Issuu on Google+

Vincent Lambert

Le tribunal administratif de Châlons refuse le protocole de fin de vie p.3

Municipales

Jean-Paul Angers mènera la liste divers gauche Epernay Avenir p.5

Salmanazar

Le cabaret Raymond Devos poursuit sa tournée à Epernay p.12 PORTES OUV ERTES LES 18 ET 19 JA NVIER

FORD C-MAX 5 places Trend EcoBoost 100 ch Stop & Start avec syste` me Ford SYNC et moteur EcoBoost

16 490€*

ÉDITION ÉPERNAY N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> epernay.lhebdoduvendredi.c o m

Moteur International de l’Année 2013, toutes catégories, attribué par le magazine Engine Technology International. *Prix maximum TTC au 01/01/2014 du C-MAX Trend 1.0 EcoBoost 100 ch S&S BVM6 équipé du système Audio Bluetooth® USB avec SYNC déduit d'une remise de 6 560 €. O re non cumulable réservée aux particuliers pour tout achat de ce C-MAX 5 places neuf, du 02/01/2014 au 31/01/2014, dans le réseau Ford participant. Modèle présenté : Ford C-MAX Titanium 1.0 EcoBoost 100 ch S&S BVM5 équipé de jantes alliage 17" 15 branches et des phares bi-xénon, prix déduit d’une remise de 6 500 € : 19 300 €. Consommation mixte (l/100 km) : 5,1. Rejet de CO2 (g/km) : 117.

Chapeau et champagne ! Ford.fr

Go Further

Groupe Saint Christophe ZAC Val de Champagne, av. Maréchal Joffre - ÉPERNAY Tél. 03 26 55 59 65

Candidature Unesco

Après huit longues années de ficelage, la candidature des « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne » vient d'être officiellement sélectionnée par Aurélie Filipetti, ministre de la Culture. Elle sera donc présentée au Comité du patrimoine mondial de l'Unesco. Une première victoire vivement saluée en région, même s'il reste encore du chemin avant l'inscription finale du projet à l'Unesco. P. 4


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

ÉDITO

L’ arrestation de la semaine

Mardi, à l’occasion de LA conférence de presse de l’année, allez, du début d’année, 2014 ne fait que commencer, François Hollande a commencé son «  débashing  ». Réponse normale après le Hollande-bashing dont il a été victime. Les patrons dans la poche ou presque, la fin du faire plaisir à tout le monde à gauche, les primaires sont loin, et même au rayon vie privée, s’il a d’abord répondu que le privé, c’était le privé, il en a dit suffisamment pour presque officialiser. Pas de conséquence immédiate dans les sondages du lendemain, François Hollande est resté scotché à 17 % d’opinions favorables. En revanche, le nouveau programme économique du social-démocrate qui se cachait a désarçonné son monde dans les courants politiques dits de gouvernement. Suffisamment libéral pour que le centre et l’UMP ne lui tombent pas dessus ; suffisamment social pour que les courants les plus à gauche du PS ou EE-LV ne l’ouvrent pas trop. A ce rythme-là, si, d’ici 2017, la droite ne trouve pas des idées très innovantes, et se retrouve enfermée entre la social-démocratie et le Front national, si le Président réussit à tenir à peu près toute la gauche, et pour peu que la reprise économique arrive, il se pourrait bien que François Hollande remonte sur une tribune fêter la victoire. Ce qui n’est pas encore connu, c’est qui il embrassera sur scène…

La débâche

Tony Verbicaro

La météo Vendredi

Samedi

3° 9°

Dimanche

Lundi

4° 9°

5° 11° 1° 7°

Qualité de l’air

3

Vendredi 17 janvier

Samedi 18 janvier

Dimanche 19 janvier

Bonne

L’indice varie de 1 – très bonne qualité de l’air à 10 – très mauvaise qualité de l’air.

L’hebdo du ve ndredi édité par la SARL B2M Editions Journal hebdomadaire gratuit d’information locale Siège social : 195, rue du Barbâtre à Reims

T él. 03 26 3 6 50 13 E-mails : Rédaction : redaction@lhebdoduvendredi.com Publicité : publicite@lhebdoduvendredi.com Newsletter : newsletter@lhebdoduvendredi.com Directeur de la publication : Frédéric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com) Redacteur en chef : Tony Verbicaro (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com) Journalistes : Sonia Legendre (sonia.legendre@lhebdoduvendredi.com) Aymeric Henniaux (aymeric.henniaux@lhebdoduvendredi.com) Responsable commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com) Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com) Administration : Martine Bizzarri - Infographiste : Anne Rogé Parution le vendredi matin Imprimé par IPS à Amiens

w ww.l hebd oduve ndre di .co m

Le complice présumé du braquage interpellé

La section de recherche de la gendarmerie de Reims a interpellé, mardi, le complice présumé de l'auteur de la tentative de vol à main armée qui s’est déroulée à Sézanne, le 21 novembre dernier. Karim Rebbache, 34 ans, habite en région parisienne mais connaissait visiblement la Marne. Déjà condamné à cinq reprises, il avait écopé en 2006 de douze ans de réclusion criminelle pour des faits de vol avec violence qui s’étaient déroulés à Reims. Libéré depuis le mois de mai 2013, il faisait l’objet d’une surveillance électronique jusqu’au 19 octobre, soit un mois avant le braquage. L’enquête s’est orientée vers le véhicule dans lequel Karim Rebbache avait été repéré par des témoins, une information confirmée par la vidéosurveillance. Malgré l’immatriculation falsifiée, les gendarmes ont pu remonter jusqu’à une agence de location, basée en banlieue parisienne. L’ADN du complice a été retrouvé dans la voiture, louée à son nom. L’examen du GPS a révélé les coordonnées de plusieurs établissements bancaires. « On avait affaire à deux personnes à la fois brouillonnes dans leur comportement mais également déterminées à

Les gendarmes de la section de recherche de Reims ont remonté la trace de Karim Rebbache grâce au véhicule de location utilisé pendant le braquage. © l'Hebdo du Vendredi

commettre ce type de faits puisque l’on a pu établir qu’ils avaient sillonné la région pour établir des repérages », indique Fabrice Belargent, procureur de la République de Reims. Les gendarmes ont également découvert que les deux hommes, qui se seraient rencontrés quinze jours plus tôt dans un bar de la cité Balzac de Vitry-surSeine, étaient à l’origine de la tentative de vol à main armée au Crédit Agricole de Vitry-le-François intervenue un peu plus tôt le même jour. Karim Rebbache a été mis en

Coup d’oeil sur le monde

Un bagage encombrant

Chaque année, les officiers frontaliers affectés à la frontière américano-mexicaine font de surprenantes trouvailles. La dernière en date ? Un découverte plus que cocasse des agents lors d'un banal contrôle sur un automobiliste. C'est en inspectant le coffre du véhicule qu'ils découvrent une valise de grande taille. Jusque là rien d'alarmant, sauf qu'à l'intérieur de la valise, point de vêtements, de livres ou de produits de toilettes, mais une Thaïlandaise de 48 ans, tentant de rentrer illégalement sur le territoire des Etats-Unis. Complètement recroquevillée, la quadragénaire prenait son mal en patience pendant le trajet, croisant les doigts (du moins comme elle pouvait vu l'espace dont elle disposait...) pour que le stratagème fonctionne. Raté !

Les rabais de la tentation

Un détenu considéré par l'administration pénitentiaire comme «  dangereux  », et qui s'était évadé de prison le 11 octobre dernier, a été rattrapé cette semaine alors qu'il s'apprêtait à faire les soldes avec sa famille. Face aux nombreuses promotions proposées par les enseignes, de vêtements notamment,

d'une zone commerciale des Hauts-deSeine, le fugitif n'a pu résister à l'appel des bonnes affaires, baissant du même coup sa vigilance. Les policiers, qui surveillaient l'individu depuis plusieurs jours déjà, ont ainsi pu le cueillir pour le présenter à un juge avant un retour inévitable derrière les barreaux. Il purgeait en prison une peine prononcée à son encontre pour association de malfaiteurs, vol en bande organisée, enlèvement et séquestration. Retour au mitard donc, mais sans nouveaux habits...

Divin circuit

La scène pourrait presque paraître anecdotique si elle n'était pas extrêmement rare. Mercredi dernier, lors d'une audience publique du pape François au Vatican donnée devant des milliers de fidèles, un modeste prêtre argentin s'est vu offert, par le pape en personne, la possibilité de monter dans la mythique papamobile, le temps d'une petite balade improvisée autour de la place Saint-Pierre de Rome. La raison de ce «  privilège  » accordé spontanément ? Une belle histoire d'amitié puisque le prêtre en question, qui a crié ses vœux de bonne année au souverain pontife lors de son pas-

examen pour tentative de vol sous la menace d’une arme. Il est actuellement incarcéré à la maison d’arrêt de Châlons-en-Champagne et encourt une peine de 30 ans de prison. Le bijoutier, Eric Bey, qui avait abattu le braqueur, a été entendu le 20 décembre et placé sous le statut de témoin assisté. Une information judiciaire est toujours en cours.

Leticia Venancio

sage en jeep couverte, a vu ce dernier reconnaître sa voix. En effet, les deux hommes se connaissaient pour s'être rencontrés il y a quelques années à Buenos Aires, la capitale argentine, lorsque le pape était archevêque de la ville.

N'est pas pompier qui veut

Quand les ravages de l'alcool scandalisent l'Histoire... Mardi dernier, un homme a été interpellé par les forces de l'ordre au niveau de l'Arc de Triomphe à Paris. L'individu, visiblement en état total d'ébriété et après avoir garé sa voiture à deux pas de la place de l'Étoile, tentait d'éteindre la flamme du Soldat inconnu avec un extincteur qu'il transportait. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le lieu est en réalité coutumier de ce genre de «  dérives  ». En mai 2001 en effet, un autre homme, à la raison quelque peu altérée, s'était assis volontairement sur la flamme avant, bien sûr, de s'y brûler sérieusement. Avant cela, la police avait également dû intervenir pour maîtriser un déséquilibré qui s'était installé sous l'Arc pour y pique-niquer en se faisant cuire des œufs sur la flamme.


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

La justice refuse le protocole de fin de vie

Vincent Lambert

Vincent Lambert est hospitalisé au service des soins palliatifs du CHU de Reims, à Sébastopol. © l'Hebdo du Vendredi

eudi 16 janvier, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a donné raison aux parents de Vincent Lambert qui avaient déposé un recours en référé-liberté contre la décision du service de soins palliatifs du CHU de Reims d’arrêter l’alimentation et l’hydratation artificielles du jeune homme, tétraplégique depuis plus de cinq ans, à la suite d’un accident de moto. Le tribunal a enjoint aux médecins de maintenir l’alimentation. En mai dernier, déjà, le tribunal administratif avait stoppé le protocole de fin de vie décidé par le Docteur Eric Kariger, chef du service de soins palliatifs du CHU, en accord avec l’épouse de Vincent Lambert, Rachel, et d’une partie de sa famille. Les parents et une autre partie de la famille avaient déjà alors réclamé le maintien en vie et l’avaient obtenu. A l’époque, le tribunal avait reproché au corps médical un manque de consultation suffisant du cercle de Vincent Lambert avant de prendre une décision. Hier, le même tribunal est allé plus loin, estimant que «  le contenu de la volonté de

J

Vincent Lambert ne pouvait être déterminé avec un degré de certitude suffisant  » et que « c’est à tort que le CHU de Reims a considéré que Vincent Lambert pouvait être regardé comme ayant manifesté sa volonté d’interrompre ce traitement  ». L’épouse et d’autres proches du jeune homme, en état de coma dit pauci-relationnel, estiment que ses volontés n’ont pas été respectées. Le CHU, l’épouse de Vincent Lambert et son neveu n’écartaient pas hier soir l’idée de déposer un recours auprès du Conseil d’État. Le jugement du tribunal châlonnais risque d’accélérer le souhait du gouvernement de voir mise en place une nouvelle loi pour « lever les ambiguïtés actuelles  » de la loi Léonetti, «  puisqu’on voit bien qu’il y a des appréciations différentes entre les médecins, la famille et les juges sur ce que cette loi permet de faire », a réagi la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

REIMS AUTOMOBILES et CHAMPAGNE AUTOMOBILES S.A.

vous souhaitent une bonne année 2014

* Find new roads : Explorez de nouvelles routes. ** The original reborn : Le modèle original réinventé. (1) Chevrolet Trax 1,6 16v LS hors option : 17 990€. Modèle présentéChevrolet Trax 1,7 VCDi 130 LT avec peinture métallisée et jantes 18ʼʼ : 21 350€ dont 2 000€ de Prime Chevrolet déduite. Gamme Trax - conso mixte (l/100km) de 4,5 à6,5 et émissions de CO2 (g/km) de 120 à153 (données provisoires). MY14 - Tarif public TTC conseilléau 01/09/2013. Offre non cumulable, réservée aux particuliers en France métropolitaine, valable pour toute commande et livraison dʼun Chevrolet Trax neuf du 01/09/2013 au 31/12/2013 dans la limite des stocks disponibles chez chacun des Distributeurs participants. Photo non contractuelle.

