Page 1

Emploi - Les chiffres d'octobre 2013

Aéroport de Vatry

Les bons chiffres (-20,4 % de chômeurs dans la Marne) faussés par la vendange p.9

Une gestion en régie avant l'arrivée des CCI ? p.6 et 7

ÉDITION ÉPERNAY N°242 du 29 nov. au 5 déc. 2013

Habits de Lumière 2013

Les sourires, les perles et les surprises ne manqueront pas p.13

L'union de la gauche, sans le PS !

>>

e p e rn ay . l h e b d o d u ve n d re d i.

Municipales 2014

com

C'était la surprise de la semaine dans la campagne des municipales des 23 et 30 mars prochains : la section locale du Parti communiste français et le Parti radical de gauche, emmené par Jean-Paul Angers, ont décidé de faire liste commune - sans le PS - toujours ouverte, avec un projet à construire avec les électeurs. P. 4


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

ÉDITO

Le magazine de la semaine

L’expression de la semaine, c’est la retraite chapeau, à ranger, quand elle est indécente, comme elle l’a été jugée pour celle de Philippe Varin, au rayon des golden parachutes. Les médias ont donc publié à la face du monde que le président du directoire de PSA Peugeot Citroën allait toucher 21 millions d’euros de retraite complémentaire payée par son groupe. Au fil des journées, on a compris qu’il s’agissait en réalité d’une « pension » de plus de 400 000€ par an, le temps de la durée de la retraite de celui-là même qui a signé un plan prévoyant la suppression de 8 000 emplois chez PSA, rien qu’en 2013. La retraite chapeau à 21 millions dévoilée, on n’a pas compté les indignés. Philippe Varin, obligé, un peu comme le type de Carglass dans la pub quand la dame lui tend un billet, a dit non, merci. Le Haut Comité de gouvernement d’entreprise, à peine installé (il existe depuis le mois d’octobre et réunit des grands patrons, une avocate, un prof de droit et le président de l’Association française de gestion financière) a salué « le sens des responsabilités et la décision courageuse » de Philippe Varin. Ce Haut Comité, voulu par le Medef et l’Afep (Association française des entreprises privées) pour redorer l’image des grands groupes, est guidé par trois principes : transparence, prévention et éthique. Chapeau bas. Sauf que la retraite chapeau en question, au Medef, à l’Afep, au Haut Comité et ailleurs, on en avait connaissance depuis bien avant avant-hier. Elle était mentionnée dans les documents publics de PSA depuis des années. Si les médias l’ont sortie cette semaine, c’est parce que Philippe Varin prend sa retraite maintenant. Le Haut Comité aurait pu conseiller à Philippe Varin et à PSA de renoncer plus tôt, leur dire que ça finirait par se voir. Transparence, prévention et éthique. La transparence, le Haut Comité la laisse aux médias. La prévention, il faut peut-être rappeler que le préfixe pré- signifie avant, pas après, même si, c’est vrai, on peut se tromper, après tout… Pré-, après, à l’accent près… Pour l’éthique, j’ai rien. Si, chapeau pas si bas. Remarquez que si l’on ajoute une liaison mal-t-à propos, on dit chapeau-s-pas si bas, et ça fait chapeau merci, en russe (spasiba). Donc, pour l’éthique, j’ai chapeau merci. C’est bon, je vous ai perdu ?

Chapi chapeau

Tony Verbicaro

La météo Vendredi

Samedi

3° 6°

Dimanche

3° 6°

Lundi

Qualité de l’air

4

Vendredi 29 novembre

Samedi 30 novembre

3° 7° 1° 5°

Dimanche 1er décembre

Bonne

L’indice varie de 1 – très bonne qualité de l’air à 10 – très mauvaise qualité de l’air.

L’hebdo du ve ndredi édité par la SARL B2M Editions Journal hebdomadaire gratuit d’information locale Siège social : 195, rue du Barbâtre à Reims

T él. 03 26 3 6 50 13 E-mails : Rédaction : redaction@lhebdoduvendredi.com Publicité : publicite@lhebdoduvendredi.com Newsletter : newsletter@lhebdoduvendredi.com Directeur de la publication : Frédéric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com) Redacteur en chef : Tony Verbicaro (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com) Journalistes : Sonia Legendre (sonia.legendre@lhebdoduvendredi.com) Aymeric Henniaux (aymeric.henniaux@lhebdoduvendredi.com) Responsable commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com) Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com) Administration : Martine Bizzarri - Infographiste : Anne Rogé Parution le vendredi matin Imprimé par IPS à Amiens

w ww.l hebd oduve ndre di .co m

La Champagne-Ardenne à la Une de GEO

Dans son dernier numéro de l'année, le magazine GEO consacre sa UNE à la Champagne-Ardenne dans le cadre de sa grande série sur la France du patrimoine. Dans ce dossier, le mensuel évoque les douze générations de maîtres-verriers qui se sont succédées au sein de l'atelier Simon-Marq depuis 1640 à Reims, et le champagne, à travers le travail de petits exploitants marnais et aubois. A noter que ce dernier dossier de la série sur la France du patrimoine est dédié au Grand Est et met donc également en lumière le quartier de Neustadt à Strasbourg, la place Stanislas à Nancy et la saline royale d'Arc-et-Senans. La Champagne-Ardenne est en couverture du dernier numéro de GEO. © DR

Coup d’oeil sur le monde Recherche saumons, vifs ou vifs

Dans cette chasse aux fugitifs un peu spéciale, les « cibles  » ne seront pas tout à fait comme d'habitude. Car il n'est point question de brigands, voyous et autres malfrats dans l'ouest norvégien, puisque les suspects recherchés sont en réalité des saumons, échappés en mer à la faveur d'une violente tempête ayant balayé leur bac immergé. Des milliers de salmonidés que Marine Harvest, numéro un mondial de l'élevage de ces poissons espère bien récupérer au plus vite pour éviter que ces fuyards d'élevage «  affaiblissent le patrimoine génétique de leurs cousins sauvage  », pour reprendre les mots de l'entreprise. Une récompense de 500 couronnes (soient 60 euros) est même promise pour toute personne ramenant un de ces saumons vivant.

Rancune tenace

Aux Etats-Unis, dans l'État du Michigan, un mari trompé, propriétaire d'un club de strip-tease, a visiblement mal digéré son récent divorce. Après avoir découvert l'infidélité de sa désormais ex-chère et tendre, l'époux a choisi de déménager, jusque là rien de

surprenant... dans la maison située juste à côté de son ancien domicile ! Mais ce n'est pas tout. Au beau milieu de sa terrasse, située juste sous les fenêtres de l'ancienne chambre à coucher du couple, le nouveau célibataire a fait placer une statue représentant une main au majeur relevé, formant un imposant doigt d'honneur. Une œuvre de près de 7 000 euros tout de même qui ne serait pas adressée à son exfemme mais à l'amant de celle-ci, une connaissance du mari trahi.

Pages de poudre

Étonnante étude belge réalisée par deux chercheurs belges qui ont travaillé sur l'analyse bactériologique et toxicologique d'une dizaine de livres empruntés à la bibliothèque d'Anvers. Si le contenu des ouvrages n'était absolument pas à remettre en question, les découvertes faites sur les livres euxmêmes ont de quoi laisser perplexe. Ainsi, la totalité des ouvrages expertisés se sont avérés contenir des traces, même en infime quantité, de cocaïne ! Pire, parmi les ouvrages sélectionnés se trouvait le best-seller Cinquante nuances de Grey sur lequel, outre les stupéfiants, ont également été décelées

des traces d'herpès. Décidément, la lecture s'adresse vraiment à tout le monde, pour le meilleur et pour le pire...

De (très) vieux os

C'est une histoire incroyable qui vient de connaître un dénouement pourtant tragique. En 2006, des scientifiques découvrent, au large de l'Islande, tout un lot de palourdes dont l'une, nommée Ming, attire particulièrement leur attention. Et pour cause : en comptant le nombre de rainures présentes sur sa coquille, on finit par estimer son âge à 405 ans. Mais afin d'en savoir plus, les scientifiques décident maladroitement d'ouvrir la coquille pour l'étudier de près, ce qui a pour effet de causer le décès immédiat du mollusque. Dommage, surtout qu'après vérifications, les spécialistes s'apercevront que Ming avait en réalité non pas 405, mais 507 ans. Plus vieil organisme vivant de la Terre, la palourde serait ainsi née en 1499 et aurait donc connu François Ier, Louis XIV, le général De Gaulle ou encore Jacques Chirac et Michael Jackson !


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

La conférence de presse inattendue... © l'Hebdo du Vendredi

La surprise du chef !

Municipales 2014 - Gauche

Des adhérents du Parti radical de gauche, Jean-Paul Angers en tête, ont répondu à l’appel au rassemblement de la gauche lancé par la section locale du Parti communiste français. Il y aura donc bien une liste d’union de la gauche à Epernay, mais sans le PS !

’ici le premier tour de scrutin, le 23 mars prochain, d’autres rebondissements interviendront peut-être, allez savoir. En attendant, cette semaine a été riche. Dominique Josse, le secrétaire de la section locale sparnacienne du PCF avait donné rendez-vous à la presse mercredi 26 novembre, pour « une annonce importante  ». Effectivement, la présence de Jean-Paul Angers, ancien conseiller municipal, candidat PRG aux législatives en 2012, et de Georgette Otreb-Laurent, PRG également, a surpris. Pour le moment, donc, trois listes de gauche se font concurrence à Epernay pour les municipales de mars 2014. Une liste socialiste, menée par Marc Lefèvre, une étiquetée Mouvement républicain et citoyen de JeanPierre Chevènement, avec Jérémie Thévenin à sa tête. Et la liste de rassemblement du PCF et du PRG. «  Notre démarche, c’est bien le rassemblement, revendique Dominique Josse. Pas derrière tartenpion, mais derrière une démarche, des valeurs et un projet. » Jean-Paul Angers et Georgette Otreb-Laurent sont en charge de la réorganisation du PRG dans la Marne. Ils se retrouvent manifestement dans cet appel au rassemblement. Ce

D

que n’a pas réussi à faire Marc Lefèvre, qui, décidément, réussit à faire l’union, en partie, mais contre lui. « Nous entendons faire valoir nos valeurs à Epernay et avons fait le choix de répondre favorablement à l’appel du Parti communiste dans sa volonté à la fois d’élargir le spectre de la gauche et d’être un acteur du rassemblement, a expliqué Jean-Paul Angers. Nous voulons nous lancer dans une démarche de co-construction avec le monde associatif. » Une «  relation de confiance  » (Jean-Paul Angers) avec les communistes, qui remonte à l’époque où, avec Raymond Galataud (PCF), ils étaient conseillers municipaux. «  Nous avons à l’époque pratiqué une opposition mesurée.  » Et Jean-Paul Angers de rappeler qu’il a « aussi fait partie d’une liste d’union de la gauche au Conseil régional ». «  Nous souhaitons nous inscrire dans une orientation dans laquelle chacun peut apporter sa personnalité, dans une logique collective, a poursuivi le radical de gauche. Les élus se sont, d’une manière générale, éloignés du

« La liste est ouverte, à condition de s’inscrire dans notre démarche » vivre ensemble. C’est la première préoccupation que doivent avoir les élus, et ce sera la nôtre. Les Sparnaciens se détachent de la politique. La montée en puissance d’un parti extrémiste nourrit quelques inquiétudes. » Dominique Josse va dans le même sens : « Le contrat de confiance avec les Sparnaciens a

été rompu, déchiré, en 2008. Nous avons l’ambition de tourner la page, et d’en écrire une nouvelle. » Avec le PCF, donc, le PRG, et sans le Parti socialiste, ni le Mouvement républicain et citoyen, représenté par Jérémie Thévenin. «  Ils sont bien sûr informés de notre démarche, ils sont au courant, et ils lisent la presse, raconte Dominique Josse. Et

Hélène Perrein : « La démocratie selon Leroy, c’est à la marge » si le Parti socialiste veut s’inscrire dans cette démarche, la porte est ouverte. Et c’est valable pour toutes les forces. » « Nous venons de poser les deux piliers, explique Jean-Paul Angers, avec le sens de l’image. C’est ouvert, bien sûr, aux conditions de la nécessité de s’inscrire dans notre démarche. Nous ne partons pas aujourd’hui avec quelque chose de ficelé. Nous avons bien sûr nos idées, mais nous avons tout à faire, tout à construire, et avec les électeurs.  » «  Nous ne sommes pas dans une démarche individuelle, contrairement à Marc Lefèvre et Jérémie Thévenin, tacle Hélène Perrein (PCF). Nous construisons une équipe, un projet, en partenariat avec la population. » Qui sera la tête de liste ? Inutile de poser la question, mais nous la posons quand même. Les élections municipales, un peu à l’image de la présidentielle, sont incarnées par une personne, le candidat au fauteuil de maire, dans l’esprit des électeurs. «  La question est

très bonne, mais on ne met pas la charrue avant les bœufs, justifie Dominique Josse. On construit notre projet, et les choses viendront naturellement. » Cette future liste, représentative de la gauche, peut-elle gagner les élections ? Pour William Richard, Epernay peut basculer : « La sensibilité progressiste à Epernay est nettement majoritaire.  A l’impossible nul n’est tenu, mais rien n’est impossible. » Hélène Perrein partage : «  Franck Leroy a réussi à vider Epernay de sa population populaire, modeste. Il a permis la spéculation immobilière. Malgré son ambition politique de faire d’Epernay une ville avec une population aisée, je crois que la gauche peut la gagner. » «  Franck Leroy a une gestion de la ville orientée vers le prestige, le bling-bling, ranchérit Dominique Josse. C’est déséquilibré et ça ne profite à personne. Et ça a des conséquences. Les jeunes s’en vont, parce qu’ils ne peuvent pas se loger, par exemple. » « Et en plus, poursuit Hélène Perrein, Franck Leroy ne se bat pas pour maintenir l’existant. Pour la maternité de l’hôpital, pour le tribunal, il s’est contenté de faire des déclarations.  Un lycée, Léon-Bourgeois, risque de disparaître, sans doute au profit de la spéculation immobilière. » On rappellera juste que le lycée est sous gestion du Conseil régional, comme tous les lycées de France, que sa fermeture est loin d’être encore actée, et que la ville d’Epernay ne pourra que se positionner en lobbyiste, mais ne décidera pas. Si la démarche est effectivement rassembleuse, en conscience d’élections municipales moins partisanes que d’autres, les propos, on l’a vu, redeviennent vite très politisés, et le maire actuel est ciblé. On rappelle que « Frank Leroy a appelé à voter pour celui qui avait dit qu’il irait chercher l’emploi avec les dents, vous savez, le petit », sourit William Richard. Jean-Paul Angers voit dans la future liste «  ouverte  » que mènera Franck Leroy une «  duperie » : «  Il va aller chercher des gens à gauche, il l’a déjà fait, et il y aura aussi des UMP durs.  » Tous reconnaissent tout de même à Franck Leroy d’avoir « monté le dossier pour le renouvellement urbain du quartier Bernon », indique Jean-Paul Angers. «  Mais les travaux de Bernon, c’est l’Anru (Agence nationale pour le renouvellement urbain, ndlr) !  », dit Dominique Josse. Tourisme, attractivité, musée, emprise SNCF bientôt laissée libre, réforme des rythmes scolaires... Les dossiers qui feront la campagne électorale ont également été identifiés par les rassembleurs de la gauche. Démarche commune, programme commun, donc, mais il convient d’attendre. «  Nous n’avons plus d’élus au conseil municipal, rappelle Hélène Perrein. Nous avons besoin de connaître les situations précises pour savoir ce que nous pourrons faire. Mais nous voulons remettre de la démocratie au cœur du conseil.  » Dominique Josse met sur le tapis, comme Marc Lefèvre, « un système Leroy ». « Il a la mainmise sur tout, y compris sur les élus de sa propre majorité, mais bon, ça les regarde. On a besoin d’élus volontaristes, qui donnent de la force. » « Si on veut redonner un sens à la politique, conclut Jean-Paul Angers, il faut prendre conscience et agir en sachant qu’il est terminé, le temps où une fois élu, on ne rend compte qu’à la fin du mandat. Le langage de vérité doit nous conduire à mener les choses dans une autre démarche. » Tony Verbicaro


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

2014, l’année des incertitudes

Débat d’orientations budgétaires - Ville de Châlons

Comme chaque année à cette période, le débat d’orientations budgétaires figurait à l’ordre du jour du conseil municipal. L’occasion de faire le bilan du budget sur le prochain. Le budget primitif 2014 ne sera voté et entériné que le 18 décembre.

