Page 43

SEXY SUSHI

« Non, Sexy Sushi n’est pas une escroquerie ! » interview / Arnaud Bénureau et Maëlle Le Corre

photo / Tangui Jossic pour Kostar

Oubliez, la vuvuzela et l’Islandais chaud comme la braise Eyjafjöll ! Cet été, vous n’aurez qu’un mot à la bouche : Cyril. Avec ce nouvel et très bon album, les Nantais Mitch Silver et Rebecca Warrior reviennent gonflés à bloc. Retour sur le phénomène Sexy Sushi. Entre deux “lol” et un sandwich triangle. Évacuons d’emblée la question : qui est le Cyril de ce deuxième album ? n Rebecca Warrior : Le titre complet devait être Cyril, Parrain, Marraine, Vigile. Cyril est l’ancien prénom de Christina Ricci. Du coup, comme on l’aime bien… Plus sérieusement, on ne pensait pas faire un album. On avait quelques titres. Et de fil en aiguille, on a eu trente minutes de son. Après, je ne sais pas si c’est un album, un mini album ou un EP. Dans tous les cas, c’est bâtard ! Une chose est bien certaine, c’est le buzz qui existe autour de Sexy Sushi. Comment le vivez-vous ? n RW : C’est un mot interdit ça ! Il va falloir en trouver un autre. Alors, quel regard portez-vous sur le phénomène Sexy Sushi ? n RW : Déjà, on fait Sexy Sushi parce que ça nous fait plaisir. Ça ne marcherait pas, ça serait pareil ! Depuis le premier concert, les gens n’arrêtent pas de nous parler de ce buzz. Mais ça va faire maintenant sept ans que Sexy Sushi existe. Peut-être qu’en fait, il ne se passe rien ! Justement, quel souvenir gardez-vous de ce premier concert au lieu unique ? n Mitch Silver : À l’époque, je fumais. C’est le seul truc dont je me souviens. n RW : On avait transporté la tour d’ordinateur sur un skate ! Mitch, tu m’avais dit : « Si tu es ca-

pable de monter sur la table, je te paie une bière ». J’avais passé tout le concert nue sur le bar ! n MS : C’était mon premier concert. J’étais complètement flippé ! Mais se déguiser m’a aidé. Et puis ça allait bien avec ce que nous faisions. n RW : On regrette seulement nos noms de scène ! C’est toi qui a trouvé Rebecca ? n MS : Oui. C’était ça ou Céline ! À partir de quand, Sexy Sushi est-il devenu un projet sérieux ? n RW : Jamais. Il ne l’est d’ailleurs toujours pas. Mais cet été, vous êtes quand même à l’affiche de Glastonbury ou encore Dour… n RW : La classe, hein ? Ou une grande escroquerie ? n RW et MS : Les deux ! n RW : Non, Sexy Sushi n’est pas une escroquerie. Nous sommes contents de faire ce que nous faisons. Le succès à outrance ne nous intéresse pas. Ça nous fait juste bien plaisir d’aller à Glastonbury faire notre show. Mais nous continuons à jouer avec autant de plaisir dans des squats. n MS : Et puis, on ne l’a pas cherché. n RW : Les escrocs, ce sont les autres groupes. Des sales enfoirés qui veulent des cachets monstrueux, devenir des stars monstrueuses et vivre de leur musique.

PA G E 0 4 3

K O S TA R

sa i so n 0 4 / N U M É R O 2 1

été 2 0 1 0

KOSTAR # 21  

Magazine Cultures et tendances * Saison 4 * numéro 20 * été 2010 * Michaël Youn * Sexy Sushi * Michel Troisgros * Pierrick Sorin * L'art et...

KOSTAR # 21  

Magazine Cultures et tendances * Saison 4 * numéro 20 * été 2010 * Michaël Youn * Sexy Sushi * Michel Troisgros * Pierrick Sorin * L'art et...