PORTES OUVERTES LES 18 ET 19 JANVIER

REIMS AUTOMOBILES

Rue Lena Bernstein ZAC Croix Blandin - Reims 03 26 08 21 08

CHAMPAGNE AUTOMOBILES Avenue Marechal Joffre ZAC Val de Champagne - Epernay 03 26 54 33 39

Tony Verbicaro

Tout le monde marche sur des œufs…

Dieudonné - Capitole

e Mur, spectacle initial interdit la semaine dernière, a donc été expurgé de tout propos à caractère antisémite et rebaptisé Asu Zoa, le visage de l’éléphant, en ewondo, une des langues du Cameroun, pays dont est originaire le père de Dieudonné. Les premières à Paris, dans son théâtre de la Main d’or, n’ont fait tiquer ni Manuel Valls ni les tribunaux, même si Dieudonné est sous surveillance. Et si l’on parle surtout, dans la presse nationale, des spectacles programmés ce week-end à Nancy et Metz, la première représentation en-dehors de la Main d’or, c’est à Châlons ce vendredi soir, au Capitole. Environ 2 000 places auraient déjà été vendues, et à 43€ le siège (plein tarif), si le spectacle fait le plein, les Productions de la Plume, qui produisent Dieudonné, repartiront avec un bon chèque. D’autant que les frais de production (il n’y a pas vraiment de décor, Dieudonné est seul sur scène) ne montent pas bien haut. Comme le contrat de location initial de la salle ne précisait pas l’intitulé du spectacle mais, qu’en revanche, les billets vendus l’ont été sous le nom du Mur, le maire de Châlons a mis en demeure Les Productions de la Plume afin de s’assurer que Dieudonné jouera bien Asu Zoa et pas Le Mur. En l’absence de réponse, la ville se réservait le droit de prendre un arrêté d’interdiction. Dans sa lettre, Bruno Bourg-Broc attire aussi l’attention des Productions de la Plume au risque de trouble à l’ordre public : « En outre, dans le contexte actuel de vive polémique, il est de nature à générer des troubles importants à l'ordre public entre partisans et opposants à celui-ci ; différentes associations locales m'ont déjà signalé leur volonté de se mobiliser à l'occasion de cette représentation. Notre Ville, même si elle est Préfecture de région, ne compte que 50 000 habitants et ne dispose pas d'un grand nombre de forces de police. Par lettre en date du 14 janvier, Monsieur le préfet de la Marne partage mon analyse et m'a indiqué que ce « spectacle est de nature à entraîner des troubles à l'ordre public qu'il serait difficile aux forces de T.V police de maitriser ».

L

> Dieudonné, Asu Zoa - Vendredi 17 janvier à 20 h 30 au Capitole.

PORTES OUVERTES LES 18 ET 19 JANVIER

REIMS AUTOMOBILES

Rue Lena Bernstein ZAC Croix Blandin - Reims 03 26 08 21 08

CHAMPAGNE AUTOMOBILES Avenue Marechal Joffre ZAC Val de Champagne - Epernay 03 26 54 33 39


En route vers l'Unesco !

N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Patrimoine

La bonne nouvelle est tombée officiellement lundi 13 janvier : la candidature des « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne », regroupant la colline Saint-Nicaise à Reims, l'avenue de Champagne d'Epernay et les coteaux viticoles de l'ancien vignoble champenois entre Cumières et Mareuil-sur-Aÿ, est officiellement sélectionnée par la ministre de la Culture, Aurélie Filipetti. Elle sera donc présentée cette année au Comité du patrimoine mondial de l'Unesco pour, si tout se passe bien, une inscription finale au patrimoine mondial de l'Unesco à l'été 2015.

uand on pense qu'à l'origine, en 2007, tout est parti d'Emilie, une étudiante rémoise, inscrite à l'Université Reims Champagne-Ardenne et qui venait de réaliser un stage de fin d'études à l'Unesco avant d'intégrer une maison de champagne pour son premier emploi. S'apercevant que le champagne n'est nullement présent dans le patrimoine valorisé par l'Uneco, elle décide alors de monter un dos-

Q

sier, en trois pages, qu'elle présente ensuite au Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne. Très vite, l'idée séduit et le CIVC décide d'y consacrer un budget. Dès 2009, un premier projet est présenté au Comité des Biens français, mais sans succès. «  C'est là que nous avons compris que pour avoir une chance, il fallait un dossier béton  », se souvient Amandine Crépin, coordinatrice du projet. On identifie ainsi l'Agence d'urbanisme de Reims comme un institut sérieux pour s'occuper du dossier, celleci se voyant immédiatement soutenue par les collectivités régionales, départementales et les villes. Surtout, l'association Paysages de Champagne est créée pour porter le dossier et coordonner le long travail de préparation destiné à monter la candidature. Elle vient de connaître une première belle récompense lundi dernier

La suite des événements

avec l'annonce par la ministre de la sélection de la candidature. « On a dix-huit mois devant nous, le temps des phases d'évaluation et des décisions internationales ; c'est un calendrier très précis », souligne Amandine Crépin. Avant mars, le Centre du patrimoine mondial publiera une liste des sites retenus sur laquelle devrait logiquement figurer Coteaux, Maisons et Cave de Champagne. « Il y

« Aujourd'hui, c'est une grande joie pour nous tous, bien que nous ne soyons pas tout à fait surpris étant donné qu'il y avait eu des prémices à cette décision positive. Cette joie, je la partage avec les quelque 50 000 ambassadeurs de cette candidature qui se sont déclarés sur le site internet, mais aussi tous les bénévoles, les collaboratrices Amandine et Caroline, les experts ayant travaillé avec nous, les élus qui ont fait l'union sacrée sur le dossier et qui nous ont accompagnés sans défection et ce, au delà des clivages politiques et des élections. Je partage enfin cette joie avec les entreprises et les grands mécènes. Cette victoire leur revient à tous. C'est une première récompense qu'on a suffisamment attendue pour ne pas bouder notre plaisir ! Car le dossier de candidature Coteaux, Maisons et Caves de Champagne est un grand dossier : plus de 800 pages et 8 000 pages au total avec les annexes pour un poids de 32 kg ! Pour autant, je n'oublie pas que cette candidature retenue par le ministère de la Culture n'est qu'une étape, bien que fondamentale car peutêtre la plus difficile à passer. Maintenant nous avons à poursuivre dans deux grands domaines : il faut passer dans la phase internationale et diplomatique du dossier qui nous mènera à Berlin à l'été 2015 d'une part, et de l'autre nous devons mettre en route les mesures prévues dans le cadre du classement, finaliser la structure de gestion pour chercher des financements, monter une mission campagne Unesco en définissant bien le rôle de chacun des acteurs. Ce n'est finalement que le début d'une belle aventure... »

Pierre Cheval, président de l'association Paysages du Champagne

L'avenue de Champagne, à Epernay, est l'un des trois sites compris dans la candidature pour l'Unesco. © l'Hebdo du Vendredi

a toujours un risque d'être « recalé » mais il est infime, nous avons réalisé tout un travail de vérifications début 2013 pour éviter ça », poursuit la coordinatrice. Cette vérification de la conformité du dossier ouvrira alors le droit d'être examiné par un expert mondial qui devrait commencer son évaluation à l'automne prochain. Ce dernier pourra venir de façon anonyme ou non et restera plusieurs jours sur le terrain. Suite à sa venue, il rendra son évaluation au printemps 2015, probablement au mois de mai. Trois cas de figure pourront à ce moment se présenter : soit l'expert rendra un avis favorable, dans ce cas aucun problème, la candidature suit son cours, soit un avis de renvoi suite à quelques détails qui « bloquent » (ce qui signifie que dans les trois ans, la France a la possibilité de représenter directement le dossier), la pire des situations restant le différemment (on a l'exemple avec l'œuvre le Corbusier). Cette dernière éventualité signifie qu'il faut tout reprendre de A à Z... « Mais nous allons nous concentrer sur la première situation, optimise Amandine Crépin. Dans ce cas-là, suite à l'avis favorable, l'expert transmettra son évaluation au Centre du patrimoine mondial. Si celui-ci valide, le projet sera présenté en juin/juillet 2015, sûrement à Berlin, lors d'une session internationale du Comité du patrimoine mondial. Ce sera la dernière étape avant l'inscription finale. Sur place, l'expert et l'ambassadeur de France auprès de l'Unesco (Philippe Lalliot) défendront une dernière fois le dossier devant les représentants de 21 pays élus

Les bulles ne connaissent pas la crise

Champagne

04. C'est en million le nombre de bouteilles de Champagne expédiées en 2013, en France et à l'étranger. Des chiffres, certes, en légère baisse (-1,5%) en volume par rapport à l'année précédente mais qui restent néanmoins excellents. Pour preuve, le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne, à l'origine des chiffres de cette estimation, évalue à 4,3 milliards d'euros le chiffre d'affaires du Champagne, soit sa cinquième meilleure performance historique. Tout particulièrement, c'est le mois de décembre dernier (représentant traditionnellement 15% des expéditions annuelles) qui s'est révélé exceptionnel, en totalisant pratiquement 42 millions de cols, à savoir 8% de plus que le mois de décembre 2012. Un mois qui a donc finalement permis de compenser le recul des expéditions sur le reste de l'année écoulée. Dans le détail, ce recul des expéditions a concerné la France

3

avec un repli de 2,3% à 167 millions de bouteilles et l'Union Européenne avec 74 millions de bouteilles. La progression se poursuit en revanche pour le reste du monde (+3,2%) avec 63 millions de bouteilles exportées en 2013. Au total, 304 millions de bouteilles vendues du précieux breuvage effervescent. Le grand export est donc le marché actuellement le plus prometteur, battant sans cesse des records. Il représente actuellement 20% des volumes et désormais plus de 25% du chiffre d'affaires de la filière.

Aymeric Henniaux

Le Champagne ne pâtit décidément pas de la crise grâce, surtout, à la progression des expéditions hors U.E. © l'Hebdo du Vendredi

qui voteront ensuite. » Enfin, Coteaux, Maisons et Caves de Champagne sera officiellement inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, après un travail de huit années. «  Ce qui est finalement peu au regard de l'inscription d'Albi qui a pris près de quinze ans  », remarque Amandine

Ce n'est qu'un début...

Crépin. Et afin de se familiariser avec cette session internationale, Paysages de Champagne est invité l'été prochain à Doha en tant qu'observateur de la prochaine session. Une fois les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, la mission ne s'arrête pas pour l'association Paysages du Champagne, bien au contraire. « Cette inscription reconnaît la valeur universelle exceptionnelle de ce territoire, précise Amandine Crépin, une fois ceci acquis, il faut le pérenniser, le développer, notamment sur le plan touristique. Communiquer autour des sites bien sûr, mais aussi autour des savoir-faire des hommes, vignerons en tête, et autour du caractère de célébration du champagne, mondialement reconnu. » Ancrer durablement cette inscription tout en s'appuyant dessus pour donner une meilleure visibilité au patrimoine, telle est la prochaine mission pour les années à venir de Paysages de Champagne et de tous les acteurs qui l'accompagnent.

Aymeric Henniaux


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Jean-Paul Angers : « La gauche dans sa diversité »

Municipales 2014 - Liste divers gauche

le conseiller d’opposition du Mouvement Républicain et Citoyen Jérémie Thévenin, le candidat Front National Sébastien Durançois et Alain Lairé, apolitique.

La liste divers gauche Epernay Avenir a annoncé le nom de son candidat pour les élections municipales des 23 et 30 mars prochains. C’est Jean-Paul Angers, du Parti Radical de Gauche, qui sera tête de liste dans une volonté de rassembler une gauche diverse, mais plus que jamais divisée.

ean-Paul Angers sera l’homme fort de la liste soutenue par le Front de Gauche - et donc le Parti Communiste - et le Parti Radical de Gauche, « Epernay avenir ». Technicien viticole et cadre au Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), il peut se prévaloir d’une maîtrise certaine de la filière et

J

« Gagner et se reconstruire »

est partisan d’une « viticulture familiale » dans le bassin local. Ancien socialiste, Jean Paul Angers a rejoint le Parti Radical de Gauche en 2009. A 53 ans, il affiche plusieurs mandats de conseiller

Jean-Paul Angers sera, comme attendu, la tête de liste Epernay Avenir, ralliant notamment des membres du Front de Gauche et du Parti radical de gauche. © l'Hebdo du Vendredi

municipal, communautaire et régional. En 2001, il avait déjà mené une liste de la gauche plurielle aux élections municipales sparnaciennes, qui avait obtenu 42,5 % des suffrages. Si cette nomination n’est pas vraiment une surprise, le candidat et ses colistiers assurent que la définition d’une tête de liste n’a pas été une prio-

« Nous avons tenu nos engagements »

Municipales 2014 - Franck Leroy et son bilan

A quelques semaines de la prochaine échéance municipale, Franck Leroy dresse un bilan exemplaire de son mandat avec près de 88 % de promesses tenues. Le maire et son équipe se félicitent d’avoir fait « progresser » leur ville et sont particulièrement fiers de la transformation du quartier Bernon et de la candidature de l’avenue de Champagne au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

l’heure de faire le bilan de son action à la tête de la mairie d’Epernay, Franck Leroy ne cache pas sa satisfaction d’avoir tenu la plupart de ses engagements. Et il le prouve, un document de 25 pages à l’appui, où l’on peut retrouver les quelque 130 propositions avancées en 2008, dont près de « 88 % sont réalisées ou mises en œuvre. Nous avons tenu nos engagements. Notre bilan témoigne de la qualité de ce que nous avons fait, d’ailleurs, la principale critique de l’opposition c’est que l’on en fait trop. Sans le vouloir, ils nous font un compliment », se félicite le maire, réuni autour de quelques adjoints.

