Page 1

Du 18 au 24 mai 2011


Du 18 au 24 mai 2011

Cocoricoooo ? Profitant de l’actualité festive et du fort bel écrin cannois, Eric Garandeau, président du Centre National du Cinéma et de l’Audiovisuel (CNC), a présenté dimanche au Majestic le bilan annuel du cinéma français. Et bien, champagne, figurez-vous ! Car avec plus de 206 millions d’entrées en 2010, dont près de 74 millions pour les films tricolores, les salles affichent une santé inégalée en France depuis 1967. Des résultats d’autant plus remarquables que la fréquentation est globalement en baisse ailleurs en Europe… Selon les chiffres officiels, les ménages ont ainsi augmenté leurs dépenses en cinéma de 5% en 2010, chaque Français dépensant en moyenne 48 euros sur l’année. La French touch ? Pas si sûr, car la sortie cinéma s’offrirait aussi (et surtout) comme une solution à la crise… Et ce même si le larmoyant Les petits mouchoirs de Guillaume Canet (5,2 millions de spectateurs) ou le

tragique Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois (3,1 millions d’entrées) arrivent en tête des succès français. Fait unique en Europe, « la richesse de notre offre permet à la part de marché du film français de se maintenir au-dessus de 35% », dixit Eric Garandeau. Avec un nouveau record en 2010 de 261 longs-métrages agréés (31 de plus qu’en 2009), la relève est assurée, c’est sûr, quant à la diversité... on est en droit de la questionner, quand on sait que les télévisions assurent en moyenne 32% des budgets. Et 2011 ? En dépit d’une attractivité spectaculaire du numérique - 40% des écrans français numérisés - la fréquentation des salles diminue au premier trimestre. Le Ministre Mitterrand évoque les téléchargements illégaux, le streaming et attend les premiers résultats de la loi Hadopi… Le philosophe Gilles Lipovetsky, dans la réédition de L’écran global, invoque, lui, la médiocrité des œuvres 3D post-Avatar… Va savoir, Charles... JmV

Ils sont en salle et nous avons aimé !

Gaumont, Pathé Atlantis UGC Ciné-Cité, Katorza Cinéville, Ciné Pôle Sud

Gaumont, Pathé Atlantis UGC Ciné-Cité, Katorza Cinéville, Ciné Pôle Sud

Katorza

Gaumont, Pathé Atlantis UGC Ciné-Cité, Katorza Ciné Pôle Sud

MSCLUB - 17 rue de la Noë - 44 830 Bouaye Directrice de la publication : I. Gay / Articles : S. Baudry, R. Besançon, H. Leforestier, N. Rézeau, JM Vigouroux. Dépôt légal à parution. Photogravure et impression : ALLAIS S.A.

Tél. 02 53 35 39 02 / www.lekinorama.com / info@lekinorama.com


Les Fanfaronnades Concerts Du vendredi 20 au dimanche 22 mai Trentemoult - Rezé www.fanfaronnades.com L’association « Le GrandMACHINChose » organise la 5ème édition des Fanfaronnades de Trentemoult. Chaque année impaire, le temps d’un week-end printanier de mai, une dizaine de fanfares de toute la France (et d’Europe) sont invitées à partager leur musique dans ce quartier. Pour son édition 2011, le festival a choisi d’associer l’univers musical des fanfares avec celui tout aussi prodigieux des contes et légendes de l’enfance. Ainsi, c’est tout Trentemoult qui met les voiles vers un monde merveilleux à en faire pâlir d’envie Alice. Les fanfares invitées : Pink It Black de Grenoble, Titubanda de Rome, Ktipietok Orkestar de Clermont-Ferrand, Les PétaRades de Brest, Les Tontons Zingueurs de Poitiers, À Bout de Souffle de Douarnenez, Les Patates Louches de Rouen, Les Moustaches de Nantes. Samedi 21 mai, de 18h à 1h : Le bal des fanfares : Point d’orgue du week-end, le grand Bal est une soirée festive et hautement musicale qui réunit pas moins de 10 fanfares pour 200 musiciens répartis sur trois scènes, dont une sous chapiteau.


Portrait de Thierry Rocourt Un besoin d’évasion...

