Page 1

UMP : les leaders marnais font face P.9

Pôle métropolitain : Les Fééries de Noël le G10 part arrivent avec leurs à huit P.7 surprises P. 8 e p e r n a y . l h e b d o d u v e n d r e d i .

Salmanazar Miche et Drate se posent des questions P. 23

c o m

É D I T I O N É P E R N A Y JOURNAL GRATUIT D’INFORMATION N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Football Stade de Reims : Brest pour se relancer P. 14

ATOL CARREFOUR *

Remise en caisse

*

13 quai de Marne - ÉPERNAY *

et clips interchangeables

Commerce

Quand les panneaux « à louer », « bail à céder », fleurissent sur les murs des rues du centre-ville de Châlons, à Epernay, le commerce d'hyper-centre est lui florissant. Qu'est-ce qui explique cette différence ? Quelle est la part du commerce de périphérie ? Quel est le poids de l'action publique ? Décryptage P. 4 et 5

© l'Hebdo du Vendredi

Mon petit centre-ville ne connait pas la crise


2x

H umeurs ÉDITO

xPendant ce temps-là... Cette semaine, l'actualité a été focalisée sur l'élection du président de l'UMP et le psychodrame joué en direct sur les chaînes info, internet, les radios. Dans les rédactions des journaux de presse écrite, comme à l'Hebdo, forcément c'est compliqué. On interviewe les responsables politiques locaux, on les fait réagir, mais deux heures plus tard, il faut se mettre à jour. Alors on rappelle, et puis encore, et encore... Tout en s'occupant du reste, parce qu'il n'y a pas que la guerre des chefs qui compte, quand même. L'actualité du plus grand parti de France redevenu la droite la plus bête du monde, pour remettre au goût du jour une expression déjà vieille, a franchement éclipsé le reste. Les 169 morts à Gaza et puis le cessez-le-feu, Sarkozy chez le juge, l'enlèvement d'un ressortissant français au Mali, le mariage pour tous a aussi été relégué loin, la visite de Christiane Taubira en Corse, la contre-offensive d'Orange sur internet, la guerre des chefs à SciencesPo... et, surtout (!), la décision prise par l'Église anglicane : les évêquesses, comprenez les évêques femmes, c'est pas pour tout de suite. Le nouvel archevêque de Canterbury a rassuré tout son monde, y compris le Premier ministre qui s'était ému de ce rejet, l'Église anglicane finira par ordonner des femmes évêques.

Tony Verbicaro

La météo Vendredi

4° 9°

Dimanche

Samedi

8° 11°

Lundi

Qualité de l’air Vendredi 23 novembre

Samedi 24 novembre

5° 11° 6° 11°

Dimanche 25 novembre

3

Bonne

L’indice varie de 1 – très bonne qualité de l’air à 10 – très mauvaise qualité de l’air.

L’hebdo du ve ndredi édité par la SARL B2M Editions Journal hebdomadaire gratuit d’information locale Siège social : 195, rue du Barbâtre à Reims

T él. 03 26 3 6 50 13 E-mails : Rédaction : redaction@lhebdoduvendredi.com Publicité : publicite@lhebdoduvendredi.com Newsletter : newsletter@lhebdoduvendredi.com Directeur de la publication : Frédéric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com) Journalistes : Julien Debant, chef d’édition Reims (julien.debant@lhebdoduvendredi.com) Tony Verbicaro, chef d’édition Châlons/Epernay (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com) Aymeric Henniaux (aymeric.henniaux@lhebdoduvendredi.com) Responsable commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com) Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com) Administration : Martine Bizzarri - Infographiste : Anne Rogé Parution le vendredi matin Imprimé par IPS à Amiens

w ww.l hebd oduve ndre di .co m

Les semaines sont courtes...

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Le chiffre 2

C'est le nombre de club marnais qui se sont qualifiés le week-end dernier pour le 8e tour de la Coupe de France de Football. En effet, alors que le Stade de Reims entrera dans la compétition lors des 32e de finale, programmées en janvier prochain, Reims Sainte-Anne et Vitry-leFrançois, respectivement engagés en Division Honneur et 1ère série Marne, poursuivent leur bonhomme de chemin. Les Rémois ont éliminé Chantilly (Division Honneur) tandis que les Vitryats ont réussi un exploit en se qualifiant aux dépens de Marly (Promotion Honneur). Lors du tirage au sort qui s'est déroulé mercredi, les deux représentants de la Marne ont touché le gros lot. Rendez-vous donc dimanche 9 décembre, avec pour Reims Sainte-Anne la réception de Caen, actuel 3e de L2, et pour le petit poucet Vitryat la venue de Boulogne, 6e de National ! Qu'on se le dise, la magie de la Coupe de France opère toujours.

Coup d'œil sur le monde xLa bonne planque Deux bloggeurs américains très populaires aux USA, Frugal Dad et The Simple Dollar viennent de publier un classement des meilleurs endroits où cacher son argent chez soi, dans le cas où d'éventuels cambrioleurs souhaiteraient venir le dérober. Bien sûr, il reste l'incontournable et tout aussi infaillible coffre-fort, qui a dissuadé plus d'un individu mal intentionné. Pour le reste, pas besoin de dissimuler ses biens précieux dans la chasse d'eau ou sur une armoire, mais préférez plutôt le frigo, où argent et bijoux seraient soigneusement emballés dans du papier aluminium. Autre astuce : la chambre des enfants où, c'est prouvé, les voleurs n'entrent que très rarement. Pensez aussi à la bibliothèque, glissant les liasses de billets entre les pages d'un livre, au jardin ou encore dans le lieu peut-être le plus improbable : le carton de décorations de Noël. xL'hormone miracle ? Messieurs, vous connaissiez déjà la célèbre petite pilule bleue, capable de rappeler à ce qui se trouve au bas de votre milieu que malgré le poids des années, ce dernier était toujours capable de travailler, et bien vous découvrirez bientôt une autre pilule, capa-

ble, elle, de vous tenir à distance de toute tentation féminine, autre que votre douce moitié. Ce sont ces dames qui vont être contentes... Des chercheurs de l'université de Bonn en Allemagne affirment en effet que l'ocytocine, une hormone naturelle déjà utilisée dans plusieurs médicaments, aurait pour autre vertu de faire garder aux époux une plus grande distance avec une femme inconnue, et concourrait ainsi à les rendre plus fidèles. Chez les hommes célibataires, l'hormone en question, une fois administrée, n'a eu en revanche aucun effet. xNos ancêtres ces savants Dure réalité que celle affirmée dans une récente étude américaine, affirmant que le pic de l'intelligence humaine aurait été atteint il y a 2 000 à 6 000 ans, soit entre l'an 0 et - 4 000. Depuis en effet, nos facultés cérébrales n'auraient cessé de se réduire, la faute vraisemblablement à une mutation trop rapide de nos gênes. Ainsi, les chercheurs de l'université de Standford à l'origine de l'étude affirment que « si un citoyen moyen de l'époque d'Athènes de 1 000 av. J.-C venait à apparaitre parmi nous, il figurerait parmi les plus brillants et les plus vifs intellectuellement de nos collègues et com-

pagnons. » Plus alarmiste, d'ici 3 000 ans, soit dans 120 générations, les mutations génétiques supplémentaires pourraient finir par nuire sérieusement à notre stabilité intellectuelle et émotionnelle. Ça promet ! xCurieux butin Un voleur thaïlandais de 48 ans vient d'être arrêté à Bangkok pour une série de cambriolage peu ordinaires. Car en plus des classiques bijoux et argent ce sont des milliers de petites culottes que les policiers ont retrouvé au domicile de l'individu. Car celui-ci, outre son activité de cambrioleur, est également collectionneur aux déviances fétichistes et avait, d'après les enquêteurs, accumulé autour de 5 000 modèles de culottes depuis des années ; d'une valeur (ajoutée à celle des bijoux qu'il venait en outre de voler quelques jours auparavant) frôlant tout de même les 250 000 euros. Interrogé, le principal intéressé assure, lui, disposer de 10 000 sous-vêtements, entreposés à son domicile et celui de son épouse, par ailleurs complètement au courant de son obsession et n'hésitant pas à l'occasion, à faire son marché parmi les dernières « acquisitions » de son mari.

...Vivement la semaine prochaine !

43, rue des Blancs Monts CORMONTREUIL derrière CORA 03 26 24 25 13


4x

ossier commerce D

w w w. l h eb d o d u ve n d re d i. com

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

De l'alchimie entre centre-ville et périphérie

Si ce n'est la Marne, Châlons-en-Champagne et Epernay n'ont pas grand-chose en commun. Deux fois plus d'habitants dans la ville préfecture, mais pouvoir d'achat plus élevé dans la capitale du champagne ; redoublement d'efforts pour attirer les touristes à Châlons, tourisme naturel lié à la production de champagne à Epernay... L'autre différence qui saute aux yeux quand on se promène dans les rues de l'hyper-centre des deux villes, c'est le nombre de pas de porte de commerçants au rideau baissé ou à louer. Beaucoup, beaucoup trop à Châlons. Quasiment pas à Epernay. Qu'est-ce qui l'explique ?

À Châlons

Un comité stratégique transversal pour trouver des solutions

xIl y a quelques semaines, le maire de Châlons, évidemment conscient de la situation, a annoncé la mise en place d'un comité stratégique pour développer le commerce de centre-ville. Présidé par Jean-Louis Devaux, adjoint au commerce, le comité réunit plusieurs élus, de la majorité et de l'opposition, et des représentants de l'UCIA, de la CCIT et de la Chambre des métiers. « Nous cherchons à avoir une démarche transversale, explique Jean-Louis Devaux, parce que le commerce concerne de nombreux domaines de l'action publique. » Au cours de la première réunion du comité stratégique, le 29 octobre dernier, l'état des lieux a été dressé. « On sait très bien que quand, dans les années 90 (sous la mandature de Jean Reyssier, ndlr) 70 boutiques ont pu ouvrir à la galerie commerciale de Carrefour CroixDampierre, un deuxième centre-ville a été créé. Ce n'est plus la question aujourd'hui », poursuit l'adjoint. On peut poser la question du développement conséquent des zones d'activités à Voitrelle et aux Escarnotières. « Sans développer ces zones, poursuit Jean-Louis Devaux, on aurait perdu de grandes enseignes qui ne pouvaient pas s'ins-

xLes

taller en coeur de ville. Mais là, c'est fini, il n'y a plus d'extension possible, c'est muselé. » Le comité stratégique va organiser sa réflexion autour de quatre axes : le cadre urbain (stationnement, transports publics, propreté, sécurité...), la communication et la stratégie d'accueil, l'immobilier commercial et la vie en coeur de ville. En ce qui concerne le cadre urbain, on ne peut pas reprocher à Châlons ne pas rénover ses rues, d'embellir la ville. Côté communication, l'accent sera encore plus porté sur la mise en avant du patrimoine, point fort du centre-ville. « On a aussi évoqué la communication, sous la forme d'une marque ombrelle, au titre de la communauté d'agglomération (réflexion en cours sur l'identité du territoire châlonnais ; la communauté d'agglo pourrait changer de nom en janvier lors son prochain élargissement, ndlr), c'est transversal. Sur l'immobilier, nous avons un état des lieux, une sorte de bourse des locaux vides, mais il faut encore connaître l'état de tout ça, pour savoir quoi proposer à qui. » Dans le centre-ville de Châlons, la Galerie de l'Hôtel de Ville (GHV) est gérée par un opérateur privé, Altaréa. « Nous voulons les associer à notre démarche, nous voulons aller plus loin,

chiffres qui disent (un peu) le contraire

En février dernier, la CCI de Reims et Epernay a publié une étude des flux d'achat dans le département de la Marne sur la période 2008-2011. L'étude indique que les grandes surfaces marnaises gagnent encore des parts de marché aux dépends du commerce de moins de 300 m 2. Il y apparaît que 79% des dépenses sont réalisées dans les grandes surfaces (contre 73% en France), et une baisse de 3% de parts de marché pour les commerces de moins de 300 m2. Le poids des grandes surfaces apparaît dominant dans chacune des familles de produits à l'exception de la famille « hygiène, santé, services ». Dans cette famille, 48 % des achats sont réalisés dans les commerces de moins de 300 m 2.

Châlons : le centre-ville se maintient Le chiffre d'affaires de l'agglomération de Châlons-en-Champagne augmente de 7% entre 2008 et 2011 (33 millions d'euros supplémentaires). Si on regarde plus finement, on remarque quelques changements dans la hiérarchie des pôles : les pôles Croix-Dampierre, Voitrelle, Escarnotières et Mercuriales situés au sud de l'agglomération représentent 52% du CA. Cependant, Croix-Dampierre a une évolution de part de marché négative (-2%). Le deuxième pôle commercial, le centre ouest à Fagnières, augmente sa part de marché de 2% pour atteindre 22 %. Le centre-ville de Châlonsen-Champagne se maintient (-1%), il contribue à hauteur de 9,5% au chiffre d'affaires de l'agglomération, passant cependant de la troisième à la quatrième place au classement des pôles commerciaux. L'étude note également une baisse de l'emprise des pôles de proximité au profit des autres pôles de l'agglomération.

Epernay : le commerce de centre-ville baisse légèrement Le chiffre d'affaires de l'agglomération d'Epernay augmente de 11% entre 2008 et 2011. Cette évolution s'explique principalement par le renforcement de l'offre commerciale sur les communes de Pierry et de Dizy. La commune de Pierry génère 37,5% du chiffre d'affaires de l'agglomération (stabilité depuis 2008), elle reste ainsi le pôle majeur de l'agglomération. Même si sa contribution dans le chiffre d'affaires total reste inchangée, son chiffre d'affaires a augmenté de 13 %. 22 % du chiffre d'affaires est réalisé sur le pôle quartiers nord d'Epernay, stable depuis 2008. La commune de Dizy génère également 22% du chiffre d'affaires (+ 2 points par rapport à 2008). Cela s'explique par l'extension de l'hypermarché E. Leclerc. Le centre-ville d'Epernay contribue à hauteur de 14,5% du chiffre d'affaires de l'agglomération ; soit 2,5 points de moins qu'en 2008, expliqué par le développement de l'offre commerciale sur Dizy et Pierry. Enfin le pôle quartiers sud d'Epernay gagne un point dans sa contribution au chiffre d'affaires de l'agglomération.

Des locaux vides rue de Marne, mais pas dans la Galerie de l'Hôtel de Ville © l'Hebdo du Vendredi

trouver les moyens d'intervenir, de notre côté, quand une cellule est vide, pour y installer un indépendant ou une boutique éphémère, entre deux locataires », explique Jean-Louis Devaux. Est-ce que Châlons se laissera tenter par le droit de préemption, comme c'est le cas à Epernay ? « Ça fera partie des sujets à étudier dans l'axe immobilier d'entreprise. L'idée, c'est surtout de favoriser le bon emplacement pour le bon commerce. Ça peut être un outil pour réunir plusieurs cellules difficiles à promouvoir afin d'en faire un seul bon endroit, plus grand, plus facile à « vendre » Pourquoi pas. Avec tous les acteurs du comité stratégique, avec l'expertise professionnelle de la CCI, de l'UCIA, on est

plus compétent. » Au comité stratégique, tout le monde a convenu qu'il fallait commencer par communiquer positivement sur le centre-ville. «  Tous l'ont dit, dorénavant, les discours seront positifs. Il faut souligner la bonne volonté de chacun des membres. Le leitmotiv, c'est vive le centre-ville ! », conclut Jean-Louis Devaux, qui devra tout de même faire avec l'opposition, en particulier de Gérard Berthiot, numéro un socialiste au conseil municipal, qui, dans le bulletin municipal Le Fil du Mau de décembre, évoque la première réunion du comité : «  La majorité municipale a dressé un constat que l'on peut caractériser d'accablant. C'est un véritable aveu d'échec ! (...) »

À Epernay

Une politique interventionniste qui porte ses fruits xÀ Epernay, la ville se mêle du commerce et c'est presque historique. « Nous sommes plutôt interventionnistes, par exemple, nous utilisons le droit de préemption, explique Franck Leroy, le maire. » Pas n'importe comment, évidemment, mais pour éviter les doublons. «  Nous préemptons un local à céder en ville quand on sait que, par exemple, une banque est sur les rangs alors qu'il y a déjà une banque à proximité. Dans certains cas, nous avons attendu plusieurs mois, refusé plusieurs offres avant d'obtenir la bonne.  » Une stratégie du bon commerce au bon

endroit. « Nous avons fait en sorte d'éviter les doublons, et ça permis à certains types de commerces de se réinstaller alors que telle ou telle offre avait disparu. » Le maire reconnaît que le centre-ville sparnacien s'adresse plutôt à une population à relativement fort pouvoir d'achat. Un exemple l'illustre parfaitement : la présence d'un Monop'. Epernay est la plus petite ville de France qui compte cette enseigne dans son coeur de ville. Et les noms des franchises installées récemment confortent l'idée : Carrefour City, Jules, Naf Naf, Tape à l'oeil,


5x

w w w. l h eb d o d u ve n d re d i. com

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Ce qu'en pensent les commerçants À Châlons

La zone commerciale de Dizy, second pôle sparnacien, en chiffre d'affaires. © l'Hebdo du Vendredi

Caroll, Ddp... Dans une ville de 26 000 habitants, c'est rare. En 2012, 23 commerces ont ouvert sur le territoire et quatre ont été repris. « Les fermetures sont en général liées à des départs en retraite. Pour raisons économiques, c'est rare.  » Et la boulangerie du quartier Méditerranée, qui a déposé le bilan il y a quelques mois, devrait rouvrir dans le courant du premier trimestre 2013. En périphérie, c'est-à-dire dans les zones commerciales de Dizy et Pierry, la ville d'Epernay a eu son mot à dire également, intercommunalité et bassin de population obligent. «  Nous avons fait en sorte que le commerce de biens aux personnes, le commerce de bouche, reste en ville  », poursuit Franck Leroy. En périphérie, on trouve la grande distribution, les activités liées à la maison ou à l'automobile, quelques discounters, mais pas de boutiques de vêtements, par exemple. Evidemment, Epernay a aussi réalisé son lot de travaux nécessaires à la rénovation et l'embellissement de la ville, comme la nouvelle place Bernard-Stasi qui a succédé à la place des Arcades. Ce n'est pas que le nom qui a changé. Les propriétaires ou gérants de fonds de commerce ou les artisans qui souhaitent rénover leur façade ou réaménager leur point de vente ou le sécuriser peuvent obtenir une aide de la Ville et de l'Etat dans le cadre de l'Opération urbaine d'hyper-centre. Les candidats doivent présenter un chiffre d'affaires annuel inférieur à un million d'euros. Près de 230 commerces peuvent y prétendre. Enfin les relations entre politiques et commerçants sont globalement bonnes. « La ville est petite, tout le monde se connaît, ça facilite les choses  », explique Jacques Fromm, adjoint au maire chargé du commerce. L'époque où chacun, élus et commerçants, était derrière les sacs de sable, c'est terminé ! Maintenant, on est dans la confiance réciproque.  » En 2005, la Ville a créé un service Commerce et artisanat. Composé de trois personnes, le service assure l'interface entre les commerçants-artisans et la Ville et organise les manifestations de centre-ville, en lien avec les Vitrines d'Epernay, l'association de commerçants. Dernière initiative, L'Echo des Boutiques, mis en place en 2012. Il s'agit d'un support de communication de proximité, imprimé à 800 exemplaires. Ce quadrimestriel, dont le premier numéro est paru en mai, évoque, avec les commerçants, les problématiques de leur métier, l'actualité de la ville, les dates à retenir...