Malgré la fonte des dotations de l’Etat, la municipalité châlonnaise s’est engagée à ne pas augmenter les impôts locaux en 2014. © DR

ui dit débat d’orientations budgémoyen annuel par habitant est largement taires, dit échanges sur les inférieur à la moyenne de la strate. Soit grandes lignes du budget élaboré 11 385 euros, contre 14 043 euros ailleurs. pour l’année à venir. Qu’il s’agisse de proEt 72 % des foyers châlonnais sont en partestation, ou de suggestion. Du côté de tie exonérés des impôts locaux, dont 22 % l’opposition municipale, seul Dominique intégralement. Vatel, candidat communiste aux pro« Pour autant, poursuit l’élu, nous maîtrichaines élections, avait préparé sa copie. sons parfaitement nos dépenses de foncAvec toute l’ironie qu’on lui connaît. tionnement, qui, en 2012, ont été infé« C’est la première fois dans cette mandarieures de 12 % comparé à la moyenne des ture que nous pouvons dire que nous trouautres communes de la strate. Notre capavons une vraie qualité potentielle à vos cité d’épargne reste positive malgré le fait orientations budgétaires, annonçait-il en qu’elle soit en baisse. Elle sera de 1,8 mildébut de discours. Oui, vous avez bien lion d'euros en 2014. » La dette nette de la entendu. Et nous pourrions les apprécier ville, quant à elle, s’élève à 43 millions, pour une raison essentielle : aussitôt le après déduction de la prise en charge par premier trimestre passé, nous pourrons les Cités en Champagne de 50 % du Capitole. modifier, les repren« Soit un ratio de 913 dre dans les grandes euros par habitant, Un million de recettes en lignes et dans les encore une fois infédétails. Nous n’au- moins, pas d’endettement rieur à la moyenne rons à les subir que supplémentaire des villes de notre 90 jours. » Puis de taille, qui se situe à dénoncer le caractère 1 066 euros. Et pas d’endettement suppléaustère de ces orientations, au détriment mentaire prévu en 2014. » des services publics rendus aux Conclusion ? L'an prochain, la municipaChâlonnais. lité devra réaliser des économies de foncCe n’est pas un scoop, les dotations de tionnement durables, condition sine qua l’Etat aux collectivités sont en chute libre. non pour maintenir un niveau satisfaisant Et la tendance ne s’inversera vraisemblad’autofinancement, tout en poursuivant blement pas ces prochaines années, bien ses investissements. En prenant compte du au contraire. « 80 % de nos ressources coût de la réforme des rythmes scolaires, proviennent de la fiscalité et des dotations chiffré à quelque 500 000 euros. En fin de de l’Etat, pointe Gérard Lebas, adjoint aux débat, le maire de Châlons, Bruno Bourgfinances. Contre environ 60 % pour les Broc, a tenu à préciser : « Ce qui est sûr, autres villes de la strate. La baisse des c’est que nous n’augmenterons pas le taux dotations représentera un manque à des impôts municipaux, et ce pour la gagner d’un million d’euros l’an proénième année consécutive. Nous ferons chain. Soit un million de recettes en moins preuve d’imagination pour trouver d’auau budget. Puis autant, voire plus, en tres solutions. » Voilà qui est heureux. 2015. Mais nous sommes dans l’incertitude. » Particularité de Châlons : le revenu

Q

Sonia Legendre

EN BREF Le Conseil régional n’est pas le seul à sommer la SNCF de tenir ses engagements (lire par ailleurs). Lors du dernier conseil municipal, les élus châlonnais ont voté une motion suite à de nombreux dysfonctionnements observés sur le réseau ferroviaire. Manque de ponctualité, annulation tardive de trajets, suppression de trains à cause des travaux sur les voies, etc. Et de citer, à titre d’exemple, le train reliant Paris à Châlons, au départ de la Gare de l’Est à 10 h 16 : il n’aura circulé que 20 % de l’année, travaux menés par Réseau ferré de France (RFF) obligent. Cette motion se compose de deux demandes distinctes. D’une part, la rénovation accélérée de la ligne ferroviaire Paris-Strasbourg, en maintenant la fréquence des liaisons TER Vallée de la Marne, et en améliorant les temps de parcours des liaisons vers Paris. D’autre part, le maintien de la ligne ferroviaire n°5, condition sine qua non pour relier convenablement Châlons, Verdun, le nord meusien et l’Argonne, et pour préserver la ligne de fret qu'elle inclut.

Une motion pour améliorer les dessertes ferroviaires


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Une conférence et un concert pour mieux transmettre

Mémoire de l’immigration

Tata Milouda, une slameuse au grand cœur à (re)découvrir au théâtre ce samedi. © DR

Tata Milouda et Marcel Rufo sont respectivement slameuse et pédopsychiatre. Leur point commun, outre leur notoriété nationale : ils seront les invités de la mission sparnacienne Timi ce samedi. Une soirée événement ouverte à tous, pour aborder la transmission de la mémoire liée à l’immigration. epuis plus de six mois déjà, et jusqu’en 2015 voire au-delà, la mission Timi - comme transmission intergénérationnelle de la mémoire liée à l’immigration – œuvre pour fédérer le plus grand nombre autour de cette thématique. Dans les quartiers sensibles

D

Une soirée animée par le journaliste Olivier Picard d’Epernay, mais pas que. « Notre mission s’adresse aux personnes issues de l’immigration, de tous âges, mais également au grand public et aux professionnels, explique Abida Charif, adjointe au maire et à l’initiative du projet. Nous organisons des séminaires et des ateliers en lien avec la population, sur le travail de mémoire et de transmission. Ainsi que des sessions de formation destinées aux acteurs de terrain. La transmission peut s’opérer via les choses simples de la vie, comme des cours de cuisine, des rencontres autour de la généalogie, etc. » Entre autres projets dans les tuyaux de Timi : la conception d’un livre et d’une bande dessinée pour valoriser les parcours des anciens, et les transmettre aux jeunes. « Olivier Picard, éditorialiste politique et

Invité par la mission Timi, l’écrivain et pédopsychiatre Marcel Rufo interviendra sur la mémoire de l’immigration, ce samedi soir au théâtre. © DR

journaliste, nous accompagne. Il a notamment co-écrit, avec Bernard Stasi, L'immigration : une chance pour la France. Et il viendra animer l’événement de samedi. » Epidémiologiste et directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Marie Choquet fait partie des professionnels associés à la mission Timi. Pour la petite histoire, et pour avoir déjà co-écrit un livre avec lui en 2008, elle a eu la bonne idée d’inviter le pédopsychiatre Marcel Rufo à Epernay. « Une référence nationale en la matière, précise-t-elle. Il sait parler au grand public. Et il sait de quoi il parle. Il partagera volontiers son histoire, et la façon dont il s’en est sorti, malgré l’immigration. D’ailleurs, et les statistiques le confirment, beaucoup de jeunes s’en sortent. Il est important de communiquer, notamment aux parents, sur l’importance de l’école dans leur parcours. » En seconde partie de soirée, le théâtre accueillera Tata Milouda, 60 ans, une pêche d’enfer et un cœur gros comme ça. De quoi ajouter au côté convivial de la rencontre, et favoriser la mixité sociale. Arrivée en France en 1989 et sacrée Chevalier des arts et des lettres en 2012, l’artiste d’origine marocaine raconte, grâce au slam, les morceaux choisis de son parcours d’immigrante. Et chante pour la liberté, le respect et la paix.

Sonia Legendre > Soirée « transmission de la mémoire liée à l’immigration » - Conférence de Marcel Rufo et concert de Tata Milouda Samedi 30 novembre à partir de 19 h au théâtre Gabrielle-Dorziat (place Mendès France à Epernay) Entrée libre Réservations indispensables auprès de la Maison pour tous, au 03 26 55 00 01.


Les CCI sauveront-elles Vatry ?

Aéroport de Vatry Ou (Vatry) pour faire avancer la fusion des CCI de ChampagneArdenne ? Il se pourrait bien que dans les semaines, les mois à venir, cette double équation serve les intérêts à la fois de l’aéroport marnais et des chambres consulaires. D’ici là, retour sur la genèse de la fin de l’actuelle société d’exploitation de Vatry, ou comment et pourquoi en est-on arrivé là.

endredi 6 décembre prochain, l’aéroport de Vatry sera de nouveau le principal L'aéroport de Vatry, entre les investissements et les subventions pour équilibrer les comptes, a déjà dépassé les 250 millions d'euros de dépenses publiques. point (le seul ?) de l’ordre du jour de En moins de 20 ans. © l'Hebdo du Vendredi la séance plénière du Conseil général de la Marne, propriétaire de l’in- Vatry à mettre en place au 1er jan- jet a donc écrit au Conseil général, de transition prévue. » Pour les trois l’ancien PDG, Jean-Claude Pingat, frastructure. Il pourrait y être pré- vier 2014. » Pour Jean-Pierre et, dans son courrier daté du 21 à six mois à venir, à compter du 1er ont préféré se retirer. Peut-on les senté un projet de reprise de la ges- Bouquet, maire de Vitry-le-François novembre, il explique que « malgré janvier, c’est donc réglé. SNC blâmer pour autant de ne pas vouloir tion de Vatry par les CCI de la et conseiller général d’opposition les efforts que nous avons déployés Lavalin l’a assuré au Conseil géné- assumer le déficit chronique d’un région, dont la fusion est en discus- (PS), c’est le contraire : « Nous et que nous poursuivons, nous ral. Les quelques (sic) cargos de fret aéroport inauguré en 2000 sans sion (lire par ailleurs). Vendredi 22 sommes aujourd’hui dans l’urgence. n’avons pas recueilli à ce jour d’en- aérien pourront se poser, et les liai- étude de marché, et qui a déjà coûté novembre, lors de la dernière plé- Le calendrier s’impose à nous, alors gagements irrévocables du pool sons de transport de passagers assu- plus de 250 millions d’euros d’arnière départementale où figurait que cela fait de nombreux mois que d’investisseurs (…). Fort de ces élé- rées Ryanair (Porto, Marrakech), gent public en investissements et en seul Vatry, à l’ordre du jour, les cette question est posée. L’heure de ments, nous n’assisterons pas à la Jetairfly (Nice) et les charters du subventions pour équilibrer les session du Conseil général du 22 printemps seront assurés. comptes ou subvenir (sic) aux conseillers généraux ont voté, à vérité arrive, M. le président. » Quant à la Seve, ce n’est plus vrai- besoins de promotion des compaLa porte de sortie novembre 2013. » l’unanimité, l’extincment le problème du propriétaire. gnies commerciales low cost ? évoquée par Renétion du processus du Vatry sera géré «  Aux actionnaires de savoir ce Paul Savary, ce sont Les vols passagers rachat des actions - provisoirement - surtout les actionqu’ils font de la Seve, poursuit Le salut de Vatry, détenues par SNC René-Paul Savary. Son objet social, naires de la Seve qui assurés au printemps Lavalin (gestion en régie l’ont prise. SNC La fenêtre pour imaginer une ces- la gestion de Vatry, tombe, mais la c’est le fret d’aéroports, entre départementale Lavalin (ainsi sion des parts de la Seve est donc société ne va pas forcément se dis- Pourtant, en 2008, avant la crise, les autres, actionnaire qu’Aéroports de Montréal, Iénair et fermée. Au 1er janvier 2014, Vatry soudre automatiquement. Elle peut chiffres de Vatry, côté fret, étaient majoritaire), Aéroports de Montréal, Ienair (conseil et gestion aéronau- Sogaris) ont annoncé leur volonté n’aura plus de délégataire de service modifier son objet et faire autre bons. Rien qu’Avient, l’opérateur de fret, avait fait transiter 38 000 tique) et Sogaris (immobilier logis- de se retirer du capital fin juin der- public. Et c’est le Conseil général chose. » tique). Les autres actionnaires sont nier, comme ça le leur donc était qui devrait en reprendre la gestion Présentée ainsi, la fin de la déléga- tonnes de marchandises par le tarles CCI de Châlons-en- contractuellement possible en se en direct, en régie départementale. tion confiée à la Seve peut apparaî- mac marnais avant de s’exiler à Champagne / Vitry-le-François / positionnant avant le 31 décembre « C’est facile pour une commune de tre comme une aubaine pour le Charleroi. En 2011, le chiffre est Sainte-Ménehould, Reims / Epernay prochain. Les documents juridiques gérer une cantine en régie, a Conseil général. C’est presque ainsi tombé à 8 300 tonnes. On espérait prévoyaient aussi une cession des exprimé Dominique Lévèque, maire que son président présente les autour de 30 000 tonnes en 2012, et celle de l’Aube. conseiller choses, en rêvant du avec l’arrivée de Yantze River En clair, en résumé et pour rappel, la actions à réaliser au plus tard le 30 d’Aÿ, meilleur. En atten- Express, le géant chinois, lui aussi Société d’Exploitation de Vatry novembre à venir, soit ce samedi. général d’opposition 30 000 tonnes Europort (Seve) gère l’aéroport de Une première offre de reprise de (PS). Pour Vatry et le de fret + 100 000 dant, il convient de rattrapé par la crise, dont on se sourappeler que si SNC vient de la grande parade organisée Vatry par délégation de service plusieurs investisseurs, emmenés Conseil général, ça passagers = Lavalin a préféré pour le vol inaugural, mais pas de la public (DSP) signée le 2 décembre par Hubert Formey, a été rejetée en n’est pas la même équilibre chose. Est-on sûr que jeter l’éponge, c’est dernière fois qu’un de ses cargos août. L’homme d’affaires, châlon1998 pour 20 ans, soit jusqu’en parce qu’à compter s’est posé. Résultat, 8 800 tonnes en 2018. En 2009, un avenant à la DSP nais d’origine, déjà présent aux nous serons adminis- budgétaire de l’exercice 2014, 2012. Et 2013 s’annonce même a prévu «  une porte de sortie, côtés d’Albert Vecten et du préfet trativement, juridicomme l’a rappelé René-Paul Yves Bonnet dans les plans qui pré- quement et techniquement prêts à le Conseil général ne votera plus de pire, avec 4 200 tonnes au 31 octoSavary, président du Conseil géné- figuraient l’aéroport au tout début gérer l’aéroport en régie le 1er jan- subventions de fonctionnement à bre, pour un objectif fixé à 7 900 ral, lors de la session du 22 novem- des années 90, a revu sa copie et son vier ? Aurons-nous une équipe de l’équilibre au profit de Vatry. A par- tonnes pour l’année. Côté passagers, bre, pour éviter d’aller jusqu’au tour de table. Et jusqu’à jeudi 21 direction capable de gérer cette tir de janvier, les pertes auraient été en revanche, c’est plutôt bien. Après bout  ». Le président du Conseil novembre en soirée, quand, sans structure et d’en porter le dévelop- pour la Seve. Et vu le contexte les près de 89 000 personnes transgénéral, adepte de la positive atti- doute, les principaux protagonistes pement ? » Selon René-Paul Savary, conjoncturel mondial et la crise éco- portées en 2012, Vatry va battre son tude, a encore dit que «  nous (le politiques et économiques qui la régie se fera avec l’appui de SNC nomique qui a fini par toucher record cette année, avec déjà 91 000 Conseil général) maîtrisons le croient en l’avenir de Vatry se sont Lavalin, qui exploite concrètement sérieusement le fret aérien, les nou- passagers passés par l’aérogare au calendrier, cela fait cinq ans que réunis, il était imaginable qu’Hubert l’aéroport. «  Comme pour toute veaux dirigeants de SNC Lavalin- 1er novembre dernier. Le cap des l’on sait que nous aurons peut-être Former présente une nouvelle offre. délégation qui s’achève, a expliqué Europe, qui n’ont sans doute pas 100 000 sera sans doute atteint. Le une autre méthode de gestion de Finalement, non. Le porteur de pro- René-Paul Savary, il y a une période autant la fibre territoriale qu’avait transport de passagers joue donc son

