Issuu on Google+

LA PENSEE AFRICAINE Essai sur l’Universisme philosophique

Déjà parus chez KIYIKAAT ÉDITIONS [1] LE DIEU NOIR : L’ANTHOLOGIE INTERDITE AU MOINS DE 50.000 ANS, Dibombari MBOCK, Février 2010 [2] DÉCOLONISER LA FRANCE, Charly Gabriel MBOCK, Juillet 2010 [3] AU-DELÀ DE MA NÉGRITUDE, S. NDEDI MOUSSINGA, Décembre 2010 [4] L’OPÉRATION ÉPERVIER AU CAMEROUN : UN DEVOIR D’INJUSTICE ?, Ouvrage collectif, Coordination scientifique de Charly Gabriel MBOCK, Octobre 2011 [5] HAÏTI EN SIX LEÇONS, OPINIONS ET IDÉES, Jean-Claude MARTINEAU, Février 2012 À paraître [1] LA FANTASTIQUE ÉPOPÉE DE LA PRINCESSE SHONAKA, Sandra VAUTOUR, 2012 [2] THE ARADA PLEGE, JEAN-CLAUDE MARTINEAU, 2012

MBOG BASSONG

LA PENSEE AFRICAINE Essai sur l’Universisme philosophique

© KIYIKAAT EDITIONS www.kiyikaat.com ISBN : 978-2-923821-05-4 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, mars 2012 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales Canada, mars 2012 Tous droits de reproduction et de traduction réservés pour tous pays.

DU MÊME AUTEUR ESSAIS [1] Les fondements de l’Etat de Droit en Afrique précoloniale, Paris, L’Harmattan, 2007. [2] Esthétique de l’art africain. Symbolique et complexité, 2007. [3] La méthode de la philosophie africaine, De la pensée complexe en Afrique noire, Paris, L’Harmattan, 2007. [4] L’épistémologie africaine, Paris, L’Harmattan. [5] La théorie économique de la Valeur. L’alternative africaine à la crise du capitalisme mondial, Paris, L’Harmattan. LIVRES ÉLECTRONIQUES [6] Les impacts de météorites au Cameroun - Concept, méthode et enjeux de l’Impactisme, 2011. [7] Sociologie africaine. Paradigme, Valeur et Communication, 2011. A consulter sur le site internet www.mbombog.wordpress.com OPUSCULES ÉLECTRONIQUES EN LANGUE BASSA [8] Adna ni mahol má Mbog liáá - Pek inyuú yaní. Manifeste pour l’édification d’une communauté Mbog liáá forte et prospère, en traduction française, 2011. [9] ŋkwεl ú bayímâm, livre électronique, 2011. A consulter sur le site internet www.mbogyes.com A PARAITRE [10] Les impacts de météorites et leur structure géométrique. Introduction à la topologie structurale.

TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE

.....................................................................................9

POINT DE DÉPART : LE PROJET D’UNE CRITIQUE DE LA PENSEE DOMINANTE ......... 13 CHAPITRE 1 LE MODELE DE L’AXIOCRATIE ................. 35 1.1 DU PRINCIPE D’ORDRE UNIVERSEL A LA NORME DE RÉGULATION ............................................................................... 36 1.1.1 A la recherche de ce qui « est ».................................................. 36 1.1.2 De la loi à la norme ..................................................................... 43 1.1.3 Le code binaire de la norme ...................................................... 57 1.2 LA NORME EN TANT QUE MOYEN ET FIN ..................................... 63 1.2.1 La norme en tant que moyen .................................................... 63 1.2.2 La norme en tant que finalité .................................................... 65 1.2.3 La médiation sociale de la finalité ............................................. 68 1.3 L’IDÉAL D’HARMONIE DANS L’ÉTAT DE DROIT .......................... 73 1.3.1 Le droit constitutionnel .............................................................. 74 1.3.2 L’affrontement des modèles eurasiatique et africain ............. 88