© Raphaëlle Besançon

Prénom : Thierry Nom : Rocourt Profession : Directeur agglomération du Gaumont et Pathé Atlantis Caractère : - Voyageur : avec une cinquantaine de pays visités, il se considère plus touriste que voyageur car, faute de temps, il prend l’avion. Contre cette société qui donne tout trop facilement, qui nie la difficulté du voyage grâce aux progrès techniques, il « espère ne jamais aller au sommet de l’Himalaya car il faut avoir enduré la longue escalade qui y mène pour le mériter ». Chaque voyage est donc l’occasion pour lui d’ « ouvrir grand les yeux et de faire le plein de sensation ». - Un besoin d’évasion : il l’assouvit par la littérature, avec Le Désert des Déserts de W. Thesiger, qui témoigne de l’âpre quotidien d’hommes libres épris d’absolu. L’Appel du Hoggar, le ressenti de l’auteur Roger Frison-Roche face à l’immensité du Sahara, l’a fait rêver. Mais Thierry Rocourt s’évade aussi par la musique, même au bureau. Une passion qu’il cultive depuis l’âge de 14 ans. Classique, jazz, musique du monde ou rock, il est ouvert tout en restant sélectif.

Parcours : Son rêve d’enfant était d’être archéologue. Féru d’histoire, il sera pourtant, brièvement, professeur de français. Puis, il décide d’aller à l’université de Bordeaux, où il étudie la communication dans l’idée de devenir journaliste. Touche à tout, il sera éducateur. C’est à 29 ans qu’ il deviendra directeur du Gaumont, étonné de découvrir son goût pour la gestion. Particularités du Gaumont et Pathé Atlantis : - Finies les files d’attentes au cinéma : depuis le 23 mars, le groupe Gaumont-Pathé a étendu à toutes ses salles de cinéma en France le billet de cinéma électronique. Il peut être retiré au cinéma, imprimé chez soi ou reçu sur téléphone mobile. Dans ce dernier cas, Iphone ou autres smartphone reçoivent un code bar, qui sera scanné à l’entrée du cinéma. Ce service est gratuit, et il est possible d’annuler son billet au maximum une heure avant le début de la séance. - Une forte volonté de mixité sociale : le Pathé Atlantis est un cinéma accessible, tant par sa programmation, offrant de tout pour tous, que par ses installations (ses salles de plain-pied et son parking important). Ses films préférés : Le Discours d’un Roi l’a agréablement surpris. Il défend également le dernier film de Klapisch, Ma Part du Gâteau et surtout Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois. Ses films mythiques : La Nuit du Chasseur (Laughton), Le Nouveau Monde (Malick), Amarcord (Fellini), Les Sept Samouraïs (Kurosawa), Sous Le Soleil de Satan (Pialat) et Apocalypse Now (Coppola), « version longue » précise-t’il. Raphaëlle Besançon


La Dérouille Party - Round 3 Concerts Vendredi 27 et samedi 28 mai dès 20h30 Ferrailleur - Nantes Vendredi 27 mai : Au programme : Robot Orchestra (une guitare, une batterie, deux chants, une urgence) ; Papier Tigre (le son de Papier Tigre s’est construit autour d’une batterie puissante aux rythmiques parfois tribales et de deux guitares tour à tour agressives ou silencieuses qui entourent la voix insistante d’Eric Pasquereau) ; HeadCases vs Nirvana (le groupe power pop noise angoumoisin se transforme en cover band de Nirvana à l’occasion des 20 ans de le sortie de Nevermind) ; Sna Fu (riff, vacarme, et volupté) ; Janski Beeeats (armé tantôt d’une guitare, tantôt d’un synthé, il bidouille les sons, s’agite en tous sens, arborant un visage apocalyptique). Samedi 28 mai : Au programme : Hello Bye Bye (un billet aller pour une destination pop bercée par Air, Chemical Brothers, Death In Vegas...) ; Mnemotechnic (du rock !) ; Wankin’Noodles (sur scène les quatre garçons flirtent avec la rage teenage des Sonics) ; DJ Moule (on va de The Hives à Outkast en passant par Ganja Kru, des Charlatans à Rage Against The Machine...) ; DJ CoqPorn (artiste issu de la scène indie-rock nantaise, il délivre un live machine aux influences inattendues).


