Page 1

Municipales

Commémorations de la Grande Guerre

L'ancien socialiste Christian Demongin avec Franck Leroy. p.2

L'appel de l'association Epernay Patrimoine. p.7

Salmanazar

Couac, ou quand la danse des canards rencontre celle des marionnettes. p.17

Habits de Lumière inattendus, succès attendu !

ÉDITION ÉPERNAY N°244 du 13 au 19 décembre 2013

>>

e p e rn ay . l h e b d o d u ve n d re d i.

com

Dès ce soir, les Habits de Lumière s'inviteront, pour trois jours, dans la capitale du champagne. Une quatorzième édition plus pétillante que jamais, placée sous le signe de l'inattendu et de la surprise. Puis le feu d'artifice laissera place à une foultitude d'animations et de spectacles. Le tout agrémenté d'un florilège de saveurs, proposé par les chefs étoilés du cru, et du précieux breuvage des maisons de l'avenue de Champagne. Et en portrait, Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde 1992 et parrain des Habits de Lumière. P.4 et 19


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

ÉDITO

Le colistier de la semaine

Couleurs, religions, langues parlées, ouest et est Parfois deux évènements qui marquent l’actualité d’une même semaine sur la planète se renvoient l’un à l’autre, quand pourtant ils paraissent si lointains. La mort de Nelson Mandela, la semaine dernière, et l’hommage universel qui a été rendu au vainqueur de l’apartheid, en Afrique du Sud, d’un côté. Les manifestations pro-européennes et leur répression par les forces de l’ordre à Kiev, en Ukraine, de l’autre. Inutile de revenir en détails sur l’histoire de l’Afrique du Sud, de l’apartheid, de Nelson Mandela. Tout a été dit, ou presque, depuis une semaine. Rappelons simplement qu’il était question de différence de couleur de peau. En Ukraine, une partie de la population souhaite rejoindre l’Union européenne. L’autre partie souhaite rester sous influence russe, souvenir de la mère-patrie, celle des tsars, puis celle de l’URSS. En regardant en détails la carte de l’Ukraine, on comprend que, en gros, sa moitié occidentale, pro-européenne, parle ukrainien au quotidien et est plutôt de tradition catholique romaine parce que tournée vers la Pologne. Kiev est située dans l’ouest du pays. Ce qui explique qu’en plus d’être la capitale du pays, c’est ici que les mouvements pro-européens sont nés. En face, les pro-russes, situés dans l’est, parlent russe au moins autant qu’ukrainien et sont plutôt de confession orthodoxe, comme en Russie. Depuis la révolution orange de 2004, les pro-occidentaux et les pro-russes se sont succédés au pouvoir. Et l’actuel président, Viktor Ianoukovicth, a beau siéger à Kiev, il est originaire de Ienakiieve, franchement dans l’est ukrainien. Bon, il est aussi réputé autoritaire, intolérant avec les médias, et depuis son accession au pouvoir, en 2010, des voix ukrainiennes dénoncent le recul de la démocratie et les atteintes à la liberté d’expression. Quinze anciens membres du gouvernement précédent, pro-européen, font l’objet de poursuites judiciaires. Ioulia Tymochenko, l’ancienne Première ministre, est assignée à résidence. Pourtant, elle est née à Dnipropetrovsk, dans l’est… Tony Verbicaro

La météo Vendredi

-3° 5°

Dimanche

3° 7°

Samedi Lundi

0° 5° 1° 6°

Qualité de l’air

6

Vendredi 13 décembre

Samedi 14 décembre

Dimanche 15 décembre

Bonne

L’indice varie de 1 – très bonne qualité de l’air à 10 – très mauvaise qualité de l’air.

L’hebdo du ve ndredi édité par la SARL B2M Editions Journal hebdomadaire gratuit d’information locale Siège social : 195, rue du Barbâtre à Reims

T él. 03 26 3 6 50 13 E-mails : Rédaction : redaction@lhebdoduvendredi.com Publicité : publicite@lhebdoduvendredi.com Newsletter : newsletter@lhebdoduvendredi.com Directeur de la publication : Frédéric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com) Redacteur en chef : Tony Verbicaro (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com) Journalistes : Sonia Legendre (sonia.legendre@lhebdoduvendredi.com) Aymeric Henniaux (aymeric.henniaux@lhebdoduvendredi.com) Responsable commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com) Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com) Administration : Martine Bizzarri - Infographiste : Anne Rogé Parution le vendredi matin Imprimé par IPS à Amiens

w ww.l hebd oduve ndre di .co m

Un nouvel homme de gauche avec Franck Leroy

L’annonce paraîtra pour certains comme un nouveau coup porté aux socialistes sparnaciens. Pour d’autres, il ne s’agit ni plus ni moins que de la politique d’ouverture réelle et pas franchement politicienne que mène Franck Leroy depuis 2008. Christian Demongin, 67 ans, retraité de l’enseignement, connu pour être le président du Salmanazar à Epernay depuis un an ou pour diriger la chorale des Cenelles, rejoint la liste que conduira le maire sortant étiqueté UDI aux élections municipales de mars prochain. « La liste avance, elle devrait être annoncée dans le courant de la deuxième quinzaine de jan- Pierre Marandon, Franck Leroy et Christian Demongin vier, a expliqué Franck Leroy. Je veux conduire une liste qui soit le reflet de la diversité spar- (de g. à dr.). © l'Hebdo du Vendredi nacienne. Diversité dans les profils professionnels et politiques. » A ce titre, Pierre Marandon, l’actuel adjoint à la jeunesse et au sport, « à ma gauche », a souri Franck Leroy, puisqu’il était assis à gauche du maire sortant, était présent mercredi 11 décembre pour la présentation de Christian Demongin. A six ans d’intervalle, Pierre Marandon et Christian Demongin suivent le même parcours. Anciens socialistes encartés, ils ont choisi de suivre Franck Leroy. « Si je suis à nouveau présent, a expliqué Pierre Marandon, c’est parce que je n’ai pas été déçu. Ce que m’avais promis le maire, ça a été tenu. On peut discuter, être entendu. On a même le droit de pas être d’accord, on peut même s’engueuler. En revanche, une fois qu’on est d’accord sur un projet, on avance ensemble. » Franck Leroy d’ajouter : « Et on ne s’est jamais engueulé. » Et Pierre Marandon n’a pas contredit. Christian Demongin a fini sa carrière professionnelle à l’Institut universitaire de formation des maîtres de Reims. Auparavant, il a notamment enseigné en Algérie et au Maroc. Sparnacien depuis 1985, ce natif des Ardennes (Charleville-Mézières) s’est engagé au Parti socialiste au point d’être le secrétaire de la section locale d’Epernay à la fin des années 90. Il a d’ailleurs été trois fois candidat, « toujours perdant ! », sourit-il, sur les listes de gauche menées par Jean-Louis Berger (1989), Daniel Lemaire (1995) et Jean-Paul Angers (2001). « Je réponds aujourd’hui à l’ouverture que propose Franck Leroy, dépassant les clivages politiques, parce que j’ai envie de m’investir pour les Sparnaciens. Après plusieurs rencontres et discussions, j’ai accepté ce pari. » Tout comme Pierre Marandon il y a six ans. Christian Demongin est très à l’aise avec son ancienne famille, de toute façon, « Marc Lefèvre ne m’a pas contacté. » Christian Demongin pourrait occuper des fonctions importantes au sein de l’équipe municipale, en cas de victoire. « Il a les compétences », a affirmé Franck Leroy. Pierre Marandon, lui, garderait sa délégation à la jeunesse et aux sports.

Tony Verbicaro

Coup d’oeil sur le monde

Cela existait encore...

...des pays où la violence, la délinquance et la criminalité n'existaient pratiquement pas. L'Islande en faisait partie. Car aussi improbable que cela puisse paraître, la police du pays n'avait jamais tiré un seul coup de feu depuis sa création. Une première donc dans l'histoire des forces de l'ordre de cette île de 322 000 habitants, résultat d'une fusillade entre un forcené et des agents dimanche dernier. Appelés dans un appartement de la capitale, Reykjavik, au beau milieu de la nuit, ceux-ci comptaient dans un premier temps appréhender l'individu qui tirait au fusil par sa fenêtre. Mais face à l'hostilité du tireur, les policiers durent se résoudre à utiliser leurs armes pour riposter avant de le toucher mortellement. Un indicent sans précédent, la police islandaise n'intervenant d'ailleurs que très rarement armée.

Halte aux nez rouges !

Trop c'est trop ! Après avoir reçu des centaines d'appels de concitoyens apeurés, effrayés même, criant à qui voulait l'entendre s'être retrouvés nez à nez avec un clown, la police de la ville anglaise de Norfolk vient

d'appeler les habitants à « ignorer les individus déguisés en clowns ». Plusieurs signalements dans les rues de la ville ont ainsi révélé que des habitants, grimés à la manière du clow sadique Ça, inspiré du roman de Stephen King, s'amusaient à déambuler dans les rues, prenant même un malin plaisir à prendre en chasse les passants sur une courte distance. Depuis le début de l'automne, le phénomène prend de plus en plus d'ampleur en Grande-Bretagne, des clowns inquiétants ayant ainsi été aperçus Burnley, Scunthorpe Mansfield ou encore Carrickfergus.

Prisonnier de sa douleur

D'ordinaire lorsqu'un détenu s'évade, c'est bien souvent pour partir le plus loin possible de sa cellule, désireux de recouvrer des instants de liberté avant, dans la plupart des cas, de se faire reprendre. Mais pour certains prisonniers, une évasion peut aussi être « thérapeutique »... C'est le cas d'un suédois, emprisonné à l'origine pour un mois et qui a vu sa peine prolongée d'une journée après avoir fait faux bond à ses surveillants à deux jours seulement de sa libération. La raison de ce geste : une tenace rage de dents qui empoi-

sonnait la vie du détenu depuis plusieurs jours et l'a entraîné à s'évader pour se rendre chez le dentiste. Une fois soigné, c'est tout naturellement qu'il s'est ensuite rendu au poste de police du quartier, demandant à être reconduit en cellule.

La carotte ou le bâton

Voici une sanction que les joueurs du club de football de Györ, champion de Hongrie en titre, ne sont pas prêts d'oublier. Suite à la défaite surprise de l'équipe 3 à 0 le week-end dernier contre le promu Mezokovesd-Zsory, les dirigeants du club ont pris la décision de les priver de leur voiture haut de gamme, en l'occurrence une superbe Audi offerte par le concessionnaire, également sponsor de Györ. La direction n'a pour le moment pas indiqué à quel moment les clefs des berlines seraient rendues aux joueurs, mais espère voir les résultats s'améliorer très prochainement. L'équipe est actuellement cinquième du championnat (sur 16). Nul doute que les prochaines foulées se feront avec nettement plus de vigueur !


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Au commencement, il y avait… le champagne !

Habits de Lumière

Depuis toujours, les maisons de champagne et les vignerons s’associent aux Habits de Lumière. Une vitrine d’exception pour valoriser leurs savoir-faire et leurs produits. La manifestation est d’ailleurs, à l’origine, une idée du Comité de l’avenue de Champagne.

endredi et samedi, dès 18 h 30, les chapiteaux - chauffés ! - d’une quinzaine de maisons de champagne et de vignerons ouvriront leurs portes avenue de Champagne. Au menu : illumination des façades, bars à champagne, restauration légère et animations musicales. Sans aller jusqu’à écrire que l’événement permet à ces professionnels d’augmenter sensiblement leurs chiffres d’affaires - ou alors indirectement, via les restaurateurs -, il booste sans aucun doute leur notoriété. Pour la petite histoire, le Comité de l’avenue de Champagne est à l’origine des Habits de Lumière. « Nous les avons organisés plusieurs années, se souvient Hubert de Billy, président du Comité, également directeur commercial et membre du directoire de la maison Pol Roger. L’idée, à l’époque, était d’animer l’avenue, en fédérant les maisons. Toutes les réceptions étaient privées, sur invitation, et petit à petit, elles sont devenues en partie publiques, pour faire plaisir à un maximum de personnes. Mais on a été victimes de notre succès ! » Très vite, les moyens humains et techniques de l’association ne suffisent plus à gérer l’événement et l’affluence qu’il suscite sur le territoire. « Les maisons de champagne ont aussi des comptes à rendre à leurs actionnaires, et doivent pouvoir justifier un tel investissement. A terme, nous aurions certainement été bloqués financièrement. Nous

V

Dès ce soir, les maisons de champagne revêtiront elles aussi leurs Habits de Lumière. © Ville d'Epernay

avons donc confié l’organisation à la mairie, il y a six ou huit ans. Franck Leroy nous a épaulés dès son arrivée, et a très bien cerné l’esprit de cette manifestation. Il a su la développer, et tout le monde s’en réjouit aujourd’hui. » Parmi les plus beaux souvenirs d’Hubert de Billy : la vue imprenable offerte depuis la rue Henri Lelarge, point culminant d’Epernay. « Et surtout, la foule qu’on voit suivre le cortège d’inauguration, lorsqu’on se retourne. Vraiment impressionnant ! » Toutes les maisons de l’avenue participent aux Habits de Lumière, sans exception. Et cette année, une nouvelle consœur les rejoint : la maison Collard Picard. « Cette maison était inoccupée depuis une quaran-

taine d’années, explique Caroline Collard. Nous l’avons restaurée avec mon mari, Olivier, et rouverte en mars pour y installer notre boutique en complément de notre site de production, situé à Villers-sous-Châtillon. » Curieusement, si la notoriété du couple récoltant manipulant n’est plus à prouver à l’international, elle gagnerait à se développer en Champagne-Ardenne. « Nous exportons 60 % de nos bouteilles, en Italie, aux Etats-Unis, en Norvège, en Australie, etc. Notre plus gros client se trouve au Japon. Mais nous ne sommes pas forcément très connus des Sparnaciens. D’où l’importance de participer aux Habits de Lumière. » Pour l’occasion, les professionnels ont sélectionné trois

A vos marques, prêts, dégustez !