CHAPITRE 2 LA THEORIE DE L’UNIVERSISME ............. 99 2.1 LA THEORIE DE L’UNIVERSISME ................................................... 101 2.1.1 L’option éthique ........................................................................ 103 2.1.2 L’enjeu esthétique ...................................................................... 108 2.1.3 Le jugement scientifique........................................................... 109 2.2 NATURE, CULTURE ET SCIENCE.................................................... 110 2.2.1 La science astronomique égyptienne ...................................... 112 2.2.2 Les piliers de la complexité ...................................................... 117 2.2.3 Le statut épistémologique du symbole ................................... 120 2.2.4 Le rôle du symbole dans l’art................................................... 122 2.2.5 Les limites du modèle dominant ............................................. 124 2.2.6 La portée de l’ordre et du désordre ........................................ 127 2.2.7 Le conflit entre les pensées africaine et dominante ............. 129 2.2.8 La signification mythologique du désordre ........................... 131 2.3 LA CONSCIENCE DE LA COMPLEXITE .......................................... 144

2.3.1 2.3.2

Construire des repères durables .............................................. 145 Dissiper les malentendus.......................................................... 149

CHAPITRE 3 LA FORME DE LA PENSEE .......................... 165 3.1 L’UNIVERSALITE DE LA FORME SPIRALEE .................................. 169 3.1.1 La forme spiralée dans la nature ............................................. 169 3.1.2 La forme spiralée dans les civilisations matérielles .............. 170 3.1.3 La spirale dans les confréries occidentales ............................ 172 3.1.4 Les théories de la croissance spiralée ..................................... 181 3.2 DE L’ONTOLOGIE A LA FORME DE LA PENSEE ......................... 183 3.2.1 Une ontologie du contenu de l’univers .................................. 183 3.2.2 Du non-structuré aux formes structurées ............................. 188 3.2.3 Les principes ontologiques de la pensée solaire ................... 191 3.3 LA PENSEE DE LA FORME .............................................................. 207 3.3.1 La morphologie élémentaire .................................................... 208 3.3.2 Morphologie élémentaire et conscience de l’Être ................ 214 3.3.3 Les paradigmes culturels .......................................................... 217 3.3.4 La pensée de la forme « donnant donnant » ......................... 222 3.3.5 L’économie de marché ............................................................. 224

CHAPITRE 4 COSMOS ET REGULATION SOCIALE ..... 231 4.1 LA MYSTIQUE AFRICAINE DU POUVOIR ...................................... 232 4.1.1 La portée épistémologique du droit africain ......................... 232 4.1.2 La question du droit et du pouvoir ........................................ 234 4.1.3 L’enjeu de la philosophie chez les initiés ............................... 239 4.1.4 La mystique du pouvoir et la décentralisation ...................... 241 4.1.5 La fonction du roi : un régulateur politique .......................... 243 4.1.6 La sacralité et la légitimité du roi ............................................ 247 4.1.7 Le pouvoir mystique du roi ..................................................... 252 4.2 L’ÉTAT MULTINATIONAL EN AFRIQUE NOIRE .......................... 253 4.2.1 Le projet de civilisation en Afrique précoloniale ................. 255 4.2.2 L’Etat et le communautarisme axiocratique ......................... 267

CHAPITRE 5 POUR UNE ORGANISATION NEUVE DE L’ETAT .......................................................... 277 5.1 LE PLAN DE REFORME DU POUVOIR AFRICAIN ......................... 280 5.1.1 L’indispensable refondation du pouvoir................................ 281

5.1.2 5.1.3 5.1.4

La gouvernance dans les terroirs ruraux ................................ 289 La religion africaine au cœur de l’Etat ................................... 294 Le pouvoir africain et le développement ............................... 295

