Page 1

Numéro 3 ‫שבת שלום‬

‫פרשת משפטים‬

sortie 17.54

ENTRÉE 17.02

8 Février 2018 24 Shevat 5778 HEBDOMADAIRE POUR LA COMMUNAUTE FRANCOPHONE DE NETANYA

EVENEMENTS

p.4

Toutes les infos de Netanya

TOUS UNE HISTOIRE A PARTAGER p.22

Une rencontre pas comme les autres

INTERVIEW DE FREDO PACHTER

p.16

Equivalence des diplômes : « Une véritable avancée »

ALLO RAV ? SVP J’AI UNE QUESTION

p.28

Questions‐Réponses avec le Rav Avraham Shirazi shlita

Juste en face de la Boucherie veuillez découvrir notre restaurant de grillades   Shwarma, hamburger, schnitzels, sandwichs bague es, lafot,  tshoulent tous les jeudi soirs. 

‫בס“ד‬


SOMMAIRE 4

Evènements

8

Infos pratiques

12

RDV Torah

16

Interview

19

L’avis d’un passionné

22

Histoire à partager

28

Allo Rav ? SVP J’ai une question

Les informa ons  fournies  par  Kol  azman  sont  de  nature  générale  et  n’ont  aucun  caractère  contraignant ni officiel. Leur usage ne dispense pas de prendre  un  avis  professionnel  et  reste  sous  la  seule  responsabilité  de  l'u lisateur.  En  cas  de  li ge,  les  informa ons  faisant  foi  sont  celles  dispensées  en  hébreu  sur les sites officiels.  Les ar cles et les publicités n’engagent que la responsabilité  de  leurs  auteurs  et  non  celle  du  magazine.  Toute  reproduc on  même  par elle  ou  toute  u lisaon  sans  accord  écrit  de  Kol  Netanya  Magazine  est  strictement interdite.  

.‫ן‬‫ו‬‫ה אחראית לתוכן המודעות או לסג‬‫המערכת אי‬ ‫ו ללא אישור‬‫אין להעתיק כל חומר שהוא או חלק ממ‬ ‫ אין המערכת חייבת לקבל או‬.‫בכתב של המערכת‬ ‫ אין‬.‫ מכתב או כתבה מכל גורם שהוא‬,‫לפרסם מודעה‬ .‫ות‬‫ מכתבים או תמו‬,‫המערכת מחזירה כתבי יד‬

Shalom à tous ! Si Bill Gates venait à quitter ce monde, on peut facilement penser que ces oraisons funèbres rapporteraient uniquement le bien et ses bonnes actions. Ces ouvres sociales, caritatives et ses fondations, et non de Windows 24. Conclusion : tout le monde est d'accord, pour avouer que le but ultime de la création, reste uniquement l’héritage spirituel que l'homme laisse en souvenir de son passage dans ce monde. Mercredi soir. Il est 23h14, on tente de clôturer Kol Azman. Il nous reste 13 minutes pour le faire. Le cas contraire, l'impression sera décalée de 24 heures, et on risque de passer la nuit suivante a l'imprimerie. Finalement, on ne décide de rien, a part de garder la volonté. La notre est de s’améliorer, a in de vous apporter le plaisir et le sourire! La volonté est acte donc en soi. c'est le remède a tous les maux ! Des bonnes nouvelles! Dov Daniel et Elyahou Nacache Vous souhaitez votre publicité dans le prochain numéro ? Recevoir la version de Kol Azman par mail ou par courrier ?

kz0523317070@gmail.com

Publicités

Elyahou Nacache: 052-331-7070 ‫פרסום‬

Rédaction Dov Daniel : 058-413-6268 ‫עורך ראשי‬ GRAPHISTE

MICHAEL_WEB@HOTMAIL.COM

‫גרפיקאי‬

Ne pas lire ce journal pendant la Tefila Selon l’avis de nos Rabbanims, ce journal contenant des Divrei Tora doit être déposé à la Genizah.

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

3


EVENEMENTS

Rassemblement pour les 11 mois  Rassemblement pour les 11 mois    du Rav Avraham Sassi zal du Rav Avraham Sassi zal   

Prochainement une rue au nom du  Prochainement une rue au nom du    Rav David Shloush zatsal 

O

L

a Marie de Netanya a annoncé d’une maniè re of icielle le 29 Janvier 2018, sa formelle intention de changer, le nom de la cé lè bre rue Gué va en celui qui fut le Grand Rabbin de Netanya, pendant plus de vingt ans : Rav David Shloush zatsal. On se souvient de la silhouette é nergique du Rav zatsal qui parcourant les rues de notre ville d’une maniè re, n’hé sitait jamais à s’arrê ter pour ré pondre, à toutes les questions que les passants pouvaient lui poser. On se rappelle é galement que son humble demeure é tait toujours ouverte avec chaleur, pour tous ceux venant le solliciter. La nouvelle de ce changement fut accueillie avec grande joie par les habitants de la ville. Il est important de rappeler, que de nombreux Rabbanims et Dayanim de notre ville furent formé s dans le Collel du Rav David Shloush zatsal. Que son mé rite nous protè ge. 4

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

n se souvient tous de la personnalité de notre cher ami le Rav Avraham Sassi zal. Son sourire et sa joie, renforçaient tous ceux qui croisaient le passage de cet homme de Torah, aux traits de caractè res exceptionnels. Son dé part de ce monde, il y a environ un an, plongea toute la ville dans une grande peine. Ce Mardi soir fut organisé un rassemblement en son souvenir, dans le centre Mekor Haı̈m, Quartier Ramat Ephraı̈m. Les principaux Rabbanims de Netanya, le Grand Rabbin de la ville Rav Kalman Ber shlita, le Rav David Nacache shlita proche de la famille Sassi, Rav Yossef Haı̈m Gabay shlita, Rav Moshe Alon shlita é taient pré sents, pour rappeler le souvenir de notre cher ami. Les moments les plus importants certainement de cette ré union furent l’intervention des ils du Rav Avraham Sassi zal : Rav Itzhak Haı̈m qui rappela les qualité s exceptionnelles de son pè re et Raphael qui clô tura un traité du Talmud. Que son souvenir soit une bé né diction pour sa famille, pour toute notre ville et tout Israë l, amen.