Tony Verbicaro

xBien loin du centre-ville, les commerçants de la Galerie CroixDampierre et de Voitrelle s'accordent à dire que s'implanter en périphérie, ça a du bon. Marie Schmitt, gérante de Carador Bijouteries, a travaillé en ville avant de rejoindre la galerie. « Il y a plus de monde ici et c'est naturel : les clients ont tout sur place, c'est chauffé, et le parking est gratuit ! A l'époque, on trouvait en centre-ville des marques connues. » Un peu plus loin, chez Énergy, Valérie Didon semble du même avis. « On accueille des clients qui viennent de Vitry, Saint-Dizier, Épernay et Reims, et qui préfèrent clairement Croix-Dampierre au centre-ville. » Il y a douze ans, Robert Parjoie décidait d'exporter les Techniciens du Sport à Voitrelle. « Pour le gain de place, et parce que le centre-ville commençait à perdre de sa notoriété. Aujourd'hui, s'y installer implique plus de charges et de contraintes qu'en périphérie ». Qu'en pensent les commerçants du centre-ville ? « Il a de moins en moins de magasins attractifs rue de Marne, d'où cette désertification », analyse Gabriel Lochard, gérant d'Ambiances et Styles place de la République. « Ce à quoi s'ajoute la chasse incroyable des contractuels. Cinq minutes suffisent à être verbalisé ! Pourquoi ne pas envisager des arrêts gratuits cinq, dix minutes ou des disques ? A Chartres, ville préfecture et de taille équivalente à Châlons, trois immenses parkings sont situés en centre-ville. Résultat : ça grouille de monde. » Pour Christophe Willieme, responsable de Divine rue de Marne, et de deux autres magasins rue des Lombards, « l'accessibilité est là. Entre la GHV et les jards, il y a de quoi faire. Mais par les temps qui courent, les commerçants sont plus frileux à ouvrir de nouvelles boutiques. » Rue Léon Bourgeois, le manque de stationnement et d'animations reste le plus évoqué. « Tout s'arrête net au centre-ville. Auparavant, nous organisions des braderies sur toute la rue et la foire de la Saint-Martin arrivait jusqu'ici ! », se souvient Claudie Caruso de La Scarla, prêt-à-porter féminin. « Dès janvier, je m'installe rue Croix des Teinturiers. Je bénéficierai ainsi du passage et des animations du centre ». D'après Noël Roche, responsable de Studio Roche, la rue aurait aussi besoin d'être « humanisée. Nous n'avons pas besoin d'autant de largeur. On pourrait la fleurir davantage et y intégrer des parkings en épis. Les commerces disparaissent et ne sont pas remplacés, il faut y remédier ». Et Vanessa Cardinale, gérante de la pharmacie Saint Jacques, de suggérer : « Pourquoi ne pas prévoir un parking tout en haut de la rue, ou à l'ancienne école Joseph Servas par exemple ? »

Les affaires semblent marcher dans la Galerie Croix Dampierre, à Carrefour © l'Hebdo du Vendredi

La rue du général Leclerc à Epernay, où tous types de commerces se côtoient. © l'Hebdo du Vendredi

À Épernay

xEric Bonnet, le nouveau propriétaire du café-tabac-presse « Le Soleil » rayonne. Il cherchait depuis de longs mois un établissement à acheter dans l'hyper-centre... de Reims. « Je ne trouvais rien à ma convenance. Mon agent immobilier m'a proposé une piste à Epernay. Je n'ai pas hésité une seconde ! L'établissement est bien placé. Juste à côté de la halle Saint-Thibault et à deux pas du centre-ville. Il faut que je me fasse davantage connaître. Mais les premières semaines d'ouverture sont plutôt encourageantes », lance le commerçant qui a tenu pendant presque huit ans un café à Saint-Memmie. Eric Bonnet fait partie de cette nouvelle génération de commerçants qui dynamisent le centreville. Certaines enseignes ont disparu. D'autres viennent de s'installer et on assiste surtout à une petite « révolution » dans la diversité des activités proposées. Certains commerçants travaillent en partenariat. Un boucher avec un boulanger. Le même boucher avec un poissonnier. Avec la volonté de proposer des produits innovants et « Made in France » comme le « Prestige Burger » de la maison Puizon. Les métiers de bouche sont bien représentés. Dans la restauration, l'artisanat, les vins, créneau dans lequel chacun trouve sa place. « A Beaune, il y a une rue dédiée aux vins de Bourgogne. Je ne vois pas pourquoi il n'existerait pas la même chose à Epernay pour le champagne », commente un caviste récemment installé. D'autant que la présence de boutiques de vente de champagnes est une formidable vitrine pour les négociants et les vignerons de toute l'appellation. « Cela permet d'avoir une visibilité supplémentaire », commente un représentant. Le prêt-à-porter connaît une évolution comparable. En témoigne l'ouverture de nouvelles enseignes très complémentaires en termes de prix et d'articles. Pour les femmes, les enfants et les hommes avec un bon équilibre entre le haut de gamme et les produits à prix doux. « Le champagne est porteur. Quand on travaille dans une grande maison de négoce, il faut être bien sapé », lance un commerçant de la place Bernard-Stasi qui n'a jamais bougé de ligne. « Même si on sent la crise ; les consommateurs deviennent prudents. » Des initiatives privées sont à mettre à l'honneur, comme l'ouverture de la boutique de décoration « Second Life » qui organise de nombreuses expositions. Et fait des vernissages en partenariat avec des commerces de bouche locaux. « C'est du gagnant-gagnant. Il y a des gens qui ont des idées. Et ça marche », reconnaît un commerçant.

Sonia Legendre et Jean Batilliet


6x

S ociété

w w w. l h eb d o d u ve n d re d i. com

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Service civique volontaire

Six à douze mois pour trouver sa voie !

tation professionnelle », souligne Vanessa Cornet, directrice du service éducation et jeunesse de la ville. Parmi les nouveautés cette année : le service jeunesse recrutera lui-même des candidats afin de les faire participer à ses missions. « Ils ne seront pas lâchés dans la nature. Il y aura un encadrement, un accompagnement et une formation à la clé », explique Pierre Marandon. En alternance de leurs activités pour la collectivité, les volontaires bénéficieront de 24 heures hebdomadaires pour continuer des études, chercher un emploi, conduire une mission et même travailler. Chaque volontaire recevra une xIl n'est pas indispensable d'avoir de diplômes indemnité de 572 euros par mois comprenant pour faire un service civique volontaire à la une participation de 106 euros de la ville mairie d'Epernay. En revanche il faut être d'Epernay. Le reste étant pris en charge par l'amotivé. Créée à l'initiative de Martin Hirsch, gence de cohésion sociale et d'égalité des cette formule s'adresse à tous les jeunes de 16 à chances qui dépend de l'Etat. 25 ans volontaires et désireux de s'engager dans L'an passé, sept jeunes ont bénéficié de ce disune mission au service de la collectivité. « La positif. Six ont vu leur parcours déboucher sur ville s'est engagée dans ce une reprise de cursus scolaire Création processus lors du forum job ou un emploi. « 83% des 2011. 41 jeunes d'Epernay et de retrouvent une activité d'une photothèque jeunes son bassin ont témoigné de l'inou une formation grâce à ce municipale térêt pour ce service », comservice civique », précise mente Pierre Marandon, adjoint Vanessa Cornet, qui met l'acau maire chargé de la jeunesse et des sports cent sur la diversité des missions proposées. Le service civique est un bon marche pied vers La ville d'Epernay va ouvrir sept postes à partir l'emploi ou du moins l'acquisition d'une formade janvier 2013. « Le recrutement va se tion spécifique. « Il peut intéresser des persondérouler courant décembre afin d'avoir des cannes qui souhaitent faire une pause, un break ou didats opérationnels dès janvier 2013 », qui veulent confirmer la pertinence d'une orienexplique Pierre Marandon. Plusieurs secteurs

Les inscriptions pour le service civique volontaire sont lancées. La ville d'Epernay propose à des jeunes de 16 à 25 ans une mission encadrée et rémunérée dans l'un des ses services, pendant six à douze mois. Une initiative qui laisse la place notamment à la poursuite d'études et à la recherche d'emploi.

Jean Batilliet

Emilien, actuellement en service civique à la Ville d'Epernay. © Ville d'Epernay sont proposés : des missions sur l'éducation à la citoyenneté (une nouveauté), l'accompagnement des seniors afin d'entretenir des liens intergénérationnels actifs, des actions relatives à l'Agenda 21 et liées à la biodiversité, des missions à la Maison pour Tous et la programmation culturelle de Bernon dans le cadre de celle de la ville (festival Méli'Môme), des actions à

Conférence

Et le sommeil n'aura plus de secrets

Tout savoir sur le sommeil, pour mieux dormir. © Fotolia

xMieux comprendre le fonctionnement com-

plexe du sommeil, connaître les principaux éléments qui peuvent le favoriser ou le perturber,

apprendre à dédramatiser les périodes d'insomnie grâce à des astuces et bons plans simples à appliquer... autant de grandes thématiques qui préoccupent bon nombre de personnes et qui seront abordées durant la conférence proposée par le Pôle Animation Seniors de la Ville d'Epernay le jeudi 29 novembre prochain. A 10h30, elle se tiendra au Foyer Gallice (18, rue de Sézanne) et, à 14h30, elle aura lieu à la résidence pour personnes âgées André-Chenier (85, rue de la Cité). Plusieurs temps forts pour tout savoir sur le sommeil rythmeront l'animation deux heures durant. A partir d'un quizz comportant une dizaine de questions, chacun des participants sera invité à faire le point sur ses connaissances en matière de sommeil. Un jeu ludique sera proposé afin de comprendre ce qui favorise ou con-

l'épicerie sociale, sur la mise en place du tri sélectif à Bernon entre autres. « Les jeunes seront les ambassadeurs de la mission dont ils auront la charge », explique Vanessa Cornet. Parmi les nouveautés : la création d'une photothèque municipale qui devrait intéresser les amateurs de multimédia. Chaque jeune aura un tuteur et une réunion hebdomadaire permettra de faire le point avec lui. Les candidats vont bientôt être reçus. On va leur présenter leur mission qui fera l'objet d'une labellisation, une sorte d'attestation de formation. « Il est encore possible de poser sa candidature », précise Vanessa Cornet. Le recrutement se fera sous la forme d'un job dating.

trarie le bon déroulement du sommeil. Quelques conseils seront également donnés pour mieux dormir et récupérer plus rapidement son énergie, une vidéo sur les apports du sommeil sera projetée et quelques brochures d'informations seront distribuées. Enfin, parce que la manière d'appréhender le sommeil est différente d'une personne à une autre, des tests seront effectués afin que chacun puisse mieux se connaître. Cette conférence sera donc un moment privilégié pour toutes les personnes à la recherche d'un sommeil apaisé et réparateur, sans prise de médicaments.

Jonas Yvois

Animations gratuites. Inscription obligatoire auprès du Pôle Animation Seniors, au 03 26 54 54 19.

Inscriptions (réservées aux habitants d'Epernay) jusqu'au 18 décembre 2012. Renseignements au Point Info Jeunesse, 5, place Bernard-Stasi. Tél.- 03 26 53 54 70. Par mail : jeunes@ville-epernay.fr.

En Bref

xSTOP aux violences faites aux femmes À l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes, portée par l'ONU, le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) dédie plusieurs manifestations à cette cause. En France et en 2011, pas moins de 122 femmes sont décédées sous les coups d'un compagnon violent. Soit une femme tous les 3 jours. A u prorata de la population, la Champagne-Ardenne se classe quatrième région de France sur ce triste podium. Une conférence sera proposée au personnel de la Ville de Châlons, de Cités en Champagne et du CCAS ce vendredi 23 novembre, et une exposition s'installera jusqu'au 30 novembre dans la galerie de l'Hôtel de Ville (vernissage ouvert à tous ce vendredi à 18h30). A Reims, une marche est organisée le dim anche 25 novembre au quartier Croix Rouge (départ à 14h de la Maison de quartier Billard), suivie d'une déclamation de textes par la comédienne Chloé Debordes, et d'un lâché de ballons blancs en hommage aux femmes victimes de violences. Du côté d'Épernay, le film "We want sex equality" sera gratuitement projeté au cinéma Le Palace, jeudi 29 novembre à 19h30. Renseignements au 03 26 65 05 00.


7x

S ociété

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Pôle métropolitain

Le G10 part à huit

le démontre, le territoire du G10 existe, pas de façon administrative, mais comme un territoire vécu par ses habitants. On ne l'a pas inventé. » Les élus ont donc voté la constitution d'un pôle métropolitain, nouveau type d'intercommunalité proposée par la réforme des collectivités territoriales de décembre 2010. Il prendra la forme d'un syndicat mixte qui devra encore être approuvé par les conseils communautaires des différents membres. Et la grande nouvelle de l'assemblée générale de vendredi dernier, c'est que le G10 partira à huit, sans Laon, ni Châlons-en-Champagne. Les deux villes devraient rejoindre le pôle plus xTout d'abord, le rappel. Le G10 est l'association tard. Elles travaillent actuellement sur le passage des dix agglomérations (Reims, Sedan, en communauté d'agglomération, pour Laon, et à Charleville-Mézières, Rethel, Château-Thierry, son élargissement, pour Châlons. «  Châlons et Soissons, Laon, Epernay, Châlons-enLaon seront toujours associées aux avancées, touChampagne et Vitry-le-François) qui forment le jours représentées avant de venir officiellement territoire « vécu », par opposition au découpage dans le pôle métropolitain, poursuit Franck Leroy. administratif, de la zone d'influence de Reims. Si on attendait la dernière intercommunalité Comme le démontre l'étude Insee prête, on prendrait le risque de voir publiée le 16 novembre (lire par Châlons debout les choses évoluer d'ici 2014, 2015. ailleurs), toutes les villes dites pôles préfère y aller avec les premiers sur les freins On secondaires ont des liens privilégiés prêts, les autres suivront. » avec Reims, le pôle fort. « C'est un Si du côté de Laon la volonté de faire partie du geste politique fort sur un territoire qui a trop soupôle n'est plus à démontrer, et, donc, la décision de vent regardé passer les trains, explique Franck rentrer plus tard ne s'explique que par un probLeroy, maire d'Epernay et président de l'associalème de calendrier, à Châlons, l'agrandissement de tion G10. C'est une mesure qui permettra de conla communauté d'agglo n'est pas l'unique raison. trer l'évolution démographique. L'étude de l'Insee

Vendredi 16 novembre en assemblée générale à Château-Thierry, les représentants des agglomérations membres de l'association G10 se sont prononcés favorablement pour constituer un pôle métropolitain. Le pôle sera dans un premier temps composé de huit membres. Explications.

Statistiques

L'Insee confirme l'intérêt du pôle métropolitain L'Insee a publié vendredi 16 novembre une étude sur le territoire du G10. Elle renforce les pro-pôle métropolitain. xLe titre de l'étude réalisée par l'Insee est sans équivoque : « Un territoire d'échanges socioéconomiquement cohérent. » L'institut statistique poursuit en expliquant que « la structuration du territoire par des liens d'interdépendance permet de mettre en évidence des espaces d'influence autour des villes mais également des systèmes d'échanges privilégiés. Le projet de pôle métropolitain G10 s'inscrit dans cette dynamique d'échanges. Au 1er janvier 2009, 1 100 000 personnes vivent dans l'espace d'échanges du G10. » Jusqu'à présent, le chiffre de 700 000 habitants était évoqué. Il concerne les personnes vivant dans les 10 communautés d'agglomérations ou de communes adhérentes au G10. L'Insee a élargi, à juste titre, aux territoires « tampons », qui vivent de facto sur le territoire. Et en termes de marketing, pouvoir annoncer plus d'un million d'habitant dans un bassin de vie, ça change tout. « La grande majorité des 440 000 emplois du territoire est occupée par des personnes y résidant, soit 92,4 % des actifs, poursuit l'Insee. Il possède également des liens avec le reste du territoire français, en particulier avec la région parisienne. Il se structure autour de dix villes champardennaises et picardes, qui concentrent une grande partie de la population, des emplois et des grandes infrastructures de santé ou d'enseignement. Reims, au coeur de ce système, centralise de nombreux échanges. Elle est la seule des dix villes en relation forte avec les neuf autres. » Toujours côté chiffres, le territoire du G10 représente 17 400 km2, soit un tiers de la ChampagneArdenne et de la Picardie réunies. Plus de 1 500 communes liées à 94 intercommunalités composent le G10. L'étude de l'Insee montre également qu'en matière démographique, l'évolution du G10, sur dix ans (1999-2009) est moins mauvaise que la Champagne-Ardenne. Si le G10 a perdu 3 800 habitants sur la période, la diminution est compensée par un excédent des naissances sur les décès conséquent (+ 4 000). Soit une variation de la population positive de 0,02% par an. L'étude Insee démontre également, chiffres à l'appui, une évidence : Reims est au centre. « L'aire rémoise est la seule des dix aires à posséder des relations fortes avec l'ensemble des neuf autres. En raison de son poids et de la concentration de fonctions uniques au sein du G10, Reims polarise la plupart des échanges interurbains au regard des cinq indicateurs de flux bi-localisés. Parmi l'ensemble des échanges interurbains entre EPCI du G10, les interactions avec Reims représentent toujours plus de 60% de la totalité des échanges quel que soit l'indicateur considéré. Les mouvements liés à l'accès aux soins ou à l'enseignement supérieur sont dirigés vers Reims dans neuf cas sur dix. Enfin, Reims exerce une forte attractivité résidentielle. Parmi l'ensemble des migrations résidentielles entre Reims et les autres aires du G10, deux tiers sont dirigées vers Reims. Les habitants de l'aire de Reims allant travailler quotidiennement dans l'aire d'une des autres agglomérations du G10 sont deux fois plus nombreux que ceux effectuant le chemin inverse. » L'étude montre également les relations privilégiées avec la région parisienne. Et pas seulement Reims. « Huit des dix villes du G10 tissent des liens avec l'aire de Paris en termes de liens établissements-siège, migrations résidentielles et accès à l'enseignement supérieur. Un salarié sur cinq du G10 travaille dans un établissement dont le siège est à Paris. » Enfin l'Insee évoque les autres projets de pôles métropolitains français. Et là encore, le projet G10 ressemble à ceux portés à Amiens, Caen, Besançon, Pau, Clermont-Ferrand : un pôle fort (Reims) qui entretient des relations avec tous les pôles secondaires proches.