Habits de Saveurs

Les Habits de Saveurs sont aux Habits de Lumière sparnaciens ce que les mets raffinés sont à nos fêtes de fin d’année : indispensables. C’est donc avec grand plaisir, et pour la neuvième année consécutive, que les meilleurs chefs de la région invitent vos papilles à une savoureuse dégustation.

ela fait maintenant neuf ans que les Habits de Saveurs ont rejoint le programme chargé – mais néanmoins féérique, des Habits de Lumière. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils rencontrent un vif succès ! Chaque année, visiteurs et fins gourmets affluent en effet en masse à l’heure de ce délicieux rendez-vous, leur permettant de découvrir, et surtout de tester, les talents culinaires des meilleurs chefs de la région. Tous membres de l’association les Etoilés de la Champagne, les dix chefs présents pour l’occasion feront donc, le 14 décembre prochain, démonstration de leur savoir-faire, avant de vous faire déguster les mets en résultant, une coupe de Champagne à la main, bien évidemment. Un rendez-vous pour les parents, mais aussi pour les enfants, et ce, depuis deux ans ! Tirés au sort en juillet dernier à l’Hôtel de Ville par Vincent Dallet, président des Etoilés de la Champagne, à l’origine de la manifestation, et Hubert de Billy, président du Comité de l’Avenue de Champagne, sous le regard de Jacques Fromm, adjoint en charge de l’animation de la cité, les dix duos gourmands, composés d’un chef et d’une Maison de Champagne, ont travaillé d’arrache pied depuis l’été dernier pour vous offrir des recettes élaborées à partir de produits d’exception et

C

L'an dernier, les duos gourmands avaient enchanté les papilles sparnaciennes. © Ragnar Fridriksson / Passionfood

de saison, savamment accompagnées d’une cuvée sélectionnée. Ces couples ainsi formés vous attendent donc pour une dégustation que tous espèrent aussi délicieuse qu’inattendue, à l’image du thème de la 14ème édition des Habits de Lumière. Si les Habits de Saveurs ont pour but principal de vous faire découvrir les meilleurs chefs en plein travail, ils peuvent également vous permettre d’épater vos invités lors des très prochaines fêtes de fin d’année ! En effet, bien plus que de démontrer leur talent en direct, dans la cuisine grandeur nature aménagée pour l’occasion, les chefs participants vous livreront quelques uns de leurs secrets, des trucs et astuces indispensables pour réussir à coup sûr les recettes présentées. Cette année encore, les Habits de Saveurs sauront vous mettre l’eau à la bouche et vous donner de bonnes idées pour réussir vos soirées, à la manière des chefs étoilés ! Claire Lagrange

cuvées qu’ils proposeront aux visiteurs. Une cuvée sélection (blanc de noir), un champagne rosé d’assemblage, et une cuvée prestige (mélange de chardonnay, pinot noir et pinot meunier, passé en foudre de chêne). A déguster avec modération. Sonia Legendre > Habits de Lumière – Dans les cours des maisons de champagne et vignerons – Avenue de Champagne - Vendredi 13 et samedi 14 décembre à partir de 18 h 30 – Tarifs à la coupe variables selon les bars – L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Festivités avenue de Champagne Feu d’artifice et spectacle « L’inattendu et le champagne » - Vendredi 13 décembre à 20 h 15 près de la place de Champagne. Vidéo-mapping « Souris ! » sur la façade de l’Hôtel de Ville – Vendredi 13 et samedi 14 décembre à partir de 19 h et jusqu’à 23 h, toutes les 30 minutes. « Turbo Clap Station » par la compagnie Mazalda (concert multi-instrumentiste) Vendredi 13 et samedi 14 décembre de 21 h à 23 h. « Perle » par les Plasticiens volants (déambulation) - Vendredi 13 et samedi 14 décembre à partir de 19 h 15 depuis l’Hôtel de Ville – Final à 20 h place de Champagne. « Brimborions » par la compagnie Picto Facto (déambulation) - Vendredi 13 et samedi 14 décembre de 19 h à 19 h 45 et de 21 h à 21 h 45. « Les Furies » par l’association Unwise Kids (aventure sonore) - Vendredi 13 décembre à 20 h 30 et samedi 14 décembre à 20 h 15 Habits de Saveurs – samedi 14 décembre, de 9h à 13h - Rendez-vous gourmand des enfants (6 à 12 ans), de 16h à 18h – Entrée libre – à proximité de la Halle Saint-Thibault. Rencontre dédicace avec Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde et parrain de l’édition 2013, samedi 14 décembre à 11h – Médiathèque du centre-ville. Parade automobile de voitures anciennes – Dimanche 15 décembre à partir de 8 h 30 – Rassemblement et exposition des véhicules sur l’esplanade Charles de Gaulle – Concours d’élégance de 9 h 30 à 10 h 30 – Défilé dans les rues d’Epernay à partir de 11 h.

Tout un programme…

Un partenariat entre les organisateurs et la SNCF propose des tarifs préférentiels via TER Evénements pour rejoindre Epernay pendant les Habits de Lumière. Offre valable sur le réseau TER, au départ des gares de Champagne-Ardenne, de Paris-Est et de Château-Thierry. Des trains spéciaux sont également mis en place tout le week-end pour un retour à Reims (21h04 et 23h) et à Châlons-en-Champagne (21h32). Les navettes gratuites de Mouvéo circuleront le vendredi 13 décembre de 18 h à 22 h 30. Des bus sont prévus pour un retour toutes les 30 minutes le long de la ligne 2 (terminus Belle-Noue), avec un départ spécial à proximité de l’avenue de Champagne. Ils desservent également le parking Saint-Pierre-Saint-Paul.

Les bons plans TER et Mouvéo


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Des collectes pour reconstruire la mémoire

Commémoration de la Grande Guerre

L'association Epernay Patrimoine participe activement à l'organisation des commémorations du centenaire de la Première Guerre Mondiale.

a première permanence a fait le plein. Plus d’une dizaine de personnes ont apporté à la médiathèque des livres, des photos, des lettres, des objets qui appartiennent à leurs souvenirs et à la mémoire collective. « C’est pour moi l’occasion de rendre hommage à ceux qui ont donné leur vie à leur patrie et à ceux qui sont revenus », commente Anne-Marie Herpin, née Tixier. Elle est venue avec un livret militaire de son père, Marcel Tixier, ancien membre du 155e et 355e Régiment d’infanterie. L’initiative ravive bien des souvenirs. Parfois émouvants, curieux, insolites. Elle s’inscrit dans le cadre des prochaines commémorations de la Grande Guerre dont le coup d’envoi sera donné en septembre 2014. « Notre association fait partie du comité de pilotage de la ville et nous apportons notre pierre à l’organisation des actions envisagées », commente Daniel Desandré, le président d’Epernay Patrimoine. Un samedi matin par mois les membres de l’association se retrouvent de 10 h à 11 h 30 à la médiathèque d’Epernay pour accueillir le public. L’objectif est de recenser des documents, de les scanner avant de les rendre à leur propriétaire. Ils pourront faire l’objet d’une exposition dans le cadre des commémorations. « Bien d’autres associations, comme les Poilus de la Marne, participent à cette action », précise le président d’Epernay Patrimoine. Car la mise en œuvre de ce travail de collecte est colossale. Le 11 janvier prochain une nouvelle permanence sera organisée à la médiathèque, toujours dans la même

L

Les membres d'Epernay Patrimoine proposent de collecter des documents inédits une fois par mois à la médiathèque centre-ville. © l'Hebdo du Vendredi

salle, un peu en retrait des lieux de lecture. « A chaque fois il y aura un thème différent. Le 11 janvier sera encore consacrée à la grande collecte de souvenirs sur la Guerre 14-18 et le samedi 8 février à l’histoire du Cubry, durant la même période. » La première permanence s’est révélée fructueuse. Elle a permis de collecter des cartes, des plans, toute une collection de l’Illustration, un hebdomadaire national de l’époque, des manuels militaires, des photos de l’artillerie défilant le long de Luna Park et même des documents de la section photographique de l’armée. Un vigneron en retraite avait aussi apporté le journal de son grand-père qui était infirmier et intendant durant le conflit. « C’est du vécu. Il raconte qu’il s’attachait à faire de bons petits plats aux soldats. » Une autre personne avait apporté une compilation d’arrêtés de police, de la réglementation des marchés et même des maisons closes.

J.B

> Prochaines permanences le samedi 11 janvier de 10 h à 11 h 30 et le samedi 8 février aux mêmes horaires à la médiathèque centre-ville.

Un collectif pas contre le golf, mais qui veut défendre la nature

Pierry - Cuis

e 18 décembre, l’enquête publique de modification des plans locaux d’urbanisme de Pierry et Cuis, au sud d’Epernay, sera terminée. Pour un collectif de naturalistes, ornithologues (étude des oiseaux) en particulier, l’enjeu est de taille. Il s’agit de sauver un « savart champenois », comme on dit dans nos contrées. On parle aussi de pelouse sèche, véritable « nid » de passage ou de résidence pour espèces de faune et de flore. En dehors de ce secteur de Cuis, on en trouve seulement dans les zones militaires de la région, à Mourmelon et Mailly-le-Camp. La zone en question, 33 hectares, est située sur les anciens terrains militaires du 13e Régiment de génie d’Epernay, parti en 2001, juste après la déchetterie de la rue de New York. Et ces 33 hectares pourraient être amenés à disparaître, figurant sur le tracé du projet de parcours de golf porté par la société Golfy. En 2007, 92 espèces distinctes d’oiseaux avaient été répertoriées, dont 78 protégées. En 2012, on est tombé à 36 espèces dont 28 protégées. On y dénombre également une petite

L

Les 33 hectares de savart champenois, en été. © DR

vingtaine d’espèces de papillons, des reptiles (orvets, lézards), une multitude d’insectes en tous genres et pas loin de 200 plantes spécifiques. Le collectif pour sauver les 33 hectares a lancé une pétition qui a déjà recueilli 4 500 signatures, dont 2100 locales (les autres sur internet). > www.lapetition.be/en-ligne/33-

hectares-d-espace-naturel-sont-endanger-139.html

T.V


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Grève pour absence de dialogue social

CCEPC

e Syndicat autonome de la fonction publique territoriale (SAFPT) de la communauté de communes d'Epernay Pays de Champagne (CCEPC) a déposé un préavis de grève pour ce vendredi 13 décembre, 10 heures. Les agents du SAFPT, qui représentent 25 % du personnel, réunis en assemblée générale extraordinaire le 5 décembre, dénoncent une « absence de dialogue social » et se disent « lassés d'un climat malsain et ciblés par les dénigrements systématiques ». « Le dernier CTP entérine une nouvelle organisation de travail imposée en quelques semaines sans information ni Ciel gris sur l'hôtel de communauté... © l'Hebdo concertation et avec le silence complaisant des représentants du Vendredi du personnel, expliquent les agents dans un communiqué. Par comparaison, sur la même thématique, la ville d'Epernay a mis deux années de négociation avec tous les agents pour aboutir à un accord dans le respect des agents communaux. Pourquoi tant d’empressement ? Pourquoi être resté dans l’illégalité pendant douze ans et vouloir soudainement se mettre en conformité avec une loi qui date de 2001, à seulement quatre mois de l’élection de la nouvelle équipe communautaire ? » Le préavis de grève est assorti de deux courriers signés par près de 40 % des agents demandant, pour l'un, à Laurent Madeline, président de la CCEPC, l'ouverture d'un dialogue social, et pour l'autre, aux représentants du personnel, leur démission « compte tenu de leur mutisme au sein des des instances représentatives ». Enfin les agents grévistes rappellent qu'en « dix ans, le nombre de communes a été multiplié par trois (de 7 à 21 communes) et, en six ans, le nombre d'agents à diminué de 6 % ». T.V

L

En attendant la sélection, 50 000 soutiens et un livre

Candidature Unesco

ourant janvier, le gouvernement devrait, on l’espère, enfin retenir la candidature des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne. Dernière étape avant d’arriver sur les bureaux de l’Unesco avant un classement au patrimoine mondial de l’Humanité. D’ici là, et c’est aussi une belle idée de cadeau pour Noël, le livre officiel de la candidature, sous-titré Un monde illustre & inconnu, paraît ces jours-ci. Il sera dans les rayons beaux livres et/ou tourisme des librairies. D’un format de 21 x 32 cm à la française, couverture rebordée, relié de 200 pages sur beau papier, le livre, au prix public de 35€, est édité par les Éditions de Larenée. Liste des points de vente et commande en ligne sur www.editionsdelarenee.com ou par téléphone au 03 26 88 43 14. Par ailleurs, la candidature a franchi cette semaine le cap des 50 000 ambassadeurs qui ont signé les déclaT.V rations de soutien.

Modèle en moutons.