+972.(0)9.970.87.28 +33.(0)1.84.88.47.49 

www.isra.land


Nouveau Nouveau    Atelier de bien Atelier de bien‐‐être selon la Torah être selon la Torah  

V

c

haque semaine, le centre Ets Haı̈m du Rav David Nacache shlita, distribue à plus de 25 familles le né cessaire pour Shabbat : viandes, poulets et poissons. Vous ê tes dans le besoin ou vous souhaitez aider en participant à cette Mitsva, contacter Rav Rahamim Seroussi au : 0528846436.

ous souhaitez amé liorer votre qualité de vie ? Vivre en harmonie avec une joie inté rieure ? Contrô ler vos sentiments é motionnels ? Vaincre vos obstacles ? Notre atelier tentera de vous en donner les moyens. A compter de Rosh Hodesh dé marrage d'une cession pour un public sé rieux maitrisant l'hé breu. Pour tous renseignements et inscriptions, contacter : Shlomo Ye'hiel, à partir de 19h au : 054.840.55.87. Sous la direction de Rav Moshé Liad Saban shlita, Roch Collel Ets Haı̈m.

Des stations de véhicules électriques Des stations de véhicules électriques  

Hessed dans la ville Hessed dans la ville  

La ville de Netanya sera la troisiè me ville en Israë l, aprè s Tel-Aviv et Haı̈fa, à exploiter un systè me de stations de vé hicules é lectriques. La municipalité signera dans les prochains jours un accord avec la socié té Car2Go pour toute la ville. Le systè me comprendra un total de 70 vé hicules qui seront installé s dans l’ensemble de la ville. Les vé hicules é lectriques seront à disponibilité s du grand public dans plusieurs endroits straté giques de la ville. Le modè le de transport sera pour de courts trajets, pour une seule destination dans la ville uniquement, et le coû t sera de moitié de celui d'un taxi privé . Source : Fredo Pachter

6

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 


HOME DESIGN 

HOME DESIGN 

Les promotions pour la nouvelle année 5778 à ne pas manquer ! Enfin du sur-mesure à bas prix !

2.590 å

4.990 å SALON EN CUIR VERITABLE  3+2 STOCK LIMITE 10.990å

CANAPE LIT GRIS 4.990å

3.490 å

2.690 å

GRAND SALON D’ANGLE 6.990å  SELON VOS MESURES

BUFFET DE SALON 4.990å

2.490 å

4.990 å

CHAMRE A COUCHER 4.990å  POSSIBILITE OPTION ARMOIRE

TABLE LAQUEE ET CHAISES 7.990å

RENOVATION CUISINES

UN CADEAU OFFERT POUR TOUT ACHAT SUR PRESENTATION DU JOURNAL  Ouvert de 9h30 à 19h30 ‐ 8 rehov Hanotea ‐ Centre ville Netanya 

Philippe : 052 639 89 12 ‐ Laurent : 052 821 46 89

Site internet Habytat.net

Habytat


I N F O S P R AT I Q U E S

Réduction Arnona : Réduction Arnona :   Comment cela se passe pour  les retraités ?  les retraités ?   

icat d’imposition et votre dé claration de situation que vous demanderez au Bitoua'h Leumi. Adresse: 4, rue atsoren, Entré e 7, 2e é tage Nouvelle zone industrielle. Point important : Madame Avital Sassi, se tient avec plaisir a la disposition du public francophone. Chaque semaine, Kol Azman, Beezrat Hashem, tentera de vous communiquer les bonnes informations relatifs à nos droits.

A

la suite du courrier de Noam, que nous remercions, Kol Azman s’est penché sur les droits des retraité s, concernant la ré duction Arnona. Il faudra vous rendre à la Mairie munis des documents suivants: copies de Té oudat zeout, copies des trois derniers mois de vos relevé s de comptes, français et israé liens, vos dé clarations de la caisse de retraite et votre certi          

KRIATE ACHARONE      TRES BEAUX APPARTEMENTS 

A COTE DU SPORTEK 

             

RUE PIERRE KOENING 

5 PIECES     DANS COMPLEXE LUXIEUX  

3 PIECES : 1 360 000 SHEKELS  A COTE DE L’HOTEL LAGOON  VUE SUR MER  4 PIECES : 1 750 000 SHEKELS  5 PIECES :  1 950 000 SHEKELS 

2 150 000 SHEKELS 

QUARTIER AGAMIME  

RUE PETAH TIKVA 

4 PIECES    

2.5 PIECES   RE 

REZ DE CHAUSSEE   

SANS ASCENSEUR   

GRAND JARDIN 

2 550 000 SHEKELS 

1 070 000 SHEKELS 

Adas : 054-211-6594 Lea-Myriam : 052-608-9076 8

o

N 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 


Réduction Arnona : Réduction Arnona :  

Un droit pour tous, par Noam Rubinstein  Chalom, je m’appelle Noam Rubinstein. J’ai fait mon Alya avec ma femme et mes six enfants, il y a treize ans. Nous avons systé matiquement occupé des appartements de 5 piè ces avec des surfaces incluses entre 120 et 130 m2, à proximité ou au centre de Netanya. La premiè re anné e, comme tout nouvel arrivant, nous fumes exoné ré s à pré s de 81% de la taxe Arnona. L’anné e suivante, on a payé le tarif plein pot. Normal. rié s, couples, famille nombreuse etc... La Pour ce types de surfaces, le tarif est envi- mairie, possé dant des critè res de sé lecron, plus ou moins, 1000 shekels de taxe tion, vous informera sur place du montant Arnona tous les deux mois. Soit 6000 she- de votre exoné ration calculé e en fonction kels l’anné e. Si je fais mon total en 12 ans, de la zone d’habitation, nombre de piè ces je ne compte pas la premiè re anné e qui et d’habitants et revenus, etc… est quasiment gratuite, nous avons payé : En fait, contrairement à ce que nous pou72000 shekels de taxe. Normal et rien à vons penser, il existe en Israë l une multitude d’aides sociales. Aide aux logements, dire. Cependant, lors d’une conversation avec allocation Bitoua'h Leumi, exoné ration un ami, il m’informe qu’il bé né icie d’une Arnona, remboursement impô ts. Il n’y a exoné ration de pré s de 80% concernant la aucune campagne d’informations à ce sutaxe de Arnona. On a le mê me pro il fami- jet. Tant que vous ne posez pas la queslial. Il m’encourage à me rendre à la mai- tion, aucun organisme ne vous le dira. rie de Netanya. Ma surprise est de taille : au regard de mon statut, j’ai effectivement droit a une exoné ration de 75%. J’aurais toujours pu en pro iter, sauf que je ne le savais pas. Impossible de ré cupé rer ces sommes ré troactivement. Au total : plus de 50 000 shekels que j’aurais pu é conomiser. Il est important de savoir que ce droit est valable pour tous : locataires, proprié taires, retraité s, sala-