A

Quartier Bernon : « l’une de nos plus belles réussites »

En matière de développement économique, Franck Leroy évoque la création de zones d’activités, à l’instar de Val de Champagne. Il rappelle l’implantation de 1000 m2 supplémentaires de commerces en centre-ville ou encore la multiplication par sept du chiffre d’affaires de l’Office de tourisme. Et c’est justement sur ce point que ses détracteurs accusent le maire d’en avoir trop fait, misant tout sur le champagne, au détriment du reste. « Nous avons beaucoup misé sur l’Avenue de Champagne mais si

nous ne l’avions pas fait, nous ne serions pas aux portes de l’Unesco. Cependant, nous avons beaucoup plus investi pour la ville que pour le champagne lui-même », se défend Franck Leroy, évoquant un investissement inférieur à 6 millions d’euros pour le champagne sur un investissement global de 95 millions d’euros. Et de rappeler les autres réalisations du mandat, en matière de renouvellement urbain par exemple au quartier Bernon « C’est probablement l’une de nos plus belles réussites », les 2500 logements sociaux construits ou renovés, les treize kilomètres de voirie refaits, les treize caméras de vidéo surveillance installées, le dynamisme culturel, la hausse de 5 % des subventions aux associations ou l’équipement en tableaux blancs interactifs de toutes les classes élémentaires. « Il n’y a pas un domaine où l’on n’a pas progressé, à part en matière d’imposition », souligne un adjoint, Benoît Moittié. Justement, pour certains, le maintien du taux d’imposition se fait au détriment des automobilistes via l’extension du stationnement payant. « Les hausses sont de l’ordre de 1 à 2 % mais nous restons à ma connaissance la seule ville de la région à offrir une heure de stationnement gratuit par jour », oppose Franck Leroy rappelant que, contrairement aux impôts, le stationnement dont 125 places supplémentaires ont été créées durant le mandat - est également supporté par les touristes et les habitants des villages alentours. Autre sujet sensible, le transport public dont certaines communes comme Ay, sont exclues. « Ce sera difficile tant que nous ne serons pas dans une même communauté d’agglomération. Il va de soi que c’est une aberration. Il faut sortir du morcellement des communautés de communes. C’est un archaïsme qui nous prive d’une manne financière », soupire Franck Leroy. Candidat à sa succession pour un troisième mandat, le maire peaufine actuellement avec son équipe le programme qui devrait être dévoilé dans le courant du mois de février.

L.V

rité : « Notre démarche n’est pas un casting », à l’inverse des « autres listes très égocentrées » autour de leur candidat. « Nous avons une mission et à travers nous, c’est la gauche dans sa diversité qui va gagner et se reconstruire », assure Jean-Paul Angers qui exclut toute alliance avec une liste reconnue à droite. C’est donc la notion de rassemblement que l’équipe divers gauche d’Epernay Avenir souhaite mettre en avant. Un choix qui n’est sans doute pas étranger à la division qui règne au sein de la sphère politique sparnacienne avec pas moins de cinq autres listes présentées par le maire sortant Franck Leroy (Union des Démocrates et Indépendants), le leader de l’opposition socialiste Marc Lefèvre,

Une liste de gauche rassemblée, certes, où « chacun conserve sa personnalité », mais surtout en rupture avec l’actuelle opposition socialiste. D’ailleurs, c’est l’un des arguments invoqué par le représentant du Front de Gauche, Dominique Josse, « aucun d’entre nous n’est au conseil municipal, où l’opposition se fait remarquer par sa médiocrité ». Or le bilan du maire sortant est désastreux selon Jean-Paul Angers qui ambitionne d’ « enrayer les orientations politiques de Franck Leroy » ayant conduit à une baisse démographique, au cloisonnement des quartiers, à la hausse des impôts... Pire, il évoque, en matière de

« Enrayer les orientations politiques de Franck Leroy »

transport public, « des chinoiseries » entre Franck Leroy et le maire d’Ay, qui « empêchent la ville de s’inscrire dans une logique d’agglomération ». Et de conclure : « C’est une politique qui est arrivée au bout du bout. » Pour inverser la tendance, le candidat de la liste Epernay Avenir souhaite mettre en place une nouvelle méthode de démocratie locale, plus ouverte et qui instaure une relation plus humaine entre les élus et les Sparnaciens. « Nous allons nous engager dans une bataille pour la victoire. Il ne faut pas avoir peur de ses ambitions ».

Leticia Venancio


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Mineurs sur le papier, pas aux yeux des services publics

Mineurs étrangers isolés

Vendredi dernier, trois jeunes étrangers ont été mis à la porte du Foyer départemental de l’enfance, basé à Châlons. Motif de l’expulsion : ils sont considérés comme majeurs par l’Aide sociale à l’enfance, qui, de ce fait, ne les prend plus en charge. Leurs papiers d’identité font pourtant état de leur minorité.

gés, passeports et actes de naissance à l’appui, de 15 et 16 ans, trois jeunes sont arrivés en France en octobre et novembre derniers. Ils ont quitté leurs pays de naissance - Mali, Bangladesh et Niger – pour des raisons familiales, politiques ou religieuses. L’un d’entre eux, par exemple, est parti sur demande de ses parents, qui souhaitaient le protéger des conflits ravageant le pays. « Mon frère avait déjà été mutilé lors d’une manifestation, explique-t-il. Il a perdu

A

Mineurs d’après leurs papiers d’identité mais pas pour l’ASE, trois jeunes ont été recueillis par RESF après leur expulsion du Foyer départemental de l’enfance. © l'Hebdo du Vendredi

un bras, une jambe. Mes parents voulaient ma sécurité. » Il est alors parti en Inde, puis à Chypre, en Italie, et en France. Servant régu-

Le président du Conseil général de la Marne a assuré que les services du Département avaient accompagné les jeunes « dans le cadre bien défini par la loi et la cellule nationale des mineurs isolés étrangers. Le protocole a été respecté. S’ils sont évalués majeurs, ils ne sont plus sous notre responsabilité et ne peuvent donc plus être hébergés par les foyers pour mineurs. Et je fais confiance aux équipes qui les ont suivis. » Pour rappel, en 2013, le Conseil général a pris en charge une cinquantaine de mineurs isolés. « Soit environ 2,5 millions d’euros sur l’année, non compensés par l’Etat. »

René-Paul Savary : « Le protocole a été respecté »

La famille Rasarian est arrivée à Châlons il y a maintenant près de trois semaines. Cette fois, pas d’enfant concerné. Mais une jeune fille de 20 ans née à Moscou, Arpine, ainsi que ses parents, Juna et Murtich, âgés de 62 et 64 ans, originaires d’Arménie et d'Azerbaïdjan. Faute d’argent et de place dans les dispositifs d’hébergement d’urgence, ils voguent entre le Secours catholique et le Cada (Centre d'accueil de demandeurs d'asile, rue Servas) pour se nourrir, se doucher et se soigner. Et dorment dehors, sous une tente prêtée par RESF. Leur demande d’asile sera enregistrée le 28 janvier auprès des services de l’Etat, en préfecture. Gageons que les températures restent clémentes jusque là.

Pendant ce temps, rue Servas…

lièrement, en chemin, les intérêts des réseaux de passeurs. Et même si nul n’a à juger leurs parcours respectifs, ils reflètent tristement la dure réalité des choses. Depuis le 31 mai 2013, une circulaire du ministère de la Justice prévoit un protocole bien spécifique pour l’accueil des mineurs isolés étrangers. Ils sont automatiquement placés sous la responsabilité de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), qui dépend du Conseil général, et font l’objet d’une série d’évaluations dédiées à statuer sur leur âge et la véracité de leurs récits. Tests scolaires, entretiens psychologiques, expertise de leurs documents d’identité, etc. Quand le doute persiste, la « science » prend le relais. Le parquet peut alors ordonner des examens médicaux-judiciaires. Les trois jeunes en question ont vraisemblablement suivi ce protocole, jusqu’à la radiographie osseuse. Verdict de l’ASE : ils sont majeurs. D’où leur expulsion du Foyer dépar-

temental de l’enfance, au sein duquel ils étaient placés temporairement. Mais depuis plusieurs semaines déjà. Le temps pour eux de trouver leurs marques, se faire quelques amis, même. Alertés, les membres du Réseau éducation sans frontières (RESF) les ont aussitôt pris sous leur aile. « Nous les logeons à l’hôtel pour le moment et nous appelons le 115 tous les jours au cas où un hébergement d’urgence se libère, déplorent Catherine Tanguy et Marie-Pierre Barrière. Deux d’entre eux sont scolarisés. Ils ont envie d’apprendre, ils ont aussi beaucoup à apprendre aux autres élèves. De quel droit peut-on leur interdire d’aller à l’école ? Ils sont complètement perdus, et ont besoin d’être accompagnés. » Les bénévoles pointent du doigt plusieurs manquements à la circulaire ministérielle de la part de l’ASE. « A aucun moment, on ne leur a demandé leur consentement pour l’examen osseux, alors que le protocole le prévoit. Personne ne sait où sont les résultats. L’ASE n’a délivré, suite aux examens, aucun document stipulant leur majorité. Et leurs papiers d’identité n’ont pas été soumis à la procédure d’authentification. Techniquement, leurs passeports prouvent qu’ils sont mineurs. Si jamais le moindre pépin devait leur arriver, l’ASE en serait responsable. » Le juge pour enfants et celui des tutelles ont été saisis, pour qu’ils soient reconnus comme mineurs et réintègrent le foyer. Mais ces procédures juridiques peuvent durer plusieurs mois. Trois en moyenne. Alors d’ici là, on fait quoi ?

Une ancienne employée porte plainte contre KFC

Sonia Legendre

Droit du travail

Remerciée par courrier le 2 janvier, Hawaou Baldé a déposé plainte contre le restaurant KFC de Cormontreuil pour harcèlement moral et discrimination raciale. Elle saisira également le Conseil des Prud’hommes pour licenciement abusif.

endredi dernier, à l’heure de la pause méridienne, un comité de soutien à Hawaou Baldé s’était réuni au KFC de Cormontreuil. Soit une vingtaine de personnes – CGT et syndicat des privés d’emplois, SOS Racisme, Mouvement des jeunes socialistes, syndicat étudiant - venue dénoncer haut et fort les conditions de travail supportées par cette ancienne salariée. Voyant les drapeaux rouges arriver au loin, le directeur du restaurant, Cyril Laurent, a tout juste eu le temps de briefer son équipe pour que cette manifestation ne perturbe pas le service. « Tout le monde garde son calme, on continue à tra-

V

Un comité de soutien à Hawaou Baldé est venu manifester dans les locaux du restaurant KFC, à Cormontreuil. © l'Hebdo du Vendredi

vailler comme s’ils n’étaient pas là. » Un ordre pris au pied de la lettre par les salariés. Le responsable n’a pas souhaité s’exprimer sur ce sujet et nous a orientés vers le siège du groupe, à Paris. Qui, lui non plus, n’a pas donné suite à nos demandes. Hawaou était embauchée en CDI par KFC depuis son ouverture, en mars 2012. « Sous le statut d’étudiante, le week-end, précise-t-elle. J’étais en licence Banque et assu-

rance à l’IUT. Mes parents vivent en Afrique. En tant qu’étudiante étrangère, je n’avais pas le droit aux bourses. J’avais donc besoin de ce boulot pour payer mon loyer et poursuivre mes études. Pire, si ma formation n’était pas validée, on me retirait mon titre de séjour. Ce contrat, c’était mon sésame. On était une soixantaine dans l’équipe au départ, pour assurer le rush de l’ouverture. Ils sont moins d’une

trentaine à présent. Et tous mes anciens collègues « de couleur » ont été licenciés. » Les premiers différends entre l’employée et son supérieur apparaissent suite à des changements inopinés de planning, en dehors des disponibilités de Hawaou, pourtant précisées noir sur blanc dans son contrat de travail. La loi est limpide concernant le statut d’étudiant salarié : l’employeur ne peut refuser une demande de congé sans solde. « C’est pourtant ce qu’il a fait lorsque j’ai dû partir en stage quatre mois. Il m’a même répondu, en ces termes : « Techniquement, je peux accepter, j’ai assez de monde. Mais pour toi, je refuse. Débrouilletoi. » Je lui ai donc envoyé un courrier par recommandé avec accusé de réception, qui l’a finalement fait changer d’avis. » Son patron lui propose alors un contrat de treize heures le week-end, et Hawaou jongle ainsi entre son stage, son mémoire, et son boulot chez KFC. « Je n’en pouvais plus, physiquement et moralement ! On me missionnait systématiquement sur les

tâches les plus ingrates. Je subissais les insultes racistes de l’équipe. J’ai fini par faire une dépression nerveuse. » Même scénario pour la remise de diplôme de la jeune femme, à qui un congé a d’abord été refusé, puis accordé au tout dernier moment, sur fond de vulgarités verbales. « Puis j’ai été convoquée à un entretien préalable au licenciement, sans aucun avertissement avant cela ! On m’a reproché d’avoir consommé un sandwich en plus de mon repas personnel. C’est faux. » Le 2 janvier, alors qu’elle est en arrêt médical, Hawaou reçoit une lettre de licenciement qui la dispense de toute durée de préavis. « J’ai déposé plainte pour harcèlement moral et discrimination raciale, et je saisirai le Conseil des Prud’hommes pour licenciement abusif. J’espère que le Procureur engagera une instruction auprès des collègues et anciens salariés du restaurant. Certains n’osent pas parler par peur des représailles. »

S.L


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Le Ceser et la Région en phase

Vœux 2014

Ils ne sont pas toujours d’accord le reste de l’année, mais ce lundi, pour leur cérémonie commune de bons vœux, Patrick Tassin et Jean-Paul Bachy, les présidents du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) et de la Région Champagne-Ardenne, ont trouvé quelques points communs à leurs discours respectifs.