V


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m rôle dans l’improbable équation venir « les conseils généraux de budgétaire de Vatry. Pour équilibrer l’Aube, de la Haute-Marne et des un an d’exploitation, il faudrait Ardennes, pourquoi pas », autour de mixer 30 000 tonnes de fret et 100 la table et a rappelé qu’il ne croyait 000 passagers. Pourquoi viser plus « pas au transport passagers ». « Je de passagers, puisque ça marche ? reste confiant, on peut s’en tirer, Tout simplement parce que, pour mais il faut une vraie gouverfaire venir plus de personnes, il faut nance  », a conclu Charles de ouvrir des liaisons vers d’autres Courson. Sur ce dernier point, le villes. Et les seuls opérateurs inté- député et le président du Conseil ressés sont les compagnies low cost. général sont d’accord. «  La régie Et elles le sont, «  elles ne deman- n’est pas une catastrophe, et ce sera dent que ça  », confiait le président l’occasion de mettre à la tête de Savary. Le problème, Vatry une équipe de c’est que pour les René-Paul Savary direction et un direcfaire signer, il faut et Charles de teur qui sera capapayer les fameuses ble de développer Courson tirent «  subventions au l’aéroport », a dit marketing  ». Par les dans le même René-Paul Savary. temps qui courent de sens Sans même le sousbaisse des dotations entendre, si l’aérode l’Etat aux collectivités territo- port en est là où il est, c’est «  la riales, au premier desquelles les faute à » l’actuelle direction : « En Conseils généraux, impossible. Et dehors du contexte conjoncturel les jugements rendus par les tribu- compliqué, l’équipe dirigeante naux, ici ou là en France, vont actuelle n’a pas su tenir ses objectoutes dans le même sens : les fonds tifs. » Quant aux chambres de compublics dépensés dans la promotion merce et d’industrie comme futurs des vols commerciaux des compa- repreneurs, là aussi, les deux gnies low cost, ça ne se fait pas. Et hommes partagent l’idée : «  Les quand la justice passe, la compagnie dirigeants des CCI sont déterminés low cost se déplace. à être à nos côtés, a continué le président du Conseil général. Ça montre bien qu’on a un outil extraordiLes CCI gèrent naire. »

la plupart des aéroports de province

La meilleure solution, selon tous les spécialistes, c’est l’arrivée d’un « gros » gestionnaire pour s’occuper de Vatry : Aéroports de Paris (ADP), l’exploitant de Roissy et Orly, ou encore Vinci. «  La meilleure solution pour l’avenir de Vatry, c’est qu’il soit repris par ADP ou Vinci, a dit Charles de Courson en plénière le 22 novembre. Fin juillet, ADP a dit qu’il n’était pas intéressé, et Vinci ne s’est, pour le moment, jamais penché sur la question. » Le vice-président du Conseil général et député de la Marne a voté « la délibération qui nous est proposée parce qu’il n’y a plus de projet Formey ; personnellement, je ne suis pas déçu, puisque je n’y ai jamais cru ». Il a aussi défendu la gestion déléguée par les pouvoirs économiques, en l’occurrence les CCI, « comme c’est le cas pour la plupart des aéroports de province en France ». Il a également évoqué son souhait de voir

Attendre les municipales pour espérer Reims ?

Puisque les CCI avaient un droit de préemption sur les actions à céder des actionnaires de la Seve qui se retiraient, pourquoi ne l’ont-elles pas fait jouer, plutôt que de « monter  », demain, un nouveau «  machin  » ? D’abord, parce qu’il vaut sans doute mieux repartir à zéro. Ensuite, parce qu’en dehors des CCI, le Conseil général aimerait convaincre d’autres collectivités de venir à un tour de table qui ressemblerait beaucoup à l’Association Paris-Vatry Project, chargée de faire la promotion de l’aéroport et de « verser » les subventions aux compagnies low cost. La communauté d’agglomération de Châlons - et la ville - en font partie et seraient sans doute intéressées par une participation à une nouvelle société d’exploitation de Vatry. On entend, dans les milieux intéressés, depuis plusieurs

Le Conseil général en séance plénière spéciale Vatry, vendredi 22 novembre dernier. © l'Hebdo du Vendredi

mois, qu’APVP est vouée à s’éteindre. « Il faut simplifier les relations, explique le président du Conseil général, et nous devons nous rendre conformes à l’évolution des règlementations. » Le département de la Marne aimerait, on l’a vu, convaincre les autres Conseils généraux de la région à venir. Pourquoi pas le Conseil régional ? On sait comment Jean-Paul Bachy, son président, s’est investi, jouant ces dernières années le premier « VRP » de Vatry à l’international. La Marne drague également les grandes agglos de la région, Reims et Troyes. «  L’agglomération de Troyes a donné un écho tout à fait favorable », s’est réjoui René-Paul Savary. Jusqu’à présent, le Grand Troyes n’a pas mis un centime. Pour Reims Métropole, le numéro un du Conseil général de la Marne devra attendre les élections municipales en mars et espérer une victoire d’Arnaud Robinet, qui ne cache pas son intérêt pour Vatry, contrairement à Adeline Hazan. La maire de Reims n’a jamais fait un pas vers l’aéroport marnais et on ne voit pas pourquoi elle changerait d’avis si elle était réélue. Vu de Reims, Vatry, c’est loin, et Roissy, c’est à 30 minutes de TGV. Une nouvelle société d’exploitation de Vatry ne pourrait-elle pas ressembler à une autre structure publique-privée ? Et pourquoi avec Hubert Formey et son pool d’investisseurs ? René-Paul Savary : «  Ce

que nous avons voté (le 22 novembre, ndlr), c’est la fin du protocole de cession des actions de la Seve. Sa lettre de retrait fait que nous sommes obligés de ne pas donner notre accord à la vente, ça nous permet de lever une clause rédhibitoire, mais M. Formey peut revenir devant nous avec un projet. » « Vatry a sa place en France, poursuit René-Paul Savary. On voit bien qu’un certain nombre d’investisseurs s’intéressent à Vatry, puisqu’on nous a demandé des délais pour présenter d’autres projets.  Maintenant, j’attends que les

CCI me transmettent leur offre. » La CCI de Champagne-Ardenne et celle de Châlons / Vitry / SainteMénehould portent ce projet. Il se pourrait qu’elles proposent concrètement un plan d’ici le 6 décembre. Mais sans miracle, côté fret, Vatry risque bien de continuer, pour quelques années encore, à perdre de l’argent. Si les déficits ne seront plus couverts par le biais des subventions du département, le serontils par les cotisations des entreprises, via les CCI ?

Si toutes les CCI champardennaises n’en faisaient qu’une ?

Tony Verbicaro

Jean-Paul Pageau, le président de la chambre de commerce et d’industrie de Reims et Epernay en est le premier défenseur, alors même qu’il dirige la plus puissante des CCI de la région, celle qui n’aurait pas franchement besoin de s’allier aux autres. François Cravoisier, le président de la CCI de ChampagneArdenne, défend lui aussi le projet. Vus des autres CCI territoriales (locales), les avis divergent. Cinq chambres coexistent dans la région : deux dans la Marne, Reims / Epernay et Châlons-en-Champagne / Vitry-le-François / Sainte-Ménehould, celle des Ardennes, de l’Aube et de la Haute-Marne. Elles ont pour mission d’assister les projets de création et de reprise d’entreprises (formalités, conseils), de soutenir les entreprises et de mener des programmes d’investissement immobilier (d’entreprises, il va sans dire). En 2010, une réforme a déjà mis sur pied un chantier de régionalisation. Direction administrative et financière, ressources humaines, informatique et bientôt la communication sont assumées par la chambre régionale, installée à Châlons. Les CCI, comme les autres chambres consulaires et les collectivités territoriales, contribuent sérieusement aux efforts de désendettement de l’Etat. La fiscalité revenant aux CCI devrait être « soulagée » durablement de 7 % en 2014, plus 13 % « promis » ponctuellement. Les baisses de budget annoncées doivent forcément s’accompagner d’économies à réaliser.


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Bientôt une égérie de charme pour les Rouge & Blanc

Miss Stade de Reims

e Stade de Reims (SDR), en partenariat avec le magazine Rouge & Blanc, organisait cette semaine les pré-sélections de la toute première élection de Miss Stade de Reims. Mercredi dernier au Gaumont de Thillois, trente prétendantes ont ainsi défilé, en robe et bikini, avant de réaliser une courte présentation face au jury, composé des joueurs professionnels du Stade. Les Rouge et Blanc ont choisi huit finalistes qui s'affronteront ensuite pour la finale. Huit jeunes femmes parmi lesquelles se cache donc la future Miss du Stade, charmante, dynamique et enthousiaste. « La Miss portera les valeurs et les couleurs du club toute cette saison, mais elle sera surtout le relais direct entre supporters et joueurs. A ce titre, elle sera présente à Delaune les soirs de match et pendant les événements extra-sportifs (séances de dédicaces ou opérations caritatives, sociales et citoyennes impliquant les Rouge et Blanc) », précise le staff du Stade de Reims. Une « représentante » de charme pour les Rémois qui sera officiellement élue le 7 décembre prochain au stade Delaune, à l'issue de la rencontre face à Nice. Un événement pionnier en son genre puisque le SDR, une fois sa Miss Aymeric Henniaux élue, deviendra le premier club de Ligue 1 à avoir sa propre ambassadrice.

L

UN AN DE PLUS

Un an de plus propose de revenir sur un évènement traité un an auparavant, semaine pour semaine. L'occasion de donner un droit de suite, de regarder comment les choses ont évolué depuis. Dans nos éditions du 30 novembre 2012, nous ouvrions nos colonnes à Bruno Bourg-Broc, le maire de Châlons-en-Champagne, qui vivait très mal la crise que traversait son parti, l’UMP, après la séquence déchirante de l’élection du président du mouvement. Lui et Benoist Apparu avait co-signé, cette semaine-là, une lettre ouverte dont le titre reprenait une citation du général de Gaulle : « L’ambition individuelle est une passion enfantine. » A quelques mois des élections municipales, en mars, et des européennes, en juin, dans de très nombreuses villes - c’est moins vrai dans les villages -, les passions enfantines pleuvent de toute part et de tous bords, de gauche, de droite, du centre, des extrêmes… T.V

Crise à l'UMP : le mal-être d’un gaulliste

Depuis mercredi matin, la rue des Coteaux, à savoir la partie haute du nouvel axe reliant la rue de Lorraine à l’avenue de Middelkerke, est ouverte à la circulation. Une bonne nouvelle pour les automobilistes, et une voie supplémentaire pour faciliter les déplacements vers le centre-ville d’Epernay, tout en simplifiant l’accès aux immeubles du quartier Bernon. Pour rappel, cet aménagement s’inscrit dans le cadre de l’Opération de renouvellement urbain « Horizon Bernon », qui comprend notamment la réhabilitation d’appartements, la construction de logements neufs, la rénovation des commerces et la création de nouveaux équipements publics.

Bernon : et la rue des Coteaux fut !

Une séance un peu particulière se tiendra ce samedi 30 novembre à partir de 14 h à l’Hôtel des ventes (avenue du Maréchal Foch à Epernay). Sur place, plus d’un millier de bouteilles pourra être acheté, mais pas n’importe lesquelles. Parmi elles, des bordeaux de prestige et des millésimes de champagnes rarissimes. Exposition des lots dès vendredi de 15 h à 18 h, puis samedi de 9 h à 11 h.

Une vente aux enchères pétillante

Depuis samedi dernier, il existe à Mourmelon une place Catherine Vautrin : l'actuelle députée UMP, en course pour la mairie de Reims derrière son collègue Arnaud Robinet, étant originaire de la commune.

Une place Catherine Vautrin à Mourmelon

L’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) a été classée 5e sur la liste Green500 publiée lors de la conférence SuperComputing de Denver aux Etats-Unis qui s'est tenue le 20 novembre dernier. La liste Green500 est un classement des supercalculateurs les plus éco énergétiques au monde. Le supercalculateur champardennais, nommé Romeo, est par ailleurs classé à la 151e place dans la liste TOP500 des supercalculateurs les plus rapides au monde, ce qui fait de l’Université de Reims Champagne-Ardenne le leader français de la puissance de calcul disponible dans une université ou en région.

L'URCA fière de son Romeo

Les routes promettent d'être encombrées samedi 30 novembre au matin. A l'appel de l'OTRE, l'organisation des TPE et PME du transport routier, qui souhaite la suppression de l’Ecotaxe poids-lourds, deux barrages sont en effet prévus à Reims et à Vitry-le-Francçois. Dans la Cité des sacres le rendez-vous est fixé à 9h au centre routier avant de prendre la direction du rond-point Farman. A Vitry, à la même heure, les poids lourds se retrouveront au relais de Luxemont, avant de se rendre ensuite au rond-point marquant l'entrée de la ville en direction de Châlons-enChampagne.