Tous pour Reims ou Reims avec tous ? © l'Hebdo du Vendredi Les élus châlonnais ne se sont jamais montrés sien, elles en ont monté un seul pour concurrencer totalement convaincus par le projet G10. « Il y a Marseille ou Paris. Le Havre et Rouen ont décidé de créer un port commun pour concurrencer les une question de fonds, avance Benoist Apparu, qui représentait Châlons à la dernière assemblée grands ports européens. Nous pour l'instant, on a générale. Si le G10, c'est constituer ensemble une créé un Pass Culture. Ce n'est pas inintéressant, c'est même utile, mais ce n'est pas la même ambimétropole, nous y sommes favorables. S'il s'agit de métropoliser Reims, nous n'y sommes pas tion. On peut être relativement intégré, faire des favorables. Dans les discours, on a le sentiment choses lourdes à trois ou quatre villes. Mais à dix, c'est beaucoup plus compliqué, on ne peut retenir qu'on veut métropoliser Reims. Il faut d'abord définir un projet et des objectifs. La structure, que le plus petit dénominateur commun. C'est vrai pour moi, ne doit être que la conséquence d'un que le G10 pèse, en fonction du calcul, 500 000 à projet, et non pas l'inverse. La divergence que 1 million d'habitants. Mais si c'est sans contenu, c'est du vent. » Faudrait-t-il, alors, créer des petits nous avons à Châlons avec le G10, c'est que si nous devons nous mettre ensemble, c'est de façon pôles dans le grand pôle ? Ou considérer simpleforte et intégrée. Or, pour l'instant, l'ambition du ment le G10 comme une « marque » territoriale, pour vendre un territoire à l'international, attirer G10 me paraît trop limitée. On parle souvent de l'exemple du Sillon lorrain. Ce sont quatre villes, des entreprises qui créeront des emplois. Ce qui pas dix. Et par exemple, Nancy et Metz ont créé semble l'objectif essentiel. une structure commune d'opéra. Chacune avait le Tony Verbicaro

Sillon lorrain

Trois questions à André Rossinot

Maire de Nancy depuis plus de trente ans, l'édile nancéen, également président de la communauté urbaine du Grand Nancy, œuvre depuis plusieurs années pour le développement du Sillon lorrain, un pôle métropolitain, à l'image du G10, visant à rapprocher les principales communes lorraines, de Nancy à Metz et d'Épinal à Thionville.

xQuel est finalement, selon vous, le principal

intérêt du rapprochement des villes dans un syndicat mixte ? Rassembler des communes et des métropoles entre elles leur donne avant tout une meilleure capacité à rayonner à l'extérieur ; j'entends par là les ancrer durablement en les faisant devenir des actrices incontournables dans la grande région et en Europe. C'est d'ailleurs grâce à la politique menée en ce sens depuis un moment que Nancy est aujourd'hui devenue une véritable métropole connectée.

Quelles seraient alors les bases à suivre pour assurer la réussite de notre G10 local ? Cela passe en priorité par le développement de l'attractivité des villes, à travers le renforcement de leur compétitivité métropolitaine, à la fois par l'économie, les savoirs et les compétences. Ensuite, pour les communes les plus importantes, il est primordial de viser l'excellence culturelle et

Pour André Rossinot, le projet du G10 champardennais part sur les bonnes bases. © l'Hebdo du Vendredi

médicale. Enfin, l'idée est aussi de faciliter l'accessibilité métropolitaine par l'information, la mobilité et le haut-débit, trois valeurs d'avenir. Et puis, les élus ne doivent jamais oublier qu'une communauté urbaine est aussi, voire surtout, une communauté humaine...

Quel regard portez-vous sur le projet du G10 en Champagne-Ardenne ? Les membres de ce G10 doivent bien comprendre qu'ils ne pourront pas travailler et tomber d'accord sur tout. Il leur faudra réfléchir ensemble, en amont, pour identifier les pôles les plus forts du territoire, en l'occurrence ici les réseaux de santé et le tourisme. Pour autant, il semble y avoir parmi les différents protagonistes du dossier une réelle volonté politique, ce qui va dans le bon sens.

Propos recueillis par Aymeric Henniaux


8x

S ociété

w w w. l h eb d o d u ve n d re d i. com

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Fééries de Noël

En Bref

Plus de glisse !

Pour la douzième édition des Fééries de Noël sparnaciennes, la patinoire temporaire installée place Hugues-Plomb est agrandie. Près de 100 m2 supplémentaires pour le bonheur des patineurs. xLa première édition des Féeries de Noël

avait donné le ton : « Venez patiner à Epernay  » intitulait la manifestation des fêtes de fin d'année organisée par les Vitrines d'Epernay, en partenariat avec la Ville. Objectif : valoriser le coeur de ville et les commerces pendant la période. Les Vitrines d'Epernay oeuvrent toute l'année pour proposer une multitude d'animations. Elles comptent aujourd'hui plus d'une centaine d'adhérents, artisans ou commerçants. Pour ces fêtes de fin d'année, 104 commerçants et artisans se mobilisent, avec le soutien de la Ville d'Epernay, qui abonde à hauteur d'un peu plus de la moitié du budget, la Chambre de Commerce de Reims et Epernay, le dispositif Opération urbaine d'hyper-centre de l'Etat. Le point fort, on l'a écrit, est la patinoire, sur laquelle plus de 5 000 patineurs sont attendus sur les 450 m2 de glace naturelle. Une belle évolution, quand on se souvient que lors de la première édition, en 2000, une patinoire synthétique avait été installée. Dès

xConférence

sur les impacts de la candidature Unesco

xPatinoire

: horaires d'ouverture au public

Pendant la période scolaire (du 2 au 21 décembre inclus ) : lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 17h à 19h ; mercredi, samedi et dimanche de 15h à 19h. Pendant les vacances (du 22 décembre au 6 janvier inclus) : ouverture tous les jours, de 15h à 19h. Lundi 24 et 31 décembre : fermeture à 17h. La patinoire sera fermée les mardi 25 décembre et 1 er janvier.

La patinoire de la place Hugues-Plomb, temps fort des Fééries de Noël. © L'Hebdo du Vendredi

l'année suivante, 100 m2 de glace naturelle lui avait succédé. Un premier agrandissement de l'espace de glisse avait été opéré en 2009. Une vedette nationale et mondiale du patinage artistique viendra inaugurer la glace sparnacienne : Brian Joubert (samedi 1er décembre à 15 heures). D'autres nouveautés raviront cette année les enfants : des circuits en petit train gratuit

Les Jardins d'enfants Patinoire réservée au moins de 6 ans les mercredis et samedis, de 10h30 à 12h pendant les vacances scolaires. Location de patins : 1,50 € pour les moins de 6 ans ; 3 € pour les plus de 6 ans.

pour les enfants, la présence de véritables rennes, un concours de dessins destiné aux 4-12 ans, et e retour de la Galette des Rois en clôture des Féeries. Bien sûr, Saint-Nicolas et le Père Noël seront de la partie, aux bonnes dates.

T.V

Féeries de Noël, du samedi 1er décembre 2012 au dimanche 6 janvier 2013. Renseignements au 03 26 54 80 66.

La Jeune Chambre Economique d'Epernay organise une conférence-débat samedi 1er décembre à 15 heures au Théâtre Gabrielle-Dorziat sur les impacts, sur l'attractivité du territoire, de la candidature des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne au patrimoine mondial de l'Unesco.

xDix

mots semés au loin

Chaque année, à l'initiative du ministère de la Culture et de la Communication, chacun est invité à fêter la langue grâce à une sélection de dix mots, dont le thème, en 2013, est « Dix mots semés au loin ». Les mots retenus pour 2013 sont atelier, bouquet, cachet, coup de foudre, équipe, protéger, savoir-faire, unique, vis-à-vis, voilà. Le concours de textes Dis-moi dix mots est organisé par la Direction régionale des affaires culturelles de Champagne-Ardenne et l'association Initiales. Les textes doivent être envoyés par courriel uniquement à initiales2@wanadoo.fr pour le 20 janvier 2013. Toutes les contributions doivent être accompagnées du nom, prénom, adresse, téléphone et âge. Pour les ateliers, faire figurer le nom et l'adresse de la structure, le nom de l'animateur et le(s) nom(s) et l'(les)âge(s) du(des) participant(s).

xL'archéologie

champardennaise

à l'honneur ! Professionnels, chercheurs universitaires, bénévoles ou simplement curieux... La Direction régionale des affaires culturelles et la Fédération des sociétés archéologiques de Champagne-Ardenne dédient une journée à l'actualité des découvertes archéologiques en région. Des récents corpus du Nogentais et de la plaine de Troyes aux fouilles du Champ Drillon à Bezannes, plus d'une trentaine d'archéologues viendront présenter les résultats de leurs recherches. Samedi 1er décembre de 9h à 17h30 à l'Auditorium Pelloutier, à Châlons (1, place de Verdun). Entrée libre. Renseignements au 03 26 70 63 31.


9x

P olitique

w w w. l h eb d o d u ve n d re d i. com

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

UMP - Elections

Dans la Marne, les élus restent unis

Catherine Vautrin et Jean-François Copé, lors d'une réunion publique à Tinqueux. © l'Hebdo du Vendredi

Malgré l'incroyable semaine que vit leur parti, et bien qu'ils aient soutenu des candidats différents, le comportement des députés marnais de l'UMP pourra rassurer les militants du département.

x« Nous avons dû constater que nos statuts étaient complètement inadaptés aux exigences du temps présent et aux exigences de la démocratie interne de notre mouvement. » La phrase est signée Patrice Gélard, le sénateur devenu connu, mais pas autant que la commission qu'il préside, la devenue fameuse COCOE (Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales) de l'UMP, mardi 20 novembre au soir, juste après avoir annoncé que Jean-François Copé avait gagné. Depuis, l'eau et les larmes, de rire parfois, ont coulé et semblent vouloir emmener le bateau UMP dans le naufrage. Dans la Marne, où François Fillon l'a emporté par 674 voix contre 636, les élections se sont bien passées. Alors oui, aller voter à Vitry-le-François quand on habite Anglure, ça fait loin. Oui, émarger trois fois parce qu'il y avait trois vote (président du parti, motion et adhésion à la charte), ça fait beaucoup, et ça démontre bien qu'on ne se met pas à la démocratie interne du jour au lendemain dans un parti où les chefs, jusque-là, se sont toujours imposés naturellement. Catherine Vautrin a été la grande gagnante marnaise. Au moins entre mardi soir et jeudi matin, tant que Jean-François Copé était président élu. Il avait promis, lors de son meeting à Tinqueux, que Catherine Vautrin aurait l'investiture du parti pour les prochaines municipales à Reims. «  Ce n'est pas la question, nous a dit la députée. Avec Arnaud Robinet, nous sommes sur la même longueur d'onde, nous nous parlons, et nous savons que pour reconquérir Reims, nous devons être unis, et nous le serons. » Arnaud Robinet, l'autre député de Reims, avait choisi François Fillon, après avoir longtemps milité pour Xavier Bertrand, qui ne s'est finalement pas jeté dans la bataille. Ce que beaucoup regrettent, parce que la présence d'un troisième candidat aurait peut-être permis d'éviter ces résultats trop serrés. La journée de jeudi a été riche en rebondissements. L'offre de médiation d'Alain Juppé, acceptée d'abord par Jean-François Copé, puis par François Fillon. Mais avant cet apaisement et l'acceptation par les deux candidats d'un passage devant la commission

nationale des recours, interne à l'UMP, François Fillon aurait refusé de rencontrer son adversaire, Eric Ciotti (Fillon) a parlé de porter plainte contre Jérôme Larvilleux (Copé) pour diffamation... La tension est montée, montée... Jusqu'à, donc, peu avant 20 heures, le recours à la commission des recours et au père fondateur Alain Juppé. Dans un courrier envoyé un peu plus tôt aux parlementaires UMP, Jean-François Copé avait annoncé qu'il accepterait le verdict de l'instance collégiale proposée par le maire de Bordeaux. « Dans la Marne, nous n'avons eu aucune difficulté, explique Catherine Vautrin, et on travaille tous ensemble, Benoist Apparu, Arnaud Robinet et moi, alors même que nous avons soutenu des candidats différents. Nous avons tous envie de sortir de là. » Benoist Apparu, qui voulait voir Alain Juppé se présenter, s'est positionné comme non aligné puis a soutenu François Fillon, a imaginé le pire pour l'UMP jeudi matin : « Qui a gagné ? Je n'en sais rien. Peut-être qu'il faudra revoter, je n'en sais rien. Mais je sais que si on continue comme ça, on est mort. Je pense que l'un comme l'autre sont cramés. Ils ne sont plus en l'état de diriger la formation politique, puisque l'un comme l'autre considère s'être fait volé. J'avais imaginé que ça puisse déboucher sur ce type de difficulté. Mais je n'imaginais pas que ça puisse aller aussi loin. » Si, après nouveau contrôle des votes, après avoir éliminé les bureaux « suspects », on trouve de nouveau un écart trop serré, le vainqueur aura bien dû mal à asseoir sa légitimité. « Ni l'un, ni l'autre, ça me gène, dit Catherine Vautrin. Ça ne respecte pas le choix des militants et ça ne me va pas. Re-voter ? Je ne sais pas. Peut-être devra-t-on en arriver là. Laissons la commission des recours faire son travail. » Pour Benoist Apparu, ce score « à 50-50 montre un parti écartelé entre deux hommes ». Mais s'interroge sur le fond : « Est-ce que c'est aussi un parti écartelé entre deux lignes politiques. Si c'est exclusivement entre deux hommes, bon... Si c'est la politique, c'est plus grave que ça. Nous n'avons pas les moyens de recréer RPR-UDF. Pour une raison mathématique simple : le FN serait devant nous au premier tour d'une élection. Nous devons impérativement rester dans la même boutique. Nous devons impérativement incarner l'opposition, et, demain, le gouvernement. C'est impératif de rester ensemble. »

Tony Verbicaro


10 x

P olitique

w w w. l h eb d o d u ve n d re d i. com

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Parti Socialiste

Nicolas Marandon : « Mon objectif : dépasser les 1 000 adhérents » Après deux mandats successifs de son prédécesseur, Jacques Meyer, Nicolas Marandon a été élu Premier Secrétaire Fédéral de la Marne du Parti Socialiste le 15 novembre dernier. Et le nouveau leader du PS dans le département n'entend pas se tourner les pouces... xLa transition était annoncée, Jacques Meyer

s'est employé à la faire en douceur. En désignant Nicolas Marandon pour lui succéder, l'ancien patron local du parti savait qu'il faisait le bon choix. Engagé pour un mandat de trois ans en moyenne, le nouveau secrétaire fédéral se voit confier un rôle double, voire triple. « Ma première mission sera déjà d'animer la fédération départementale, forte d'une quinzaine de sections et de 800 adhérents environ. Il s'agira également de faire vivre localement le PS comme une association en organisant régulièrement des réunions pour réfléchir ensemble et proposer. Enfin, mon rôle sera celui d'un porte-parole, notamment pour coordonner les campagnes électorales dans la Marne. » Également conseiller régional de Champagne-Ardenne, Nicolas Marandon exerce en outre les fonctions de chef de cabinet de la maire de Reims, Adeline Hazan. Un poste qui, il l'assure, «  est bien dissocié de ses nouvelles

parti ; mon objectif étant de dépasser les 1 000 adhérents d'ici l'an prochain. » Une mission loin d'être gagnée d'avance à l'heure où le président François Hollande et son gouvernement socialiste paraissent sombrer dans les méandres de l'impopularité, de plus en critiqués pour leurs actions. « Bien sûr que ce sera difficile, mais pour réussir il n'y a pas pléthore de solutions : il faut nous montrer, parler, rencontrer avec l'objectif de rendre la fédération marnaise plus dynamique. » En ce sens, Nicolas Marandon planche d'ores et déjà sur l'organisation d'une future campagne d'adhésion départementale et d'une fête de la Rose avec la présence d'une personnalité socialiste de premier plan. Au programme également, l'acquisition d'un nouveau local pour y installer le siège, actuellement situé rue de Thillois à Reims, qui soit une meilleure vitrine pour le parti, au propre comme au figuré.

Aymeric Henniaux

Nicolas Marandon souhaite trouver rapidement une nouvelle adresse pour y installer le siège local du PS. © l'Hebdo du Vendredi

responsabilités. Je suis 100% autonome dans ma démarche qui n'est pas du tout liée à la Ville et à la maire. » Rejoignant le Parti Socialiste au lendemain du 21 avril 2002, celui qui désirait à l'origine travailler dans l'associatif semble parfaitement savoir dans quoi il s'engage : « Évidemment, cela fait du travail supplémentaire mais c'était important pour moi

d'être sur le terrain, de voir autre chose que le tropisme de Reims en me tournant vers les bassins hors-agglomération. Aujourd'hui, j'estime que le PS n'est pas assez présent sur les sections rurales, comme Anglure et Avize par exemple, alors que des gens votent tout de même pour nous. C'est sur ces secteurs qu'il faut concentrer nos efforts maintenant en incitant les habitants à (re)venir vers le

En Bref xPhilippe

Poutou en meeting à Reims le 30 novembre

Le leader du NPA, Philippe Poutou, sera à Reims le vendredi 30 novembre à l'occasion d'un meeting. Rendez-vous à 19h30 à la salle Goulin, 6, rue de la Neuvillette (Tram A et B, arrêt Saint-Thomas).


11 x

É conomie

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Aéroport de Paris-Vatry

2013, une année charnière de plus ?

la propriété de l'infrastructure, c'est partager les dépenses et les risques. La Région, via les fonds versés et l'action de son président JeanPaul Bachy qui s'est investi du rôle - avec un certain succès - de commercial de Vatry, ne paraîtrait pas un actionnaire illogique. Quant à la participation de Reims Métropole, dans l'optique du pôle métropolitain G10, elle n'apparaît x« Contractuellement, 2013 est la dernière pas non plus totalement ubuesque. A condition, année de versement de subventions au délé- sans doute, que l'agglomération châlonnaise, gataire (SNC Lavalin, gestionnaire du site par qui englobera bientôt la communauté de comdélégation de service public, ndlr), explique munes de l'Europort, soit aussi sollicitée, au René-Paul Savary, le président du Conseil minimum. Mais l'arrivée de Reims Métropole à général, propriétaire de l'aéroport de Vatry. Vatry revêtirait aussi un caractère politique. L'objectif du département est d'aller vers un René-Paul Savary doit jongler entre sa propre modèle sans fonds publics. » Parce que c'est la majorité et l'opposition au Conseil général. crise, parce que les départements, et la Marne L'entrée de Reims, à gauche, au capital de Vatry, faciliterait les débats n'est pas en reste, connaissent au Conseil généra-l ; le préside graves difficultés finanLe Conseil général dent pourrait pouvoir compter cières et qu'ils sont bien obligés de recentrer les ne veut plus être seul sur une partie, au moins, de la gauche départementale. dépenses dans le champ de Ces trois dernières années, compétences (collèges, santé, l'optimisme est revenu à Vatry. « On ne peut social...). « 2013 est une année cruciale, poursuit le pas parler de décollage, mais de sursaut, président Savary. Le délégataire, SNC Lavalin, évoque Patrick Tassin, président du Conseil pourrait ouvrir son capital afin d'élargir l'ac- économique, social et environnemental régiontivité de Vatry à d'autres investisseurs. Et nous, al (Ceser). Ce qui est sûr, c'est que s'il n'y avait Conseil général, nous sommes aussi en contact pas eu de développement ces trois dernières avec d'autres pour élargir l'actionnariat de années, Vatry serait peut-être déjà fermé. » l'aéroport. Nous discutons avec la Région Côté chiffres, l'activité passagers est en hausse. Champagne-Ardenne, Reims Métropole. Le Après les 51 000 voyageurs record de 2011, on portage juridique est en discussion. » Partager en attend 70 000 en 2012. «  C'est un vrai

La crise économique conjoncturelle n'épargne évidemment pas le fret aérien. Et donc Vatry, qui n'avait pas besoin de ça. Et 2013 sera une année particulière pour l'aéroport marnais.

développement, admet Patrick Tassin, mais ce n'est pas encore très important. Et ça coûte de l'argent public, puisque les compagnies low cost conditionnent toujours leur activité aux subventions dans la promotion et le marketing. » Ces fonds, versés par l'Association ParisVatry Project, proviennent principalement des contribuables, puisque Conseils régional et général, agglomération de Châlons, y abondent. Et le Conseil général a déjà voté une subvention à la baisse. « La participation sera d'1,3 million d'euros, contre 1,7 en 2012. J'avais proposé 1,5, mais ça n'est pas passé  », indique René-Paul Savary. Le transport de passagers n'est censé être qu'une cerise. Le gâteau, c'est la vocation originelle de Vatry, à savoir le fret. Et là, le bât blesse. En 2011, Vatry a vu 8 300 tonnes transiter. Au 31 septembre 2012, on était à 6 600 tonnes. Le propriétaire et le délégataire en espèrent 15 000 d'ici la fin de l'année. Beaucoup d'espoirs ont été nourris avec la signature d'un contrat conséquent avec le transporteur de fret chinois Yangtze River Express. Dont on ne voit plus le cargo se poser sur le tarmac marnais depuis la fin de l'été. « Je ne suis pas inquiet, relativise René-Paul Savary. La compagnie observe une pause, liée à la crise mondiale du fret. Mais ça va repartir, et nous discutons toujours avec eux pour aller plus loin. » Côté fret, d'autres pistes sont toujours en discussion : la Russie, le Brésil, une liaison depuis

Vatry aura vu 20 000 passagers de plus en 2012. © l'Hebdo du Vendredi

Orly avec le marché international de Rungis... Mais entretemps, Aéroports de Paris a réalisé des travaux conséquents à Roissy-Charles de Gaulle pour augmenter sa capacité. Et Vatry semble condamné à rester à l'ombre. « Il faut continuer à travailler. Il faudrait au moins réussir à atteindre un pallier qui permette de nous mettre en attente », avance Patrick Tassin, sous-entendu le temps que la crise passe. Depuis son ouverture, l'aéroport marnais a coûté plus qu'il n'a rapporté. Où placer le curseur, aujourd'hui ? Trop d'argent a été dépensé pour imaginer arrêter ? Où trop d'argent a déjà été dépensé pour imaginer continuer ?