’est une tradition qui perdure depuis des années à la chapelle de l’Hôtel de région. Praticité et bon sens obligent – le Ceser est la deuxième assemblée consultative du Conseil régional -, les vœux de Patrick Tassin et de Jean-Paul Bachy se déroulent toujours de concert. D’abord le Ceser, ensuite la Région. L’exercice est donc plus délicat - et l’improvisation de rigueur ! - pour le président Bachy, puisqu’il ne connaît pas à l’avance le contenu du discours de son homologue. A moins que… Une chose est sûre, les deux élus ont rappelé, chacun à leur manière, les atouts indéniables de la Champagne-Ardenne. Une région où il fait bon vivre, très riche historiquement et touristiquement parlant, dotée d’entreprises à la pointe de la technologie, et l’une des plus productives en matière d’agriculture. « Nous sommes la 1ère région de France en produc-

Patrick Tassin cite Jean Jaurès et… Jean-Paul Bachy

C

Patrick Tassin (à g.) et Jean-Paul Bachy (à d.) ont présenté conjointement leurs vœux, comme chaque année. © l'Hebdo du Vendredi

tion d’électricité éolienne, et nous nous débrouillons pas mal dans le domaine de la méthanisation, a positivé Jean-Paul Bachy. Nous dégageons 2,6 milliards d’excédent commercial, grâce au champagne, mais aussi à tous les autres secteurs, notamment l’industrie. » Les présidents ont néanmoins insisté sur l’importance de retrousser les manches pour avancer, malgré un contexte général plus qu’incertain. Puis d’évoquer les notions de responsabilité collective et de travail en commun, conditions sine qua non pour améliorer l’at-

Le Préfet de région prône l’optimisme pour 2014

tractivité du territoire. Avec une priorité, celle de relancer la machine économique, première source de croissance et d’emploi. Sur ce point, évidemment, Jean-Paul Bachy n’a pas manqué de citer les outils mis en place en ChampagneArdenne par le Conseil régional et ses nombreux partenaires : la Banque publique d’investissement, Champagne-Ardenne Place financière ou encore le Comité régional à l’export. Leurs discours se sont également accordés sur le fait que l’avenir industriel champardennais repose sur l’innovation et la formation. Et quand Patrick Tassin regrette de voir le savoir-faire local s’accompagner de qualifica-

Au fil de ses vœux, le président du Ceser a cité à plusieurs reprises le discours prononcé l’an passé, au même moment, par le président de la Région. « Vous disiez : « comment peut-on comprendre que l’on verse des centaines de milliards aux banques, sous prétexte de crise, et qu’on refuse des prêts aux petits entrepreneurs qui veulent innover, exporter et créer des emplois ? » Aujourd’hui, il semble qu’on ait oublié que l’aggravation considérable de la crise ne vient pas du travail, mais du monde de la grande finance. » Puis d’illustrer sa réflexion avec un chiffre : « 18 %, ce n’est pas encore le taux de chômage, non, c’est le niveau de gains affichés en 2013 par la Bourse de Paris. » Et pour adresser les vœux de l’assemblée qu’il représente aux acteurs régionaux, Patrick Tassin a choisi Jean Jaurès. « Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. » Un bel élan d’optimisme pour commencer l’année.

tions trop faibles, « que nous n’avons pas su valoriser suffisamment depuis les années 60 », Jean-Paul Bachy agrémente ses propos de plusieurs projets qui devraient se concrétiser en 2014 : le rassemblement des pôles universitaires de Reims et de Troyes et le rapprochement des filières de formation dans les écoles d’ingénieurs. S.L

Métiers de la Coiffure, de lʼEsthétique, du Sanitaire et Social

Les premiers vœux du Préfet aux Champardennais ont eu lieu le 9 janvier à Châlons. © l'Hebdo du Vendredi

rand-messe des forces vives de la région le jeudi 9 janvier, en Préfecture. Conseils général et régional, maires, présidents du réseau consulaire, police et gendarmerie, chefs d’entreprises, etc… Les vœux de Pierre Dartout – ses premiers aux Champardennais, puisqu’il est arrivé il y a onze mois – ont fait salle comble. Un discours teinté d’optimisme pour cette nouvelle année 2014, avec, entre autres souhaits de l’élu : « que nous ne cédions pas collectivement à la tentation de la sinistrose et du vent de pessimisme constatés. Notre pays n’est pas en crise. Il connaît une profonde mutation, qui peut être source d’idées nouvelles. L’Etat doit montrer l’exemple, et ce, en menant des actions concrètes. » Et les bonnes résolutions n’ont pas manqué. Plusieurs axes de travail figurent à l’ordre du jour – ou

G

plutôt de l’année – des services de l’Etat. A commencer par la simplification des procédures mises en œuvre. « Il faut également veiller à mieux s’adapter, à prendre en compte les réalités locales. Je citerai l’exemple, ici, des Zones de sécurité prioritaires (ZSP) à Reims. Nous devons anticiper et être mieux à l’écoute de tous les partenaires. » Puis de citer Colbert : « tout homme qui est mal informé ne peut s’empêcher de mal raisonner. » Pour terminer sur une bulle de légèreté, le Préfet de région n’a pas tari d’éloges sur la Champagne-Ardenne. Une région très productive selon lui, compétitive et innovante, touristique, et où l’on fait, ne l’oublions pas, « le meilleur vin du monde ! Je fais le vœu que la candidature Unesco soit reconnue. »

S.L

Début des Formations en Septembre 





CAP COIFFURE, CAP ESTHETIQUE BP COIFFURE, BP ESTHETIQUE

CAP PETITE ENFANCE

03 26 84 55 40 - www.gretamarne.com


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Rien à gagner, tout à partager

Saint-Vincent de l'Archiconfrérie 90 confréries et maisons de champagne participeront samedi 18 janvier à la Saint-Vincent de l'Archiconfrie. Une sorte de point de départ des festivités en l'honneur du choix du gouvernement français de retenir la candidature des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne pour une inscription à venir sur la liste mondiale du patrimoine de l'Unesco.

n ne présente plus Saint-Vincent. Persécuté sous le gouvernement romain, il serait mort en janvier 304 de notre ère. Quelques jours avant les festivités qui réuniront toutes les confréries, dans l’intimité de leur village, l’Archiconfrérie propose une nouvelle fois une grande répétition générale. Elle aura lieu samedi 18 janvier en l’église NotreDame où Mgr Louis, Evêque de Châlons-enChampagne, célébrera une messe vibrante, devant les vignerons, les représentants des maisons de négoce et les nombreux fidèles qui apprécient cet intense moment d’émotion. « Il n’y a rien à vendre, tout à partager », commente Franck Leroy, le maire d’Epernay tout auréolé par l'inscription de la candidature de la Champagne au Paysages du patrimoine mondial de l’Unesco. « Nous sommes sur une terre qui hérite et transmet », rappelle Patrick Boivin, le secrétaire

O

général de l’Archiconfrérie, co-présidée par Evelyne Roques-Boizel et Maurice Vollereaux. Peu de nouveautés cette année mais une constante ferveur. 90 confréries et maisons de champagne descendront l’avenue de champagne à 15 heures, à partir du parking de la maison Mercier, pour rejoindre l’église à 16 heures où l’office sera célébré par la chorale de l’Archiconfrérie regroupant des choristes de la région avec l’Harmonie des Tonneliers. « La messe est importante. C’est un moment confraternel. Plus de 25 personnes travaillent à la réussite de cet évènement », souligne Maurice Vollereaux. Le chef de choeur viendra de la chorale de Cormontreuil. Maryse Menu a déjà répété plusieurs fois avec les tonneliers et tout est bien calé. « Il est essentiel que les Champenois pré-

Une messe toujours vibrante

servent leurs valeurs », explique Franck Leroy qui a passé une bonne partie de la journée de lundi à répondre à des interviews sur l'inscription à l’Unesco. « Ce sera la première fête de cette belle reconnaissance pour notre Champagne. Des centaines de ballons vont s’élever dans le ciel. Mais d’autres évènements festifs sont prévus plus tard », a expliqué le premier magistrat. Cette année pas de trophée Saint-Vincent car la logistique est lourde et il n’est pas possible de l’organiser à chaque fois. En revanche le passage de bannière devrait avoir lieu entre la confrérie

Le défilé de l'archiconfrérie descendra l'avenue de Champagne. © l'Hebdo du Vendredi

d’Avenay-Val-D’Or au lycée viticole d’Avize et au Pays Vitryat. Jean-Luc Barbier, directeur général du CIVC, présentera au Hall Pierre-Gaspard un point sur la situation économique de la Champagne. Rien de bien secret avec une érosion des expéditions en 2013 mais une stabilité de la valeur. Ensuite la corporation des vignerons remettra ses médailles

et diplômes à ceux qui, par leur travail et leur talent, contribuent au prestige du champagne. La soirée s’achèvera par un dîner de gala à la salle des fêtes où il reste encore de la place.

Jean Batilliet

> Informations au 03 26 54 13 14.

La confiance revenue chez les salariés

Reprise de Plysorol

arie-Christine Mallet affiche le sourire. Ancienne responsable du comité d’entreprise et du comité d’établissement de feu Plysorol, elle goûte avec sobriété et modestie la reprise de l’entreprise. « Nous nous sommes battus quatre ans pour sauver l’entreprise avec des hauts et des bas, des moments d’espérance et de désespérance. Nous avons un repreneur qui a vraiment la volonté et la compétence pour relancer l’activité. Mais quel parcours ! » Marie-Christine Mallet, au centre, avec des salariés, à l'époque du comlance cette femme exception- bat pour sauver l'entreprise de Magenta. nelle de courage et de ténacité. © l'Hebdo du Vendredi De compétence dans les dossiers aussi. Mais Marie-Christine Mallet n’entend pas tirer toute la couverture à elle. « Nous voulons jouer la transparence », explique le directeur du site qui est allé la chercher sur son lieu de travail afin de lui demander de nous apporter son témoignage. Belle preuve de confiance ! « M.Février met de l’argent pour reprendre l’entreprise. Dans une période si difficile il faut saluer son action » explique Marie-Christine Mallet qui reste prudente. « Les choses devraient se remettre en place petit à petit. La direction doit relancer l’activité commerciale et remettre la machine en route crescendo. Il faut saluer l’implication de la Région Champagne-Ardenne dans ce dossier », ajoute Marie-Christine Mallet. « Nous avons tout fait pour que l’entreprise reste intacte. Il n’y a jamais eu la moindre dégradation. » Actuellement l’entreprise tourne avec 12 salariés. Mais l’objectif est de recruter une soixantaine de personnes. « Nous avons un grand respect pour notre nouvel actionnaire. Il nous inspire confiance. »

M

J.B


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Pour séduire les jeunes,les CCI misent sur la convivialité

Nuits de l’orientation

Le cadeau d’Ettlingen et le parc Nelson Mandela bientôt inaugurés

Une double cérémonie d’inauguration se déroulera ce samedi 18 janvier, à 12 h 15 : la statue offerte par la ville d’Ettlingen à la ville Epernay à l’occasion du 60e anniversaire de leur jumelage, puis les plaques signalétiques du parc Nelson Mandela, rue des Coteaux. Au 1er janvier 2015, tous les Etablissements recevant du public (ERP) devront respecter les normes d’accessibilité établies par la loi du 11 février 2005. A Epernay, près de 70 % des 66 ERP référencés sont d’ores et déjà conformes. Mieux, un itinéraire « Personnes à mobilité réduite » (PMR) relie désormais bon nombre de rues commerçantes en centre-ville, ainsi que le théâtre, la sous-préfecture, le marché couvert, les parkings du Jard ou encore le cinéma.

L’accessibilité, cheval de bataille d’Epernay

En 2013, la ville d’Epernay a accueilli 642 naissances. Une de moins qu’en 2012. Au top du palmarès des prénoms choisis par les Sparnaciens : Louise et Ethan, suivis de près par Noah, Timéo, Hugo et Lola. Les prénoms d’origine anglo-saxonne, latino et slave semblent de plus en plus prisés. Parmi eux : Allyson, Allistair, Lorenzo, Luciana, Kirsten ou encore Irina. Et dans la série des « p’tits nouveaux » : Lulu et Cléo.

Ces prénoms qui ont la cote…

UN AN DE PLUS

Les Nuits de l’orientation, un rendez-vous convivial et utile proposé aux jeunes par les CCI. © l'Hebdo du Vendredi

vec plus de 7 200 visiteurs l’an passé en région, les Nuits de l’orientation, imaginées par CCI France en 2007, séduisent de plus en plus de jeunes. Et de parents ! La recette du succès ? Le temps d’une soirée, collégiens, lycéens et étudiants sont invités à rencontrer les professionnels champardennais et tous les acteurs de la formation, pour peaufiner leurs projets. Ou trouver leur vocation, c’est selon. Sur place, au fil des stands et des échanges, ils peuvent s’informer sur les différents métiers qui s’offrent à eux, y compris les moins connus. Le tout dans une ambiance conviviale, ponctuée de démos, d’intermèdes musicaux, de dégus-

A

tations et d’animations en tout genre. Bonne nouvelle : la CCI de l’Aube rejoint le mouvement, et pour la première fois, l’événement sera ainsi décliné par les cinq chambres de la Champagne-Ardenne. Lancement des festivités le vendredi 24 janvier à Châlons, de 16 h à 21 h au Capitole. Puis rendez-vous à Reims le vendredi 7 février (Centre des congrès) et à Troyes le jeudi 13 février (espace Argence). > Plus d’infos sur

S.L

www.nuitsdelorientation.fr.

Franck Leroy résolument optimiste pour 2014

La rubrique Un an de plus propose de revenir sur un événement traité dans nos colonnes il y a un an, semaine pour semaine, et de regarder comment les choses ont évolué depuis. L’Hebdo du vendredi 18 janvier 2013 se faisait l’écho des vœux 2013 du Millesium, dont la gestion venait d’être confiée à la société Vega. L’un des représentants de la Communauté de communes d’Epernay, Alain Avart, profitait de cette cérémonie pour suggérer au Millesium d’accueillir davantage de salons dans ses murs. Si son vœu n’a pas encore été exaucé, en revanche, les spectacles et concerts seront plus nombreux cette année. Parmi les temps forts de la programmation 2014 : Patrick Bruel, Robin des Bois, Florent Pagny, Stromae ou encore Christophe Maé. Le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour, grâce à Muriel Robin, Franck Dubosc, Laurent Gerra, Gad Elmaleh, et, tout juste confirmé, Kev Adams. Et avant, l'évènement moto du 26 janvier, avec le premier trial international indoor d'Epernay.

