Page 1

b o u l o g n e b i ll a n c o u rt

340

mai

2017

2,50

rev u e t r i m e s t r i e l l e d e l’ At h l é t i c C l u b d e Boulogne-Billancourt, club omnisports

Figures

Georges Cottin,

le doyen !


2 ACTU Athletic Club Boulogne-Billancourt

b o u l o g n e b i ll a n c o u rt

s t r u o t sp i c n a m

’ o l b te d clu

u an r g o T plus

s i é a ç t n i l a r f a

b c s a e . w w w du

r u ts

r f . b

ACBB 32 sections sportives 12 000 adhérents


SOMMAIRE 3

sommaire du n°

édito

340

Déjà l’été ! La saison sportive touche à sa fin pour les championnats de sports collectifs avec encore cette année quelques très beaux résultats. Les garçons du basket, par exemple, vont enchaîner une deuxième

14

CYCLISME

30

HOCKEY SUR GLACE

montée successive avec à la clé, peut-être, une invincibilité totale durant la saison. L’équipe de handball a été éblouissante lors de la deuxième partie de son

08

RUGBY

championnat pour décrocher un maintien finalement assez facile, le football a joué le haut de tableau du CFA, les équipes

ACTU

04

pour les garçons, N3 pour les

08

tous les terrains avant que ne s’ouvre l’été avec ses compétitions estivales. Déjà l’heure de penser à la rentrée aussi, et l’occasion pour

12

associations qui se tiendra à la

Et maintenant Cap sur Le Gallo !

VOLLEY-BALL

Meeting jeunes de Boulogne-Billancourt Des podiums et des records !

JUDO

29

16

Jérémy Roma Puncheur intelligent

FIGURES

17

Georges Cottin, Le doyen !

Dany Poda « Ce que j'aime, c'est le jeu »

Challenge R3 jeunes Le titre est tout près !

L'argent européen pour Maret, l'or national pour Valadier-Picard

HOCKEY SUR GLACE

30

Les Tigres se font les dents

EXPÉRIENCE

32

Testé pour vous L’escrime

ÉQUITATION

21

Cavaliers et cavalières sur tous les terrains

D’ici là, bel été sportif à toutes

22

Président général

28

Comme un leitmotiv Montrer le maillot !

HANDBALL

Jean-Pierre Epars

De l’'or, de l’argent et du bronze pour débuter !

TRIATHLON

14

mairie de Boulogne-Billancourt.

et à tous !

26

CYCLISME

moi de vous donner rendez-vous le 10 septembre au Forum des

24

NATATION

filles et Fédérale 3… Bref, l’ACBB a encore répondu présent sur

Les news de l’ACBB en bref

RUGBY

de volley et de rugby évolueront encore respectivement en N2

AVIRON

École de hand Rampe de lancement

10, rue Liot, 92 100 Boulogne-Billancourt • Tél. : 01 41 10 25 30 Mail rédaction : acbbmag@agencek.com • Président : Jean-Pierre Epars Directeur de la publication : Julio Arqueros • Rédacteur en chef : Jérôme Kornprobst - 06 17 18 04 57 • Conception et maquette : Oxygène, Frédéric Nolleau • Impression : Fabrègue • Régie pub : PLC - Brigitte Sultan 01 45 26 08 30 - 06 09 69 08 47 • Ont collaboré à ce numéro : Quentin Belli, Hadrien Blin, Cyril Blondineau, Benoît Descamps, Frédéric Kin, Antoine Verniers, Alysée Vigneron, Julie Voirin. Crédit photo couverture : Jérôme Kornprobst. Crédits photo : Jérôme Kornprobst, sauf mentions.


4 ACTU

Femmes en or

La prochaine rentrée sportive au stade Le Gallo s’annonce belle pour le football, l’athlétisme mais aussi le rugby qui, pour la première fois de son histoire, disposera d’un stade intra-muros. Un ensemble conçu comme un parc sportif, un véritable pôle selon l’architecte Bruno Mader. « Si chaque discipline a son autonomie, tout le monde peut se croiser et vivre ensemble. »

Les trophées 2017 des « Femmes en Or » de la DRJS et du CROS, présidés par Evelyne Ciriegi et décernés aux Franciliennes méritantes œuvrant pour le mouvement sportif en tant que bénévoles, dirigeantes, formatrices, sportives, arbitres ou entraîneurs, ont été remis lundi 6 mars dans le cadre de la journée internationale de la lutte pour les droits des femmes. Deux représentantes de l’ACBB, sur les 23 prix attribués, ont été distinguées : Pierrette Abravanel (sports de glace) en tant que formatrice et Marie-Laurence Copie (aviron) en tant qu’arbitre.

© Arnaud Olszak

Tout beau

Titre national

Huit gymnastes étaient qualifiées pour les « Nationaux de GR » organisés à Massy, une première pour certaines, avec de bons résultats à la clé et notamment, la superbe médaille d’or pour Fanny Roder qui a donc décroché le titre en catégorie « Nationale +16 ans. » Honneur 11-12 ans série A : Adèle Biguet, 5e. Honneur 13-14 ans série B : Myriam Tavel 3e et Anna-Maria Mischenko, 11e. Honneur 15-16 ans série A : Inès Routon 11e. Excellence 11-12 ans : Léa Jacquemart, 7e. Excellence 19 ans et + : Natacha Coulon 5e. Uforever : Candice Elmaleh, 6e.

Brillants

L’ACBB karaté a encore brillé aux derniers championnats de France avec cinq podiums dont deux titres pour Antonio Tusseau (-80kg) et Maxime Demeautis (+90kg). Arnaud Nekam (-90kg) et Khaled Bouaza (-80kg) ont raflé le bronze alors qu’en plus de 45 ans, Yannick Bègue s’est adjugé l’argent. De belles performances qui font suite aux excellents résultats obtenus par les jeunes puisqu’en juniors Yohan Arabi (-65kg) a été sacré vice-champion de France, remportant même la coupe du meilleur combattant. Le cadet Nathan Toutain (-60kg) et les cadettes Supuli Suraweera (+55kg) et Sarah Talhi (-50kg) sont tous en bronze. Enfin, Yassine Boumekhla (minime, +55kg) et Matia Broque (pupille, -30kg) sont eux aussi montés sur la 3e marche du podium. À noter qu’Antonio Tusseau était sélectionné pour les championnats du monde à Tokyo (8 qualifiés seulement) avec la victoire pour seul objectif. Pas de chance au tirage puisque le Boulonnais est tombé d’entrée sur son rival de toujours, le Russe Andrei Zuborev. Une déception légitime qui ne doit pas faire oublier l’exceptionnel niveau d’Antonio Tusseau, qui se projetait déjà vers le championnat d’Europe (21 mai) et le prestigieux Open de New-York (24 juin).


ACTU 5

Raid in France

Bravo les filles !

Samedi 29 avril, Laura et Guillaume Orsal (ACBB Triathlon) ont participé au Raid des 12 lacs au départ de la base de Jablines, raid multi-sports en orientation. Après un départ en Stand-Up Paddle, ils ont enchaîné des sections de VTT avec road-book, de tir à l’arc, de course d’orientation, de canoë nocturne ou encore de bike&run pendant plus de 10h d’effort. La stratégie sur les différents choix d’orientation a été payante puisqu’ils ont terminé première équipe mixte (2e au général !) Cette victoire est une belle étape dans la préparation de Guillaume qui participera à Raid in France, l’étape de coupe du monde de raid multisports qui se déroulera en Ardèche, du 4 au 10 juin. Pendant cinq à six jours non-stop, l’équipe constituée d’Annick Ballot, Judicaël Solier, Éric Touzeau et donc Guillaume Orsal, enchaînera différentes sections de VTT, canoë, canyoning, escalade, trail, voile, et même un départ en swimrun… de nuit ! Vous pouvez suivre l’équipe sur page Facebook DSA Antony - Raid in France 2017 et durant l’épreuve en direct sur www.raidinfrance.com

Exploit ? La saison n’était pas tout à fait terminée au basket mais les seniors garçons étaient déjà assurés de monter en R2. Une deuxième montée de rang (l’équipe venait de débarquer en R3), c’est déjà fort. Mais les hommes de Franck Giroux étaient tout proches d’un véritable exploit en bouclant la saison invaincus. Il leur restait pour cela un match à négocier

Outre un formidable parcours en CFA – l’ACBB pouvait encore jouer le podium lors de l’avant-dernière journée mais a cédé contre Dieppe (3-4) –, la section football peut se réjouir d’une nouvelle victoire de son équipe de Cecifoot en coupe de France, la troisième de son histoire. À noter aussi que les filles coachées par Julien Threillard ont brillé et remporté leur premier tournoi en U19 avec un bilan de 2 buts encaissés pour 26 buts marqués ! C’était à Pâques, au Boulou, dans les Pyrénées orientales. En outre, elles ont raflé le prix du fair-play !

Pétanque

au moment où Le Mag partait à l’impression. En Régionale également, les benjamines ont bouclé l’exercice avec 9 victoires pour 11 défaites. Une saison très encourageante selon leur coach Alex Kossmann. « Nos joueuses en tireront les bénéfices la saison prochaine. »

Doubles experts L’ACBB tennis de table avait 5 joueurs en lice pour les championnats de France minimes-juniors (Belfort). Bilan : du bronze en simple et de l’argent en double pour Damien Llorca (associé à Léo de Nodrest, Isséenne EP). Lors des championnats de France seniors, le même Llorca (déjà associé à Léo De Nodrest) était monté sur la 3e marche du podium en double. En double toujours, Henri Yahiel (+80 ans) a été sacré champion de France vétérans 5 (associé à Claude Decret, Pontoise-Cergy). Henri a aussi décroché la médaille d’argent en simple ! Dans le championnat de Pro B, l’ACBB bataille dur pour assurer un maintien difficile.