On espè re que ce sera une des pré occupations de nos futurs candidats francophones, lors des prochaines é lections au conseil de la municipalité . Je pro ite donc de votre hebdomadaire, que je trouve pertinent, pour m’adresser à ceux qui ne le savent pas. Merci et bonne continuation.

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

9


Assurance : Mode d’emploi.   Assurance : Mode d’emploi.     Assurance crédit immobilier/Mashkenta et habitation. Assurance crédit immobilier/Mashkenta et habitation.   Nous  attirons  votre  attention,  chaque  semaine,  que  la  loi  israélienne,  concernant  les  assu‐ rances,  n'est  pas  celle  connue  et  appliquée  en  France.  Par  exemple,  au  moment  de  l’achat  d’un bien immobilier, votre banque vous fera souscrire deux types de contrats d'assurances.  Ce coût de l’assurance est adossé au montant de votre remboursement mensuel. Cependant,  les  taux  proposés  par  la  banque  demeurant  élevés,  il  est    judicieux  de  choisir  vous‐ vous‐même  votre assurance. Quelles sont les natures de ces types contrats?   votre assurance. Quelles sont les natures de ces types contrats?  

ASSURANCE SUR LE BIEN : Si votre bien est dé jà pourront conserver le bien acheté . Pour souscrire ce

construit, une expertise est requise pour é valuer le contrat, l’acheteur doit remplir un questionnaire montant de ce bien. L'assurance se basera sur le faisant é tat de sa santé . Son coû t sera calculé en montant de l'expertise. Si votre achat concerne une fonction du risque pour l'emprunteur. construction, l'assurance prendra effet des ré cep- ASSURANCE CIVILE : Ce type d'assurances couvre les consé quences inanciè res de dommages, corpotion du bien. ASSURANCE DECES : Cette assurance reste une rels ou maté riels, causes à des tiers. garantie pour le risque de dé faillance de l'emprun- ASSURANCE OBJET DE VALEUR : Elle permet, en teur. Elle garantie a la banque le non-paiement ou cas de vols d'objets pré cieux, bijoux, maté riels remboursement de son cré dit. Cette assurance pro- luxueux et objets particuliers, de servir de complé tè ge l'organisme pré teur ainsi que les hé ritiers qui ment à l'assurance habitation. pourront percevoir un capital en cas de dé cè s et

Amir SINAI – Conseiller en Assurance.

10

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 


Machine U.V.A. Epilation Mésothérapie Maquillage, soins et rajeunissement du visage Maquillage de soirée et définitif Maquillage de mariées Pause de cils et sourcils Manucure et pédicure Acupuncture chinoise Massage - pour femmes uniquement Maquillage permanent des sourcils Contour des lèvres et des yeux pour 1000 shekels


RDV TORAH

La marque des Grands : La marque des Grands :   Netanya s’est rassemblée pour les 11  mois du Rav Avraham Sassi z’’l mois du Rav Avraham Sassi z’’l  

U

ne jeune femme avait de sé rieuses dif iculté s à trouver un bon parti. Elle é tait encore cé libataire, chez ses parents à un â ge avancé . Un jour, le pè re se rendit chez le Rosh Yeshiva Rav Yé houda Leib Scheinman zatsal pour demander une bé né diction. Il af irma au Rav qu`il é tait prê t faire de nombreuses concessions concernant le choix de son futur Hatan. Le Rav lui ré pondit : « Ce n’est pas seulement beaucoup de concessions, mais plutô t annuler toutes tes exigences. La qualité essentielle que tu dois rechercher chez le futur Hatan est la crainte du ciel ». Quelques anné es auparavant, une famille avait honoré le Possek de la gé né ration, Rav Ovadia Yossef zatsal, en le nommant sandak de leur enfant. Avant la Brit Mila, il demanda au mohel de se rincer les mains à l’eau chaude. Ce dernier pensant qu’il s’agissait d’une Segoula, lui demanda né anmoins la signi ication. Le Rav lui expliqua que ses mains é taient froides et que le bé bé n’avait pas besoin de cette souffrance supplé mentaire. Quel est le lien entre nos deux histoires et lignes qui vous suivre ? C’est dans les petits dé tails que se distinguent les grands d’Israë l. Si nos deux Maitres é taient des Gé ants en Torah, ils apportaient autant d’importance à une valeur é lé mentaire que le monde a tendance à oublier : l’importance de son prochain. Tous ceux ayant connu Rav Avraham Sassi zal, ont en mé moire ses qualité s humaines exceptionnelles et le fait qu’il cherchait toujours à rechercher le bien de son prochain. 12

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

L’anné e derniè re, la ville de Netanya et le Klal Israë l dans son ensemble, a perdu une personne trè s chè re. Le chagrin profond, la tristesse de la famille et du demi-millier de personnes venu à son enterrement, ont fait place à l’hé ritage qu’il nous a laissé . Il est vrai que beaucoup se souviendront de lui comme un homme, hors norme, qui a lutté pendant des anné es avec la maladie dans de terribles souffrances. Mais tous se souviendront de sa Emouna sans faille pour Hashem, de son sourire à chaque personne qu’il rencontrait, de sa bouche toujours pleine de Divrei Torah et de sa voix quand il montait en tant qu’of iciant à la synagogue. Il avait cette dignité avec laquelle il a affronté ses é preuves qui, durant trois longues anné es, ne lui ont pas donné un seul instant de ré pit. Où d’autres auraient dé jà perdu espoir, lui n’a jamais abandonné Hashem, bien au contraire. Les personnes qui lui rendaient visite en té moignent : on ressortait de chez lui avec une grande leçon de vie : qu’Hashem est bon et tout ce qu’IL fait est pour le bien. Rabbi Avraham n’en a jamais douté , il é tait persuadé qu’il allait prendre le dessus sur la maladie jusqu’au dernier jour. Il nous a quitté , mais son enseignement sera toujours pré sent. Il n’é tait pas Rav de communauté , ni confé rencier, mais un sourire et des bonnes midot valent bien plus que de longs discours. Que son souvenir soit une bé né diction, pour ses proches, notre ville et tout Israë l. Amen.