NANTES - PLACE DU COMMERCE - TP : 9,90€ TR : 7,30€/7,60€ -12 ans : 4,60€

La conquête 10h30, 13h20, 15h40, 18h, 20h20, 22h35 Le gamin au vélo 11h, 14h, 16h, 18h, 20h, 22h30 Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence (3D) 10h30, 11h15, 15h, 16h25, 17h55, 19h15, 21h + sam : 23h45

Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence (2D) 13h30, 22h10 Une folle envie 11h, 14h, 16h, 18h, 20h, 22h30 Minuit à Paris (VO) 10h30, 13h30, 15h30, 17h30, 19h30, 21h30 Stone (VO) 11h (sauf mar), 13h30, 15h45, 20h15 The Tree of Life (VO) 10h30, 13h45, 16h45, 19h30, 22h15

De l’eau pour les éléphants 10h45, 13h50, 16h45, 19h45, 22h25 Fast and Furious 5 10h45, 13h35, 16h30, 19h30, 22h15 Thor (3D) 11h, 13h50, 16h45, 19h50, 22h30 La fille du puisatier 11h, 13h55, 16h45, 19h45, 22h20 Source Code 13h35, 18h, 22h30

SAINT-HERBLAIN - ZAC ATLANTIS - TP : 9,90€ TR : 7,30€/7,70€ -26 ans : 4,10€

La conquête 10h45, 13h15, 15h30, 17h50, 20h15, 22h30 Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence 3D : 11h15, 13h20, 14h15, 16h10,17h15, 19h10, 20h30, 22h05 + sam : 23h20 2D : 10h30 Une folle envie 11h, 14h, 16h, 18h, 20h, 21h50 Minuit à Paris 11h, 13h15, 15h20, 17h30, 19h40, 21h45

Priest 11h, 13h20, 15h15, 17h30, 19h30, 21h30 Stone 10h45 (sauf mer, sam, dim), 13h (sauf mer, sam, dim), 15h20 (sauf mer, sam, dim), 17h45, 20h, 22h30 The Tree of Life 10h30, 13h20, 16h10, 19h, 21h45 De l’eau pour les éléphants 10h30, 14h, 16h45, 19h30, 22h10 Fast and Furious 5 10h45, 13h45, 16h30, 19h15, 22h L’aigle de la neuvième légion jeu, ven, lun, mar : 10h30, 13h, 15h30, 18h

Bon à Tirer (B.A.T.) 11h (sauf mer, sam, dim), 13h10 (sauf mer, sam, dim), 15h30, 18h, 20h15, 22h30 Thor (3D) 10h30, 13h, 15h20, 17h40, 20h05, 22h30 La croisière 15h30 (sauf lun), 19h45 (sauf lun) Source Code 11h, 13h20 (sauf lun : 14h), 17h45 (sauf lun) + jeu, mar : 22h30 Rio (3D) mer, sam, dim : 11h Rio (2D) mer, sam, dim : 13h10 Titeuf, le film mer, sam, dim : 11h, 13h45, 15h45 Arrietty, le petit monde des chapardeurs mer, sam, dim : 11h, 13h30

SAINT-HERBLAIN - ZAC ATLANTIS - Tarif plein : 9,90€ Étudiants et - 26 ans : 3,90€

La conquête 11h, 13h20, 15h35, 17h55, 20h10, 22h30 Le gamin au vélo 11h, 13h45, 15h45, 17h50, 20h05, 22h05 Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence (3D) 10h40, 13h30, 16h30, 19h25, 22h15

Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence (2D) 11h10, 14h30, 17h30, 20h30 Une folle envie 10h45, 14h, 16h, 18h, 20h20, 22h10 Minuit à Paris (VO) 10h50,13h45, 16h, 18h05, 20h10, 22h15 The Tree of Life (VO) 10h45, 13h40, 16h30, 19h30, 22h15

Le monde, la chair et le diable (VO) mer 18h30, ven 19h, sam 22h Whole Train (VO) jeu 19h, sam 20h, lun 21h

Ipcress - Danger immédiat (VO) jeu 21h, sam 18h, dim 19h Aprile (VO) ven 21h Breathless (VO) dim 14h30, lun 18h30, mar 21h

De l’eau pour les éléphants 10h55, 13h50, 16h15, 19h50, 22h20 Fast and Furious 5 10h50, 13h40, 16h20, 19h40, 22h20 Thor (3D) 13h10, 17h50, 22h30 La fille du puisatier 10h45, 15h30, 20h15 Mon père est femme de ménage 20h, 22h Rio 10h55, 13h45, 15h50, 17h55

NANTES - RUE DES CARMÉLITES - Tarif plein : 5€ Tarif réduit : 3.50€/3€ Marathon Man (VO) dim 21h, mar 18h30 Les ombres du bagne mer 20h30 (entrée libre) Perdu ? Retrouvé ! mer 15h, sam 16h, dim 17h


