Issuu on Google+

Du 23 au 29 mars 2011


Du 23 au 29 mars 2011

Les Yeux de Julia La cécité de la peur Fort de ses sept Goyas et de son record d’entrées historique en Espagne pour L’orphelinat, le duo Belén Rueda (Mar Adentro) et l’enfant terrible Guillermo del Toro, décidément très à l’aise dans la peau de producteur, remet le couvert avec ce thriller tendu et atypique, y compris dans le paysage du cinéma de genre ibérique. Passé aussi largement inaperçu lors de sa sortie française que le tueur éthéré de son récit, Los ojos de Julia narre l’impossible deuil de Julia, qui ne peut se résoudre à accepter la thèse du suicide de sa sœur jumelle Sara. Quoique toutes deux atteintes d’une même dégénérescence maculaire, qui pourrait expliquer, selon l’enquête, cette envie soudaine d’en finir, Julia s’accroche plus volontiers à la piste d’un mystérieux boyfriend, dont nul ne nie l’existence mais dont tous ignorent étrangement jusqu’à

l’apparence physique. Une ombre muette qui rôde désormais dans l’obscurité croissante qui menace jour après jour Julia de cécité… D’une poésie étrange qui pourrait rappeler les premiers opus d’Alejandro Amenabar (Ouvre les yeux) ou de Jaume Balaguero (La secte sans nom), le second long-métrage de Guillem Morales puise en réalité ses racines dans le giallo italien des années 60-70 (armes blanches et chairs diaphanes). Redoutablement efficace, le cinéaste insuffle au film une beauté charnelle digne de Mario Bava, tout en nimbant ses ténèbres d’une angoisse sourde (le plan séquence de la sortie de l’hôtel) et viscérale (le cauchemar en trio). Un bel exercice de style, en dépit de quelques invraisemblances de scénario et de violons caricaturaux, qui n’enlèvent toutefois rien au plaisir de l’énigme façon marabout-de-ficelle, jusqu’à une vraie fin/faim de cinéma total.

JmV

A redécouvrir samedi dans la Nuit fantastique du Festival espagnol de Nantes - Katorza

Ils sont en salle et nous avons aimé !

Gaumont UGC Ciné-Cité Katorza

Katorza

Gaumont, Pathé Atlantis UGC Ciné-Cité, Katorza Cinéville, Ciné Pôle Sud

Katorza

MSCLUB - 17 rue de la Noë - 44 830 Bouaye Directrice de la publication : I. Gay / Articles : S. Baudry, R. Besançon, G. Mainguet, N. Rézeau, JM Vigouroux. Dépôt légal à parution. Photogravure et impression : ALLAIS S.A.

Tél. 02 53 35 39 02 / www.lekinorama.com / info@lekinorama.com


Selah Sue + Bluemango Concerts Mercredi 30 mars à 20h30 Olympic - Nantes. T. 02 40 43 20 43

Brèves de comptoir Théâtre Les 25 et 26 mars à 21h Théâtre Boris Vian - Couëron T. 02 40 38 58 80

© JB Mondino

Bluemango : Murmurées, énervées, engagées et affirmées, elles voyagent parfois seules et souvent accompagnées. Elles, se sont les voix féminines de Bluemango, véritables instruments de musique qui se mêlent sans complexes aux rythmes lancinants de la basse et des percussions qui les accompagnent . Né de l’imaginaire de Line Tafomat, acoustique et moderne, le quintet nantais s’aventure en terres groove. Selah Sue : Le parcours de cette jeune belge de 21 ans tiens du conte de fée. Quittant à peine l’adolescence, elle s’accroche à sa guitare pour supporter les troubles existentiels et transformer ses doutes en mélodie soul, funk ou reggae. Elle publie ses chansons sur une page myspace et se sont des dizaines de milliers de fans qui se manifestent ! La suite est surréaliste : elle signe sur un label et s’attelle à un album. Il sera produit par Patrice et Nneka, avec une collaboration avec Meshell Ndegeocello et un duo avec Cee-Lo Green , le tout avant d’être invité par Prince pour ouvrir ses shows ! Elle vous fera découvrir ses chansons rafraîchissantes, habile métissage entre mélodies soul, hip-hop organique, reggae-funk feutré et ragga-rock électrique, prouvant qu’elle est bien sur les traces de son idole Lauryn Hill...

Un cabaret miteux et kitsch, des numéros foutraques, un piano sans talent, des divas cabotines, tel est le décor où viennent se camper ces brèves. Il s’agit bien là de plonger dans l’univers un tantinet absurde de Ribes et Gourio. Absurde, tant l’enchaînement de ces phrases collectées sur un coin de table, couchées sur un morceau de papier et resservies dans la bouche de nos artistes, confine au surréalisme. Quoi de mieux alors que ces « monstres de foire » pour donner à entendre ces paroles ? Tout leur est permis, toute extravagance est la bienvenue, tout décalage nous permet de ramener ces brèves à nous. Car dans ce fatras de mots, vous allez, peut-être, vous rencontrer vous-mêmes ! Voilà l’ambitieux défi que se sont lancés les comédiens de L’Arlequin Concorde Théâtre. Martin Buraud


