, fête alcoolisée et grande histoire – pour faire simple) et je m’étais sans doute égaré une fois ou l’autre dans ses jolies rues pavées pour rejoindre des amis à un spectacle au Théâtre PA G E 0 6 6

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

du Manège ou à la maison Folie (merci Lille 2004)… mais a priori rien de bien original à signaler (hormis la Friterie Chez Billy pour faire honneur à mon statut de belge de service). n Touriste, passe ton chemin ? n Comme beaucoup de villes historiquement fortifiées (et donc fermées sur elles-mêmes ?), Mons ne se livre pas facilement. Et les Montois sont à l’image de leur ville : difficiles d’accès mais très généreux une fois la glace brisée ; fiers de leur patrimoine mais encore traumatisés par la fermeture des charbonnages qui se


TOUTES LES PHOTOS © BRAM GOOTS / XTNT / MONS STREET REVIEW

U N E V I L L E V U E PA R U N A R T I S T E

fait encore sentir chaque jour. C’est peut-être cela – aujourd’hui que je la connais mieux – qui me touche dans cette ville : les paradoxes dont elle a su faire son originalité et son attrait. Quelque chose des villes invisibles chères à Italo Calvino ; “ces villes qui seraient un rêve qui naît au cœur des villes invivables”. n Pour s’en rendre compte, il suffit de s’y promener quelques heures. Si votre souffle vous le permet, grimpez jusqu’aux jardins du Beffroi, au cœur de la cité. Un écrin de calme et de verdure, au pied d’un monument gothique classé patrimoine mondial de l’Unesco… d’où vous ne verrez rien de la ville ! Mais d’où vous aurez une vue imprenable sur le “borinage”, ses terrils (jolies montagnes pyramidales constituées des accumulations de résidu minier), ses chassis à molettes et autres vestiges d’une richesse industrielle bien passée. n Tout aussi paradoxal, dans cette ville qui exhale une certaine nostalgie – sans doute en raison de son patrimoine du 17e siècle quasi intact, le nombre exceptionnel d’architectures contemporaines (confiées aux plus grands : Libeskind, Calatrava, Hebbelinck…) qui ont

toutes la particularité d’avoir su s’intégrer à des ouvrages historiques pour les transfigurer (Arsonic, l’Artothèque, le Théâtre du Manège, le Manège de Sury…) et leur donner une nouvelle vie. n Une nouvelle vie. C’est là le paradoxe ultime et le plus fort, transformé en pari : avoir osé – au cœur d’un bassin industriel sinistré et d’une population abattue – parier sur la Culture comme enjeu de développement et levier de redressement socio-économique. n Personne aujourd’hui ne peut affirmer que le pari est gagné. Mais une chose est sûre : œuvrer à cette utopie donne des ailes (ceci me concernant)… et offre quelques potentielles belles rencontres artistiques (ceci concernant le potentiel visiteur). n A vous de voir ! n PS : l’ensemble des photos choisies pour illustrer ce billet sont issues de MONS STREET REVIEW, proposition de cartographie allumée de la ville, entièrement interactive, filmée durant 3 mois, sans effets spéciaux mais avec la complicité des habitants, sorte de Google street view surréaliste à visage humain.

PA G E 0 6 7

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015


U N E V I L L E V U E PA R U N A R T I S T E

Mons et merveilles Mons semble s’organiser autour de sa Grand Place et de l’hôtel de ville. Immanquable point de repère, le seul beffroy baroque existant culmine à 87 mètres. 365 marches pour les courageux ! Et là-haut, comment ne pas rendre hommage aux Montois qui font bouger cette belle cité, de jour comme de nuit ? Y ALLER Il y a des vols Nantes-

CIRCUIT KOSTAR La ville est

Bruxelles avec Air France, ce qui peut permettre de faire le plein de douceurs chez Marcolini, par exemple. Mais Mons est à près d’une heure de Zaventem. On peut aussi prendre le Thalys direct Paris-Mons ou la voiture. Compter 5/6 heures de route.