5.2 LA LUTTE CONTRE LA PULSION DE MORT .................................. 299 5.2.1 La logique de l’Etat en Occident ............................................ 299 5.2.2 La logique de l’Etat en Afrique impériale .............................. 301 5.2.3 Les enjeux d’un pensée neuve de l’Etat ................................. 302 5.3 L’ENJEU RELIGIEUX DES SAVOIRS ................................................ 304 5.3.1 Le statut rationnel de la religion africaine.............................. 306 5.3.2 L’expérience religieuse en Chine ............................................. 311 5.3.3 La fracture ontologique en Afrique ........................................ 319 5.3.4 Recoller les bouts....................................................................... 322 5.4 LES ENJEUX DE LA CONSTITUTION.............................................. 325 5.4.1 De l’Etat et de la souveraineté................................................. 326 5.4.2 Du Pouvoir Exécutif................................................................. 327 5.4.3 Du Pouvoir Législatif................................................................ 328 5.4.4 Du Pouvoir Judiciaire ............................................................... 329 5.4.5 Du Conseil Constitutionnel ..................................................... 329 5.4.6 De la Haute Cour de Justice .................................................... 330 5.4.7 Des collectivités territoriales décentralisées .......................... 330

POINT D’ARRIVÉE : POUR UNE SOCIOLOGIE COGNITIVE ET ANALYTIQUE ..... 331 POSTFACE

................................................................................ 337

ANNEXES

................................................................................ 345

Annexe 1. Les diverses évolutions de la croix ansée (Ankh) ............. 345 Annexe 2. Résumé du mythe d’Osiris .................................................... 346 Annexe 3. La spirale et sa signification ................................................. 347 Annexe 4. Théorie mathématique du social ......................................... 348

BIBLIOGRAPHIE ............................................................................. 351

« Les Africains partagent fondamentalement la même représentation du monde, la même culture, le même système de valeurs, les mêmes normes de comportement. Les différences entre leurs institutions culturelles, techniques, politiques et religieuses ne constituent que les modalités d’une même réalité. (…) Nous devons reconstituer notre intégrité axiologique. L’approche synthétique du droit et de la vérité, en un mot, de la valeur, qui a supporté le jugement, l’action de la régulation sociale des anciens Egyptiens, peut nous servir de modèle. » Mbombog Nkoth Bisseck, « La voie africaine de gouvernement », IVe Congrès International des Etudes Africaines, Barcelone, 12 au 15 janvier 2004.

LA PENSÉE AFRICAINE | 9

PRÉFACE Mbog Bassong est de ceux que le continent mère offre de mieux dans le domaine de la production intellectuelle. Initié de la confrérie du Mbog chez les Bassa, son expertise en cosmogénèse, en sciences de la terre et de l’univers, en herméneutique, en linguistique historique et comparée, en géométrie du nombre d’or dans l’art traditionnel et en kamitologie (égyptologie africaine) lui confère la multidisciplinarité indispensable à qui se propose de réhabiliter le pouvoir africain authentique en vue d’une refondation de la société. Le brillant essai de Mbog Bassong, La Pensée Africaine, s’impose d’entrée de jeu par son approche globale qui vise à réconcilier les Africains, les Kamit, dispersés à travers le monde avec leur culture par l’élaboration d’un système de valeurs inspiré des grandes civilisations africaines. L’exercice se veut un inlassable va-et-vient entre l’Afrique antique (Egypte pharaonique), l’Afrique des grands empires et l’Afrique contemporaine. La Pensée Africaine s’inscrit dans le sillon de la Renaissance Africaine dont la principale icône est sans aucun doute Cheikh Anta Diop qui suggérait déjà de bâtir les humanités africaines à partir du socle de l’Egypte ancienne. La voix du sage se perdit dans le vacarme des indépendances tronquées. Le savant multidisciplinaire prit néanmoins soin de confier sa semence aux vents et au temps dans l’attente d’esprits fertiles. La conséquence étant qu’aucun champ de l’activité humaine n’échappera à la perspicacité de l’Africain nouveau, convaincu est-il, qu’une analyse parcellaire ou compartimentée des réalités de l’humanité ne pourra aboutir qu’à des solutions toutes aussi parcellaires et compartimentées, donc inadaptées. La Pensée Africaine saisit l’importance de la culture dans le développement humain. Cela d’autant plus que les langues, les arts plastiques, la musique, l’architecture, les sciences dites physiques ou humaines, la religion, l’organisation politique, les systèmes d’éducation et de formation sont des émanations de cette