C

DU 3 AU 14 DECEMBRE 2013 1 PRODUIT IMPERMEABILISANT OFFERT POUR L’ACHAT D’UN ARTICLE EN MOUTON

Le maire d’Epernay Franck Leroy proposera au conseil municipal du 16 décembre de baptiser le parc urbain de Bernon, aménagé dans le cadre de l’opération de renouvellement urbain, parc Nelson-Mandela. Franck Leroy souhaite ainsi associer tous les Sparnaciens à l’hommage à rendre à un « un homme hors du commun qui symbolisera à jamais la lutte contre la discrimination raciale, le combat pour la liberté et la tolérance ».

Un parc Nelson-Mandela à Bernon

La tête de liste socialiste pour les élections municipales en mars 2014 à Epernay sera bien Marc Lefèvre. Il a été officiellement désigné à l'occasion de la convention nationale du Parti socialiste samedi 7 décembre.

Marc Lefèvre officiellement investi

Le chocolatier sparnacien Vincent Dallet, président de l’association des Étoilés de la Champagne, a présenté mardi 3 décembre le 11e millésime de la bûche de Noël à la maison de champagne Duval-Leroy, à Vertus. Après les boules, l’an dernier, place au coffret à bijoux. Compotée d’abricots à la vanille Bourbon, mousse mascarpone, crème brulée à la verveine-citronnelle, mousse au chocolat de Madagascar (65%), dacquoise aux fruits secs, crumble aux biscuits roses, aiguillettes de Yuzu confit, coulis d’abricots à la liqueur Wolfberger… Cette bûche a été conçue pour s’allier avec la cuvée Douceur de Champagne de la maison Duval-Leroy. Elle sera sur les tables des Étoilés de la Champagne pendant cette période de fêtes, et commercialisée à la pâtisserie Vincent Dallet à Epernay et à la Chocolaterie des Sacres à Reims, à partir du 16 décembre.

La bûche des Étoilés de la Champagne, comme un cadeau

La mairie de Châtillon-sur-Marne et l'Office de tourisme invitent le public samedi 14 et dimanche 15 décembre, de 14 heures à 18 heures, à venir découvrir le chemin des crèches. Traditionnelles ou modernes en l'église Notre-Dame de Châtillon ; grandeur nature en l'église Saint-Martin de Jonquery. Boissons chaudes et pâtisseries seront offertes.

Chemin des crèches à Châtillon-sur-Marne

Ce samedi 14 décembre, à partir de 16 h, le Hall des sports Pierre Gaspard accueillera un match international de gymnastique artistique masculine, catégorie Espoir. La rencontre réunira les équipes de France, d’Allemagne, de Grande-Bretagne et de Suisse, toutes constituées de six athlètes. Tarif : 8 euros pour les licenciés, 10 euros pour les non licenciés (et respectivement 5 et 6 euros pour les enfants). Réservations auprès de l’association Le Réveil d’Epernay, au 03 26 54 09 59 ou sur www.lereveildepernay-ffgym.fr.

Gymnastique artistique : rencontre internationale Espoir

UN AN DE PLUS

Dans nos éditions du 14 décembre 2012, nous évoquions l’avenir de Reims Aviation, suite au placement au redressement judiciaire en octobre 2012 de la société lorraine Sky Aircraft, filiale de Geci Aviation, tout comme l’entreprise située à Prunay. On s’interrogeait alors : « Le Skylander (projet d’avion d’affaires) restera-t-il à l’état de simple maquette ? » Serge Bitboul, le patron de Geci, était dans l’œil du cyclone. Depuis, Sky Aircraft a été liquidé, Reims Aviation a été placé en redressement judiciaire (septembre 2013), un repreneur sérieux s’est fait connaître, avant de jeter l’éponge… T.V

Un an de plus - Difficultés de Sky Aircraft


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Peillon repousse la réforme

Grève des classes préparatoires Lundi et mardi, environ 150 enseignants et étudiants de classes préparatoires de Reims (Lycées Arago, Clémenceau, Jean-Jaurès et Roosevelt) ont participé au mouvement de grève national contre le projet ministériel qui vise à augmenter le temps d'enseignements des professeurs sans compensation en termes de salaire à partir de la rentrée 2014. Hier, jeudi 12 décembre, Vincent Peillon, ministre de l'éducation, a annoncé repousser cette réforme. Rencontre avec deux enseignants rémois.

auline Ladeveze-Cuvillier (35 ans), agrégée de Physique option Chimie est professeure de Physique Chimie au lycée Roosevelt. Emmanuel Echivard (39 ans), normalien et agrégé de Lettres, est professeur de Littérature au Lycée Jean-Jaurès. Tous les deux, après plusieurs années passées dans des collèges et des lycées, enseignent aujourd'hui au sein de classes préparatoires aux grandes écoles. Ils racontent leur quotidien.

P

A quoi ressemble aujourd'hui une semaine type d'un professeur de classe préparatoire ? Emmanuel Echivard : Nous avons un nombre d'heures d'enseignement devant les éleves qui va de 12 à 14 heures, chacune demandant 3h de préparation. Personnellement, j'ai 54 élèves dans ma

classe. Il y a donc aussi les corrections qui prennent en moyenne 8h par semaine, sans oublier 4h à 5h consacrées aux interrogations orales. Pauline Ladeveze-Cuvillier : J'ai moi 43 élèves dans ma classe et globalement je travaille une cinquantaine d'heures chaque semaine, y compris pendant les vacances scolaires, période pendant laquelle je travaille mes cours qui évoluent chaque année. En plus de ces heures, il faut ajouter le temps que nous passons bénévolement au service des étudiants lors des forums étudiants auxquels nous participons ou que nous organisons nousmêmes (forum Prépa Plus plus), lors des Journées Portes Ouvertes, de la Fête de la Science ou pour « Les Cordées de la réussite », une opération qui nous conduit à faire visiter à des lycéens boursiers de la région de grandes écoles.

Que changerait le projet ministériel ? E.E : On travaillerait toujours autant voire davantage à budget constant. Les syndicats ont ainsi calculé que la diminution des salaires serait de l'ordre de 14%.

Ce projet doit permettre de financer des heures d'enseignement en plus dans les zones d'éducation prioritaires (ZEP)... E.E : C'est ce que le ministre veut faire croire. La réalité, c'est qu'il a déclaré lors d'une interview donnée à France Inter en 2010, vouloir supprimer le système des classes préparatoires qu'il qualifie d'élitistes. L'autre réalité, c'est aussi la volonté de diminuer le nombre de ZEP de moitié. Cette mesure est donc d'abord économique. Elle ne vise pas à revaloriser les ZEP. Nous estimons que ce projet est d'abord idéologique et que c'est l'existence même des classes préparatoires qui est donc

Pauline Ladeveze-Cuvillier et Emmanuel Echivard, professeurs en classes préparatoires, dénoncent un projet ministériel ficelé sans concertation. © l'Hebdo du Vendredi

remise en cause. Et contrairement à une idée reçue, les classes préparatoires ne sont pas élitistes. C'est même l'une des principales filières qui permet aux élèves boursiers d’accéder à de grandes écoles. P.L-C : Le projet a été ficelé sans concertation. Nous ressentons un véritable mépris vis-à-vis de notre profession.

Quel est véritablement le rôle des classes préparatoires aujourd'hui et notamment en Champagne-Ardenne ? E.E : Premièrement, on recrute les élèves à 12 de moyenne environ. Le plus important, ce n'est pas

seulement leurs notes, c'est leur motivation. Nous avons beaucoup d'élèves qui viennent des Ardennes et de l'Aisne. Les élèves issus des familles les plus aisées se tournent davantage vers Paris, si bien que la part des boursiers atteint plus de 35% dans notre académie. Il faut savoir aussi que 90% de nos élèves sont admis dans une grande école. Et contrairement à ce qu'on peut entendre, les classes préparatoires de province permettent d'accéder aussi aux plus grandes écoles. Par exemple, chaque année, un de nos élèves est admis à Polytechnique ou à Centrale. Nous sommes réellement fiers de nos élèves.

Lundi et mardi, vous avez rencontré le recteur Philippe Cabourdin, Catherine Vautrin, Arnaud Robinet et Philipe Meyer. Qu'attendiez-vous de ces entretiens ? P.L-C : Nous souhaitons simplement mieux faire connaître les classes préparatoires, afin de casser l'image trop caricaturale de la prépa parisienne, auprès de personnalités locales bénéficiant de relais au niveau national. Tous ont compris nos craintes et considèrent, comme nous, que la méthode employée par le ministère est agressive à l'image de celle concernant la réforme des rythmes scolaires.

Julien Debant

Famille Hovsepian : la mobilisation ne faiblit pas

Droit d'asile

e sort de la famille Hovsepian, dont nous vous racontions l’histoire dans nos colonnes la semaine dernière, n’a guère évolué depuis. Des élèves et des enseignants des collège et lycée Joliot-Curie de Reims, où sont scolarisés deux des enfants, continuent de se mobiliser. Mercredi, un rassemblement a réuni plusieurs dizaines de personnes place Royale à Reims. Du côté juridique, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne n’a rien trouvé à redire à l’assignation à résidence, et au « pointage » obligatoire et quotidien, entre 8h et 9h, débuté la semaine dernière. La famille Hovsepian a également déposé un recours contre le refus de délivrance de titre de séjour et contre l’obligation de

L

Le rassemblement organisé mercredi place Royale à Reims. © DR

quitter le territoire français qui leur a été notifiée en septembre dernier. Le tribunal administratif donnera son jugement le 31 décembre.

T.V

Des auteurs présumés de violences sur le policier d’Epernay face aux jurés

Cour d’assises des mineurs

e procès de deux des auteurs de « violences ayant entraîné une infirmité permanente sur personne dépositaire de l’autorité publique » a débuté mercredi 11 décembre aux assises des mineurs de la Marne, à Reims. Pour rappel, le 8 mars 2010, la tentative d’interpellation d’un jeune rappeur avait dégénéré place Fada N’Gourma, dans le quartier Bernon à Epernay. Plusieurs jeunes avaient tenté d’empêcher l’arrestation, et le regroupement s’était terminé par des jets de pierre. Le brigadier-chef Michel Husson, aujourd’hui âgé de 52 ans, avait été notamment atteint à la tempe et était resté plusieurs semaines dans un état critique, notamment plongé dans le coma pendant trois jours. Une semaine après les faits, le Premier ministre d’alors François Fillon avait d’ailleurs annoncé, par erreur, la mort du fonctionnaire de police. Entre le 8 et le 11 mars 2010, le quartier Bernon avait été le théâtre de poubelles et de véhicules incendiés, de tags menaçant de mort le policier ou encore intimidant d’éventuels témoins

L

qui parleraient aux enquêteurs. Certains ont tout de même témoigné et ont permis l’interpellation, le 17 mars 2010, de huit personnes. Une centaine de policiers avait investi le quartier tôt le matin. Le jeune rappeur au centre des faits du 8 mars avait pu être arrêté quatre mois plus tard. Trois jeunes hommes ont finalement été suspectés d’avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre, dont celui ayant blessé le brigadier-chef Michel Husson. Deux ont donc été renvoyés devant la cour d’assises des mineurs. Ils encourent jusqu’à 15 ans de réclusion pour l’un des deux, majeur au moment des faits, et de la moitié pour le second, mineur au moment des faits, à condition que l’excuse de minorité lui bénéficie. Le procès doit se terminer ce vendredi 13 décembre. Un troisième prévenu, mineur de 15 ans en 2010, sera jugé en 2014 par le tribunal pour enfants de Châlons-en-Champagne. Cinq autres prévenus, dont le rappeur, comparaitront pour rébellion en réunion devant le tribunal correctionnel de Châlons, également en 2014.


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Le régime sec devrait se poursuivre Si le budget augmente, l'Etat n'y est

Conseil général - débat d’orientations budgétaires

Conseil régional - Budget primitif 2014

Vendredi 6 décembre, le Conseil général de la Marne réunion en séance plénière « débattait » des orientations budgétaires pour 2014. Le vote du budget primitif aura lieu lors de la prochaine séance.

e budget que le président Jean-Paul Bachy présentera aux conseillers régionaux ces lundi 16 et mardi 17 décembre commencera par rappeler qu’il est « construit dans le respect des engagements pris » et qu’il a dû, « sans augmentation de la fiscalité, encore cette année, être adapté aux ressources que l’Etat va mettre à notre disposition via les dotations (92 %) et non aux besoins identifiés pour le développement du territoire et de ses habitants ». Côté grandes masses, le budget primitif 2014 annonce 696 millions d’euros, soit une hausse de 16 millions par rapport à 2013. Les recettes d’investissement en hausse, l’augmentation des ressources internes grâce au fonds de compensation de la TVA sur les travaux que le Conseil régional a financés en 2012, la progression des ressources d’intervention (fonds européens) et la vente de locaux, comme la maison Galice à Epernay (un compromis de vente, entre 2,7 et 2,8 millions d’euros, a été signé pour la vente du siège de l’Office régional culturel de Champagne-Ardenne, dont les services vont rejoindre Châlons, ndlr) permettent d’expliquer la hausse du budget. La dotation de l’Etat pour les investissements est, elle, toujours gelée. Sur les 696 millions d’euros de budget, 416 seront affectés au fonctionnement (411 dans le budget primitif 2013) et 151 à l’investissement (142,7 en 2013). La différence (29 millions d’euros) est représentée par les subventions globales de l’Union européenne (Feder et FSE), les frais finanT.V ciers et le remboursement de la dette.

videmment, comme depuis 2011, la réforme des collectivités territoriales combinée à la politique de lutte contre les déficits publics depuis le début de la crise économique faisait dire à René-Paul Savary qu’on « manque de certitudes, sauf pour les dépenses… Les recettes, en revanche, on n’est pas sûr ». Le président du Conseil général a rappelé que le contexte économique serait « encore plus difficile qu’en 2013 », la faute à la baisse de la dotation de l’Etat annoncée pour 2014 et 2015, au moins, et la hausse des dépenses sociales, liée à la crise économique, la destruction et la précarisation de l’emploi. Une évolution illustre parfaitement le propos : les dépenses d’investissement sont passées de 106 à 75 millions d’euros (hors dette) entre 2004 et 2012. « Notre endettement pourrait croître si nous ne maîtrisions pas nos dépenses », a encore prévenu René-Paul Savary. En l’état actuel, le budget du Conseil général pour 2014 prévoit entre 421 et 425 millions d’euros de recettes de fonctionnement, près de 25 millions d’euros de recettes d’investissement, 396,3 millions d’euros de dépenses de fonctionnement, dont 221 millions rien que pour les dépenses sociales, 92,9 millions d’euros de dépenses d’investissements. Soit un besoin de financement de 39,4 millions d’euros. La problématique des fonds de péréquation a aussi été évoquée, « qui,

E

pour rien...