Nuits Mandingues Festival

Vendredi 25 mars à 19h et samedi 26 mars à 19h30 Maison de quartier de Doulon - Nantes http://www.tambour-battant.org/ Boubacar Ndiaye : Contes africains Immergé dans l’univers du conte, du chant et de la poésie depuis son plus jeune âge, il est un des dignes héritiers de la mémoire de son peuple et de l’art de la parole. A partir de 4 ans. Mali Blues : Afro beat mandingue Composé de 5 passionnés de musique mandingue, Mali Blues rend hommage à la culture musicale d’Afrique de l’Ouest. Anibara : Musiques et danses métissées La formation nantaise Anibara met l’ambiance dans la région depuis 2 ans au rythme de ses créations musicales qui mêlent instruments traditionnels mandingues et instruments modernes. Djeli Moussa Conde Trio : Afro beat Né en Guinée, Djeli Moussa Conde est un griot, maître de la kora à la voix puissante, qui dénonce les non-sens de nos sociétés. Il forme un trio avec basse, set de percussions et machines, pour un résultat tribal et moderne à la fois. Sinké : Danses et percussions mandingues Sinké, qui signifie « force » dans l’ethnie Sussu, c’est la rencontre d’artistes attirés par l’Afrique et qui essaient de faire connaître ce style de musique. Le groupe est originire de Caen où il a été formé par Arnaud, Benoît, Dyfré, Manu, Katia (danseuse, chorégraphe) et Wencesslas (danseur). La plupart des membres sont déjà partis en Afrique pour apprendre avec de grands maîtres mandingues.

Festival Aux heures d’été Cinéma Samedi 26 mars de 10h à 13h Château des Ducs de Bretagne - Nantes T. 02 40 38 58 80 Dans le cadre de la 7ème édition du Festival « Aux heures d’été », qui propose autour du thème « Racines » 6 séances de cinéma de plein air les mercredis dans les quartiers nantais (du 5 juillet au 12 août), un atelier de programmation est proposé le samedi 26 mars, animé par Céline Novel, réalisatrice nantaise. Visionnage d’extraits des films proposés, échange autour des films. Venez avec un pique-nique, vous êtes invité ensuite à une projection au Festival du Cinéma espagnol.


21ème Festival du Cinéma espagnol Du 24 mars au 5 avril - Cinéma Katorza

© Raphaëlle Besançon

Sur l’affiche de cette année, deux stars espagnoles posent à l’avant d’ une voiture, comme pour illustrer le voyage que le cinéma opère depuis maintenant 21 ans, entre l’Espagne et Nantes. Un voyage qui a amené une reconnaissance désormais acquise puisque, pour la première fois, le soutien financier des deux pays est à part égale. Pourquoi Madrid est-elle à l’honneur ? Tout simplement parce que Madrid est le poumon du cinéma espagnol. Le cœur de la Castille est le carrefour d’une Espagne qui ose et grandit, une capitale qui attire de plus en plus l’intérêt du monde entier. Nous abordons la ville selon différents angles : Madrid filmée par des réalisateurs madrilains et par d’autres réalisateurs, Almodovar notamment, mais aussi Madrid filmée de façon décalée ou au contraire, de façon traditionnelle dans les grands classiques. Le festival ouvrira également le 11ème volet d’une fenêtre consacrée au cinéma du pays Basque, qui nous est fidèle depuis le début. Balada triste de trompeta, d’Alex de la Iglesia ,sera ainsi en avant-première et en compétition pour le Prix Jules Verne, le Prix du Jury et le Prix du Public.

Comment avez-vous choisi les thèmes ? Cette 21ème édition place les familles à l’honneur. Socles du franquisme, elles ont beaucoup évolué : elles peuvent être monoparentales, homoparentales, d’adoption ou choisies. La place de la femme y est de plus en plus importante. Neuf longs métrages s’attacheront à explorer ces différentes facettes. Une exposition de 140 portraits aura lieu à l’Espace Cosmopolis, une sorte d’éventail des différentes familles et façons de vivre espagnoles. De plus, nous reconduisons pour la 5ème année le thème des Droits de l’Homme. Nous souhaitons mobiliser les spectateurs nantais à travers 5 longs métrages et une rencontre-débat après la projection du film de Jordi Ferrer et Pablo Vidal. Pourquoi avoir choisi Ángela Molina comme invitée d’honneur ? Ángela est la seule à avoir tourné avec les plus grands, Buñuel et Almodovar entre autres. Elle fascine et hypnotise - au point de provoquer d’ailleurs, l’ardente déclaration de Fernando Rey en plein tournage du dernier long métrage de Buñuel dans le fameux « Molina, je t’aime ». Nantes sera pour l’actrice un retour dans la ville de sa jeunesse, puisqu’elle y a passé deux ans dans les années 70, mais aussi, l’occasion de partager sa longue carrière avec le public à travers quatre longs métrage et une rencontre : le 25 mars à 22h à l’Espace Cosmopolis. Propos de José Marquez, Pilar Martinez-Vasseur et Arnold Faivre recueillis par Raphaëlle Besançon


Les yeux de sa mère Rencontre avec Thierry Klifa, Nicolas Duvauchelle et Jean-Baptiste Lafarge

© Sonia Baudry

Entré à 23 ans chez Studio Magazine, Thierry Klifa a choisi le journalisme pour se frayer un chemin dans le monde du cinéma. Ce métier lui apprend beaucoup : il lui permet de désacraliser cet univers, de rencontrer de grands noms du milieu, de passer beaucoup de temps sur les tournages...pour enfin passer derrière la caméra. Dans ce troisième long-métrage, il explore les questions du deuil, du lien maternel, avec, une nouvelle fois, un casting impressionnant. Comment s’est déroulée l’écriture du scénario ? Thierry Klifa : L’écriture a été très très longue. Avec Christopher Tompson, on écrivait en même temps le scénario de Bus Palladium : une semaine sur l’un, et la suivante sur l’autre. C’était assez schizophrénique. On a tout écrit à quatre mains : on passait de longues heures à discuter. Mais c’est peut-être le scénario le plus personnel qui j’aie écrit; je voulais parler du chagrin, du deuil insurmontable. Je le portais en moi depuis longtemps.