Parashat Mishpatim Parashat Mishpatim   «    Tu  n’offenseras  pas  l’étranger  et  tu  ne  l’opprimeras  pas  car  vous  avez  été  étrangers en terre d’Egypte » Rachi explique : Offenser par des paroles.   certains d’entre eux m’é taient familiers. Ce n’é tait pas de l’affection, je n’avais aucune coniance, mais j’appliquais plutô t mon é ducation juive consistant à respecter chaque homme. Un soir avec ma compagnie, nous avions obtenu une permission. Nous sommes partis en promenade, en civil, contemplé s les hauteurs de ce magni ique paysage. Subitement, on entendit du bruit. Trè s mauvais signe. On é tait prit au piè ge. On aperçut des silhouettes humaines, sortir des buissons. Ils nous entouraient. Une quinzaine de fellagas armé s, nous ordonnant de mettre les mains en l’air. Le chef passait en revue, avec une torche chacun d’entre nous. Quand il passa à mon tour, il s’arrê ta. Ebloui par la lumiè re, je n’ai pu que voir sa silhouette. En revanche, il me reconnaissait. Il devait faire partie des personnes que je contrô lais, chaque jour. La suite me donna raison. Hashem me prit en pitié . Il cria en arabe : « Le juif, on le laisse partir. On touche pas le juif ! » Il m’ordonna de fuir et de courir trè s vite. Je fus le seul survivant. Chaque jour, depuis pré s de cinquante ans, je remercie Hashem de m’avoir donné la vie sauve, et d’avoir appliquer le verset : « Tu n’offenseras pas l’é tranger et tu ne l’opprimeras pas car vous avez é té é trangers en terre d’Egypte ».

« Je suis un ancien combattant de la guerre d’Algé rie, lorsqu’elle é tait Française. Durant mes premiers mois de services je fus envoyé dans les Aurè s, ré gion montagneuse à l’est de l’Algé rie. La tension é tait toujours pré sente dans cette zone, car elle regroupait la population autochtone du pays dans l’ensemble partisans de l’indé pendance de leur pays. Mon contingent assurait la sé curité et le maintien de l’ordre dans cette partie tendue du pays. L’armé e Française avait é tabli des points de contrô les – sortes de check-point – dans diffé rents points straté giques. Hommes, femmes, vieillards et enfants passaient par centaine, chaque jour. J’é tais affecté à cette unité . Je procé dais donc aux contrô les d’identité . On craignait des attaques à l’arme blanche. Baroukh Hashem, durant mon service aucun incident ne se produisit. En revanche, je pris toujours soin de traiter ces personnes avec un grand respect au Dédié à la mémoire  Dédié à la mémoire    grand é tonnement de mes compagnons de Dédié à la mémoire de   de Schmouel ben Sim'ha Partouche zal   route. Il m’arrivait de leur parler en arabe, et de Schmouel ben Sim'ha Partouche zal Schmouel Ben Sim'ha  

14

o

N 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 


Vous avez une maison à vendre?  J’ai un acheteur. 

Na l’agent immobilier  

Je m’engage avec l’aide de  Hachem, de vous vendre votre 

pour le public religieux  

bien dans les 14 jours. 

Me ez‐moi à l’essai. 

de Netanya  Tel  : 0505‐766979 

A VENDRE :

A VENDRE

RUE HERZL

RUE YEOUDA ALEVI

GRAND 3 PIÈCES | TRÈS BON ETAT | IMMEUBLE BOUTIQUE | ASCENSEUR | PARKING | RANGEMENT | BALCON + ASCENCEUR | PARKING SOUKA

A VENDRE : 5 pieces

A VENDRE : 2 pieces

A VENDRE : 3 pieces

A VENDRE : 3 pieces

RUE GUEVA

RUE YERMIAOU

RUE YOSEFTAL

RUE YOSEFTAL

RDC | GRAND JARDIN

POSSIBILITÉ DE CONSTRUCTION 3 PIÈCES

1 000 000 NIS

910 000 NIS (à débattre )

A LOUER : 4 pieces RUE MORDI AGATOT

A LOUER : 3 pieces

BALCON | PARKING | ASCENSEUR Disponible de suite

1 800 000 NIS A LOUER : 4 pieces

RUE AVRAHAM SHAPIRA

3400 NIS

GRAND JARDIN Seulement

770 000 NIS

A LOUER : 5 pieces

RUE LEVONTEEN

PENTHOUSE - NEUF

RAMAT EPHRAIM

GRAND JARDIN

DORA

RDC + GRAND JARDIN

TARIF EXCEPTIONNEL

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

15


INTERVIEW

 Fredo Pachter Fredo Pachter    Equivalence des diplômes Equivalence des diplômes  :  « :  «  Une véritable avancée ».  Une véritable avancée ».    Nous avions deux raisons de solliciter Fredo Pachter. La première  Nous avions deux raisons de solliciter Fredo Pachter. La première  : il est responsable du département  de l’intégration francophone de Netanya depuis 11 ans, et le mieux placé pour nous présenter l’évolu‐ tion en terme d’emploi pour le marché francophone. La seconde, et certainement la plus importante à  nos yeux est la véritable volonté et la disponibilité qu’il offre pour aider son prochain.  nos yeux est la véritable volonté et la disponibilité qu’il offre pour aider son prochain. 