L

Une note envoyée par les conseillers généraux Olivier Aimont et Bruno Botella a qualifié le développement durable comme « à la marge » du débat d'orientations budgétaires. René-Paul Savary a admis que « l’on était un peu trop budgétaire dans ce débat ». © l'Hebdo du Vendredi

toujours d’après René-Paul Savary, pénalisent les collectivités à la gestion vertueuse, pour distribuer à celles qui se sont lourdement endettées ». Enfin un mot a retenu l’attention, tout particulièrement celle de la conseillère générale rémoise Virginie Coez : quémandeurs. La parole figurait dans les propos écrits du président à l’occasion de ce débat d’orientations budgétaires. «  Un mot malheureux », a reconnu René-Paul Savary, qui en a tout de même rappelé l’origine lointaine. « Au XVIIIe siècle, quémander signifiait demander humblement avec une insistance particulière, mais je reconnais qu’il est malheureux et je le retire ; gardons les mots actuels. » En attendant le vote du budget, de nombreuses organisations, associatives ou institutionnelles, qu’elles «  quémandent » ou pas, peuvent s’attendre à la poursuite des baisses des subventions dans les domaines qui n’entrent pas dans le champ de compétences légales du Conseil général.

Tony Verbicaro

Fairbooking, une autre façon de réserver en ligne

Hôtellerie

es chiffres parlent d’eux-mêmes : 93 % des clients passent par le web pour se renseigner sur les établissements hôteliers avant de faire leur choix, et près des trois quarts d’entre eux réservent via les centrales en ligne. Communément appelées OTA, pour Online Travel Agencies. Plus pratiques, plus rapides, mais également plus chères, surtout pour les hôteliers. Concrètement, lorsqu’ils confient la réservation de leurs chambres à ces centrales, ils laissent aussi au passage des commissions pouvant aller jusqu’à 30 % du prix de départ. « Ils voient donc leur fréquentation augmenter, mais, dans le même temps, leur chiffre d’affaires diminuer, déplore Gilles Cibert, président du Club hôtelier de Nantes et fondateur du concept Fairbooking, récemment invité par les CCI à le présenter aux professionnels de la région. « Aujourd’hui, le marché des OTA s’avère extrêmement concentré. Il s’y livre une guerre sans merci à coups d’énormes capitaux et de marketing à outrance. Et l’argent collecté par ces multinationales n’est pas réinjecté dans l’économie française. » Pour contrer ce phénomène, Fairbooking propose de référencer les hôteliers sur un même site internet, afin d'inciter les consommateurs à réserver directement auprès d’eux. « Avec, pour qu’ils trouvent un intérêt à cette démarche, un bonus préalablement choisi par l’hôtelier adhérent. Une remise de 5 à 10 % sur leur chambre, un sur-

L

Gilles Cibert, président du Club hôtelier de Nantes, a lancé le mouvement Fairbooking en mai. © l'Hebdo du Vendredi

classement, ou encore un petit-déjeuner offert. Notre site va évoluer. A terme, il sera possible d’interfacer sur Fairbooking les plates-formes de réservation propres aux hôteliers, et un intranet leur permettra de renseigner, en ligne, les prix et la disponibilité de leurs chambres. » A ce jour, Fairbooking fédère près de 1 300 hôtels, en France et dans quinze autres pays. Dont 24 Champardennais. Côté pratique, l’adhésion s’élève à 150 euros par an pour les pros, et le dispositif collecte un euro sur le prix des chambres vendues par ce biais. Les clients, eux, peuvent s’inscrire gratuitement sur le site.

Sonia Legendre

La semaine des inaugurations

Sainte-Ménehould

es vendredi 13 et samedi 14 décembre, l'Argonne sera sous les feux des projecteurs. Vendredi, Albéa, leader mondial de la fabrication de tubes plastique sera officiellement inauguré. L'histoire du tube plastique a commencé il y a plus de 50 ans à Vienne-le-Château et à SainteMénehould, à l'initiative d'Edouard Lecluyse, qui avait choisi la région pour sa situation géographique, à mi-chemin entre Paris et l'Allemagne. D'abord Tuboplas, l'entreprise est devenue Alcan puis désormais Albéa. Et ce qui sera inauguré ce vendredi, c'est un tout nouveau site de production, qui regroupe les anciennes unités de Sainte-Ménehould, Vienne-le-Château et Albertville, tout simplement la plus grande usine de production de tubes en plastique du monde. Le bâtiment, de 23 000 m2, accueille 600 salariés. Albéa compte parmi ses clients des grands noms cosmétiques comme Christian Dior, Garnier, Guerlain, Vichy, L'Oréal, Givenchy, Yves Rocher... Le même jour on inaugurera également le restaurant inter-entreprises porté par l'Esat Elan Argonnais. Demandé par plusieurs entreprises du secteur, le restaurant a ouvert ses portes fin octobre et dépasse déjà les cent couverts par jour en moyenne. Enfin samedi 14 décembre, c'est le centre aquatique sportif et ludique l'Aquarelle qui sera baptisé. T.V

C


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Romeo, un supercalculateur de classe mondiale

Université - Haute-technologie Romeo, le supercalculateur de l’Université de Reims Champagne-Ardenne est le supercalculateur hybride le plus puissant de France, et l’un des plus verts au monde : le fruit de plus de dix années de travail collectif, mais aussi de collaborations avec quelques-uns des plus importants acteurs informatiques du monde, tel que le géant américain NVIDIA et le français Bull.

a bonne nouvelle est tombée le 20 novembre dernier. Lors de la conférence SuperComputing de Denver aux Etats-Unis, le supercalculateur de l'Université de Reims Champagne-Ardenne (Urca), Romeo, a été classé N°151 dans la liste TOP500 des supercalculateurs les plus rapides au monde, et même n°5 des plus éco énergétiques. Cette performance de très haut niveau vient récompenser plus de dix années de travail mené par les scientifiques de l'Urca. « Si le projet est né officiellement en 2002, avec le premier Romeo, les premières réflexions ont démarré dès 1998 », indique Michael Krajecki,

L

Une aventure technique et humaine directeur du Centre de Calcul de Champagne-Ardenne Romeo et papa du supercalculateur rémois avec son collègue ingénieur de recherche Arnaud Renard. « Nous ne sommes pas tout seuls dans cette aventure, de nombreux biologistes, chimistes, physiciens et mathématiciens nous aident dans notre projet, sans compter les nombreux soutiens de nos partenaires financiers et techniques, tels que Bull et NVIDIA », prend soin de préciser celui qui est aussi professeur d'informatique à l'Urca. L'histoire débute donc à la fin de l'année 1998. « De nombreux chercheurs de l'Urca travaillaient alors sur des thématiques particulièrement difficiles demandant beaucoup de puissance de calcul et des simulations numériques toujours plus pointues ». Tous les chercheurs ont alors mis leurs moyens en commun pour permettre le lancement du projet Romeo. « C'est un peu

Michaël Krajecki, directeur du projet Romeo, avec dans ses mains l'un des processeurs graphiques qui a permis à Romeo de figurer parmi les meilleurs supercalculateurs du monde. © l'Hebdo du Vendredi

comme une Formule 1, image l'informaticien, il ne s'agit pas seulement d'acheter une machine. Il faut un réseau de compétences pour la faire fonctionner et développer des logiciels pour optimiser ses performances ». C'est en 2002 que le premier Romeo voit le jour. Il s'agit en fait d'une machine regroupant la puissance de 24 ordinateurs les plus performants de l'époque. Cette première version est alors capable de calculer 47 milliards d'opérations par seconde ! Deux autres versions, en 2006 et 2010, verront la montée en puissance du supercalculateur, avant sa mouture 2013, équivalente à 2 000 ordinateurs reliés ensemble et délivrant une puissance de 254,9 teraflops, soit 254 mille milliards d’opérations par seconde ! Et ce bond fantastique en termes de performance est loin

Romeo labellisé par NVIDIA de découler d'un afflux soudain de moyens sonnants et trébuchants. « En fait, ces 2 000 ordinateurs ont été couplés à des accélérateurs de calculs Tesla K20X », explique le directeur. Là encore, sans l'homme, ce matériel technique n'est rien. C'est l'équipe dirigée par Michael Krajecki qui a permis d'optimiser ses accélérateurs en

collaboration avec son fabricant NVIDIA et le français Bull. D'ailleurs, les performances atteintes par Romeo ont permis au supercalculateur rémois d'être le premier en France à être labellisé « CUDA Research Centerpar » par le géant américain lui-même. En Angleterre aussi il existe d'ailleurs un CUDA qui est situé au sein de la prestigieuse Université de Cambridge, ce qui situe la place occupée aujourd'hui par son homologue rémoise sur l'échiquier mondial. C'est cette collaboration menée avec NVIDIA, via l'optimisation des accélérateurs Tesla K20X, qui a permis à Romeo de se placer à la 151e place au niveau mondial et surtout à la 5e place des supercalculateurs les plus éco énergétiques au monde (classement Green500). Et ce second classement n'a rien d'honorifique. Il prend en effet en compte une problématique qui chaque année prend de l'importance, celle de la consommation énergétique des ordinateurs et autres serveurs, toujours plus puissants et donc plus énergivores. Et Richard Krajecki de citer un exemple édifiant : « Un avatar dans un jeu vidéo équivaut à la consommation d'un Brésilien ou de dix Africains ». Romeo montre donc la voie à suivre, ne se contentant pas de calculer pour calculer, mais en le faisant intelli-

gemment en consommant un minimum d'énergie. D'ailleurs, les supercalculateurs ne sont pas conçus simplement pour la postérité. La simulation numérique prend ainsi chaque jour de plus en plus d'importance dans la

Une vitrine exceptionnelle pour l'Urca

recherche, qu’elles soient scientifiques ou industrielles. « Historiquement, les médicaments sont conçus en laboratoire avant d'être testés sur des humains. Aujourd'hui, les simulations numériques ont remplacé les éprouvettes, permettant un gain de temps et d'argent. Dans le domaine de l'automobile, avant il fallait dix ans pour concevoir un nouveau modèle. actuellement, grâce à des supercalculateurs comme le nôtre, trois années suffisent ». Romeo n'est donc pas seulement une performance technique et scientifique. C'est d'abord un outil utile mis à disposition de l'ensem-

ble des chercheurs de l'Urca, mais aussi de ses étudiants en informatique, et de plus en plus ouvert sur l'extérieur vers les acteurs de l'économie en mettant à disposition des industriels et chercheurs champardennais les ressources matérielles et logicielles adaptées à leurs besoins. C'est bien sûr également une vitrine pour l'Urca. L'excellence des performances de Romeo s’est ainsi affichée sur des dizaines de médias nationaux et internationaux, et sur les sites internet des plus grands groupes informatiques du monde, tel que NVIDIA évidemment, « ce qui vaut tous les forums étudiants », note Michel Krajecki. Quelle suite donner maintenant à cette très belle aventure ? « L'idée, c'est d'abord de poursuivre nos travaux et nos collaborations. Nous avons conscience que nous ne serons jamais numéro 1, car nous n'en avons pas les moyens financiers. La prochaine étape, c'est donc de faire encore mieux tout en consommant moins ».

Julien Debant

La version 2013 de Romeo demande un financement de l'ordre de 2,4 millions d'euros. Ce projet est financé par la Ville de Reims (150 000 euros), la région Champagne-Ardenne (350 000 euros), l’État via le programme Investissements d'Avenir (800 000 euros) et le Fonds européen de développement régional (1,1 million d'euros).

Romeo : combien ça coûte ?