Tony Verbicaro


12 x

É conomie

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Création d'entreprise

Votez pour eux !

l'Hexagone chaque année. Ce concept original propose aux jeunes créateurs / repreneurs de réaliser une vidéo également appelée « pitch » - pour présenter leur projet et « vendre » leur passion d'entreprendre sur le site Internet dédié. Verdict : la magie du buzz semble avoir opéré ! A ce jour, ils sont déjà 420 à s'être prêtés au jeu de la caméra - dont près d'une trentaine en Champagne-Ardenne - et xMaxime et Jérôme ont imaginé une formation fédèrent quelque 84 000 « fans » sur la toile. Auitinérante en autocar, et Pierre, le fût de bière sans delà de promouvoir les initiatives et les talents de galère. Marina vous embarque en Russie le temps ces entrepreneurs, les CCI les invitent à concourir d'une pause déjeuner et Monique dégote pour dans quatre catégories récompensées en fin vous les bonnes affaires. Il y a aussi Hervé, fabrid'opération, en fonction du nombre de votes suscant de trikes, ou encore Sébastien, créateur cités : porteur de projet, entrepreneur / repreneur d'oenocroisières. Le de moins de trois ans, et coup point commun de ces Deux Rémois de coeur. Avec, à la clé, un Champardennais, outre coup de pouce financier de à la neuvième place l'ingéniosité des pro4 000€ pour chaque lauréat. duits et services qu'ils du classement national ! Bonne surprise, deux rémois proposent ? Ils se sont figurent à la neuvième place tous lancés dans l'aventure, parfois semée d'emdu classement national, avec 1 548 votes pour buches mais ô combien palpitante, de l'entrepreleur pitch ! Tout juste sortis d'un Master neuriat. Et ont participé à l'opération « 500 000 et Communication, Relations publiques et Sport, moi ! » concoctée par les CCI de France, en parteChristophe Delarme et Fabien Machicote nariat avec les Pages Jaunes. 500 000, comme le créaient en avril la société Delma Events. L'idée : nombre de créations d'entreprise recensées dans accompagner les petites associations, entreprises

Vous êtes pour la création d'entreprise en ChampagneArdenne ? Rendez-vous sur www.500000etmoi.fr et soutenez la région en votant pour vos entrepreneurs favoris. Que les plus inventifs gagnent !

Emplois d'avenir

Premiers contrats signés

Créateurs et repreneurs d'entreprise : faites le buzz sur www.500000etmoi.fr et déposez votre « pitch » avant le 30 novembre ! © DR

et autres collectivités dans l'organisation d'événements sportifs et la recherche de financements. « Nous avons été contactés par notre CCI une semaine avant le coup d'envoi ! C'est une très bonne opération, qui offre la possibilité de gagner en visibilité et à moindre coût. Lors du tournage vidéo, un journaliste de France 3 nous a briffés sur la meilleure façon de s'exprimer devant la caméra. Même si nous n'allons pas jusqu'en finale, nous espérons terminer au moins premiers du classement régional ». Avec le Club Ophys, et depuis bientôt un an, l'aubois Julien Guillot propose aux structures de moins de 50 salariés les services d'un comité d'entreprise. « En région, plus de 90 % des entreprises sont des

PME et n'ont, bien souvent, pas de comité. Nos formules leur donnent accès à de nombreuses réductions aussi bien au niveau local que national. Pas simple de s'afficher sur le net, et en vidéo. Mais il faut bien parler de son entreprise pour la faire connaître ! ». Ludovic Laurence, cuisinier de formation, est sur le point d'ouvrir une épicerie fine régionale à Châlons. « Le lancement est prévu à la fin du mois. Avec, à la carte, 80 références de vins issus des petits domaines, des produits du terroir et, à terme, des cours de cuisine à domicile. L'opération m'a permis de rencontrer d'autres entrepreneurs, le but n'étant pas tant de gagner, mais plutôt de promouvoir Sonia Legendre mon projet ».

Coopératives

Un modèle durable à mieux connaître

Benoît Hamon et l'un des premiers signataires d'un contrat Emplois d'avenir en ChampagneArdenne. © l'Hebdo du Vendredi

xBenoît Hamon, Ministre délégué chargé de

l'Economie sociale et solidaire et de la Consommation, est venu en personne, mardi 20 novembre, signer les tout premiers contrats Emplois d'avenir en Champagne-Ardenne. Quatre contrats signés dans les salons de la Préfecture, à Châlons, en faveur de quatre jeunes qui travailleront à Radio Mau-Nau, l'Armée du Salut et la Communauté d'agglomération de Châlons. Dans l'Aube, le premier contrat sera signé ce vendredi 23 novembre, également en préfecture. Le dispositif Emplois d'avenir voit l'Etat participer à hauteur de 75% du salaire du salarié. Ces contrats sont réservés aux structures non marchandes, côté employeurs, et aux jeunes en difficulté, qui ont quitté le système scolaire, côté employés. « C'est une solution pour donner

de la stabilité à ces jeunes. C'est un contrat solide, robuste, qui prépare à un meilleur avenir », a explique Benoît Hamon. Jean-Paul Bachy, le président de la Région, présent lors de ces signatures de contrat, a insisté sur le volet formation, également prévu par le dispositif. «  Contrairement à d'autres dispositifs du passé qui n'étaient que quantitatifs et ne visaient qu'à inverser la courbe du chômage, les Emplois d'avenir, c'est aussi la volonté de faire les choses bien, et c'est essentiel.  » Le Ministre a lui souligné « le travail de la Région pour la formation des jeunes ». Au niveau national, 150 000 contrats Emplois d'avenir sont programmés. Ils seront près de 3 000 en Champagne-Ardenne en 2013, et 1 500 supplémentaires en 2014. T.V

La Chapelle de l'Hôtel de Région était pleine pour les échanges avec les intervenants. © l'Hebdo du Vendredi

xDans le cadre du mois de l'Economie sociale et solidaire et de l'année internationale des coopératives,

la Région Champagne-Ardenne a organisé mardi 20 novembre une rencontre régionale dédiée aux coopératives, avec le concours de la Chambre régionale de l'Economie sociale. Intitulée « Un modèle d'avenir pour la Champagne-Ardenne », la journée a vu se succéder différentes tables rondes. En Champagne-Ardenne, en Champagne surtout, quand on évoque coopérative, on pense naturellement à l'un des trois grands acteurs de la filière viti-vinicole. Mais ce n'est pas que ça. Et la journée l’a démontré, valorisant le statut coopératif dans le cadre de la reprise d'entreprises (saines ou en difficultés), mais également pour mettre en lumière les pôles territoriaux de coopération économique, processus de croissance endogène assis sur des filières porteuses d'activités et d'emplois. La région a un passé coopératif important : coopératives de logement HLM, coopératives viticoles et agricoles, coopératives bancaires. Pourtant, le nombre de création de coopératives est faible et la possibilité de reprise d'entreprises sous statut SCOP n'est pas suffisamment exploitée. Et les formes innovantes (CAE, Coopératives d'activités et d'emplois, SCIC, sociétés coopératives d'intérêt collectif) sont quasiment inconnues. La coopérative est une entreprise éthique dans laquelle les principes d'économie sociale sont respectés : non redistribution individuelle des profits, gouvernance démocratique, solidarité entre les membres, liberté d'adhésion... Benoît Hamon, Ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire, a participé à la dernière table ronde sur l'outil de développement des territoires que représentent les coopératives. T.V


13 x

É conomie

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Web-série - « J'en crois pas mes yeux »

Une nouvelle saison qui tient toutes ses promesses

xLes meilleures choses ont une fin parait-il. Fort heureusement, Jérôme Adam et Guillaume Buffet n'accordent pas de crédit à cette expression en nous resservant une troisième tournée de « J'en crois pas mes yeux  ». La web-série, qui aborde avec humour les sujets sur les han-dicaps, a connu un franc succès lors des deux premières saisons avec plus d'un million de vidéos vues. Une vraie réussite que nous explique Jérome Adam, à l'origine du projet et coproducteur, aveugle depuis l'âge de 15 ans : « Il est plus facile de communiquer grâce à

l'humour, cela met à l'aise les gens et on n'est surtout pas moralisateur. Pour nous, le slogan « Si tu prends ma place, prends mon handicap » est mauvais. Il oppose plutôt que de rassembler, or c'est ce que nous cherchons à faire. » Actuellement diffusée sur la toile le mardi et le jeudi, la saison 3, qui comprend sept épisodes de deux minutes trente, ne traite pas de handicap en particulier, au contraire des éditions précédentes : « On s'est attaché à mettre en évidence les relations en entreprise en partant des discours stéréotypés et à les mettre en perspective avec des si-tuations cocasses. Toutes ces histoires sont issues de témoignages de collaborateurs, et l'idée était de partir du vécu en accentuant un peu la situation. C'est la grande nouveauté. Par exemple, on pourra voir l'animation d'une réunion ou la visite de la société par des grands pontes. » Dans la réalisation, dirigée par Henri Poulin, on est proche d'un « The Office » britannique, mais en plus rythmé. La construction est variée et chaque épisode est indépendant, ce qui permet de changer la manière dont sont jouées les péripéties par les cinq acteurs princi-

Changer le regard

Dans cette 3e saison, « J'en crois pas mes yeux » s'invite dans le monde de l'entreprise.

paux. Pratique, car on pourra alors suivre l'intégralité de la série selon ses envies, sans être obligé de regarder les épisodes dans l'ordre. Là où la saison 2 pêchait parfois par quelques traits trop caricaturaux, selon le propre aveu de M. Adam qui contrôle lui-même l'écriture, ce qui marque ici

est « le décalage entre la posture et la réalité sur le terrain ». Bien plus qu'un divertissement, une leçon de management. Ça tombe bien, puisque les coûts de production et de réalisation (de 100 000 à 150 000 €) sont exclusivement assurés par des entreprises partenaires qui, en contrepartie, bénéficient

Décès

Gérard Agnesina s'est éteint à 69 ans

des droits pour une diffusion interne. Les retours font état d'un enthousiasme unanime, ce qui est de bon augure pour une éventuelle saison 4. On a hâte !

Romain Balestraci

A voir sur www.jencroispasmesyeux.com

En Bref xLa ­

Champagne-Ardenne, terre d'initiatives rurales et solidaires ! Depuis 20 ans déjà, le Prix Gauby-Lagauche, piloté par le Conseil économique, social et environnemental régional, vise à distinguer les initiatives lancées en milieux ruraux. Et en particulier celles vouées à améliorer les conditions de vie des habitants. Cette année, le palmarès rassemble sept lauréats et autant de coups de pouce financiers (42 000 euros au total !), offerts par le Ceser et ses partenaires : Caisse d'Epargne, Caisse des Dépôts et Consignations, France Télécom Orange, Ville de Reims, SNCF et La Poste. Félicitations à l'association « Thiérache Ardennaise Animation », qui a reçu 15 000 euros pour avoir rendu accessible aux personnes handicapées la ferme pédagogique de Liart (08).

xRencontres régionales pour l'avenir de l'agroalimentaire et du bois

Une réflexion est menée actuellement par l'Etat et les Régions sur l'avenir des secteurs d'importance que sont l'agroalimentaire, l'agroindustrie et le bois. En Champagne-Ardenne, une rencontre est organisée conjointement avec l'interprofession Valeur Bois, la Fédération régionale des coopératives agricoles de Champagne-Ardenne et le Club I3a. Elle se déroulera le vendredi 23 novembre à partir de 14 heures au Capitole, à Châlons-en-Champagne. Les propositions qui émaneront de ces échanges entre professionnels permettront d'alimenter le plan national que l'Etat souhaite mettre en place et qui sera annoncé en mai 2013.

x17e Gérard Agnésina. © Jean-Marie Biadatti | Photoclassicracing Gérard Agnesina est décédé lundi des suites d'une longue maladie. Né en 1943 à Reims, il a occupé les fonctions de Président de la FFB Charpente Menuiserie Parquets de 1996 à 2002 et présidait depuis toujours la destinée des Établissements Agnesina, une entreprise de menui-serie employant une cinquantaine de salariés à Betheny. Titulaire de l'ordre national du Mérite, Gérard Agnesina s'est, durant toute sa vie, impliqué au profit du développement de sa région : administrateur à la CCI de Reims et d'Epernay, conseiller prud'homal, premier adjoint à la mairie de Bétheny de 1995 à 2000, président de l'Association Bétheny Multipoles et du Lions Club Reims Champagne... Également membre du Team JMW Racing, pilote, copilote et organisateur de rallyes de voitu res de sport anciennes, Gérard était aussi un amoureux des belles voitures. L'hebdo du vendredi présente ses sincères condoléances à sa famille et ses proches. Les obsèques seront célébrées ce samedi 24 novembre à 9 heure en l'église SaintAndré de Reims.

édition du Forum Avenir Etudiant

Le Forum Avenir Etudiant aura lieu du 29 novembre au 1er décembre au parc des expositions de Reims. 10 000 lycéens sont attendus par plus de 200 exposants qui présenteront toutes les formations de l'enseignement supérieur proposées en Champagne-Ardenne, ainsi que des formations non représentées dans notre région. Au programme : conférences, entretiens d'orientation gratuits par des experts pour les élèves et leurs parents, etc. Plus d'infos sur www.aveniretudiant.fr

xPetit déj' écolo !

La CCIR de Champagne-Ardenne, la Dreal et l'Ademe proposent aux entrepreneurs un petit déjeuner autour de la valorisation des déchets. Comment mieux les gérer et leur donner une seconde vie ? Quelles sont les dernières actualités réglementaires ? Sur place également, les retours d'expériences de Soufflet, Forbo Sarlino et Veolia Propreté, trois entreprises ayant initié une démarche pour le recyclage, la gestion et la valorisation de leurs déchets. Rendez-vous ce mardi 27 novembre de 8h30 à 10h à la CCI Reims-Epernay (5 rue des Marmouzets à Reims) / Contact : Margot Liatard au 03 26 69 02 55.

xSolidarité : collecte nationale de la Banque Alimentaire

La Collecte Nationale des Banques Alimentaires se déroulera cette année les 23 et 24 novembre à travers toute la France. L'an dernier, le grand public a été très généreux puisque l'équivalent de 25 millions de repas ont été collectés en deux jours. Pour plus d'information : www.banquealimentaire.org ou www.ba51.banquealimentaire.org


14 x

S port

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Foot (L1, 14e journée) Reims - Brest

Sortir du brouillard mêmes. Il faut que nous ayons la volonté de créer du danger, de nous lâcher, de ne surtout pas être tétanisés. Nous le savons, pour nous maintenir, il faudra de l'endurance psychologique. » En face, Brest n'aura pas ce genre de considérations. Brest n'a pas de pression à l'extérieur. Sa série, la plus mauvaise des grands championnats européens, ponctuée de sept défaites en autant de déplacements, et de seulement trois buts marqués pour quinze encaissés, se rapproche forcément de la fin. Il faut juste espérer que ça ne soit pas samedi à Reims.

Le Stade de Reims accueille le Stade Brestois ce samedi 24 novembre, à 17 heures à Delaune. Avec l'obligation de gagner.

xJouons les oiseaux de mauvais augure pour conjurer le diable. Si, à l'occasion de cette 14e journée, Reims perd contre Brest, si Evian gagne à Rennes, Bastia bat Lorient, Sochaux s'impose contre Nice, Ajaccio gagne à Nancy et Montpellier domine Bordeaux, eh bien les Stadistes seront 17e et ne seront relégables qu'à la faveur d'une meilleure différence de buts qu'Evian... Allez, il y a peu de chance que tous ces résultats concordent, mais c'est dire si l'excellent début de saison des hommes d'Hubert Fournier ne semble plus peser bien lourd. Ou bien, si on regarde le verre à moitié plein, heureusement qu'il y a eu cette bonne entame. Parce que sinon... Après Paris et Rennes, Reims s'est incliné à Lyon (3-0), et il n'y a rien à y redire. « On est tombé sur une très bonne équipe lyonnaise, a expliqué l'entraîneur rémois, la défaite est logique, je suis déçu qu'on ait pas essayé d'aller chercher quelque chose de grand. On aurait pu espérer mieux en étant entreprenant. Là, j'ai eu un peu le sentiment de tomber les armes à la main. » Perdre à Lyon, devenu du coup leader du championnat, n'a rien de déshonorant. Le problème, c'est que le Stade de Reims a besoin de retrouver de la confiance. Et le

xChampionnat

T.V avec J.D

des tribunes : le Stade toujours en tête Bernon A l'image des conditions climatiques qui ont sévit cette semaine sur Reims, l'équipe d'Hubert Fournier semble nager en plein brouillard. © l'Hebdo du Vendredi

match de dimanche n'aura pas servi en ce sens, au contraire. « Il faut avoir conscience que nous allons avoir des matches difficiles à jouer, et Brest en fait partie. Bien sûr, c'est plus à notre portée que Paris, Rennes ou Lyon, mais Evian aussi était à notre portée. Contre Evian, j'ai bousculé l'attaque, mais je ne peux pas mettre le chauffeur de bus, changer pour changer. Et puis en ce moment, on se focalise

sur l'attaque mais sur la prestation à Lyon, on ne peut pas critiquer, devant il n'y a pas eu de ballon à se mettre sous la dent. » Alors cette semaine le staff rémois a mis l'accent, encore, sur la responsabilisation. « Le risque, c'est que les joueurs se cachent, se recroquevillent, indique Hubert Fournier. Tout est une question collective. Notre principal adversaire, c'est nous-

Représentée par le rémois Jean-Marc Guilot, qui a remporté de nombreux titres dans diverses disciplines d'arts martiaux, diplômé d'état, mais aussi lauréat de la Fédération Française des Médaillés Jeunesse et Sports et Médaille d'Honneur du Conseil Général de la Marne, l'association Face à Face, c'est près de 200 pratiquants qui s'entraînent au complexe René Tys à Reims, dont 19 compétiteurs au niveau national et 1 au niveau international. Au palmarès du club figurent plus de 27 titres régionaux, nationaux et européens acquis ces six dernières années.