Manifestation contre l'Ecotaxe samedi 30 novembre

La 12ème édition du Raid l'Arbre Vert s'est achevée mercredi 27 novembre après 6 jours de compétition à Langkawi, en Malaisie. Alter Egales, nom du trio marnais composé de Camille Rives, Emilie Mothé et Lara Prunenec (A lire en Portrait dans notre édition datée du 22 novembre 2013 ou sur www.lhebdoduvedndredi.com), s'est classé 60e sur 89. Félicitations.

Raid l'Arbre Vert : fin de l'aventure pour Alter Egales

VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES A l'audience du TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE CHALONS EN CHAMPAGNE, au Palais de Justice de ladite Ville, 2 quai Eugène Perrier, au plus offrant et dernier enchérisseur, il sera procédé à la vente aux enchères publiques :

LE MERCREDI 8 JANVIER 2014 à 8 H 30 Commune de MONTMIRAIL (51210)

Un immeuble à usage d’habitation situé 9 rue Saint Vincent de Paul,

Et comprenant : Au rez de chaussée : entrée, salon, salle de bain, salle à manger, cuisine, Au 1er étage : trois chambres, salle de bain, Grenier, Cour pavée et jardin surélevé avec dépendance sur le côté, Local chaudière, cuve à fuel Cadastré section BD n°285 pour 2 a, 73 ca,

MISE A PRIX

SOIXANTE MILL E EUROS (60 00 0 € )

Outre les charges, clauses et conditions énoncées au cahier des conditions de la vente déposé au secrétariat greffe du Juge de l’Exécution du Tribunal de Grande Instance de CHALONS EN CHAMPAGNE sur la mise à prix sus indiquée. Les enchères ne pourront être portées que par le ministère d'un Avocat du Barreau de CHALONS EN CHAMPAGNE sur la mise à prix indiquée. Il sera procédé à la visite de l’immeuble sur rendezvous par les soins de Maître Sylvie JOLLY, Huissier de Justice à SEZANNE, (tél : 03.26.42.54.09.) le mercredi signé P. DEROWSKI de chaque semaine à partir de 17 heures durant les deux mois précédant la vente.

Pour tous renseignements, s'adresser :

Au Cabinet DEROWSKI & ASSOCIEES, société d’Avocats inter-barreaux de REIMS et de CHALONS-EN-CHAMPAGNE dont le siège est 6 bis avenue Gabriel Péri à TINQUEUX (51430) et ayant bureaux 6 rue du Paulmier 51200 EPERNAY. tél : 03.26.51.13.73. et fax : 03.26.51.13.74. au Greffe du Juge de l’Exécution du TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE CHALONS EN CHAMPAGNE où est déposé le cahier des conditions de la vente et où il peut être consulté.

Les Bas Jardins, 51530 Dizy 03 26 55 54 87


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Les indicateurs de l’emploi

François Hollande a parlé trop vite…

Chiffres du chômage

eudi 28 novembre en matinée, en déplacement dans une entreprise à Aubervilliers, le Président de la République a pris, dans les mots en tout cas, un peu ses distances avec la fameuse promesse d’inverser la courbe du chômage avant la fin de l’année. « La bataille contre le chômage prendra tout le temps qui est nécessaire », a dit François Hollande, comme s’il connaissait les chiffres du chômage qui allaient être publiés, en fin de journée, par le ministère du Travail. Une prédiction de nouvelle hausse donc… Raté ! En octobre 2013, on

J

dénombre 20 500 (- 0,6 %) demandeurs d’emplois de moins en France. Si les chiffres de novembre et de décembre, qui sortiront respectivement fin décembre et fin janvier 2014 le confirment, le Président aura tenu sa promesse : la courbe du chômage se sera inversée avant la fin de l’année. Des chiffres que François Hollande a commenté ainsi : « La bataille de l’emploi peut être gagnée. » T.V > source : Dares (Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques) Ministère du Travail

Les chiffres du chômage pour le mois d'octobre 2013 sont excellents en Champagne-Ardenne. Une baisse de 20,4 % dans la Marne, - 13,6 % dans l’Aube, - 4,9 % dans les Ardennes. Mais en octobre, la région a été occupée par la vendange dans l’appellation champagne, qui emploie de nombreux demandeurs d’emplois de tous les départements champardennais, et y compris des départements limitrophes. La Direccte (direction régionale du travail et de l’emploi) a d’ailleurs conseillé de ne pas oublier l’évolution du taux chômage des catégories A (sans emploi total), B et C (activité partielle) ensemble pour avoir un tableau moins « beau ».

En Champagne-Ardenne, l'effet vendange fausse les chiffres

EN BREF

Pour la 21e année consécutive, le prix Gauby-Lagauche, porté par le Conseil économique social et environnemental régional (Ceser) et ses partenaires, a distingué les initiatives champardennaises les plus remarquables, dédiées à améliorer les conditions de vie en milieu rural. Huit précisément, et autant de coups de pouce financiers, attribués par la Région Champagne-Ardenne, la Caisse d’épargne, la Caisse des dépôts et consignations, Orange, la Ville de Reims, la SNCF, La Poste et EDF. Le premier prix revient à l’association Alba Riva, située à Auberive dans la Marne, pour l’organisation, depuis 2006, du festival musical La poule des champs. Toujours dans la série culture, les partenaires ont également récompensé les projets de Radio Bouton (Ardennes), le Festival de la photo animalière de l’association Afpan, l’Or Vert (Haute-Marne), le Festival en Othe de l’association du même nom (dans l’Aube), et les animations sur les marchés paysans de La Cassine (Ardennes).

Prix Gauby-Lagauche : le palmarès 2013

55 propositions pour l'emploi des jeunes

Livre Blanc - Jeune Chambre Economique

ssociation affiliée à la Jeune Chambre Internationale, la Jeune Chambre Economique de Reims, qui contribue toute l'année par ses actions au développement économique de l'agglomération rémoise, a dévoilé cette semaine son Livre Blanc sur les jeunes, l'emploi et l'innovation. Partant du constat qu'en France plus de 24% des jeunes sont à la recherche d'un emploi, l'association s'est posée trois questions : Comment donner des perspectives aux jeunes ? Comment créer du lien entre les entreprises et la jeunesse ? Comment attirer de jeunes talents ? Le résultat de ces interrogations, c'est donc ce fameux Livre Blanc où sont recensées 55 propositions. « Ce livre n'a pas la prétention d'être la solution, précise Claire Alexandre, présidente de la JCE de Reims. C'est un outil, un réservoir d'idées pour accompagner les plus hautes institutions dans la recherche de réponses durables, partant du principe que chaque personne peut contribuer à la construction d'un monde meilleur ». Concrètement, ces propositions pensées pour le territoire rémois semblent tout d'abord pouvoir très largement se décliner dans d'autres villes. La JCE propose ainsi de « rapprocher les écoles et les entreprises », et « d'instituer une dynamique entre les acteurs de la ville ». Comment ? En rendant obligatoire les projets d'entreprises lors des études, en osant l'incubation des projets des jeunes diplômés, en créant des trophées de la coopération ou en développant le micro-crédit local. Dans toutes ces propositions, la JCE fait

A

Dans son Livre Blanc, la JCE propose 50 pistes pour favoriser l'emploi des jeunes et le dévelppement économique. © D.R

appel au bon sens et appelle à une mutualisation des moyens, aujourd'hui certes nombreux, mais finalement peu visibles car distribués par de multiples institutions. Certaines propositions se veulent aussi très concrètes. Et là aussi, l'association ne manque pas d'idées, même si certaines ont déjà été évoquées par d'autres : conforter les offres de ParisVatry, inaugurer l'euro symbolique pour les places de parking le week-end, mettre en place un système de vélos en libre-service, créer une salle capable d'accueillir des événements d'envergure nationale et internationale, etc. Autant de pistes qui ne manqueront pas d'être abordées lors des prochaines élections municipales. > Plus d'infos sur www.jcereims.fr

J.D


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

TER Vallée de la Marne : Pas d'arnaques chez Christophe Meubles photographie qui la SNCF fait son mea culpa Laillustrait l'article consacré

Transport ferroviaire

ne fois par an, à l’initiative de la Région, le Comité local d’animation et de développement (Clad) Vallée de la Marne se réunit pour faire le point sur le Transport express régional (TER). L’occasion pour les usagers d’exprimer leurs attentes. Ce lundi, les griefs contre la SNCF n’ont pas manqué… Seule une dizaine de participants s’était déplacée pour la réunion du Clad Vallée de la Marne. L’idée : faire le point sur la qualité du service proposé en matière de transport ferroviaire, et voir comment l’améliorer. Concrètement, la Région Champagne-Ardenne définit les modalités de fonctionnement du réseau TER, du nombre de trains aux horaires de dessertes, puis alloue les moyens nécessaires à la SNCF, l’exploitant, pour mettre en œuvre ce service. « Hors investissements pour le renouvellement du matériel, plus de 103 millions d’euros ont été consacrés à la ligne TER Vallée de la Marne cette année, note Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional en charge des infrastructures et des transports. Les services demandés doivent être assurés, il n’y a pas de débat là-dessus. Et ce n’est pas le cas, notamment depuis juillet. » Effectivement, les statistiques confirment l’envolée des dysfonctionnements observés. A commencer par le manque de ponctualité des trains. De juillet à novembre, à cinq minutes près, 92 % des

U

Magasins éphémères - Démenti

horaires ont été respectés. Pour un objectif de 95 %. Et à régularité pondérée, seuls 89 % des TER arrivent à l’heure en gare de Paris. Principale cause de ces retards : un défaut matériel des rames, dans 15 % des cas contre 7 % l’an passé. Sur le seul mois de novembre, 11 trains ont été supprimés de façon inopinée, la plupart du temps à cause des défaillances techniques des locomotives. En août, travaux obligent, aucun train n’a pu circuler durant trois week-ends consécutifs. La fraude et l’insécurité ont également été pointées du doigt par les usagers. « Nos résultats sont en deçà des objectifs fixés, concède Eric Lavy, directeur des lignes TER Vallée de la Marne à la SNCF. Nous en sommes conscients et faisons tout notre possible pour essayer de revenir à une situation normale. Mais nous sommes confrontés à de véritables faiblesses matérielles. Le parc de cette ligne est le plus ancien du réseau. Les locomotives ont en moyenne 40 ans d’âge et demandent beaucoup plus d’interventions. Nous avons également dû régler les défaillances des systèmes électroniques de certaines voitures. D’où, parfois, l’impossibilité de les faire circuler. » Entre autres suggestions soulevées par les échanges : miser davantage sur la pédagogie pour informer les voyageurs…

Sonia Legendre

aux magasins éphémères a pu tromper des consommateurs puisqu'elle ne présentait pas le magasin visé. Christophe Meubles, Galerie des Tendances, à qui nous présentons nos excuses, se bat, au contraire, contre ce type d'arnaques.

ous avons publié vendredi un article consacré aux magasins Le gérant du magasin Galerie des Tendances s'est battu contre le magasin éphémère qui avait éphémères de meubles, suite à ouvert dans la Zac des bas-jardins. © l'Hebdo du Vendredi identifiés, qui signent des baux précaires et usent de toutes l'alerte donnée par la Direction départementale de la cohéles ficelles pour arnaquer les consommateurs. Démarchage sion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) de téléphonique, envoi de courrier mentionnant un cadeau la Marne sur ce type d'activité. exceptionnel (!) à venir retirer en magasin... Une fois en Christophe Broseghini, le gérant de Christophe Meubles, a magasin, les vendeurs, formés pour ces arnaques, font croire été le premier à alerter la gendarmerie, la répression des à l'affaire miracle. fraudes, la maire dela commune de Dizy et s'est rapproché de Des pratiques totalement contraires au travail et aux services la Fédération française du Négoce de l'Ameublement et de que proposent Christophe Broseghini à Christophe Meubles l'Équipement de la Maison (FNAEM) quand le magasin et les magasins qui travaillent sous l'enseigne Galerie des éphémère de meubles a ouvert ses portes le 21 Tendances. Ce réseau, présent en France depuis 30 ans, s'apseptembre dernier, non loin de son enseigne. puie sur 70 magasins en France, deux dans la Marne, en « Je me suis battu depuis toujours contre ce genre de pramajorité des magasins familiaux implantés depuis plusieurs tiques, et quand ce magasin a ouvert, j'ai appelé tout le générations. monde. Ils venaient piquer des clients jusque devant l'entrée Nous présentons, encore une fois, toutes nos excuses au de mon magasin ! », nous a expliqué Christophe Broseghini. réseau Galerie des Tendances et à Christophe Broseghini. Le magasin éphémère en question a fermé ses portes en octobre. Il s'agit, pour rappel, de commerces d'ameublement non Tony Verbicaro

N


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Après l’écotaxe, l’équitaxe

TVA - Equitation

Dimanche 24 novembre, chevaux et poneys - et leurs cavaliers - ont défilé dans les rues de Paris contre le projet de hausse de la TVA dans l’équitation. Une action qui n’a pas eu le même retentissement que le « démontage » de portiques écotaxe… Le gouvernement prévoit de faire passer le taux de 7 à 20 %.

hilippe Perreau est propriétaire de deux centres équestres dans la Marne, le haras des Essordilles, à Recy, et, depuis septembre, le centre d’Aÿ. Il est aussi délégué départemental du Groupement Hippique National (GHN), le syndicat professionnel. À ce titre, il milite contre le projet de hausse de la TVA dans l’équitation. Le ministère des Finances a annoncé fin octobre, « vers 5 heures du matin », se souvient Philippe Perreau, le relèvement du taux

P

5 000 emplois menacés, et 80 000 chevaux

actuel de TVA de 7 à 20 %. Une augmentation qui risque de mettre en danger l’activité. « Les centres équestres, au début de leur existence, étaient considérés comme des entreprises commerciales avec une TVA à 19,6 %, rappellet-il. Mais pendant des années, on était entre deux chaises, parce que les ouvriers des centres éques-