aux couleurs de Mons 2015. Un programme détaillé (expos, animations…) est édité chaque semaine pour Mons et les villes partenaires. Ce qui peut être l’occasion de s’offrir un périple, avec étapes à Antwerpen, Charleroi, Brugge, Liège et même… Lille ! Au total, plus de 40 projets à découvrir. n Mais la ville a aussi son “voyage”, jalonné d’une quinzaine d’installations urbaines : Biographias (une cascade de livres tombant d’une fenêtre de l’université est signée de l’Espagnole Alicia Martin, Modern Menhirs, trois menhirs de briques rouges en clin d’œil à Carnac, est l’œuvre du Flamand Marteen Venden Eynde et A Forest

Y SÉJOURNER Mieux vaut ne pas s’y prendre trop tard pour réserver une chambre. En août, au Congres Hotel (****), un peu moins de 100 €/nuit. Très bien noté, l’établissement offre un solarium et une salle de sport et permet de visiter la ville à pied. Le Terminus, en face de la gare, est une alternative moins onéreuse. PA G E 0 6 8

K O S TA R

SAISON 09 / NUMÉRO 46

ÉTÉ 2015

est une fresque monumentale du grapheur Vincent Glowinsky. Il faut aussi aller à la Fondation Croÿ-Roeulx qui, avec Clouds, propose un voyage sur ce corps céleste qui a inspiré tant d’artistes. Avec des œuvres de Jean Arp, Magritte (bien sûr), Man Ray, ou Robert Therrien. Le tout dans le cadre exceptionnel du château, de l’Orangerie et des jardins. n La ville s’anime, le soir, du côté du Marché aux Herbes (!) où les étudiants ont leurs bars : l’Arnak, le Pavillon noir ou encore le Tango Factory qui, comme son nom l’indique, est le temple de l’électro. n


Dimanche

e tré LaVigrneon é ble à V lo

Sortez 3 fois mieux !

15

6 septembre 20

du

ade e 9h au st à partir d re du Doré iè s is o B de La Boucle de

LE MAG

LE SITE

L’APPLI

LE MAGAZINE DE mes SORTIES À NANTES ET À RENNES

photo d’après © DWP / Fotolia

27 km

en

Nantes : Le Vignoble de , uverte du ds e à la déco tits et gran Une journé aux trésors pour pe stations… chasse es, dégu cl ta ec sp , animations

fête!

Vignoble

Velo

à

Tout naturellement…

wik-nantes.fr wik-rennes.fr

Appli Wik Nantes/Rennes à télécharger gratuitement sur Apple et Android

Office de Tourisme du Vignoble de Nantes Bureau d’accueil de Vallet Tél. 02 40 36 35 87

CCV-VAV2015-EncartPresse-75x107.indd 1

09/06/2015

Made in USA since 1972

9 RUE SCRIBE NANTES 02 40 69 32 57 14 RUE BOILEAU NANTES 02 40 48 64 01


saison

2015/2016

le lieu unique scène nationale de Nantes

ouverture billetterie mardi 16 juin

YAEL NAIM 2MANYDJS (DJ SET) GROUNDATION CERRONE (DJ SET) DHAFER YOUSSEF JOEYSTARR & NATHY (TÜCO) x CUT KILLER x DJ PONE x B.A.G.A.R.R.E. LES AMBASSADEURS

SALIF KEITA / CHEICK TIDIANE SECK / AMADOU BAGAYOKO LE BAL DE L’AFRIQUE ENCHANTÉE MALTED MILK & TONI GREEN JUNGLE BY NIGHT DAKHABRAKHA VAUDOU GAME TRIBAL VOIX

FOCUS VALPARAISO (Chili)