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Un don rare et important

Un vrai savoir-faire local à (re)découvrir

Producteurs de la Région

Santé - Don d'ovocytes

Deux émissions sur France 3 dans le magazine Champagne-Ardenne Matin sont prévues pour ce mois de décembre dans le cadre d'un restaurateur - un produit afin de faire découvrir les pépites culinaires de notre région.

a première émission a eu lieu le 9 décembre dernier à l'Auberge des Moissons dans laquelle les téléspectateurs ont pu découvrir les truffes de la Marne et le Confit de truffes du Délice Decadol. La prochaine ce sera pour le lundi 16 décembre, à l'Auberge de Sainte-Maure avec le Chaource A.O.P. Lincet fabriqué par la fromagerie de Vaudes. Les champardennais adorent leurs produits du terroir, oui mais encore faut-il qu'ils les connaissent et c'est le but du Club i3A depuis sa création en 2006. Cette association qui regroupe plus de cinquante entreprises agricoles, agro-alimentaires et agro-industrielles de ChampagneArdennes travaille à faire connaître leurs produits et productions aux restaurateurs comme aux consommateurs. L'an passé, une trentaine de ces entreprises se sont regroupées sous la bannière collective Savourez la Champagne-Ardenne afin de mieux valoriser leurs produits. Ces entreprises regroupent des produits parfois étonnants, d'autres qui font partie de nos traditions depuis des générations et nombre d'entre elles ont permis de garder ces produits de haute-qualité au goût du jour en diversifiant leurs productions. Entre tradition et modernité, les entreprises du Club i3A espèrent faire connaître leurs aliments aux plus grand nombre. Sur la région rémoise on retrouve par exemple

n nouveau site est né pour accompagner personnellement les femmes de la région Champagne-Ardenne, qui souhaitent aider des couples infertiles en faisant un don d’ovocytes. Le nouvel espace Le don d’ovocytes près de chez vous est conçu pour les femmes sensibilisées aux difficultés des couples infertiles, qui souhaiteraient les aider, mais ne connaissent pas concrètement la marche à suivre. Son objectif est d’accompagner individuellement les donneuses potentielles en Champagne-Ardenne et partout en France, et de leur faciliter le passage à l’acte, en passant du souhait de faire un don à la prise du premier rendez-vous. Cet espace privilégie la proximité et la personnalisation des informations et surtout avec une présentation pratique et détaillée du centre d’AMP le plus proche de l’internaute. Il répond à toutes les questions que se pose une femme avant d’initier sa démarche de don : « Où s’adresser ? », « Qui va s’occuper de moi au centre d’AMP ? », « Comment se passera le don ? », « Comment devenir donneuse ? »… Trois conditions sont à remplir pour devenir donneuse d’ovocytes : être âgée de 18 à 37 ans, mère d’au moins déjà un enfant et être en bonne santé. Comme les autres dons d’éléments du corps humain (sang, moelle osseuse...), ce don est anonyme, gratuit et librement consenti. De nouvelles donneuses sont indispensables… Vingt couples sont en attente dans la région. Jérémy Pichon

U

L

Le chef Alain Passart a créé une recette en 2010 avec la choucroute Label Rouge d'André Laurent en y ajoutant des truffes noires. © Passart

les Biscuits Fossier, spécialiste du célèbre petit biscuit rose et autres croquignols, la Brasserie d'Orgemont à Sommepy-Tahure qui fabrique et vend des bières régionales tandis que l'entreprise Louise Bon diversifie les lentillons de la Champagne qui sont en partie produit dans l'Aube. Pour cette dernière entreprise, l'épicerie fine située à Reims a su préserver le lentillon, un produit cultivé sur un sol crayeux dont le goût est doux et sucré mais qui aurait pu disparaître et le décliner en plusieurs offres gastronomiques. Côté aubois, il y a les inconditionnelles andouillettes bien sûr, celles de la société AT France - Gilbert Lemelle qui conserve la tradition et la qualité de l'andouillette troyenne avec le diplôme des 5A. Moins connu - et pourtant leader du marché français - l'entreprise de choucroute André Laurent cultive ses choux à Blignicourt depuis 1906, elle est d'ailleurs la seule

à avoir obtenue le label Rouge depuis l'année 2009. Le Délice Décadol de Saint-André-les-Vergers élabore ses recettes à bases de truffes noires de la Marne et y mêlent des produits sélectionnés avec soin : du ratafia de Champagne, du safran cultivé dans l'Aube et même des paillettes d'or alimentaire ! Les Ardennes ne sont pas en reste avec la Biscuiterie Latour implantée à Givet qui propose des galettes et des gaufres biologiques avec un savoir-faire traditionnel et plusieurs produits de charcuterie élaborés par les entreprises Aux saveurs d'Ardennes, la Sarl Demoizet ou encore Haybes Salaisons. Voici seulement quelques-unes des nombreuses petites et grandes entreprises qui récoltent, transforment ou créent des produits culinaires de qualité sur notre territoire champardennais.

Marjolaine Combraque


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

« Si on attend la reprise, on est mal barré »

Aéroport de Vatry - Michel Gobillot

Si on attend la reprise économique, on est mal barré. Il faut tout mettre en œuvre pour réactiver des tonnages. Pas forcément en cherchant des contrats pharaoniques, mais en faisant en sorte que les petits ruisseaux fassent les grandes rivières. On est conscient que ce n’est pas une mince affaire. Il n’y a d’ailleurs aucun triomphalisme à la CCI. Mais y a une véritable envie de tous les collègues de la CCIT d’y aller.

Michel Gobillot et la CCIT de Châlons-en-Champagne Vitry-le-François - SainteMénehould, chambre consulaire qu'il préside, devraient se lancer dans un sacré défi à relever : la reprise de la gestion de l'aéroport de Vatry.

ù en êtes-vous, précisément, dans cette reprise de la gestion de l’aéroport de Vatry ? Les choses sont toujours en cours. On a un accord de principe des actionnaires majoritaires de la Seve pour le rachat des parts, et du Conseil général de la Marne. Il faut encore attendre le feu vert de la préfecture de la Marne. Nous avons prévu un conseil d’administration de la Seve le 23 décembre pour concrétiser tout ça.

Les autres CCIT de la région, et la CCI régionale, vous suivront-elles dans cette opération ? Les autres CCI sont parfaitement au courant. L’acte un, c’est de caler tout ça, on est en train. L’acte deux sera de leur demander s’ils veulent participer. Il y a eu une bonne perception de départ.

O

Quel est l’état d’esprit qui règne au sein de la CCIT ? L’état d’esprit, c’est celui de gens qui se préparent à passer à l’action. Nous avons trouvé un directeur de site, Monsieur Lévèque, qui sera opérationnel dès le 24 décembre. Il n’a pas d’expérience dans la gestion d’aéroport, mais c’est un spécialiste des reprises, plus ou moins compliquées. On est allé le chercher pour son

Faire repartir le fret, presque kilo par kilo. © l'Hebdo du Vendredi - En médaillon, Michel Gobillot. © l'Hebdo du Vendredi

expérience de remise en ordre de marche d’entreprises pour lesquelles il y a une restructuration importante. Ensuite, il nous faudra vite recruter un commercial du meilleur niveau possible. Il faut qu’on puisse développer le fret le plus rapide-

ment possible. Le transport de passagers tourne bien, mais ça coûte cher en exploitation. En revanche, ça participe de l’image de Vatry et de l’abaissement des frais fixes de la structure. La priorité, c’est le développement du fret, et conti-

Les Champardennais ne manquent pas d’idées !

nuer le transport de passagers.

Ne pensez-vous pas que le développement du fret est lié à la reprise économique en général, celle du fret international en particulier ?

Avez-vous le sentiment d’avoir été quelque peu pressé par le calendrier et le Conseil général ? Disons que le calendrier nous a un peu pressé sur le final. On avait toujours espoir qu’Hubert Formey réalise le projet présenté, qui était séduisant, mais il n’a pas réussi à trouver les partenaires suffisants. (Hubert Formey s’est retiré le 21 novembre, ndlr).

Propos recueillis par Tony Verbicaro

RégioRail ChampagneArdenne, né pour convaincre

Entrepreneuriat

Opérateur ferroviaire de proximité

reuve que la crise n’a pas eu raison de l’esprit d’entreprendre : plus d’une centaine de créateurs d’entreprise, confirmés ou futurs, a participé au concours « J’ai une idée » des CCI de ChampagneArdenne. Ce dont se réjouit François Cravoisier, le président régional. « Les projets proposés ont été appréciés par le jury sur leur pertinence et leur originalité. Certains ont déjà franchi le cap en concrétisant leur idée, d’autres commencent à construire leur projet. Cela Cette année encore, le concours « J’ai une idée » des CCI a récompensé les initiatives et l’originalité de six lauréats champardennais. prouve que de 7 à 90 ans, on © l'Hebdo du Vendredi peut créer, entreprendre sur notre territoire. Et la force de réseau des CCI contribue à insuffler cette envie d’entreprendre. » Au total, avec l’aide de l’Europe, de la Région Champagne-Ardenne et des Chambres de métiers, 10 000 euros ont pu être remis aux six lauréats 2013. Parmi eux, Thomas Remy, haut-marnais d’origine, s’est lancé en avril avec la société Hydroelec.org. « Nous sommes spécialisés dans la restauration et la transformation des moulins à eau, et concevons des microcentrales hydroélectriques. » Un créneau prometteur, d’autant qu’il existe encore 2 000 moulins en région aujourd’hui. Dans un autre registre, Guillaume Baudry s’installera bientôt à Reims en tant que ferronnier d’art, après une expérience de 14 ans chez les Compagnons du Devoir. Dans les Ardennes, Sébastien Amet a imaginé le concept « Il était une fois », une librairie itinérante spécialisée dans la littérature jeunesse et les ouvrages pédagogiques, dotée d’un site de vente en ligne. Et dans la série « idées de génie » : la valise semainier d’Anne Larcelet-Patenotre, dans l’Aube. Ou comment organiser ses tenues à la semaine en les rangeant - sans un pli ! - dans une valise sur-mesure.

undi, une centaine de participants s’était réunie à Châlons pour la présentation officielle de RégioRail Champagne-Ardenne, lauréat de l’appel à projets pour le futur O2FP et tout juste implanté dans la ville-préfecture. O2FP, comme organisateur et opérateur ferroviaire de proximité. Pour rappel, ce projet est porté en partenariat par la communauté d’agglomération Cités en Champagne, les conseils régional et général, Réseau ferré de France, les chambres de commerce et d’industrie, ainsi que les communautés de com- Plus d’une centaine de participants à la présentation de munes du Pays de Chalindrey et RégioRail Champagne-Ardenne, ce lundi à Châlons. © l'Hebdo du Vendredi Ardennes rives de Meuse. Le groupement d’entreprises susnommé se compose de la société RégioRail (filiale de la société belge Eurorail International et de la société américaine Rail Development Corporation), et des entreprises locales suivantes : Véolog (Vatry et Recy), Transports Clément Fabrice (Juniville, dans les Ardennes) et Barré Logistique Services (Reims). Leur objectif, et non des moindres : mettre au point une offre suffisamment fiable et compétitive pour répondre aux besoins des chargeurs utilisant le réseau ferroviaire, et les convaincre. Notamment ceux qui se sont jusqu’ici orientés vers la route, au détriment des rails. Loin d’être impossible d'après les CCI, dont une étude, menée auprès de 377 entreprises du secteur, fait état de chiffres encourageants. En matière d’approvisionnement vers la Champagne-Ardenne, le potentiel s’élèverait à 13 160 wagons supplémentaires par an. Et plus de 41 000 wagons supplémentaires destinés à l’export pourraient également transiter par notre région chaque année. Une véritable marge de manœuvre, donc, mais aussi un travail de titan pour développer, d’ici là, toutes les bonnes synergies. En veillant à prendre en compte la multi-modalité que pourraient apporter des structures telles que Vatry, les ports de Givet et de Nogent-sur-Seine ou encore la plate-forme logistique de Chalindrey. Lancement de l’activité prévu au printemps 2014.

P

Sonia Legendre

L

S.L


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Réaction attendue avant les grandes manoeuvres ?

Basket (Pro B, 18e j.) Châlons-Reims - Saint-Quentin

Avec seulement 8 professionnels aptes, chaque joueur doit faire un peu plus, les remplaçants comme les cadres, à l'image ici de Muhamed Pasalic. © l'Hebdo du Vendredi

Malmené sportivement ces dernières semaines (3 défaites lors de ses cinq derniers matches), le Champagne Châlons-Reims Basket doit réagir sur le terrain, samedi, lors de la réception de Saint-Quentin, mais aussi en coulisses en trouvant rapidement des remplaçants à ses joueurs blessés : Mels et Beye. Des arrivées qui pourraient, en fonction de leur profil, bouleverser l'effectif actuel.

e staff de Châlons-Reims est devant un mur. Déjà en difficulté sur les parquets alors que l'équipe était à peu près au complet, il doit maintenant composer avec les absences de Rodrigue Mels, jusqu'à la fin de la saison, et de Pape Beye, au moins pour quatre semaines. Si face à une faible équipe d'Orchies, le week-end dernier, le CCRB a gagné (64-76), sur le parquet de Boulazac, mardi, l'équipe réduite de Nikola Antic a affiché ses limites (8161). Il y a donc urgence à trouver un remplaçant à Mels, mais peut-être aussi à Beye, et pour l'instant le club n'a pas trouvé son bonheur. « Les supporters doivent comprendre qu'il faut chercher ce qu'il y a de mieux sur le marché », explique Nikola Antic. Mais face à la pénurie de

L

Un groupe réduit à 8 face à Saint-Quentin

JFL (Joueurs Formés Localement) disponibles du calibre de Rodrigue Mels, l'entraîneur marnais pourrait se tourner vers une solution qui consisterait à rééquilibrer son effectif. Le coach serbe pourrait ainsi se séparer d'un de ses joueurs étrangers - a priori plutôt le fantasque Ron Slay que le meneur international bosniaque Muhamed Pasalic ou le très régulier John Turek - pour recruter un arrière US susceptible de combler

l'absence de Mels. Le remplaçant du français serait alors un intérieur JFL, certes une denrée rare mais tout de même plus facile à dénicher qu'un JFL porté sur le scoring. Sur cette éventualité, Nikola Antic a seulement indiqué « que cela voudrait dire qu'il s'est trompé ». Quant à un éventuel départ de Ron Slay, il s'est refusé à tout commentaire. « Changer pour changer, ce n'est pas ma manière de faire. Nous cherchons un joueur qui peut nous donner plus de qualités et pour l'instant je dois faire avec les joueurs actuels », a-t-il simplement indiqué. Finalement, la seule certitude du moment, c'est que Châlons-Reims devra faire avec un effectif réduit lors de la venue de Saint-Quentin. C'est donc avec seulement 8 joueurs professionnels que le CCRB s'apprête à accueillir son voisin. Pour l'entraîneur, « c'est l'occasion pour ceux qui n'ont pas eu beaucoup de temps de jeu jusque-là de prouver qu'ils ont le niveau ». Le rôle de ces remplaçants devient donc primordial. Et force est de constater que face à Orchies et Boulazac, leur apport a été très insuffisant. Dans le Nord, le banc (Tortosa, Bouedo et Giffa) a marqué seulement 9 des 76 points, cumulant 11 à l'évaluation, dont 9 pour le seul Giffa, sur les 79 de l'équipe. Contre Boulazac, pas mieux (Tortosa, Bouedo Antic et Slay) : 17 points, dont 13 pour l'américain, mais seulement 4 d'évaluation sur le petit 46 de l'équipe. Naturellement, cette dernière défaite ne s'explique pas simplement du fait des mauvaises performances des joueurs sortant du banc, certains titulaires ne faisant guère mieux. Néanmoins, dans la configuration actuelle de Châlons-Reims, Florent Tortosa et Arthur Bouedo sont dans le viseur et doivent clairement hausser leur niveau de jeu. Mais, pour pallier les absences et gommer les maux collectifs (défense, rebonds et balles perdues), c'est bien sûr l'ensemble de l'équipe qui doit réagir et montrer davantage de solidarité.