10 | MBOG BASSONG culture. Il est donc – faut-il le dire ? – illusoire d’espérer un quelconque saut qualitatif en puisant dans des cultures d’emprunts. On le sait, la perte de la civilisation partout où la présence africaine (kamit) s’est illustrée pendant des millénaires est engagée par une défaite militaire et définitivement consommée par la perte du système éducationnel, en d’autres termes, par la perte du système de pensée. Les différentes formes de résistances aux agressions externes ont favorisé la survivance d’une pensée dont nous reconnaissons par ailleurs les mérites, mais qui demeure somme toute altérée par une contamination européenne judaïque, européenne chrétienne et arabe musulmane. Éloignées de leur centre, les productions intellectuelles, artistiques, politiques et religieuses africaines sont infécondes parce que puisant à la source de systèmes fondamentalement contraires à la pensée africaine authentique. Il est évident que l’écran de fumée qui depuis des siècles limite l’horizon africain ne se dissipera pas sans une pensée et des actions conséquentes. Il faut néanmoins reconnaître que l’implacable réalité géopolitique, les guerres de ‛‛démocratisation’’ ou encore l’incapacité des nations à faire face à la convoitise du sous-sol et des terres arables du continent et des territoires par delà les océans décourageraient plus d’un parmi le nombre déjà restreint de personnes conscientes des enjeux, de leur rôle et de leur mission en tant que Kamit. Pour Mbog Bassong, renaître c’est premièrement identifier les causes internes et externes de la perte de la civilisation ainsi que ses conséquences sur la pensée qui en fin de compte est ce par quoi tout vient à l’existence. Deuxièmement, sur les plans politique, économique, éducatif et religieux, c’est conjurer le chapelet de notions jamais soumises à l’épreuve de la pensée africaine. Notions qui, – faut-il aussi le dire ? – sont fortement soupçonnées de favoriser une destruction systématique de l’identité culturelle africaine. L’intense activité de Mbog Bassong vise entre autres à contribuer à réinventer l’Africain, le Kamit, porteur de civilisation. Sa Pensée Africaine se veut déterminante en révélant l’attitude mo-

LA PENSÉE AFRICAINE | 11 rale et éthique que l’histoire de l’humanité lui impose où qu’il se trouve. Seule une pensée rigoureuse, ancrée dans un univers culturel déterminé, est à même de contribuer de manière durable à l’amélioration des conditions de vie culturelles et matérielles d’une population donnée. La carence en une pensée authentique nous conduit inéluctablement, d’après Ama Mazama, à décrire notre propre existence, notre propre expérience, avec des mots qui n’ont jamais rien voulu dire pour nous, mais qui pourtant, deviennent les options dominantes pour exprimer et ce que nous sommes et notre vision du monde. Mbog Bassong interroge les fondements du pouvoir africain et, surtout, leur portée en vue d’une organisation neuve de l’Etat. L’auteur sait, comme tous les Africains qui réfléchissent, que renoncer à la pensée africaine, seule susceptible de faire écran au modèle dominant qui aliène les intérêts matériels et immatériels du monde kamit depuis bientôt cinq siècles, ne pourrait qu’hypothéquer les chances de survie des jeunes générations. Pour le sage, il n’y a pas d’existence sans remise en cause de l’existant ; l’existant devant être sans cesse réévalué, ajusté et amélioré pour, à chaque fois, garantir l’épanouissement des humains et des autres formes de vie. C’est ainsi que les dysfonctionnements que nous observons dans l’importante majorité des Etats africains relèvent, pour l’essentiel, d’un affrontement des modèles africain et occidental. Avec comme repère la civilisation pharaonique, forme la plus aboutie du modèle africain, Mbog Bassong affirme que seule la valeur, Maât, qui est en fin de compte, une technique de la pensée pour enrayer le désordre dans la société, entre sacré et rationalité, peut opérer une médiation par l’inclusion des différences en toutes choses, aux fins de bâtir une organisation étatique multinationale et multiculturelle. La norme, Maât, comme moyen de régulation sociale vise la transformation de la non-vérité en vérité, du désordre en ordre, de la mort en vie, de l’inégalité en égalité, de l’injustice en justice, de la compétition en harmonie, de l’expansionnisme en régulation, en vue de maintenir la faculté d’exister sous forme de projet.