© Simon Roussin

CHICO TRUJILLO PODER GUADAÑA PASCUALA ILABACA Y FAUNA LAFLORIPONDIO LASMALA BANDA LA ISLA DE LA FANTASIA DJ NAKEYE

2 JOURS

5 SCÈNES

37 €

GRATUIT - DE 12 ANS

www.les-escales.com


FESTIVALS

PA G E I I / É T É 2 0 1 5

© QUENTIN FERJOU

sur le pont

Laurent Brethome

“DE BELLES NUITS D’ÉTÉ...” INTERVIEW / VINCENT BRAUD

Le Vendéen Laurent Brethome a la chance de se retrouver programmé dans le in d'Avignon. Riquet arrive sur le pont avec des échos très favorables. C'est en plus le retour du jeune public au festival de théâtre après des années d'absence. Après il sera à La Roche sur Yon, cet été et cet automne. Le festival Esquisses fête ses 15 ans à La Roche-surYon. Quel est le programme, cette année ? n C’est sans doute l’un des plus petits festivals d’été. Au départ, on cherchait un lieu de rencontre pour les comédiens de la compagnie. Et puis le rendez-vous s’est installé. Cet été, nous allons explorer le désir avec Le songe d’une nuit d’été dans une mise en scène de Julien Kosellek pour la compagnie Estrarre. Shakespeare et rien d’autre ? n Ce sera un Shakespeare comme on n’en a jamais vu. Et puis il y aura des chansons, des concerts, des échanges autour du désir. Ce festival, ce sont de belles nuits d’été dans un cadre très bucolique. D’Avignon à La Roche-sur-Yon, c’est un peu de grand écart, non ? n Ce n’est pas un grand écart, ça reste un échange avec le public. J’ai longtemps dit : “j’irai en Avignon quand je serai programmé dans le “in”…” C’est fait.

Avignon est proche de Cavaillon. De là à “prendre le melon”… n Ce n’est pas le genre de la maison. Ça s’est pour la rime. Pour le reste, je suis content, c’est vrai, que nous soyons à l’affiche de ce grand festival mais ce qui m’intéresse, c’est d’explorer de nouveaux territoires, pas la recherche d’une affiche ou d’une performance. Riquet (*), on va bientôt voir cette pièce dans la région ? n Oui, à La Roche-sur-Yon ! La pièce n’a pas été retenue pour Voisinages. Je ne cache pas que la Région m’a déçu… mais ce n’est pas grave. On y jouera sans doute un peu plus tard. n (*) RIQUET EST JOUÉ DU 4 AU 8 JUILLET À LA CHAPELLE DES PÉNITENTS BLANCS, AVIGNON. DU 17 AU 20 NOVEMBRE AU GRAND R, LA ROCHE-SUR-YON. DU 8 AU 11 DÉCEMBRE, CHEMILLÉ MELAY

ESQUISSES, DU 21 AU 29 JUILLET, JARDIN DES COMPAGNONS, LA ROCHE-SUR-YON (85)

avignon Le sel du théâtre Du théâtre, de la danse, de la musique aussi : huit compagnies des Pays de la Loire se retrouvent en juillet au Grenier à sel. Bientôt 20 ans que le spectacle vivant de la région part à la rencontre du public (et des diffuseurs) dans un lieu identifié au festival d’Avignon. Une “tragédie minuscule et universelle” (Le chant du bouc par la Compagnie à) un spectacle-concert sur fond de conflit arabo-israélien (Désertion par la compagnie L’impossible), les 3 temps dansés d’Yvann Alexandre ou une nouvelle proposition (forcément musicale) du Théâtre Nuit… Et c’est sans compter sur d’autres compagnies présentes dans d’autres lieux. Le spectacle va commencer. n LE GRENIER À SEL, AVIGNON, DU 4 AU 25 JUILLET


FESTIVALS

LISA AND THE LIPS © DR

PA G E I I I / É T É 2 0 1 5

SOLEILS BLEUS Ça va jazzer Le festival qui fait la part belle à la richesse et la diversité du jazz, offre une fois de plus une programmation alléchante. Conjugué à de l’électro, de la pop ou du hip hop, des artistes d’ici et d’ailleurs, reconnus ou émergents, proposent un jazz innovant. À l’instar des Nantais de Colunia, des Californiens de Lisa and The Lips ou encore des Mancuniens de Gogo Penguin. n Mathieu Perrichet SOLEILS BLEUS, DU 2 AU 5 JUILLET, SAINT-HERBLAIN.