Vendredi 21 avril aux Glacières, l’ACBB pétanque coachée par Christian Levallois (Anne-Marie Delanaud, Pascal Sorlin, San Levan, Hervé Drapier, Jacky Mignucci, Jacques Parseghian, Antoine Gonzalez) a remporté son premier tour de la coupe des Hauts-de-Seine face à l’une des meilleures formations d’Île-de-France, le PC Garennois. Mention particulière à Jacky Mignucci pour sa victoire en tête à tête qui a permis à l’ACBB de se qualifier. Deux jours après, Agnès Lacroix, François Louedec, Jacky Mignucci, Pascal Sorlin, Emmanuel Mayeur, Jacques Parseghian, Gilles Foulet, toujours coachés par Christian Levallois, ont signé une très belle victoire pour leur entrée en lice en coupe de France, compétition dans laquelle il n’y a pas de petites équipes. Mention spéciale à Agnès Lacroix pour sa victoire en tête à tête, qui a pesé lourd dans la victoire finale.


6 ACTU

Ludique Un deuxième concours interne de la section tir à l’arc a réuni plus de trente archers motivés le 17 mars dernier au gymnase Voisin. Ils ont participé en équipes à plusieurs épreuves d’adresse et de réflexion. Épreuve 1 : le « scrabble ». Une cible comportant des lettres réparties sur toute la surface devait permettre de reconstituer une série de mots, chaque lettre permettant de récolter des points et un bonus lorsque le mot était complet. Épreuve 2 : composer le mot le plus long possible à partir des lettres pointées par les flèches tirées par les membres de l’équipe. Épreuve 3 : sur une nouvelle cible, une bataille navale a fait rage au rythme des volées de flèches décochées par les archers. Une soirée dans une très belle ambiance avec pot de l’amitié pendant le déroulement de l’épreuve.

Titres et records Les championnats départementaux d’épreuves combinées ont eu lieu le 14 mai. En benjamines, Pauline Kaninda a remporté le titre en tétrathlon grâce au 50m haies (10’’20), au saut en hauteur (1,30m), au javelot (16,89m) et au 1000m (3’38’’88). Elle a battu au passage ses records personnels au javelot et sur 1000m. Lors des départementaux d’athlétisme triathlon, Yuna Kounga a remporté le titre (50m, longueur, javelot) et signé la 3e performance française de tous les temps sur 50m en 6’’79. Marion Kouame a elle aussi été titrée (50m, hauteur, poids). En relais, les benjamines sont championnes des Hauts-de-Seine sur 4x50m. Chez les garçons, Benjamin Fortin (vainqueur) et Mattias Mancheron (2e) ont brillé à Châtillon où l’ACBB athlé a remporté la victoire par équipes.

8 bis Avenue Jean Baptiste Clément

Amoureux de la course à pied et du sport en général, venez découvrir le magasin

Nous vous proposons un diagnostic personnalisé et des produits sélectionnés et testés par nos soins. Venez rencontrer une équipe de pratiquants passionnés toujours à votre écoute quelles que soient vos attentes. Conditions particulières pour les adhérents de l’ACBB (toutes sections). info@alluremarathon.com - Suivez-nous sur Facebook www.facebook.com/alluremarathon/


ACTU 7

Victoire

Maya, titrée !

Lors du championnat de Ligue Île-de-France M14 par équipes de trois (à l’épée) qui se tenait à Gonesse le 12 mars dernier, le trio composé de Mathias Mureiba, Leith Chakroun et Sacha Romi s’est brillamment imposé. Maria Gaina a quant à elle pris la 3e place, à l’épée toujours, à Livry-Gargan le 5 mars en M17 cadets.

La saison s’est achevée en beauté pour l’ACBB sports de glace lors des championnats de France B. En effet, en catégorie Avenir (moins de 10 ans), c’est Maya Benkiewicz qui a décroché le titre de championne de France ! Un succès renforcé par la médaille d’argent d’Amandine Rougé en Novice (moins de 14 ans) et la 4e place de Clémence Bodeau en minimes. Pour couronner le tout, Léna Helt s’est classé 1re du Critérium national en Avenir. Enfin, à l’issue du championnat d’Île-de-France des clubs, l’ACBB s’est classé 4e en deuxième division et 4e en troisième division.

Vendée Pour vous replonger dans la fabuleuse épopée du Vendée Globe 2016-17 remporté par Armel Le Cléach, revivre l’aventure intense de Stéphane Le Diraison ( Co m p ag ni e du Lit – Boulogne-Billancourt) et des 29 navigateurs alignés au départ, Pierre-François Bonneau signe l’ouvrage officiel de l’épreuve paru aux éditions du Chêne.

Première ! C’est une première ! Pour sa deuxième participation aux championnats d’Île-de-France de PSP (plongée sportive en piscine), l’ACBB plongée a remporté son premier titre avec la médaille d’or de Claire Lemarchand et Émeline Prat au combiné seniors femmes ! À retenir également les très belles médailles d’argent d’Éliane Rossier (catégorie V2) au 23m immersion et au trial. La PSP boulonnaise avait rendez-vous aux championnats de France les 20 et 21 mai à Montluçon.

Test Ce petit boîtier peut changer votre vie de sportifs et sportives. Avant ou après l’effort, le boîtier Life + SportDevice, dispositif innovant conçu et fabriqué en France, produit une lumière spécifique capable de stimuler les processus naturels de régénération au niveau cellulaire. Pour le sportif, lors de l’échauffement et de la préparation à l’effort, en phase de récupération et après coup et chocs, les tests réalisés sont élogieux. Oui, « Light is a miracle ». Pour en savoir plus sur la préparation et la récupération par la lumière, rendez-vous chez Allure Marathon ! www.alluremarathon.com www.sport.ledlifeplus.fr

Rendez-vous Samedi 10 juin, l’ACBB basket organise l’opération Basket pour tous au City Stade de Boulogne-Billancourt. De 9h30 à 12h, entraînements baby-basket et inscriptions. De 13h30 à 19h, tournoi par équipes de 3. Concours de shoot. Goûter offert par la municipalité, nombreux lots à gagner. Toutes les infos sur le Facebook de l’ACBB basket. Inscription par mail : basketpourtous92@gmail.com


8 RUGBY

Et maintenant

Cap sur

Après un début de saison laborieux, l’ACBB rugby est monté en puissance tout au long de la saison pour finir en trombe et arracher une place en play-off de la Fédérale 3. Une dynamique sportive réjouissante d’autant que tous les regards sont désormais tournés vers l’automne et l’installation de la section dans son nouveau lieu de vie : le stade Le Gallo.


RUGBY 9

Le Gallo !


10 RUGBY

C’

est le début du printemps sur la pelouse du stade de la Marche à Marne-laCoquette. Pour son dernier match à « domicile », l’ACBB rugby – équipe 1re et réserve de Fédérale 3 – envoie du jeu pour dominer Évreux. Grâce à une fin de saison exemplaire, les joueurs de Vincent Lagasse et Yohan Le Provost enregistrent leur sixième victoire de la saison devant un maigre public. Puis une septième le dimanche suivant sur la pelouse du SCUF qui permet, in extremis, à l’ACBB de s’inviter en play-off (l’équipe est tombée face à Meaux). Une qualification symbolique pour une équipe qui n’a rien lâché à la grande satisfaction du président JeanBaptiste Alnot : « On a su faire le nécessaire sportivement pour remonter notre niveau, mettre les joueurs dans les meilleures conditions pour sortir de la zone de relégation et nous retrouver en play-off. Une excellente fin de saison et une sacrée remontée qui récompensent les joueurs et le staff. » Lagasse et Le


RUGBY 11 Provost bien sûr, mais aussi Jo M’Wemba (équipe réserve) et Grégory Desplechin (manager sportif). Une fin de saison pleine de promesses d’autant que l’équipe est jeune – 24 ans de moyenne d’âge – avec dans ses rangs six joueurs issus de la formation boulonnaise : Paul-Élie Renard, Jean Nebout, Gustave Balu, Jean-Baptiste Estournes, Francois et Martin Colcombet. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, les juniors ont rejoint eux aussi les play-off de leur championnat Philiponeau. Vainqueurs des deux premiers tours, ils seront éliminés en 8e de finales (Top 16 national donc) après une sacrée bagarre : « Nous retiendrons l’envie, la hargne, la cohésion de groupe de ces jeunes joueurs. » Tout l’esprit de l’ACBB rugby, inculqué dès le plus jeune âge : « Notre école de rugby insiste beaucoup sur les notions de cohésion, de respect et de combat. Le rugby, c’est l’école de la vie. On prend des coups, on en donne aussi mais on doit rester dans le cadre, dans le respect des règles et de l’autre. »