NANTES - 3, RUE CORNEILLE - Tarif plein : 7,80€ Tarif réduit : 5,80€

ABSURDE SEANCE LEGEND OF THE FIST : THE RETURN OF CHEN ZHEN (VO)

Jeudi 19 mai à 22h10

La conquête 13h50, 15h55, 18h, 20h05, 22h15 (sauf jeu, dim) Le gamin au vélo 14h, 16h, 18h, 20h, 22h10 (sauf dim) L’oeil invisible (VO) 17h25 (sauf ven) + ven : 14h Minuit à Paris (VO) 14h15, 16h15, 18h15, 20h20, 22h20 (sauf dim)

The Tree of Life (VO) 14h10, 17h15, 20h15 La ballade de l’impossible (VO) 21h10 Où va la nuit 14h15, 18h15 Animal Kingdom (VO) 22h15 (sauf dim) Tomboy 13h45 (sauf ven), 15h30 (sauf ven), 19h30 (sauf ven) + ven : 15h55, 17h45, 19h30 Pina (3D) (VO) 16h15, 20h15

SAINT-SEBASTIEN/LOIRE - ZA GRIPÔTS - TP : 8,40€ Étudiants et - 26 ans : 4,50€

La conquête 13h50, 16h, 18h10, 20h20, 22h30 + mer, dim : 11h Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence (3D) 13h40, 15h, 16h30, 18h, 19h20, 21h, 22h10 + mer, dim : 10h45, 11h30 Une folle envie 14h, 16h05, 18h10 (sauf sam), 20h15, 22h20 + mer, dim : 11h

Minuit à Paris 14h (sauf sam, dim), 16h05 (sauf mer, sam), 18h10, 20h15, 22h20 + mer, dim : 11h Priest (3D) 14h (sauf mer, sam, dim), 16h10 (sauf mer, sam, dim), 20h30, 22h40 De l’eau pour les éléphants 14h15 (sauf mer, sam, dim), 16h45, 20h, 22h30 Fast and Furious 5 14h, 16h45, 19h40, 22h20 + mer, dim : 10h50

Coup d’éclat 20h45 (sauf jeu, sam, lun) + ven, dim, mar : 16h15 + jeu, sam, lun : 14h15, 18h50 Et soudain, tout le monde me manque 18h45 (sauf jeu, sam, lun) + ven, dim, mar : 14h10 + jeu, sam, lun : 16h15, 20h45 La solitude des nombres premiers (VO) mer, mar : 20h45 + jeu, lun : 14h + sam : 16h10 + ven : 18h30 L’homme d’à côté (VO) mer, lun : 18h40 + jeu, mar : 14h + ven : 20h45

NANTES - 79 BD DE L’ÉGALITÉ - Tarif plein : 5,50€ - Tarif abonnement : 4,70€ Mon père est femme de ménage Rio mer : 14h15, 16h15 + sam, dim : 16h15 20h45 (sauf jeu, sam, lun) Titeuf, le film + ven, dim, mar : 16h15 mer : 16h15 + sam, dim : 14h15 + jeu, sam, lun : 14h15, 18h50 Tous les soleils Bon à tirer (B.A.T.) (VO) 18h45 (sauf jeu, sam, lun) + dim, mar : 14h jeu : 16h10 + ven : 20h45 + dim : 18h45 + jeu, sam, lun : 16h15, 20h45 Detective Dee (VO) We want Sex Equality (VO) mer, dim, mar : 20h45 + sam : 18h30 mer : 14h + jeu, mar : 18h40 + lun : 16h15 + jeu : 16h10 + ven, lun : 14h Les femmes du 6e étage mer, dim : 14h + L’étrangère (VO) ven : 16h15 + jeu, sam, lun : 18h40 mer, dim : 16h10 + ven, mar : 14h Le discours d’un roi (VO) + jeu, sam, lun : 20h45 mer, mar : 16h10 + ven : 14h Moi, Michel G. , Milliardaire, + jeu, sam, lun : 20h45 + dim : 18h30 Maître du monde Incendies (VO) mer : 13h55 mer, ven, mar : 18h50 + lun : 16h15 + ven, mar : 16h10 + dim : 20h45

