Page 1

Francia versmond贸 verseny 2011. m谩rcius 8.


Weldon Attila (1/b) Le kangourou Le kangourou est roux Et mange du houx Avec son ami le hibou . Roux, le kangourou Qui mange du houx En faisant la roue. Hou hou, c'est le kangourou Qui fait la roue Dans le champ de houx. Mais o첫 es-tu kangourou? Dans ma maison o첫 Je mange du houx Dans mon fauteuil en caribou.


Il court, il court, le pinguoin, Le pingouin, mais oui Madame! Il court, il court, le pingouin, Le pingouin, mais oui Monsieur! Et maintenant ses amis, Sur la neige font comme lui. Il glisse, il glisse, le pingouin, Le pingouin, mais oui Madame! Il glisse, il glisse, le pingouin, Le pingouin, mais oui Monsieur! Et maintenant ses amis, Sur la glace font comme lui. Il saute, il saute. Sur l'iceberg. - Il nage, il nage. Dans l'eau froide.

Baráth Lili (3/b) Le Pingouin

- Il vole très mal, le pingouin. Près du sol. - Il tombe, il tombe. Sur la banquise. SPLATCHCHCH!!!.


Abod Domonkos (2/b)


Kis Botond (1/b) Sauterelle Sauterelle au bord des champs Saute avec tes ailes vertes! As-tu des petits enfants? J'en ai 3, 4, 5, 6, 7, Ils ont tous des ailes vertes 8, 9, 10, 11, En pension chez le grillon


DĂŠzsi BeliĂĄn (2/b)


Kisgyörgy Ádám (5/b) Le pélican

Le Capitaine Jonathan, Etant âgé de dix-huit ans Capture un jour un pélican Dans une île d'Extrême-orient, Le pélican de Jonathan Au matin, pond un oeuf tout blanc Et il en sort un pélican Lui ressemblant étonnamment. Et ce deuxième pélican Pond, à son tour, un oeuf tout blanc D'où sort, inévitablement Un autre, qui en fait autant. Cela peut durer pendant très longtemps Si l'on ne fait pas d'omelette avant.


L’écureuil Dans le tronc d'un platane Se cache une cabane. Un petit écureuil Est assis sur le seuil. Il mange des cerises, Tricote une chemise; Recrache les noyaux, Se tricote un maillot; Attaque les noisettes, Fait des gants, des chaussettes... Qu'importe s'il fait froid ! Tant pis si vient l'hiver ! Une maille à l'endroit, Une maille à l'envers : L'écureuil, fort adroit, Se fait des pull-overs.

Kápolnás Kata (2/b)


Il est midi

Nagy Fanni (1/b)

Quelle heure est-il ? - il est midi - Qui te l'a dit ? - la petite souris -O첫 donc est-elle ? -dans la chapelle -Qu'y fait-elle ? -de la dentelle -Pour qui ? -pour les dames de Paris qui portent des souliers gris!


La neige tombe Et les enfants y jouent Ils s'amusent Mais arrive une grosse tempête Les enfants essaient de fuir Mais c'est impossible Car le vent est trop fort Pour de petits enfants comme eux Ils pensent à la fin du monde À la mort Qui arrive bientôt pour eux Mais soudain Dame nature est devant eux et Prononce une formule Et la tempête s'apaise Les enfants courent Courent rejoindre leur maman Qui a eu très peur pour ses enfants Qui étaient désespérés dans la tempête

Rónay Barnabás (5/a)

La tempête


Pék Soma (3/b)

Les pots de couleur J'avais un pot de jaune, J'avais un pot de bleu, (bis) Je les ai mélangés dans un grand saladier, Et ça a fait du vert, C'est extraordinaire ! J'avais un pot de jaune, J'avais un pot de rouge, (bis) Je les ai mélangés dans un grand saladier, Ca a fait du orange, Comme c'est étrange ! J'avais un pot de bleu, J'avais un pot de rouge, (bis) Je les ai mélangés dans un grand saladier, Ca a fait du violet, Et cela me plaît !


Kishalmi Kitti (2/a)


Un petit chat gris Un petit chat gris qui mangeait du riz sur un tapis gris sa maman lui dit ce n'est pas poli de manger du riz sur un tapis gris

Kiliti Bence (1/a)


R贸nay Bogl谩rka (2/a)


Maman Zèbre Maman Zèbre a peint tantôt Des rayures sur son manteau. Elle a acheté 36 pots Pour peindre tous ses marmots: Des rayures en rose en blanc Pour ses filles qui ont 3 dents; Des rayures en rose en bleu Pour ses garçons aux yeux bleus. Comme voilà de beaux enfants Dit Papa Zèbre en rentrant.


