Issuu on Google+

L'ENQUETE par Warren Gomes CHAPITRE 1 : Le travail d'équipe Louise téléphone à son ami Sam. - Salut Sam, c'est Louise ! Il se passe de drôles de choses chez les voisins ! Est-ce que tu veux bien enquêter avec moi ? - Enquêter ? Tu as bien dit enquêter ? Mais bien sûr Louise, j'arrive tout de suite ! Dix minutes plus tard, ils se rejoignent. - Comment on va faire ? Et que se passe t-il chez tes voisins ? - Depuis quelques temps, mon voisin reçoit de la visite d'un Monsieur vêtu de noir qui ne m'inspire pas confiance. Et l'autre soir tard dans la nuit, il est parti avec lui à bord d'une fourgonnette. - Et alors ?


- Et alors, je trouve cela suspect, tu ne trouves pas ? - Bon, qu'est ce que tu veux faire ? - Tout d'abord, on va attendre qu'il parte, puis nous allons fouiller dans le jardin qui se trouve à l'arrière de la maison, et ensuite on va rentrer dans la maison. Peut-être qu'on va trouver des indices. -Comment comptes tu t'y prendre pour rentrer dans la maison ? -Pour le moment je n'en ai aucune idée mais on avisera ! - Bon, je te suis ! Louise et Sam commençaient à fouiller dans le jardin à la recherche d'indices. Quand tout à coup, Louise trébucha sur une statuette. - Je n'avais jamais vu cette trappe. Tu as vu, elle s'est ouverte ? Où peut- il bien nous mener ce chemin ? - Allons-y !


Les deux enquêteurs empruntèrent le passage secret. Le chemin mène à la bibliothèque de la maison. Ils se faufilaient dans la pièce et commencèrent à fouiller pièce par pièce.

CHAPITRE 2 : La clé du mystère - Sam, je n'arrive pas à ouvrir cette porte. Je crois qu'elle est fermée à clé, aide -moi à la trouver. - Peut-être que la clé est dans le porte-parapluie. - Non, Louise c'est trop facile, tu ne trouves pas ? - Oui, en effet, il n'y a rien. Cherche encore Sam ! Après de longues minutes de recherche, les enfants n'ont toujours pas trouvé de clé. Quand soudain Louise s'exclama : - Attend Sam, tu te souviens de la statuette qui est


dehors sur laquelle j'ai trébuché. Tu n'avais pas entendu un drôle de bruit lorsqu'elle est tombée ? - Non je ne pense pas, tu crois franchement qu'on puisse cacher une clé à l'extérieur dans une statuette pour ouvrir une porte qui se situe à l'intérieur de la maison ! Mais, si tu insistes, on peut aller voir ! - Oui, Sam tu avais raison, une fois de plus ! - Et si elle était dans la bibliothèque ? Louise chercha sur le bureau, dans le tiroir du bureau, près des livres, partout. L'heure tourne, et toujours rien. Sam commence à s'impatienter. - Louise, il commence à se faire tard, il va falloir rentrer, on reviendra demain ! - Non Sam, je suis bel et bien déterminé à trouver cette clé. On va sortir tous les livres un par un, elle est sans doute derrière l'un d'eux ! Au bout d'une heure de recherche, Sam s'exclama : - BINGO, je l'ai enfin trouvée, elle est dans le creux de ce livre. C'est étrange, ce n'est pas un livre ordinaire !


- Dépêche-toi Sam et va ouvrir ! Au même moment où Sam et Louise mettent la clé dans la serrure, Mr Marc était devant la porte d'entrée. - Attention Sam, on dirait qu'il arrive, cache-toi et surtout ne fait aucun bruit ! Mr Marc entra et vit la clé sur la porte qui donne accès au sous-sol. Mr Marc resta pensif. Il ne comprenait pas pourquoi la clé était restée sur la porte -Pourtant je suis sûr de l'avoir cachée ! se dit-il. Mr Marc descendit dans le sous-sol et s'assura que rien n'avait changé. Il se dirigea dans la bibliothèque pour y chercher un document qui se trouvait sur le bureau. Quand il découvrit le désordre dans la pièce. Il tourna ses talons et partit dans le hall. - Qui est là ? hurla-t-il d'une grosse voix. Les enfants s'enfoncèrent tout tremblant dans leur cachette. - Qui que vous soyez, je vais vous trouver !


Mr Marc s'exclama : la clé, ils ont la clé. Il téléphona à un de ces complices et lui expliqua la situation dans laquelle il se trouvait - Quelqu'un s'est introduit dans la maison et a trouvé la clé. A mon avis, ils sont encore là, car la porte n'a pas été déverrouillée. - Ne bouge pas de là, j'arrive on va attraper ces fouineurs. Mme Solicot toujours à l'heure pour donner son cours de piano vit la scène à travers la fenêtre. - Oh, mon dieu que font les enfants dans cette maison ?