Thor (3D) 13h45, 16h, 22h30 La croisière 18h15, 20h20 La fille du puisatier 18h Rio mer, sam, dim : 14h, 16h + mer, dim : 11h Titeuf mer, dim : 11h + mer, sam, dim : 14h30 Megamind mer : 11h, 16h + sam : 18h + dim : 11h, 14h Une vie de chat sam : 14h (ciné-ma différence)

BASSE-GOULAINE - ZI PÔLE SUD - Tarif plein : 7,80€ Étudiants et - 26 ans : 3,90€

La conquête 11h05, 13h45, 15h55, 18h05, 20h15, 22h25 Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence 3D : 11h10, 14h05, 17h, 20h40 2D : 10h45, 13h40, 16h30, 19h20, 22h Minuit à Paris 11h10, 14h05, 16h15, 18h15 (sauf dim), 20h25

Priest (3D) 22h30 The Tree of Life 10h50, 13h45, 16h25, 19h20, 21h55 De l’eau pour les éléphants 10h55 (sauf mer, sam, dim), 15h55 (sauf dim), 20h10 Fast and Furious 5 11h (sauf mer, sam, dim), 13h55, 16h30, 19h25, 22h Thor (3D) 19h45, 22h15 (sauf sam) Bon à tirer (B.A.T.) 22h20

La croisière 13h55, 15h40 (sauf mer, sam, dim), La fille du puisatier 11h (sauf mer, sam, dim), 13h35 (sauf mer, sam, dim), 17h40 Source Code 18h15 Rio mer, sam, dim : 11h, 13h50, 15h45 Winnie l’ourson mer, sam, dim : 11h Titeuf, le film mer, sam, dim : 11h05


Une folle envie

Minuit à Paris

La famille, c’est quoi ?

Sans perdre Allen

E Y

pisode ann (Clovis numéroCornillac) cinq de la franchise et Rose (Oligros calibre via Bonamy) Fast and vivent Furious. une jolie Auhistoire rayon des d’amour. films Quoi bourrins de plus écervelés, naturel,laaprès série s’être amatrice trouvédeainsi, pares-chocs que de s’impose vouloir agrandir en œuvreleur de choix. petit cercle Pourfamilial faciliteravec définitivement un enfant ? l’accès Seuledu ment spectateur voilà, faire à l’action, un bébé ce n’est dernier peut-être opuspas ne s’embarrasse aussi facile que même ce qu’ils pas de croyaient... scénario. Après Justin Li, des qui mois signe à essayer son troisième par tous filmles de moyens, la série, se quitte sentà «définitivement emprunter » leàkama-sutra son aise derrière des pasa rents caméra de Rose décomplexée (Martin Lamotte et marathonienne, est hilarant et en cherche père inquiet à peine et envahissant), à déguiser ses ils nouveaux commenrêves cent àde faire speed vraiment et de testostérone. n’importe quoi. L’action C’est là une se passe comédie à Rio, légère aucune et enlevée importance, que Dom nous libre Toretto Bernard tente Jeanjean un dernier(J’me coupsens danspas le trafic belle, de J’veux voitures pasracées, que tu aucune t’en importance. ailles). Les Ce acteurs rendez-vous ont réussiest à créer l’occasion autourde del’affiche Yann et Diesel/The Rose une véritable Rock, mais dynamique aucunedeimportance couple qui non rendplus. les situations Ce qui importe choisies c’est crédibles. le rythme. DerA force rière lad’enchaîner légèreté, leles réalisateur films, la ne série minimise atteint inévitablement en rien la détresse un liée sensà de unel’action possibleetstériune maîtrise lité, une fin redoutable de non recevoir du spectacle pour devenir à quatre paroues. rent, etD’une laisse planer générosité le vide assez querare, celal’action engende dre.ceComme Fast Five souvent, procurelaune comédie réelle jubilation souligne de et grossit spectateur un trait et typiquement entretient l’agréable contemporain frime mécanique : ici les couples anti-effets en mal spéciaux. d’enfants.Un sujet On peut toujours détester furious évidemment universel, quilanemorale manquera pas « l’argent fait le un bonheur, ouUne la liberté », et d’interpeler tout chacun. folle envie on raison. de Mais puisque specsansaura êtrebien la comédie l’année, a lelemérite tacle se mange avecquestions les doigtstout et des popde poser de bonnes en nous corns, peut aussi s’en rire. moquer. faisant on sourire, et parfois Hélène Leforestier Guillaume Mainguet