Comment avez-vous procédé au casting ? Thierry Klifa : A la base, j’avais envie de faire un film dans lequel Catherine Deneuve et Géraldine Pailhas seraient mère et fille. Quand je les voyais ensemble, elles avaient la même manière de parler, d’être... Je me suis dit qu’il y avait une histoire à raconter. Pour le personnage de Bruno, on a fait un casting. Pour le personnage de Mathieu, j’imaginais quelqu’un de plus vieux que Nicolas au début. On ne se connaissait pas, mais je trouvais qu’il était un acteur formidable. On a pris un verre ensemble, parlé du film, et j’ai senti que c’était lui. Nicolas Duvauchelle : La rencontre avec Thierry a été très importante. Et puis j’étais content de jouer un homme adulte, ça changeait des rôles de jeune homme auxquels on me cantonnait. Souvent, les réalisateurs nous voient d’une certaine manière, et ce n’est pas évident de changer ça... Le tournage s’est bien passé ? Thierry Klifa : Il a duré 6 semaines, comme la moyenne de mes films. Je voulais que ça soit quelque chose de très tendu, que ça ne se relâche pas. Souvent, les comédiens ne venaient que pour des scènes très courtes. Jean-Baptiste Lafarge : Comme c’était mon premier film, c’était un mélange d’angoisse et d’excitation en arrivant sur le tournage. Mais Catherine Deneuve était très maternelle, très affectueuse. Propos recueillis par Sonia Baudry


NANTES - PLACE DU COMMERCE - TP : 9,90€ TR : 7,30€/7,60€ -12 ans : 4,60€

AVANT-PREMIERE LA FILLE DU PUISATIER

Vendredi 25 mars à 20h30 (en présence de Daniel Auteuil) Opéra Met : Lucia di Lammermoor (VO) jeu : 19h30 Opéra de Paris : Coppelia (VO) lun : 19h30 L’agence 11h, 13h25, 15h45, 18h, 20h20, 22h35 Hell Driver (3D) (Int -12) 11h, 13h25, 15h45, 18h, 20h20, 22h35

AVANT-PREMIERES LA FILLE DU PUISATIER

Vendredi 25 mars à 19h30 (en présence de Daniel Auteuil) NUMERO QUATRE

Ven.dredi 25 mars à 20h15 WINNIE L’OURSON

Dimanche 27 mars à 11h TITEUF (3D)

Dimanche 27 mars à 13h45 Hell Driver (3D) (Int -12) 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 + mer, sam, dim : 11h

Rango (VF) 11h, 13h25, 15h45, 18h, 20h20 Rango (VO) 22h30 Les yeux de sa mère 11h, 13h25, 15h45, 18h, 20h20, 22h35 Ma part du gâteau 11h, 13h30, 15h45, 18h, 20h20, 22h40 World Invasion : Battle Los Angeles 11h, 14h, 16h45, 19h45, 22h30 L’assaut 11h, 13h40, 15h50, 18h, 20h15, 22h30

Sans identité 11h, 13h20, 15h40, 18h, 20h20, 22h35 True Grit (VO) 11h (sauf mar), 14h (sauf mar), 22h30 (sauf jeu, ven) + mer, sam, dim : 16h45, 19h45 + mar : 20h15 Les femmes du 6e étage 11h, 13h25, 15h45, 18h, 20h20, 22h35 Black Swan (VO) 11h, 14h, 16h45, 19h55, 22h30 Le discours d’un roi (VO) 11h, 14h, 16h45, 19h40, 22h30

SAINT-HERBLAIN - ZAC ATLANTIS - TP : 9,70€ TR : 7,30€/7,50€ -26 ans : 4,10€ Le Marquis L’agence 13h45 (sauf mer, sam, dim), 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 15h50, 18h, 20h10, 22h30 + mer, sam, dim : 11h Le rite (Int -12) Le Mytho - Just go with it 14h, 16h45, 19h45, 22h20 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 + mer, sam, dim : 11h + mer, sam, dim : 11h Paul Les yeux de sa mère 13h30 (sauf mer, sam, dim), 15h45, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 18h (sauf ven), 20h15 (sauf ven), 22h30 + mer, sam, dim : 11h Sans identité Rango 14h (sauf dim), 16h45 (sauf ven), 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 19h45 (sauf ven), 22h30 + mer, sam : 11h + mer, sam, dim : 11h Les voyages de Gulliver Ma part du gâteau mer, sam, dim : 11h, 13h40 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 Animaux & Cie + mer, sam, dim : 11h mer, sam, dim : 11h, 13h40 Pollen Black Swan 14h, 22h20 13h50, 18h + mer, sam, dim : 11h Le discours d’un roi World Invasion : Battle Los Angeles 16h45, 19h45 + mer, sam, dim : 11h 14h, 16h45, 19h45, 22h20 + mer, sam : 11h Rien à déclarer 15h45, 20h15, 22h30 L’assaut 13h40 (sauf mer, sam, dim), Megamind mer, sam, dim : 11h, 13h30 15h50, 18h, 20h10 (sauf ven), 22h30 SAINT-HERBLAIN - ZAC ATLANTIS - Tarif plein : 9,70€ Étudiants et - 26 ans : 3,90€

AVANT-PREMIERES NUMERO QUATRE

Vendredi 25 mars à 20h05 et 22h20 THE COMPANY MEN (VO)

Lundi 28 mars à 20h Hell Driver (3D) (Int -12) 11h05, 13h50, 16h, 18h10, 20h20, 22h30 L’agence 10h50, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30

Le Mytho - Just go with it 10h55, 13h55, 16h20, 19h50, 22h10 Les yeux de sa mère 10h45, 13h15, 15h30, 17h45, 20h, 22h15 Rango 10h50, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h25 Ma part du gâteau 10h50, 13h25, 15h40, 17h55, 20h10, 22h25 L’assaut 13h40, 18h, 22h15 Le marquis 11h10, 14h, 15h55, 20h10 (sauf ven) True Grit (VO) 17h50, 22h10 (sauf ven)