Philippe Perreau, délégué départemental du Groupement Hippique National dans la Marne. © l'Hebdo du Vendredi

tres, les moniteurs, les palefreniers, tous les employés, quelles que soient leurs fonctions, étaient assujettis au régime agricole. » En 2005, l’Etat a rationalisé le système et fait passer les centres équestres du régime commercial à l’agricole, ramenant ainsi le taux de TVA d’alors à 5,5 %, relevé à 7 % au 1er janvier 2013. « On a augmenté nos tarifs d’1,5 point à ce moment-là, mais ça n’allait pas loin. » Le passage au régime agricole a été une aubaine pour l’équitation. Taux de TVA réduit, exonération de taxe professionnelle et suppression de l’impôt foncier sur le bâti. « Ces mesures ont permis à de très nombreux clubs de se développer. À Recy, j’ai pu embaucher. » A l’échelle du pays, le régime agricole a permis une augmentation des créations d’emplois de 48 %. « Des emplois auto-

financés, pour la plupart, puisque plus de 80 % des centres équestres sont des entreprises, pas des associations, explique Philippe Perreau. C’est d’ailleurs l’un des seuls sports organisés sur ce modèle. Et ces emplois, ce sont des emplois locaux, non délocalisables. » Face au projet de hausse de la TVA, la filière est inquiète de voir ces emplois créés depuis près de dix ans disparaître, ainsi que de nombreux centres équestres qui ont pu voir le jour avec le régime agricole. La filière équine emploie 80 000 personnes en France, de l’élevage aux champs de course, en passant par les centres équestres, qui à eux seuls représentent 20 000 employés, dans 8 000 centres. «  La Fédération Française d’Equitation estime que le taux de TVA ramené à 20 % fera disparaître 5 000 emplois. Ici, à Aÿ, par exemple, je serai obligé de licencier l’une des deux monitrices. » L’autre « levier » possible, ce sont évidemment les chevaux. «  La Fédération compte 80 000 chevaux à faire « disparaître » si la TVA augmente. Ils iront où, à votre avis ? » Inutile de rappeler que les chevaux de clubs, soignés parfois par médicaments, sont impropres à la consommation. Non, ne pleurez pas, jeunes filles... Avec une baisse d’activité dans les clubs d’équitation, les magasins spécialisés verront leur chiffre d’affaires diminuer, itou pour les vétérinaires... « La Fédération a calculé, à raison de 2,5 tonnes de granulés par an par cheval, que l’Etat pourrait perdre 5 millions d’euros en TVA sur les granulés ! L’Etat prévoit de gagner 50 millions d’euros avec la hausse de la TVA. Mais si on enlève ces 5 millions, et tout ce qui va dis-

paraître, les emplois supprimés qu’il faudra compenser par du chômage, il restera quoi ? » La France et quelques autres pays ont favorisé l’équitation pour tous, sociale, via les clubs quand dans de nombreux autres pays, ne montent à cheval que les propriétaires de clubs. « Ici, pour les petits, le premier tarif, c’est 9€ de l’heure. C’est moins cher qu’une place de cinéma. Depuis dix ans, le régime agricole a permis de largement démocratiser l’équitation. » Une vocation sociale qui pourrait être remise en cause par la hausse du taux de TVA, puisque à la fin, forcément, ce sont les adhérents qui paieront la facture. En moyenne 1,50€ de plus pour une heure de cours. La semaine dernière, le Sénat a adopté un amendement pour maintenir la TVA réduite. « Mais il reste encore l’Assemblée nationale. Et le gouvernement peut toujours agir par décret. » Philippe Perreau vient de s’endetter pour racheter le centre équestre d’Aÿ. L’ancien propriétaire prenait sa retraite. « Si j’avais su qu’on irait vers une hausse de la TVA, avec les conséquences que l’on connaît, je ne me serais pas engagé. » Seul repreneur sur les rangs du centre agéen, le club aurait pu disparaître si le projet de hausse de TVA était intervenu plus tôt. A Aÿ, une cinquantaine de chevaux et poneys permettent à quelque 200 licenciés de pratiquer l’équitation de loisirs. La prochaine manifestation locale aura lieu le 12 décembre à Châlons. Une «  balade  » à cheval, sans déversement organisé de crottins de chevaux, parce que «  nous sommes civilisés  », précise Philippe Perreau. Cela dit, des chevaux qui se promènent autour de la préfecture laissent toujours quelques traces.

Tony Verbicaro


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Benoît Deboos se pose en serviteur

EN BREF

Medef - Nouveau président

cette région. Il m’a écrit en ce sens. »  L’élection du président du Medef avait surpris les observateurs. Les statuts du Medef champardennais, quelque peu désuets, ne prévoyaient pas vraiment que plusieurs candidats briguent la présidence (!). Le risque d’un «  problème » administratif a alors prévalu. Durant cette période de transition, «  très importante  », selon Benoît Deboos, la modernisation d’une organisation qui pèse 11 000 entreprises, 190 000 salariés, et représente 15 branches professionnelles, devra aussi être un objectif.

Le nouveau président du Medef de ChampagneArdenne, le Haut-marnais Benoît Deboos, a présenté jeudi 28 novembre, entre autres, sa vision de la fonction.

enoît Deboos souhaite se positionner en « serviteur, dans les deux sens », des adhérents vers les centres de pouvoir et réciproquement. « C’est à chacun des Medef territoriaux de ramener ce qu’il souhaite au Medef régional, a expliqué Benoît Deboos, issu de la branche UIMM (métallurgie). Les services aux adhérents doivent être rendus dans la proximité. Il peut y avoir des services mutualisés, bien sûr.  Le Medef doit être très modeste. Il n’a de raison d’être que parce qu’il y a les branches professionnelles qui y adhérent. Le

B

Moins politique, davantage « passe-plat »

Medef doit être le réceptacle, et transmettre. » Benoît Deboos place aussi la question du positionnement des territoires au centre des débats. « La place du territoire, de la Champagne-Ardenne, a

Tony Verbicaro

Benoît Deboos, président du Medef jusqu'en juin 2015. © l'Hebdo du Vendredi

toujours été au cœur des discussions. Mais nous n’avons pas tous la même vision. Cette définition du positionnement de la région est très importante. Et c’est ce que je veux bâtir pendant cette transition, pour celui qui viendra ensuite. » Benoît Deboos a également indiqué qu’il n’ira pas au-delà de « l’intérim », suite à la démission de Pierre Possémé. « Je ne suis là que pour une période relativement courte, jusqu’en juin 2015. Et je n’ai pas tellement de raisons de prolonger par la suite. J’ai 66 ans passés, je suis plus âgé que

Pierre Possémé. En 2015, je n’aurais plus de fonctions dans mon groupe. Et si on n’a plus de lien avec le monde professionnel, on risque de parler comme un livre. » Benoît Deboos est également revenu sur la campagne électorale à la présidence, qui s’est arrêtée suite à la décision de Joseph Puzo (Axon cables) de se retirer. «  Avec Joseph Puzo, nous n’étions pas dans la même approche. Lui, il venait avec l’esprit de celui qui a réussi et qui va montrer comment faire. J’espère qu’il reviendra. Il fait partie des personnes importantes de

Un pacte de confiance

Le Medef champardennais relaie le projet porté par la maison-mère, en l’occurrence un pacte de confiance que le syndicat patronal a présenté au gouvernement. Le Medef ne veut pas porter seul ce projet et appelle la CGPME, l’UPA ou la FRSEA à le rejoindre. Le pacte demande aux pouvoirs publics de créer des conditions (baisse de la fiscalité des entreprises, notamment) en échange desquelles les entreprises s’engageront à créer des emplois.

Charles-Antoine de Fougeroux primé par RMS-Network

Charles-Antoine de Fougeroux, directeur général des Biscuits Fossier à Reims, a reçu mercredi 26 novembre le Prix de l'Entrepreneuriat du management aux Trophées RMSNetwork, le réseau des anciens élèves de Reims Management School. La remise des prix s'est déroulée au Sénat, à Paris.

Reims, 13e meilleure ville pour créer son entreprise

Selon le palmarès établi par L'Entreprise-L'Expansion et Coface Services, Reims est la 13e meilleure grande ville sur 27 (de 200 000 à 500 000 habitants) pour créer son entreprise. 16 critères ont été étudiés pour mesurer le dynamisme de ses territoires. La cité des Sacres se distingue notamment grâce à ses excellentes infrastructures routières et ferroviaires qui la situent à 1h15 de Paris en voiture et à seulement 40 minutes en train. A noter que ce palmarès est dominé par Montpellier, Caen et Nancy. Dans la catégorie des villes moyennes (100 000 à 200 000 habitants), Besançon arrive en tête suivie de Poitiers et La Rochelle, tandis que dans celle des métropoles (plus de 500 000 habitants), c'est Lyon qui obtient la première place devant Bordeaux et Marseille. Le palmarès complet est à retrouver sur http://lentreprise.lexpress.fr/

Salle panoramique route de Pierry à CHOUILLY

L’association Art et Artisanat en Champagne présente

LE 28ème SALON D’AUTOMNE DES MÉTIERS D’ART

Vendredi 6 décembre de 16 h 30 à 21 h Défilé de mode à 19 h Samedi 7 & dimanche 8 décembre de 10 h à 19 h 50 professionnels sélectionnés pour leur savoir-faire

aachampagne.cabanova.

Entrée : 3€.


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Une 14e édition des plus (in)attendues…

Habits de Lumière

Du 13 au 15 décembre prochains, la cité sparnacienne revêtira ses Habits de Lumière. Sous l’œil bienveillant de Philippe Faure-Brac, parrain de cette édition et Meilleur sommelier du monde. Un concentré de bonheur pour les yeux, les papilles, et l’esprit. Petit avant-goût pétillant du programme...

n se souvient, il y a 14 ans, de la toute première édition des Habits de Lumière. Une soirée de festivités, ni plus ni moins, mais déjà, l’esprit scintillant et la volonté de fédérer qu’on connaît à l’événement. Aujourd’hui, il s’étend sur trois jours consécutifs « et se développe d’année en année, se félicite Jacques Fromm, adjoint au maire en charge du commerce, de l’artisanat et de l’animation de la cité. On attend dans les 40 000 spectateurs cette année, et on les accueillera volontiers s’ils sont

O

Des retombées économiques importantes

plus nombreux, évidemment ! C’est une manifestation qui représente tout de même un an de travail. En partenariat avec le Comité de l’Avenue de Champagne, tous les services de la Ville, quels qu’ils soient, s’y attellent. Nous gérons intégralement les animations prévues sur l’espace public, et traitons en direct avec les différents prestataires associés. Un rendez-vous très attendu par les Sparnaciens et les touristes, fréquents en cette période de fin d’année. » Les commerçants, eux aussi, sont impatients. Et pour cause. Les retombées économiques des Habits de Lumière, directes ou indirectes, s’avèrent très importantes, et des plus bienvenues à l’approche de Noël. Qu’ils soient hôteliers, restaurateurs ou maisons de champagne, les pros disposent ici d’un week-end exceptionnel pour leurs affaires. « 14 maisons associées ouvriront leurs portes, poursuit l’élu. Les restaurants sont aussi très fortement sollicités, et doivent souvent assurer trois ou quatre services ces soirs-là. Les visiteurs apprécient, au détour d’un spectacle, de pouvoir déguster les délices du terroir sparnacien. » À chaque année sa thématique ; la cuvée 2013 se place sous le signe de « l’inattendu ». « Et de la

Parmi les bonnes surprises des Habits de Lumière 2013 : le vidéo-mapping « Souris ! », projeté sur la façade de l’Hôtel de Ville. © Cosmo AV

surprise. Que dis-je, DES surprises ! Le lancement des festivités tombe un vendredi 13 de l’année 2013. Un jour qui ne peut être que portebonheur pour le bon déroulement de la manifestation ! On espère d’ailleurs avoir, grâce à ça, un temps exceptionnel. » Suite au succès rencontré en 2012, les organisateurs renouvellent, pour accompagner la grande parade dominicale de voitures anciennes, le concours d’élégance, ouvert à dix véhicules de plus de 40 ans. Même chose pour les Habits de Saveurs, à proximité de la Halle Saint-Thibault, le samedi, avec une session gourmande dédiée aux enfants. Et des arts de la rue aux arts pyrotechniques, en passant par le théâtre et la musique, pas moins d’une dizaine de spectacles différents ponctueront le week-end et ajouteront à la magie du rendez-vous. « Le feu d’artifice aura lieu le vendredi soir. Le public pourra également découvrir « Souris ! », un vidéo mapping complètement décalé, projeté

Une cuvée 2013 pleine de surprises

toutes les demi-heures sur la façade de l’Hôtel de Ville. Les Plasticiens Volants transformeront l’avenue de Champagne en un aquarium géant, et l’événement se déploiera aux quatre coins d’Epernay. Au théâtre, au cinéma Le Palace, à la médiathèque, etc. Nous ne pouvons pas tout dévoiler, mais le rendu promet d’être superbe, à ne pas manquer ! »

Sonia Legendre > Habits de Lumière – Du vendredi 13 au dimanche 15 décembre à Epernay – Programme complet sur http://habitsdelumiere.epernay.fr.

Noël commence samedi !

Fééries de Noël

Les Vitrines d’Epernay, association de commerçants, ont concocté un large programme pour les Fééries de Noël qui débuteront ce samedi 30 novembre, avec l’inauguration de la patinoire, place Hugues-Plomb, en présence du patineur artistique Brian Joubert. Les Fééries dureront jusqu’au 5 janvier 2014, avec des points forts les samedi. Le 7 décembre, les illusionnistes présenteront leurs tours de magie. La valse des manchots fera danser les Sparnaciens samedi 14 décembre, et, bien sûr, le 21 décembre, le père Noël et ses rennes arriveront dans la capitale du champagne.

> Renseignements sur internet : www.commerces-epernay.fr

T.V

Comme chaque année, la patinoire en plein air de la place Hugues-Plomb ravira les petits et les grands. © l'Hebdo du Vendredi

À ne pas manquer : le concert multi-instrumentiste de Mazalda, les vendredi et samedi soirs. © Robert Palomba

Perle, le spectacle aquatique et aérien des Plasticiens Volants, à découvrir vendredi 13 et samedi 14 décembre dès 19 h 15 depuis l’Hôtel de Ville. © Brigou

Derniers préparatifs pour la compagnie des Plasticiens Volants, qui présentera à l’occasion des Habits de Lumière le spectacle déambulatoire « Perle ». Ou l’histoire d’une petite perle aventureuse, expulsée de son coquillage et vouée à un voyage des plus surprenants dans les abysses du monde marin. « Elle rencontrera au fil de son périple tout un tas d’autres personnages, plus ou moins sympathiques, raconte Thierry Collin, le directeur artistique. Ce spectacle a été conçu pour être modulable en fonction des villes qui l’accueillent. Une partie de l’histoire se déroule avenue de Champagne, mais nos marionnettes gonflables géantes – certaines mesurent jusqu’à 20 mètres de long ! - apparaîtront également au grès des places et des rues alentours, pour ajouter à l’effet de surprise. Manipulateurs, comédiens, techniciens son et lumière, etc. Au total, 24 personnes travaillent sur cette représentation. » Au sol comme dans les airs, tout un décor spécialement imaginé plongera les spectateurs au cœur d’un peuple aquatique… inattendu. Le tout saupoudré de burlesque, et de poésie !

« Perle », ou l’art de transformer une ville en aquarium géant…

Un partenariat entre les organisateurs et la SNCF propose des tarifs préférentiels via TER Evénements pour rejoindre Epernay pendant les Habits de Lumière. Offre valable sur le réseau TER, au départ des gares de Champagne-Ardenne, de Paris-Est et de Château-Thierry. Des trains spéciaux sont également mis en place tout le week-end pour un retour à Reims (21h04 et 23h) et à Châlons-en-Champagne (21h32). Les navettes gratuites de Mouvéo circuleront le vendredi 13 décembre de 18 h à 22 h 30. Des bus sont prévus pour un retour toutes les 30 minutes le long de la ligne 2 (terminus Belle-Noue), avec un départ spécial à proximité de l’avenue de Champagne. Ils desservent également le parking Saint-Pierre-Saint-Paul.

Les bons plans TER et Mouvéo


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Le haut du panier au stade Paul-Chandon

Championat d’Europe de Cross country sport adapté

La Ligue Champagne-Ardenne Sport Adapté accueille ce week-end le championnat d'Europe de cross country au stade Paul-Chandon. Une occasion de sensibiliser le public à la cause du handicap mental et psychique dans le milieu sportif et de participer à la reconnaissance de ces athlètes de haut niveau.

n compte une foule de disciplines dans le sport adapté. Il existe d’ailleurs 23 championnats de France et des Jeux paralympiques qui témoignent de l’engouement et du dynamisme des activités proposées. « Le sport adapté est un excellent moyen de faciliter l’apprentissage et l’épanouissement de personnes atteintes de handicap mental et psychique », explique Marc Truffaut, président de la Fédération française des sports adaptés et président de la Ligue Champagne-Ardenne.