2014 : un millésime pour le Millesium

Sonia Legendre

Cérémonie - Vœux

e maire a de quoi se frotter les mains en ce début d’année : le taux de chômage le plus faible de la région, une zone d’emploi en hausse démographique, un autofinancement de 51 % et une fréquentation touristique en augmentation confortée par la récente sélection de la candidature champenoise au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Tout ça dans un contexte national et international plus que morose. Franck Leroy, qui présentait mardi soir ses vœux aux corps constitués devant plus d’une centaine de personnes, a d’ailleurs commencé son discours par une analyse critique de la conjoncture française qui, à l’inverse de la plupart des grandes économies, « reste encore à l’écart de la croissance ». Une « anomalie » qui implique une remise en cause collective et individuelle, et un rejet du conservatisme. « Ce qui vaut pour notre pays doit également nous inspirer à l’échelon local », concède le maire convaincu que tout est possible avec de l’optimisme et de la résolution. Aussi souhaite-t-il, pour cette nouvelle année, que les communautés de communes cessent de se faire concurrence pour un jour constituer une communauté d’agglomération, que le projet de golf et de complexe touristique aux portes d’Epernay voit le jour ou encore que la nouvelle maternité ouvre ses portes avant la fin de l’année. L’édile va

L

VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES A l'audience du TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE CHALONS EN CHAMPAGNE, au Palais de Justice de ladite Ville, 2 quai Eugène Perrier, au plus offrant et dernier enchérisseur, il sera procédé à la vente aux enchères publiques :

LE MERCREDI 5 MARS 2014 à 8 H 30 VILLE DE SEZANNE (51120)

Une maison d’habitation située 19 rue Haute,

Le maire souhaite tirer des leçons à l'échelon local du contexte national. © l'Hebdo du Vendredi

même plus loin, en soutenant le développement d’un pôle métropolitain autour de Reims : « La Champagne-Ardenne ferait une énorme erreur en passant à côté d’une telle dynamique ». A quelques semaines des élections municipales, le maire et candidat à sa succession n’a pas résisté à la tentation de conclure en empruntant à l’écrivain George Bernard une phrase que Robert Kennedy luimême répétait lors de ses meetings en 1968 aux Etats-Unis : « Certains hommes voient la réalité et se demandent : pourquoi ? Moi je rêve de l’impossible et je me dis : pourquoi pas ? »

Leticia Venancio

comprenant : au rez de chaussée : une cuisine, deux pièces, salle de bain et wc au premier étage : une chambre et grenier, cave, terrain derrière, installation d’eau et d’électricité Ledit bien est cadastrée section H n°1398 lieudit “Rue Haute” pour une contenance de 2a 06 ca.

MISE A PRIX

QU INZE MILLE EU ROS (15  0 00 €)

Outre les charges, clauses et conditions énoncées au cahier des conditions de la vente déposé au secrétariat greffe du Tribunal de Grande Instance de CHALONS EN CHAMPAGNE sur la mise à prix sus indiquée. Les enchères ne pourront être portées que par le ministère d'un Avocat du Barreau de CHALONS EN CHAMPAGNE sur la mise à prix indiquée. Il sera procédé à la visite de l’immeuble par les soins de Maître JOLLY-TONNELIER, Huissier de Justice à SEZANNE, à la date qu’elle aura convenue avec le débiteur et à défaut, le mercredi de signé P. DEROWSKI chaque mois de 16h à 18h durant les deux mois précédant la vente.

Pour tous renseignements, s'adresser :

Au Cabinet DEROWSKI & ASSOCIEES, société d’Avocats inter-barreaux de REIMS et de CHALONS-EN-CHAMPAGNE dont le siège est 6 rue du Paulmier 51200 EPERNAY et ayant bureaux au 9 rue des Marmouzets 51100 REIMS. tél : 03.26.51.13.73. et fax : 03.26.51.13.74. au Greffe du Juge de l’Exécution du TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE CHALONS EN CHAMPAGNE où est déposé le cahier des conditions de la vente et où il peut être consulté.


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Neoma et l'Urca, unis autour de l'économie sociale et solidaire

Enseignement supérieur - Emploi

L'école de commerce et l'université ont signé mercredi un partenariat qui donne naissance à la chaire Economie Sociale et Solidaire (ESS). Les deux institutions vont mutualiser leurs moyens pour proposer des enseignements, mais aussi réfléchir sur ce secteur d'activités qui connaît une croissance soutenue.

epuis plusieurs années maintenant, Neoma et l'URCA, les deux plus importantes institutions de l'enseignement supérieur rémois, se rapprochent autour de différents projets. Un pas de plus a donc été franchi cette semaine avec le lancement de la chaire Economie Sociale et Solidaire. L'Université de Reims Champagne-Ardenne et Neoma Business School ont en effet scellé leur accord pour mutualiser leurs moyens et leurs expertises sur ce secteur d'activités en expansion en France et en Europe. «  Cette Chaire est un symbole et illustre une ambition partagée qui souligne notre responsabilité sociale dans un secteur en pleine dynamique, porteur d'emplois et de valeurs, note Franck Bostyn, président de Neoma. Pour Lissan Afilal, vice-président URCA, la création de cette chaire est l'aboutissement d'un challenge, « en fai-

D

Franck Bostyn, président de Neoma et Lissan Afilal, vice-président de l'URCA. © l'Hebdo du Vendredi

sant travailler deux mondes qui se confrontent et parfois s'opposent ». « Nous avons réussi a faire travailler l'ensemble de nos enseignants et chercheurs pour aboutir à cette chaire, ce qui démontre notre volonté commune de renforcer l'attractivité de nos formations », ajoute le représentant de l'URCA.

Concrètement, cette chaire dédiée à l'ESS, qui est la 3e forme entrepreneuriat avec le privé à but lucratif et le public, présente trois volets indissociables : l'enseignement, distillé par 19 enseignants-chercheurs, la recherche, pour alimenter l'enseignement et l'innovation, et le partenariat, pour obtenir des soutiens financiers.

Ainsi, en plus de développer les enseignements, qui existent déjà depuis 2000 au sein de l'URCA et depuis 2008 à l'école de commerce rémoise, les deux établissements entendent développer leurs travaux de recherche afin de se positionner comme des acteurs majeurs de la réflexion sur cette économie à part entière. Car si l'économie sociale et solidaire existe depuis le XVIIIe siècle, ce secteur d'activités ne bénéficie pas toujours des outils de gestion à même de l'aider à se développer. Il faut dire que ses composantes, mutuelles, coopératives ou encore associations, ont longtemps été considérées comme des acteurs négligeables de la croissance économique. «  L'économie sociale et solidaire est pourtant une des réponses à la crise, assure ainsi Lissan Afilal, un moteur pour l'emploi qui montre que l'économie peut répondre à une demande sociale ». « Ce secteur va créer 600 000 emplois durables en France d'ici à 2020 », note pour sa part Franck Bostyn. La chaire rejoint ainsi les missions de la CRESCA qui est d'accompagner les entreprises de l'ESS, nécessaires pour accompagner les transformations de notre société, d'autant que de plus en plus d'étudiants souhaitent contribuer aux défis sociaux d'aujourd'hui.

Julien Debant

Michèle Severs : « Un secteur qui ne détruit pas d'emploi »

Economie sociale et solidaire

Si le grand public connaît mal les caractéristiques de l'Économie sociale et solidaire (ESS), ce secteur d'activités représente pourtant une part grandissante de notre économie. Éclairage avec Michèle Severs, professeure d'économie à l'URCA et présidente de la chambre r��gionale de Champagne-Ardenne.

Quel est le poids de l'ESS en Champagne-Ardenne ? Selon les derniers chiffres INSEE (2011) qui ne peuvent répertorier que la partie employeurs, 8,6% des entreprises en Champagne-Ardenne appartiennent à l'ESS (9,5 en France) représentant 11% de l'emploi salarié (10,3% en France). Quand les chiffres sur l'ESS sont sortis en 2000, ce fut une révélation pour beaucoup de monde, d'autant que c'est un secteur qui ne détruit pas d'emplois.

u'est-ce que l'Économie sociale et solidaire ? Q L'ESS rassemble les associations, les coopératives et les

mutuelles, des entreprises qui produisent des biens et services comme les autres, mais qui ont une particularité : celle de produire des biens et des services qui répondent à des besoins locaux et essentiels avec des modes de gouvernance qui lui sont propres. Dans ces entreprises, on applique le principe démocratique selon lequel un individu égale une voix. Les décisions s'y prennent collectivement, contrairement aux entreprises classiques dont la finalité est de produire des profits pour les actionnaires. Les entreprises de l'ESS aussi font du profit, mais celui-ci est utilisé comme un moyen de production et de rémunération des actionnaires.

Quand est née l'ESS ? Telle qu'on la définie aujourd'hui, l'ESS est née au XIXe siecle en même temps que l'industrialisation. Les associations de production et les coopératives sont en fait nées en réaction contre la société capitaliste. C'est alors une action révolutionnaire qui visait à remettre en cause la société en proposant autre chose : une autre forme de travail entre salariés et patrons. Si on caricature, à la fin du XIX, un courant de pensée solidaire se forme et prône une autre

Quelles entreprises appartiennent à l'ESS ? A Reims, il y a par exemple Les pressoirs Coquard. Cette entreprise existe depuis une vingtaine d'années. Autre exemple local, La Commande numérique, à Saint Geosmes près de Langres, qui oeuvre dans le domaine de la robinetterie industrielle. Au niveau national, Chèque déjeuner, le magazine Alternatives Économiques, La MAIF, Le Crédit Coopératif ou encore Le Crédit Mutuel appartiennent toutes à l'ESS.

Michèle Severs, professeur d'économie à l'URCA et présidente de la chambre régionale de l'économie sociale de Champagne-Ardenne (CRESCA), depuis 2008. © l'Hebdo du Vendredi

forme entrepreneuriale et un autre qui dit que l'industrialisation a des conséquences néfastes et donc qu'il faut intervenir pour en contraindre les effets d'où les confusions entre l'économie sociale et les mesures politiques sociales. En fait, il faut bien comprendre que l'ESS n'est pas le social de l'économie !

Quelle sont les problématiques que rencontre ce secteur aujourd'hui ? Les outils économiques ont été créés pour les entreprises classiques. Les formations et les enseignements aussi. Il y a aussi une méconnaissance des investisseurs envers ce secteur d'activités, mais les choses progressent depuis plusieurs années notamment dans notre région qui a vu la mise en place d'une politique de soutien et pas seulement une ligne budgétaire pour faire plaisir. A l'avenir, ce qui serait bien, c'est que quand une entreprise connaît des difficultés, les décideurs aient le réflexe de se dire, pourquoi ne pas, par exemple, la transformer en coopérative ?

Propos recueillis par J.D


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Reims veut encore rugir contre un Lyon affamé

Foot (L1, 21e j.) Reims - Lyon

Meilleure équipe lors des cinq dernières journées de championnat, le Stade de Reims espère bien poursuivre sa série, dimanche à Delaune, lors de la venue d'une équipe de Lyon à la confiance renforcée par un nouveau succès, mercredi, face à Marseille en Coupe de la Ligue.

vec 32 points au compteur suite à sa très belle victoire acquise dimanche dernier sur la pelouse de Lille, le Stade de Reims n'est plus qu'à 8 petits points de la barre symbolique des 40 points nécessaires au maintien en L1. Pourtant, alors qu'il reste encore 18 journées à disputer, le staff et les joueurs ne parlent tou-

A

jours officiellement que de maintien, même si Franck Signorino (lire par ailleurs) estime « que son équipe peut jouer une place d'honneur  ». Ainsi, comme Hubert Fournier la semaine dernière, et malgré le succès lillois, Michel Audrain, son entraîneur-adjoint, assure «  sans faire du Guy Roux » que la priorité demeure le maintien. « Il faut profiter de ces bons moments car un jour un coup de moins bien peut arriver. Nous devons donc emmagasiner des points tant que le maintien n’est pas assuré avant de se donner un nouvel objectif ». Celui qui se dit optimiste de nature avoue tout de même « espérer rester dans les dix premiers ». Pour ce faire, la prochaine étape au programme des Rouge et Blanc n'est autre que la venue de Lyon, dimanche après-midi, qui est l'une des équipes en forme du moment avec... Reims. En effet, le Stade est tout simplement le club qui a engrangé le plus de points lors des

Lyon est-il plus fort que Lille ? Cette équipe va avoir à coeur de confirmer son regain de forme avec le retour de leurs individualités comme Gourcuff et Grenier. Lyon veut être européen. Je pense qu'ils sont surtout plus fort offensivement que Lille. Mais nous avons confiance en nos forces. Nous avons su leur poser des problèmes. Nous avons très envie de confirmer notre victoire à Lille et de rester en haut du classement pour assurer au plus vite notre maintien..

Franck Signorino : « On peut viser une place d'honneur »

Êtes-vous animé par un sentiment de revanche suite à votre élimination en Coupe face à ces mêmes lyonnais ? Non. Face à eux en Coupe, nous n'avons pas été bons. Nous avions en plus essayé un nouveau système. Ce qui nous occupe en priorité, c'est de prolonger notre série d'invincibilité en championnat.