Sans identité 16h30, 19h45, 22h05 + jeu, ven, lun, mar : 11h05, 14h05 Gnomeo et Juliette mer, sam, dim : 11h05, 14h05 Largo Winch 2 16h10, 22h20 Les femmes du 6e étage 10h55, 13h20, 15h35, 17h50, 20h05, 22h20 Animaux & Cie mer, sam, dim : 11h, 13h45 Le discours d’un roi (VO) 11h, 15h35, 19h55 Rien à déclarer 15h50, 18h05, 20h20, 22h30 + jeu, ven, lun, mar : 11h, 13h35


NANTES - 3, RUE CORNEILLE - Tarif plein : 7,80€ Tarif réduit : 5,80€ Rango (VO) Revenge (VO) 14h05, 16h10, 18h15, 22h10 (sauf dim) 20h15, 22h20 (sauf dim) + mer : 17h L’étrange affaire Angelica (VO) Route Irish (VO) CINEMA ESPAGNOL (Séance précédée de Hoy no estoy) 17h45, 22h10 (sauf dim) 15h50 + mer : 18h50, 22h15 + mer : 13h50, 16h Du jeudi 24 mars au mardi 5 avril + jeu : 22h10 + mer, jeu : 20h Programmation dans les pages résumés Les Moomins et la chasse à la comète We want Sex Equality (VO) NUIT FANTASTIQUE mer, sam, dim : 14h 13h45 (sauf sam, dim), Samedi 26 mars dès 22h30 (Int -16) : Ma part du gâteau 15h55, 18h05, 20h15 Brutal relax, Kidnapped, Exorcismus, 13h50, 15h55, True Grit (VO) 13h45, 20h Les yeux de Julia, La malédiction du vampire 18h, 20h05, + mer : 22h10 22h25 (sauf dim) SAINT-SEBASTIEN/LOIRE - ZA GRIPÔTS - TP : 8,40€ Étudiants et - 26 ans : 4,50

Hell Driver (3D) (Int -12) 13h50, 16h, 18h10, 20h20, 22h30 + mer, dim : 11h L’agence 13h50, 16h, 18h10, 20h20, 22h30 + mer, dim : 11h

Les yeux de sa mère 14h, 16h10, 18h20, 20h30, 22h40 + mer, dim : 11h Rango 14h05, 16h10, 18h15, 20h20, 22h25 + mer, dim : 11h Légitime défense 18h10 Ma part du gâteau 13h50, 16h, 18h10, 20h20, 22h30 + mer, dim : 11h World Invasion : Battle Los Angeles 13h40 (sauf dim), 15h55 (sauf mer), 18h10 (sauf sam), 20h25, 22h40

Goshu le violoncelliste mer 15h, dim 11h Numéro 9 (VO) mer, ven : 18h30 + sam : 21h Pierrot Pierrette jeu 21h

Un poquito de tanta verdad (VO) mer 20h30 (+ débat) Et vogue le navire (VO) jeu, sam : 18h30 + lun : 20h30 Rome ville ouverte (VO) ven 20h30 La ruée vers l’or sam 16h30, dim 21h

AVANT-PREMIERES NUMERO QUATRE

Vendredi 25 mars à 20h TITEUF (3D)

Dimanche 27 mars à 11h15

Le marquis 16h15, 20h15 (sauf ven) Paul 14h15, 22h15 + mer, dim : 11h Sans identité 13h45, 22h30 Black Swan 13h45, 22h30 Le discours d’un roi 15h45, 18h, 20h15 + mer : 11h Rien à déclarer 15h55, 18h05, 20h15 + mer, dim : 11h Moi moche et méchant mer : 11h, 16h + sam : 18h05 + dim : 11h, 14h

NANTES - RUE DES CARMÉLITES - Tarif plein : 5€ Tarif réduit : 3.50€/3€

AVANT-PREMIERE NUMERO QUATRE

Vendredi 25 mars à 20h05 Hell Driver (3D) (Int -12) 10h55, 13h30, 15h40, 17h55, 20h05, 22h20 L’agence 11h15, 13h45, 15h55, 18h05, 20h15, 22h25

Le bonheur dim 14h30, mar 18h30 Molière dim 16h Ne me libérez pas je m’en charge mar 20h30 (+ rencontre avec la réalisatrice) L’aurore lun 18h30

BASSE-GOULAINE - ZI PÔLE SUD - Tarif plein : 7,70€ Étudiants et - 26 ans : 3,90€ Sans identité 11h05, 22h20 Rango Paul 11h, 13h55 11h15, 13h45, 15h55, 18h05, + jeu, ven, lun, mar : 16h 20h15, 22h25 Les voyages de Gulliver Ma part du gâteau mer, sam, dim : 14h05 11h05, 13h35, 15h45, 17h55, Largo Winch 2 20h05, 22h15 jeu, ven, lun, mar : 11h World Invasion : Battle Los Angeles Les femmes du 6e étage 17h45, 20h (sauf ven), 22h15 14h, 16h05, 18h10, 20h15 Le rite (Int -12) Animaux & Cie 18h, 20h10, 22h20 mer, sam, dim : 11h, 16h Fighter 22h10 Rien à déclarer Le Marquis 10h55, 16h 13h30, 15h35, 17h50, 20h + jeu, ven, lun, mar : 14h05


Les yeux de sa mère

World Invasion : Battle LA

Tout sur sa mère

Météo « Marines » : pluie d’aliens

l’image de son affiche, mosaïque de visages, ce film suit les relations complexes de ses différents personnages. Tout s’articule autour de Mathieu (Nicolas Duvauchelle), écrivain qui travaille sur une biographie non-autorisée de Lena Weber (Catherine Deneuve), grande journaliste, et de sa fille Maria Canalès (Géraldine Pailhas), danseuse étoile. Lena, malgré la reconnaissance dont elle jouit de par sa carrière, se voit petit à petit évincée de sa place, et découvre en même temps ses insuffisances en tant que mère. Maria, elle, cherche à retrouver un fils qu’elle avait abandonné, Bruno (Jean-Baptiste Lafarge), qui menait jusqu’alors une vie paisible en Bretagne... Les personnages sont cohérents, riches, et leur psychologie assez fouillée pour apporter une vraie densité au film. La direction d’acteur sait profiter avec brio de ce casting impressionnant, et permet à chacun de trouver le ton juste. Cependant, en nous faisant explorer trop en détail les différents aspects de l’intrigue, celle-ci ne perd parfois en intensité. Reste l’éclat de cette galerie de portraits, qui parvient tout de même à faire émerger des méandres narratives une émotion certaine.