Basket Pro B - 12e j. - Lille - Châlons-Reims

Hockey D1 - 11 e j. - Reims - Brest

Le CCRB manque le coche

Encore un cap à franchir

xAlors que le Champagne Châlons Reims

Basket accueillait hier soir à Reims l'Etoile de Charleville Mézières (hors de nos délais de bouclage), le club marnais a vu sa belle série de trois victoires consécutives stoppée nette sur le parquet de Bour-en-Bresse. Samedi dernier, les hommes de Nikola Antic ont en effet subi les foudres d'une formation bressane pourtant mal en point avant cette rencontre. Mais voilà, les joueurs de Frédéric Sarre ont profité de la venue des coéquipiers de Bryan Mullins pour se refaire une santé, remportant le match sur le score de 88-80 grâce notamment à la perfor-mance monstrueuse de Davids Monds. L'intérieur américain a signé 26 points et 11 rebonds pour une évaluation de 33 ! Côté marnais, si Justin Burrel s'est montré à son avantage (19 points et 5 rebonds), aucun de ses partenaires n'a su prendre le relais. Pour Châlons-Reims, 6e du classement avec 6 victoires pour quatre défaites, cet échec marque donc un coup d'arrêt. Simple accident ou début d'une mauvaise série ? Le match face au promu Charleville sera évidemment un élément de réponse. Les joueurs de Châlons-Reims ont en tout cas besoin de refaire le plein de confiance avant leur déplacement périlleux à Lille, vendredi 30 novembre, suivi de la réception de la tête d'affiche de la Pro B PauOrthez, vendredi 7 décembre à Châlons-enChampagne.

J.D

Les Phénix doivent encore gagner en maturité. © l'Hebdo du Vendredi

xAuteurs d'une victoire précieuse samedi

Défaits à Bourg-en-Bresse, Tyren Johnson et Châlons-Reims ont manqué l'occasion de s'installer dans le peloton de tête de la Pro B. © l'Hebdo du Vendredi

dernier face à Brest (6-5), les hommes de François Dusseau doivent rééditer la performance ce week-end à Amnéville, club qui sur le papier semble à la portée des Phénix. Sur le papier seulement, car sur la glace, certes on retiendra volontiers les quarante premières minutes contre Brest, pleines d'enthousiasme et d'efficacité, mais pas les vingt dernières, lorsque les Rémois, trop relâchés, enchaînaient pertes de palet et pénalités idiotes. Une indiscipline qui a été fatale mardi soir à Rouen en Coupe de France. Opposés aux triples champions de France en titre, les

Phénix ont payé cher les minutes passées en prison, encaissant un but quasiment à chaque fois qu'ils se trouvaient en infériorité numérique. Score final : 7-1 en faveur des Dragons. « A ce niveau là, on savait que ça ne pardonnerait pas, concède François Dusseau. A cinq contre cinq, j'ai vu des choses intéressantes, ajoute-t-il, mais la nervosité a fait le reste. L'équipe manque vraiment trop de maturité ». Comme un leitmotiv, l'application et la concentration seront une nouvelle fois les clés de la réussite des Phénix samedi. « On devra faire preuve de maturité, montrer qui on est, précise François Dusseau. On ne doit pas laisser nos adversaires revenir, on doit devenir un rouleau compresseur. » Un aspect du jeu qui agace légèrement le technicien rémois qui se méfie d'autant plus de l'adversaire du week-end. « Amnéville est une équipe mal classée, mais qui joue bien surtout sur sa patinoire ». Il faudra donc bien un groupe de nouveau au complet (retour de Tobias Ternelius) pour poursuivre la bonne série actuelle en championnat.

Julien Lampin Amnéville - Phénix de Reims, samedi 24 novembre à 18h au Centre des Loisirs d'Amnéville


MORCEAUX CHOISIS Programme complet sur w w w. s c en e s de u rop e . e u

0 3

2 6

3 5

6 1

1 2

FESTIVAL DE THÉAT ̂ RE ART CONTEMPORAIN DANSE JEUNE PUBLIC MUSIQUE CIRQUE FESTIVAL DE THÉAT ̂ RE ART CONTEMPORAIN DANSE

Ce que l'Europe offre de meilleur Alors que la crise économique réveille les vieilles querelles et que les pays européens peinent à parler d'une même voix, la cité des sacres prend le contre-pied de cette délicate actualité et démontre une nouvelle fois avec le festival Reims Scènes d'Europe (RSE), du 29 novembre au 15 décembre, que le vieux continent partage une réelle identité culturelle. Ainsi, depuis cinq ans maintenant, sous l'égide de la Ville de Reims, le festival multidisciplinaire fédère les énergies de l'ensemble des structures culturelles du territoire afin d'offrir le meilleur de la création artistique européenne.

Unie sous la bannière RSE, Comédie, Manège, Opéra, Cartonnerie, Nova Villa, Césaré et FRAC ChampagneArdenne ont concocté pour cette 5e édition un véritable tour d'Europe de la culture fort d'une cinquantaine de propositions pour tous, des plus petits aux plus grands : théâtre, danse, opérette, art contemporain ou musique, toutes les disciplines sont représentées lors de ce festival éclectique, reflet d'un continent où les artistes, à travers leurs créations, partagent les mêmes craintes et les mêmes joies. Face à ce constat, RSE 2012 ne met donc pas à l'honneur un pays en particulier, à l'image de la

Suède l'année dernière, mais a choisi de s'interroger sur une thématique transversale commune : la frontière et l'exil. Aussi, au cœur d'une programmation extrêmement riche, une sélection de mises en espaces, de lectures, de rencontres et de conférences aborde cette double thématique. Plus que jamais, RSE poursuit donc sa démarche collective, invitant un public toujours plus nombreux à rejoindre les structures culturelles de la Ville de Reims qui travaillent main dans la main pour montrer, le temps de deux semaines, ce que l'Europe peut offrir de meilleur.

LANCEMENT

Les Rémois au cœur d'une œuvre d'art numérique

Pour le lancement du festival Reims Scènes d'Europe, jeudi 29 novembre, venez découvrir à la Comédie une oeuvre d'art numérique interactive intitulée « Vous êtes ici... et ailleurs », produite par l'Association AADN. Sur cette installation monumentale, audio et cartographique, les visiteurs pourront se promener et redécouvrir le monde en commençant par Reims, au travers de témoignages sonores et dessins. Rencontre avec Matthieu Tercieux, artiste développeur de « Vous êtes ici... et ailleurs » qui se définit volontiers comme « bidouilleur vidéo ». L'Hebdo du vendredi : Comment avez-vous récolté le matériel sonore et visuel pour constituer l'installation de Reims ? Matthieu Tercieux : Chloé Bonnard, plasticienne, a fait dessiner des cartes à des enfants pour ensuite les scanner et les vectoriser. Les personnes que nous avons rencontrées ont travaillé sur un questionnaire qui demande par exemple  : «  Avez-vous un ailleurs dans votre ville  ?  ». Edouard Souillot, professeur de musique et musicien, a récupéré des témoignages audio. Il va les intégrer à la bande-son. En fait, nous avons rencontré beaucoup de gens pendant toute une semaine à la Maison de quartier Orgeval. Nous sommes aussi allés dans d'autres lieux comme le

Manège, pour y rencontrer des petits et à l'atelier théâtre du lycée Jaurès... Et nous avons travaillé sur l'installation avec Elodie Dauguet, scénographe.

Quel est l'objectif de votre installation ? Donner la parole aux gens, leur permettre de se rencontrer et casser les 80 centimètres de distance entre chacun de nous. Nous sommes juste présents, nous ne guidons pas les personnes sur l'installation. Nous le ferons peut-être un peu plus cette fois-ci car il va y avoir du théâtre et de la danse en live. Vous avez déjà voyagé avec le projet « Vous êtes ici et ... ailleurs », mais dans quels contextes ? Cette installation a été proposée pour la première fois à la Fête des Lumières de Lyon, en 2011. Nous sommes aussi allés avec «  Vous êtes ici...  » à Bruxelles en octobre pour la Nuit Blanche. Notre démarche est proche du théâtre de rue. Nous irons avant la fin de l'année en Guinée où on ne trouve pas d'électricité partout. Nous allons partir voir différents villages, ethnies et clans familiaux avec notre projet et un groupe électrogène ! Et si l'on vous demande ce que sont pour vous l'ici et l'ailleurs ? « Ici », pour moi, c'est l'instant présent, le fait d'être là avec les gens. « Ailleurs », c'est l'imaginaire...

Jeudi 29 novembre, lancement de Reims Scènes d'Europe dès 18h30 en présence de ses organisateurs. Egalement : Making-of de l'installation à découvrir à l'intérieur de la Comédie et stands ambiance kermesse vin chaud et barbe à papa dans la Comédie et l'arboretum. Entrée libre


www.scenesdeurope.eu

REIMS SCENES FESTIVAL

THÉÂTRE

A la frontière entre théâtre et performance Evénement incontournable et indispensable à la vie culturelle rémoise, Reims Scènes d'Europe a choisi cette année de valoriser l'Europe dans son ensemble. A l'instar de toutes les salles rémoises, la Comédie va ouvrir ses portes à l'édition 2012.

Si la Comédie de Reims fait partie des plus importants Centres dramatiques nationaux de France, elle est avant tout un lieu de création. Enrichissant chaque année sa programmation d'une dizaine de créations, elle accueille également festivals et événements phares dont Reims Scènes d'Europe fait partie. Mettant cette année à l'honneur, non pas un pays, mais le thème La Frontière et l'Exil, l'immanquable festival investira la Comédie avec une quarantaine de rendez-vous. Parmi eux, A Short History of Crying et Crash Course Chit Chat, de Sanja Mitrovc. De Belgrade à Reims Née en Serbie, Sanja Mitrović est une metteur en scène, également

comédienne et écrivaine. Après des études de japonais à Belgrade, elle émigre aux PaysBas pour intégrer l'école des Beaux-Arts d'Amsterdam, où elle est installée depuis une dizaine d'années. Devenant très vite un phénomène dans son pays d'adoption, la fondatrice et directrice de Stand Up Tall Productions se fait remarquer à la fois comme performeuse et comme metteur en scène. Combinant théâtre, performance, danse et arts visuels, son travail explore le genre du « théâtre documentaire », pour lequel elle utilise souvent histoires personnelles et témoignages, qu'elle contraste avec les récits historiques officiels. Acclamée par la critique européenne ces dernières années et accueillie avec un formidable enthousiasme par le public rémois lors de sa venue au festival de 2010, Sanja Mitrovic revient, pour notre plus grand plaisir, nous présenter deux créations. Pourquoi tu pleures ? Si au XVIIIème siècle, pleurer était

Enquête sur la phénoménologie des larmes, A Short History of Crying ne vous laissera pas indifférent. © Stephan van Hesteren de bon ton, le puritanisme du siècle suivant en a fait un acte intime, souvent signe de faiblesse. Longtemps interprétée de la sorte, la souffrance privée s'est pourtant récemment vue propulsée sur le devant de la scène, l'émergence de la téléréalité aidant. Dans A Short History of Crying, véritable performance théâtrale, Sanja

Mitrović, seule en scène, s'incruste littéralement dans des images d'actualités ou d'archives, pour dénoncer avec humour cette compassion feinte, dont nous faisons preuve quotidiennement, et nous invite à réagir. Par tous les moyens, elle nous mène par le bout du nez et nous amène finalement où elle veut : au bord des

larmes, épinglant émotivité obligée !

ainsi

notre

A Short History of Crying, le vendredi 30 novembre à 21h et Crash Course Chit Chat, samedi 1er à 21h et dimanche 2 décembre à 16h à l'Atelier de la Comédie. Tarif A (5 à 22 euros).

DANSE

La poésie du mouvement Au même titre que le théâtre, la musique ou encore l'art contemporain, la danse a toujours eu sa place au sein de Reims Scènes d'Europe. Sollicitant souvent le corps tout entier, elle peut aussi ne mouvoir qu'une seule partie de celui-ci.

© Marteen Vanden Abeele

Pour danser, a-t-on besoin de son corps dans son entier ? Et si les mains suffisaient, si elles devenaient des entités à part entière et se lançaient dans une chorégraphie de la vie ? Elles évolueraient alors dans un petit monde, dansant, virevoltant et revivant les étapes importantes de leur existence, s'asseyant tantôt sur un banc, flânant tantôt sur un quai de gare... Et si on arrêtait de rêver et qu'on se réveillait pour réaliser que tout cela est vrai ? Car il existe bien, ce Nanomonde où deux mains dansent, l'une se demandant « où vont les gens quand ils disparaissent de notre

vie, de notre mémoire ? » et pensant à ses disparus, l'autre personnifiant ces derniers. Raconter cette histoire miniature, voilà le défi que se sont lancé la chorégraphe Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormael, réalisateur du Huitième jour et de Mr Nobody, et ce sont eux qui en parlent le mieux : « Entrer dans le Nanomonde, c'est regarder la matière à très petite échelle. Une décomposition extrême qui permet de comparer l'exploration de l'infiniment petit à celle de l'infiniment grand, cette fois au coeur de la matière Danse. « Rien n'est grand ou petit que par comparaison » disait Gulliver en arrivant à Brobdingnag. Il s'agira de faire du spectaculaire avec du tout petit. Utilisant à la fois la technologie (micro caméras, projection sur écran, filmage en direct) et l'artisanal (décors et personnages de modèles réduits). Ce contraste mettra en évidence la fragilité et la simplicité d'un uni-

vers poétique où l'on se jouera de la pesanteur en travaillant sur le monde du dessus et du dessous... » Fervent partisan de la culture pour tous, le Manège de Reims se veut créateur de passerelles de découverte. Afin d'ouvrir les frontières entre art et espace public, il multiplie en effet les collaborations avec d'autres scènes culturelles françaises et s'investit dans de grands festivals. Invitant régulièrement le public à participer à des événements conjuguant spectacles et propositions atypiques, celle qui se situe à la croisée des disciplines était la scène idéale pour recevoir le Nanomonde de Kiss & Cry, lui-même à la frontière des genres, alliant danse manuelle et cinéma instantané.

Kiss & Cry, samedi 1er à 21h et lundi 3 décembre à 19h au Manège de Reims. Tarif A (5 à 22 euros).


www.scenesdeurope.eu

REIMS SCENES FESTIVAL

THÉÂTRE

Espoir européen Si la crise économique touche la France, elle sévit également dans le reste de l'Europe, divisant parfois les peuples. C'est pour encourager ces derniers à s'unir que Reims Scènes d'Europe a choisi cette année de convier, autour d'une thématique commune, de nombreux artistes européens, à l'image des Grecs du Blitz Théâtre Group . Parmi les artistes et compagnies invités à se rassembler autour du thème annuel qu'est La Frontière et l'Exil, le Blitz Theatre Group sera sans doute le plus symbolique de tous. Originaire de Grèce, la troupe proposera en effet, au travers de deux créations, l'exploration d'une Europe touchée par la crise, au coeur du pays le plus meurtri par celle-ci. Accueillie par la Comédie de Reims les 4, 5 et 11 décembre prochains, la Compagnie nous présentera Late Nig ht et Don Quichotte, pièces particulièrement représentatives de la nouvelle génération grecque. « Comme souvent, lorsqu'un pays est traversé par des événements terribles, le théâtre continue de vivre, comme il peut, où il peut. Mais il faut souligner que le théâtre a une fonction

particulière en Grèce, une fonction citoyenne très importante ; la Grèce est le berceau du théâtre. Et on le sent dans la vitalité de l'art, la volonté farouche de continuer coûte que coûte », précise Ludovic Lagarde, directeur de la Comédie. Bal un peu particulier se tenant dans une salle démodée, Late Night, met en scène six acteurs. Pendant des heures, ils dansent, chantent en play-back, boivent et s'assoient pour se reposer ou discuter, totalement hors du temps et bien loin de nous, simples spectateurs. Alors qu'ils semblent évoluer dans une étrange réalité dans laquelle tout s'effondre, une voix raconte des histoires, parle du passé glorieux ou aboie ordres et instructions aux danseurs, via les haut-parleurs de la salle. En regardant ces performeurs au caractère troublant, on ne peut que s'interroger : qui sont-ils ? Que font-ils ? A quoi sert cette salle et qui la fait fonctionner ? En explorant la relation entre l'individu et les mécanismes de la société, à travers l'histoire d'un pays et d'un continent, le Blitz Theatre Group cherche à saisir le rythme déjanté du siècle passé, livrant un témoignage sur un monde en confusion

et une proposition sur l'utilité du théâtre en ce début de 21ème siècle. Changement de décor pour la première en France de Don Quichotte, docu-fiction relatant les aventures du chevalier de la Manche, tirées du fameux roman de Cervantès ou bien inventées de toute pièce. Entre Espagne du 17ème siècle et Grèce contemporaine, la pièce se veut ambiguë mais réaliste quant à la situation critique que traverse le cœur de l'Europe. Proposant une vision du voyage solitaire qu'entreprend le chevalier, depuis la 1ère nuit où il quitte ses terres jusqu'au jour de sa mort, le Blitz Theatre Group tente de saisir comment la fiction a pu dépasser la réalité.

Entre fiction et réalité, le monde de Don Quichotte est le seul où l'on croise des oiseaux étranges. © Blitz Theatre Group

Late Night, mardi 4 à 19h et mercredi 5 décembre à 21h à l'Atelier de la Comédie. Tarif A.

Don Quichotte, mardi 11 décembre à 21h à La Comédie. Tarif A.

|[Heureux qui comme Ulysse]| Critique de films avant de se tourner vers la réalisation de longs métrages, Théo Angelopoulos est aujourd'hui une figure emblématique du nouveau cinéma grec. Caractérisée par l'exaltation poétique des paysages de son pays, l'oeuvre du réalisateur se compose d'une quinzaine de films, évoquant pour la plupart l'histoire et la société grecque. Proposé par la Pellicule Ensorcelée et le Cinéma Opéra, Le Regard d'Ulysse, Grand Prix de Cannes en 1995, en est la parfaite illustration et complète comme il se doit la parenthèse grecque introduite à La Comédie. A. est un cinéaste grec expatrié aux Etats-Unis. A l'occasion de la prochaine projection d'une de ses oeuvres, il revient à Fiorina, sa ville natale. Mais contrairement aux apparences, il ne vient pas pour célébrer son art mais pour partir à la recherche des bobines originales du premier film réalisé dans les Balkans, par les frères Manákis au début du 20ème siècle. Il se lance alors dans un périple au cours duquel il va croiser les vestiges de son passé. Si ce film nous raconte l'aventure de ce nouvel Ulysse, il aborde également la lente dégradation politique que connaissent les Balkans.