Un rugby familial et compétitif L’intersaison promet donc une certaine excitation d’autant qu’à la rentrée (fin septembredébut octobre), l’ACBB rugby emménagera dans son nouveau lieu de vie : le Stade Le Gallo flambant neuf. « C’est une nouvelle page qui se tourne. Depuis quatre ans, la vie de la section a été difficile. Pas de lieu de vie, de multiples terrains, une mobilisation qui s’effrite… On a tenu bon grâce à l’équipe de bénévoles en place et au soutien de la mairie et du service des sports, qui ont su maintenir un fonctionnement malgré le chaos. Ils ont tenu la barre, on doit leur rendre hommage pour cela. » Avec ce nouveau stade – c’est

la première fois que le rugby boulonnais va trouver sa place au cœur de la ville – l’ACBB rugby va donc pouvoir construire avec des perspectives : « Le vrai défi est de retrouver un lieu de vie comme au Sautdu-Loup, recréer cet esprit club qui est le nôtre. C’est véritablement un renouveau pour le club. Nous voulons renouer avec les valeurs qui ont fait notre histoire : celles d’un club familial, convivial, compétitif… Les valeurs du rugby quoi. On ne vient pas au stade que pour le rugby, on veut apporter autre chose. Pour cela, il faut une base solide, reconstruire notre tissu social et sportif. » Depuis sa prise de fonction en novembre 2016, le président Alnot a d’ailleurs déjà structuré le club (321 adhérents dont plus de la moitié de moins de 18 ans) pour impliquer l’ensemble des membres de son bureau avec un pôle seniors, un pôle jeunes (cadets et juniors), un pôle école de rugby (jusqu’aux minimes) et un pôle rugby à 5 (champion d’Île-deFrance 2015 et 2016). « Chaque pôle est géré par deux ou trois personnes, en autonomie. » Côté sportif, l’objectif annoncé est de stabiliser les effectifs et les coaches pour un projet durable « et retrouver la Fédérale 2, le meilleur niveau amateur, notre véritable niveau », de poursuivre le développement de l’école

de rugby et du rugby à 5 qui séduit de plus en plus d’anciens joueurs, un peu las des contacts répétés. Pour le rugby féminin, il faudra patienter encore un peu, faute de joueuses. Cette reprise sportive – tant attendue –, Jean-Baptiste Alnot l’imagine déjà « magnifiquement. Il y a du monde, des anciens du club à la fois au bord du terrain et au club house, les enfants de l’école de rugby, leurs parents… Un rayon de soleil, de la bonne humeur et de la vie. » Le Gallo version rugby ! Jérôme Kornprobst


12 NATATION

Meeting jeunes de Boulogne-Billancourt

Des podiums et des records ! L

e dernier week-end de février a donc été le théâtre, à la piscine de BoulogneBillancourt, du 2e Meeting ouvert aux Jeunes organisé par l’ACBB natation, avec le soutien de la municipalité et de Vert-Marine. Au total, 485 nageurs représentants 31 clubs et des petits Boulonnais remontés comme des coucous avec à la clé, 91 podiums, 248 performances personnelles améliorées et 11 meilleures performances clubs réalisées. Chez les plus petits des « Avenirs », c’était une première pour Rose Raby, Salomé Faivre, Kauraly Kamdem et Lucas Robinson-Cueva. Ils ont enregistré de très bons résultats se qualifiant tous au moins pour une finale durant le week-end. Léo Verivichev et Lucas Robinson-Cueva sont même montés deux fois sur un podium, finissant respectivement 2e et 3e du 50m dos et du 50m NL. Chez leurs aînés entraînés par Emmanuel Rabouin, la motivation était grande dès les courses du matin avec en tête l’idée de participer à

© Emmanuel Rémi

Après les interclubs, les jeunes avaient rendez-vous lors du Meeting de Boulogne organisé à la piscine de main de maître par la section natation les 25 et 26 février. Un très beau week-end qui a réuni 485 nageurs venus de 31 clubs. Côté sportifs, les jeunes nageurs ont amélioré 248 performances personnelles, réalisant 91 podiums et actualisant 11 meilleures performances du club.


NATATION 13 des finales l’après-midi. Et ils y sont tous parvenus au moins une fois, certains accédant même à des podiums. Ainsi, Léonie Poissier-Lortet a réalisé 1’25’’49 au 100m NL (3e) ; même place au 100m papillon avec un chrono de 1’44’’95. De son côté, Liam Czernik a pris aussi une belle 3e place au 50m brasse (52’’69). Idem pour Lucas Vahlas sur 100m brasse en 1’49’’06. Mais la palme dans la catégorie va à Yanis Mesror qui a enregistré plusieurs bons résultats sur ses différentes courses, remportant notamment la victoire sur du 50m NL (37’’33), sur 50m dos (en 43’’44) et 50m brasse (en 49’’01).

6 courses, 6 victoires pour Alexandre Chalendar

dos (34’’81) et 100m dos (en 1’15’’38). Ces trois derniers temps sont, à ce jour, les meilleures performances françaises de la saison sur cette catégorie d’âge. Le groupe Compétition 1 a lui aussi participé activement à ce meeting, en se donnant à fond. Moins de nageurs engagés dans ces catégories d’âge globalement mais une belle opposition la plupart du temps néanmoins, surtout chez les garçons. Et au final, William Arranz s’est distingué en accédant à trois finales et en décrochant deux podiums : la 3e place du 50m NL (25’’39) et la 2e place du 100m Nl (55’’92). On retiendra aussi la 3e place de Lynn Haviland sur 50m dos. Enfin en Élites, confrontés à une phase aiguë et intense de leur entraînement qui aura sans doute limité les performances chronométriques, Benoît Descamps retenait tout de même « un progrès de l’ensemble du groupe sur le comportement et dans l’engagement des épreuves, même non spécifiques ». Douze nageurs étaient engagés et plusieurs sont montés sur le podium. Benoît retiendra surtout le très beau meeting des frères Chalendar, Noé et Léo. Ce dernier, né en 2003, a signé à lui seul 6 meilleures performances du club sur 50m et 100m brasse. Avec un temps de 31’’83 au 50m brasse, il efface les records sur la distance pour les années d’âge 14, 15, 16 et 17 ans ! Benoît Descamps

En catégorie Jeunes, dont 17 représentants étaient engagés, Anaïs Raguin s’est dit « fière » de leur meeting, avec un engagement sans précédent tout au long de la compétition. Au total, 45 finales et 25 podiums ! Difficile dans ces conditions de tous les citer mais impossible aussi de ne pas en sortir deux du lot pour leurs performances remarquables : Lucile Coudert d’abord qui a pris un podium à chacune de ses six courses et qui signe un nouveau record du club 13 ans sur 50m papillon (31’’56). Et puis l’extraterrestre Alexandre Chalendar : 6 courses, 6 victoires places et 4 records du club 11 ans aux 100m quatre nages (1’19’’38), 50m NL (30’’30), 50m


14 CYCLISME

Comme un leitmotiv

Montrer le m On ne le rappelle jamais assez mais l’Histoire de l’ACBB cyclisme est d’une richesse sans commune mesure et à laquelle sont perpétuellement confrontés les coureurs actuels. Si le niveau est un peu moins élevé aujourd'hui, la volonté de gagner est restée la même.

C

omme le rappelait très bien Le Parisien dans un sujet consacré à l’ACBB cyclisme, « Mais si, l’ACBB gagne toujours… ». Joli clin d’œil historique au cyclisme boulonnais qui a compté bon nombre de gloires dans ses rangs depuis 1863* (Anquetil, Darrigade, Stablinski, Thévenet, Roche…) et qui, aujourd’hui encore, montre le maillot sur les routes d’Île-de-France et surtout, de province en 2e et 3e catégories. « Les courses intéressantes sont de plus en plus loin comme en Normandie, en Picardie, dans le Nord avec le Tour des 5 communes ou

plus au sud avec le Tour du Bourbonnais. C’est difficile pour les coureurs », déplore JeanClaude Le Dissez. Les coureurs vous le diront, la seule vraie belle course qui perdure en Île-de-France, c’est Paris-Pussay, organisée par l’ACBB cyclisme justement (le 30 avril dernier). Véritable objectif pour les coureurs et leur directeur sportif, les efforts déployés et la stratégie mise en place au service de Cyril Maître et Jérémy Roma n’ont pourtant pas payé. Piégés par une échappée qui a laissé le peloton sans réaction, les hommes en forme, bien aidés par le travail de Stéphane Ibrahime, n’ont pris

que les 8e et 9e places. « Je suis déçu… Vraiment déçu », pestait d’ailleurs Roma après la ligne. Pourtant, comme le prédisait Le Parisien, oui, l’ACBB cyclisme gagne toujours. Jérémy Roma a en effet encadré sa déception de Paris-Pussay entre deux belles victoires à Laigné-en-Belin le 15 avril et à Seresville le 8 mai. Le pic de forme était bien là, un sérieux qui séduit Jean-Claude Le Dissez. « J’aime pouvoir compter sur mes coureurs. Cette année, avec Jérémy, Cyril Maître, Pierrick Tondo et Xavier Leroux, rouleur costaud qui joue les capitaines de route, Yohan Simoneau et le retour de Stéphane Ibrahime, j’attends des


CYCLISME 15

aillot !

victoires sur des belles courses. Les gars ont de la caisse » Après Paris-Pussay, le Boss avouait toutefois qu’il serait sans doute difficile de jouer sur tous les tableaux, notamment sur les courses difficiles. Et pourtant, Roma l’a emporté déjà deux fois : « À Seresville, tous les gars ont fait le boulot et Jérémy a lâché son compagnon d’échappée dans le dernier virage. Il l’a laissé sur place. »

Comme un hommage à l’Histoire Alors oui, Jean-Claude Le Dissez veut des victoires, des bouquets, des prix d’équipes et du panache. Toujours pour rendre hommage à cette histoire

si riche qui a fait les lettres de noblesse de l’ACBB cyclisme. « Nous sommes toujours motivés pour poursuivre l’écriture de notre histoire même si aujourd’hui, nous n’avons plus les mêmes moyens », souligne le président Philippe Leroy. Et pourtant, elle a belle allure cette équipe boulonnaise qui arbore fièrement son maillot orange et gris un peu partout sur les routes, équipée des vélos Bianchi haut de gamme. « C’est un partenaire historique. Nous donnons le meilleur à nos coureurs. En retour, nous attendons le meilleur. » Le Circuit Icaunais – 3 étapes très relevées les 8 et 9 juin avec 27 équipes au départ – fait partie des objectifs du

directeur sportif. « Chaque année, on brille sur cette épreuve, on anime la course pour le plus grand plaisir des organisateurs. » Nul doute que, loin de leurs bases, avec moins de pression, les coureurs boulonnais tenteront un coup là-bas. Et pour continuer de donner raison à ceux qui croient toujours à l’ACBB cyclisme, comme un hommage à son glorieux passé, des nouveaux coureurs vont rejoindre les rangs boulonnais parmi lesquels quatre figurent dans le top 20 de la 2e catégorie espoirs. Cyril Blondineau

* À l’époque, le club s’appelait Association Cycliste de BoulogneBillancourt. Section cofondatrice de l’ACBB omnisports en 1943, le club de vélo voulait conserver son acronyme qui a donné naissance à Athletic Club de BoulogneBillancourt.