LA PENSÉE AFRICAINE | 351

BIBLIOGRAPHIE I. [1]

[2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11] [12] [13] [14]

Histoire et Egyptologie Amegbo, J., Ossei Toutou. Fondateur de la confédération Ashanti, ABC/NEA, 1976, p. 54. Coll. Grandes figures africaines. Directeur historique : Ibrahima Baba Kake, Direction littéraire : François Poli. ANKH, Revue d’Egyptologie et de Civilisations africaines, Paris, Khepra, n° 1-6, 1992, 1993, 1994, 1996. Cornevin, R., et M., Histoire de l’Afrique des origines à nos jours, Paris, Payot, 1966. Daumas, Fr., La civilisation de l’Egypte pharaonique, Paris, Arthaud, 1971. Daumas, Fr., Les dieux de l’Egypte, Paris, PUF, 1977. Coll. Que sais-je ? Deschamps, H., L’Afrique Noire précoloniale, Paris, PUF, 1962. Diop, C. A., Nations nègres et culture, T. I., Paris, 3e édition Présence Africaine, 1979. Diop, C. A., L’Afrique noire précoloniale, Paris, 2e édition. Présence Africaine, 1987. Diop, C. A., Civilisation ou Barbarie. Anthropologie sans complaisance, Paris, Présence Africaine, 1981. Diop, C. A., L’Antiquité africaine par l’image, Dakar, IFANNEA, Numéro spécial de Notes Africaines, 1975. Frobenius, L., Histoire de la civilisation africaine, Gallimard, Paris 1952. Histoire générale de l’Afrique. Méthodologie et préhistoire africaine, ouvrage collectif, Jeune Afrique/Stock/UNESCO. Directeur de volume : Joseph Ki-Zerbo. Kaya, D., Epigraphie africaine. Grammaire & Exercices de l’égyptien ancien du Moyen Empire, Paris, Présence Africaine, 2000. Lalouette, Cl., La littérature égyptienne, Paris, PUF, 1981, Coll. Que sais-je ? n° 1934.

352 | MBOG BASSONG [15] Mancini, A., La sagesse de l’ancienne Egypte pour l’Internet, Paris, L’Harmattan, 2002. [16] Menu, B., Egypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Egypte, Paris, L’Harmattan, 2004. [17] Messod et Sabbah, R., Les secrets de l’Exode. L’origine égyptienne des Hébreux, Paris, Jean- Cyrille Godefroy, 2000. [18] Moret, A., Le Nil et la civilisation égyptienne, Paris, Editions Albin Michel, 1925. Collection L’Evolution de l’homme. [19] Nyumea Bruno Gervais, Ngok Lituba. Peuples et histoire, 1978. [20] Oum Ndigi, Les Basa du Cameroun et l’Antiquité Pharaonique Egypto-Nubienne : recherche historique et linguiste comparative sur leurs rapports culturels à la lumière de l’Egyptologie, Thèse PHD, 1997, Lille. [21] Obenga, T., L’Afrique dans l’antiquité, Editions Présence Africaine, 1973. [22] Obenga, T., La philosophie africaine de l’époque pharaonique. 2780-330 avant notre ère, Paris, L’Harmattan, 1990. [23] Obenga, T., Le sens de la lutte contre l’africanisme européocentriste, Paris, Khepera & L’Harmattan, 2001. [24] Piankoff, A., La création du disque solaire, IFAO, bibli. 2, tome 19. [25] Posener, G., Dictionnaire de la civilisation égyptienne, en collaboration avec Serge Sauneron et Jean Yoyotte, Paris, Fernand Hazan, 1959. [26] Sarwat Anis Al-Assiouty, Jésus l’Egyptien d’après les monuments, tome 2. Naissance Divine du Pharaon et de Jésus, summa Aegyptiaca, 1999. [27] Sauneron, S., L’Egyptologie, Paris, PUF, 1965. Collect. Que sais-je ? n° 1312. [28] Schwarz, F., L’initiation aux livres des morts égyptiens, Paris, Albin Michel, 1988. [29] Wallon, H., Histoire de l’esclavage dans l’Antiquité, Paris, édition Robert Laffont, 1988. [30] Winand, J., et Palaise, M., Grammaire raisonnée de l’égyptien classique, Liège, 1999.