CHAPITRE 3 : La diversion

Madame Solicot se rendit chez les voisins. Elle sonna à la porte d'entrée. - Bonjour Monsieur,


- Bonjour ma p'tite dame, que puis-je faire pour vous ? - Cher Monsieur, je me promenais dans le coin, figurez-vous que j'ai flashé sur votre arbre, on dirait un pin de Wollemie. Savez-vous que cet arbre est d'une espèce rare ? - Oui, oui ma p'tite dame, excusez moi mais je n'ai pas le temps pour me taper la discute. - Enfin cher Monsieur comment pouvez vous rester indifférent à ce sublime pin de wollemie que vous avez dans votre jardin ! On ne vous en avait pas informé lorsque vous avez acheté la maison. Il en existe que 40 espèces dans le monde entier ! - Ecoutez, là voyez-vous, vous ne tombez pas bien. J'ai du travail, alors au revoir M'dame. - Ohhhhh, et cette magnifique bibliothèque que vous avez. Laissez moi explorer ce trésor. Mme Solicot, entra dans la bibliothèque d'un pas pressé. Discrètement, elle fit des signes aux enfants pour qu'ils partent. Malheureusement, Louise ne le voit pas de cet oeil. Elle en profite pour tourner la clé


qui se trouvait déjà dans la serrure pour descendre les escaliers. Sam est toujours resté caché derrière ce long rideau. Quant tout à coup, Mr Marc se retourna et vit la porte ouverte. Il hurla, brandit son arme et menaça Mme Solicot en lui ordonnant de descendre dans le soussol. A sa grande stupéfaction, Louise découvrit un homme, une femme et leurs deux enfants ligotés chacun sur une chaise avec un morceau de ruban adhésif sur la bouche. Quant à Mme Solicot, elle suivait le même chemin avec en prime un revolver sur la tempe. L’homme vit Louise tremblante au milieu de la pièce. - Ahhhh, je t'ai trouvé, sale petite fouineuse. Tu es rentrée seule dans la maison ? - Oui ! fit-elle d'une petite voix. - Il leur ordonna de s'asseoir par terre et les jeta violemment sur le sol. Sam, arriva par derrière sans un bruit et assoma le malfaiteur à gros coup de balai.


CHAPITRE 4 : Les prisonniers

-Sam se dépêcha pour libérer tout le monde. - Regardez on dirait un coffre qui renferme des trésors ! Les enfant ouvrirent le coffre et firent une belle découverte. - Ouaaaaaah, pleins de bijoux, s'exclama Mme Solicot. Mr Marc serait donc un voleur ! J'en étais sûr que quelque chose ne tournait pas rond dans cette maison. Mais vous tous, qui êtes-vous ? Pourquoi êtes vous emprisonnés dans cette cave ?


-Je suis Mr Brun Alex et voici ma femme Laurie et nos deux enfants John et Mathilde. Nous sommes les propriétaires de la maison. Si on avait su qu'un jour, on allait nous emprisonner dans notre propre maison, jamais nous ne l'aurions achetée. Cela fait maintenant huit jours qu'on nous a emprisonnés dans la cave. Pourquoi n'ont-il pas pris le trésor pour repartir aussi vite ? Qu'est ce qui peut bien les retenir ici ? Mr Marc revint à lui. Mr Brun pris le revolver et le pointa sur le voleur. -Qu'est-ce que vous cherchez ici, vous aviez le trésor ! - Oui, mais il y a encore plus intéressant qu'un simple trésor. Voyez-vous, j'ai découvert il n’y a pas si longtemps qu’en creusant sous la maison on arrive dans la salle des coffres de la banque centrale. Vous voyez, le plan est là et vous n'allez pas m'en empêcher ! - On a un léger avantage, on a une arme pointée sur vous, vous pensez réellement pouvoir cambrioler cette banque, dit Mr Brun.


Le complice de Mr Marc arriva à son tour. - Tous à terre s'écria t-il. Et toi lâche cette arme ! -HA HA HA, Vous êtes fait comme des rats ! Et oui, je l'avais bien dit, personne ne va m'en empêcher, PERSONNE, VOUS AVEZ COMPRIS !!! Mr Brun lâcha l'arme qu'il tenait dans ses mains. Déçu et désespéré, il baissa les bras.

CHAPITRE 5 : Le dénouement Soudain, le téléphone portable de Mme Solicot vibra dans la poche de sa veste. Discrètement, elle composa le numéro de la police et laissa entendre la conversation qu'elle eût avec le malfaiteur. - Alors comme ça vous voulez cambrioler la banque en passant par un souterrain de la maison ?


- Oui, très juste tu comprends vite, heureusement que je viens de le dire. - Et vous en avez pour longtemps à creuser… - Tu vois bien ça fait huit jours qu'on creuse on y est presque ! - Dit, tu t'intéresses de près à ça, Nic, attention on a de la concurrence ! Les deux hommes éclatèrent de rire. - Et nous ?qu'allez vous faire de nous ? - Nico se charge de vous, j'ai confiance en lui. Qui veut être le premier ? De toute façon on va tous vous exécuter, vous êtes des témoins gênants. A l'autre bout du fil, la police entendit toute la conversation et lança la localisation de l’appel. En quelques minutes la police était sur les lieux. - Police lâchez vos armes ! s'écria un des policiers. - Non sûrement pas ! dit Mr Marc. Je ne veux pas retourner en prison ! Si vous ne partez pas, je vais


leur tirer dessus. - On peut discuter, dit le policier. Après des heures de négociation entre le policier et les malfaiteurs et voyant qu'il n'y avait aucune autre issue que de se rendre, Mr Marc s'est résigné, et accepta son sort. Quant à Nico, bien qu'il ne fût pas du même avis, il obéit aux ordres de son acolyte. Le policier mit les deux malfaiteurs en prison. Les enfants furent récompensés pour leur courage. Tout rentra dans l'ordre, la famille Brun organisa une grande fête en l'honneur des deux détectives, mais aussi pour se présenter au voisinage. De ce qui est du pin de wollemie, Mme Solicot en rigole encore, car c'était une excuse pour entrer en contact avec cet homme qui lui semblait si bizarre. En effet, le pin de wollemie se trouve dans les jardins botaniques mais sûrement pas dans les jardins ordinaires.

FIN



Enquete warren