16 CYCLISME

Jérémy Roma

Puncheur intelligent Co-leader de l’ACBB cyclisme avec Cyril Maitre, Jérémy Roma a découvert le vélo sur le tard en cadets. Depuis, l’élève ingénieur met son intelligence au service de sa tactique de course.

importante pour le club, pour le directeur sportif, pour le président. J’ai tout fait, j’étais prêt… Je suis déçu. » Âgé de 22 ans, ce Suresnois pur jus à découvert le vélo avec son grand-père en Bretagne après dix années de judo. « Le combat direct, ce n’était pas mon truc. On a roulé plus de 1 000 bornes alors que je n’avais jamais pratiqué avant. La passion est née cet été-là. » Le kimono est remisé dans un placard, Jérémy rejoint Puteaux pendant deux années de cadets puis Igny-Palaiseau « pour suivre Éric Durand, mon coach de Puteaux. Aujourd’hui encore je bénéficie de son expérience et c’est grâce à lui que j’ai réussi à avoir ce niveau en 2e catégorie. »

« J’aime la tactique de course. »

L

e garçon est discret mais sur un vélo, c’est un vrai bagarreur, comme en témoignent ses deux premières victoires cette saison à Laigné-en-Belin et à Seresville au mois d’avril. Une belle surprise pour celui qui, d’habitude, atteint son pic de forme un peu plus tard dans la saison. « Mon objectif, c’était de remporter Paris-Pussay… Je sais combien cette course est

Les résultats s’enchaînent (une dizaine de podiums, une victoire), le jeune coureur est courtisé par Corbeil-Essonne ou Le Bourget mais il choisit l’ACBB : « On est bien traités, bien équipés, il y a de l’ambition… L’ACBB cyclisme offre un petit côté pro dans ce monde amateur. Et puis j’ai bien accroché avec Jean-Claude qui est exigeant mais ne met pas de pression. Il a bien compris que le vélo n’était qu’une passion. » Car en plus d’avoir les jambes, Jérémy a aussi la tête ! « J’ai les études, j’ai envie de réussir professionnellement – Jérémy est en école d’ingénieur et travaille chez Bouygues bâtiment IDF, construction privée (ndlr) – et ce n’est pas toujours facile de cumuler tout ça avec le vélo. Mais Jean-Claude le sait, je ne fais pas

de promesses mais je donne tout en course. Pour moi ou pour les autres, je sors rincé et je sais qu’il apprécie cela. Ce qui compte, c’est l’attitude, montrer le maillot ! » Avec l’objectif de rester en 2e catégorie pour 2018 (ce qui ne posera aucun problème), Jérémy a donc déjà remporté deux courses même si c’est Paris-Pussay qu’il visait. « Tous les coureurs ont envie de bien faire. On se met parfois trop de pression. » Pour être prêt fin avril, Jérémy a participé à une semaine de stage dans le sud de la France avec Pierrick Tondeau, Cyril Maitre et Thomas Biet. Idéal pour se remettre dans le bain, relancer le moteur. « On a bien travaillé sportivement avec notamment une longue sortie de 220 bornes… Mais c’était cool, comme une bande de potes partis faire du vélo ! » Quand on lui demande quel type de coureur il est vraiment, Jérémy prend le temps de la réflexion… « Je n’ai jamais vraiment bien su. Je ne me range pas dans un tiroir, je fais en fonction de mes jambes et de la forme du jour. J’aime la tactique de course, sentir un coup et m’arracher pour en être. Je suis peut-être un puncheur mais ce qui est sûr c’est que je ne suis pas sprinteur. Si on arrive à deux, je fais toujours deuxième. » L’histoire vient de lui donner tort puis que Jérémy s’est débarrassé de son compagnon d’échappée dans le dernier virage à Seresville pour s’imposer juste avant le sprint. Un puncheur intelligent. Cyril Blondineau


FIGURES 17

Georges Cottin,

Le doyen !

Samedi 28 janvier, l’ACBB aviron a célébré les 90 ans de Georges Cottin à la base nautique. Arrivé au Rowing Club de Boulogne-Billancourt en 1942, club co-fondateur de l’ACBB un an plus tard, Georges Cottin est aujourd’hui le doyen des adhérents de l’ACBB. Ce sacré personnage navigue encore chaque dimanche matin.

«

L

e dimanche matin, vous pouvez venir à la base, si vous voyez un dingue debout dans un bateau, c’est Jojo ! » lance Georges Cottin, 90 ans avec un large sourire. Rendez-vous compte. Ce personnage emblématique de la section aviron et de l’ACBB tout entier, doyen du club, a

débuté sa discipline en 1942… Avant même la création de l’ACBB ! « C’était le Rowing Club de Boulogne-Billancourt qui est à l’origine de la création de l’ACBB moderne avec le cyclisme notamment. » Président de l’ACBB aviron, François Banton dresse le portrait du bonhomme : « Un parcours exceptionnel de rameur, d’entraîneur scolaire

à Boulogne, avec les loisirs pendant plus de 30 ans, une présence aujourd’hui encore de tous les instants… Georges, nous sommes tous fiers de toi. Tu es un exemple pour toute une génération. C’est avec plaisir que l’on continuera à être avec toi le dimanche matin, au sifflet, debout sur la yolette. » Les copains de toujours – Alain Tremon, Roger Barco et Jean


18 RUBRIQUE

b o u l o g n e b i ll a n c o u rt

Légende !

Le 28 janvier, la grande famille de la base nautique ét Georges Cottin, 90 ans, doyen de l’ACBB.


© Jérôme Kornprobst

tait réunie pour célébrer une légende de la section aviron :

RUBRIQUE 19


20 FIGURES

Avec ses fils

toujours, il met aussi la main à la pâte pour réparer, bichonner, rénover les embarcations. « On m’appelait Jojo la peinture car j’étais spécialiste pour peindre les pelles, à main levée. Aujourd’hui les jeunes utilisent des pochoirs, du scotch… Pendant qu’ils peignent deux pelles, j’en ai fait 8 ! » Chaque mardi et vendredi après-midi, Georges est présent à la base à l’atelier de réparation « avec le Dédé Labrosse », tout comme

le samedi pour veiller aux embarquements-débarquements. « Ils ne savent plus aborder, ils cognent et c’est moi qui répare. Alors ça m’évite du travail. » Le ton est ferme mais on sent la bienveillance derrière un œil malicieux. Pour celui qui n’a jamais été président de la section – « je travaillais de nuit aux Halles » – c’est un bonheur de voir que la section se porte aussi bien aujourd’hui : « Du beau boulot de François Banton et son équipe. Voir l’ACBB aviron dans le peloton de tête de l’aviron français, ça me fait un plaisir immense. »

Tout a changé, sauf Georges !

Michel Lasserre, équipage sur le Cri-Cri, en rajoutent une couche avec affection : « On l’aime. Il nous engueule depuis des années… Quel tempérament ! »

Avec ses coéquipiers Alain Tremon, Roger Barco et Jean Michel Lasserre

Jojo la peinture Alors bien sûr, Georges Cottin note l’évolution du club, lui qui a tout connu : « En 1943, nous avions juste l’héritage du Rowing club : 2 canoës français (skiff large, en bois très fragile), un deux de pointe barré, un quatre de pointe barré et une yole de mer avec les lames de nage sur le bordage et les sièges décalés. Sans oublier le skiff présidentiel de Georges Nalbaudian. À la fin 43, un huit de pointe d’occasion avait été acheté. Les pelles étaient en bois tout comme les palettes… Mais à cette époque on respectait le matériel. » Vous l’avez compris, Georges ne plaisante pas quand il s’agit de matériel. Car depuis

Avec François Banton et Pierre-Christophe Baguet

Présent lui aussi pour célébrer 74 années de vie au club, le maire de Boulogne-Billancourt Pierre-Christophe Baguet a souligné l’exemplarité de l’homme : « J’ai connu Georges lorsque j’étais jeune président de la section basket en 1982… J’avais déjà 40 ans de retard ! Ce parcours est impressionnant, le nombre d’heures consacré aux autres est prodigieux. Il est un exemple pour tous… Depuis 1943, tout a changé : les bateaux, les adhérents, la base… Tout sauf Georges ! » Jean-Pierre Epars, président général de l’ACBB – et ancien kayakiste, tout comme les fils de Georges passés chez le meilleur ennemi de l’aviron – a salué celui qu’il a toujours connu : « Tu es aujourd’hui le plus ancien à être actif, debout. Je suis fier d’être à tes côtés ce soir. » Et vous vous en doutez, pas d’anniversaire sans cadeau, annoncé par François Banton : « Comme tu connais ce bassin par cœur, on s’est dit que ça te plairait de le découvrir depuis le ciel avec ce baptême hélico. » Tonnerre d’applaudissements, Georges Cottin rayonne. Une vraie star, un vrai gamin ce doyen ! Hadrien Blin

Avec Jean-Pierre Epars


ÉQUITATION 21

CSO et complet

Cavaliers et cavalières

sur tous les terrains

© ACBB équitation

En complet comme en saut d’obstacles, les cavaliers de la section équitation ont bien démarré la saison avec victoires et places d’honneur.