D L

eans pitch les fleure brumesbon d’altitude la science-fiction de l’Ecosse: quand antique, minuit Marcus sonneAquila, à Paris, jeune un jeune centuscénariste rion romain américain ambitieux, (Owen cherche Wilson, impeccable), les traces de romantique son père disparu et nostalgique, mystérieusement grimpealors dansqu’il une mystérieuse dirigeait la Peugeot puissanted’époque Neuvième direction… Légion.les Il années réhabilitera 20 ! Le l’honneur propos, familial quant à lui, s’il est rapporte labellisé de son de périple l’humour l’aigle juif newyorkais totem de cette du légion. maître : La contact lecture de duses péplum le dernier film de au idolesdans d’antan - Hemingway, Kevin McDonald dernier d’Ecosse) Picasso, Dali… - le(Le futur jeuneroi marié va reest évidente dans sa partie, trouver confiance enpremière lui, défiance en reconssa fiantitution sommaire maissexy réussie des rangs cée (Rachel McAdams, et bêcheuse) et de certain l’arméegoût romaine. L’intimité des décors, un de la contemporanéité… préférée Sous des au fauxspectacle airs de guide habituel du routard assuré par des les effets beaux quartiers spéciaux, de lapose capitale, astucieusement le 42ème filmles de Woody Allen à Paris ce que Manhattan enjeux de la est quête de Marcus et souffle fut un vent à Newépique York en sur 1979 cette : une initiation abstraction aux inepties cinémades conquêtes. En fait d’épique, lecomédie péplum tographique, théâtre fantasmé d’une évolue en un western celtique magnifié par romantique aux quiproquos délicieux, certes, les maispaysages aussi aux écossais. accents Le assumés scénario de s’enraye conte de et en divertissement fée grime modernisé et philosophique.sommaire ce qui êtrepar uneDarius aventure mystique et Misepouvait en lumière Khondji (Seven), burnée. la ville n’est pas le sujet mais la plus grande McDonald avec lesn’en effets de style star du film jongle - qui pourtant manque pasetnoie son évidente référence àet la conquête au service de cette charmante surprenante d’un émotion autre quiOuest naît, dans tableau les après maquillages tableau,prode prets d’un folklore qu’on dirait tous ces clichés enfilésNew-age comme des perles sur sorti du Seigneur des Anneaux le chapelet de l’amoureux transi. ou de Mad Max. En pleine Jamie jouvence, Bell et Channing Woody Tatum fait mouche, ne sont ni creusant les héros lesd’un microsillons autre Brokeback de Cole Mountain Porter ni comme d’un divertissement clé à remonter le péplum bon vieux de référence. temps. Jean-Marc GuillaumeVigouroux Mainguet


Au Cinématographe

Stone

Ipcress - Danger immédiat

Ma femme s’appelle reviens

La taupe

E G

pisode erald (Ed numéro Norton) cinq préfère de la franchise qu’on l’apgros calibre pelle « Fast Stoneand ». Faut Furious. dire qu’en Au rayon dépit des de ses films dreadlocks, bourrins leécervelés, garçon a la bien série un amacœur trice de pierre, de pares-chocs incarcéré qu’il s’impose est pour en œuvre le meurde choix. tre de ses Pourgrands-parents. faciliter définitivement Espérant l’accès une lidu berté spectateur conditionnelle, à l’action, l’ancien ce dernier bad boy opusdoit ne s’embarrasse convaincre Jack, même un pas fonctionnaire de scénario.obtus Justinà Li, quelques qui signe encablures son troisième de la film retraite, de laqu’il série,a se toutsent biendéfinitivement révisé et qu’ilàmérite son aise sa rédempderrière sa tion. caméra Moyennement décomplexée persuasif, et marathonienne, Stone deet mande cherche à Lucetta à peine(Milla à déguiser Jovovich), ses nouveaux sa renrêves versante de speed épouse, et de séduire testostérone. Jack pour faire L’action chancelerseson passe exemplarité à Rio, aucune de façade... importance, Dom Il fallait Toretto bien tente que Robert un dernier DeNiro coup préside dans le trafic Festival de voitures de Cannes racées, pouraucune que sorte importance. sur les Ce écrans rendez-vous ce téléfilmestdel’occasion luxe signédeJohn l’affiche CurDiesel/The ran, pourtant Rock, scénariste mais aucune assez mordant importance du non The Killer plus. Ce Inside qui importe Me de Winterbottom. c’est le rythme. Si le A force premier d’enchaîner tiers du film lesexploite films, laplutôt série bien atteint la inévitablement « moyennitude »unsclérosante sens de l’action de cet honnête et une maîtrise homme, chiant redoutable comme du la spectacle pluie et àmarié quatreà roues. une bigote D’une avec générosité qui il neassez partage rare,plus l’action que de la solitude ce Fast Five de l’alcoolisme procure une réelle mondain jubilation et du de rocking-chair, spectateur et il entretient faut admettre l’agréable qu’on frime peine mécanique à croire au anti-effets trio amoureux spéciaux. et adultère, tant On peut pataud toujourss’embourbe détester la dans morale le script unefurious mani« l’argentfactice. fait le Reste bonheur, liberté et pulation queou le la trio, deux»,par on aura raison.DeNiro/Frances Mais puisque le specdeux, oubien le couple Conroy tacle se mange les quelques doigts et belles des pop(Six Feet Under)avec réserve sécorns, onpleines peut aussi s’en moquer. quences d’aigreur et d’amertume. Jean-Marc Guillaume Vigouroux Mainguet