Parlez-nous un peu de ce match à Lille... Personnellement, je me suis bien senti, même si j'ai ressenti un coup de mou dans les dix dernières minutes. C'était prévisible vu que j'ai pas participé au match de Coupe de France face à Marseille. C'était le premier match de l'année et ça sert souvent de mise en jambes après la trêve. Bon, j'ai quand même réussi à répéter les efforts. D'ailleurs, nous avons tous beaucoup couru face aux Lillois. Alors si nous avons bien joué tactiquement, nous devons faire mieux avec le ballon pour éviter d'être obligés d'effectuer trop d'efforts physiques et défensifs.

Éliminé des coupes, l'effectif rémois n'est-il pas trop important ? Notre effectif est étoffé en quantité et en qualité. Tous les postes sont soumis à la concurrence. Quand un joueur rentre, il fait bien souvent la différence. Il faut donc se surpasser. Cet effectif nous permet aussi de proposer différents choix tactiques et donc de surprendre l'adversaire. Maintenant, contre Lyon c'est un détail car si cette équipe joue sur sa vraie valeur, elle doit s'imposer. Maintenant, il y a une bonne dynamique dans le groupe et on peut viser une place d'honneur. Ce serait dommage de gâcher cette occasion à cause des états d'âmes ou des objectifs individuels. Le coach a besoin de tout le monde et tout le monde en sortira grandi en fin de saison. Le Stade de Reims a enregistré la signature pour trois ans du milieu de terrain franco-congolais Omenuke Mfulu. C'est le premier contrat professionnel pour ce jeune joueur de 19 ans.

Omenuke Mfulu signe 3 ans

Premier titre pour Pauline Ferrand-Prevot

Championnat de France élite de cyclo-cross

auline Ferrand-Prévot, la jeune rémoise de 21 ans, a conquis son premier titre de championne de France élite de cyclo-cross, dimanche dernier, sur le circuit de Lignières-en-Berry dans le Cher. Elle a devancé la vosgienne Lucie Chainel. Deuxième les trois années précédentes, Pauline a cette fois-ci survolé la course pour repousser à 41 secondes Lucie Chainel, la double tenante du titre, 2012 et 2013, et à 56 secondes Caroline Mani, championne en 2010 et 2011. Elle enrichit donc son palmarès qui compte notamment trois titres de championne du monde chez les juniors (deux en VTT et un sur la route) et deux titres de championne de France de contre-laJ.D montre élite.

P

Malgrè le succès à Lille, Franck Signorino estime que le match face à Lyon sera encore plus difficile. © l'Hebdo du Vendredi

cinq dernières journées : 13 points exactement avec quatre succès et un nul. Paris, Monaco, Lorient, Bordeaux et Saint-Etienne suivent avec 10 points. Dans le même temps, l'Olympique Lyonnais (9e, 28 points) n'a certes pris que 9

points (2 victoires et trois nuls), mais reste invaincu depuis 9 rencontres toutes compétitions confondues. Les Gones se sont notamment qualifiés facilement en Coupe de France face à La Suze (6-1), et, mercredi soir en Coupe de la Ligue en dominant Marseille (2-1), sans oublier le succès face au Stade de Reims dans cette même coupe le 12 décembre dernier (3-2). De plus, le groupe entrainé par Rémi Garde, qui vise une place européenne, aura à coeur de prendre sa revanche face à une équipe rémoise qui les avait battus sur le fil au match aller (2-1). De son côté, Hubert Fournier peut, lui, s'appuyer sur une bonne dynamique et un effectif quasiment au complet qui a certainement regardé la performance lyonnaise face à Marseille confortablement installé dans soncanapé. Si les Rémois ont la bonne idée de tenir tête à leurs adversaires, ce surplus de fraicheur pourrait d'ailleurs bien les aider à faire la différence et à réaliser, pourquoi pas, un nouvel exploit avec l'un des gros du championnat.

> Reims - Lyon, dimanche 19 janvier à 14h,

Julien Debant

stade Auguste-Delaune à Reims.

Opération rachat

Basket (Pro B, 24e j.) Le Portel – Châlons-Reims u-delà de la victoire qui est espérée, vendredi soir, dans l'antre toujours hostile du Portel, c'est surtout la manière de jouer et le comportement de l'équipe de Châlons-Reims qui seront scrutés. La défaite face à Fos (50-63), la 3e concédée à domicile, a en effet laissé un goût amer aux joueurs et à leur entraîneur, bien sûr, mais aussi aux 2 600 spectateurs qui s'étaient massés dans René-Tys, parmi lesquels figurait le président de la ligue nationale de basket, Alain Béral. Cette rencontre fut sans doute la pire sortie des Marnais cette saison. Un match indigne d'un leader, statut que le club occupait avant le coup d'envoi. Les raisons de cet échec sont incompréhensibles. Certes Nikola Antic était privé de John Turek, victime d'une gastro-entérite, mais dans le même temps son collègue, Remi Giuitta, déplorait l'absence de son intérieur US Sherman Gay. Sans excuse, Sacha Giffa et ses coéquipiers ont donc joué sans intensité et sans imagination, comme ils l'ont déjà malheureusement fait cette saison, mais en plus, ce soir là, sans réussite aux tirs. Châlons-Reims, redescendu à la 2e place (15 victoires et 7 défaites) doit donc se racheter au Portel, une équipe actuellement 6e du classement (13 victoires et 10 défaites) et qui reste un succès facile sur le parquet de Souffelweyersheim (51-70). A noter

A

Sacha Giffa et CCRB ont manqué le coche face à Fossur-Mer. Une réaction est attendue ce soir au Portel. © l'Hebdo du Vendredi

que lors de la phase aller, les hommes de Nikola Antic s'était imposés face aux Portelois sur le score de 86-78.

> Le Portel – Châlons-Reims, vendredi 17

janvier à 20h, salle Damrémont à Boulogne-sur-Mer.

Prochain match à domicile : Châlons-Reims – Poitiers (25e j.), samedi 25 janvier à 20h, Palais des Sports Pierre de Coubertin à Châlons-en-Champagne.

EN BREF

Michel Périn, le co-pilote sparnacien de l’Espagnol Nani Roma et leur All4 Racing Mini du Monster Energy X-Raid Team devraient remporter le rallye Dakar 2014 disputé en Argentine, en Bolivie et au Chili. Le podium final sera célébré dimanche 18 janvier à Valparaison. La veille de la 11e étape, disputée hier jeudi et remportée par la Mini d’Orlando Terranova (Roma et Périn ont terminé deuxièmes), leur écurie a donné des consignées pour figer les positions. Ce qui fait, que, sauf accident ou gigantesque erreur de navigation, et ce n’est pas Michel Périn qui en est un habitué, le Sparnacien gagnera son quatrième Dakar après ceux de 1994, 1995 et 1996, avec Pierre Lartigue sur Citroën. En 2012, le duo Roma-Périn avait pris la deuxième place. Jeudi soir, après la 11e étape disputée entre Antofagasta et El Salvador, Roma et Périn comptaient 5’32’’ d’avance sur Stéphane Peterhansel, 56’01’’ sur Nasser Al-Attiyah et 1 h 03’39’’ sur Orlando Terranova, tous sur Mini.

Dakar : sauf accident, Michel Périn va gagner !

Déjà titrée en élite, sur le contre-la-montre, la Rémoise a obtenu son premier maillot tricolore en cyclo-cross. © DR

J.D


magazine

N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Mon beau sapin, roi des déchets !

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA

Expostion et concours

LOISIRS DIMANCHE 26 JANVIER

Un concours de création et de décoration de sapins de Noël a été organisé par la Communauté de Communes d'Epernay - Pays de Champagne durant la semaine de réduction des déchets en novembre 2013. « Il a connu un beau succès », se réjouit Jacques Guillaume, vice-président de la CCEPC en charge du dossier. Particuliers, écoles, associations, assistantes maternelles, structures d’encadrement du jeune public et bailleur ont répondu favorablement à ce projet », explique Nathalie Etchecopar, chargée du programme local de prévention des déchets à la CCEPC. L’objectif était de réaliser des décorations de Noël à partir des matériaux de récupération et d’associer les couleurs, les matières en détournant les objets de leurs fonctions principales Le résultat est orignal, amusant, coloré. On peut le découvrir depuis le lundi 13 janvier jusqu’au vendredi 24 janvier de 8 h 30 à 12 h 15 et de 13 h 45 à 17 h dans le Hall d’accueil de l’Hôtel de communauté, place du 13e Régiment de génie à Epernay. Tous ces sapins sont exposés au vote des visiteurs de l’exposition. Un jury Jacques Guillaume, vice président de la CCEPC, et nathalie Etcheco- formé d’élus, d’agents et de partenaires de la collectivité désignera les laupar dans le hall d'exposition de l'Hôtel de Communauté. réats qui seront connus à la fin du mois et les prix seront remis lors de la se© l'Hebdo du Vendredi maine du développement durable en avril 2014. Cette exposition clôture un programme d’actions nombreuses et variées mises en place par la direction des déchets de la CCEPC. Elle a réuni notamment 190 spectateurs au Palace à l’occasion de la présentation du film « Super Trash », 12 participants à l’atelier de fabrication de produits ménagers à l’appart’éco à Bernon, 60 visiteurs au Troc de Noël organisé au gymnase Hanauer. « Et 30 sapins ont été réalisés à partir de matériaux de récupération » commente Jacques Guillaume. Un bilan satisfaisant avec 1200 personnes sensibilisées sur toute la région Champagne-Ardenne dont un quart par la CCEPC.

J.B > Entrée libre. Urne à disposition pour le vote du public.

TRIAL INDOOR INTERNATIONAL Le Millesium en partenariat avec le Moto Club d’Epernay présente une démonstration de Trial et de VTT Trial. Avec une affiche des pilotes internationaux du Top 10 qui seront réunis pour votre plus grand plaisir. À 15h00. Tarifs : 18 à 120 euros – Le Millésium, av. du général Margueritte à Epernay.

CONFÉRENCES LUNDI 20 JANVIER

CONNAISSANCE DU MONDE : LA SUISSE Sur le thème «La Suisse, au coeur des Alpes», en présence du réalisateur Pierre Dubois. À 14h30. Séance supplémentaire à 20h30 Tarifs : 4,50/8/8,50 euros - Cinéma le Palace à Epernay. JEUDI 23 JANVIER

RENDEZ-VOUS PHILO : DE QUOI LE SECRET EST-IL LE SI Un nouveau Rendez-vous Philo dédié à la thématique du Secret, par Gérard Lemarié. À 18h30. Réservation conseillée au 03 26 53 37 85 - Médiathèque centre-ville, 1 rue du professeur Langevin à Epernay. VENDREDI 31 JANVIER

LUNCH THÉÂTRAL : VENEZ DÉJEUNER AU THÉÂTRE

Un cabaret en hommage à Raymond Devos

Salmanazar

La semaine prochaine, le Salmanazar, en partenariat avec la MJC intercommunale d'Aÿ, propose de redécouvrir l'humoriste de talent Raymond Devos. Présenté par la compagnie châlonnaise Ici et maintenant théâtre, cet hymne à l'artiste, offert sous la forme d'un cabaret, promet rires, jeux de mots et émotions. Ayant longtemps fait partie des scènes françaises et belges non seulement grâce à ses jeux de mots mais aussi ses capacités de mime, Raymond Devos est connu de tous et apprécié par beaucoup. Et Christine Berg n'en est pas l'exception. « L’intérêt pour les textes de Raymond Devos était présent dans mon esprit depuis un certain temps et il s’est incontestablement confirmé à la lecture : voilà un homme dont j’ai envie de faire ré-entendre la voix, non pas seulement comme un « amuseur » Les sketches de Devos, le spécialiste des jeux de talent (ce qui est déjà beaucoup) mais comme un écrivain, à part entière, dont la modestie a de mots et des mimes, seront rejoués dans souvent occulté le travail littéraire », explique-t-elle, chargée de la mise en scène du cabaret. Cette l'agglo. © DR dernière a choisi de reprendre les textes de l’artiste comme les Sketches inédits et Matière à rire. Sur scène, ce sont deux acteurs, Loïc Brabant et Vanessa Fonte, qui les interprètent. Ils sont accompagnés, cabaret oblige, d'un pianiste pour la musique.

A.T > Cabaret Raymond Devos : mardi 21, mercredi 22 et jeudi 23 janvier à 20 h 30, Théâtre Gabrielle-Dorziat. Tarifs : 3 à 12 euros.

Deux monologues valent mieux qu’un !

Théâtre - Comédie de Reims

Le Lunch est désormais un rendez-vous trimestriel à ne pas manquer. Dans le cadre chaleureux du Foyer du Théâtre, O’Brother company vous convie à un moment éveillant tout autant les papilles que l’imagination. À 12h30. Tarif : 16 euros - Réservation indispensable au 03 26 51 15 99 - Le Salmanazar, Théâtre Gabrielle-Dorziat, place Mendès-France, Epernay.