MAMI CHAN © LOIG NGUYEN

HTTP://THEATREONYX.FR

SCOPITONE Bouillon de cultures L’affiche de cette édition 2015, signée par les Anglais de La Boca, cache une jolie forêt au carrefour des cultures électroniques et arts numériques. En plus des premiers noms déjà tombés (Matias Aguayo en tête), il faudra compter avec une proposition toute neuve d’Antoine Bellanger ou un “concert classique-noise” orchestré par Mami Chan et Pascal Moreau pour les gamins de 5 ans. n A.B. SCOPITONE, DU 15 AU 20 SEPTEMBRE, NANTES. WWW.STEREOLUX.ORG


FESTIVALS

ASAF AVIDAN \ RODRIGO Y GABRIELA \ IZIA \ DANAKIL NO ONE IS INNOCENT \ MORIARTY \ BALTHAZAR \ TALISCO JORIS DELACROIX \ BRNS \ SOVIET SUPREM \ MINUIT

HINDI ZAHRA © DR

PA G E I V / É T É 2 0 1 5

LA ROCHE JAGU

HIGH TONE meets ODDATEEE \ FUZETA \ LE PEUPLE DE L’HERBE SALUT C’EST COOL \ SUCCESS \ JEANNE ADDED \ JAMBINAI

La vie de château Mi-festival, mi-soirée, ce 14 juillet à La Roche Jagu, spot en vieilles pierres du 22 à tomber par terre, est incontestablement un des très bons plans de cet été. Ici, pas d’habitués de l’autoroute des festivals, mais plutôt le haut du panier : Piers Faccini, Hindi Zahra et Rodolphe Burger en triplette. n A.B.

LAST TRAIN \ THE WANTON BISHOPS \ MELLANOISESCAPE \ ASK AFTER B

MALESTROIT 24/25 JUILLET www.aupontdurock.com

LA ROCHE JAGU, LE 14 JUILLET, PLOËZAL.

Graphisme : François Ripoche - D’après une illustration originale de Julien Grataloup

2015

ORCHESTRE NATIONAL MARCEL DUCHAMP © DR

WWW.LAROCHEJAGU.FR

SAVEURS JAZZ FESTVAL À toutes les sauces Les festivals de jazz sont quand même la tendance lourde de la saison estivale. À Segré, on n’échappe pas à la règle, mais on sait s’affranchir de la norme pour conjuguer la scène jazz à tous les temps. La preuve avec l’Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp qui met en transe les fans de rock, les Groove Catchers qui invitent le beatmaker Julien Stella, Marcus Miller et son cocktail Afrodeezia. n SAVEURS JAZZ FESTIVAL, DU 15 AU 19 JUILLET, SEGRÉ. HTTP://SAVEURSJAZZFESTIVAL.COM


FESTIVALS

PA G E V / É T É 2 0 1 5

SOFILM SUMMERCAMP

SO FRESH TEXTE / ARNAUD BÉNUREAU

LOVE © WILD BUNCH DISTRIBUTION

Qui à part So Film, frangin avec des pellicules de So Foot, pouvait réunir sur un même terrain Chantal Goya, Gaspar Noé, “Ooh ! Aahh ! Cantona” ou encore Jean-Charles Hue ? Personne !