Chalom Fredo, merci de nous consacrer de votre temps. Pouvez-vous présenter aux lecteurs de Kol Azman les moyens mis en place par le ministère de l’intégration, pour les Olim Hadashim ou ceux déjà installés, à la recherche d’emploi ? Nous travaillions é troitement en collaboration avec le ministè re de l’inté gration et la mairie de Netanya sur les moyens mis en place qui s’articulent en trois volets : l’accompagnement sur la recherche d’emploi, la formation et les cré ations d’entreprises. Nous travaillons en collaboration avec une entreprise de ressources humaines, ayant remporté l’appel d’offre auprè s du ministè re, qui propose des emplois en fonction des pro ils des candidats. Nous accompagnons donc les olim et les orientons en fonction de la demande. En parallè le, nous avons notre propre ré seau d’employeurs, vers qui nous orientons les francophones

trouver ce qui lui correspond le mieux. Par exemple, Madame Yaë l Bé ros se tient a leur disposition pour leur ré diger ou remodeler leur cv en fonction de la demande. En ce qui concerne la formation professionnelle, il est bon de savoir, que c’est droit valable pendant dix ans, pour tout Olé Hadash, pris en charge é galement par le ministè re de l’inté gration. Il arrive qu’en fonction de plusieurs paramè tres, la personne ne sait plus trop vé ritablement ou s’orienter. Dans ce cas, une socié té spé cialisé e, toujours sé lectionné e par le ministè re, va lui proposer un test de capacité . Ces ré sultats nous permettront donc de mieux l’orienter selon son aptitude vers tel corps de mé tier. A l’issue de la formation approprié e, nous continuons à l’aider pour la recherche et la mise en place d’un dossier de candidature vers un poste spé ci ique.

Quelles sont vos critères d’orientation vers ces entreprises ? Les critères sont très nombreux. Un des points fondamentaux reste la maı̂trise de la langue. Ce point reste une véritable difficulté pour les français car on peut s’en sortir très bien, ici, en en parlant que le français. Cependant, on s'aperçoit très vite que l'hébreu reste important pour évoluer en entreprise. Par rapport à ce problème n’existe t-il pas un marché typiquement français ?

Est-ce qu’il vous arrive d'être sollicité par des personnes déjà installés en Israël depuis des années ? Cela arrive essentiellement dans les cinq premiè res anné es de l’Alya. Cependant les cas restent rares pour ê tre souligné s.

Concernant les aides à la création d’entreprises vous pouvez nous en dire plus ? Sur ce point é galement le ministè re de l’inté gration met une structure, par le biais de la socié té Mati-Maalot, au service des futurs cré aIncontestablement. Mais de notre coté on va teurs d’entreprises. Le nouvel immigrant à accompagner le candidat, pour tenter de lui droit à cinq heures d’entretien avec un conseil16

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 


ler iscal qui l’informera de la juridiction en cours concernant les entreprises, en les informant du marché et des diffé rents types juridiques et tailles d'entreprises. On leur pré sente é galement le systè me bancaire et juridique. Si le candidat pré sente un projet sé rieux, il peut obtenir un prê t jusqu’a 250 000 shekels. A part cela, on organise huit fois par an des ateliers et confé rences avec des experts comptables, banquiers, conseillers marketing pour mettre à la page, les personnes inté ressé es, sur la ré alité du marché israé lien.

fessions libé rales de santé et des travaux publics. Les opticiens, les mé decins, dentistes et é lectriciens disposent à pré sent d’une reconnaissance totale de leurs diplô mes. Seuls des stages sont exigé s mais restent faciles. Et concernant les autres professions libérales types avocats ou experts comptables ?

Contrairement aux université s ou la reconnaissance est internationale, les hautes é coles en France n’ont pas ce type de reconnaissance in. Par exemple les hautes é coles de SciencesPolytechniques, Maths-Sup et des ingé nieurs ponts et chaussé es ne sont pas reconnues à travers le monde. Beaucoup de ré unions entre les ministè res des deux pays ont eu lieu et continuent à se tenir pour tenter de ré soudre ce problè me. Cependant, les choses avancent. Quelles sont les avancées ?

cipe reste trè s facile et simple. D’autre part, les entreprises comme Qualita et le CNEF, pourront toujours vous orientez ici, à Netanya ou ils proposent des permanences.

Pour ces professions, le problè me reste de fond. En effet, les lois en France sont anglosaxonnes, en Israë l le systè me est turcottoman. Les rè gles de fonds sont diffé rentes, le procé dé pour ces professionnels est donc Il y a également un volet sensible celui concernant plus long pour l’obtention des é quivalences. les équivalences de diplômes, une véritable problé- Comment les professionnels de santé dont les dimatique. Pouvez-vous nous mettre à la page ? plômes sont reconnus entament leurs démarches Ce point é galement a vé ritablement é volué . auprès des autorités de compétences ? L’Alya massive des Français est assez ré cente. Premiè rement, il n’est plus né cessaire qu’un Elle remonte à 2014, ou on compte depuis mé decin se dé place ni d’attendre d’arriver en entre 3000 et 6000 arrivé s par an. Il s’agit Israë l. En effet, un professionnel de la santé , d’une vé ritable avancé e. En effet, il y a quatre pourra recevoir sa reconnaissance avant d’arans, des dé puté s ont monté un lobby franco- river en tant que olé Hadash. Il donc peut pré phone, à la Knesset, visant à dé inir quelle é tait parer son dossier deux ou trois ans avant son la problé matique de l’Alya des juifs de France. Alya de façon à ê tre opé rationnel des son arriConstat : il s’agit d’une Alya en rè gle gé né rale vé e. Sur ce point le ministè re de la santé met à qualitative, où les personnes sont soumises à la disposition, sur son site health.gov.il, traduit une vé ritable dif iculté concernant les é quiva- en plusieurs langues dont le français, les prolences de leurs diplô mes. Sur ce point, il faut cé dures simples pour y parvenir. Sur ce site lui souligner que dans la majorité des cas ce pro- sera demandé tous les documents né cessaires. blè me de reconnaissance provient de la France Il suivra en direct, l'é volution de son dossier et non des instances israé liennes. jusqu'à l’obtention de son é quivalence. Le prin-

On merci pour toutes ces informations. Pouvonsnous recevoir votre bénédiction pour le journal ?