Julien Debant

> Châlons-Reims - Saint-Quentin, samedi 14

décembre à 20h, complexe René-Tys à Reims.

La Ligue Nationale de Basket a dévoilé lundi la liste officielle des joueurs et entraîneurs sélectionnés pour le All Star Game 2013 qui se déroulera à Paris Bercy le 29 décembre. L'entraîneur du CCRB Nikola Antic assistera Pascal Dupraz (Limoges) à la tête de la sélection française lors de ce rendez-vous basket incontournable de la fin de l’année.

Nikola Antic au All Star Game !


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Le Stade sur tous les fronts

Coupe de la Ligue : 300 places gratuites pour assister à Lyon-Reims

Foot (L1, 18e j.) Evian-TG - Reims

A l’occasion du 8e de finale de Coupe de la Ligue opposant l'Olympique Lyonnais et le Stade de Reims, mercredi 18 décembre, à 17h au stade Gerland, le club rémois offre 300 places gratuites aux supporters souhaitant effectuer le déplacement pour soutenir les Rouge et Blanc. Les personnes intéressées ont la possibilité de venir retirer leurs places (munies d’une pièce d’identité) aux guichets du Stade Delaune vendredi 13 décembre, de 14h à 18h et à la boutique officielle du club le samedi 14 décembre, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Dans la limite des places disponibles, il sera également possible de retirer des places à la boutique officielle le mardi 17 décembre.

Avant de partir en vacances, le Stade de Reims doit bien finir le travail en championnat, d'abord à Evian puis face à Ajaccio, sans oublier entre les deux, un déplacement hasardeux à Lyon en Coupe de la Ligue.

ien installé à 7e place du classement, grâce à ses deux victoires face à des concurrents directs pour le maintien, à Sochaux (2-0) et face à Nice (1-0), le Stade de Reims peut-il poursuivre sa progression dans toutes les compétitions ? Oui, si l'on en croit Hubert Fournier qui répète à l'envie disposer cette saison d'un groupe suffisamment étoffé pour faire tourner. Non, si l'on jette un coup d'oeil aux adversaires qui se dressent sur le chemin des Rouge et Blanc en Coupe de la Ligue et en Coupe de France, et aux ambitions à la hausse du club rémois en championnat. En effet, Lyon à Gerland en Coupe de la Ligue, mercredi 18 décembre, puis Marseille en Coupe de France, le 4 ou 5 janvier au Vélodrome, n'incitent guère à un optimisme béat. Surtout, les victoires sérieuses acquises contre des équipes en difficultés ont propulsé l'équipe d'Hubert Fournier dans le top 10 de la L1, une position que le club aimerait bien conserver jusqu'au soir de la 38e journée. A ce titre, le prochain match à Evian, récent tombeur du Paris Saint-Germain (21), promet donc d'être particulièrement intéressant. « On sait que c'est une équipe capable de faire des coups, note l'entraîneur rémois. On a pu s'en rendre compte en Coupe de France déjà l'année dernière. Ils sont toujours présents face aux grosses cylindrées, mais je me souviens aussi que si ce n'est jamais facile d'aller gagner là-bas, on s'y était imposé la saison dernière ». D'ailleurs, le Stade de Reims s'est fixé comme objectif de partir en vacances avec 28 points dans sa hotte, «  car on a toujours en tête qu'une période plus compliquée peut arriver ». Avec 25 points au

Coupe de France : rendez-vous au Vélodrome début janvier !

Le tirage au sort des 32es de finale de la Coupe de France, qui se dérouleront les 4 et 5 janvier 2014, n'a pas été clément avec le Stade de Reims qui ira jouer à Marseille. Réaction d'Hubert Fournier : « C'est un bon tirage car ça nous offre des perspective intéressantes pour démarrer l'année. L'année dernière, Plabennec était soi-disant un tirage facile (défaite 1-0). Ce qui est certain, c'est que nous ne sommes pas épargnés cette saison : Monaco, Lyon et maintenant Marseille ! Bon, le pire c'était Paris, mais ce sera peut-être pour le prochain tour ».

B

Arrivé cet été en provenance du championnat danois, où il évoluait depuis cinq saisons sous les couleurs du FC Midtjylland (120 matches et 12 buts), Mads Albaek poursuit son intégration avec le Stade de Reims. Plutôt à l'aise dans sa nouvelle vie, le jeune joueur de 23 ans compte bien s'imposer définitivement avec les Rouge et Blanc (13 matches joués et 2 buts) pour retrouver la sélection danoise (2 sélections).

Mads Albaek : « Terminer dans le top 10 »

Le danois Mads Albaek espère que le club sera dans le top 10 à la fin de la saison. © l'Hebdo du Vendredi

compteur, le Stade de Reims a donc mission d'en récolter encore au moins 3, soit à Evian ou lors de la réception d'Ajaccio, à Delaune le 21 décembre, sachant qu'entre les deux il y a un match de Coupe à Lyon à disputer. Si le défi semble réalisable sur le papier, il demande confirmation sur le terrain.

Julien Debant

> Evian-TG - Reims, samedi 14 décembre à 20h, Parc des Sports d’Annecy. Prochain match à domicile, samedi 21 décembre à 20h, Reims recevra Ajaccio pour le compte de la 19e journée de L1.

Les Bas Jardins, 51530 Dizy 03 26 55 54 87

Son intégration à Reims : « Les gars dans l'équipe sont sympas. Je n'ai pas à me plaindre. C'était important pour moi de venir jouer en France car j'avais envie de découvrir de nouvelles choses. C'est encore difficile de parler français même si je commence à bien le comprendre. Heureusement, ma femme est ici avec moi et c'est très important. Et comme on fait tous les deux du sport le week-end elle vit plutôt bien mon métier de footballeur sa femme (Christina Dahl Pedersen, handballeuse professionnelle en D1 danoise joue aujourd'hui au Reims Champagne Handball en D4). »

Ses performances : « Ne pas encore parler français est un handicap. Mais je pense que je peux largement mieux faire sur le terrain. Je dois avoir plus d'influence sur le jeu comme je le faisais au Danemark. »

La sélection danoise : « C'est un rêve pour moi de jouer pour mon pays. Mais je dois me montrer davantage sous le maillot du Stade de Reims pour espérer retrouver la sélection. Le niveau du championnat français est plus élevé qu'au Danemark. Si je joue plus régulièrement et que je m'impose, cela viendra naturellement. »

Ses objectifs avec le Stade : « D'un point de vue personnel j'aimerai jouer et être plus décisif. Collectivement, je veux qu'avec l'équipe on prenne un maximum de points pour figurer dans le top 10 à la fin de la saison. Le championnat est très serré et je sais que l'équipe a connu un passage très difficile l'année dernière alors il ne faut surtout pas se relâcher. »


magazine

N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Petit couac chez les canards

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA

Marionnettes - Salmanazar

Né en 1842 sous la plume d’Andersen, Le Vilain petit canard fait partie des contes ayant bercé notre enfance, s’apprêtant à bercer également celle de nos enfants, tant les thématiques qu’il aborde sont – malheureusement – encore d’actualité. Rejeté par sa « famille » à cause d’un physique différent, il se voit contraint à l’exil afin d’échapper aux coups et aux moqueries de ses frères et sœurs, ainsi que de tous ceux dont il va croiser la route. Jusqu’au jour où le malheureux se transforme en un cygne majestueux, aimé de tous et plus beau que jamais. Emilie Vast, illustratrice, créatrice et plasticienne, coutumière d’une esthétique enfantine, où nature et simplicité des formes se com-

binent dans des illustrations aussi douces que poétiques, s’est emparée pour la Succursale 101 de ce si célèbre conte pour nous en livrer une interprétation personnelle, explorant à son tour les différentes thématiques qu’il aborde, par le biais du théâtre de marionnette, du théâtre d’ombre et de la danse. « La naissance. Les premiers pas. Les premiers regards, sur soi, sur les autres, des autres, puis les premières transformations du corps. Le vilain petit canard qui sommeille en chacun de nous, doit traverser bien des épreuves pour accéder à son épanouissement », confie la Cie Succursale 101. « Nous travaillons à partir de ces différentes thématiques sur une dramaturgie non-linéaire,

Oh temps suspends ton vol !

CONCERTS DIMANCHE 15 DÉCEMBRE

UN NOËL DE TRADITION

C'est dans une version revisitée que le Vilain petit canard s'invite sur la scène du Salmanazar. © Succursale 101

construite d’images et de sons où la danse, la marionnette, le théâtre d’ombre se mêlent pour porter au plateau une poésie visuelle et sonore, douce et étonnante ». Claire Lagrange > Couac, mercredi 18 décembre à 18h - Tarifs : 5 et 9 euros – Théâtre Gabrielle-Dorziat.

Nouveaux celliers Giraud à Aÿ Claude Giraud ne recule devant rien. Le plasticien Gérard Batalla, le concepteur de lumière Jean-Jacques Frémaux et Didier Ludot, le « gardien » de la galerie Vintage au Palais Royal se sont associés pour créer un espace éphémère de couleurs, de formes, de silhouettes à l’occasion de la transformation de 5 000 m2 de friche industrielle automobile en nouveaux celliers pour la maison de champagne d’Aÿ. Baptisée « Aérographie, le temps suspendu », cette installation nomade renvoie à des correspondances imaginaires chères au négociant champenois qui défend avec passion les valeurs de la terre, du bois, de la nature, du luxe et de la beauté. Claude Giraud a donné carte blanche à un ami de toujours, Gérard Batalla, pour faire d’un moment unique un moment inoubliable. Depuis la semaine dernière le plasticien et l’homme des lumières conjuguent leurs talents pour faire des anciens bâtiments de découpe de la PTPM, un lieu de déambulation qui conduira les visi-

Gérard Batalla et Jean-Jacques Fremaux préparent depuis quelques jours ce moment unique dans les nouveaux bâtiments du champagne Giraud, à Aÿ. © l'Hebdo du Vendredi

teurs à 200 millions d’années après le big band, sur le tracé au sol de la constellation et à l’emplacement de ses douze étoiles. Gérard Batalla, qui n’en n’est pas à ses premières audaces, façonne cet espace avec des dizaines de mètres de dentelle de plastique, rouge et en suspension, mis en valeur et en perspective par les éclairages subtils de Jean-Jacques Fremaux. Il y beaucoup de symboles dans cette installation qui renvoie à l’univers forestier de l’Argonne, l’arrêt des traitements phytosanitaires par hélicoptère et bien

Les talents se bousculent

La Petite Pinacothèque présente plusieurs artistes au talent singulier. © l'Hebdo du Vendredi

Yukio et Pierre Barideau présentent aussi des œuvres singulières, à des années lumière au niveau de la sensibilité et de l’expression. Un artiste se distingue. Avec une seule œuvre. Il s’agit de Takeshi Inaba qui réalise des bas-reliefs avec des canettes de récupération en métal. Ce travail très minutieux est époustouflant de maîtrise technique. L’apparente simplicité des collages cache des journées de tra-

VENDREDI 20 DÉCEMBRE

MUSIQUES ACTUELLES : CONCERT «DEUX EN UN» Au programme : Chris2Bar, comédien, guitariste et homme de scène, et la Villa Ginette, groupe Rémois, lauréat du tremplin «Jeunes Talents» 2011. À 20h30. Tarifs : 4 à 12 euros - Salle Sabine Sani, MJC d’Aÿ, rue de la Liberté à Aÿ.