Malgré son vilain titre, comme ceux des jeux vidéos auxquels il se réfère, et un profil de rengaine américaine apocalyptique, le dernier film de Jonathan Liebesman (Massacre à la tronçonneuse : le commencement) se distingue par sa mise en scène. Côté scénario, un timbre-poste prétexte à une débauche d’effets spéciaux, rien à souligner, si ce n’est un classicisme affirmé. Aaron Eckhart, impeccable dans le genre, équivaut à John Wayne en héros solitaire. Même combat : celui du cow-boy taiseux, volontiers affublé de quelques seconds couteaux. Tourné caméra à l’épaule dans un chaos qui rappelle l’ouverture de Il faut sauver le soldat Ryan, World Invasion… joue en permanence du côté des Marines. Règle de grammaire anoblie par le western, et le film de guerre en général, l’unique point vue des protagonistes (des bons, des humains, des cow-boys) installe le film dans une angoisse croissante qui exacerbe la férocité du hors-champ ennemi et renforce la dimension réflexive sur « l’autre » et l’absurdité aveugle de la violence. À ce titre, World Invasion... est un pur film d’action, sale et méchant, qui sature, étouffe, noie le spectateur. De là à dire qu’il cache par la même occasion ses faiblesses…

A

Sonia Baudry

Guillaume Mainguet


Route Irish

L’étrange affaire Angelica

Dommages collatéraux

Phantom of the Paradise

rankie et Fergus sont deux inséparables qui partagent tout (excepté Rachel, la compagne de Frankie). Militaires désabusés par le comportement de leurs « collègues » américains en Irak, ils deviennent des mercenaires à la solde d’entreprises privées, qui assurent pour quelques gros billets la sécurité des journalistes, entre autres. Frankie finit par y laisser sa peau. Fergus, convaincu qu’il ne peut pas s’agir d’un simple coup du sort, met tout en œuvre pour trouver des coupables. Ken Loach est l’apôtre d’un cinéma social, incisif, réaliste et presque documentaire, qui veut dénoncer et apporter un éclairage engagé sur un événement donné. Sa caméra, intrusive, parfois presque impudique tant elle va là où ça fait mal, se promène sur tous les terrains litigieux du monde, si possible à chaud. Quoi de plus logique pour lui que de s’attaquer aux stigmates laissés par la guerre en Irak. Grâce à un scénario parfaitement bouclé, le réalisateur met en scène tous les clivages qui existent entre un militaire et un civil. Fergus incarne ce va-et-vient entre deux mondes, entre la souveraineté de la violence et le droit commun. Ses états d’âme permettent d’aborder le sujet avec un regard neuf, et beaucoup de nuances de gris en lieu et place d’un noir et blanc trop manichéen.

e scénario du 31ème long métrage du centenaire Manuel de Oliveira a été écrit en 1952. Au sortir de la Guerre, son personnage Isaac était déjà juif et devait appartenir à une intrigue qu’on imagine politique. Soixante ans et quelques modifications scénaristiques plus tard, le projet s’est transformé en méditation sublime sur l’amour absolu, dont on peut envisager l’effet cathartique (qu’on n’espère pas encore testamentaire) sur son auteur âgé, encore prêt à danser avec les fantômes qu’il met ici en scène. Le jeune Isaac, photographe désargenté, est appelé un soir au chevet de la défunte Angelica pour immortaliser sa beauté en photo. À peine son objectif cadre la belle qu’il en tombe instantanément amoureux… Le maître est bien âgé mais loin d’être vieux. Son film, sobre et poétique comme sa filmographie, est aussi léger et alerte que sont charmants ses deux protagonistes, Ricardo Trepa, son petit-fils à la ville, et la magnifique morte Pilar Lopez de Ayala. Il est mille pistes à suivre pour sonder et apprécier totalement ce film lumineux et « fantastique ». Au détour de l’enfermement, de l’obsession mortifère, de l’au-delà et de sa représentation à l’écran, c’est à une invitation bien moins métaphysique qu’esthétique que nous convie de Oliveira. Un petit bonheur.

F

Nathalie Rézeau

L

Guillaume Mainguet


Avant premières La fille du puisatier France - 1h45 - 2011. De Daniel Auteuil avec Kad Merad, Daniel Auteuil, Astrid Berges-Frisbey...

En coupant à travers champs pour aller porter le déjeuner à son père, Patricia rencontre Jacques. Elle a dix-huit ans, il en a vingt-six. Elle est jolie, avec des manières fines de demoiselle ; il est pilote de chasse et beau garçon. Un peu de clair de lune fera le reste à leur seconde rencontre. Il n’y aura pas de troisième rendez-vous : Jacques est envoyé au front. Patricia attendra un enfant de cette rencontre. Les riches parents du garçon crieront au chantage, Patricia et son père, le puisatier, auront seuls la joie d’accueillir l’enfant...

Numéro quatre US - 1h49 - 2011. De D.J. Caruso avec Alex Pettyfer, Timothy Olyphant, Teresa Palmer...