D

imanche 23 avril, l’équipe Club de concours complet (CCE) était engagée à Jablines. Dressage, saut d’obstacles, cross… Le Complet demande une régularité et un engagement de tous les instants. Et à ce jeu-là, Tess Gaulier et Univers ont encore réalisé une belle performance en Club 2 en s’emparant de la 4e place ! 
En Club 2 toujours, l’ACBB équitation a placé deux autres couples dans le Top 15 avec Morgane Chargros et Verbano (9e) grâce à un double sans fautes, et Alexandra Virol et Aie love you (15e). En Club 1, avec un double sans faute dans le temps, Alysée Vigneron et Flynny se sont classés à la 4e place juste devant Inès de Dreuille et Utwo (5e). L’ACBB signe ainsi un joli tir groupé puisque Morgane Rakotomanga et Toscan ont pris la 6e place. En Club 3 enfin, Top 15 aussi pour Aline Dequidt et Umour (14e) grâce à un beau dressage notamment. Le 5 mars, l’équipe CCE club s’était déjà illustrée à la Courneuve. En club 1, Morgane Rakotomanga et Toscan avaient remporté l’épreuve devant Inès de Dreuille et Utwo (3e). En club 2, Morgane Chargros et Verbano s’étaient emparés de la 2e place avec un double sans faute sur le CSO et le cross. Dans la même épreuve, Tess Gaulier et Univers s’étaient classés 7e.

Déjà cinq victoires ! La saison avait débuté avec des épreuves de CSO et un mois de mars plutôt bien négocié par les cavalières et cavaliers. Le 4 mars, à Liverdy,

malgré la pluie, Mylène Bertrand et Octave ont pris la 4e place dans l’épreuve grand prix 1m15. Lors de la dernière épreuve du mois, l’équipe CSO club a réalisé une très belle performance grâce à la victoire en club 1 de Pierre-Antoine Picand et Toscan. À noter que Pierre-Antoine Picand a aussi terminé à la 3e place avec Flynny, suivi de près par Sébastien Teulé et Flynny (4e). En club 2, carton plein pour l’équipe : Eva di Felice et Vatout ont gagné l’épreuve devant Vairea Ebb et Question terminent (2e) et Clara Grandi avec Utwo (3e). L’équipe de CSO a aussi participé à deux concours lors du week-end de Pâques au Touring. Dimanche 16 avril, sur un total de 35 partants en Club 2, Sébastien et Vatout ont remporté l’épreuve grâce à un super chrono ! Ils sont suivis de près par Vairea et Ondraszek qui ont réalisé un beau sans faute (2e). À la 6e place, on retrouve Natalia et Question ; à la 9e, Eva et Verbano. En club 1, Pierre-Antoine et Aie love you ont pris 2e place avec un beau parcours sans faute ! Le lendemain, place au Hunter (épreuve de saut d’obstacles qui juge le style) : en club 2 figures imposées, Sébastien et Flynny se sont classés 5e sur 21 partants. En club 2 maniabilité, Clara est montée sur la 3e marche du podium avec Utwo ! En club 1 figures imposées, Pierre-Antoine a laissé peu de place à ses concurrents en remportant l’épreuve avec Toscan et en montant aussi sur la deuxième marche du podium avec Aie love you. La section équitation adresse un grand bravo à son équipe CSO club et à Carolyne, pour ces supers résultats ! Alysée Vigneron


22 HANDBALL

École de hand

Rampe de lance Depuis la fin avril, l’équipe première de l’ACBB hand est assurée de disputer le championnat de N1 la saison prochaine. Un maintien acquis plus tôt que prévu, grâce à un début très réussi de la phase retour. Et si ce niveau de performance peut être renouvelé, c’est aussi parce qu’il est le fruit d’une formation à la base. École de hand et équipes jeunes, tout part de là.

L

es garçons assurés de jouer en N1 la saison prochaine, les filles championnes de Hauts-de-Seine et qualifiées pour la finale de la coupe du 92, les garçons moins de 18 ans en course pour le titre de champion de France Honneur… Les équipes du hand boulonnais jouent sur tous les tableaux et pour cela, la formation débute très tôt à l’école de hand, dès 6 ans. Là, une grosse centaine de joueuses et joueurs apprend ses gammes, (70 enfants à l’école de hand et une cinquantaine de moins de 13 ans garçons et filles) en équipes mixtes pour les plus jeunes. Responsable de l’école de hand, Dominique Bozec veut avant tout « faire découvrir ce sport génial et que les enfants soient heureux de revenir à chaque fois, pour le plaisir. » Mais attention toutefois, l’école de hand n’est pas un centre de loisir, les règles d’apprentissage sont strictes : « On joue ensemble, on respecte les règles et les décisions des arbitres. Le travail

Mixte : à l’école du hand, filles et garçons évoluent dans les mêmes équipes.

repose sur l’envie incessante de récupérer la balle. Le but est de mettre en échec l’attaquant adverse et de se mobiliser ensemble pour récupérer cette balle. » Un schéma de jeu très proche de celui pratiqué par l’équipe première : vivacité, fulgurance, audace… Parmi les coachs de l’école de hand, Dominique peut d’ailleurs s’appuyer sur Maxime Bonnin, joueur de N1, et Habiba Dindah qui assurent quatre entraînements par semaine auxquels les enfants doivent participer à raison de deux séances hebdomadaires minimum.

Un plateau par mois Un samedi par mois, tous ces jeunes joueurs et joueuses participent à des plateaux, à Souriau ou ailleurs dans le département. L’occasion d’appliquer les consignes, de valider les schémas tactiques, d’évaluer la progression et de jouer ensemble, en équipe mixte. Le président Laurent Simonelli apprécie le spectacle : « On remarque déjà les petits compétiteurs, les progrès des plus timides… Ils ne deviendront pas tous des handballeurs mais ce n’est pas grave. Les enfants prennent du plaisir, les parents et la bonne ambiance sont là. On crée du lien autour du hand. » Et même si tout le monde est d’accord pour dire que le résultat de ces tournois est anecdotique, la manière compte pour Dominique Bozec. « Quand j’observe de mauvaises attitudes, le peu de respect des consignes, de la nonchalance… On en parle lors du débrief pour repartir du bon pied. » Débrief aussi pour les jeunes arbitres formés par

Coaching : Dominique Bozec observe et donne ses consignes.


HANDBALL 23

ment la section et encadrés par Pierre Guillaume et Karine Jeannes-Henry. Ancienne arbitre, Karine partage ce jour-là son expérience avec Matéo, Alexis et Adrien : « Je les accompagne, j’observe leur façon d’arbitrer, je les corrige. Les fautes ne sont pas toujours évidentes, il faut acquérir de l’expérience. » Tous sont volontaires et formés par la section avant de participer à des stages départementaux et régionaux. « Peu à peu, des binômes se créent, progressent. » La section possède depuis 2012 le label bronze qui récompense la quantité et la qualité des jeunes arbitres formés. Tout cet apprentissage handballistique permet à la section d’affirmer un style de jeu, développer un état d’esprit, une ambition collective aussi. Pour évoluer au haut niveau, qui ne concerne qu’une poignée de joueurs, c’est par la base qu’il faut commencer le travail. Au hand, le job est bien fait. Antoine Verniers

Toutes les infos sur www.acbbhandball.clubeo.com

Arbitrage : à la mi-temps, Karine Jeannes-Henry conseille les jeunes arbitres.


24 AVIRON

De l’or, de l’argent et du bronze

pour débuter !

P

résent au rendez-vous, comme toujours ! Avec cinq médailles dont deux titres, l’ACBB aviron a débuté la saison de belle manière. Titre national pour Vincent Faucheux en deux sans barreur poids légers (avec son coéquipier du C.A. Nantes, Guillaume Raineau) et pour Stéphane Tardieu en handi. Il devance Christophe Lavigne qui prend donc l’argent pour deux Boulonnais sur le même podium ! À noter aussi que Lionel de

© Daniel Blin / FFA

La saison a bien commencé bien pour l’ACBB aviron lors des championnats de France bateaux courts de Cazaubon. À la clé, deux titres et trois médailles (deux d’argent, une de bronze) pour les rameuses et rameurs boulonnais.

Associé à Guillaume Raineau, Vincent Faucheux a été sacré champion de France.

Gayffier et Alexandre Duthoit, en skiff TA, se sont respectivement classés aux 4e et 5e places. Médaille d’argent aussi pour Lucie Giraud associée à Cécile Dubuisson (US Toul) en deux sans barreur seniors femmes. Enfin, Victor Sedaros associé à Téo Rayet (SN. Bergerac) a décroché le bronze en deux sans barreur, première médaille du club en juniors. Prometteur… Même si elles sont toujours belles, les médailles


© Daniel Blin / FFA

AVIRON 25

ne doivent pour autant pas éclipser les résultats généraux d’une section toujours sur le devant de la scène nationale depuis cinq saisons. Manuel Rodriguez, 4e place du skiff AS (handi), François Teroin en skiff poids léger (5e) après un championnat impressionnant auquel participaient les deux nouveaux champions olympiques Jérémie Azou et Pierre Houin et les deux champions du monde 2015, Stany Delayre et Damien Piqueras… Record du bassin pulvérisé. Cinquième place aussi pour la paire juniore d’Aurélie Morizot et Tiphaine Cayol qui fait un bon de cinq places en une saison (10e en 2016). Cinquième place toujours pour la skiffeuse Julie Voirin, qui se situe dans la hiérarchie juste derrière les quatre fantastiques des Jeux Olympiques de Rio, Marie Le Nepvou, Hélène Lefebvre, Noémie Kober et Élodie Ravera. Sans oublier ceux qui ont joué leur carte en finales B,C ou D ou qui n’ont pas franchi le cap des quarts. L’ACBB aviron est d’abord un collectif à l’état d’esprit d’équipe irréprochable, qui vise le meilleur. Belle récompense pour les coachs Cédric Toublan, Alexandre Bridel, Vincent Faucheux ainsi qu’aux bénévoles parmi lesquels Pedro Ferreira et Mickael Barbotin. Hadrien Blin, avec Julie Voirin

Stéphane Tardieu, double médaillé paralympique encore sacré champion de France.