JEUNE PUBLIC

Les bébés aussi ont leur festival ! Entre théâtre, danse, musique, art contemporain et cirque, nombreuses sont les propositions faites au public lors de ce festival aux multiples facettes. Majoritairement destinée à des adultes, la programmation n'oublie pas pour autant les touts-petits. L'association Nova Villa plonge une fois de plus les enfants dans un univers invitant aux rêves et à la poésie. Partenaire de l'événement avec six autres salles rémoises, Nova Villa a pensé aux plus jeunes d'entre nous. La structure culturelle, entièrement dédiée au jeune public, a programmé un Week-end Bébés, entre rencontre et spectacles à destination de nos bambins. A l'origine du festival Méli'môme depuis 1989, Nova Villa, à l'instar de toute salle culturelle, concocte chaque année une programmation originale, avec une large ouverture à l'international : résidence d'auteur, rencontres d'artistes et formations en font partie, le tout bien

évidemment adapté à un public enfantin ou familial. En effet, les spectacles ne sont pas réservés qu'aux grands et sont même indispensables au développement et à l'épanouissement de l'enfant ! Revendiquant cette idée et favorisant les découvertes en famille, Nova Villa a prévu trois rendez-vous qui vont nous émerveiller. Une rencontre avec Donatella Caprioglio, psychologue clinicienne et professeure à l'Université Paris Nord, ouvrira le weekend. Au cours de celle-ci et à travers la question « Comment l'enfant se construit... dans l'espace physique mais aussi dans l'espace imaginaire ? », les parents et leurs enfants pourront réfléchir sur notre façon d'investir les lieux. Viendront ensuite deux spectacles jeune public, Ssst !, de la Cie Florschütz & Döhnert, et White, de la Catherine Wheels Theater Company, programmés tout au long du week-end afin de satisfaire le plus grand nombre. Avec presque rien, si ce n'est une pincée d'humour et

lent d'une poche de pantalon qui n'a pas de fond, où peut parfois se perdre un lapin blanc plus blanc que blanc. Et une fois qu'on l'a trouvé, il suffit de rêver. Avec White, la couleur reste la même et s'étend dans un monde tout entier. Evoluant dans cet espace entièrement blanc, deux personnages vêtus de blanc, entourés d'arbres blancs, d'objets blancs et de rideaux blancs, s'occupent des oeufs blancs qui tombent du ciel, blanc également. Un jour, ils vont pourtant découvrir un oeuf rouge... égayant subitement leur univers.

Que se passe-t-il quand on trouve un lapin blanc ? Il faut rêver, tout simplement... © Cie Florschütz Döhnert

de la musique, les deux comédiens de Ssst ! inventent sous nos yeux un voyage aussi féérique que fantaisiste. Entre rêve et réalité, les deux compères nous par-

Rencontre : Donatella Capriglio, samedi 1er décembre à 10h à la médiathèque de Cormontreuil. Entrée libre. Ssst ! à l'Espace Thierry Meng à Bétheny et White à La Comédie de Reims, samedi 1er et dimanche 2 décembre à 10h et 17h. Tarifs : 1 adulte + 1 enfant - de 3 ans 8 euros / adulte 6 euros / plus de 3 ans 4 euros.


www.scenesdeurope.eu

REIMS SCENES FESTIVAL

OPÉRETTE

Délire dans les Limbes Pendant plus de 15 jours, les scènes rémoises ne feront plus qu'une sous la bannière du festival. Et si la Comédie se charge de donner le coup d'envoi de l'édition 2012, le 15 décembre, c'est à l'Opéra que celle-ci va se terminer en beauté ! Théâtre municipal à vocation lyrique, l'Opéra de Reims n'a qu'un seul but : changer l'idée qu'on peut se faire de l'opéra en élaborant chaque année une programmation riche et variée, pouvant plaire au plus grand nombre. Investi dans la vie culturelle rémoise et impatient d'ouvrir ses portes à de nouveaux spectateurs, c'est tout naturellement qu'il s'associe à Reims Scènes d'Europe. Point d'orgue de cette participation : c'est sur sa scène que s'achèvera le festival ! Le 15 décembre prochain, prenez place dans les fameux sièges rouges et découvrez Limbus Limbo. « Ce spectacle étonnant est une propo-

sition burlesque, un « apérobouffe », créé à l'occasion des 50 ans des Percussions de Strasbourg. Pour son anniversaire, cet ensemble contemporain, habituellement très sérieux, est parti dans une écriture totalement délirante et très drôle, histoire de marquer le coup et de célébrer ce cinquantenaire comme il se doit ! », indique Serge Gaymard, directeur de l'Opéra de Reims. Ce qui devait initialement être une opérette ou un opéra buffa, ne sera finalement ni l'un ni l'autre, ou plutôt les deux à la fois. Pour la plupart d'entre nous, le limbo est un jeu consistant à passer sous un bâton, se rapprochant un peu plus du sol à chaque passage des danseurs. Ce que l'on sait moins, c'est qu'en italien, limbo désigne les limbes, ce territoire souvent mal défini, censé accueillir les âmes des morts entre Ciel et Enfer avant la rédemption. Nous y ferons la connaissance d'une milliardaire en mal de

mondanités, Carl von Linné, le fameux naturaliste suédois, ainsi que Giordano Bruno, prêtre poète brûlé pour hérésie. Alors qu'ils attendent leur jugement dernier pour enfin quitter cette salle d'attente entre deux mondes, l'Eglise raye officiellement de ses dogmes la croyance en l'existence des limbes. Construit autour de cette véritable anecdote, l'inclassable Limbus Limbo nous entraine - mêlant jeu des acteurs à celui des musiciens, entre électronique et percussions, dans l'histoire de ces trois âmes, perdues dans un endroit qui n'existe plus. Alors que le trio cherchait comment en sortir, il va maintenant lutter pour y rester, par peur du vide, une seule question en tête : désormais, que va-t-il se passer ?

Limbus limbo, samedi 15 décembre à 21h à l'Opéra de Reims. Tarif A (5 à 22 euros). © Percussions de Strasbourg

ART CONTEMPORAIN

Le FRAC, bientôt 30 ans et toujours performant

Molly Haslund nous entrainera dans son univers loufoque et décalé ! © Mette Kramer Kristensen Créé en 1984, le Fonds Régional d'Art Contemporain (FRAC) Champagne-Ardenne fête cette année ses 28 ans au travers de différents événements, dont la 4ème édition de Reims Scènes d'Europe fait partie. Agissant en faveur de la création et de la promotion de l'art contemporain

et, à l'instar des autres FRAC de France, le FRAC ChampagneArdenne a pour vocation première de constituer et diffuser une collection d'oeuvres d'art, par le biais d'expositions et d'actions de sensibilisation, à destination du public le plus large possible. Idéal pour y parvenir, le cadre de Reims Scènes d'Europe va permettre au

FRAC de célébrer l'art éphémère de la performance, exemple parfait des métissages transdisciplinaires. « Nous avons choisi d'inviter des artistes venant de différents pays d'Europe et d'horizons très variés pour imaginer une soirée et une journée entièrement consacrées à la performance, qui seront réalisées dans le petit théâtre attenant au

FRAC. Les éditions précédentes ont permis d'explorer les points de convergence entre les différentes disciplines artistiques, et plus particulièrement celles liant l'art et le théâtre, démontrant que l'art n'a jamais cessé de tenter de conquérir la scène. La question des rapports entre vision, image mentale, parole et geste, est au coeur de la 5ème édition de l'anniversaire du FRAC », précise Florence Derieux, directrice du FRAC Champagne-Ardenne. Sept artistes, venus de l'Europe entière et parfois même d'ailleurs, vont donc se succéder sur la scène du FRAC, une soirée et une journée durant, pour nous présenter leurs performances. Marcelline Delbecq explorera ainsi la potentialité cinématographique de l'écriture afin d'appeler un ensemble d'images mentales, oscillant entre description et fiction, intérieur et extérieur, passé et présent, tandis que Will Holder interrogera les relations entre le langage et les objets. Molly Haslund et A Constructed World construiront, quant à eux, des univers absurdes, loufoques,

voire surréalistes. Ciprian Mureșan, qui aime aborder la culture comme un langage commun et partagé par tous, s'intéressera surtout à l'autoritarisme de toute forme de pouvoir. Oriol Vilanova ensuite, dont le travail revêt toujours une dimension littéraire et romanesque, s'emparera de thèmes tels que l'immortalité, les relations entre le temps, la mémoire et l'histoire ou l'héroïsme. Jeremiah Day, enfin, portera son intérêt sur des questions liées à la transmission des connaissances, des histoires et des identités.

Anniversaire du FRAC ChampagneArdenne, vendredi 7 et samedi 8 décembre à la Salle Jean-Pierre Miquel. Entrée libre. A voir au FRAC, place Museux à Reims : Marcelline Delbecq, vendredi 7 à 19h30, Molly Haslund, vendredi 7 à 20h30, Ciprian Mureșan, samedi 8 à 14h, Jeremiah Day, samedi 8 à 15h30, Will Holder, samedi 8 à 16h30, Oriol Vilanova, samedi 8 à 18h et A Constructed World, samedi 8 à 19h.


www.scenesdeurope.eu

REIMS SCENES FESTIVAL

CONCERT

Gypsies sans frontières Partenaire de toutes les musiques contemporaines, La Cartonnerie ne pouvait pas rater un tel spectacle. Quand cuivres et accordéons rencontrent chants du monde et violons, la salle rémoise s'attend forcément à un carton et elle a bien raison ! Depuis bientôt huit ans, La Cartonnerie ne cesse de soutenir les musiques actuelles, sur son territoire au même titre qu'ailleurs. Tout à fait complémentaire des autres salles rémoises, elle se veut attentive et réactive aux mutations que peut connaître le monde de la musique, afin de toujours offrir au public des propositions artistiques s'avérant plus pertinentes les unes que les autres. Elaborant chaque année une programmation susceptible de plaire à la grande majorité d'entre nous, elle s'associe égale-

ment à de grands rendez-vous culturels, participant ainsi à de nombreux temps forts tels que Reims Scènes d'Europe. Alors quand deux monstres sacrés de la musique tsigane s'unissent pour créer le premier Big band balkanique, impossible pour La Cartonnerie de passer à côté ! L'an dernier, le Taraf de Haïdouks - littéralement « l'orchestre des bandits d'honneur », fêtait son 20ème anniversaire. Et comme on n'a pas tous les jours vingt ans, le groupe a décidé de se lancer dans un projet ambitieux : constituer un big band balkanique. L'idée en tête, c'est vers les treize membres du Kocani Orkestar, avec qui ils avaient déjà collaboré, que les musiciens et chanteurs du Taraf se sont tournés. Aussi populaires qu'emblématiques en matière de musique tsigane des Balkans, les deux groupes forment donc

aujourd'hui un nouvel ensemble, joyeusement baptisé « Band Of Gypsies ». S'inspirant de leurs expériences et de leur culture respectives, en n'oubliant pas de piocher quelques idées dans les ballades médiévales ou les fanfares orientales, les 26 musiciens savent aujourd'hui parfaitement marier violons enflammés, cymbalums, cuivres et accordéons virevoltants, avec une aisance déconcertante. Au début pourtant, le pari n'était pas gagné d'avance : en effet, si les membres du Taraf parlent roumain et sont chrétiens, ceux du Kocani Orkestar parlent le macédonien et le turc, et sont musulmans. Faisant fi de ces différences, le nouveau groupe s'entend pourtant à merveille et communique par le biais du langage universel qu'est la musique, faisant ainsi voler en éclats toutes les frontières,

Energique, entrainante et surtout plurielle, la musique de Band Of Gypsies vous fera danser jusqu'au bout de la nuit ! © RSE 2012 qu'elles soient musicales, ethniques, religieuses, langagières ou idéologiques. Pour eux, peu importe l'origine, tant que la musique sonne et ne s'arrête pas !

Band of Gypsies, vendredi 7 décembre à 20h à la Cartonnerie. Tarif A (5 à 22 euros).

CONCERT

Chanteuse loufoque cherche Ensemble décalé Centre National de création musicale, Césaré entame cette année une collaboration avec L'Ensemble ]H[iatus, en résidence sur trois ans. Avec ce même ensemble et en partenariat avec Le Manège de Reims, il présentera « Thelma Mansfield, Metta et Hygiène » de Jennifer Walshe. Essentiellement liées à la création musicale et sonore, les missions de Césaré visent à favoriser l'émergence d'oeuvres originales, à la frontière des styles musicaux et des disciplines artistiques. Porteur de nombreux projets, le centre se veut ouvert au monde, sensible aux moindres frémissements de la création et surtout lieu de rencontres entre artistes et public, par le biais de créations, de formations autour des nouveaux langages musicaux et de résidences. « Être à l'écoute du monde, des artistes et du public est notre objectif. En entamant la collaboration avec L'Ensemble ]H[iatus, nous affirmons notre rôle de producteur. La présence des artistes sur le territoire est pour nous une nécessité, qui entraine des compagnonnages sur le long terme sous différentes formes, notamment celle de la résidence », indique Philippe

Mansfield, Metta et Hygiène », c'est à l'artiste irlandaise Jennifer Walshe que le groupe va s'associer, pour nous faire redécouvrir - d'une manière visuelle et surtout sonore, ce qui nous est le plus familier. Gestes du quotidien et objets usuels que l'on ne prend même plus la peine de remarquer se transforment alors en instruments, le temps d'un spectacle. Dans son oeuvre, la compositrice irlandaise aime en effet explorer la vie quotidienne. Prenant le temps qui passe comme partition à sa composition, elle plonge l'auditoire dans un monde réinventé, où tout sonne, frappe et murmure, et où les rythmes apparaissent de partout. Alors que nait la poésie, les spectateurs sont invités à écouter leur monde, dans un spectacle détonnant. Afin de nous offrir une autre vision de la musique et de nous faire découvrir le monde sous un nouveau jour, les membres de L'Ensemble ]H[iatus et Jennifer Walshe mettent en commun leurs talents respectifs d'improvisation et de composition.

Jennifer Walshe. © Tara Darby Le Goff, directeur de Césaré. « L'Ensemble ]H[iatus est un ensemble international de musique contemporaine créé à l'initiative de la violon-

celliste Martine Altenburger et du percussionniste Lê Quan Ninh. Modulaire et à géométrie variable, sa particularité est que la majorité -

sinon la totalité - de ses membres, possède à la fois une expérience d'interprète et d'improvisateur » nous explique le directeur. Dans « Thelma

Thelma Mansfield, Metta et Hygiène », sam.8 décembre à 21h au Manège de Reims. Tarif B (4 à 10 euros).


www.scenesdeurope.eu

REIMS SCENES FESTIVAL

THÉÂTRE DE CHARLEVILLE-MÉZIÈRES

Hallucinations hors les murs Quoi de mieux que de s'exiler soi-même ou, du moins, franchir une frontière pour illustrer au mieux son thème annuel ? C'est ce qu'a choisi de faire le festival rémois lors de cette 4ème édition, en allant s'installer, le temps d'une soirée, au Théâtre de Charleville-Mézières. Cette année, pas de mise en lumière particulière : l'Europe toute entière se voit réunie sous un même thème, La Frontière et l'Exil. Si, au fil des spectacles, les artistes ont le plus souvent choisi de nous présenter des frontières immatérielles ou symboliques, le festival dans son ensemble a décidé de prendre son thème au pied de la lettre. Ainsi, afin de l'illustrer au mieux et à l'image de l'Union Européenne il y a déjà plus de 27 ans, Reims Scène d'Europe va ouvrir les frontières de la Ville et même du département, pour la toute première fois depuis sa création en 2009. En effet, et le temps d'une soirée, le festival va

s'exiler entre les murs du Théâtre carolomacérien. Pour que cet événement inédit soit un succès, les organisateurs ont joué la carte de la sûreté et programmé Les dernières hallucinations de Lucas Cranach l'Ancien, véritable « classique » de la Compagnie belge Mossoux-Bonté. Fondée en 1985 et implantée à Bruxelles depuis, la Compagnie de Nicole Mossoux et Patrick Bonté s'est rapidement imposée comme étant l'une des plus inventives de sa génération. Situant ses recherches à la frontière de la danse et du théâtre, elle est à l'origine de nombreux chefs d'œuvres, dont fait partie Les dernières hallucinations de Lucas Cranach l'Ancien. Devenu un grand classique de la Compagnie depuis sa création en 1990, ce spectacle a connu deux nouvelles versions et plus de 140 représentations. Emblématique du travail sur l'image et le détail, entamé dès le premier spectacle et propre à la Cie, il s'inspire de l'univers des tableaux

de Lucas Cranach l'Ancien, peintre allemand de la renaissance, et explore la vie intérieure des personnages à travers des gestes et des attitudes maniéristes. Déjouant sans cesse les attentes du regard, Nicole Mossoux et Patrick Bonté ont créé un spectacle entre humour et érotisme où corps marionnettisés, sensualité et fenêtres en trompe-l'oeil traduisent une société attachée aux apparences et renvoient à un débat plus que contemporain. Apparaissant et disparaissant derrière un mur, les danseurs peignent des tableaux vivants et reconstituent des images hallucinées, laissant libre cours à notre imagination.

Les dernières hallucinations de Lucas Cranach l'Ancien, samedi 15 décembre au Théâtre de Charleville-Mézières, avec le soutien de l’Institut International de la Marionnette et du Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes

A l'image des tableaux du peintre, le spectacle est riche en formes sensuelles et en couleurs contrastées. © Patrick Bonté

PRATIQUE Achetez vos places pour Reims Scènes d’Europe : Du 6 novembre au 15 décembre, le festival s’installe à LA GALERIE DE CULTURE Ouverture du mardi au samedi de 12h à 19h Place Myron Herrick - 1, rue de Vesle 51100 Reims - (Tram Opéra) ou par téléphone : +33 (0)3 26 35 6112

La Comédie de Reims : Ouverture du mardi au vendredi de 12h à 19h et le samedi de 14h à 18h Esplanade André Malraux - 3, Chaussée Bocquaine - 51100 Reims (Tram Comédie) ou par téléphone : +33 (0)3 26 48 49 00 Vous pouvez également acheter vos places auprès des billetteries du Manège de Reims et de la Cartonnerie. Des contremarques vous seront remises. (à échanger avant votre entrée en salle sur le lieu de la représentation) Réservations Nova Villa Rencontres, formations, lectures +33 (0)3 26 09 33 33 - reservations@nova-villa.com Inscriptions Ateliers du Spectateur Bureau du Festival - +33 (0)3 26 48 66 95 - contact@reims-scenesdeurope.eu Les équipes d’accueil de chacune des scènes partenaires restent à votre écoute.