Présidée par Rachida Brakni, la première édition du Sofilm Summercamp va se jouer indoor (Gaumont, Katorza, Le Concorde) et outdoor (une projo en plein air tous les soirs). En n’étant pas compétitif, le festival se veut à l’image du mensuel ciné en mettant en avant “des films et des gens”. Tout simplement ! n Ainsi, il y aura un peu de Cannes 2015 à Nantes avec les projections en avant-premières de Love, porno arty en 3D de Gaspar Noé, du Much Loved de Nabil Ayouch, de The Lobster et son cast 4 étoiles (Colin Farrell, Léa Seydoux, John C. Reilly) ou encore du dernier Moretti, Mia Madre. n Sofilm Summercamp, c’est aussi une section So Foot, une masterclass de Vincent Maraval, figure incontournable du cinéma français, les retrouvailles de Léaud et Chantal Goya (remember Masculin, féminin), Cantona dans les quartiers et des Variable au Nid. n SOFILM SUMMERCAMP, DU 8 AU 12 JUILLET, NANTES. HTTP://SOFILM-FESTIVAL.FR


FESTIVALS

© Direction de la communication, Angers, Angers Loire Métropole / Graph. F. Deniel / 2015.

JEANNE ADDED © VICTOR DIDLO

PA G E V I / É T É 2 0 1 5

AU PONT DU ROCK Fête le pont Cette année, sur le pont de Malestroit, ça se bouscule au portillon et joue malin en programmant grosses locos (Asaf Avidan, Rodrigo y Gabriela, Salut c’est cool…) et artistes habitués à être à l’ombre. On pense ici à Jeanne Added et bien évidemment au gars Mellano pour son solo bien costaud, MellaNoiseEscape. n A.B. AU PONT DU ROCK, LES 24 ET 25 JUILLET, MALESTROIT. WWW.AUPONTDUROCK.COM

1 Tarmac Rodeo 1 Dafuniks 1 Blind Bud & the Loire Valley Calypsos 1 Supersonic 1 Bentham 1 Chico Trujillo 1 Supercheap 1 Le Bal a Momo 1 Move Sort Cartel 1 The Afrorockerz 1 Creamy Birds 1 I Me Mine 1 Panique au Bois Beton 1 The party

PASCALS © DR

Faada Freddy 1 Royal Kopek 1 Jeanne Added 1 The Blind Suns 1 Vaudou Game 1 Simawe 1 Cabadzi

LES TOMBÉES DE LA NUIT En pleine Tombées En 2015, le festival nomade se promène dans Rennes (du côté du Mail), dans la vallée de la Vilaine et regarde jusqu’à Mons. En effet, de nombreuses propositions de ces Tombées seront aussi à l’honneur de la Capitale Européenne de la Culture 2015. Pour autant, dans le made in 35, on ne ratera pas la très grande famille des Pascals ou le Bal de match de la compagnie Tangible ou tango et ovalie vont se tirer la bourre. n A.B. LES TOMBÉES DE LA NUIT, DU 2 AU 19 JUILLET, RENNES ET VALLÉE DE LA VILAINE. WWW.LESTOMBEESDELANUIT.COM


FESTIVALS

2MANYDJS © DR

JUNGLE (© DR)

PA G E V I I / É T É 2 0 1 5

LOUD & PROUD LES ESCALES Patron, un Pacifique ! En prenant le relais de Patrice Bulting, fondateur du festival branché sur la sono mondiale, Gérald Bachaud, ex Thugs, ex VIP et ex Cartonnerie, lorgne direct sur la jeunesse France en programmant 2 Many DJ’s et le “Carribean Dandee” JoeyStarr. Sinon, en 2015, le festival mettra également le cap vers le Pacifique Sud. n A.B.

Intérieur queer Ce nouveau rendez-vous navigant entre le lieu unique, La Gaïté Lyrique et Le Sucre à Lyon a pour ambition d’interroger « la représentation des minorités sexuelles sur les scènes françaises ». Ici, les filles de WonDerGround s’en occupent déjà très bien. C’est donc normal de les retrouver sur site. Sinon en terme d’impact people, on pourra évidemment compter avec les bombes d’Austra. n A.B.

LES ESCALES, LES 7 ET 8 AOÛT, SAINT-NAZAIRE.

LOUD & PROUD, LES 3 ET 4 JUILLET, LE LIEU UNIQUE, NANTES.