Tout projet et entreprise qui peuvent aider et contribuer à une meilleure insertion des olim de France dans notre ville sont les bienvenus. Je vous souhaite bien entendu Braha vehatslaha pour cette initiative! Tatsli’hou. Le grand changement reste au niveau des pro- o N 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

17


18

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 


L’A V I S D ’ U N P A S S I O N N E

Jacky Koskas,  Jacky Koskas,    Quel vin pour Shabbat ? Quel vin pour Shabbat ?  

Kol Azman : Shalom Jacky, comment vas-tu ! Nous allons te faire une con idence : il y plusieurs connaisseurs, qui sillonnent Netanya voulant garder l’anonymat, et nous ont rapporté , à propos du Issac’s Ram, qu’il n’é tait franchement pas exceptionnel mais plutô t : surclassé ! Tu peux continuer sur ta lancé e pour ? Qu’est-ce que tu nous conseilles ? Jacky : Shalom à Kol Azman et à tous mes frè res amateurs de vins ! Effectivement, mais je ne vous cache pas qu’il n’est pas forcé ment obligé d’ê tre connaisseur pour appré cier ce vin. Il s’accompagne avec toutes sortes de plats, tout en gardant sa saveur, ce qui reste rare. Pas é tonnant qu’il arrive à conqué rir tout le monde. Cette semaine, on continue donc avec un cru de Hevron. Le plus de Hevron : L’Armageddon : c’est le Maı̂tre Vigneron Jacques Humeau qui met en valeur ce vin uni aux mé langes exclusifs, et qui dé pend d’une production extrê mement limité e. En effet, il s’agit

d’une ré serve spé ciale composé e de 80% de cabernet sauvignon, 15% de merlot et 5% de syrah. Chaque lot de vignoble individuel est conservé sé paré ment à travers le processus de fermentation et de vieillissement. Apres avoir passé s 24 mois en fû ts de chê nes français neufs, les diffé rents lots sont valorisé s et assemblé s, puis remis dans le tonneau pour mé langer et fusionner pendant deux mois supplé mentaires. L’Armageddon peut ê tre conservé en cave pendant dix ans. Prix conseillé : entre 380 et 440 shekels. Bon je vais m’arrê ter, j’ai choisi mon vin pour Shabbat et vous ? Gut Shabes ! Et à la semaine prochaine Beezrat Hashem.

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

19


Recommandé par le   Rav David Nacache shlita  

‫בס“ד‬

Organisation de voyages, tournée chez les Tsadikim, prise en charge, transports hébergement

Possibilité d’organiser des voyages de groupe (à partir de 10 personnes) CONTACT : Daniel Nacache 052-818-9740


T O U S U N E H I S T O I R E A P A R TA G E R

Une rencontre pas comme les autres Une rencontre pas comme les autres   Seconde partie, par Dov Daniel 

L

a semaine derniè re, je vous pré sentais ma rencontre avec un ancien tireur d’é lite de Tsahal. Il m’a demandé de ne pas dé voiler son nom. On l’appellera pour notre histoire : Benny. Complè tement coupé du judaı̈sme, depuis sa naissance, le retour de Benny aux sources, dé marra au Né pal. En effet, son gourou apprenant que notre hé ros é tait juif, lui ordonna de faire ses valises et de retourner chercher la vé rité dans la Tora. A son retour, Il entame avec son é pouse, un processus de Teshouva. Petit ou gros problè me : son entourage est : anti-kipa, anti-Shabbat, anti-kippour, antipessah, anti-Torah, anti-peot, antireligieux, antitout...Autre question : de quelle maniè re fera t-il Teshouva ? Ce que je ne vous avais pas annoncé la semaine derniè re, est que son partenaire de travail, Moshé , est religieux… Aprè s m’avoir expliqué donc sa volonté de revenir aux sources du judaı̈sme, il disposait d’un autre problè me de taille : il n’y connait rien de rien. Et il redoute de l’accueil que lui ré servera son entourage. Je lui dis : « Mais ce n’est pas grave. Tous ceux qui font Teshouva repartent de rien et concernant l’entourage, cela fait partie du tikoun. Je t’arrê te tout de suite ! Me lance Benny. Pourquoi ? Avant de lui laisser la parole, je veux vous mettre au parfum. Imaginez. Vous avez essayé de faire Teshouva ? On imagine que oui. Dans le but 22

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

de rapprocher les cœurs de tous vers Hashem, vous avez dé cidé d’inviter de la famille perdue de vue mais malheureusement retrouvé e, autour d’un Shabbat. Tout ce passe bien quand, d’un coup, la conversation dé rape. Vos charmants invité s se mettent à commenter les ré sultats de la ligue des champions, que vous ne suivez plus depuis quinze ans. Vous ne faites semblant de rien, mais dans le fond vous n’ê tes pas bien. Mais quand l’oncle jojo va ré pondre tranquillement à son té lé phone qui sonne, vous ê tes franchement sur le point de vous é vanouir. C’est rigolo, mais sur le moment, on a envie de crier ! Je m’arrê te, car chacun pourra imaginer facilement, toutes sortes de pé ripé ties rencontré es avec son entourage sur le chemin qui mè ne à la Teshouva. Dans, le fond, leur ré action est souvent la base d’une ignorance plutô t qu’une volonté de nuire. Essayez donc d’imaginer toutes sortes de scenarios inoubliables, ce n’est rien par rapport à ce que va connaitre notre hé ros. Ré cit : «Le dé but é tait donc trè s dif icile. On ne pouvait en parler à personne. Faire Teshouva, dans mon milieu, c’é tait invraisemblable. On s’est donc muni de plusieurs livres. Un d’entre eux parlait de Shabbat. On dé couvrait des termes complè tement é trangers. On ne comprenait rien. Mais avec ma femme, nous avions la mê me volonté : se rapprocher de notre judaı̈sme.