L’aviron, c’est la santé ! Initiée par la Fédération française d’aviron puis reprise par le Comité des Hauts-de-Seine d’aviron, l’opération Aviron santé* a trouvé toute sa place à l’ACBB aviron. Notamment grâce à Simon Bouchez qui a planché sur le sujet et Alex Bridel qui encadre déjà le groupe handi. Pour Christian Palierne, médecin de la Fédé, « sur le plan musculaire, l’aviron est un sport quasi complet puisqu’il fait travailler pratiquement tous les muscles : membres supérieurs, membres inférieurs, abdominaux, lombaires… Sport d’endurance, il ne présente que des avantages pour l’appareil cardiovasculaire : il régularise ou fait baisser la pression artérielle, abaisse la fréquence cardiaque et améliore le rendement énergétique. Au-delà de ses bienfaits physiques, l’aviron offre aussi à ses pratiquants le plaisir procuré par la sensation de glisse sur l’eau et par la découverte de parcours nature ».

Sport sur ordonnance

Depuis fin 2016, la loi permet la prescription médicale d’une activité sportive, prise en charge donc par la sécurité sociale quand il s’agit d’affections de longue durée (diabète, cancer, insuffisance cardiaque…). « Nous proposons des séances en salle mais aussi sur l’eau. L’objectif, c’est que le pratiquant se familiarise à nouveau avec son corps, avec l’effort, qu’il reprenne du muscle mais aussi de la confiance », précise Simon Bouchez,

qui encadre aussi la section loisir. Des séances soigneusement élaborées en concertation avec le médecin, le patient et l’entraîneur comme pour Isabelle, seule pratiquante à avoir rejoint le programme Aviron santé à l’ACBB, sans toutefois bénéficier du remboursement. « L’aviron est un sport porté, pour une pratique douce, mais aussi une discipline collective qui permet de se resocialiser », insiste Simon. Et que ce soit à l’ACBB ou ailleurs (le VSN Sèvres, le SMBS Courbevoie et le CNS Neuilly participent aussi à ce programme depuis janvier 2017), la procédure demeure la même : c’est le médecin qui prescrit avant que le club ne prenne le relais. Vous pouvez donc en parler avec votre médecin ou pour plus d’infos, contacter directement l’ACBB aviron. Contact : Simon Bouchez – 06 59 88 15 25 Mail : simon.bouchez@virtualcare.fr *Le projet Aviron santé est financé par la CPAM 92. C’est elle qui prend en charge, via le CDA 92, la cotisation des pratiquants Aviron santé. Outre l’affection longue durée, autre condition pour bénéficier du remboursement : le pratiquant doit impérativement résider dans le département des Haut-de-Seine.fr


26 VOLLEY-BALL

Danny Poda

« Ce qu

Malgré des moyens financiers limités, l’ACBB volley parvient chaque saison à maintenir son équipe première en N2, limite pour une équipe composée à 100 % d’amateurs. Et à former des joueurs de haut niveau comme Danny Poda, qui vient de disputer les championnats d’Europe U19.


VOLLEY-BALL 27

que j’aime, c’est le jeu » D

© ACBB volley

Avec Earwin Ngapeth

– qui s’accroche pour avoir le bac et entreprendre des études de kiné –, la réception. « Je dois progresser dans mes déplacements. Améliorer ma détente aussi. Je touche à 3,39m et je dois gagner 20 ou 30 cm. » Pour cela, même s’il n’apprécie pas trop la préparation physique, Danny effectue un entraînement par jour au CREPS, et à l’ACBB le mercredi et le vendredi sous la houlette de François Focard. « Un deuxième papa pour moi. Une relation très forte. »

« Le volley, j’ai accroché direct. » Produit 100 % ACBB volley, Danny Poda sait qu’il va devoir partir pour continuer à progresser. « Dès la saison prochaine certainement, en intégrant un centre de formation d’une équipe pro par exemple. » Toulouse, Sète, Rennes… L’avis du coach comptera pour éviter le mauvais choix. « Je n’y connais rien dans le monde pro. Je dois privilégier le temps de jeu. » Une drôle de sensation de quitter Couchot même s’il le reconnaît : « C’est un passage obligé. » Évoluant aujourd’hui au poste de pointu « réservé à celui qui attaque toutes les balles, smashe, attaque et défend », Danny pourrait progressivement glisser vers celui de réceptionneur, plus complet. « Je dois bosser, dépasser les autres et un jour peut-être devenir le meilleur joueur du monde » (rires).

Comme Earwin Ngapeth, son joueur préféré. « Il est sans limite, un peu fou dans le jeu. Et moi ce que j’aime, c’est le jeu. » Jérôme Kornprobst

*Euro remporté par la République tchèque. La France a terminé 6e.

Bilan de saison SM1 5e en N2 - Play Off SF1 4e en N3 SM2 2e en N3 SM3 7e en championnat régional SF2 3e en championnat inter-départemental

Sélection 92 : Arthur et Corentin en M11 garçons, Camille en M11 filles, Jules en M13 garçons (qualification mini volleyades) et Baptiste en M15 garçons.

Ngapeth à Couchot !

© ACBB volley

anny Poda promène son mètre 93 à Couchot, avec un large sourire. Il y a de quoi. Pour ce garçon de bientôt 18 ans, formé à l’ACBB, la bonne nouvelle est enfin tombée, confirmant sa sélection en équipe de France U19 pour disputer le championnat d’Europe*. Une belle satisfaction pour celui qui, il y a peu encore, n’imaginait même pas évoluer en équipe première de l’ACBB. « J’ai découvert le volley à 9 ans en suivant des copains. Je ne connaissais pas les règles mais j’ai accroché direct. Ce n’est pas un sport instinctif, il faut apprendre, acquérir la technique. » Cette sélection en équipe de France, Danny la vit comme un premier accomplissement « qui je l’espère en annonce d’autres. Je me dis que tout est possible d’autant que j’ai encore une belle marge de progression. Mais il faut rester prudent. » Parmi les points à améliorer pour le pensionnaire du CREPS de Châtenay-Malabry (Sport études en Terminale S)

Quelle surprise pour les jeunes joueurs de l’ACBB volley quand ils ont vu débarquer à Couchot Earwin Ngapeth, meilleur joueur du monde. « Comme si les jeunes footballeurs voyaient arriver Messi ou Ronaldo », glisse un dirigeant. Incrédulité, stupéfaction, émerveillement… Le leader de l’équipe de France, champion d’Europe, a provoqué bien des émotions. Petit entraînement, séance de dédicaces… Pendant plus de deux heures, la star des Bleus a échangé des balles et des sourires, publiant même sur son compte Instagram : « Top moment à l’ACBB. Merci pour l’accueil. Ces petits donnent la force. » « D’habitude, on ne le voit qu’à la télé, il est plus grand en vrai », a raconté Arthur, 10 ans, aux journalistes présents. Et pour Jules, 12 ans, qui porte le maillot du club de Modène (Italie) où joue son idole, « c’est plus qu’un rêve. Je lui ai dit que c’était le meilleur. » Un moment aussi rare qu’intense que les jeunes volleyeurs ne sont pas près d’oublier.


28 TRIATHLON

Challenge R3 jeunes

Le titre est tout près ! L

ors de l’Aquathlon du CNP (natation et course à pied), les jeunes de la section triathlon ont une fois de plus mouillé le maillot ! Pas de podium mais un bel état d’esprit et encore une fois, le plein de points du 1er club de R3 pour la 7e fois de la saison. Un signe fort qui plaît à Aurélien Penneret : « J’ai pu voir chez chacun d’entre eux un vrai dépassement. Ils valident individuellement les progrès acquis cette saison notamment grâce à leur assiduité, leur régularité et leur investissement aux entraînements. Grâce à eux, nous sommes en mesure de remporter ce Challenge. » À Courbevoie déjà, 25 jeunes avaient brillé à l’aquathlon avec notamment, en benjamins, une 4e place pour Thibault Chabert (pour la troisième fois consécutive), un nouveau Top 10 pour Thomas Dupeyron et un Top 15 pour Arthur Bousquet. En minimes, 6e place aussi pour Nicolas Obradovic. À noter que les poussins étaient venus en force puisque huit d’entre eux étaient alignés au départ. Lors du duathlon de Sénart aussi (vélo, course à pied), qualificatif pour le championnat de France, les jeunes s’étaient mobilisés puisque sept d’entre eux étaient alignés au départ : en benjamins, Thibault (4e), Thomas (8e), Arthur (34e) et Clara Obradovic (14e) ont bien tiré leur épingle du jeu sur un parcours de 3-10-1,5km (course à pied, vélo, course à pied). « Thibault a même confirmé qu’il a le potentiel pour briller sur une course plus relevée », apprécie le coach. En minimes, l’enjeu était plus important puisque la course délivrait les précieux sésames

pour les championnats de France jeunes… « Dans le Top 40 à l’issue du premier tour de course à pied, Victor Dupeyron a été contraint d’abandonner en raison d’une crevaison », raconte Aurélien Penneret. Le dur apprentissage de la discipline… Bien protégé dans un groupe à vélo, Nicolas Obradovic a pu en revanche donner le meilleur de lui-même sur les 1500 m qui le séparaient des championnats de France. Avec une belle 35e place (sur 156), il a ainsi décroché sa qualification pour le championnat de France Jeunes. Une première pour l’école de triathlon de l’ACBB. En cadets enfin (5-20-2,5), Rémi Soulas a signé un chrono de 1h01 avec la 49e place après une belle bagarre à vélo. À noter qu’en triathlon, le week-end du 1er mai a souri à Thibault Chabert. Abonné aux 4es places cette saison, il a remporté l’épreuve de Montbard en moins de 14 ans. Un vent souffle sur le triathlon boulonnais ! Quentin Belli

© ACBB triathlon

© ACBB triathlon

À l’issue de l’Aquathlon du CNP, les jeunes de l’ACBB Triathlon occupaient confortablement la place de leader du Challenge de R3. Grâce notamment à un super état d’esprit.