Trois sont déjà morts. Qui sera le quatrième ? Un adolescent extraordinaire, John Smith, fuit devant des ennemis prêts à tout pour le détruire. Changeant perpétuellement d’identité, ne restant jamais longtemps dans la même ville, il est accompagné par Henri, qui veille sur lui. Partout où il va, John est le nouveau venu, celui qui n’a aucun passé. Dans la petite ville de l’Ohio où il s’est installé, il va vivre des événements inattendus qui vont changer sa vie…

The Company Men GB / US - 1h52 - 2011. De John Wells avec Tommy Lee Jones, Ben Affleck, Chris Cooper...

Bobby Walker est l’incarnation même du rêve américain : il a un très bon job, une merveilleuse famille, et une Porsche toute neuve dans son garage. Mais lorsque la société qui l’emploie réduit ses effectifs, Bobby se retrouve au

chômage, tout comme ses collègues Phil Woodward et Gene McClary. Les trois hommes sont alors confrontés à une profonde remise en cause de leur vie d’hommes, de maris et de pères de famille. Bien loin de ses talents de cadre supérieur, Bobby se retrouve obligé d’accepter un emploi dans le bâtiment pour le compte de son beaufrère. Cette expérience va le pousser à découvrir qu’il y a peut-être plus important dans l’existence que de courir après la réussite…

Titeuf France - 1h27 - 2011. Dessin animé de Zep avec les voix de Donald Reignoux, Maria Pacôme, Jean Rochefort...

Nouveautés Hell Driver US - 1h44 - 2011. De Patrick Lussier avec Nicolas Cage, Billy Burke, Amber Heard...

Milton est prêt à tout pour rattraper les fanatiques qui ont assassiné sa fille et kidnappé le bébé de celle-ci pour le sacrifier à la prochaine pleine lune. Avec la séduisante Piper, il se lance à la poursuite de Jonah King et ses adeptes, du Colorado à la Louisiane. Pourtant, le chasseur pourrait bien devenir le gibier…

Catastrophe ! Nadia fête son anniversaire et Titeuf n’est pas invité ! Pourquoi ? Comment a-t-elle pu l’oublier alors qu’il soigne son attitude over-séductive à chaque fois qu’il la croise ? Mais un séisme plus important encore va secouer la vie de Titeuf et la faire basculer dans le chaos car décidément les adultes, une fois de plus, sont vraiment trop nuls…

L’agence

Winnie l’ourson

Le Mytho - Just go with it

US - 1h47 - 2011. De George Nolfi avec Matt Damon, Emily Blunt, Michael Kelly...

Sommes-nous maîtres de notre destin ? Sommes-nous manipulés par des forces invisibles ? David Norris entrevoit l’avenir que le Sort lui réserve et se rend compte qu’il aspire à une autre vie que celle qui lui a été tracée...

US - 1h03 - 2011. Dessin animé de Stephen J. Anderson et Don Hall.

US - 1h51 - 2011. De Dennis Dugan avec Adam Sandler, Jennifer Aniston, Nick Swardson...

Un nouveau jour se lève dans la Forêt des rêves bleus. Comme à l’habitude, Winnie l’ourson se réveille avec une faim de loup et s’aperçoit qu’il n’a plus de miel. Il part en chercher, mais cela va s’avérer plus compliqué que prévu. Il faut d’abord trouver une nouvelle queue à Bourriquet. Poursuivant son chemin, Winnie trouve ensuite un mot de Jean-Christophe : «Je suis sorti. Des choses à faire. Je reviens bientôt». Mais Maître Hibou interprète mal le message et raconte à tous que le jeune garçon a été enlevé par une créature mystérieuse. Winnie et ses amis se lancent alors dans une folle équipée pour le sortir des griffes d’un ravisseur imaginaire.

Pour rester libre et éviter toute forme d’engagement, Danny a toujours prétendu être marié. Mais voilà qu’il tombe amoureux… Désirant se libérer de ce mensonge devenu trop encombrant, il demande à sa fidèle assistante, Katherine, de se faire passer pour son ex-femme. Le problème, c’est qu’à force d’empiler les bobards, Danny ne va pas pouvoir se contenter d’en rester là, et ce sont bientôt les enfants de son assistante qui se retrouvent à faire semblant d’être les siens… L’engrenage infernal est lancé et la situation va vite devenir intenable, d’autant que tout ce petit monde se retrouve pour un week-end mouvementé à Hawaï…


Les yeux de sa mère Belgique / France - 1h45 - 2011. De Thierry Klifa avec Catherine Deneuve, Géraldine Pailhas, Nicolas Duvauchelle...

Un écrivain en mal d’inspiration infiltre la vie d’une journaliste star de la télé et de sa fille danseuse étoile pour écrire à leur insu une biographie non autorisée. Pendant ce temps, en Bretagne, un garçon de 20 ans, Bruno, ne sait pas encore les conséquences que cette histoire va avoir sur son existence...

Rango US - 1h40 - 2011. Dessin animé de Gore Verbinski.

Alors qu’il mène sa vie sans histoire d’animal de compagnie, Rango, caméléon peu aventurier, est en pleine crise d’identité : à quoi bon avoir des ambitions quand tout ce qu’on vous demande, c’est de vous fondre dans la masse ? Un jour, Rango échoue par hasard dans la petite ville de Poussière, dans l’Ouest sauvage, où de sournoises créatures venues du désert font régner la terreur. Contre toute attente, notre caméléon comprend qu’il peut enfin se rendre utile. Dernier espoir des habitants de Poussière, Rango s’improvise shérif et n’a d’autre choix que d’assumer ses nouvelles fonctions. Affrontant des personnages plus extravagants les uns que les autres, Rango va-t-il devenir le héros qu’il se contentait jusque-là d’imiter ?