EXPOSITIONS JUSQU’AU SAMEDI 4 JANVIER

sûr à l’effervescence. Dix robes de haute couture créées en 1950 par Yves Saint-Laurent seront présentées dont le cardigan YSL rebrodé de perles or en 1972. « Nous serons dans l’imaginaire et le dur, l’éphémère et le durable », explique Gérard Batalla qui installe son œuvre au milieu de milliers de bouteilles contenues dans des palettes métalliques qui forment des couloirs. L’Aérographie sera aussi composée d’immenses tableaux représentant 420 m2 de toiles installées. L’ouverture aux invités aura lieu lundi 16 décembre à 18 heures. A cette occasion le champagne Giraud fêtera la plantation de 7500 chênes en forêt d’Argonne en partenariat avec l’ONF (Office National des Forêts). Un évènement qui s’inscrit dans la politique de communication innovante de la maison. Une maison qui entend répondre en écho à cette phrase d’Yves Saint-Laurent : « L’élégance de l’esprit se trouve dans sa capacité d’adaptation. » Jean Batilliet

Exposition - Petite pinacothèque Saotomé Yukio vient de réaliser un exploit. Accueillir plusieurs œuvres de huit artistes dans sa « Petite Pinacothèque ». L’exercice n’est pas mince, compte tenu de la dimension de la galerie. Il a fallu jouer des coudes pour trouver la bonne aération. Dans la précipitation du vernissage une œuvre était d’ailleurs accrochée…à l’envers. Tout le monde n’y a vu que du feu dans la fièvre de ce moment chaleureux. Huit artistes participent à cette exposition, baptisé « Salon de Noël ». Des créateurs au talent confirmé comme Patrick Adam, à la limite de l’abstraction, Jacki Colson, Reine Renoux « qui laisse les formes naître d’ellesmêmes. Pour moi la peinture est une respiration », dit-elle. Yannick Varlet, autodidacte coloriste, est à la limite du figuratif et de l’abstraction. Saotomé

L’ensemble choral Les Cenelles visite l’histoire et l’ambiance de Noël à travers des chants connus ou à découvrir de différents siècles, portés par le piano de Sylvie Sardella. À 16h00. Tarif : 10 euros à partir de 16 ans - Eglise Saint-Pierre-Saint-Paul à Epernay.

UNIVERS INSOLITES Plongée dans le monde de trois artistes dont la démarche personnelle et originale surprend et réjouit l’esprit. Œuvres d’Arnaud Franc, de Pauline Ohrel et de Jérôme Festy. Dans le cadre des Habits de Lumière. À 9h30. Du lun. au sam. de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30 - Office de Tourisme d’Epernay. JUSQU’AU SAMEDI 18 JANVIER

BIODIVERTISSEMENTS De l’animalité aux machines rétro futuristes, Fred Barnley plonge les spectateurs dans l’esthétisme du mouvement Steampunk. Cuivre, assemblages piqués de rivets, organes mécaniques apparents, pièces usinées font partie intégrante de son oeuvre, imprégnée de l’esprit des cabinets de curiosités du XIXe siècle. À 10h00. Entrée libre aux horaires d’ouverture des médiathèques - Médiathèque centre-ville, 1 rue du professeur Langevin, et Médiathèque Daniel-Rondeau, 4 rue Gabriel-Fauré.

SPECTACLES` VENDREDI 13, SAMEDI 14 ET DIMANCHE 15 DÉCEMBRE

HABITS DE LUMIÈRE À EPERNAY vail pour réaliser des superpositions, des agencements, des inégalités entre tous les fragments de déchets trouvé parfois dans les poubelles. Du recyclage artistique à l’état pur et de toute beauté. La jeune Valérie Schwartz, diplômée des Beaux-Arts, propose des expérimentations photographiques qui jouent sur les perspectives. « Le travail est plus important que la prise de vue » explique cette créatrice d’origine champenoise au talent prometteur. J.B > Exposition jusqu'au 18 janvier, 2, rue du Colonel Servagnat à Epernay. Du jeudi au dimanche de 15 h à 18 h 30 (jusqu'au 29 décembre). Du jeudi au samedi de 15 h à 18 h 30 en janvier. Autres horaires sur rendez-vous (03 26 32 51 91)

Au programme de ces trois jours de fête : spectacles d’arts de rue, bars à Champagne, parade automobile, illuminations, gastronomie. À 9h30. Programme complet sur le http://habitsdelumiere.epernay.fr VENDREDI 13 DÉCEMBRE

HABITS DE LUMIÈRE : SOIRÉE INAUGURALE

Parade, son et lumière, illuminations, concert, feu d’artifice... À 18h30. Gratuit - Avenue de Champagne à Epernay. SAMEDI 14 DÉCEMBRE

CONTE FAMILIAL : M’SIEUR L’OUÏE Jongleur en tuyaux musicaux, M’sieur L’ouïe mène le public au fil de son oreille. Il devient le chef d’orchestre d’un petit théâtre de

marionnettes sonores. A partir de 4 ans, par la compagnie Histoires de sons, dans le cadre des Habits de Lumière. À 15h00. Réservation conseillée au 03 26 53 37 80 - Médiathèque centre-ville, 1 rue du professeur Langevin à Epernay. SAMEDI 14 DÉCEMBRE

ANIMATION : LA BOBINE À HISTOIRES Petites histoires et courts-métrages, à partir de 3 ans. À 15h30. Réservation au 03 26 53 36 90 Médiathèque Daniel-Rondeau, 4 rue Gabriel-Fauré, à Epernay. LUNDI 16 DÉCEMBRE

THÉÂTRE : LE VILAIN PETIT CANARD Depuis plus de 150 ans, cette histoire d’exclusion et de différence nourrit les enfants et leurs éducateurs. En évoluant dans un cadre aussi simple et raffiné qu’onirique, les deux comédiennes réussissent à aborder un sujet grave dans une ambiance tendre et poétique. Un véritable régal. À 19h00. Dès 3 ans - Tarifs : 4 à 12 euros Salle Sabine Sani, MJC d’Aÿ, rue de la Liberté à Aÿ. MERCREDI 18 DÉCEMBRE

ANIMATION : LA MALLE À HISTOIRES Sur le thème «Dans ma hotte». Dès 5 ans. À 15h30. Entrée libre - Médiathèque DanielRondeau, 4 rue Gabriel-Fauré, à Epernay.

CONFÉRENCES VENDREDI 13, SAMEDI 14 ET DIMANCHE 15 DÉCEMBRE

HABITS DE LUMIÈRE À EPERNAY Au programme de ces trois jours de fête : spectacles d’arts de rue, bars à Champagne, parade automobile, illuminations, gastronomie. À 9h30. Programme complet sur le http://habitsdelumiere.epernay.fr VENDREDI 13 DÉCEMBRE

HABITS DE LUMIÈRE : SOIRÉE INAUGURALE

Parade, son et lumière, illuminations, concert, feu d’artifice... À 18h30. Gratuit - Avenue de Champagne à Epernay. SAMEDI 14 DÉCEMBRE

CONTE FAMILIAL : M’SIEUR L’OUÏE Jongleur en tuyaux musicaux, M’sieur L’ouïe mène le public au fil de son oreille. Il devient le chef d’orchestre d’un petit théâtre de marionnettes sonores. A partir de 4 ans, par la compagnie Histoires de sons, dans le cadre des Habits de Lumière. À 15h00. Réservation conseillée au 03 26 53 37 80 - Médiathèque centre-ville, 1 rue du professeur Langevin à Epernay. SAMEDI 14 DÉCEMBRE

ANIMATION : LA BOBINE À HISTOIRES Petites histoires et courts-métrages, à partir de 3 ans. À 15h30. Réservation au 03 26 53 36 90 Médiathèque Daniel-Rondeau, 4 rue Gabriel-Fauré, à Epernay.


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

LES HORAIRES

LA SÉLECTION

CINÉMA Le Palace

Genre: Comédie Pays: France Durée: 1h38 Réalisateur : Valérie Lemercier Acteurs: Valérie Lemercier, Gilles Lellouche, Marina Foïs. Un couple de petits bourgeois adopte un enfant pour faire plaisir à madame, rédactrice en chef dans un magazine féminin. Un enfant n’est pas une marchandise que l’on achète suivant sa volonté. Valérie Lemercier derrière la caméra passe à côté de son sujet, l’adoption.

Patrick Vanlanghenhoven

18/09/2013 au 24/09/2013

100% Cachemire

33 Bld Motte - 51200 Epernay

100 % Cachemire VF Mer 14h30, 17h30, 20h30; jeu mar 18h, 20h30; ven 18h, 21h; sam 17h, 20h, 22h30; dim 17h30, 20h; lun 14h30, 18h, 20h30. Le Hobbit : La Désolation de SmaugFilm d'aventures VF 3D Mer jeu mar 14h30, 17h30, 20h30; ven 14h30, 18h, 21h; sam 19h30, 22h30; dim 10h30, 14h30, 17h30, 20h30; lun 17h30, 20h30. La Reine des Neiges VF Mer 14h30, 17h30, 20h30; jeu lun mar 18h, 20h30; ven 18h, 21h; sam 14h30, 17h, 20h, 22h30; dim 10h30, 15h, 17h30, 20h. Carrie, la Vengeance VF Mer 17h30; jeu lun 20h30; ven mar 18h; sam 17h, 22h30; dim 20h. Casse-Tête Chinois VF Mer 14h30, 20h30; jeu lun 18h; ven 21h; sam 14h30, 20h; dim 10h30, 15h, 17h30; mar 20h30. Zulu VF Mer 17h30; jeu mar 14h30; ven 21h; sam 22h30; dim 15h; lun 20h30. Amazonia VF Mer ven 14h30; jeu lun 14h30, 18h; sam 20h; dim 10h30; mar 18h. Hunger Games : l'EmbrasementFilm d'aventures VF Mer 17h30, 20h30; jeu lun 20h30; ven 18h, 21h; sam 14h30, 22h30; dim 15h, 20h; mar 14h30, 20h30. The Immigrant VO Mer mar 20h30; jeu lun 18h; ven 14h30; sam 17h; dim 20h. L'Apprenti Père-Noël et le Flocon Magique VF Sam 14h30; dim 10h30, 15h. Les Garçons et Guillaume, à Table VF Mer lun 14h30; jeu 20h30; ven mar 18h; sam 14h30, 20h; dim 10h30, 17h30.

Genre: Drame Pays: USA Durée: 1h46 Réalisateur : J. C. Chandor Acteurs: Robert Redford. Un homme seul sur son voilier endommagé tente l’impossible pour survivre à l’infini de l’océan. Croiser une route fréquentée, une terre, avant que la mer ne devienne son tombeau. Pas de dialogues, uniquement la prestation sans faille de Robert Redford nous accompagne dans ce voyage presque parfait.

All Is Lost

Genre: comédie Pays: USA Durée: 1h32 Réalisateur : Jeff Tremaine Acteurs: Johnny Knoxville, Jackson Nicoll,Greg Harris. Un grand-père infréquentable et gaffeur se retrouve avec un petit-fils qu’il ne connaissait pas. Le temps d’un road movie sous le signe de la déconne, Jackass le retour tente de revenir dans la course. Nous avons plus l’impression d’un festival de vidéos You Tube que d’un film. C’est cher payé la place.

Bad Grandpa

CINÉ Le Majestic

ZAC des Escarnotieres 51000 Châlons 100% Cachemire Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 | 22h00 Jeu : 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 | 22h00 16 ans ou presque (avant première) Mar 20h Amazonia Mer, Sam, Dim : 11h15 Avant l’hiver Jeu : 13h30 Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 Bad Granpa Tous les jours : 13h45 | 16h00 | 20h15 | 22h15 Belle et Sébastien (Avant Première) Dim : 11h00 Capitaine phillips Tous les jours : 22h15 Carrie la vengeance Tous les jours sauf Jeu : 20h00 | 22h00 Jeu : 22h00 Casse tête chinois Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h15 | 22h30 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h15 | 22h30 Gravity Tous les jours sauf Jeu : 18h00 | 22h00 Jeu : 15h45 | 22h00 Hunger Games Mer, Sam, Dim : 10h45 | 13h30 | 16h30 | 19h30 | 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 16h30 | 19h30 | 22h15 La reine des neiges Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 L’apprenti père noël et le flocon de neige Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 | 16h00 Le hobbit : la desolation de smaug – 3D Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h30 | 14h30 | 17h00 | 18h00 | 20h30 | 21h30 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 14h30 | 17h00 | 18h00 | 20h30 | 21h30 Les garcons et guillaume, a table ! Mer, Sam : 11h15 | 13h45 | 16h00 | 18h00 | 20h00 Jeu, Ven, Dim, Lun : 13h45 | 16h00 | 18h00 | 20h00 Zulu Mer, Sam, Dim : 11h15 | 18h00 | 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 18h00 | 22h15

CINÉ La Comète

5 rue des Fripiers - Châlons-en-Champagne

LA VENUS À LA FOURRURE jeu sam 20h30 ven 18h INSIDE LLEWYN DAVIS mer jeu dim vo 18h lun 20h VIOLETTE mer ven dim 20h30 sam 18h lun 14h30

Je fais le mort

LE GROS PLAN

Le Hobbit la dé solation de Smaug

Genre: Fantastique Pays: USA Durée: 2h41 Réalisateur : Peter Jackson Acteurs: Benedict Cumberbatch, Martin Freeman, Richard Armitage. Bilbo, Gandalf et la troupe de nains réussissent à fuir les Monts Brumeux. Devant eux s’étend la désolation d’un monde qui les conduit aux portes de la caverne où sommeille le dragon Smaug. Le but approche mais avant, il faut se concilier les elfes et pour notre pauvre Hobbit, le pouvoir de l’anneau. La quête s’achève-t-elle dans la douleur ou le bonheur d’avoir enfin sauvé un peuple ? Suite au premier opus où les réactions s’avéraient mitigées, où le souffle du Seigneur des anneaux semblait se perdre dans les cavernes de l’oubli, Peter Jackson redresse la barre et nous emporte une fois de plus, suivant les premières critiques venant d’Amérique. C’est un retour à l’épique : « Cette aventure, solide et bourrée d'action, bénéficie d'un sens du suspense plus efficace et d'un flot continu de frissons boostés à la 3D. » « On peut sentir toute la joie de Peter Jackson d'avoir des mondes nouveaux à sa disposition. » Nous sommes bien dans le retour du récit épique propre aux sagas de Tolkien. Peter Jackson rajoute deux Elfes noirs, Legolas bien connu du public et Tauriel. Ils marquent le lien avec le seigneur des anneaux. Pour le reste il suit la voie de Bilbo le Hobbit en plus sombre, et en se payant le luxe d’une belle romance. Plusieurs éléments offrent aux spectateurs des décors oniriques et démesurés. C’est la forêt et la cité des Elfes Noirs, le port de Lake Town Venise de bois, le lac et la montagne d’Erebor ancien royaume des nains. La magie des effets spéciaux donne vie à ces lieux de la tragédie. Le récit prend de l’ampleur, le bien et le mal s’affrontent pour le bien de la destinée humaine. Le final voit l’apparition d’un Dragon, Smaug, la surprise de ce volet. Même si tous cela semble déjà vu, le voyage en vaut quand même la peine.