SPECTACLES DU MARDI 21 AU JEUDI 23 JANVIER

THÉÂTRE : CABARET RAYMOND DEVOS Tout le monde connait la qualité et la finesse de l’humour de Raymond Devos. Christine Berg a eu l’audacieuse envie de s’emparer de sa langue riche pour bâtir un spectacle sous la forme d’un Cabaret Devos qui est plein de vitalité et d’originalité. À 20h30. A 20h30 les mar. 21, mer. 22 et jeu. 23 janvier - A partir de 14 ans - Le Salmanazar, Théâtre Gabrielle-Dorziat, place Mendès-France, Epernay - Tél : 03 26 51 15 99 MARDI 28 JANVIER

THÉÂTRE : MADAME BOVARY

D’un côté, une petite majorette sujette aux rêves les plus fous, vivant dans un monde de lumière et de paillettes semblables à celles de son costume. De l’autre, une femme dévastée qui tente de rejoindre la surface après une rupture amoureuse douloureuse. S’adonnant toutes deux au difficile exercice du monologue, elles nous parlent de construction et de reconstruction, l’une opérant un retour à l’âge de l’adolescence, lorsqu’elle rêvait d’être la meilleure majorette de toutes, la capitaine du bataillon, et l’autre, détruite par une histoire d’amour terminée trop vite, espérant construire « une nouvelle femme, d’un genre nouveau », en nous racontant son histoire. Marquées par leurs expériences respectives, ces deux femmes se livrent sans concession dans deux monologues poignants, l’une superposant la personne qu’elle est aujourd’hui à l’adolescente qu’elle était à douze ans, revêtue de son costume brillant et accompagnée d’une fanfare villageoise la faisant virevolter, l’autre dressant le portrait d’une resEntourée d'une fanfare, Vivianne nous embarque capée séparée du monde et des autres, n’ayant que deux échappatoires possibles : intégrer dans son rêve d'adolescente. © DR le groupe des nouveaux comportements amoureux ou choisir de plonger dans le fleuve et nager à contre-courant, avec pour seul espoir de croire que le véritable Amour existe encore. Deux textes attachants, intimes et drôles que la Comédie vous propose de (re)découvrir.

C.L > Majorette, vendredi 17 à 20h30 et samedi 18 janvier à 18h30. Tarifs : 6 à 22 euros. Le regard du nageur, vendredi 17, samedi 18, mardi 21, jeudi 23 et vendredi 24 janvier à 19h, et mercredi 22 janvier à 20h. Tarif : 15 euros. A La Comédie.

Adapter ce chef d’oeuvre de la littérature au théâtre est en soi une sacrée gageure. Le réduire à l’échelle d’une maison de poupée relève de l’utopie. La Compagnie Karyatide l’a fait. À 19h00. Tarifs : 4 à 12 euros alle Sabine Sani, MJC d’Aÿ, rue de la Liberté à Aÿ. MARDI 28 JANVIER

THÉÂTRE : VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT

Pour réussir à porter à la scène ce chef d’oeuvre littéraire de Céline, il fallait un comédien de la trempe de Jean-François Balmer. Impressionnant de vérité, il réussit à incarner toute la noirceur de la condition humaine, tout l’accablement de l’être humain. À 20h30. A partir de 16 ans Le Salmanazar, Théâtre Gabrielle-Dorziat, place Mendès-France, Epernay


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

La Salamandre et l’Orange bleue, heureuses…

Bords 2 scènes - Anniversaire

Les escargots ailés, une compagnie parmi d’autres à découvrir lors du 9e festival Machabulles, accueilli par Bords 2 scènes. © DR

Le 1er janvier, l’Etablissement public de coopération culturelle (EPCC) baptisé Bords 2 scènes soufflait sa première bougie. Un an après la fusion entre l’Orange bleue et la Salamandre – la salle de concerts et le théâtre de Vitry-le-François le bilan s’avère positif. « Ce projet est né il y a quatre ans, rappelle Robi Jarasi, directeur de la structure. Déjà à l’époque, on savait qu’il faudrait faire face à des baisses de subventions. L’objectif, c’était d’inventer un nouveau schéma pour optimiser nos espaces et nos programmations respectives. On a eu la chance de pouvoir installer cette fusion sur une période relativement longue, avec nos deux équipes et tous nos partenaires. » Aujourd’hui, l’ensemble du personnel œuvre sur un même site, dans les locaux de l’Orange bleue. Soit une économie annuelle d’environ 15 000 euros rien qu’en revendant les anciens bureaux de la Salamandre. La proximité et la convivialité en plus. « On a supprimé tous les doublons en termes de dépenses matérielles. Les gens travaillent mieux ensemble, les infos circulent plus facilement. On a une vraie dynamique d’équipe, qui nous permet de gagner en efficacité et en souplesse dans notre organisation. » Mieux encore, deux emplois aidés ont pu être transformés en CDI au sein de l’EPCC. Même philosophie pour la communication, avec un seul site internet et une plaquette

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA Tél : 03 26 51 15 99. DIMANCHE 16 FÉVRIER

HUMOUR : CLAUDE VANONY

commune. « Les rendez-vous proposés sont regroupés en deux thématiques : le spectacle vivant et les musiques actuelles. On s’est également associé à la Ville et ses magazines pour booster la diffusion de nos programmes. » Côté artistique, les spectacles se partagent entre le théâtre et la salle de concerts. Et si l’offre n’est pas plus importante quantitativement parlant, elle se veut beaucoup plus ouverte et pluridisciplinaire. « Nous pouvons désormais accueillir au théâtre des spectacles qui ne se prêtent pas techniquement à l’Orange bleue, et vice versa. Depuis septembre, on voit que le public s’habitue à cette nouvelle formule. Il est plus nombreux que l’an passé, tous types de spectacles confondus. »

Sonia Legendre > Prochains rendez-vous aux Bords 2 scènes : 9e édition du festival Machabulles les samedi 25 et dimanche 26 janvier (théâtre, danse, arts numériques, marionnette, chanson, cirque, etc.) / Sergent Garcia le samedi 25 janvier à 20 h 30 à l’Orange bleue (concert salsamuffin) / Louis Chedid le samedi 15 février à la salle Simone Signoret (concert chanson française). Plus d’infos sur www.bords2scenes.fr.

En avant la musique !

Humoriste octogénaire mais infatigable, Claude Vanony sillonne la France depuis des décennies à la rencontre d’un public toujours au rendez-vous à qui il raconte les histoire « presque vraies » de la vie quotidienne dans le régions de France. Son regard malicieux et ses expressions du cru séduisent le public qui se retrouve un peu dans ces morceaux de vie. À 15h00. Tarifs : 20/25/30 euros - Salle Roger Perrin à Montmirail.

EXPOSITIONS JUSQU’AU SAMEDI 18 JANVIER

BIODIVERTISSEMENTS De l’animalité aux machines rétro futuristes, Fred Barnley plonge les spectateurs dans l’esthétisme du mouvement Steampunk. Cuivre, assemblages piqués de rivets, organes mécaniques apparents, pièces usinées font partie intégrante de son oeuvre, imprégnée de l’esprit des cabinets de curiosités du XIXe siècle. À 10h00. Entrée libre aux horaires d’ouverture des médiathèques - Médiathèque centre-ville, 1, rue du professeur Langevin, et Médiathèque Daniel-Rondeau, 4 rue Gabriel-Fauré. JUSQU’AU SAMEDI 1ER FÉVRIER

1814V4 ET DOMINIQUE VAN DER VEKEN L’association 1814v4 se consacre entièrement à l’histoire vivante sous le Premier Empire en Brie Champenoise, sur les lieux mêmes où toute l’Europe s’est entredéchirée par deux fois à un siècle d’écart (1814 et 1914). Les œuvres de l’artiste Dominique Van Der Veken, peintre-graveur, illustrent l’atmosphère de cette période historique. À 9h30. Du lun. au sam. de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30 - Office de Tourisme d’Epernay.

Concert - Kabaret Champagne Music Hall

Au Kabaret, début d’année rime avec programmation variée. C’est ainsi que, d’ici fin janvier, vous pourrez y écouter et surtout applaudir deux groupes aux univers marqués, à savoir Puggy et Les Fatals Picards. Trio cosmopolite proposant une pop teintée de rock et rafraîchissante à souhait, Puggy se compose de Matthew Irons, chanteur-guitariste anglais, Romain Descampe, bassiste français, Egil « Ziggy » Franzén, batteur suédois, et se considère comme un groupe belge, la rencontre de ses membres ayant eu lieu au plat pays. Depuis 2005, le petit groupe, à force de concerts et de festivals, Puggy va enflammer le K. © DR est devenu grand, nous proposant aujourd’hui un troisième album, d’ores et déjà certifié disque d’or dans leur pays d’adoption. Les Fatals Picards, quant à eux, se définissent par leur plume acérée, leur humour qui fait mouche et leur musique aussi entraînante qu’entêtante. Après de timides débuts en 2001, le groupe se construit peu à peu la réputation qu’on lui connaît aujourd’hui et, bien que souvent boudé par les grands médias, il ne cesse d’enflammer les foules lors de ses nombreux concerts et autres festivals auxquels il participe, grâce à des tubes tels que « Bernard Lavilliers » ou « Punk à chien ». Après avoir vendu autant d’albums qu’il y a de rennais, soit plus de 200 000, Les Fatals Picards sont bien décidés à ne pas s’arrêter là et poursuivent actuellement leur dernière tournée en date !

C.L > Puggy, vendredi 17 janvier à 20h30 (heure arrivée conseillée : 19h). Tarif : 25,6 euros. Les Fatals Picards, vendredi 24 janvier à 20h30 – Tarif : 25,5 euros. Kabaret Champagne Music Hall, 18, rue Nicolas Appert à Tinqueux. .

Laurence et son équipe vous souhaitent leurs meilleurs voeux pour 2014 ! Te r r a s s e C h a

Ouvert : le mid i de 12h à 14h et le soir jusqu’ à 23h30 en semaine et 1h le week-end

uffée


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

LE GROS PLAN

LA SÉLECTION

Patrick Vanlanghenhoven

L’amour est un crime parfait

Genre: Thriller Pays: France Durée: 1h51 Réalisateur : Jean marie et Arnaud Larrieu Acteurs: Mathieu Amalric, Karin Viard, Maïwenn.

Lausanne, les paysages enneigés, la montagne où, dans un chalet perdu, un homme et une jeune femme se livrent aux jeus de l’amour et des pulsions. Au petit matin, elle s’évanouit dans les bras du néant. C’est une autre ombre féminine qui demande des comptes à ce professeur de littérature. Nous apprendrons que cette dernière est sa sœur. Quelle relation entretiennent-ils ? L’inceste pointerait le bout de son nez que nous n’en serions pas étonnés. L’affaire prend un autre tour avec la disparition de la jeune fille. Nous voici comme spectateurs d’un suspense à la Agatha Christie, postulant sur le criminel. Les pistes se troublent, nous égarent, la neige efface les traces, le corps de la jeune fille, jeté dans un gouffre. Nous comprenons que dans ce ballet, les personnages qui défilent sous nos yeux, certains frôleront la folie. Ils errent sur la frontière entre l’esprit sain et les sombres méandres de la mort. La mère de Barbara, la jeune fille, tente de remonter la piste. Elle entame avec Marc le professeur de littérature qui l’a vue pour la dernière fois, un étrange manège de séduction. Appartient-il à un sentiment amoureux réel ou est-ce un piège pour mieux comprendre ?

Retrouvez les sorties de la semaine et l’interview des réalisateurs sur www.cine-region.fr, nos chroniques sur France bleu Champagne 95.1.

LES HORAIRES

CINÉ Le Majestic

ZAC des Escarnotieres - Châlons-en-Champagne

16 ans ou presque Tous les jours : 18h00 Albator, corsaire de l'espace – 3D Mer, Sam, Dim : 20h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 15h45 | 20h00 Belle et sebastien Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 | 15h45 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h45 | 15h45 Don jon Mer, Sam, Dim : 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h45 | 22h15 Du sang et des larmes Tous les jours : 19h45 | 22h15 Homefront Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 | 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 | 22h15 Hunger Games Tous les jours : 22h00 Jamais le premier soir Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h45 | 15h45 | 18h00 | 20h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h45 | 15h45 | 18h00 | 20h00 La reine des neiges Mer, Sam, Dim : 11h15 | 15h45 | 18h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 18h00 La vie revee de walter mitty Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h30 | 16h30 | 20h00 | 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 16h30 | 20h00 | 22h15 Le loup de wall street Tous les jours : 13h30 | 17h00 | 20h45 L’apprenti père noël et le flocon de neige Mer, Sam, Dim : 11h15 Le hobbit : la desolation de smaug – 3D Tous les jours : 13h30 | 17h00 | 20h30 Le manoir magique 3D Avant première Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 Les garçons et Guillaume a table ! Tous les jours : 18h00 Paranormal activity : the marked ones Tous les jours : 13h45 | 15h45 | 20h00 | 22h00 Sur la terre des dinosaures – 3D Mer, Sam, Dim : 11h15 Yves saint Laurent Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 | 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 | 22h15

CINÉ La Comète

du 15 janvier au 21 janvier 2014

Suzanne VF Mer sam 20h30; ven 18h; lun 14h30. Le Démantèlement VF Jeu dim 18h; ven 20h30. Henri VF Lun 20h. Le Cours Etrange des Choses VO Mer sam 18h. Borgman VO Jeu dim 20h30. 33 Bld Motte - Epernay

Les brasiers de la colère

Genre: Comédie Pays: France Durée: 1h31 Réalisateur : Delphine de Vigan Acteurs: Laurence Arné, Eric Elmosnino, Didier Bezace. Emma est une jeune femme performante surdiplômée. Une seule chose ne lui réussit pas, le sexe. Après deux échecs consécutifs où l’un de ses amants la traite de « limace sous anesthésie générale  », elle décide, cette moitié d’Emmanuelle, de devenir le meilleur coup de tout Paris, bouquins à l’appui. Ce n’est pas à travers les livres que l’on trouve le prince charmant ou l’empire des sens. Le film inverse l’idée que les hommes sont des nuls au pieu, les femmes simulant souvent. Hélas, la réalisatrice revient très vite aux poncifs du genre et à une comédie banale où le sexe, la chair sont absents, le comble pour une comédie qui en fait sa toile de fond.