A l’é poque, je travaillais dans une entreprise spé cialisé e dans la sé curité de sites sensibles. Mon compagnon de route, Moshé , é tait religieux. Cependant, durant toutes ces anné es, il n’avait jamais abordé avec un moi un sujet relatif dé jà la Teshouva ou a la Torah. Je n’aimais ni sa barbe ni ses peot, encore moins ses Tsitsit qui dé passait de son uniforme, mais je le respectais é normé ment. Aujourd’hui, pour la premiè re fois de ma vie, je suis tenté de lui ressembler. Je le vois comme un é ventuel sauveur : mon futur guide. Cependant, je ne lui avais pas parlé de mon voyage ni de ma volonté de faire Teshouva. Chaque jour, j’essayais de gagner son attention et je bouillonnais au fond de moi. J’avais une tonne de questions à lui poser. Un Jeudi aprè s-midi, je me dé cide de me lancer, avec un semblant de naturel : Moshé , comment on fait Shabbat ? Il me ixe avec son regard glacé et me dit, avec un sourire : « En quoi cela te concerne ? Quel rapport entre toi et Shabbat ? Je me lâ che et lui raconte toute mon histoire. Il a l’air content mais ne s’emballe pas. Je lui redemande : Moshe, comment faire Shabbat ? S’il te plait ah’i, aide moi. J’ai besoin de conseils de guide, tu es la seule personne qui peut m’aider. Il me ré pond : Tu n’as rien à faire pour Shabbat. C'est-à -dire ? Voici mes indications : Tu ne prends pas ta voiture. Tu n’allumes aucun feu, et aucune source d’é lectricité dans ta maison. Tu ne ré ponds pas au té lé phone, d’ailleurs, dé branche-le, avant Shabbat. C’est tout. Tu restes avec ta femme et pro itez pour vous reposer. Tu commenceras ce procé dé à partir de vendredi 16h44 et qui prendra in à 18h07, samedi soir. C’est tout ? Oui, c’est tout. »Il change de conversation. La journé e reprend son cours. Je suis heureux. Demain, on va faire notre premier Shabbat. Entre la pause, j’appelle ma femme et l’informe de ces informations. Le lendemain, à 16h44 pré cises, on entame donc notre premier Shabbat. Un moment inoubliable. La premiè re fois de notre vie, dé connecté s du monde. On restera sur le canapé , assis toute la journé e. Le dimanche matin, Moshé me demande si tout c’est bien passé . 24

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

Je le remercie. Cependant, son comportement avec moi ne change pas. Il ne me pose aucune question, ces sujets de conversation se limitent au travail. Dans le fond, cela ne me dé range pas, car je sais à pré sent qu’il ré pondra à chacune de mes questions. D’ailleurs, j’en ai une. J’annonce Moshé , que ma dé cision est prise, je veux mettre des Tsitsit. J’ai acheté un livre qui traite de ce sujet. Je dé couvre leurs origines dans la Tora et beaucoup de commentaires fascinants. Qu’est-ce que tu en penses ? Sa ré ponse me surprit : « Pourquoi pas ? Mais si tu veux mon avis, ce n’est pas encore le moment. Il faut procé der par é tape. Je te conseille d’acheter un livre qui t’explique comment procé der aux bé né dictions sur chaque aliment. Car, on doit faire une bé né diction avant de consommer chaque chose. Chaque espè ce possè de sa bé né diction. Le pain, les gâ teaux, bé né diction. Le pain, les gâ teaux, les fruits, les lé gumes, etc… C’est le B-A-BA. Je pense que cela doit ê tre ta priorité pour le moment. » C’est vrai, je n’y avais pas pensé . J’appelle ma femme, pour l’informer de la prochaine é tape. Elle achè tera deux livres. Le soir, on se met au travail. En une soiré e, nous les avons appris par cœur. On a mê me dressé une table avec tous les aliments inimaginables. On aperçoit dans les consignes que les bé né dictions doivent se faire la tê te couverte. On couvrira nos tè tes de serviettes pour l’é vé nement. Le lendemain, j’achè te donc une kipa et Moshé m’explique, que je ne suis pas obligé de la porter systé matiquement. Je dois la mettre pour faire la bé né diction et consommer l’aliment. Notre retour aux sources s’effectue donc progressivement. Moshé , ne faisant que ré pondre à mes questions. On avance doucement mais surement. Entre temps, j’avais dé cliné plusieurs soiré es avec mes amis. Je pré textais systé matiquement une raison. J’ai honte de le dire aujourd’hui, mais ne n’osais pas leur avouer que j’entamais un processus de Teshouva. Un tel aveux signi iait une in de mes relations avec eux, et je n’y é tais pas encore prê t. Tous nos amis é taient des fé roces antireligieux.


CONTACT ET COMMANDES LEA : 054 667 26 44

capdyo@gmail.com

WWW.DYO2000.CO.IL


Quant à mon meilleur ami ? Il est é leveur de porcs. Ils aiment le thé âtre, la peinture, la litté rature, les chiens, le sport, sont ouverts sur le monde entier sauf sur la Tora. J’ai servi avec plusieurs d’entre eux dans des unité s de Tsahal, ils sont pourtant prê t à donner leur vie pour sauver un juif. Paradoxe, mais implacable ré alité : ils sont bloqué s sur ce sujet. Ce soir, je ne peux pas é viter leur invitation. Je me retrouve, avec eux, dans un pub à Tel-Aviv. On parle de tout et de rien. Je suis content de les voir, mais dans le fond je ne me sens pas bien. Comment vaisje pouvoir consommer, sans faire de bé né dictions ? J’ai une idé e. Je commande un café et je fais semblant de boire. Ils n’ont rien vu. Le scenario sera diffé rent, quand je dé cide de me rendre aux toilettes. En sortant, je vé ri ie que je ne sois à porté e de vue de personne. Je me lave les mains, met ma kipa sur la tê te, enfouie dans ma poche, elle ne me quitte plus. Je ré cite tranquillement la bé né diction Acher Yatsar. Je retourne à ma place. Le clou de la soiré e. Ils me ixent tous du regard. Je me tourne instinctivement. Ma kara ? Ils s’é clatent de rire ! Vraiment à la limite de l’é touffement. Je ne comprends pas. Un d’entre eux me lance : « Benny, tu es devenu fou ou quoi ? Moi fou ? Pourquoi ? Regarde-toi dans la glace ! Tu as une kipa sur la tê te ! me dit-il hilare. Je ne me sens pas bien : j’ai commis l’erreur fatale, j’ai oublié les consignes de Moshé , je n’ai pas rangé la kipa aprè s la bé né diction. J’essaie de me sortir malheureux de cette posture, mais il n’y a rien à faire : je suis coincé . » C’est à mon tour de m’é crouler de rire. On se sert dans les bras en riant aux é clats. Je l’imagine, sans mal, dans cette scè ne. On se met à danser sur le chant : « Achrenou matov h’elkenou chezah’inou lekarev lerabenou / Heureux soit notre part de nous avoir rapproché de Rabbé nou ». Je veux connaitre la suite et je lui demande : Comment es-tu sorti de cette situation ? Quelle fut ta ré ponse ? Benny reprend le ré cit avec sé rieux : « Je lui ai dit : de quoi tu parles ? Quelle kipa ? Je fais un tour sur moi-mê me, les mains en l’air, faisant semblant de chercher un 26