D E

lément ans lesmodérément brumes d’altitude brillant de l’armada l’Ecosse d’agents antique, secrets Marcusbritanniques, Aquila, jeune Harry centuPalmer rion est romain pourtant ambitieux, promucherche dans unles service tracesqui de enquête son pèresur disparu la disparition mystérieusement des cerveaux alorsscienqu’il tifiques dirigeaitles la plus puissante brillants. Neuvième A peineLégion. arrivé, Il il met réhabilitera les piedsl’honneur dans le plat familial avec ses s’ilméthodes rapporte àdepeine son périple orthodoxes, l’aigleettotem contacte de cette un deslégion. suppoLa lecture du péplum dansfuite le dernier film de sés responsables de cette de neurones, Kevin McDonald (Le dernier roi d’Ecosse) un Albanais nostalgique des techniques de la est évidente dans sa première partie, reconsGestapo… titution sommaire mais dans réussie des rangs Si ce scénario, concocté les années 60, de l’armée décors, peut paraîtreromaine. presqueL’intimité obsolète des aujourd’hui préférée au spectacle habituel assuré par (l’espionnage et contre-espionnage sont très les effets «spéciaux, pose astucieusement les connotés Guerre Froide »), le film de Sydenjeux de la n’a quête Marcus et souffle ney J. Furie pasdeperdu de son intérêt un au vent sureffet, cette Harry initiation aux inepties fil desépique ans. En Palmer, incarné des un conquêtes. En faitconstamment d’épique, le sur péplum par Michael Caine le fil évolue enentre un western celtique magnifié par du rasoir, ironie bien contenue sous des les paysages écossais. et Leposture scénario s’enraye costumes impeccables débonnaire et grime en divertissement sommaire ce volontairement anti-conformiste, est un perqui pouvait être une et sonnage insolite, aux aventure antipodes mystique d’un James burnée. Bond charmeur et charismatique. McDonald jongle là avec les effets ne desouhaite style et Envoyé en pâture où personne noie évidente la conquête aller, son Harry incarneréférence un esprità indépendant, d’un autrechambouler Ouest danslales maquillages qui vient donne des hérosproesprets folklore se New-age qu’on dirait pions. d’un Le réalisateur démarque également sorti dud’action Seigneuravec desune Anneaux de Mad du film mise enouscène très Max. Bellintimiste et Channing ne sont fluide,Jamie presque et quiTatum met l’accent ni d’un autre Mountain surles leshéros personnages plusBrokeback que sur l’intrigue. ni divertissement de référence. Und’un contrepoint qui fait péplum mouche… Guillaume Nathalie Mainguet Rézeau


Nouveautés La conquête France - 1h45 - 2011. De Xavier Durringer avec Denis Podalydès, Florence Pernel, Bernard Le Coq...

6 mai 2007, second tour de l’élection présidentielle. Alors que les Français s’apprêtent à élire leur nouveau Président, Nicolas Sarkozy, sûr de sa victoire, reste cloîtré chez lui, en peignoir, sombre et abattu. Toute la journée, il cherche à joindre Cécilia qui le fuit. Les cinq années qui viennent de s’écouler défilent : elles racontent l’irrésistible ascension de Sarkozy, semée de coups tordus, de coups de gueule et d’affrontements en coulisse. Ce film est l’histoire d’un homme qui gagne le pouvoir et perd sa femme.