LA PENSÉE AFRICAINE | 353 II. Sciences de la complexité - Epistémologie [31] Atlan, H., L’Organisation bilogique et la Théorie de l’Information, Hermann, 1972. [32] Atlan, H., Le Cristal et la fumée, Paris, Le Seuil, 1979. [33] Bachelard, G., Le nouvel esprit scientifique, Paris, 10e édition PUF, 1968. [34] Bachelard, G., Epistémologie, textes choisis par Dominique Lecourt, Paris, 6e édition PUF 1995. [35] Balandier, G., Le désordre : éloge du mouvement, Paris, Fayard, 1988. [36] Capra, F., Le TAO de la physique, Paris nouvelle édition complétée Sand, 1985. [37] Capra, F., Le temps du changement, Rocher, 1983. [38] D’Espagnat, B., Penser la science ou les enjeux du savoir, Paris, Bordas, 1990. [39] Dupuy, J.P., Ordres et désordres : enquête sur un nouveau paradigme, Seuil, 1990. [40] Forsé, M., L’ordre probable : entropie et processus sociaux, PUF, 1992. [41] Kuhn, T ; La structure des révolutions scientifiques, « Champs »/ Flammarion, 1983. [42] Morin, E., Le paradigme perdu : la nature humaine, Seuil, 1973. [43] Morin, E., La Méthode I. La nature de la nature, Paris, Seuil, 1977. [44] Morin E., Introduction à la pensée complexe, ESF, 1990. [45] Morin, E., Science sans Conscience, Paris, Fayard, 1982. [46] Morin, E., Sociologie, Edition revue et augmentée par l’auteur, Fayard, 1994. Collection Points. Série Essais. [47] Morin, E., La Voie. Pour l’avenir de l’humanité, Paris, Fayard, 2011. [48] Nicolescu B., Nous, la particule et le monde, Le Mail, Payot, 1985. [49] Passet, R., Reeves, H., Stengers, I., Salomon, J.-J., Du cosmos à l’homme, L’Harmattan, Paris, 1991. [50] Passet, R., L’Economique et le Vivant, Paris 2e édition Economica, 1996.

354 | MBOG BASSONG [51] Prigogine, I., et Stengers, I., La Nouvelle Alliance, Gallimard, 1979 [52] Sciences et Avenir, La science en 10 questions, Décembre 2002/Janvier 2003, Hors - série. [53] Senghor, L. S., Œuvre poétique, 5e édition Seuil, 1990. [54] Thom R., Stabilité structurelle et morphogenèse, W. A. Benjamin, 1972. [55] Thom, R., Modèles mathématiques de la morphogenèse, UGE, 1974. [56] Thom, R., Paraboles et catastrophes, Ed. Champs/Flammarion, 1992. [57] Von Bertalanffy, Théorie générale des systèmes, Dunod, 1972 III. Anthropologie et sociologie générale : [58] Aristote, Anthropologie, textes choisis et traduits par J. C. Fraise, PUF, 1976. [59] Attali, J., Les trois mondes. Pour une théorie de l’après-crise, Paris, Fayard, 1981. [60]

Dika-Akwa Nya Bonambela, P., Problèmes de de l’anthropologie africaines, Yaoundé, Clé, 1982.