Places offertes

Places offertes

Avant-Première

Avant-Première

Numéro quatre

The Company Men (VO)

Vendredi 25 mars à 20h15 au Pathé Atlantis

Lundi 28 mars à 20h à UGC Ciné-Cité Atlantis

Places à gagner sur : www.lekinorama.com mercredi 23 mars à 19h

Places à gagner sur : www.lekinorama.com vendredi 25 mars à 14h


21ème Festival du Cinéma espagnol Du 24 mars au 5 avril - Cinéma Katorza Barrio

Bon appétit

Défense de se souvenir

1h40. De Fernando León de Aranoa. Jeudi 24 mars à 10 heures Mardi 29 mars à 15h30

1h30. De David Pinillos . Dimanche 27 mars à 16h05

53’. De Josu Martinez. Dimanche 27 à 10 heures (+ réalisateur)

Javi, Manu et Rai sont trois copains qui ont grandi ensemble dans une cité. Ils ont l’âge où l’on parle beaucoup des filles, mais tres peu avec elles...

Daniel, un jeune chef plein d’ambition, décroche une place dans un grand restaurant à Zurich. Il tombe rapidement sous le charme de la sommelière, et doit choisir entre sa carrière et une amitié ambiguë.

La prison pour femmes de Saturraran a fermé ses portes en 1944. Certaines de ses détenues politiques brisent enfin le silence.

Beltenebros (Int -16)

Châteaux de sable

1h54. De Pilar Miró. Jeudi 24 mars à 18h05 Samedi 26 mars à 10 heures

(Int -16) 1h36. De Salvador Garcia Ruiz. Dim. 27 mars à 20h10 (+ réalisateur) Lundi 28 mars à 22h20 (+ réalisateur)

L’après-guerre espagnole. Darman, un Anglais en voyage à Madrid, a pour mission de tuer une « taupe » infiltrée au sein du Parti Communiste, alors clandestin...

Une fille, deux garçons, autant de possibilités pour trois artistes en herbe qui explorent la vie, sans complexes ni frontières.

Bicyclette, cuillère, pomme

1h23. De Sigfried Monleón, Carlos Alvarez et Imanol Uribe. Sam. 26 à 18h20 (+ réalisateurs et C. Negrin) Dim. 27 à 14h (+ réalisateurs et C. Negrin)

1h45. De Carles Bosch. Samedi 26 mars à 15h40 Lundi 28 mars à 13h55

En 2007, l’ancien maire socialiste de Barcelone, pasqual Maragall, apprend qu’il est atteint de la maladie d’Alzheimer. Il accepte de se faire filmer au quotidien pour que sa popularité serve un combat qu’il souhaite plein d’espoir face à un fléau qui touche 26 millions d’individus de par le monde.

Bienvenue M. Marshall 1h15. De Luis Garcia Berlanga. Jeudi 24 mars à 14h Mardi 29 mars à 10h

Un petit village castillan se prepare a recevoir une commission administrative de hauts fonctionnaires americains, venus en Espagne pour faciliter une aide economique au pays.

Blog (Int -12) 1h30. De Elena Trapé. Vendredi 25 mars à 22h15

Armées de webcams, des adolescentes décident de vivre ensemble des émotions fortes et de braver les interdits...

Citoyen Negrin

A la lumière des historiens, nous découvrons qui était Juan Negrin, chef du Gouvernement de la Seconde République entre 1937 et 1945, au-delà des rumeurs et des polémiques.

Cet obscur objet du désir 1h45. De Luis Buñuel. Samedi 26 mars à 15h30 (en présence de l’actrice Angela Molina)

Lors d’un voyage en train, Mathieu Faber raconte aux passagers de son compartiment ses amours avec Conchita, femme radieuse qu’il poursuit de son obsession à travers l’Europe...

Cocottes en papier 2h05. De Emilio Aragón. Vendredi 25 mars à 13h45 Dimanche 27 mars à 10 heures

Au lendemain de la Guerre Civile espagnole, une troupe d’artistes de Vaudeville tente de survivre en chantant, riant et jouant là où le destin les porte. Ils partent à la recherche d’une liberté...

Démons dans le jardin 1h58. De Manuel Gutiérrez Aragon. Samedi 26 à 22h15 (+ Angela Molina)

Dans un village de l’Espagne franquiste de l’après-guerre, un enfant est témoin d’un vol dans l’épicerie de sa grand-mère. Il est amené à choisir : sauver sa mère ou dénoncer sa tante Anna.

Des projets pour demain (Int -12) 1h36. De Juana Macias. Dimanche 27 mars à 14h10 Lundi 28 mars à 18h (+ réalisatrice)

Les vies d’Inès, Antonia, Marian et Monica, passées aux côtés d’hommes qui ne les aiment plus, trop ou mal, vont se croiser et changer radicalement.

Elisa K

(Int -16) 1h12. De Jordi Cadena et Judith Colell . Vendredi 25 mars à 22h25

Elisa aura 11 ans l’été prochain. Un ami de son père l’a fait pleurer, et lui a promis de lui offrir un bracelet en argent si elle séchait ses larmes...

En 80 jours 1h45. De Jon Garaño et José Mari Goenaga. Lundi 28 mars à 20h05 (+ Jon Garaño) Mardi 29 mars à 17h30 (+ Jon Garaño)

Dans une chambre d’hôpital, Axun, 70 ans, retrouve par hasard une amie de jeunesse, Maite, venue elle aussi s’occuper d’un proche...

En chair et en os 1h50. De Pedro Almodóvar. Ven. 25 mars à 20h10 (+ Angela Molina)

Victor Plaza passe une nuit d’amour avec Elena, qu’il vient de rencontrer. Mais, lorsqu’il se présente chez elle quelques jours après, ce n’est pas lui qu’Elena attend mais son dealer...