O

Une école d'intégration Il était mardi soir au gymnase Godart-Roger pour préparer plusieurs jeunes aux épreuves du championnat d’Europe de cross country adapté qui se déroule du 29 novembre au 1er décembre au stade Paul-Chandon, à Epernay. « Les meil-

Trois jeunes qui participeront au championnat d'Europe de cross-country sport adapté au stade PaulChandon. © l'Hebdo du Vendredi

leurs athlètes européens participeront à ce rendez-vous sportif qui réunira toutes les catégories, des benjamins aux seniors », souligne Marc Truffaut. Plusieurs nations seront présentes avec des athlètes de haut niveau comme le Portugais Victor Pleno, vice-champion du monde en cross court et long, une Polonaise, Anna Bodziony et trois Tchèques emmenés par Juri Vandravek, manager de l’équipe et Vladimir Slavik, leur coach.

Côté français on retrouvera quelques grands noms dont celui du Sparnacien Sébastien Mengual, du RC Epernay Athlétisme dont le palmarès en sport adapté est élogieux. Il a décroché deux titres de champion de France cette année. « Dans une autre discipline, le saut en longueur, un autre membre du RCE brille de mille feux. Daniel Royer a été finaliste aux Jeux Paralympiques de Londres en 2012. » La fédération française du sport adapté compte 50 000 licenciés. En Champagne-Ardenne la

LCASA (association affiliée) réunit 17 associations sportives et plus de 800 licenciés. Son objectif est de permettre à toutes les personnes déficientes intellectuelles ou atteintes de troubles psychiques d’accéder à une pratique sportive dans le respect de leur dignité et la recherche constante de leur intégration. « La ville d’Epernay est particulièrement impliquée dans cette démarche. Elle a déjà organisée plusieurs championnats de France et participe à de nombreuses actions de sensibilisation. La vente aux enchères du tonneau signé par tous les coureurs du Tour de France a profité en partie à la section sport adapté du Racing Club d’Epernay qui accueille plusieurs athlètes », rappelle Marc Truffaut. Le sport est un vecteur d’intégration dans de nombreux domaines. « Daniel Royer a eu envie d’apprendre à lire grâce à ses belles performances en saut en longueur. Les progrès sportifs créent une motivation et ouvrent d’autres horizons. C’est une école de citoyenneté. » Le sport adapté bénéficie du soutien de nombreux partenaires institutionnels et privés comme la Fondation Française des Jeux ou la Fondation du Crédit Coopératif. Des sportifs à découvrir et à encourager vendredi 29 novembre et dimanche 1er décembre lors des épreuves prévues au stade Paul-Chandon. > Site Internet de la ligue: www.lcasa.e-monsite.fr et site nternet de la fédération: www.ffsa.asso.fr

Jean Batilliet


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Retour à la réalité

Aïssa Mandi : « Le plus grand moment de ma jeune carrière »

Foot (L1, 15e j.) Saint-Etienne - Reims

Pur produit du Stade de Reims, l'arrière droit franco-algérien était sur la pelouse lors de la défaite logique face au grand Paris-Saint Germain (0-3). Un échec qui a conclu pourtant une semaine inoubliable pour le jeune homme de 22 ans originaire de Châlons-en-Champagne. En effet, Aïssa Mandi a vécu, certes sur le banc, la qualification de l'Algérie pour la Coupe du Monde au Brésil. Une première expérience internationale qu'il espère revivre très prochainement et cette fois sur le terrain.

Les étoiles parisiennes passées, les joueurs du Stade de Reims retrouvent un certain anonymat qui leur a plutôt réussi jusque là. Mais attention, leur retour sur terre promet, samedi, d'être difficile sur la pelouse de Saint-Etienne.

out le monde rêvait d'un nouvel exploit face au Paris Saint-Germain. Mais comme annoncée, la version 2013-14 est bien plus forte que celle de la saison écoulée. Face à la bande à Ibrahimovic, les joueurs d'Hubert Fournier ont montré leurs limites (0-3). « C'est difficile à vivre et à assumer car nous n'avons pas été à la hauteur de l'événement, explique sobrement l'entraîneur rémois. Les joueurs avaient envie mais il faut ensuite le prouver sur le terrain. C'est une défaite collective, mais force est de constater que personne n'a fait un bon match ». La page parisienne tournée, le Stade de Reims (9e) replonge dans l'ordinaire de la L1 avec un déplacement tout de même alléchant dans le chaudron de Saint-Etienne (6e). Qualifié par Hubert Fournier « de super match », cette rencontre pourrait marquer un tournant important alors que six rencontres sont au programme des Rouge et Blanc d'ici au 21 décembre. Il faut se souvenir que l'année dernière, après avoir réalisé un joli nul au Parc des Princes (1-1), les Rouges et Blanc avaient traversé la période hivernale sans remporter la moindre rencontre. « C'est une période très importante pour toutes les équipes. Ce qui me préoccupe, ce sont nos conditions d'entraîne-

La défaite face au PSG « On avait la tête dans le sac après la rencontre car on aurait mieux fait devant notre public. Le soir on était abattu d'avoir perdu sur un tel score, même si c'est face à Paris, mais on n'a pas fait ce qu'il fallait. On n'a pas réussi à les faire déjouer comme on a su le faire contre d'autres grosses équipes. On n'a pas mis la même envie dans les duels. » Le prochain match à Saint-Etienne « Dès le lendemain de la défaite face à Paris, on s'est remis au travail en pensant à Saint-Etienne. On va aller là-bas pour obtenir un résultat car on doit se racheter. On essaiera d'être conquérants. »

T

Aïssa Mandi. © l'Hebdo du Vendredi

ments, indignes de la L1. Nous nous entraînons sur un terrain très dégradé et sur une pelouse synthétique. Ce n'est vraiment pas l'idéal », déplore Hubert Fournier. Dix jours après avoir posé la première pierre de son futur centre de vie, le Stade de Reims est donc confronté à la réalité : un centre d'entraînement proche du niveau amateur selon l'entraîneur. « Nous savons que ça va être difficile jusqu'au mois de mars. Il va falloir faire le dos rond et grappiller un maximum de points ». Geoffroy-Guichard est-il la destination idéale pour commencer cette précieuse moisson ? Peut-être. L'année dernière, les Rémois y avait obtenu le point du nul (1-1). Surtout, cette saison, les Verts sont loin d'être impériaux à domicile. Dans leur antre, les

La parole est à la défense

Basket (Pro B, 17e j.) Châlons-Reims - Evreux

La Coupe du Monde au Brésil « Jouer la Coupe du Monde, c'est un rêve de gamin, on se dit que c'est impossible. Déjà avoir vécu cette qualification c'est une fierté pour ma famille. Elle n'imaginait pas que je porterai un jour les couleurs de l'Algérie. Maintenant, après avoir fait partie du groupe, jouer la Coupe du Monde devient un objectif. Mais ma place n'est pas assurée. Il va falloir que je travaille pour y arriver et ça passe d'abord par de bons résultats avec le Stade de Reims. »

hommes de Christophe Galtier n'ont en effet remporté que trois succès, concédant deux nuls et deux défaites. Les Rouge et Blanc ont quelques atouts à faire valoir. Ils savent voyager, comme leur unique défaite en déplacement le prouve. « Il nous faudra du caractère et du sang froid. Nous aurons des opportunités. A nous de les pousser et d'afficher une volonté farouche », conclut Hubert Fournier.

> Saint-Etienne - Reims, samedi 30 novembre à 20h, stade Geoffroy-Guichard. Prochaine journée, mardi 4 décembre, Reims se déplacera à Sochaux.

Julien Debant

Pape Beye : « Nous ne devons sous-estimer aucun adversaire » A seulement 23 ans, Pape Beye fait pourtant figure d'ancien au sein de ce collectif de Châlons-Reims. En effet, c'est déjà la 3e saison du pivot sénégalais avec le CCRB. En progression des deux côtés du terrain, le joueur, guerrier mais discret, poursuit sa progression et s'affirme comme une rotation solide dans la raquette marnaise (5,7 pts et 2,7 rbs pour une évaluation de 5,3 pour 13 minutes de jeu par match)

Défait pour la première fois à domicile face à Rouen (92-94), en prenant une nouvelle fois l'eau en défense, Châlons-Reims (2e) doit impérativement réagir, mardi, lors de la réception d'Evreux (5e).

La belle victoire acquise sur le parquet d'AixMaurienne (94-92), une première depuis la création du CCRB, est déjà oubliée. Nikola Antic et ses hommes n'ont en effet pas su surfer sur ce résultat, mardi soir, lors de la réception de Rouen. Pourtant dernière du classement avant la rencontre, l'équipe coachée par Laurent Sciarra a surpris par la qualité de jeu proposée. « Nous avons trop laissé faire. Mais il faut être sport, cette équipe de Rouen a surtout très bien joué », reconnait justement Nikola Antic. Ce n'est pas pour autant que cette défaite est plus facile à digérer. « Elle fait très mal, assure même l'entraîneur marnais, car perdre à la maison est toujours une déception et parce que je n'ai pas su peut-être assez motiver les joueurs ». Audelà de la très bonne prestation de l'adversaire, particulièrement adroit et agressif en attaque (39 lancers-francs tentés dont 33 réussis !), c'est la défense de Châlons-Reims qui interroge. Car c'est déjà la 4e rencontre où le CCRB encaisse plus de 90 points, dont trois fois lors des cinq dernières matches. Et avec 78,2 points concédés en moyenne depuis le début de la saison, le collectif marnais fait parti des cinq équipes les plus perméables de la Pro B ! Qu'il semble loin le temps où la qualité défensive prônée par Nikola Antic faisait référence dans la division : la meilleure lors des deux dernières saisons. « On savait en construisant l'équipe, avec beaucoup de joueurs expérimentés, que nous serions un peu

La qualification de l'Algérie pour le mondial « C'est peut-être le plus grand moment de ma jeune carrière. C'était extraordinaire, du jamais vu pour moi. En Algérie, on vit pour le football. On le sent dès les entraînements. Le jour du match, dès 13h, le stade était déjà plein ! J'ai discuté avec l'entraîneur et il a su me mettre en confiance. Quant aux joueurs, je n'en connaissais aucun, mais ça s'est super bien passé. Ils m'ont mis à l'aise tout de suite. »

Quels sentiments vous animent après cette première défaite à domicile ? C'est très dur à avaler. Pourtant on avait déjà été avertis lors des réceptions de Denain et Souffelweyersheim. On doit absolument retenir la leçon.

Votre faiblesse a été la défense ? Oui et on le sait qu'on ne défend pas assez bien individuellement et collectivement. Mais Rouen a bien joué aussi. Cette équipe nous a beaucoup gêné en changeant régulièrement de systèmes. Elle a fait preuve d'adresse. Nous n'avons pas pour autant d'excuse, mais ce n'est pas la fin du monde non plus.

S

Déjà vus en difficulté à domicile, notamment contre Souffelweyersheim, Rodrigue Mels et ses coéquipiers sont tombés face à Rouen. Une réaction est attendue mardi lors de la venue d'Evreux. © l'Hebdo du Vendredi

moins performant en défense, note l'entraîneur, mais c'est vrai aussi qu'on ne produit pas aujourd'hui ce que nous voulons dans ce domaine. C'est notre gros chantier. Il faut absolument que nous résistions davantage dans les duels ». Dans cette optique, le match à Evreux, sera un test très attendu face à une formation réputée « pour sa force athlétique et son agressivité défensive ». Dans les conditions actuelles, difficile d'imaginer Châlons-Reims, bien que toujours 2e du classement, terminer le championnat tout en haut, sur la seule force de ses pistoleros, même si l'équipe a su s'imposer deux fois quand sa défense a pris l'eau : à Poitiers (95-90) et à Aix-Maurienne (94-92). Car si la défense est une valeur sûre, l'adresse offensive est, elle, beaucoup plus aléatoire et peut certains soirs faire cruellement défaut.

J.D

N'avez-vous pas fait preuve aussi d'un peu d'excès de confiance suite à la victoire à Aix-Maurienne ? Peut-être, mais le match face à Aix-Maurienne nous a donné de la confiance dont nous avons aussi besoin. Nous ne devons plus laisser filer ce genre de match. Nous savons que dans ce championnat tout le monde peut battre tout le monde, mais ça ne doit plus nous arriver. Nous ne devons sous-estimer aucun adversaire.

Le match de Bourg reporté, une réaction est maintenant attendue face à Evreux... C'est bien, nous avons plus de temps pour travailler et corriger nos erreurs et bien préparer cette rencontre face à une équipe d'Evreux que nous connaissons bien. Elle est très agressive et met beaucoup de pression sur le porteur de la balle. Nous allons devoir nous accrocher dès le début du match. Mais à chaque fois que nous nous sommes pris une claque, nous avons su réagir.

EN BREF

L'ancien joueur de Châlons-Reims (14,5 points à 48%, 6,2 rebonds et 2 passes pour 15,3 d’évaluation en 40 matches la saison dernière) devrait, selon le site catch-and-shoot.com rejoindre Hyères-Toulon où il remplacerait son compatriote Jonathan Mitchell (10,2 points à 43%, 4 rebonds et 0,8 passe pour 8,7 d’évaluation en 13 matches).

Basket (Pro B) : Tyren Johnson à Hyères-Toulon

Ce samedi 30 novembre, le hockey club de Châlons recevra l’équipe de Deuil-Garges, leader du championnat de D1. A cette occasion, les Gaulois reverseront, sur chaque billet vendu, un euro au comité Marne de la ligue contre le cancer. Rencontre à la patinoire Cités Glace (2, rue Augustin Fresnel à Châlons). Ouverture des portes à 18 h 30. Plus d’infos sur www.hockeyclubchalons.fr.

Les Gaulois joueront pour la bonne cause


magazine

Indochine, toujours là

N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Concert - Millesium

« Égaré dans la vallée infernale, le héros s'appelle Bob Morane »… Un aventurier, bien qu’apparu sur les ondes il y a plus de trente ans, est encore dans toutes les mémoires – même les plus jeunes, et a permis à Indochine de devenir le plus grand groupe de rock français.

Formé à Paris en 1981 et presque instantanément reconnu comme étant le groupe majeur de la new wave française, collec-

tionnant les hits et les albums certifiés platine, Indochine c’est plus de trente ans de carrière, un leader emblématique qui a toujours su mener sa barque malgré les hauts et les bas, un groupe qui a d’abord connu le succès puis la traversée du désert du début des années 1990 jusqu’à un retour sur le devant de la scène en 2002, et qui compte aujourd’hui encore des centaines de milliers de fans, toutes générations confondues. Après plus de dix

millions de disques vendus et de nombreuses salles combles, à l’image du stade de France le 26 juin 2010, Nicolas Sirkis – dernier membre fondateur et ses complices sont de retour sur scène pour la deuxième partie de leur tournée « Black City Tour », annoncée comme la tournée de tous les records. Faisant suite à la sortie de leur douzième album studio, Black City Parade, Black City Tour est en effet la tournée la plus longue jamais faite par le groupe, promettant aux fans de la première heure comme aux plus récents des shows toujours plus sophistiqués et créatifs. Pour la première fois, les membres du groupe ont également accepté de se faire filmer quatorze mois durant, des premières notes au résultat final, permettant ainsi aux fans d’assister à la genèse et à la création de ce douzième album. Un album que les spectateurs peuvent découvrir ou redécouvrir lors des passages du groupe sur scène.