WWW.LES-ESCALES.COM

WWW.LELIEUUNIQUE.COM

30 CONCERTS / VILLAGE / SAVEURS JAZZ EN BALADE / EXPOS / CONFÉRENCE / ...

Roche Jagu

Hindi Zahra \\ Rodolphe Burger Trio \\ Piers Faccini \\ Elk Eskape

CONCERTS

14 juillet 2 0 1 5 16h À partir de

R MARCUS MILLER SNARKY PUPPY AYO ERIC LEGNINI / KELLYLEE EVANS LUCKY PETERSON

© Cédric Bossard

© Anto Squizzato

AGATHE JAZZ 4tet NICOLAS FOLMER DIDIER ITHURSARRY 4tet PIERRE DURAND JEAN-MARIE MARRIER ...

C : 10 M : 85 J : 100 N : 10 C : 100 M : 75 J : 30 N : 0 C : 100 M : 85 J : 45 N : 45

Angers 101.5 fm

www.radio-g.fr

Réservation : www.ticketmaster.fr ◼ www.francebillet.com ◼ 02 96 95 62 35

www.larochejagu.fr

Dpt22•DIRC•AC•04/15

www.saveursjazzfestival.com


FESTIVALS

PA G E V I I I / É T É 2 0 1 5

LA ROUTE DU ROCK - COLLECTION ÉTÉ

PALME D’OR DE L’INDIE INTERVIEW / MATTHIEU CHAUVEAU

JUNGLE © DR

À l’approche d’une édition anniversaire des plus alléchantes (Björk, Ride, Timber Timbre, Jungle), rencontre avec François Floret, le directeur de La Route du Rock.

Avez-vous prévu quelque chose pour vos 25 ans ? n Concernant l’événement en lui-même, non : les feux d’artifices sont déjà sur scène ! Mais une partie des travaux sera terminée dans le fort. On aura enfin un site capable d’accueillir dignement notre public. Cela va mettre un point final aux belles photos qu’on a pu voir circuler, de gens qui se jettent dans la boue. 25 ans après, envisagez-vous toujours le festival de la même manière ? n En nous professionnalisant, on a un peu perdu en spontanéité, en naïveté. Mais ce qui n’a pas changé, c’est cette passion de la musique, cette ligne artis-

tique sans concession. On est toujours dans cette quête du Graal de la programmation parfaite. Votre public se renouvelle-t-il ? n Oui, on a de plus en plus de jeunes intéressés par l’actualité musicale, notamment électro. C’est lié à l’envie que l’on a depuis 2013, de finir nos soirées de manière beaucoup plus sexy et relâchée qu’auparavant. Cette année, on va faire fort dans le genre avec Jungle, Ratatat ou encore Rone. n LA ROUTE DU ROCK – COLLECTION ÉTÉ, DU 13 AU 16 AOÛT, SAINT-MALO. WWW.LAROUTEDUROCK.COM

VAUDOU GAME © DR

TEMPO RIVES Le monde à Angers Pendant un mois, les scènes musicales d’été, gratuites et pilotées par la Ville d’Angers, vont vous faire tourner en bourrique et vous faire perdre le Nord à travers ces Tempo Rives parcourant le monde en compagnie du dandy soul Faada Freddy, de Vaudou Game qui retourne aux sources de l’afro-funk ou de la fanfare tropicale de Chico Trujillo. n A.B. TEMPO RIVES, DU 13 JUILLET AU 13 AOÛT, CALE DE LA SAVATTE, ANGERS. WWW.ANGERS.FR


FESTIVALS

PA G E I X / É T É 2 0 1 5

COLLECTION 2014/2015

R

NUMÉRO MIOSHE

É PAR

43 HABILL

COLLEGE © PJ SKYMAN

É PA 42 HABILL NUMÉRO OU BERNAD KARINE

FVTVR FSTIVAL Le futur au plus-que-parfait Avec trois bouts de ficelles, le label nantais inaugure un festival à son image : cool et pointard. Et c’est sur trois terrains (Trempolino, le lieu unique et le Chien Stupide) que toute la famille gravitant autour de Pégase va se réunir. Parmi les réjouissances, nombreuses et gratuites, on notera le retour en live de l’enfant du pays, College, moitié des Sushis, mec de Valérie et co-pilote de Drive. n A.B.