A coup sûr

5 rue des Fripiers - Châlons-en-Champagne

CINÉMA Le Palace

Genre: Drame Pays: USA Durée: 1h56 Réalisateur : Scott Cooper Acteurs: Christian Bale, Woody Harrelson, Casey Affleck. Dans l’Amérique profonde des hauts fourneaux, des oubliés, deux frères tentent de renouer les liens perdus. Le plus jeune, Rodney, brisé par son retour d’Irak, s’acoquine avec un gang sanguinaire qui l’entraine en enfer. Russel, sorti de prison, part sur la piste de son jeune frère quand il disparaît mystérieusement. Tous les deux finiront-ils par se retrouver au bout de la piste, en enfer, ou dans les promesses d’un monde nouveau ? Les brasiers de la colère, comme son titre le laisse entendre, regarde du côté des Raisins de la colère de John Ford et Steinbeck, une Amérique des laissés pour compte à qui on a tout enlevé. Il ne leur reste que la volonté de survivre au cœur d’un rêve américain fracassé en mille morceaux. Sans avoir la force de Ford, le film reste honnête mais sans surprise.

Philomena VO Mer 17h30; jeu 20h30; ven lun 14h30; sam 17h, 22h30; dim 17h30, 20h; mar 18h. VF Mer mar 14h30, 20h30; jeu 14h30; ven 21h; sam 14h30, 20h; dim 10h30, 15h; lun 20h30. Du Sang et des Larmes VF Mer mar 20h30; jeu 14h30; ven 21h; sam 22h30; dim 20h. La Vie Rêvée de Walter Mitty VF Mer 14h30, 17h30, 20h30; jeu lun 14h30, 20h30; ven 21h; sam 14h30, 17h, 20h, 22h30; dim 10h30, 15h, 17h30, 20h; mar 18h, 20h30. Le Manoir Magique VF Mer 14h30; sam 14h30, 17h; dim 10h30, 15h; mar 18h. Belle et Sébastien VF Mer 14h30, 17h30, 20h30; jeu lun 14h30, 20h30; ven 14h30, 21h; sam 14h30, 17h, 20h, 22h30; dim 10h30, 15h, 17h30, 20h; mar 14h30, 18h, 20h30. 16 ans... Ou presque VF Mer dim 17h30; jeu lun 20h30; ven mar 14h30; sam 20h. Hobbit : La Désolation de Smaug VF Mer mar 20h30; jeu 14h30; ven 21h; sam 17h, 22h30; dim 20h; lun 14h30, 20h30. La Reine des Neiges VF Mer 14h30, 17h30; jeu 20h30; ven 14h30; sam 14h30, 20h; dim 10h30, 15h, 17h30; mar 18h. La Vénus à la Fourrure VF Mer 14h30, 17h30, 20h30; jeu lun 14h30, 20h30; ven 14h30, 21h; sam 14h30, 17h, 20h, 22h30; dim 10h30, 15h, 17h30, 20h; mar 14h30, 18h, 20h30.

Genre: Comédie Pays: France Durée: 1h25 Réalisateur : Olivier Doran Acteurs: Sami Bouajila, Emilie Dequenne, Géraldine Pailhas. Le soir de Noël, alors que ses trois ex-maris et le nouveau se réunissent pour le réveillon, la maitresse de maison annonce qu’elle est enceinte, sauf que suite à une opération, monsieur ne peut plus. Cette comédie, lourdingue relecture d’un film suédois In bed with Santa, aurait mieux fait de rester sous le sapin avec les cadeaux que l’on refourgue à d’autres après Noël.

Divin enfant

CHINER LOISIRS CHINER LOISIRS CHINER LOISIRS CHINER LOISIRS CHINER CHINER Dimanche 19 janvier Epernay Brocante & Vide-greniers Esplanade Charles de Gaulle (parking Jard) Oiry Bourse aux collections 9h-18h - Prix visiteur : 1 euros - Salle des fêtes

LOISIRS CHÂLONS VENDREDI 31 JANVIER INITIATION AU UKULÉLÉ

Pour apprendre, parfaire, pro-

gresser ! Avec prêt d’instrument. À 20h30. Entrée libre - l’Orange Bleue à Vitry-le-François. JUSQU’AU DIMANCHE 2 MARS FOIRE DE LA SAINT GLINGLIN

Une cinquantaine de familles de forains seront présentes au Grand Jard avec, notamment manèges pour les enfants, palais des glaces, maison hantée, auto - tamponneuses, chenilles, confiseries, stands de tir et manèges à sensation. À 14h00. Mercredi, samedi et dimanche de 14h à 19h30 - Entrée libre - Le Grand

Jard, à Châlons-en-Champagne.

LOISIRS ÉPERNAY DIMANCHE 26 JANVIER TRIAL INDOOR INTERNATIONAL

Le Millesium en partenariat avec le Moto Club d’Epernay présente une démonstration de Trial et de VTT Trial. Avec une affiche des pilotes internationaux du Top 10 qui seront réunis pour votre plus grand plaisir. À 15h00. Tarifs : 18 à 120 euros – Le Millésium, av. du général Margueritte à Epernay.


N°247 du 17 au 23 janvier 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

L'entrepreneur humain

Christophe Février, président de Geo PLC

Dans la région, il est celui qui a sauvé les machines Valentin, Plysorol (devenu Leroy Industries) et pourquoi pas Reims Aviation (le calendrier vient d'être repoussé de quelques mois). En Champagne-Ardenne, Christophe Février semble avoir trouvé un territoire idéal pour développer ses activités ; le tout en sauvant voire en créant des emplois.

e territoire champardennais et plus particulièrement marnais, c'est au début des années 1990 qu'il l'a découvert, au cours d'une «  prospection  » commerciale dans les environs. Christophe Février, alors âgé de moins de 25 ans, est à la tête de sa première société, spécialisée dans le conseil. « C'est à ce moment qu'est apparue ma fibre entrepreneuriale, finalement assez naturellement. » Une sensibilité pour le monde industriel qui s'impose également peu à peu chez lui. « Je viens de Mayenne, un département que beaucoup imaginent très rural mais qui présente en réalité les mêmes ratios industriels que l'Alsace et présente un profil fort similaire à l'Allemagne. Peut-être que ces origines ont joué un rôle », confie-t-il en

Un certain tropisme champenois

souriant. Une fois sa voie trouvée et son activité lancée, Christophe Février, qui reprend des entreprises en difficultés et en crée de toutes pièces, cherche logiquement à se développer et dans cette démarche, c'est donc vers la

© DR

L

Marne qu'il finit par s'orienter. «  Dans ce département, les gens sont sérieux. C'est un territoire intéressant qui, en plus, présente pour moi de nombreux avantages, sa proximité avec l'Ile-de-France en tête. Depuis quelques années, j'ai effectivement tendance à regarder un peu plus attentivement les dossiers des entreprises marnaises. » Pour preuve, son travail autour des machines Valentin, en 2010, lorsqu'il reprend l'usine d'Epernay, spécialisée dans la conception et l’assemblage de machines dédiées à la filière des effervescents (boucheuses-museleuses,

Repères Christophe Février a 44 ans. Il est né le 1er novembre 1969 à Château-Gontier, une commune située en région Pays-de-Loire, dans le département de la Mayenne. Au domicile familial, aux côtés de ses parents ouvriers, ils sont quatre autres enfants à grandir aux côtés de cet autodidacte qui a commencé à travailler dès ses 16 ans, dans l'agroalimentaire notamment. Christophe Février a tout juste la vingtaine quand il monte à Paris en 1992 pour y chercher du travail. Seulement deux ans plus tard, en 1994, il ouvre sa première entreprise, une société spécialisée dans le conseil. C'est à cette période qu'il découvre réellement la Marne et tout le potentiel entrepreneurial qu'elle regroupe. Ainsi, avec sa société Geo PLC, créée en 2008, il réussit à sauver l'entreprise Valentin à l'été 2010 puis, plus récemment, Plysorol (devenu Leroy Industries) à l'automne dernier. Aujourd'hui installé à l'étranger bien que voyageant en permanence, Christophe Février est père d'un enfant et en attend actuellement un second.

dégorgeuses-doseuses, convoyeurs de bouteilles, bac de congélation…). En deux ans seulement, la société stabilise ses comptes et finit même par renouer avec le développement. Trois années plus tard, l'entrepreneur revient en Champagne, cette fois à Magenta,

Un nouveau sens de l'industrie

au secours de l'usine de contreplaqué Plysorol. Là encore, avec le concours d'associés et de partenaires, il parvient à remettre en marche l'enseigne et de sauver soixante emplois. Jamais deux sans trois ? Dernièrement, c'est sur Reims Aviation que Christophe Février concentrait son attention. « Mais sur ce dossier il y a un changement de calendrier et rien ne devrait bouger avant les mois de février, mars. » Pour lui, les entreprises qu'il reprend sont quelque part «  de belles endormies qui méritent d'être réveillées... » Ce qui change avec «  l'industriel  » Février, c'est avant tout la méthode. A la tête de Geo PLC, la société aux 37 millions d'euros de

chiffre d'affaires qu'il a fondé et qu'il préside, il mise depuis des années sur une stratégie se voulant résolument contre-cyclique au contexte économique actuel. « Nous, on surinvestit quand tout le monde freine des quatre fers. Aller à contre-courant est pour moi un vrai pari, mais c'est surtout une impulsion positive que l'on donne et qui finit par payer. Quant au maintien des emplois dans l'entreprise, il est fondamental pour moi. Le problème aujourd'hui, c'est qu'il y a une incompréhension de la nécessité de les maintenir dans certaines entreprises en difficulté, alors qu'ils sont pourtant un facteur de cohésion essentiel. Quand on est en responsabilité, on a un devoir d'exemple. » Et les chiffres sont là : en vingt ans, Geo PLC a permis la création ou le sauvetage d'environ un millier d'emplois suite à la création ou reprise de plusieurs dizaines d'entreprises. « En vingt ans, on n'a jamais distribué un euro de dividende, tout a toujours été réinvesti. Dans le fond, je suis plus industriel que financier, ce qui me pousse à réinvestir systématiquement le fruit de mon travail et celui de mon équipe ; c'est une condition du succès, c'est une force.  D'autant que désormais tout va plus vite, les cycles industriels s'accélèrent et il faut constamment être sur la brèche. » Ses plus grandes déceptions : « Les hommes, dans leurs faiblesses et leurs trahisons. Dans mon métier je côtoie beaucoup de gens et les coups bas sont présents ; ça use parfois.  » Ses meilleurs moments ? « Ce sont évidemment les victoires collectives qui se partagent avec tout le monde, y compris les ouvriers avec qui je garde un contact direct. A chaque fois que je vais dans une usine, je salue tout le monde, sans distinction, parce que sans sombrer dans l'empathie ni le paternalisme, je crois fermement qu'il ne faut jamais négliger la dimension humaine. C'est valable dans l'industrie, c'est valable dans bien d'autres domaines aussi...  » Car telle est peut-être l'unicité de ce «  selfmade man » à la française, autodidacte parti de rien et qui n'a pas grillé les étapes : parvenir, malgré la réussite et les succès, à ne jamais oublier la dimension sociale et humaine inhérente à chaque dossier.

Aymeric Henniaux

L’horoscope de l’hebdo BÉLIER du 21.03 au 20.04

CANCER du 22.06 au 22.07

BALANCE du 23.09 au 22.10

CAPRICORNE du 23.12 au 20.01

Aujourd’hui, vous allez être très occupé(e) et vous ressentirez le besoin d'élargir vos horizons. Par ailleurs, vous aurez la chance de sortir de vos ornières et d'apprendre quelque chose de nouveau.

Aujourd’hui, vous allez vous sentir métamorphosé(e). Vous n'aurez de cesse de faire le maximum pour vous sentir bien dans votre peau et garder un moral d'acier. Cela vous permettra de connaître de beaux succès.

Votre vie affective pourrait souffrir de quelques instabilités.Soyez très tolérant(e) quoi qu'il vous arrive et n'imposez pas vos points de vue de façon arbitraire.

Ami(e) capricorne, affirmez fermement vos points de vue, dites ce que vous pensez, agissez pour vous et non pour les autres. Votre place est maintenant dans la lumière et non plus dans l’ombre !

SCORPION du 23.10 au 22.11 Célibataire, vous avez tant d’amour à donner. Etes-vous véritablement prêt(e) à faire la rencontre tant attendu(e). Soyez audacieux(se) et cela devrait vous apporter des résultats.

VERSEAU du 21.01 au 19.02 Au niveau professionnel, votre hiérarchie vous donnera les moyens pour avancer sur certains projets en cours. Fini les doutes et les déceptions que vous avez pu connaître ces derniers temps.

SAGITTAIRE du 23.11 au 22. 12

POISSONS du 20.02 au 20.03

Vous vivrez une semaine quelque peu mouvementée mais constructive. Vous n’allez pas vous ennuyer et on recherchera votre compagnie. Si vous êtes en couple, les liens se renforceront.

Mettez de côtés vos doutes sur vous-même et sur votre avenir, ne vous torturez pas inutilement. La chance vous permettra d’amorcer la réalisation de vos ambitions.

TAUREAU du 21.04 au 20.05 De multiples possibilités de croissance se présenteront à la condition de composer les changements à venir avec les impératifs du quotidien. Coté affectif, il y a un risque de tensions nées de jeux de pouvoir entre partenaires.

LION du 23.07 au 22.08

GÉMEAUX du 21.05 au 21.06

VIERGE du 23.08 au 22.09

La semaine vous invite à procéder à des changements pour compenser une certaine incompatibilité entre vos objectifs professionnels et vos obligations familiales. L'amour pourrait bien être votre point de stabilité.

Profitez de cette semaine pour sortir et multiplier les rencontres ! Essayez de garder les pieds sur terre et de rester lucide, car vous avez un peu tendance à prendre vos désirs pour des réalités.

Profitez des influx de cette nouvelle année pour suivre la voie ascendante que vous offre votre ciel astral. Mais n’oubliez pas que seuls les efforts, la persévérance et la patience vous mèneront au succès.

Benoit MELVHILLE



L'Hebdo du Vendredi, Epernay #247