De Hvar à Sandhamm Ils étaient trois binômes à participer à l’épreuve de swimrun ÖtillÖ de Hvar en Croatie dimanche 2 avril. En mixte, les Fingershoes (Benjamin Soulié et Claire Desdoit) se sont classés 6e après 7h29 de course pour avaler les 34,8km de course à pied alternés avec la 10,6km de natation (dont une portion de 3000m dans une mer agitée !). Chez les garçons, les BC Rockets (Boris Tomaszewski et Camille Pittel) ont décroché la 17e place en 7h47. Victime du cut off n°6, le binôme ACBB Tri (Guillaume Contet et Jérôme Validire) a été stoppé pour 5 mn de retard. « Une eau froide, beaucoup de vent et de courant… On a peut-être manqué aussi un peu d’entraînement ensemble ». Les Fingershoes ont validé leur ticket pour l’épreuve reine : l’ÖtillÖ en Suède, championnat du monde de swimrun. Ce sera la quatrième participation pour Benjamin Soulié, une première en mixte ! Sacré défi pour Claire Desdoit.


JUDO 29

L’argent européen pour Maret, l’or national pour Valadier-Picard Alors que Cyrille Maret poursuit sa récolte de médailles internationales – argent au Grand Slam de Paris et au championnat d’Europe – les jeunes continuent de grandir. À l’image de Romain Valadier-Picard qui a tout gagné ces derniers mois. Résultats

Juniors

© ACBB judo

Victoire de Sarah-Léonie Cysique à l’European Cup de SaintPetersbourg en Russie, (-57kg) Maxime Merlin, vice-champion universitaire 1re division seniors (-60kg)

Seniors

D

L’ascension de Romain Valadier-Picard Chez les jeunes, la progression continue. À l’image d’un Romain Valadier-Picard particulièrement efficace ces derniers mois. À bientôt 15 ans, Romain a débuté le judo à l’ACBB à 6 ans puis est entré à l’école de judo à l’ACBB à l’âge de 8 ans. Passé dans les mains de Sebastian Radovici et Fernando Blazquez au dojo Denfert-Rochereau, il a ensuite enchaîné les bonnes performances : champion des Hauts-de-Seine benjamins 1 et 2, champion des Hauts-de-Seine et d’Île-de-France en minimes 1 (-38kg), 2e de la coupe de France par équipes (avec la sélection du 92) et vainqueur du tournoi de Harnes (-42kg) en première année minimes toujours… Il a récidivé l’année suivante en minimes 2 : champion des Hauts-

de-Seine (-42kg) en individuels et par équipes, champion d’Île-deFrance, vainqueur de la coupe de France par équipes et individuelle (-46kg) et à nouveau vainqueur du tournoi international de Harnes. Pour le jeune Boulonnais scolarisé à Landowski en classe aménagée au collège, on aurait pu craindre le délicat passage chez les cadets. Mais à bientôt 15 ans, sous la houlette de Jean-Christophe Allain et Fernando Blazquez, il a poursuivi sur sa lancée en moins de 46kg. Vainqueur du Tournoi de France, vainqueur du Master de Brême (Allemagne) et champion de France ! Des résultats qui lui ont valu d’être retenu pour son premier stage en équipe de France en février dernier. Romain Valadier-Picard n’est d’ailleurs pas le seul à briller chez les jeunes. En effet dans son sillage, William Cysique (-60kg) a été sacré champion d’Île-deFrance cadets et a décroché la 5e place au championnat de France. En moins de 81kg, Kenny Liveze s’est classé 3e de la demi-finale d’Île-de-France et a participé au championnat de France. En minimes, après trois mois d’arrêt en raison d’une blessure, Louis Forêt a décroché le titre de champion des Hauts-deSeine et a été sacré champion de France UNSS en moins de 60kg. En minimes, citons Arthur Gilch, champion des Hautsde-Seine (-42 kg) et Melvin Laudet médaillé de bronze… Sans oublier les minimes et les benjamins, médaillés de bronze aux championnats des Hauts-deSeine par équipes. Ça bouillonne, la relève travaille dur. Frédéric King

© EJF

imanche 12 février, Cyrille Maret était tout près de réaliser la passe de quatre au Grand Slam de Paris. Après trois victoires consécutives, le médaillé de bronze de Rio ne s’est incliné qu’en finale face au Japonais Kentaro Iida chez les moins de 100kg. Mais cette année pour Maret, l’objectif majeur était bien le championnat d’Europe (Varsovie). Après le bronze en 2013, 2014 et 2015, Cyrille visait le titre. Auteur d’une journée pleine d’autorité, le Boulonnais s’est pourtant incliné en finale face au coriace Azeri Elkhan Mammadov (Golden Score). Forcément une déception pour Maret mais quelle régularité depuis cinq ans ! À noter qu’en Pologne, outre Cyrille Maret, l’ACBB avait aussi trois autres sélectionnés chez les garçons : Cédric Revol (-60kg), battu au 2e tour par le Géorgien Papinashvili, Baptiste Pierre (-81kg) battu au 1er tour par l’Allemand Muennich ainsi que le Monégasque Yann Siccardi. De quoi faire oublier la déception des championnats de France par équipes… Car si pour les filles, la belle

Cécile Herate, 3e lors de l’European cup en Croatie et à Sarajevo (-52kg). Après sa sélection au Grand Slam de Paris en février, Marie Del Puppo a gagné sa 1re médaille à l’international en +78kg à l’European Cup de Sarajevo.

performance était bien de s’être qualifiées – elles ont été battues par Maison Alfort au 2e tour – pour les garçons, la 5e place était forcément une déception. Battus en finale de tableau par Nice, ils se sont fait surprendre par l’AJA Paris XX pour la place de 3e.


30 HOCKEY SUR GLACE

Les Tigres se font les dents L es cars étrangers stationnés devant la patinoire indiquent qu’il y a du beau monde à la patinoire pour les tournois de ce premier week-end de mai. Les Tchèques de Chomutov, les Suisses de la Chaux de Fonds mais aussi Amneville, Fontenay, Neuilly, Courbevoie ont fait le déplacement. « L’ACBB hockey est pris au sérieux et notre satisfaction est de fidéliser ces équipes étrangères », se réjouit Pierre Pochon pour qui ce rendez-vous doit d’abord être une fête. « Nous jouons comme toujours pour gagner mais le plus important, c’est de faire une vraie fête du hockey pour ces jeunes joueurs pour qui

Le week-end du 1er mai, l’ACBB hockey a organisé des tournois U13 et U7 à la patinoire de BoulogneBillancourt. Et a reçu la visite du président de la Fédération, Luc Tardif.

l’aventure va se poursuivre en U15… C’est pour eux la fin d’une histoire. » Même son de cloche dans les vestiaires avec Luc Mainfray qui coache une équipe U13 un brin dissipée. « Ce qui m’intéresse, ce n’est pas la couleur de la médaille ou de la coupe, mais la qualité du jeu proposé, le comportement. Ce n’est pas combien, c’est

comment ! » Vainqueur des Suisses un peu plus tôt dans la journée, les jeunes Boulonnais piaffent d’impatience avant de remonter sur la glace. « Cette catégorie des benjamins constitue un tournant crucial c’est là où tout peut basculer », souffle Luc Mainfray. « C’est là souvent que les joueurs poursuivent ou arrêtent. Car en arrivant en minimes, avec les mises en échec, c’est tout autre chose : faut voir si on joue plutôt le rôle de la quille ou celui la boule… »

Le fruit de la formation Le bilan de la saison est positif : les U13 ont en effet été sacrés champions d’Île-de-France face à Cergy quelques semaines plus tôt et vice-champions Inter-conférences (Île-deFrance, Normandie, Nord), battus seulement par Rouen. « Cette équipe peut nourrir des espoirs pour les U15 la saison prochaine. Elle pourra prétende à un quart de finale, voire mieux, en championnat de France. C’est le fruit de notre politique de formation mais il faut être lucide : on n’a pas encore les structures de Rouen ou Amiens », sourit Pierre Pochon. En effet, la formation pyramidale depuis la base suit son cours et peu à peu, voilà les anciens poussins qui vont aborder les U15 avant, un jour peut-être, de briller en équipe première. « Nous franchissons


HOCKEY SUR GLACE 31

Antoine Verniers

*À l’ACBB hockey, les U17 – U20 évoluent en Entente avec Meudon.

Des Tigres partout !