l’histoire

et

[61] Birago Diop, Les contes d’Amadou Koumba, Présence africaine, 1961. [62] Borrits, B., Vers la démocratie économique, Paris, L’Harmattan, 2005. Série Krisis, Collection L’esprit économique. [63] Dieterlen, G., Griaule, M., Le Renard pâle, Paris, Institut d’ethnologie, 1966. [64] Durkheim, E, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Quadrige/PUF 21è édition 1983. [65] Etounga Manguelle, D., L’Afrique a-t-elle besoin d’un programme d’ajustement culturel ? Editions nouvelles du Sud, 1993, p. 23. [66] Everbroek, R. V., Dictionnaire Lingala Maloba ma lokota de René Van Everbroek c.i.c.m., Kinshasa, éd. L’Epiphanie, 1985.

LA PENSÉE AFRICAINE | 355 [67] Fame Ndongo, J., Un regard africain sur la communication. A la découverte de la géométrie circulaire, Yaoundé, Editions St Paul, 1996. [68] Guellec, D., & Ralle, P., Les nouvelles théories de la croissance, cinquième édition, La Découverte, 2003, p. 59. Collection Repères. [69] Jahi Kem, Le Monde des Arts Martiaux Africains. Initiation à la Tradition Guerrière chez les Kamits, Editions Mainebuc/Edilac, 2009. [70] Kabou, A., Et si l’Afrique refusait le développement, Paris, L’Harmattan, 1991. [71] Leroi – Gourhan, Le geste et la parole, T. I. Albin Michel, 1972. [72] Lévy-Strauss, Cl., Anthropologie structurale, Plon, 1974. [73] Mayi Matip, T., L’Univers de la Parole, Yaoundé, Clé, 1983. [74] Mbog Bassong, Les fondements de l’Etat de droit en Afrique précoloniale, Paris, Editions L’Harmattan, 2007 [75] Morin, E., Sociologie, Edition revue et augmentée par l’auteur, Fayard, 2e édition, 1984. [76] Nkoth Bisseck, Mbog. Concept et portée d’une autre vision du monde Textes inédits. [77] Nzhie Engono, J., Cent ans de sociologie. Du positivisme "dogmatique" à une approche intégrée du social, Presses universitaires de Yaoundé, 2001. [78] Petiska, E., Mythes et légendes de la Grèce antique, Paris, 11e édit., Gründ, 1982. [79] Thomas, L.V., et Luneau, R., La terre africaine et ses religions, Paris, l’Harmattan, 2004. [80] William Zartman, I., (Dir.), L’effondrement de l’Etat, ouvrage collectif, nouveaux Horizons, 1995. [81] Weber, M., L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964. [82] Webster-Plass, M., L’art nègre, Présence africaine, Paris, 1951, p.140.

356 | MBOG BASSONG [83] Wei, E., Le paradis perdu. Autopsie d’une culture assassinée, Douala, 1999. [84] Wonyu Ndôŋ- Lolog, E., Œuvres choisies, Iroko éditions, Yaoundé, 2007, p. 91. Collection logos. [85] Ziegler, J., Sociologie et contestation, Paris, Gallimard, 1969. Coll. Idées. [86] Ziegler, J., Les vivants et la mort. Essai de sociologie, Paris, Editions du Seuil, 1975. Coll. Esprit. [87] Ziegler, J., Une Suisse au dessus de tout soupçon, Paris, Seuil, 1976. [88] Ziegler, J., Main basse sur l’Afrique, Paris, Seuil, 1980. [89] Ziegler, J., Les rebelles, Paris, Seuil, 1985. [90] Ziegler, J., La terre qu’on a, Paris, Edi., 1989. IV. Droit et science politique [91] Attali, J., Les trois mondes. Pour une théorie de l’après-crise, Fayard, 1981. [92] Badié, B., Culture et démocratie, Economica, 1983. [93] Badié, B., L’Etat importé, l’occidentalisation de l’ordre politique, Fayard, 1992. [94] Bayart, J.-F., L’Etat en Afrique, Fayard, 1989. [95] Chantebout, B., Droit constitutionnel et science politique, Paris, 2e édition Armand Colin/ Masson Editeurs, 1996. [96] Gicquel, J., et Hauriou, A., Droit constitutionnel et institutions politiques, Paris, 8e édition Montchrestien, 1984. [97] Gonidec, P.F, Les systèmes politiques africains, Librairie Générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1978. [98] Olawale Elias, T., La nature du droit coutumier, Paris, Présence Africaine, 1961. [99] Diop, C. A., Nations nègres et culture, T. I., Paris, 3e édition Présence Africaine, 1979. [100] Diop, C. A., L’Afrique noire précoloniale, Paris, 2e édition. Présence Africaine, 1987. [101] Diop, C. A., Civilisation ou Barbarie. Anthropologie sans complaisance, Paris, Présence Africaine, 1981.