Fake orgasm (Int -16) 1h21. De Jo Sol. Vendredi 25 mars à 16h05 Samedi 26 mars à 20h20 Dans un cabaret, un concours du meilleur orgasme simulé a lieu sous la houlette d’un animateur capable de déconstruire nos préjugés...

Familia 1h37. De Fernando León de Aranoa. Jeudi 24 à18h - Mardi 29 à 17h45

Un homme fête ses 55 ans entouré de sa famille, comblé d’attentions. Mais cette famille s’avère être différente de l’image qu’elle renvoie...

Guest

La plaza de la musica 1h10. De Juan Miguel Gutiérrez. Lundi 28 mars à 16h10 (+ réalisateur)

« Ma mère et moi vivions à proximité d’une usine qui fabriquait de l’amiante. J’ai découvert récemment que c’était la cause de sa mort ». Un réquisitoire poignant contre le scandale de l’amiante.

Le casse 2h. De José Luis Garci. Samedi 26 mars à 10h

Un détective doit retrouver la trace de la fille d’un chef d’entreprise qui a fugué après que son père l’ait obligée à avorter.

Pain noir (Int -16) 1h48. De Agustí Villaronga. Vendredi 25 mars à 20h20 Dans la Catalogne de l’après Guerre Civile, un enfant découvre deux cadavres dans un bois. ..

Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (Int -16) 1h20. De Pedro Almodóvar. Samedi 26 mars à 13h45

Pepi cultive chez elle de la marihuana. Un policier le découvre, décide de la faire chanter et la viole...

Petites vies 1h40. De Enrique Gabriel. Samedi 26 à 20h (+ réalisateur et A. Molina)

1h28. De José Luis Guerín . Vendredi 25 mars à 17h45 (+ réalisateur) Samedi 26 mars à 10h (+ réalisateur)

Le jour de la bête (Int -16) 1h58. De Álex de la Iglesia. Dim. 27 mars à 18h - Lundi 28 à 22h20

Barbara, une dessinatrice endettée, se retrouve dans un camping de la banlieue de Madrid...

En tournée mondiale pour promouvoir son précédent film, le réalisateur saisit des tranches de vies des pays qui l’accueillent.

Après vingt ans de recherche, le père Berriatua est persuadé que l’Antéchrist naîtra le 25 décembre 1995...

Stigmates (Int -16) 1h40. De Adán Aliaga . Lundi 28 mars à 20h10 (+ réalisateur) Mardi 29 mars à 22h15 (+ réalisateur)

La fin de la fugue 1h20. De Albert Solé . Vendredi 25 mars à 15h50 (+ réalisateur) Mardi 29 mars à 13h45

Fervent opposant au franquisme, Miguel Núñez a fait le choix d’une mort digne, à l’âge de 87 ans.

La gran familia 1h44. De Fernando Palacios . Jeudi 24 mars à 14h Lundi 28 mars à 10h

Dans le Madrid des années 60, quinze enfants d’une même famille cohabitent avec des parents toujours plein d’entrain et un grand-père espiègle.

Le problème. Témoignage du peuple sahraoui 1h22. De Jordi Ferrer et Pablo Vidal. Mardi 29 mars à 20h15 (+ réalisateurs)

Regard sur le Sahara Occidental, où règnent l’impunité et le silence.

Lope (Int -12) 1h48. De Andrucha Waddington. Jeudi 24 à 21h - Vendredi 25 à 10h Dim. 27 mars à 20h15 - Lundi 28 à 16h

Fin du XVIè siècle, le jeune dramaturge Lope de Vega revient de la guerre plein de fougue et d’ambition, bien décidé à révolutionner le théâtre.

Muerte de un ciclista 1h50. De Juan Antonio Bardem. Vendredi 25 à 14h05 - Mardi 29 à 22h15

L’amour nuit gravement à María José et son amant Juan heurla santé 2h. De Manuel Gómez Pereira. Jeudi 24 à 15h50 - Lundi 28 à 13h45

Madrid, 1965. Diana est prête à tout pour rencontrer les Beatles, venus se produire dans la capitale.

La nuit qui n’en finit pas 1h20. De de Isaki Lacuesta . Samedi 26 mars à 13h45 (+ producteur) Dimanche 27 mars à 16h

L’Espagne et ses exotismes ont toujours attiré Hollywood et ses étoiles. Ava Gardner était l’une d’entre elles.

tent accidentellement un cycliste. Ils s’enfuient, rongés par les remords , jusqu’à ce qu’ils découvrent que personne n’a été témoin de la scène.

No controles 1h40. De Borja Cobeaga. Samedi 26 mars à 17h45

2010 ne pouvait pas plus mal se terminer pour Sergio. Bloqué par la neige, son vol est annulé. Il passera le réveillon dans un hôtel avec des passagers pour le moins atypiques.

Bruno se réveille un jour les mains ensanglantées.

Tout ce que tu voudras 1h41. De Achero Mañas. Jeudi 24 à 16h - Mardi 29 à 14h

Une petite fille de quatre ans perd brutalement sa mère, victime d’une crise d’épilepsie...

Toutes les chansons parlent de moi (Int -12) 1h47. De Jonás Trueba . Lundi 28 mars à 18h05 Mardi 29 mars à 19h50 (+ réalisateur)

Sur fond de comédie romantique, un homme essaie d’oublier son ex...

Vivre vite (Int -16) 1h39. De Carlos Saura . Dim. 27 mars à 17h50 (+ réalisateur) Pablo, Meca et Sebas habitent la banlieue de Madrid. Habitués à commettre de petits larcins, ils se laissent tenter par l’appât du gain et par le charme d’Angela qui initie l’un d’entre eux à l’arme à feu. Jusqu’au jour où un hold up tourne mal et tout s’accélère Tous les films sont présentés en VOST.



Le kinorama