© ACBB hockey

des caps, l’école de hockey rencontre un grand succès avec 60 gamins par séance, nous avons gagné une légitimité en République Tchèque après nos multiples stages, d’anciens joueurs ont réussi individuellement comme Gabin Mainfray et Arthur Zavani, champions de France U17 avec Rouen*… Si à l’avenir on peut garder ce type de joueurs, notre équipe seniors sera compétitive. Il nous faut cette vitrine. » Certainement pas un hasard si Luc Tardif, président de la Fédération française de hockey, a choisi la patinoire de Boulogne et le tournoi U7 pour une visite officielle le 1er mai. « Pour nous, c’est un beau signe de reconnaissance, un signe fort. »

Ce week-là, les U7 ont pris la 5e place (victoire en finale de Courbevoie face à Évry-Viry), les U13 se sont inclinés en finale face aux Suisses de La Chaux de Fond qu’ils avaient pourtant dominé la veille. Mais en déplacement, les Tigres de Boulogne ont joué les terreurs en U9 : victoire lors du prestigieux tournoi Mamie Germon après une écrasante victoire face à Amiens en finale (6-1), victoire aussi au Tournoi des Petits Bisons face aux Français volants en finale (8-1). Et 2e place en U11, à Dijon, derrière Reims dans une formule championnats. Le week-end précédant, victoire des U16 lors du tournoi de Leuvin en Belgique.


32 EXPÉRIENCE

s u o v r u o p é t s Te

c s e L’

Ce trimestre, direction la salle d’armes rue du Dôme pour une séance d’épée avec le groupe des débutants, encadré par Maître Alexis Bassali. Parmi eux, Sébastien Poidatz, conseiller municipal aux sports.


EXPÉRIENCE 33

e m cri


34 EXPÉRIENCE

P

our évoquer l’art de l’escrime, Bernard Masclet, président emblématique de la section, aime citer Molière dans Le Bourgeois Gentilhomme : « Tout le secret des armes ne consiste qu’en deux choses, à donner, et à ne point recevoir ; et comme je vous fis voir l’autre jour par raison démonstrative, il est impossible que vous receviez, si vous savez détourner l’épée de votre ennemi de la ligne de votre corps : ce qui ne dépend seulement que d’un petit mouvement du poignet ou en dedans ou en dehors. » Pas si simple ! Alors que Marie-Laure, plus de 15 ans de pratique, s’échauffe consciencieusement en trottinant, Maître Aldric prend le soin de nous inculquer quelques rudiments de déplacement. « On avance le pied avant et on ramène le pied arrière pour un déplacement avant. On recule le pied arrière et on ramène le pied avant pour le déplacement arrière. Il faut toujours conserver le même écart entre ses pieds, être relâché, bien fléchi… » Ça fait beaucoup de chose à intégrer alors les subtilités de la fente attendront. D’autant que Maître Alexis lance les hostilités : enchaînement de petits pas avants, arrières, en garde, fente… Avec bonne humeur, le Maître d’armes joue avec nos nerfs et ça se bouscule dans la tête !

En garde, prêt… Allez ! Par groupes de niveau, nous voici donc prêts à en découdre. Parce qu’en escrime à l’ACBB, la théorie et l’apprentissage sont vite mis à l’épreuve

lors des premiers assauts. C’est d’ailleurs ce qui a plu à Maxime, 20 ans, qui a rejoint la section en septembre dernier après avoir été séduit par l’escrime au Jeux olympiques de Rio : « La beauté du geste, l’élégance, la tactique… On prend du plaisir dès le premier cours avec des matchs dès la première séance. » Alors en garde ! Prêt… Allez ! Deux poules de cinq (Kun, Cécilia, Lucille, Sébastien et Jérôme dans l’une, Melissa, César, Liliana, Maxime et Bastien dans l’autre) pour des assauts en cinq touches. César, 18 ans

Séduit par les JO… Vient deux fois par semaine. « Une discipline cool. »

Bastien, 48 ans

« J’aime ce côté où il y a autant dans le corps que dans la tête. On bat son adversaire avec l’esprit, c’est quasiment un jeu d’échec. On s’amuse même sans être fort. »

Cécilia, 50 ans

« J’aime l’élégance des gestes, la nécessité de concentration… Une vraie détente. »

Alexis, 30 ans

A débuté il y a 2 ans. « Séduit par l’aspect stratégique et technique, à travailler indéfiniment, mais aussi par la dimension physique. En 2 matchs de 5’, on donne beaucoup. »

Marie Laure

Avec plus de 15 ans de pratique, Marie-Laure De Rolland est une adepte de la compétition. « En escrime, même en débutant tard, on peut parvenir à disputer des compétitions de haut niveau (Marie-Laure disputera cette année les championnats de France de N3). C’est très tactique et quand les jambes peinent face à des plus jeunes, on peut compenser par une bonne précision de la main et une intelligence de jeu. Ou comme moi, y aller au feeling ! »


EXPÉRIENCE 35 Cueilli par une Cécilia sereine, balayé par Liliana, j’ai mené 4-1 face à Kun lors de mon troisième assaut. Mais comme souvent, le plus dur est de conclure et à 4-4, c’est tempête sous mon masque… Dois-je attaquer au risque de me faire contrer ? Dois attendre au risque de subir ? Je me lance, je touche, miracle, une victoire ! Dans l’ultime assaut face à Sébastien – une affaire d’honneur ! – je me détache rapidement 3-0 pour l’emporter finalement 5-3. Victoire actée mais en gentleman, j’accorde sa revanche à Sébastien qui ne rate pas l’occasion de se refaire (5-2). En guise de belle, la partie est jouée sur mort subite (une seule touche)… On s’épie, on se teste… On se lance et la lumière verte s’allume. La victoire revient à Sébastien ! En cinq assauts, nous avons balbutié une escrime de débutant mais déjà entrevu tout l’intérêt de la discipline. Son côté ludique et exaltant aussi. En bon éducateur, Maître Aldric nous ramène à la réalité de l’escrimeur : « Même débutant, on peut s’amuser. Mais pour être fort, il faut maîtriser une bonne technique dont le panel est vaste. » Des années pour devenir un bon escrimeur mais quelques minutes pour s’amuser ! Jérôme Kornprobst

L’avis de Sébastien Agile comme Scaramouche

3 armes L’escrime, ce sont trois disciplines en une. Si le socle est commun, les trois armes (épée, fleuret, sabre) sont bien distinctes avec une gestuelle différente. Le sabre est une arme de taille ou de tranchant alors que l’épée et le fleuret sont des armes d’estoc ou de pointe. À l’épée, les touches doubles sont comptabilisées et il n’y a pas de règle de priorité. Si les deux épéistes touchent en même temps, les deux auront le point quelle que soit la nature des actions exécutées. Au fleuret, seul le buste est valable et les règles de priorité s’appliquent (priorité à celui qui attaque. Pour reprendre la priorité, l’attaqué doit se défendre.) Au sabre, le buste ainsi que la tête et les bras sont des surfaces valables et les règles de priorité s’appliquent. Et le jeudi, séance d’escrime médiévale !

Déjà testés dans les précédents numéros : le budo-move, le kayak-polo, la pelote basque, le cyclisme sur route, la savate boxe-française, l’équitation, le tir à l’arc, le hockey sur glace, le yoga, le trail, l’aviron, le triathlon, la plongée sous-marine, la pêche sportive, le kayak en ligne, la Cyclo Fernand Leroy, le kendo, le half Ironman, le rugby à 5, le Raid 28, la pétanque, les Triathlètes du cœur, l’aïkido.

Cette séance d’escrime était une première pour moi. Quelle bonne surprise. Étape 1 : revêtir une tenue blanche qui, outre sa fonction protectrice, présente une certaine élégance qui est caractéristique de ce sport. Étape 2 : séance d’échauffement. C’est là que ça se complique. Il n’est pas aisé de se déplacer en avant, en arrière avec les pieds qui forment un angle droit. Et quand il a fallu fléchir vers l’avant, simulant une attaque, certains de mes muscles m’ont rappelé que je ne les faisais pas souvent travailler. Étape 3 : le masque, l’épée, les premiers assauts. J’ai été soulagé lorsque face à mon premier adversaire, qui m’a largement dominé, la lumière verte, signe que la touche était pour moi, s’est allumée pour la première fois. Étape 4 : le clou de la soirée, mon duel face à Jérôme, journaliste du Mag. L’esprit de compétition à son paroxysme… J’ai senti des fourmis dans mon épée. L’assaut s’engage, je pare, je pointe. Agile comme Scaramouche, j’esquive et à la fin de l’envoi… c’est Jérôme qui touche. Bref, une soirée presque parfaite – si ce n’est le faux pas de la fin –, qui doit beaucoup à Maître Aldric qui nous a nous prodigué de précieux conseils au fil des assauts.


Vos envies évoluent,

les commerçants des marchés de Boulogne-Billancourt aussi ! diversité Bio

Produits du Monde

Producteurs régionaux ACCUEIL ET CHOIX QUALITÉ

R I R V U O C É D ) e r ( VENEZ VOS MARCHÉS !

ITÉS LÉS ! A G É S I A JAM

T IM SOUV EN

Les marchés de la ville de Boulogne-Billancourt DE 8H À 13H30

MARCHÉ ESCUDIER 9, bd Jean-Jaurès Mardis, Vendredis et Dimanches

MARCHÉ BILLANCOURT Place du Marché (rue Victor Griffuelhes) Mercredis et Samedis

PARTENAIRE DE

ACBB-HANDBALL Salle Paul Souriau - 30, rue de Seine - 92100 Boulogne-Billancourt Tél. : 01 46 09 02 01 - www.acbb-handball.fr

Le mag 340  

Magazine trimestriel de l'ACBB

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you