Page 1

Kinsthwamba Siani

PROBLEMATIQUE ET DISFONCTIONALITE DE LA LANGUE DES SCIENCES ACTIVES DANS L’ENSEIGNEMENT EN RDCONGO

©KnSiani – 2013

0


Kinsthwamba Siani Le Dilemme Le recadrage de l’enseignement en RDCONGO ainsi que l’adoption des sciences actives dans notre Enseignement Universitaire ne va pas se faire sans difficultés. Ceci puisque le progrès technologique et son accès est visiblement remarquable dans certaines parties si pas langues du monde comme on peut l’observer sur le diagramme ci-dessous:

De ce graphe nous pouvons avoir une certaine idée du problème qui se pose. D’où la nécessité pour nos universités d’envisager dès à présent des solutions pouvant conduire à la solution de la ©KnSiani – 2013

1


Kinsthwamba Siani problématique et de la disfonctionalité de la langue des sciences actives dans l’enseignement en RDCongo. Faire le choix entre les langues dans notre système d’enseignement devient un impératif. Ou mieux quelle part pour chacune d’elles, à défaut de nos propres langues. Loin de nous la prétention de porter le jugement sur la primauté d’une langue par rapport à une autre, ni la pensée d’exclure une langue au profit d’une autre. Le fait que nos ancêtres aient communiqué leur savoir des générations en générations ne nous empêche pas de croire que le choix de la langue pour une bonne acquisition de la science vaut la peine.

S’il est vrai que le choix d’une langue reflète l’appartenance aux blocs anciens, il n’est pas aussi vrai que la transmission de certaines sciences dites actives ne puisse souffrir.

©KnSiani – 2013

2


Kinsthwamba Siani Suggestions Si les chinois et les russes se développent en se servant de leurs propres langues et écritures dans l’éducation, nous croyons aussi que faute de disposer d’énormes ressources en termes de temps, du personnel et d’argent pour prétendre faire usage de lingala, kikongo, swahili et tshiluba pour l’apprentissage des sciences actives, l’introduction des langues d’emprunte pour faciliter l’assimilation des sciences actives tel que conçues par leurs inventeurs serait bénéficial pour une vraie éclosion scientifique et technologique de notre savoir collectif voir de l’avancement et du développement et du mieux être de la communauté de notre nation.

Notons toutefois que nombre des sciences actives d’usage actuelle tirent essentiellement leurs origines dans une langue, qui a produire des versions dans d’autres langues du monde. D’où, le mieux serait de se servir de la langue d’originalité des sciences à acquérir si l’on veut naviguer selon le plan de vol ©KnSiani – 2013 3


Kinsthwamba Siani recommandé pour un atterrissage en douceur. Sans perdre de vue que le plus de succès proviendrait de l’usage de nos propres langues pour faire apprendre ces sciences dite actives au plus grand nombre d’entre nos jeunes et populations. Nous ne sommes pas les seuls à croire ainsi, car sous d’autres cieux on y pense énormément comme l’on peut le voir dans la vidéo cidessus, tirée d’une chaine de télévision Sud Africaine, un pays avec lequel nous partageons des similarités: http://enca.com/south-africa/kzn-man-walks-mother-tonguerecognition. C’est un long processus bien sure, un débat interne à ce sujet n’est pas exclu, mais Il n’y a pas à avoir honte en cela, pourvu que les dirigeants en prennent conscience. La grande Chine et la grande Russie ont réussit à faire assimiler ces sciences et technologies en leurs langues, pourquoi pas nous? Qui à nous mettre à l’œuvre dès aujourd’hui. Ce ne sont pas les cerveaux qui manquent en RDCongo.

©KnSiani – 2013

4


Kinsthwamba Siani

CONTACTS: Téléphone: +(44)02037300116 Portable : +(44)07446412779 E-mail: ks@sdigitech.co.uk Twitter: @KnSiani Skype: siani55

©KnSiani – 2013

5

Problematique et disfonctionalite de la langue des sciences actives