É PAR 45 HABILL NUMÉRO MOI PAPA APPELLE

BILLÉ PAR

44 HA NUMÉRO PEDRO

FVTVR FESTIVAL, DU 9 AU 11 JUILLET, NANTES.

SALLIE FORD © DR

É PAR 46 HABILL U NUMÉRO CORBINEA ANTOINE

LA DÉFERLANTE L’âme de fond Entre Saint-Brévin, Noirmoutier, ou encore La Tranche, commune présidente en 2015, La Déferlante se veut une marée pluridisciplinaire et gratuite. Comme il serait difficile d’être exhaustif, on vous invite à découvrir Sallie Ford, le Zygos Brass Band, Chapelier Fou, Inuit ou encore les toujours fendras Maboul Distorsion. n A.B. LA DÉFERLANTE, EN JUILLET ET EN AOÛT SUR 10 STATIONS BALNÉAIRES DU LITTORAL ATLANTIQUE. WWW.LADEFERLANTE.COM

Kostar

NUMÉRO 47 SORTIE MI-SEPTEMBRE www.kostar.fr

/magazineKostar


CLUBBING

RECONDITE / DR

PA G E X / É T É 2 0 1 5

CHRONIQUES DU DANCEFLOOR Les Minis BPM n BPM pour Barbecue Par cet Musique. BPM pour surtout des dimanches les pieds dans l’herbe et à l’ombre des Dj’s. Bonne humeur et éclectisme au programme. JUSQU’AU 12 JUILLET, PARC

DU

CRAPA, NANTES

L.A. Gang n Après une première édition de son L.A. Gang, Jankola, Breton par passion, remet le couvert et reçoit à sa table Rachid House et Môme. LE 27 JUIN, ALTERCAFÉ, NANTES.

Pêche et Baignades Interdites n Le temps d’un après-midi, suivez La Tangente. En effet, les Rennais jouent à domicile et invitent même Tristan des Midweek. Par contre, Craig David n’est pas de la party. LE 27 JUIN, PARC DES GAYEULLES, RENNES.

Goûtez Électronique n Cet été, House 2 Couette voit les choses en grand et joue même les prolongations jusqu’en septembre pour un des événements outdoor qui ne cesse de prendre de l’ampleur. LES 28 JUIN, 19 JUILLET, 23 AOÛT ET 26 SEPTEMBRE, JARDIN DES BERGES, NANTES.

Astropolis n Bon, pas de long discours, ça ne sert à rien avec Astro. Au pire quelques noms : Robert Hood, John Talabot, Koudlam, Recondite, Apparat, Lil Louis…  DU 3 AU 5 JUILLET, BREST.

Les Écoutilles n À la barre de ces croisières musicales nocturnes, on retrouve les gars des Paradise. Pêle-mêle aux platines aquatiques, on retrouvera Plaisir de France, Élodie Rama, Phonème, Pégase ou encore le label Like Life Records. LES 10, 17, 24 ET 31 JUILLET ET LES 7, 14, 21 ET 28 AOÛT, NANTES.

Chronic n Dernière de la saison pour la Chronic de l’ami C.H.I.C.H.I. Pour l’occasion, il reçoit Janina, résidente du Club der Visionäre qui malgré sa taille (à peine plus grand qu’une kitchenette) est une des capitales de la culture club. LE 10 JUILLET, CO2, NANTES. Fair-Play n Pour cette Fair-Play nationale, OR’L invite 17 organisateurs et Dj’s qui font bouger la BZH et ses dérivés : Jankola, Arno Gonzales, Victore, Élysse, Jabba 2.3. Et comme ça ne suffisait pas, il n’y aura pas d’horaire de fermeture. LE 13 JUILLET, L’ESCALIER CLUB, SAINT-MALO. Belle-Île on Air n Chouette initiative pour un super spot. Même s’il n’abat pas seulement la carte club, le festival programme quand même Thylacine et Blutch. LES 7 ET 8 AOÛT, BELLE-ÎLE-EN-MER.