Ou sur Internet, sur le site du festival Reims Scènes d’Europe : www.scenesdeurope.eu Supplément RSE 2012 réalisé par BMDR éditions - Rédaction : Claire Lagrange, Frédérique Alfassa-Larsonneur et Julien Debant

LES ATELIERS DU SPECTATEUR

Le lendemain de certaines représentations (en matinée), les jeunes spectateurs européens YPAL , Florence Chantriaux, Jean-Noël Bruguière de l’association Allons prendre l’Art, et les équipes de Reims Scènes d’Europe en appellent à la créativité de chacun. Ils invitent les spectateurs à travailler sur la mémoire d’un spectacle à l’aide de propositions alternant écriture, expression corporelle, création plastique et prise de parole. Représentations concernées : 1ère semaine The Four Seasons Restaurant, samedi 1er décembre à 19h Crash Course Chit Chat, samedi 1er décembre à 21h Kiss & Cry, samedi 1er décembre à 21h 2ème semaine Marcelline Delbecq et Molly Haslund, vendredi 7 décembre à 19h30 Macbeth, vendredi 7 décembre à 19h 3ème semaine Les Etonnistes, vendredi 14 décembre à 19h Noéplanète, vendredi 14 décembre à 21h Renseignements et inscriptions auprès du bureau du festival 03 26 48 66 95


22 x

S or tie

w w w. l h e b d o d u v e n d r e d i . c o m N°196 du 23 au 29 novembre 2012

La Comète - Danse

Octopus : de la danse... à écouter avec les yeux

xNon, Philippe Decouflé n'est pas « que » chorégraphe. Il est aussi créateur, metteur en scène, vidéaste et... magicien. Et reconnaît d'ailleurs volontiers qu'il cherche à « emmener les spectateurs dans un rêve éveillé, une fantasmagorie entre réalité et poésie ». Un de ces (rares) artistes capables de vous plonger tout entier au coeur de leur univers. Décalé, certes, mais ô combien envoûtant... Entre autres preuves vivantes de son génie : les JO d'Albertville, le Festival de Cannes ou encore le Crazy Horse. En signant « Octopus » (traduisez « pieuvre » de l'anglais), l'artiste rend hommage à la beauté. Celle des huit danseurs qui se produiront sur scène, celle de leurs corps, de leurs mouvements et du décor dans lequel ils évolueront. Pour ajouter au charme hypnotisant du spectacle, Decouflé y dépose sa marque de fabrique : des projections vidéo et des effets d'optique bien de chez lui. Pas de poulpe géant sur les planches de la Comète, donc, mais aux côtés des interprètes, les compositeursmusiciens de la création : Pierre Le Bourgeois et Labyala Nosfell. Que l'on connaît notamment pour son univers imaginaire aux multiples facettes - le Klokochazia et ses facultés vocales à peine croyables. « J'ai fait le choix particulier de mettre de côté les concerts pour me consacrer à

cette création », explique Nosfell. « C'est un réel bonheur de travailler avec Philippe Decouflé. Il aime à performer la musique en live, et met dans ses spectacles des choses simples et intimes à la fois. La chanson de Lead Belly, « Where did you sleep last night », sur laquelle Philippe avait déjà travaillé et que je trouve merveilleuse, nous a beaucoup inspirés pour cette composition. Dans laquelle nous incluons également la musique acousmatique et populaire, le rock, le folk, l'électronique, etc. Notre objectif : divertir les gens, en passant sans cesse d'un état à l'autre, et d'un ins-trument à l'autre ». Violoncelle, batterie, synthé, piano, basse, percussions, guitare, et même table sonorisée : les musiciens auront effectivement de quoi faire. Sans doute l'un des spectacles les plus poignants et visuels de la saison artistique, à vivre, absolument !

Sonia Legendre

Octopus - Jeudi 29 et vendredi 30 novembre à la Comète - Durée : 1h39 Infos et réservations au 03 26 69 50 99

Octopus : une vague d'émotions à la Comète, signée Decouflé et Nosfell © lambours

CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS CONCERTS Wackids vous entraînent dans un voyage musical à travers l’histoire du rock en réinterprétant les tubes des papis, des mamans et des grands frères.

CHÂLONS

samedi 24 novembre

Lundi 3 et mardi 4/12 - A 9h et 14h30 gratuit pour les moins de 12 ans, spectacle à partir de 3 ans L’Orange Bleue à Vitry-le-François

ROCK : « TOXIC S »

Fort de 15 ans de carrière, le groupe Toxic’s a su séduire les foules. La chaleur et la puissance mélodique qui se dégagent de ses morceaux marquent bien l’empreinte Toxic’s.

À 20h30. Tarifs : 10 à 16 euros Une place offerte pour toute place achetée. Pour en profiter, présentez à la billetterie le pass que vous trouverez dans les Telerama du mois de novembre. Pass valable du 22 au 25/11 2012 - L’Orange Bleue à Vitry-le-François

lundi 26 novembre

samedi 8 décembre

POWER MÉTAL : « MASS HYSTERIA » + « S-CORE »

Mass Hysteria à 18 ans ! Une majorité que le cours des années ne dément pas. L’âge de l’émancipation, où l’on entrevoit la liberté, où l’on rêve. Ici, c’est l’âge où l’on assume et l’on impose. À 20h30. Tarifs : 10 à 16 euros L’Orange Bleue à Vitry-le-François

ROCK : « LA VACHE QUI ROCK »

La Vache qui Rock est un spectacle ludique traitant du rock sous toutes ses formes. Mais c’est surtout un concert culotté amplifié qui transporte petits et grands dans un monde fantastique et fantaisiste. Lundi 26 et mardi 27/11 - A 9h et 14h30 gratuit pour les moins de 12 ans - L’Orange Bleue à Vitry-le-François

vendredi 30 novembre

MUSIQUE EN MOURMELONNIE

À 20h30. Concert gratuit.

ÉPERNAY

Dans le cadre de la soirée Les rockeurs ont du cœur, le groupe Art Lackspirit, tantôt énergique, mélancolique et porteur de valeurs disparues du monde du rock, débarque avec fracas sur la scène locale. À 20h30. Gratuit - L’Orange Bleue à Vitry-le-François

lundi 3 décembre

ROCK : « THE WACKIDS »

Armés d’instruments jouets dérobés à leurs petits frères, The

xPremier

Forum territorial de la Culture scientifique, technique et industrielle Lancé à l'initiative de l'association Accustica, l'événement permettra de présenter la nouvelle gouvernance de la Culture scientifique, technique et industrielle aux acteurs du secteur (tissu associatif, culturel et éducatif, collectivités, établissements d'enseignement supérieur, etc.). Au programme également, un état des lieux de la CSTI en Champagne-Ardenne, et deux tables-rondes portant sur la diffusion et les actions du réseau auprès du grand public et des scolaires. Rendez-vous le vendredi 30 novembre de 9h à 17h à l'Hôtel de région (5, rue de Jéricho à Châlons). Inscriptions au 03 26 06 73 79 ou contact@accustica.org

xSoirée

mardi 27 novembre

JAZZ : IBRAHIM MAALOUF

Avec son dernier album Diagnostic, le trompettiste francolibanais a réussi un coup de maître. Electron libre de la scène jazz internationale, il nous transporte de composition en composition, toutes impeccablement ciselées. 20h00. Tarifs : 7,5 à 23,5 euros Le Salmanazar Epernay

samedi 1er décembre

ROCK : « ART LACKSPIRIT »

En Bref

mercredi 5 décembre

MUSIQUE : QUATUOR DEBUSSY

Voilà vingt ans que le Quatuor Debussy sillonne les scènes internationales les plus prestigieuses. Une présence scénique rare et une aisance relationnelle naturelle lui permettent d’entretenir un échange plus spontané avec les publics du monde entier. 20h30. Tarifs : 7,5 à 23,5 euros Le Salmanazar Epernay

« mexi-jazzy » !

Fans de jazz et de cuisine mexicaine : cette soirée est faite pour vous ! Dans le cadre de la Semaine de la solidarité internationale, l'association Projets Carrières Sociales de l'IUT Reims-Châlons-Charleville vous invite à un concert des plus pimentés en compagnie du groupe Blue Notes... et d'un buffet mexicain, naturellement. C'est ce vendredi 23 novembre dès 19h45, salle Pelloutier (1, place de Verdun à Châlons). Participation libre, buvette sur place.

xConcert Métal au Contrepoint

Certains parlent de métal/hardcore, d'autres de musique amplifiée... Une chose est sûre, l'association châlonnaise Delirium Tremens Prod concocte une soirée des plus mémorables au Contrepoint. Sur place, les groupes troyens Bitchdown Factory, Sons Of Secret et Kult Of Violence se produiront, ainsi que les parisiens Zuul Fx, classés dans le genre « death industriel ». Ça promet de bourlinguer ! Samedi 1er décembre à la MJC Vallée Saint-Pierre (1, rue Jean Sébastien Bach à Châlons). Ouverture des portes à 19h30. Entrée : 10€.


23 x

S or tie

w w w. l h e b d o d u v e n d r e d i . c o m N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Théâtre - Salmanazar

Philosophie enfantine

Un spectacle de la Compagnie l'Artifice. © Michel Ferchaud « Pourquoi est-ce qu'on tombe toujours vers le bas et jamais vers le haut ? » Entre fiction et réalité, deux familles, les Miches et les Drates se posent des questions et échangent leurs impressions. Si les uns sont réfléchis et résolument cérébraux, les autres sont plus impulsifs, se fiant à leur instinct. Entre eux vont naître des petits dialogues poétiques et plusieurs expériences sensorielles, fondant le spectacle. Tour à tour, Miche et Drate s'interrogent sur la peur, l'amour, la solitude mais aussi sur ce qu'il y a de « beau, grand, précieux et extraordinaire ». Par le biais de courtes histoires, les personnages vont amener le jeune public à réfléchir, lui aussi, sur les situations décrites par ces couples inséparables, intemporels et asexués, s'exprimant avec des mots tendres, poétiques et oniriques, comme « deux parties du cerveau qui dialoguent au bord du monde ». « Véritable introduction douce et poétique aux questions de philosophie, Miche et Drate est une pièce qui amène plein de questions, autant pour les petits que pour les grands », souligne Catherine Mongin, chargée de la programmation jeune public. « Les scènes abordent en effet divers sujets de façon concrète et ludique. Elles éveillent la curiosité, tentent des expériences ; elles proposent des situations qui illustrent des questions philosophiques, existentielles... fondamentales... fondatrices ! Elles ont différents niveaux de lecture, ce qui les rend signifiantes dès le plus jeune âge », ajoute Nathalie Marcoux, metteur en scène.

Claire Lagrange Miche et Drate, lundi 3 à 14h30 et mardi 4 décembre à 10h et 14h30 Théâtre Gabrielle Dorziat

SPECTACLES EXPOSITIONS SPECTACLES EXPOSITIONS SPECTACLES EXPOSITIONS SPECTACLES EXPOSITIONS SPECTACLES EXPOSITIONS SPECTACLES EXCHÂLONS

jeudi 29 novembre

DANSE : « OCTOPUS »

Solos, duos à fleur de peau, danse chorale, jeux de jambes sculpturaux, saynètes ludiques nous plongent dans le monde burlesque et décalé du chorégraphe.

À 20h30. Jeudi 29/11 et vendredi 30/11 Tarifs : 11 à 29 euros La Comète à Châlons-en-Champagne

mardi 4 décembre

THÉÂTRE : « LE SUICIDÉ »

Le Suicidé est une pièce terriblement drôle, symbole emblématique d’un humour russe qui met en pièces par un rire ravageur le système politique stalinien.

À 20h30. Mardi 4/12 et mercredi 5/12 Tarifs : 6 à 24 euros La Comète à Châlons-en-Champagne

jeudi 6 décembre

CIRQUE : « 24ÈME PROMOTION DU CNAC »

Guidés par le metteur en scène Laurent Laffargue, les 17 étudiants de la 24ème promotion du Centre national des arts du cirque explorent les sept péchés capitaux. À 20h30. Du 6/12 au 12/12 - 16h le dimanche 9/12 Tarifs : 7 à 15 euros La Comète à Châlons-en-Champagne

vendredi 7 décembre

SPECTACLE SUR GLACE : « CIRQUE DE MOSCOU »

Les artistes qui composent cette troupe offrent un subtil assortiment de plaisirs entre le monde fascinant du cirque et la féerie d’un gala de danse sur glace.

À 18h et 21h Tarifs : 17 à 37 euros Patinoire Cités Glace, parc des Escanotières Sud 9, rue Augustin Fresnel à Châlons-en-Champagne

mardi 11 décembre

MOURMELON - CINÉMARDI « LES CHRONIQUES DE NARNIA »

Un film chaque deuxième mardi du mois.

À 20h00. Centre culturel. Gratuit. Retrait des billets sur place.

vendredi 14 décembre

MOURMELON - LA ROUTE DE NOËL

Spectacles pour enfants, animations de rues, statue vivante, sculpteur de ballons, père Noël, musique, dégustations gratuites... Avec la participation des commerçants et des associations de Mourmelon.

Vendredi 14 décembre de 17h à 21h et samedi 15 décembre de 15h à 20h.

ÉPERNAY lundi 3 décembre

THÉÂTRE : « MICHE ET DRATE »

Parler de philosophie aux enfants, c’est ce que propose la compagnie l’Artifice. Ce spectacle met en scène de courtes histoires pour petits hommes et petites femmes comme autant de petits moments de rien du tout d’où le théâtre naît. À 14h30. Séances supplémentaires le mardi 4/12 10h et 14h30 le mardi Tarifs : adulte 9€ et enfant 4,5 euros Le Salmanazar à Epernay

CHÂLONS

jusqu’au dimanche 25 novembre

« UN SIÈCLE D AVANCÉES SOCIALES DANS LA MARNE »

Visible jusqu’au 25 novembre 2012, l’exposition « Un siècle d’avancées sociales dans la Marne, 1850-1950 » vient de prendre ses quartiers aux Archives de la Marne. Entrée libre du lundi au vendredi, de 13h à 17h le samedi ; dimanche et jours fériés de 14h à 18h

Archives de la Marne, 23, rue Carnot à Châlons-en-Champagne

jusqu’au samedi 24 novembre

CURIOSITÉS D’ARCHIVES

Les plus belles collections des archives municipales.

Espace Châlons Ville d’art et d’histoire, rue Léon-Bourgeois.

jusqu’au samedi 24 novembre

Bibliothèque Denis Diderot.

« UN MANGA : C’EST QUOI ? »

ÉPERNAY jusqu’au samedi 24 novembre

EWA ROSSANO

Artiste d’origine polonaise, ses sculptures de

bronze et de cristal sont un mélange élégant et harmonieux de stabilité et de fragilité qui expriment de l’émotion, mais aussi de la force. Entrée libre - Médiathèque centre-ville, 1 rue du professeur Langevin à Epernay.

jusqu’au samedi 12 janvier

« L IMAGIN ÈRE DE SYLVAIN LÉCRIVAIN »

Dans le cadre des Habits de Lumière, un voyage à travers des paysages lunaires et des contrées imaginaires.

Entrée libre Médiathèque centre ville à Epernay.

jusqu’au samedi 26 janvier

« L IMAGIN ÈRE DE SYLVAIN LÉCRIVAIN »

Dans le cadre des Habits de Lumière, un voyage à travers des paysages lunaires et des contrées imaginaires.

Entrée libre Médiathèque Daniel-Rondeau à Epernay.


24 x

oisirs L

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Noëls de Champagne

Ça va pétiller jusqu'à la fin de l'année !

xCette année, 48 villes et villages - contre 44 l'an passé - ont signé la charte du Chemin des Crèches, qui sillonnera la Marne entre Reims, Châlons, Épernay, Fismes, Sézanne et Montmirail. L'idée, audelà de fédérer tous les efforts déployés pour illuminer les fêtes, est d'apporter au département une visibilité et une notoriété touristique outre-Champagne. Et de le promouvoir comme LA destination de séjours et de découvertes pour Noël. Pour cela, les Crèches et marchés de Noël à volonté pour les Noëls de Champagne ! © Christophe Manquillet organisateurs - municipalités, offices de en Alsace et même dans le Nord-Pas-de- Reims ». tourisme, Conseil général et Comité Calais », explique David Rondeau, Le vrai « argument de vente » pour faire le départemental de tourisme directeur de la communication buzz sur ce genre d'événement reste quand Le Père Noël - n'ont pas lé-siné sur les à la Ville de Châlons. « Ainsi même le Père Noël. Si personne n'a su nous moyens de communicapaie sa tournée ! que des spots publicitaires dif- dire qui financera ses déplacements - l'air tion. « Nous avons joué la fusés sur France 3 Lorraine- de rien, ça fait une trotte ! -, on sait de carte de la géolocalisation et prévu Champagne-Ardenne. Des flyers et pro- source sûre qu'il assurera une présence dans plusieurs spots radio sur les ondes cham- grammes seront aussi distribués à Paris, en la plupart des villes et villages participants. pardennaises mais également en Lorraine, gare de l'Est et dans les TGV circulant vers Sur les marchés, près des crèches, dans les défilés, sur les patinoires, etc. Il paiera même sa tournée à Sept-Saulx ! Autre bonne nouvelle : Saint-Nicolas et le Père Fouettard seront aussi de la partie. Les trois compères se connaissent de longue date, Une Maison à vivre leur cohabitation devrait donc se dérouler à merveille. La vocation première des Noëls de Champagne, c'est de faire découvrir aux petits et grands enfants les plus belles crèches du territoire champenois. Exposées au gré des marchés de Noël, des places de village, des églises, des auberges et autres chemins touristiques, elles mettront en lumière toute la créativité et le savoir-faire de leurs concepteurs. Parfois miniatures, «

Résidence Les Clos de Saint-Martin Assurer le bien-être, créer le bien-vivre Maison de Retraite Médicalisée

xPlus

grandeur nature », ou encore accompagnées d'automates. Dans la série « ça vaut le détour ! » : la collection « crèches sorties des greniers ou de l'imagination des habitants » de Baslieux-lès-Fismes. Et pour voyager : les crèches d'Afrique de Sacy ou le Noël des Amériques, à Châlons. Nombre d'animations ajouteront également à la féérie du voyage. Inédit à Reims : la Grande Roue, installée jusqu'au 6 janvier place de la République. 40 mètres de hauteur et une vue imprenable sur la Cité des Sacres ! A tenter également : la ferme des Lutins à Sept-Saulx, les promenades aux lampions à Sézanne, le feu d'artifice et les Habits de Saveurs d'Épernay, le village Gaulois de Fismes, etc. Vous prendrez bien un petit vin chaud en chemin ?

Sonia Legendre

Noëls de Champagne - Du 23 novembre au 30 décembre - Dans près de 50 villes et villages de la Marne - Programme intégral sur www.noelsdechampagne.com.

de traîneau ? Prenez le train !

Un partenariat avec TER Champagne-Ardenne vous permettra de bénéficier d'une tarification promotionnelle « TER Événements » pour vous rendre sur les sites de Noëls de Champagne.

S u do k u

Les Clos de Saint-Martin - EHPAD Jardins de Cybèle 2 ter Avenue de Paris - 51530 SAINT-MARTIN D’ABLOIS Tél : 03 26 57 24 24 Fax : 03 26 57 24 00 Email : accueil.stmartindablois@jardinsdecybele.com

Solution n° 195


25 x

Loisirs

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

H o ro s c o p e

L e vin de l’hebdo

xChampagne De Barfontarc Brut Tradition

So rt i r

x Taureau du 21.04 au 20.05 Aujourd’hui, votre ciel astral vous laisse une route dégagée, sans obstacle à redouter. Les nouvelles situations apparues ne demandent maintenant qu'à prendre corps. Vous pourriez voir de grands changements s'installer !

La dégustation L'oeil : la robe or claire présente quelques nuances dorées.

x Gémeaux du 21.05 au 21.06 Vos émotions seront à fleur de peau. Vous pourriez, dans ce cas, avoir à reporter des décisions importantes. Attendez, plutôt, qu'une période plus calme et propice, s'installe pour faire des mises au point.