Molnár Dénes (2/a) Maurice Carême: Mon petit chat J’ai un petit chat, Petit comme ça. Je l’appelle Orange. Je ne sais pourquoi Jamais il ne mange Ni souris ni rat. C’est un chat étrange Aimant le nougat Et le chocolat. Mais c’est pour cela, Dit tante Solange, Qu’il ne grandit pas !


Dömel Renáta (1/a) Nico le crocodile Pour son petit déjeuner Nico le crocodile A mangé sans s’arrêter Tous les pneus de mon automobile Sept-cent-deux pommes de terre Un canapé tout neuf Cinquante-trois camemberts Un oeuf Une casserole et deux bols Et une noix de coco Quand Nico Le croco a les crocs Il n’en a jamais trop


Deux petits éléphants C’était deux éléphants. Deux petits éléphants tout blancs. Lorsqu’ils mangeaient de la tomate Ils devenaient tout écarlates. Dégustaient-ils un peu d’oseille, On les retrouvait vert bouteille. Suçaient-ils une mirabelle, Ils passaient au jaune de miel. On leur donnait alors du lait, Ils devenaient d’un blanc tout frais. Mais on les gava, près d’Angkor, Pour le mariage d’un raja, D’un sachet de poudre d’or. Et ils brillèrent, ce jour-là, D’un tel éclat que plus jamais, Même en buvant des seaux de lait Ils ne redevinrent tout blancs, Ces jolis petits éléphants.

Németh Márton (4/b)


Un singe a l'école Un singe à l'école Mille cabrioles La maîtresse lui court après Il lui fait des pieds de nez Il renverse la peinture Tireli-reli-relure Il patauge au lavabo Lave ses orteils à grande eau Il décroche le téléphone Allô ? il n'y a personne ? Il ouvre grand la fenêtre Aujourd’hui, c'est jour de fête ! Un singe à l'école La maîtresse en tombe folle

Magyar Zsófia (3/b)


Le cheval Et le cheval longea ma page. Il était seul, sans cavalier, Mais je venais de dessiner Une mer immense et sa plage. Comment aurais-je pu savoir D'où il venait, où il allait ? Il était grand, il était noir, Il ombrait ce que j'écrivais. J'aurais pourtant dû deviner Qu'il ne fallait pas l'appeler. Il tourna lentement la tête Et, comme s'il avait eu peur Que je lise en son coeur de bête, Il redevint simple blancheur.

Litauszki Barbara (4/b)


Horváth Réka (1/b)

Un éléphant blanc Un éléphant blanc marche devant un éléphant vert marche derrière trois éléphants bleus marchent au milieu enfants d'éléphants marchez bien en rang ran plan plan


Maurice Carême: L’écureuil et la feuille Un écureuil, sur la bruyère, Se lave avec de la lumière. Une feuille morte descend, Doucement portée par le vent. Et le vent balance la feuille Juste au dessus de l’écureuil ; Le vent attend, pour la poser, Légèrement sur la bruyère, Que l’écureuil soit remonté Sur le chêne de la clairière Où il aime à se balancer Comme une feuille de lumière.

Bencze Zsófia (4/b)


Mogyor贸si Adri谩n (3/b)

Comptine des six continents


Nagy GĂŠza (4/b)


La vache Si la Terre était une vache Ce serait particulier Les continents seraient ses taches Elle brouterait la voie lactée Tous les enfants vivants dessus Auraient du lait à volonté Ce serait la plus dodue Des planètes répertoriées - La science serait tentée De répondre à cette question Quelle est donc l'utilité De cette queue à l'horizon? - Pas besoin d'être ingénieur Pour trouver la solution C'est un grand ventilateur Pour enlever la pollution !

Törös Mátyás (3/b)


Maurice Carême: Pour dessiner un bonhomme

Magyar Benedek (4/b) Deux petits ronds dans un grand rond. Pour le nez, un trait droit et long. Une courbe dessous, la bouche. Et pour chaque oreille, une boucle. Sous le beau rond, un autre rond Plus grand encore et plus oblong. On peut y mettre des boutons : Quelques gros points y suffiront. Deux traits vers le haut pour les bras Grands ouverts en signe de joie, Et puis deux jambes, dans le bas, Qu’il puisse aller où il voudra. Et voici un joli bonhomme Rond et dodu comme une pomme Qui rit d’être si vite né Et de danser sur mon papier.


Maurice Carême: Ponctuation - Ce n'est pas pour me vanter, Disait la virgule Mais, sans mon jeu de pendule, Les mots, tels des somnambules, Ne feraient que se heurter. - C'est possible, dit le point. Mais je règne, moi, Et les grandes majuscules Se moquent toutes de toi Et de ta queue minuscule.

Fű Bence (4/b) - Ne soyez pas ridicules, Dit le point-virgule, On vous voit moins que la trace De fourmis sur une glace. Cessez vos conciliabules. Ou, tous deux, je vous remplace !


Francia versmondó verseny  

2011. március 8.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you