LA PENSÉE AFRICAINE | 357 [102] Diop, C. A., L’Antiquité africaine par l’image, Dakar, IFAN-NEA, Numéro spécial de Notes Africaines, 1975. [103] Frobenius, L., Histoire de la civilisation africaine, Gallimard, Paris 1952. [104] Ki-Zerbo, J, Histoire générale de l’Afrique. Méthodologie et préhistoire africaine, Ouvrage collectif, Jeune Afrique/Stock/UNESCO. [105] Kaya, D., Epigraphie africaine. Grammaire & Exercices de l’égyptien ancien du Moyen Empire, Paris, Présence Africaine, 2000. [106] Lalouette, Cl., La littérature égyptienne, Paris, PUF, 1981, Coll. Que sais-je ? N° 1934. [107] Mancini, A., La sagesse de l’ancienne Egypte pour l’Internet, Paris, L’Harmattan, 2002. V. Philosophie [108] Actes du colloque de philosophie de l’Ecole normale Supérieure, Yaoundé 4-8 avril 1983. Communications de Ondoua Pius, Mfoulou Jean, Dimi charles, Fouda Basile, AloysRaymond Ndiaye, Njoh-Mouelle, Mono-Djana, Marcien Towa, Hountondji Paulin, Manga Bihina, Nanga Bernard, Ngoura Celestin, Bidja Rachel, Ngnepi Guillaume Henri. [109] Marcuse, H., L’Homme unidimensionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle, Les Editions de Minuit, 1968. [110] Ndaw, A., La pensée africaine. Recherches sur les fondements de la pensée négro-africaine, Dakar, NEA, 1983, préface de Léopold Sédar Senghor. [111] Njoh-Mouelle, E., De la médiocrité à l’excellence. Essai sur la signification humaine du développement, Yaoundé, Editions Clé, 1970. Coll. Etudes et Documents africains. [112] Njoh-Mouelle, E., Jalons I. Recherches d’une mentalité neuve, Yaoundé Edition Clé, 1970. [113] Njoh-Mouelle, E., Jalons II. L’Africanisme aujourd’hui, Yaoundé, Clé, 1975. Collect. Point de vue, n°16. [114] Njoh-Mouelle, E., Considérations actuelles sur l’Afrique. Questions posées par H. Mono-Ndjana, Yaoundé, Editions Clé, 1983.

358 | MBOG BASSONG [115] Towa, M., Essai sur la problématique philosophique dans l’Afrique actuelle, Yaoundé, Editions Clé, 1971. Coll. Point de vue, n°8. [116] Towa, M., L’idée d’une philosophie négro-africaine, Yaoundé, Edition Clé, 1979. Collection Point de vue, n°18. [117] Zahan, D., Religion, spiritualité et pensée africaine, Paris, Payot, 1970.

© KiyiKaat Editions, Mars 2012 www.kiyikaat.com ISBN : 978-2-923821-05-4 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Mars 2012 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales Canada, Mars 2012 Tous droits de reproduction et de traduction réservés pour tous pays.


LA PENSÉE AFRICAINE