En effet, si, au cours de leurs concerts, les membres d’Indochine prennent plaisir à rejouer leurs plus grands tubes tels que L’Aventurier, 3ème Sexe, Trois nuits par semaine ou, plus récemment, J’ai demandé à la Lune et Alice & June, repris en chœur par chacun des spectateurs, ils ne manquent pas l’occasion de partager avec leurs fans les titres encore peu connus de leur dernier album. Sorti le 11 février 2013, Black City Parade regorge en effet de chansons témoignant des séjours du groupe dans plusieurs villes européennes, à l’image de Berlin, où l’album a d’ailleurs été enregistré en partie. Un groupe mythique à voir au Millesium d’Epernay le 10 décembre prochain !

Claire Lagrange > Indochine, mardi 10 décembre à 20h – Tarif : 40 euros – Le Millesium.

EN BREF

L'artiste rémois n'en finit plus de séduire avec son Charabia. Déjà lauréat du Prix Barbara en décembre 2012, Barcella vient de se voir remettre le 66e Grand Prix Scène Charles Cros lors d'une cérémonie qui s'est déroulée à la Maison de la Radio. Une belle récompense pour lui et son équipe : Thomas Nguyen (clavier, rhodes), Marcel Ebbers (contrebasse, trompette), Mathias Neiss (batterie, mandoline), Julien Gaujon (guitare, trompette), Jérôme Beunier (lumières), Julien Mathieu (son façade) et Sylvain Masure (son retour, régie). Par ailleurs, Barcella prépare actuellement son 3e album « Puzzle » qui sera accompagné d'un nouveau spectacle en tournée à partir d'avril 2014.

Barcella encore récompensé

Après trente ans de carrière, Indochine revient sur scène plus rock que jamais ! © DR


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

Les chorales marnaises chantent Noël

Concert - Chants de Noël

Le choeur VocAIYse vous attend pour son traditionnel concert de Noël. © Renaud Pate A quelques semaines du grand jour, fleurissent les décorations, les marchés et autres concerts de Noël. C’est d’ailleurs en musique que va débuter ce nouveau mois de décembre, en compagnie de plusieurs chœurs et chorales de la région. Dès

le 6 décembre prochain, vous pourrez donc retrouvez les chorales Chœur des Coteaux de Damery et Arpège de Chouilly, réunies à l’occasion de leur traditionnel concert de Noël. Les quarante choristes issus des deux formations vous invitent en effet à venir écouter des chants de Noël en l’église de Dizy et retrouver d’ores et déjà l’esprit de Noël. Comme à son habitude, le groupe vocal Inter-Lude de Magenta fera lui aussi sa tournée et débutera sa série de concerts le 7 décembre prochain, en l’église de Plivot. Au programme, chants traditionnels de Noël, avec un « Noël Ukrainien » ainsi que des pièces courtes de chants religieux. Egalement attaché aux traditions, le

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA CONCERTS

chœur VocAIYse, quant à lui, vous attend le 8 décembre prochain pour un concert exceptionnel à l’occasion du marché de Noël intercommunal de la CCGVM, au cours duquel vous aurez le plaisir d’entendre, en plus des chants traditionnels, quelques pièces de Liszt, Bach, Buxtehude ou encore Chilcott. L’occasion pour les amoureux de musique et de Noël d’assouvir leurs deux passions au cours d’un week-end marathon en chansons !

Claire Lagrange > Concert de Noël du Chœur des Coteaux et Arpège, vendredi 6 décembre à 20h – Entrée libre –

Eglise de Dizy. Deux concerts supplémentaires sont prévus le samedi 14 décembre à 20h en l’église de Chouilly et le dimanche 15 décembre à 15h30 en l’église de Romery. Concert du groupe vocal InterLude, samedi 7 décembre à 20h – Entrée libre – Eglise de Plivot. Un second concert aura lieu le samedi 21 décembre à 20h en l’église de Chavot. Concert de Noël du chœur VocAlYse, dimanche 8 décembre à 16h30 – Entrée libre – Eglise de Fontaine-sur-Aÿ. Un second concert est prévu le dimanche 15 décembre à 17h, pour le chemin des crèches, en l’église Saint-Brice

Ô Roméo, Roméo ! Pourquoi es-tu Roméo ?

Danse - Capitole

Après le succès du Lac des Cygnes, le Moscou Théâtre Ballet revient avec Roméo et Juliette. © DR

Fréquemment dansé par tous les plus grands ballets du monde, Roméo et Juliette, ballet en trois actes pour l’écriture duquel Sergueï Prokofiev s’est largement inspiré de la pièce de William Shakespeare, n’en finit pas de parcourir les scènes internationales, porté par de talentueux danseurs et danseuses. Le 11 décembre prochain, c’est donc les interprètes du Moscou Théâtre Ballet que les spectateurs châlonnais auront le plaisir de regarder danser, dans leur version du célèbre ballet. Servi par une troupe d’excellence –

Un week-end pour performer !

certains se souviendront en effet du succès du Lac des Cygnes avec lequel le Moscou Théâtre Ballet avait fait une tournée en France, pas plus tard que l’année dernière Roméo et Juliette emplira le Capitole en Champagne de sa mélodie, de sa rythmique et du caractère mémorable de ses thèmes principaux. L’histoire que tous connaissent nous emmènera dans la Vérone du XVIème siècle, où deux familles, les Montaigu et les Capulet, aussi puissantes que rivales, s’affrontent depuis des générations. Malgré ce climat hos-

tile, Roméo et Juliette, héritiers respectifs des deux clans, vont tenter de s’aimer, jusqu’à se donner la mort. Une histoire d’amour mythique, divinement mise en musique par Prokofiev et subtilement interprétée par l’une des plus talentueuses troupes de danse classique du monde.

C. L > Roméo et Juliette, mercredi 11 décembre à 15h – Tarifs : 35 à 62 euros – Capitole en Champagne.

Reims Scènes d'Europe - Performances

Parmi les artistes invités, Clerke & Joy dont la performance est à découvrir dimanche à 16h. © DR

Pour la cinquième année consécutive, le FRAC Champagne-Ardenne participe au festival Reims Scènes d’Europe. À cette occasion, le FRAC a imaginé un nouvel évènement entièrement consacré à la performance. C’est en partant des travaux de Bruno Latour, grand invité du festival, que cette édition a été conçue. Les artistes venus de toute l'Europe in-

vités par le FRAC ont donc exploré des thèmes proches de ceux développés par le philosophe français. Conçue comme un parcours, cette expérience s'étale pendant deux jours à la Comédie et se présente comme une succession de performances, mêlant théâtre et musique.

> « Allo la Terre ! », samedi 30

« Entre ciel et terre en Champagne »

Exposition - Phare de Verzenay

Avec son exposition « Entre ciel et terre en Champagne », Sébastien Beaucourt, médiateur scientifique, astronome amateur et photographe, a choisi de montrer le ciel étoilé tel que l’observateur peut le voir à l’œil nu, « pour peu qu’il sache où et quand regarder ». La démarche de l'auteur consiste donc à associer, sans trucage, les événements célestes avec les paysages et les monuments de la Champagne. Pour ce faire, il a repéré à l’avance les lieux qui serviront de premier plan, puis a calculé la date et l’heure pour que les astres se trouvent dans une position esthétique pour la photo. Toutes ces informations sont alors scrupuleusement notées dans un petit carnet, car toutes ces images ne sont réalisables qu’un jour ou deux par an. Mais parfois, en fonction de la météo, il peut « Entre Ciel et Terre en Champagne », également s’écouler plusieurs mois, voire plusieurs années une exposition photos présentée par Sébasavant que l’image désirée ne soit enfin réalisée. tien Beaucourt. © l'Hebdo du Vendredi « Entre ciel et terre en Champagne » propose avant tout une approche esthétique de l’astronomie, celle d’un contemplateur du ciel et de ses beautés éphéméres.

> « Entre ciel et terre en Champagne », à voir du 2 au 31 décembre au Phare de Ver-

zenay. Rens. : 03 26 07 87 87 ou www.lepharedeverzenay.com

novembre à la Comédie avec les performances de Toril Johannessen (14h), Angelo Plessas (15h), Fernando García-Dory (16h) et Pamina de Coulon (17h), et le dimanche 1er décembre celles de David Evrard (14h), Anna Ådahl (15h) et Clerke & Joy (16h). www.scenesdeurope.eu

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA CHINER SAMEDI 30 NOVEMBRE Reims - Salon du Tissu Des mètres et des mètres de tissus se dérouleront sur plus de 4 000 m2. 10h-17h – Parc des expositions – Entrée gratuite Jonchery-sur-Vesle Marché de Noël 10h-18h - Salle polyvalente SAMEDI 30 NOVEMBRE ET DIMANCHE 1ER DÉCEMBRE Blacy – Marché de Noël sam. 14h-19h et dim. 10h-18h – Salle des fêtes DIMANCHE 1ER DÉCEMBRE Epernay – Brocante Espl. Charles-de-Gaulle

L'Epine - Marché de Noël 10h-18h - Salle l'Epinette Reims (Centre-ville) – Marché aux Puces 9h-17h Halles du Boulingrin Reims (Wilson) Vide-dressing 10h-18h – Salle Rossini Sept-Saulx Bourse aux jouets & puériculture 8h-13h Salle Maurice Lambert Suippes 4e Bourse militaria 8h30-16h Salle des fêtes Vertus Bourse aux vêtements de ski 8h30-17h30 allée Wogner

JEUDI 5 DÉCEMBRE

SOIRÉE HIP HOP AU COOK’IN Avec le lauréat Jeunes Talent 2013 Mastah Wolf-y, ainsi que DJ Klick-T. À 20h00. Réservation au 03 26 54 89 80 - Restaurant le Cook’in, 18, rue Porte Lucas à Epernay.

SPECTACLES JUSQU’AU VENDREDI 29 NOVEMBRE

LA COLLECTION FABULEUSE D’ALIESTER DE

NAPHTALÈNE

Aliester a rapporté de ses nombreux voyages des mules, des bottines, des souliers les plus insolites ayant tous appartenus « aux grands » du monde des contes et des histoires ! Les chaussures de la marâtre de Cendrillon, celles de la Belle au bois dormant, les bottines de Pinocchio ou encore celles de la Princesse aux petits pois. Il vous présente lui-même sa fabuleuse collection. À 9h00. Séances à 10h et 14h30 les lun., mar., jeu. et ven., à 15h et 19h le mer. 27 novembre - Visites libres de l’exposition aux horaires de la billetterie - Le Salmanazar, Théâtre Gabrielle-Dorziat, place Mendès-France, Epernay Tél : 03 26 51 15 99. VENDREDI 29 NOVEMBRE

THÉÂTRE : TERESINA Des amoureux désopilants qui n’hésitent pas à avancer masqués. Une histoire d’amour tragi-comique dans la pure tradition de la commedia dell’arte ! À 19h00. Tarifs : 4 à 12 euros Salle Sabine Sani, MJC d’Aÿ, rue de la Liberté à Aÿ. SAMEDI 30 NOVEMBRE

VIVEZ EN DIRECT UNE SCÈNE DE FILM ! Déambulation à la médiathèque centre-ville, par la troupe de théâtre Le chaudron. Dans le cadre du festival d’Interbibly «Parcours d’auteurs : de l’écrit à l’écran». À 15h00. De 15h à 18h Médiathèque centre-ville, 1 rue du professeur Langevin, et Médiathèque Daniel-Rondeau, 4 rue Gabriel-Fauré. SAMEDI 30 NOVEMBRE

ANIMATION : LA MALLE À HISTOIRES Sur le thème «Ahhhhhhh». Dès 3 ans. À 15h30. Entrée libre - Média-

thèque Daniel-Rondeau, 4, rue Gabriel-Fauré, à Epernay. MARDI 3 DÉCEMBRE

CHANSON : PAS UN JOUR SANS UNE LIGNE

Acteur de Truffaut, Pialat, Berri, comédien chez Mnouchkine et Chéreau, Philippe Léotard fut aussi chanteur et auteur de textes. Voix rocailleuse, JeanPierre Beauredon réenchante la prose de l’artiste disparu, réunissant dans ce tour de chant, poèmes, aphorismes, chansons et extraits de journal intime. À 20h30. Séance supplémentaire le mer. 4 décembre à 20h30 - A partir de 16 ans - Le Salmanazar, Théâtre GabrielleDorziat, place Mendès-France, Epernay - Tél : 03 26 51 15 99. MERCREDI 4 DÉCEMBRE

BALLET : LE LAC DES CYGNES Par le Théâtre Ballet de Saint Pétersbourg. 60 danseurs et danseuses, un orchestre live de 40 musiciens, sous la direction du magistral Alexander Kotorov. À 20h00. Tarifs : 39 à 60 euros – Le Millésium, av. du général Margueritte à Epernay.

EXPOSITIONS JUSQU’AU SAMEDI 30 NOVEMBRE

DU LIVRE AU FILM L’adaptation d’oeuvres littéraires au cinéma. De la simple inspiration à la réelle transposition, le processus de création cinématographique peut s’avérer complexe... Dans le cadre du festival d’Interbibly «Parcours d’auteurs : de l’écrit à l’écran». À 14h00. Entrée libre Médiathèque Daniel-Rondeau, 4 rue Gabriel-Fauré, à Epernay. JUSQU’AU SAMEDI 7 DÉCEMBRE

EPERNAY LA NUIT Exposition de photographies, par Henri Thierry. À 9h30. Du lun. au sam. de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30 Office de Tourisme d’Epernay.

CONFÉRENCES SAMEDI 30 NOVEMBRE

MARCEL RUFO Conférence dans le cadre de «Regards croisés : transmission intergénérationnelle de la mémoire immigrée», suivie du spectacle de Tata Milouda. À 19h00. Le Salmanazar, Théâtre Gabrielle-Dorziat, place Mendès-France, Epernay Tél : 03 26 51 15 99.