Le gamin au vélo France / Belgique / Italie - 1h27 - 2011. De Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne avec Cécile de France, Thomas Doret, Jérémie Renier...

Cyril, bientôt 12 ans, n’a qu’une idée en tête : retrouver son père qui l’a placé provisoirement dans un foyer pour enfants. Il rencontre par hasard Samantha, qui tient un salon de coiffure et qui accepte de l’accueillir chez elle pendant les week-ends. Mais Cyril ne voit pas encore l’amour que Samantha lui porte, cet amour dont il a pourtant besoin pour apaiser sa colère ...

Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence US - 2h20 - 2011. De Rob Marshall avec Johnny Depp, Penélope Cruz, Geoffrey Rush...

Le capitaine Jack Sparrow retrouve une femme qu’il a connue autrefois. Leurs liens sont-ils faits d’amour, ou cette femme n’est-elle qu’une aventurière sans scrupules

qui cherche à l’utiliser pour découvrir la légendaire Fontaine de Jouvence ? Lorsqu’elle l’oblige à embarquer à bord du Queen Anne’s Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire, Jack ne sait plus ce qu’il doit craindre le plus : le redoutable maître du bateau ou cette femme surgie de son passé...

Une folle envie France - 1h20 - 2011. De Bernard Jeanjean avec Clovis Cornillac, Olivia Bonamy, Marianne Denicourt...

Yann et Rose sont jeunes, ils s’aiment et veulent avoir un enfant. Neuf mois plus tard… toujours aucun bébé à l’horizon. Ils font alors preuve de beaucoup d’imagination et essayent tout… et n’importe quoi. Enfin surtout n’importe quoi. Seulement voilà, à tellement vouloir être trois, est-ce qu’ils ne risquent pas de finir simplement tous seuls ?


Une folle envie Rencontre avec José Alcala et Catherine Frot

© Sonia Baudry

L

a folle envie, c’est celle de Yann et Rose, joués par Clovis Cornillac et Olivia Bonamy, et ce qu’ils veulent absolument, c’est un bébé. Seulement, les choses sont loin d’être simples, comme le précise le sous-tirtre du film... C’est sous l’angle de la comédie que Bernard Jeanjean aborde ce thème, en explorant ce que cela crée au sein du couple, de la famille. C’est d’ailleurs avec sa femme qu’il a écrit le scénario, basé sur leur propre vie. Bernard Jeanjean et Clovis Cornillac nous en disent un peu plus... Que vouliez-vous raconter avec ce film ? Bernard Jeanjean : Je voulais juste parler de ce sujet, que ma femme et moi avons nous-même vécu. C’était un challenge d’en parler avec une comédie « d’amour », avec cette base de vécu, voire de souffrance. On voulait que ça soit quelque chose de tendre, drôle, juste. Souvent, on raconte des histoires de rencontres, mais rarement la vie après, celle des personnages qui vivent des choses, des épreuves ensemble.

Avez-vous une scène préférée, qui vous aurait marqué particulièrement ? Bernard Jeanjean : Le film est construit comme une sorte de puzzle : chaque scène en amène une autre, et plus on avance dans le film, plus les choses s’intensifient. A vrai dire, en toute modestie, plus ça avance dans le film, plus j’aime les scènes... Clovis Cornillac : C’est la même chose pour moi : c’est pratiquement impossible d’en extraire une par rapport aux autres, elles sont trop liées. Il n’y a pas de scènes pivot, ne servant qu’à donner de l’information. Si un film est bien construit, toutes les scènes sont justifiées. Et j’ai pris du plaisir pour chaque scène, car dans chacune d’elle il y a un enjeu, qui amène l’histoire plus loin. Comment préparez-vous un rôle comme celui-ci ? Clovis Cornillac : Yann est un personnage moderne et humain, c’est un type bien. Donc il n’y a pas vraiment de préparation particulière, se spécialiser en humanité, c’est compliqué. Quand je prépare un rôle, c’est comme un sorte de mille-feuilles, je pense au personnage, je construis un imaginaire... Je garde plein de petites choses, que je prends un peu partout, pour créer un jus pour le présent, dans lequel je puise au moment du tournage, c’est important pour rester dans l’instantané. Quand je joue, je ne sais pas ce qui se passera à l’instant d’après, et c’est à la fois difficile et agréable de tout remettre à zéro à chaque prise. Propos recueillis par Sonia Baudry


Kinorama 18-05-2011  

Kinorama, le magazine cinéma à Nantes