La Route du Rock n Et non, ce n’est pas l’intrus de la bande. La preuve avec Daniel Avery, Rone ou la dance intello et balèze de Kiasmos. DU 13 AU 16 AOÛT, SAINT-MALO.

BAMBOUNOU / DR

FORTRESS Fortiche Quand il n’y fête pas la Bretagne, Astropolis y monte sa Fortress et joue, en quelques sortes, les prolongations de la messe de juillet. Pour cette nouvelle édition, Penfeld va subir les assauts des lives de Rone, du presque sudiste Maxime Dangles et les sets de Bambounou ou encore du Sonic Crew. n A.B. FORTRESS, LE 5 SEPTEMBRE, FORT DE PENFELD.


C U LT U R E S É L E C T R O N I Q U E S E T A R T S N U M É R I Q U E S

15-20 septembre Nantes 2015

©Valery Joncheray

DAEDELUS [ARCHIMEDES] RONE ˜ THE SHOES ˜ NONOTAK MATIAS AGUAYO ˜ MADBEN MAREK HEMMANN ˜ DJANGO DJANGO BORIS BREJCHA ˜ LAB[AU] BEN FROST A U R O R A W/MFO MARTIN MESSIER ˜ JOSH WINK LOST ECHOES (MAELSTRÖM & DJEDJOTRONIC) YELLE ˜ NÔZE ˜ SAM PAGANINI MOD3RN (ELECTRIC RESCUE + MAXIME DANGLES + TRAUMER) BLANCK MASS...

Programmation complète et billetterie www.scopitone.org Label scènes de musiques actuelles

Label scènes de musiques actuelles


DOS À DOS

yrreK nosduwHverso

... l’intervie

KOSTAR PHOTO / LUDOVIC FAILLER POUR

Pourquoi retrouve-ton autant de « fuck » ou de « fuckin’ » dans vos tweets ?

Avec Tony Hogan et son titre long comme le bras, vous ne vouliez vraiment pas vous faire retweeter ? n Lorsque

n Je suis issue

d’une famille de poissonniers. Ça fait donc partie de mon héritage culturel et je ne peux pas faire sans.

j’ai annoncé le titre du livre à mon éditeur, s’il avait pu, il m’aurait tuée sur place.

À qui ne dédicaceriez-vous certainement pas vos livres ? n À Nigel Farage,

le leader de l’UK Independence Party.

Pour ou contre l’indépendance de l’Écosse ? n À fond pour.

Car je pense que nous avons une culture et des ressources qui nous sont propres. Les gens prenant les décisions pour notre pays viennent d’Oxford ou de Cambridge et en ce sens, ils ne comprennent pas les enjeux et les réalités de l’Écosse.

P PA AG GE E 0 08 X2 II

K KO OS S TTA AR R

S SA A II S SO ON N 00 99 // N NU UM M ÉÉ R RO O 44 66

Quel est le plus grand drame du Royaume-Uni : les Spice Girls ou le célibat du Prince Harry ? n Comme personne en

à rien à faire du Prince Harry, je dirai les Spice Girls. n

ÉÉ TT ÉÉ 22 00 11 55


Côtes de Grandlieu Coteaux de la Loire

AC ÉES DU L LES SOIR ENDREDIS SV 18H15. TOUS LE T AOÛT À E T E L IL DE JU on Dégustati s du n muscadet o e is d a M À La u et de produits rand-Lie Lac de G locaux ) (Bouaye ns : formatio dlieu.com Plus d’in n ra eg cd la u sable maisond n indispen o ti a v er Rés


EXPO CultureTV

SAGACITE RCS 622 044 501 Crédit Photo DPPI-VISUAL PRESS AGENCY

Saga de la télévision française

Du 25 avril au 13 septembre 2015

Historial de la Vendée

Kostar 46  

Kostar n° 46 / été 2015 Habillé par Antoine Corbineau

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you