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA CHINER SAMEDI 14 DÉCEMBRE

Résidence Les Clos de Saint-Martin

et Fripe & Chic, 17, avenue Nationale DIMANCHE 15 DÉCEMBRE

Basilieux-les-Fismes – Marché de Noël

Basilieux-les-Fismes – Marché de Noël

9h45-12h et 14h-17h

9h45-12h et 14h-17h

La Grange, rue de Vigneux

La Grange, rue de Vigneux

Fère-Champenoise – Marché de Noël

Brugny-Vaudancourt – Marché de Noël

Reims – Bourse au disques

MARDI 17 ET JEUDI 19 DÉCEMBRE

14h-18 – Appart Café, 9, avenue de Laon

Genre: Comédie policière Pays: France Durée: 1h45 Réalisateur : Jean Paul Salomé Acteurs: François Damiens, Géraldine Nakache, Lucien Jean-Baptiste. Jean césar du meilleur espoir aujourd’hui comédien raté à 40 ans, peine à trouver le rôle ! Une fois de plus réduit à pointer à pôle emploi. Il se voit proposer un job peu ordinaire doublure, faire le mort pour des scènes de crimes. Il transforme un peu les reconstitutions. Très vite il se lance sur de nouvelles pistes, avec la petite juge d’instruction. Jean Paul Salomé connaît son crime, les braqueuses, Belphégor, le Fantôme du Louvre, l’excellent Arsène Lupin, Caméléon, montrent que dans le régime du polar il connaît la musique. Hélas, le film manque de rythme et d’une certaine cohérence pour rejoindre la cohorte de ses succès. Il reste un François Damien excellent dans ce personnage sortant de l’ordinaire, doublure pour scène de crime. Il forme avec Géraldine Nakache, un duo qui fonctionne bien dans l’ensemble. Dommage une fin rocambolesque et un manque parfois de rythme et de cohérence gâchent la partition.

Une Maison à vivre

Assurer le bien-être, créer le bien-vivre Maison de Retraite Médicalisée Personnes âgées valides ou dépendantes Parc sécurisé WIFI Gratuit

Reims – Braderie de livres 14h-16h - La « Bouquinerie »

Reims – Vente spéciale tenue de soirée

du Secours Populaire,

9h-18h - Fripe Emmaüs, 17, rue Gutenberg

30, avenue du Général de Gaulle

Les Clos de Saint-Martin - EHPAD Jardins de Cybèle 2 ter Av. de Paris - 51530 ST-MARTIN D’ABLOIS Tél : 03 26 57 24 24 Fax : 03 26 57 24 00 Email : accueil.stmartindablois@jardinsdecybele.com


N°244 du 13 au 19 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Le sommelier revêt ses Habits de Lumière

Philippe Faure-Brac

tude de terroirs et une diversité de styles et de goûts. « Nous, les sommeliers, nous sommes justement très sensibles au fait d’expliquer à nos clients quel champagne ils goûtent. Pour la plupart d’entre eux, du champagne, c’est du champagne, point. Alors qu’il y a, derrière un bon champagne, un vrai travail d’assemblage et de créativité. C’est une adéquation entre le travail de l’homme sur un terroir particulier et un encépagement ».

Le parrain de la 14e édition des Habits de Lumière, qui aura lieu ce week-end, est un fin connaisseur de gastronomie. Meilleur sommelier du monde 92, Philippe FaureBrac a publié de nombreux ouvrages sur la question et anime l’émission « In Vino » sur BFM. Ce week-end, il délaissera la capitale où il dirige depuis 30 ans le Bistrot du Sommelier, pour assister aux festivités de la plus pétillante des manifestations sparnaciennes.

uel meilleur endroit pour un sommelier que la capitale du champagne ? Et quel meilleur parrain pour Epernay que le meilleur sommelier du monde ? La réponse à ces deux questions coule de source et c’est donc tout naturellement que Philippe Faure-Brac a accepté d’être le parrain de la 14ème édition des Habits de Lumière à Epernay. « Je suis sensible à ce qui se passe en Champagne. C’est le vignoble le plus proche de Paris. Quand j’ai des touristes qui souhaitent visiter des caves, je les envoie à Epernay », explique Philippe FaureBrac, propriétaire du Bistrot du Sommelier à Paris. Et aux yeux de l’un des plus grands sommeliers de la

Des chroniques à la radio et à la télévision

Q

Philippe Faure-Brac, l'un des meilleurs sommeliers du monde, est le parrain des Habits de Lumière qui se déroulent à Epernay ce week-end. © DR

planète, le Champagne est un vin (d’exception) comme les autres. « Il est souvent servi en bordure de repas, à l’apéritif ou au dessert alors qu’il

est extrêmement intéressant et ludique en termes de gastronomie et d’accords mets-vins ». L’appellation Champagne cache en effet une multi-

Repères Philippe Faure-Brac est né à Marseille le 25 février 1960. Influencé par ses grands-mères aux origines alpines et italiennes, il entreprend des études de cuisinier en école hôtelière à Sisteron, Grenoble et Nice. Après plusieurs stages dans différentes maisons, il part faire son service militaire. A son retour, il se lance dans un tour de France des vignobles puis monte, avec Nicolas de Rabaudy, le Bistrot du Sommelier, boulevard Haussmann, à Paris. Il grimpe vite les échelons et devient meilleur jeune sommelier de France en 1984, meilleur sommelier de France en 1988 et meilleur sommelier du monde, à Rio en 1992. De 1996 à 1998, il anime la chronique Vins et Mets dans l’émission « Les Beaux Matins », avec Olivier Minne et Marie-Ange Nardi sur France 2. D’octobre 1992 à juillet 1995 il est sur Europe 1 pour une chronique hebdomadaire sur les vins, dans l’émission de Jean Amadou et Maryse. En 1999, il fait une chronique hebdomadaire « Saveurs » sur la chaîne câblée de France 3 et depuis le mois de mars 2008, il présente « In vino » sur BFM TV et radio tous les week-ends. Il participe à la rédaction de nombreux articles pour « Cuisinez-Magazine » et « la Revue du Vin de France » dont il est membre du comité de dégustation. Membre de l’Association de la Sommellerie Internationale, il a publié près de neuf ouvrages sur le vin entre 1998 et 2012 : La Cave idéale (1998), Saveurs complices (2002), Comment goûter un vin (Prix Curnonsky 2006)... Il est toujours aux commandes de son restaurant parisien, qu’il vient d’ailleurs de rénover entièrement autour d’un travail sur les variations de lumières. Un projet de jeu de plateau, réalisé avec le groupe Hachette, devrait voir le jour au printemps 2014.

Cuisinier de formation, Philippe Faure-Brac a reçu la passion du – bon – goût en héritage. « J’ai eu la chance d’avoir une mère qui cuisinait et des grands-mères qui étaient de véritables cordons bleus. J’ai vécu des scènes extraordinaires lorsque j’allais leur donner des coups de main. Je me souviens aussi des odeurs qui émanaient des cuisines lorsque je dormais chez ma grandmère qui avait un restaurant dans les Alpes. Tout cela a fait que j’ai été bercé très tôt par la gastronomie et j’ai développé une curiosité gustative et olfactive », se rappelle-t-il. Il n’a que 24 ans lorsqu’il se lance dans la restauration et crée, avec le critique gastronomique, Nicolas de Rabaudy, le Bistrot du Sommelier, boulevard Haussmann. En parallèle, il décroche de nombreux titres, comme celui de meilleur sommelier de France en 1988. Quatre ans plus tard, c’est la consécration avec le trophée du meilleur sommelier du monde, à Rio. Le voilà propulsé sur le devant de la scène médiatique. Pendant deux ans, de 1996 à 1998, il anime, sur France 2, la chronique Vins et Mets dans l’émission « Les Beaux Matins ». Il collabore également pour France 3, Europe 1, « Cuisinez-Magazine » ou encore « La revue du vin de France ». Depuis mars 2008, on le retrouve

tous les samedis à 10 h et le dimanche à 16 h dans l’émission « In vino » sur BFM TV. Il fait même une apparition dans le film « Place Vendôme » aux côtés de Catherine Deneuve.

Une actualité dense qui ne l’empêche pas de publier plusieurs ouvrages dont le dernier est paru en 2012 « Tout sur le vin, de la Vigne à la Dégustation ». Son amour pour le vin, notre sommelier le conjugue aussi avec la Champagne. Il est par exemple le parrain, aux côtés de Jean-Luc Petitrenaud, du trophée Mumm. L’an dernier, à l’occasion du Tour de France, il a également parrainé, à la demande de la municipalité sparnacienne, un fût signé par tous les coureurs du Tour lors de leur passage à Epernay. Lorsque le chocolatier Vincent Dallet lui demande de participer aux Habits de Lumière, le sommelier est plutôt séduit par l’idée. « C’est une manifestation reconnue qui a atteint sa maturité. Elle correspond à ce qui se passe en Champagne. C’est un vin qui scintille et dont les bulles rebondissent dans l’esprit des gens. Je suis heureux de pouvoir accompagner le public dans cette avenue de Champagne. On y passe pendant l’année mais on n’a pas forcément

« Une manifestation reconnue qui a atteint sa maturité »

l’occasion de s’y arrêter. Le fait que les professionnels se fédèrent en sortant dans la rue démontre une véritable énergie. C’est quelque chose qui me plaît beaucoup aussi ». Philippe Faure-Brac sera présent tout le weekend à Epernay à l’occasion des 14èmes Habits de Lumière qui démarrent aujourd’hui.

Leticia Venancio

L’horoscope de l’hebdo BÉLIER du 21.03 au 20.04 Aujourd’hui, vous ne ferez pas ce que vous voudrez, quand vous le voudrez. Et tant mieux. Votre impulsivité et votre imagination doivent être mises au service de projet plus réaliste.

TAUREAU du 21.04 au 20.05 Aimez-vous, ne serait-ce qu'un peu ou composez davantage avec vous-même. Et surtout, relâcher la pression, celle que vous vous mettez inutilement. Vous vous étonnerez !

GÉMEAUX du 21.05 au 21.06 Vous allez entreprendre une chose particulièrement délicate. Ne vous raidissez pas et gare aux fausses promesses. En revanche, cultivez l’audace et lâchez du lest.

CANCER du 22.06 au 22.07 Aujourd’hui, il faudra assumer vos responsabilités, avancer, moins vite peut-être, mais plus sûrement. N'allez pas trop loin, trop fort ! Le jeu en vaudra la chandelle. LION du 23.07 au 22.08 Que vous soyez célibataire ou pas, votre semaine est placée sous le signe de la rencontre. L’amour flottera dans l’air et des belles opportunités seront à votre portée. VIERGE du 23.08 au 22.09 Une superbe semaine qui offre des perspectives de contacts. Au travail, de nouveaux changements vont voir le jour. Ceci sera très constructif. Côté affectif, le soleil illumine votre vie sentimentale.

BALANCE du 23.09 au 22.10 Si vous aviez vécu des moments difficiles au travail ou sur le plan personnel, relevez la tête et avancez. Les jours à venir seront porteurs de confort et de facilités.

CAPRICORNE du 23.12 au 20.01

SCORPION du 23.10 au 22.11

VERSEAU du 21.01 au 19.02

C'est le moment de vous poser quelque peu en vue d'un changement prochain. Vous allez connaître, en cette fin d’année, un renouveau sentimental.

SAGITTAIRE du 23.11 au 22. 12 On vous donnera envie de bien faire, et même d'en faire plus ! Vous serez soutenu(e), compris(e), encouragé(e) et aurez les moyens de vos ambitions.

Vous êtes dans une phase ascendante, on vous fera confiance. Votre carrière prendra un nouvel envol. Mettez-vous à la tâche et osez prendre des risques ! Sur le plan professionnel, prenez le vent quand il soufflera, suivez-le où il vous portera. Prenez garde à votre impatience qui peut faire naitre le doute.

POISSONS du 20.02 au 20.03 Pourquoi ne mettez-vous pas un grain de folie à votre train-train quotidien qui ternit insidieusement votre vie affective ? Désinhibez-vous ! Benoit MELVHILLE


L'Hebdo du Vendredi, Epernay #244  

Semaine du 13 au 19 décembre 2013