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

LES HORAIRES

du 27 novembre au 3 décembre 2013

CINÉMA Le Palace 33 Bld Motte - 51200 Epernay

L’APPRENTI PERE NOËL ET LE FLOCON MAGIQUE Mer : 14H30 Jeu : 18H Ven :18H Sam :17H Dim : 10H30 Lun : 18H Mar : 18H THOR : LE MONDE DES TENEBRES Mer : 17H30 - 20H30 Jeu : 18H Ven :21H Sam :20H - 22H30 Dim : 15H - 20H Lun : 18H - 20H30 CAPITAINE PHILLIPS Mer : 17H30 (VF) Jeu : 14H30 (VF) - 18H (VO) - 20H30 (VF) Ven : 21H (VF) Sam : 20H (VF) - 22H30 (VO) Dim : 17H30 (VF) - 20H (VO) Lun : 18H (VO) - 20H30 (VF) Mar : 14H30 (VF) - 18H (VO) - 20H30 (VF) IL ETAIT UNE FORET Mer : 14H30 Jeu : 20H30 Ven : 18H Sam :14H30 - 17H Dim : 10H30 - 17H30 Mar : 18H - 20H30 HUNGER GAMES L’EMBRASEMENT Mer : 14H30 - 17H30 - 20H30 Jeu : 14H30 - 20H30 Ven :14H30 - 18H - 21H Sam :14H30 - 17H30 - 20H30 Dim : 10H30 14H30 - 17H30 - 20H30 Lun : 14H30 - 20H30 Mar : 14H30 20H30 LES GARÇONS ET GUILLAUME A TABLE ! Mer : 14H30 - 17H30 - 20H30 Jeu : 14H30 - 18H - 20H30 Ven :18H - 21H Sam :14H30 - 17H - 20H - 22H30 Dim : 10H30 15H - 17H30 - 20H Lun : 18H - 20H30 Mar : 18H - 20H30 LA MARCHE Mer : 14H30 - 17H30 - 20H30 Jeu : 14H30 - 18H - 20H30 Ven :14H30 - 18H - 21H Sam :14H30 - 17H - 20H - 22H30 Dim : 10H30 - 15H - 17H30 Lun : 14H30 - 18H - 20H30 Mar : 14H30 - 18H - 20H30 - 20H ROBERT SANS ROBERT SEANCE UNIQUE MERCREDI 27 NOVEMBRE A 20H30 EN PRESENCE DE LA REALISATRICE CLEMENTINE YELNIK TARIF UNIQUE : 5,00 € AMAZONIA Mer : 14H30 - 17H30 - 20H30 Jeu : 18H Ven :14H30 - 18H - 21H Sam :14H30 - 17H - 20H - 22H30 Dim : 10H30 - 15H - 17H30 - 20H Lun : 14H30 - 18H - 20H30 Mar : 14H30 - 18H - 20H30 LA REINE DES NEIGES AVANT PREMIERE DIMANCHE 1er DECEMBRE A 15H

LE GROS PLAN

Patrick Vanlanghenhoven

Genre: Comédie Dramatique Pays: France Durée: 2h Réalisateur : Nabil Ben Yadir Acteurs: Olivier Gourmet, Tewfik Jallab, Vincent Rottiers. En 1983, dans le quartier des Minguettes, reconnu pour ses troubles dans une France où le racisme et l’intolérance, comme aujourd’hui apparaissent pour certains de bon ton, trois jeunes décident de dire « assez !» Ils partent d’une échauffourée de trop où Mohammed se retrouve blessé. Dans l’esprit de la marche pacifique du sel de Gandhi, Mohammed, Farid, Sylvain, aidés du Père Dubois de la paroisse, se lancent dans une idée folle, La marche. Des bidonvilles de Marseille en passant par Lyon et Dreux, ville sous tension, ils arriveront à Paris la capitale. Ils ignorent encore que la noble idée s’avère très difficile à monter, mais qu’importe, leur pacifisme déplacera des montagnes. Le groupe part restreint, les quatre organisateurs, Mounia et sa tante, une photographe lesbienne et Yazid. Ce dernier trouve dans la marche un point d’accroche à une vie qui se perd. Nous connaissons le résultat face à une France hostile à l’immigration, la vraie France de la tolérance lui répond ! Nabil Ben Yadir construit un film initiatique, car La marche c’est avant tout la construction de trois individus et d'autres qui les rejoindront. C’est aussi, face à cette France hostile à l’immigration, une autre plus tolérante, rattachée aux idéaux de la Révolution française, l’égalité pour tous et l’enrichissement par la différence. Le film oscille entre rire et larmes, entre actes de bravoure et odieux comme ces nazillons traçant une croix gammée dans le dos d’un personnage. Nabil Ben Yadir réalise à la fois un film profond où la réflexion nous interroge de nouveau dans un climat nauséabond sur comment je vois l’Autre. Nous sommes entre réalité et fiction, il rajoute des éléments pour souligner le discours. À l’heure où certains hésitent, La marche nous rappelle tout le chemin parcouru et celui qu’il reste encore à faire. Ne nous laissons pas berner par le chant des sirènes, un loup reste toujours un loup. Découvrez les sorties de la semaine sur www.cine-region.fr, notre chronique le mercredi de 17h50H à 18H30, et chaque matin à 8h45 sur France bleu Champagne.

rire ! u o f e d h 2

É L U

Genre: Documentaire Pays: France Durée: 1h23 Réalisateur : Thierry Ragobert. Un jeune singe capucin élevé en captivité, rescapé d’un avion échoué en Amazonie, doit réapprendre la vie sauvage. Tout le propos réside dans cette question : peut on retourner à la sauvagerie quand on à connu le collier doré, le tout sur fond de découverte d’une forêt qui ne pardonne pas. Sans être du niveau des production de Jacques Perrin ou de la BBC, nous passons un agréable moment.

Amazonia

La marche

NN

A

LA SÉLECTION

Genre: Drame Pays: France Durée: 1h42 Réalisateur : Philippe Claudel Acteurs: Daniel Auteuil, Kristin Scott Thomas, Leïla Bekhti. Paul, neurochirurgien, et sa femme filent une vie ordinaire sans heurt qui semble contenter chacun. Celle-ci vole en éclat quand ils croisent la route d’une jeune fille, Lou, et que des bouquets de roses se retrouvent devant leur porte. C’est l’heure où les secrets de famille annoncent l’hiver du couple. Après Tous les soleils, le réalisateur confirme son talent pour l’étude de la famille.

Avant L’hiver

Hunger Games L'embrasement

Genre:S.F Pays: USA Durée: 2h26 Réalisateur : Francis Lawrence Acteurs: Jennifer Lawrence, Liam Hemsworth, Josh Hutcherson. Katniss pensait vivre son statut de vainqueur sans problème, mais la révolte gronde. Pour la calmer, rien de mieux qu’une tournée des héros légendaires. Quand elle attise encore plus la flamme, le président, en bout de course, décide l’expiation, des Hunger games où les vainqueurs remettent leur titre en jeu. Katniss s’en sortira-t-elle une seconde fois ? Pour une fois, c’est un film de teenagers intelligent, sombre et bien construit.

CIRQUE DE MOSCOU SUR GLACE

REIMS Salle René Tys - Jeudi 5 décembre à 20h

EPERNAY Palais des fêtes - Mardi 10 décembre à 18h et 21h

CLAUDE VANONY

TAISSY Centre d'animation - Vendredi 14 février à 20h30

30 patineurs 300 costumes La magie du cirque La féerie de la glace

CHALONS EN CHAMPAGNE Maison des syndicats - Samedi 15 février à 20h30 MONTMIRAIL Salle roger perrin - Dimanche 16 février à 15h

RESERVATIONS : office de tourisme de CHALONS, MONTMIRAIL, la petite boulangerie à TAISSY, la fournée d'hugo à REIMS ET RESEAU CORA FNAC LECLERC CARREFOUR AUCHAN GEANT CULTURA SUPER U ticketnet.fr

RENSEIGNEMENTS : 06 80 70 77 78


N°242 du 29 novembre au 5 décembre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

« La Banque Alimentaire agit tous les jours pour les démunis »

Gérard Signoret - Président de la Banque Alimentaire de la Marne

Président de la Banque Alimentaire de la Marne depuis 2010, Gérard Signoret doit à la fois gérer l’action quotidienne de la structure auprès des associations d’aides aux démunis, ainsi que l’organisation de la collecte annuelle de denrées dans les supermarchés, qui aura lieu cette année vendredi 29 et samedi 30 novembre.

vec ses 50 bénévoles et ses 7 salariés, la gestion de la Banque Alimentaire de la Marne se fait de manière très professionnelle. « Avec les entrées et les sorties de stock à gérer de manière quotidienne, on est obligé

A

Une action quotidienne de travailler comme une véritable entreprise », explique Gérard Signoret. Arrivé en 2010 au poste de président, lui et sa nouvelle équipe ont entrepris de développer cette structure implantée dans le département depuis 1987. « Notre

Gérard Signoret (en vert) et son équipe ont contribué à l’élargissement de la surface de stockage de la Banque Alimentaire de la Marne, qui dispose désormais à Reims de deux entrepôts de 1400 m2 au total afin d’y entreposer les denrées qu’elle reçoit. © l'Hebdo du Vendredi

rôle est de collecter de grandes quantités de produits alimentaires, les trier et les stocker pour ensuite les redistribuer auprès de 35 associations partenaires venant en

aide aux démunis ». On y trouve entre autres des épiceries sociales, différentes antennes de la Croix Rouge, ou un certain nombre d’organisations de solidarité reli-

Repère Aujourd’hui âgé de 64 ans et retraité, Gérard Signoret a auparavant travaillé comme directeur commercial dans une société de transport de messagerie (le Sernam). C’est au sein de cette société qu’il fait la connaissance de Jean Doucet, l’ancien président de la Banque Alimentaire de la Marne, auquel il succède en 2010. Déjà très impliqué dans le domaine du bénévolat (club de foot, radio associative), il se retrouve à la tête d’une structure déjà bien implantée dans le département, qu’il va entreprendre de faire progresser avec une nouvelle équipe très active. Parmi ses actions, il va mettre en place un nouveau système informatique plus performant pour gérer les réserves alimentaires, et augmenter la taille des locaux pour répondre aux besoins de plus en plus importants en termes de surface de stockage.

gieuse. « Celles-ci doivent obéir à un certain nombre de critères, comme le respect des normes de sécurités et d’hygiène, ne pas faire de prosélytisme, avoir des travailleurs sociaux, ou participer à la collecte », précise Gérard Signoret. En tout, ce ne sont pas moins de 1 700 tonnes par an qui sont collectées et redistribuées, soit l’équivalent de 3 400 000 repas. Un travail de gestion important qui nécessite des ajustements permanents. « On a dû prendre en compte l’évolution des normes d’hygiène des aliments, ou développer notre système informatique. » Des problèmes que le responsable a abordé avec son équipe en mettant à profit son expérience passée comme directeur commercial au sein d’une société de transport. « C’est comme devoir gérer une petite société, avec tout de même un peu moins de stress. » Malgré son rôle quotidien dans la distribution de l’aide alimentaire, l'association reste néanmoins une structure moins connue du grand public que d’autres. Il faut dire que celle-ci ne sollicite l’aide de la population qu’une fois par an, lors d’une opération de collecte nationale. Habillés de leur gilet orange caractéristique, pas moins de 1 800 bénévoles seront ainsi présent ce week-end devant une soixantaine de magasins dans la Marne, afin de récolter des denrées non périssables plus difficiles à obtenir auprès des magasins en temps normal (petits pots pour bébés, confitures, conserves de poisson, chocolat, huile, café…). « Pendant ces deux jours, on récolte environ 120 tonnes de pro-

duits alimentaires », note Gérard Signoret. Et si ça ne représente que 7% de ce que l’on récolte sur une année, cette opération reste indispensable pour nous ». La Banque Alimentaire se fournit en effet en majorité auprès de la grande distribution, de l’industrie et producteurs locaux, de l’Etat, ou de l’Union européenne. « Dans tous les cas, il s’agit de nous fournir directement des produits, et non de faire des dons financiers. On reçoit quand même des subventions, qui nous permettent de couvrir nos frais de gestion. Et les associations demandent aux gens qui vont bénéficier des produits récoltés une participation symbolique, qui leur permet de participer à notre fonctionnement. Un geste qui permet d’être dans la solidarité, et pas dans la charité. » Si pour l’instant la Banque Alimentaire de la Marne parvient à remplir son rôle, Gérard Signoret se montre tout de même inquiet pour l’avenir. « Avec la conjoncture économique actuelle, et alors que le nombre de personnes à aider est en augmentation, les subventions et les produits récoltés sont à la baisse. » Conséquence : le risque de voir les paniers alimentaires diminuer. « On continue à étendre nos partenariats pour éviter ça. L’idéal serait de pouvoir mutualiser nos moyens avec ceux d’autres structures similaires qui ne travaillent pas avec nous, comme les Restos du Cœur ou le Secours Populaire. Mais cela ne semble malheureusement pas près de se faire dans l’immédiat… »

Mathieu Carré

L’horoscope de l’hebdo BÉLIER du 21.03 au 20.04 Un puissant vent de liberté vous poussera à l’évasion et vous donnera envie de briser vos chaînes. Il est peut-être temps d’affirmer vos convictions et de calmer vos angoisses, c’est ainsi que vous avancerez.

TAUREAU du 21.04 au 20.05 Vous serez souvent partagé (e) entre les nécessités du quotidien et vos projets. Dans ces circonstances, il vous sera difficile de tout concilier. Surtout, gardez confiance, même face aux difficultés.

GÉMEAUX du 21.05 au 21.06 La chance tape à votre porte, ouvrez-lui et accueillez-la à bras ouverts. Votre moral sera au top, votre vie sentimentale plus que satisfaisante. Au travail, de nouveaux contacts et des échanges fructueux seront au programme.

CANCER du 22.06 au 22.07 Vous devrez assumer vos choix et en accepter les conséquences, malgré les frustrations que cela peut comporter. Seule une attitude résolument positive, et une prise de recul vous permettront d’avancer.

BALANCE du 23.09 au 22.10 Vous ferez de nouvelles et intéressantes rencontres. Ce qui vous ouvrira des perspectives larges de développement. L’accent devra être mis sur vos priorités.

CAPRICORNE du 23.12 au 20.01

LION du 23.07 au 22.08 Ne vous renfermez pas sur vous-même, et cessez de garder en permanence pour vous seul (e) vos bons ou mauvais sentiments. Cela vous met inutilement sous tension. Carpe diem !

SCORPION du 23.10 au 22.11 Ne précipitez pas les choses, mais profitez de l’occasion d’un compromis pour résoudre définitivement les problèmes qui vous suivent depuis longtemps.

VERSEAU du 21.01 au 19.02

VIERGE du 23.08 au 22.09 Vos initiatives seront particulièrement fécondes en cette fin de mois. Gardez-vous de vous laisser dépasser par votre enthousiasme. En cas de difficultés, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous-même.

SAGITTAIRE du 23.11 au 22. 12 Saisissez sans hésiter les opportunités qui s’offriront à vous, même si elles ne correspondent pas exactement à vos attentes du moment. Elles vous permettront de consolider votre situation.

POISSONS du 20.02 au 20.03

Un vent nouveau se lève sur votre vie personnelle. Vous êtes sur une bonne lancée, le tout sera d’y croire. Vos idées seront fertiles et votre entourage professionnel sera accommodant. C’est une période de recul et de réflexion qui doit vous permettre de corriger certains de vos défauts, et porter de très beaux fruits dès le mois de Décembre. Même si différents aspects de votre vie conservent une part d’incertitude, les évolutions qui y seront progressivement apportées seront globalement positives. Restez donc confiant(e) et cultivez la sérénité. Benoit MELVHILLE


L'Hebdo du Vendredi, Epernay #242  

Semaine du 29 novembre au 5 décembre 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you