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

objet suspect. Ils me prennent pour un fou. Ce sera ma derniè re soiré e avec eux. En tout cas, dans ce genre d’endroits car beaucoup d’entre eux, dont mon meilleur ami feront Teshouva, mais sa c’est une autre histoire. Cependant, cette soiré e mé morable sera le vé ritable tremplin à notre Teshouva. A pré sent avec mon é pouse, nous é tions dé cidé s d’aller au bout des choses et ne plus avoir honte ou peur de notre choix. Nous é tions iers de revenir vers Hashem et dé couvrir notre identité juive. Je pense que Moshé , que je ne remercierai jamais assez dans son approche, le comprit é galement et me prit avec sé rieux. Un jour, il nous invita Shabbat. Inoubliable. Autour de sa table avec sa famille, on les regardait comme des panneaux luorescents. Chansons. Divré s Tora. La joie ré gnait sur leurs visages. Ce fut notre premier Shabbat et un nouveau dé part pour nous. » On redevient sé rieux. Je lui dis : Benny ton histoire est magni ique. Puis-je la raconter ? Il me ré pondit par l’af irmative en demandant de changer son nom et de ne pas mentionner son lieu d’habitation. Chaque anné e, il fait sa pé riode obligatoire dans l’armé e / milou-im. Il me dit iè rement : « J’ai obtenu la permission du commandant d’effectuer mes milou-im avec ma tenue de hassid et mon schtraimhel. Je lui ré ponds: Pourquoi faire ? Il me surprend encore une fois en me disant: Pour sancti ier le nom d’Hashem. » Aujourd’hui Benny et son é pouse sont parents de six enfants, il enseigne la Tora pour les enfants dans un prestigieux Talmud Tora du pays. Il m’af irme que nombreux sont les soldats ayant ini leur service, partant à la quê te d’une spiritualité inconnue. Que Hashem puisse nous ramener sur le vé ritable chemin et dé voiler l’é tincelle de divinité , pré sente en chacun de nous. Le dé sespoir n’existe pas. En attendant des bonnes nouvelles !


A L LO R AV ?

SVP J’ai une question !  SVP J’ai une question !   

Questions‐Réponses avec le Dayan Rav Avraham Shirazi shlita.  

proposer une affaire où vous avez un quelconque inté rê t, alors c’est problé matique. La question est qu’elle é tait ré ellement votre intention : Leshem Shamayim ou non ? Q : Est‐ce que la vente d’un appartement inclut les Mazgan ?

Q : Est‐il permis à une personne, ayant achetée sa place à la synagogue et qui ar‐ rive en retard à la prière, de lever une personne assise à sa place ? R : Selon la Halakha, oui, qu’elle arrive en retard ou non, il n’y a pas d’importance. En revanche, il n’est pas convenu de le faire sur le principe que « Derekh Erets Kadma LaTo‐ rah ». Cependant, si on constate qu’une personne occupe ré guliè rement sa place, on pourra lui faire la remarque mais uniquement aprè s l’of ice . Q : Je suis agent immobilier. Une personne m’a demandé, si le prix d’une transaction qu’elle était sur le point de conclure était élevée ou non. Je lui ai répondu par l’af ir‐ mative. Résultat : l’affaire fut annulée. Suis responsable de Lashon Ara ? R : S’il : s’agit de la vé rité , au contraire, vous avez accompli une Mitsva en permettant à cette personne de ne pas tré bucher. En revanche, si votre objectif é tait uniquement de le dé tourner de cette transaction pour lui 28

No 1 | 9 Shevat 5778 | 25.01.2018 

R : Non, : sauf si vous l’avez stipulé par oral ou é crit. S’il est ixé au mur de l’appartement, le Mazgan n’en demeure pas moins un bien mobilier. Ce cas de igure ne s’applique pas aux armoires de la cuisine et sanitaires qui sont é galement ixé s. Ce principe est clair et telle est la coutume adopté e dans le pays . Q : Est‐il permis de vendre un bien à un non juif qui habite au Brésil ? R : La : halakha interdit de vendre des maisons et des terres situé es en Israë l à un non juif. A plus forte raison, quand ces non-juifs se prê tent à des cultes idolâ tres, ce qui est le cas de la population bré silienne à majorité chré tienne.

Si vous souhaitez poser vos ques ons  au Rav,  merci d’envoyer un mail à    KZ0523317070@GMAIL.COM 


T

at r      ad he out B s   Ca ban ya  ont n s b   a Ra et uits N d ro s p o s n ou

Pates

s

Salades

Toasts Chakchouka 

La Pizza familiale Ziva

Pain à l’ail  Sambousak  Pizza Malaouakh 

42 Rehov Petah Tikva, Netanya |

Commandes : 09-799-15-15

HEURES D’OUVERTURE : Du Dimanche au Jeudi : de 11:00 à minuit | Vendredi : de 11:00 à 15:00 Motsaé Shabbat : ½ heure après la sortie de Shabbat jusqu’à minuit 


‫בס“ד‬

Votre nouvel hebdomadaire distribué chaque semaine

sur Netanya et le Sharon

Campagne media, présentation de votre entreprise, votre publicité, offres d’emplois, immobilier… Interview, Actualités, Judaïsme, Événements.  Pour plus ^_ r_ns_ign_m_nts ]ont[]t_z  Ely[hou N[][]h_ : 052-331-7070

ou

Dov : 058‐413‐6268


Kol azman 3  

Voici le 3e numero de votre magazine Kol Azman

Kol azman 3  

Voici le 3e numero de votre magazine Kol Azman

Advertisement