Le nez : il évoque l'amande fraîche et les fruits blancs , pêche et poire. La bouche : elle attaque en rondeur, ample et puissante, elle met en valeur la palette fruitée évoquée au nez. Un vin à la fois frais et harmonieux, qui se déguste en toute occasion, en apéritif ou au cours de repas où il se mariera avec une tarte au saumon et poireaux ou sur des oeufs pochés au Champagne.

x Cancer du 22.06 au 22.07 La chance fera évoluer les situations en votre faveur. Cependant, attention, ce ne sera pas aux autres de produire des efforts, mais à vous, et le reste suivra. Vous pourriez donc assumer de nouveaux défis.

x Lion du 23.07 au 22.08 Sur le plan professionnel, le succès ne viendra que de vous. Et, pour trouver votre place ou atteindre la position que vous recherchez, vous allez devoir trouver seul(e) les vraies réponses à vos questions.

Prix conseillé : 13,50 euros la bouteille. Pour découvrir les autres cuvées De Barfontarc et apprendre la nature des champagnes, la maison propose une "découverte du Champagne" selon différentes formules "Visite et dégustation" ou "Journée" en individuel ou en groupe (jusqu'à 200 personnes).

SAMEDI 24 NOVEMBRE Fère-Champenoise Foire de la Ste Catherine 06 07 38 30 40

Epernay Foire aux livres Gymnase Henri Viet, chemin de Beausoleil 06 20 40 56 41 Tinqueux - Marché de Noël 14h-19h - Salle des fêtes

DIMANCHE 25 NOVEMBRE

Charleville - Vide-grenier à 8h00.

Champagne De Barfontac, 18, Rue de Bar sur Aube à Baroville. Rens. : 03 25 27 07 09, champagne@barfontarc.com et www.champagne-barfontarc.com

Pierry - Vide-grenier - 06 86 51 45 76 Recy - Vide-grenier 8h-18 Salle Maurice-Simon

Epernay - Vide-grenier Rue Henry Dunant/rue de l’hôpital 06 07 38 30 40 Beine-Nauroy Marché de Nöel 3 rue de Prunay 06 16 53 16 15 Compertrix - Bourse aux jouets 9h-19h - Salle polyvalente 03 26 68 02 23 Tinqueux - Marché de Noël 9h-18h - Salle des fêtes

x Vierge du 23.08 au 22.09 Vous pourrez parvenir à une plus grande maîtrise dans votre métier. Plus mature, plus déterminé(e) que jamais, travaillez en profondeur et acceptez de nouvelles responsabilités... Vous tenez le bon bout.

x Balance du 23.09 au 22.10 Vous allez prendre la route ou votre envol, passer aux choses sérieuses ou bien... à autre chose ! Voici de bonnes surprises ! Cette semaine, vous débordez d'énergie positive.

x Scorpion du 23.10 au 22.11 De nature très sensuelle, exigeante, parfois manipulatrice, qui ne peut vivre sans ardeur, sans passion. Il est question pour vous de comprendre votre situation en profondeur.

x Sagittaire du 23.11 au 22. 12 Aujourd’hui, tout est ouvert devant vous. Il ne vous reste plus qu'à vous lâcher, et à prendre ce qui vous revient de droit. Une plus grande liberté vous est donnée et des aides vous seront apportées. x Capricorne du 23.12 au 20.01 Croyez en ce que vous faites, suivez votre intuition... Au bout, il y a un épanouissement affectif et professionnel. Vous allez mettre vos affaires en ordre, bâtir solidement et atteindre votre objectif.

x Verseau du 21.01 au 19.02 Au niveau professionnel, vous poursuivrez votre chemin sans faire de vague. Aujourd’hui, il est temps d'élargir votre cercle relationnel, afin de faire de nouvelles rencontres.

x Poissons du 20.02 au 20.03 Votre détermination sera sans faille et vous permettra de surmonter les difficultés du quotidien. Ainsi, un nouveau départ est possible, alors n’hésitez pas à sollicitez des aides, si nécessaire. Benoit M ELV HILLE

ll y a 6 ans il n’existait pas...

4 É D I T I O N S - 6 8 CO M M U N E S CO U V E RT E S 927 POINTS DE DÉPÔT OU DE DISTRIBUTION 1 8 0 0 0 0 L EC T EU R S PA R S E M A I N E 2 610 000 JOURNAUX IMPRIMÉS PAR AN ...ll est maintenant le premier société l politique l économie l culture l environnement l sortie...

hebdomadaire régional de presse écrite

www.lhebdoduvendredi. com

Le brut tradition est la cuvée emblématique de la maison L'assemblage : caractéristique du terroir avec 85% de Pinot Noir, 15% de

Chardonnay, mis en bouteille en mars 2009, il est issu pour les trois quart des vendanges 2008 et pour un quart de vin de réserve.

JOURNAL GRATUIT D’INFORMATION RÉGIONALE

Née il y a 50 ans, le 17 février 1962 exactement, la coopérative vinicole de la région de Baroville, regroupe alors soixante trois adhérents qui exploitent quelque soixante hectares de vignes sur le terroir de la Côte des Bar. En 1991 une étape décisive est franchie avec la construction de la première cuverie pour assurer la vinification de l'intégralité de la production. Les vignerons de la coopérative créent le Champagne de Barfontarc à partir du nom des trois principales communes d'implantation : Baroville, Fontaine, Arconville.Sur cent douze hectares aujourd'hui ils développent avec l'esprit authentique d'hommes et de femmes de ce terroir original, l'identité de leur Champagne. Le Pinot noir domine avec plus de 92% de l'encépagement, le Chardonnay est implanté sur quelques coteaux pour apporter ses formidables arômes. La coopérative dispose d'une capacité de stockage de 4,5 millions de bouteilles pour l'élaboration et la commercialisation de 180 000 bouteilles par an.

x Bélier du 21.03 au 20.04 Si vous avez envie de bousculer vos habitudes ou si vous aspirez à faire autre chose côté professionnel alors la semaine vous le permettra. Le succès est à portée de main. Alors, restez en alerte !


26 x

C inéma

w w w. l h eb d o d u ve n d re d i. com

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Les horaires x du 14/11/2012 au 20/11/2012

Patrick Vanlanghenhoven

AU-DELÀ DES COLLINES

(Roumain 2H30 Drame) De Cristian Mungiu, avec Cosmina Stratan, Cristina Flutur, Valeriu Andriuta. Alina et Voichita étaient deux enfants sortis de l’orphelinat pour trouver leur propre route. Alina la trouve dans le monde extérieur en Allemagne et Voichita dans un monastère orthodoxe. Quand Alina revient chercher son amie, elle ignore encore qu’elle a placé Dieu au- dessus de leur amour. Un très beau film brut et sans fioriture qui nous plonge au cœur de l’univers orthodoxe, entre Dieu et le monde moderne.

CINÉMA Le Palace 33 Bld Motte - 51200 Epernay

The impossible Mer : 14H30 - 17H30 - 20H30 Jeu : 20H30 Ven :20H30 Sam :14H30 - 17H - 20H - 22H30 Dim : 10H30 - 15H - 17H30 - 20H Lun : 14H30- 20H30 Mar : 20H30 De mémoires d’ouvriers VENDREDI 20H Le Capital Mer : 17H30 Jeu : 20H30 Ven :14H30 Sam :17H - 22H30 Dim : 10H30 - 15H Lun : 20H30 Twilight Révélation 5 Mer : 14H30- 17H30 - 20H30 Jeu : 20H30 Ven :20H30 Sam :14H30- 17H - 20H - 22H30 Dim : 10H30- 15H - 17H30 - 20H Lun : 20H30 Mar : 14H30- 20H30 Argo Mer : 17H30 - 20H30 Jeu : 14H30 - 20H30 Ven: 14H30 Sam :17H 20H - 22H30 Dim : 17H30 - 20H Lun : 14H30 - 20H30 Mar : 14H30 20H30 Nous york Mer : 14H30 - 20H30 Jeu : 14H30 Ven : 20H30 Sam : 14H30 20H Dim : 15H - 20H Mar : 20H30 Skyfall Mer : 14H30 - 20H30 Jeu : 14H30 Ven :20H30 Sam :17H - 20H Dim : 10H30 - 15H Lun : 14H30 Mar : 20H30 Paranormal Activity 4 Mer : 17H30 Jeu : 20H30 Ven :14H30 Sam :22H30 Dim : 17H30- 20H Lun : 20H30 Mar : 14H30 Stars 80 Mer : 17H30 Jeu : 20H30 Sam : 17H - 22H30 Dim : 10H30 - 17H30 Lun : 20H30 Le rêve de Galiléo Mer : 14H30 Sam :14H30 Dim : 10H30

ROYAL AFFAIR

(Danois 2H16 Historique) De Nikolaj Arcel, avec Mads Mikkelsen, Alicia Vikander, Mikkel Boe Folsgaard. La jeune Caroline, devenue reine du Danemark, se retrouve isolée dans cette Cour où son mari l’ignore. Elle se lie d’amitié avec le médecin du roi, l’influent Struensee. Bien avant la révolution, le roi Christian et son médecin mettront en pratique une partie des idées philosophes des Lumières, Rousseau et Voltaire. Mais la liaison de son meilleur ami et de la reine sonnera le glas pour le couple. Une splendide fresque sur cette période que nous ignorons, une révolution en douceur que réussira le fils de Christian Frederick.

THE IMPOSSIBLE

(USA 1H47 Drame) De Juan Antonio Bayona, avec Naomi Watts, Ewan McGregor, Tom Holland (II). Le 26 décembre, un tsunami ravage la côte thaïlandaise, un couple et leurs enfants se retrouvent séparés dans la tourmente. Ils essaieront de tout faire pour se retrouver. Après L’Orphelinat où derrière les fantômes se cachait la thématique de la famille, Juan Antonio Bayona confirme tout le bien que nous pensions de lui. Un film abouti où se mêlent avec talent la fresque familiale mélodramatique, le film catastrophe, le film de monstres et l’histoire de fantômes.

CINÉ Le Majestic

ZAC des Escarnotieres 51000 Châlons

Les Cinq Légendes (Avant Première)Dim : 11:15 Niko le petit Renne 2 (Avant Première) Dim : 13:45 Thérèse Desqueyroux Tous les jours : 11:00 | 13:45 | 16:30 | 19:30 | 22:00 The impossible Tous les jours : 11:00 | 13:45 | 16:30 | 19:30 | 22:00 Une nouvelle chance Tous les jours : 11:00 | 13:45 | 16:30 | 19:30 | 22:00 La Fille du régiment Jeu : 14:00 | 18:00 Ven : 16:00 | 20:00 Le Capital Mer, Lun, Mar : 11:00 | 13:45 | 16:30 | 22:00 Jeu : 11:00 | 13:45 | 16:30 | 19:30 | 22:00 Ven : 11:00 | 16:30 Sam, Dim : 11:00 | 16:30 | 22:00 Twilight Révélation 5 Tous les jours : 11:00 | 13:45 | 15:15 | 16:30 | 18:00 | 19:30 | 21:00 | 22:00 Sinister (-12 ans) Mer, Sam, Dim, Lun, Mar : 20:00 | 22:15 Jeu, Ven : 22:15 Nous york Mer, Ven, Sam, Lun, Mar : 11:15 | 13:30 | 16:00 | 18:00 Jeu : 11:15 | 13:30 | 16:00 Dim : 13:30 | 16:00 | 18:00 Skyfall Tous les jours : 11:00 | 13:45 | 16:30 | 19:30 | 22:00 Paranormal Activity 4 Tous les jours : 22:15 Stars 80 Mer, Sam, Dim : 13:45 | 18:00 | 20:15 Jeu : 11:15 | 18:00 | 20:15 Ven : 11:15 | 13:45 | 20:15 Lun, Mar : 11:15 | 13:45 | 18:00 | 20:15 Astérix et Obélix au service de sa majesté Mer, Sam, Dim, Lun, Mar : 11:00 | 13:30 | 15:45 Jeu : 11:00 Ven : 11:00 | 13:30 Clochette et le secret des fées Mer, Sam, Dim : 11:15

CINÉ La Comète

5 rue des Fripiers - Châlons-en-Champagne

La Vierge, les coptes et moi Jeu 22 à 18h00 Sam 24 à 18h00 Les enfants du Paradis Lundi 20h00 Amour Mer 21 à 18h00 Jeu 22 à 20h30 Ven 23 à 18h Sam 24 à 20h30 Lun 26 à 15h00 Le jour des corneilles Mercredi 14h30 Dans la maison Mer 21 à 20h30 Ven 23 à 20h30 Dim 25 à 20h30

gros plan

x

COMME DES FRÈRES

(France 1H44 Comédie) De Hugo Gélin, avec François-Xavier Demaison, Nicolas Duvauchelle, Pierre Niney.

Boris, Elie, et Maxime partageaient une seule chose en commun, l’amitié de Charlie. C’est elle qui les avait réunis, aidant la jeune fille chacun à leur façon. Aujourd’hui c’est une journée bien triste. Ils enterrent celle qu’ils avaient aimée, d’une façon ou d’une autre. Pour Boris c’est l’amour de sa vie que l’on laisse s’enfuir par incapacité, et dont il ne reste que l’amitié profonde et sincère. Pour Elie c’est l’amie d’enfance, peut-être plus, dans leur parcours commun qui sait ? Pour Maxime, c’est la vieille amie qui gardait le môme quand les parents sortaient le soir. Ce trio s’approche de l’explosion, plus rien ne les retient sauf une dernière promesse faite à Charlie. Ultime cadeau de la jeune fille, elle comprend bien avant nos lascars, qu’ils étaient faits pour être amis. C’est durant ce long voyage jusqu’en Corse qu’ils apprendront peut-être combien elle avait raison. Et si Charlie s’était trompée ? Premier film d’Hugo Gélin, fils de Xavier et petit-fils de Daniel Gélin, ce road movie, film de copains tient bien la route. Hugo Gélin se décide un pour une mise en scène personnelle, s’inspirant des films qui bercèrent son enfance. Tout en s’inscrivant dans le road movie initiatique - trois types que tout oppose se retrouvent soudés comme des frères à la fin - il choisit de prendre un trio générationnel, trois gars d’âges différents qui finissent par se rejoindre autour d’une amie disparue. Deuxième aspect, les retours en arrière remontent le temps jusqu’à l’origine de leurs rencontres respectives avec Charlie. Il maitrise suffisamment ses effets risqués pour proposer un premier film prometteur, s’appuyant sur un vrai travail de fond, dans la forme comme dans le contenu. Une bonne surprise de cette fin d’année, elle nous prouve que le cinéma français a encore des choses à dire.

THÉRÈSE DESQUEYROUX

(France 1H50 Drame) De Claude Miller, avec Audrey Tautou, Gilles Lellouche, Anaïs Demoustier. Mariée pour réunir deux bouts de terre, Thérèse Larroque devient Madame Desqueyroux. Elle décide que le destin n’assombrira pas sa vie. Elle tente tout pour prendre pleinement en main son destin. Testament de Claude Miller, nous retrouvons la femme frustrée d’amour et de reconnaissance dans un monde où elle se sent anéantie. Oubliant les flashes back de Franju, le film gagne en choisissant la voie de la linéarité.

UNE NOUVELLE CHANCE

(USA 1H51 Drame) De Robert Lorenz, avec Clint Eastwood, Amy Adams, Justin Timberlake. Un recruteur de baseball effectue un dernier voyage avec sa fille, passionnée elle aussi, pour découvrir un dernier joueur talentueux. Assistant sur les films d’Eastwood, Robert Lorenz n’a pas trop de mal à convaincre la star de jouer dans son film. Dommage, avec un tel casting, que le réalisateur se contente d’un film conventionnel où chacun livre sa prestation, sans plus, sur une narration prévisible.

Le péché du diable Boite de 16 péchés = 15,50€

www.deleans.fr

(ganache orange et soupçon de gingembre)

Où trouver Deléans ? 20, rue Cé rè s - Reims - 03 26 47 56 35 7, rue des Elus - Reims - 09 82 43 72 53


27 x

ortrait P

w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

N°196 du 23 au 29 novembre 2012

Gérard Fasoli

Artiste, pédagogue et nouveau directeur du Cnac !

temporain. En tant qu'artiste, mais également en tant qu'enseignant. « C'est notre génération qui a fait naître le cirque contemporain, j'en reste un de ses fidèles serviteurs. Tout en veillant à préserver le caractère traditionnel et les valeurs premières du cirque ». Gérard Fasoli a également transmis sa passion des disciplines acrobatiques et aériennes aux élèves des écoles nationales de xLe nouveau directeur du Cnac Rosny-sous-Bois, Montréal, San devrait arriver à Châlons courant Francisco, Londres et... Châlonsdécembre, le temps pour lui de en-Champagne. « Les sélections terminer un projet de fin d'études de la toute première promo du à l'Ecole supérieure des arts du Cnac, en 1985. J'y étais ! ». Et il cirque de Bruxelles (Esac), qu'il se réjouit de son retour en dirigeait jusqu'alors. Lorsqu'on lui Champagne-Ardenne, qui promet demande comment le cirque est de belles retrouvailles avec les entré dans sa vie, Gérard Fasoli acteurs culturels du coin. « J'ai évoque d'emblée l'Académie participé au premier festival de Furies, en 90. Il Fratellini, Centre international des « La force du Cnac, existe de très arts du spectacle, c'est son métissage » belles collaborations à poursuivre où il a enseigné. « Mon niveau acrobatique m'a et à développer dans cette région, attiré vers le cirque, ainsi que notamment en y encourageant mon engouement pour le pluridis- l'implantation des compagnies de ciplinaire. C'était à un moment où cirque ». l'on avait ce désir de réunir dif- Ses atouts pour les nouvelles férentes compétences artistiques, responsabilités qu'on lui confie ? pour permettre la rencontre entre Il possède une parfaite connaisle cirque et d'autres arts, comme sance du terrain, tant technique la danse par exemple ». Tout au qu'artistique, mais aussi du réseau long de sa carrière, il s'impliquera circassien européen. « Cela fait dans l'évolution du cirque con- cinq ans que j'ai quitté la France,

xR ep è re s : Gérard Fasoli a 59 ans. Il obtient son diplôme de kinésithérapeute en 1976 et se spécialise en orthopédie, respiratoire infantile et kinésiologie jusqu'en 1982. Ancien membre de l'équipe de France de Trampoline et sportif de haut niveau, il évolue depuis 1983 dans le milieu professionnel des arts du cirque, jonglant entre ses casquettes de trapéziste, acrobate, comédien, conseiller technique et artistique. Sa passion pour la musique lui permettra également de collaborer avec l'Atelier lyrique de Tourcoing, la Péniche Opéra et Yannis Kokos. Il a enseigné les disciplines acrobatiques et aériennes dans les Ecoles Nationales de cirque de Rosny-sous-Bois, Châlons-enChampagne, Fratellini, Montréal, San Francisco, Londres et Bruxelles (qu'il dirigeait jusqu'à aujourd'hui). Parallèlement, il est administrateur de la Fédération européenne des écoles de cirque professionnalisantes, et expert cirque dans la commission d'habilitation des DNSP culture en France.

© l'Hebdo du Vendredi

Fin octobre, le directoire du Centre national des arts du cirque, en accord avec le ministère de la Culture et de la Communication, nommait son nouveau directeur général : Gérard Fasoli. Un retour aux sources, en quelque sorte, puisqu'il y a déjà enseigné...

je vais devoir prendre mes marques, et surtout prendre le temps d'observer ce qui se passe au sein de l'école. Les projets qui se dessineront par la suite seront actés en concertation. Le Cnac est un grand paquebot, pas question d'y débarquer en franc-tireur ! C'est également l'une des plus grandes écoles supérieures du monde. Mais elle n'est pas la

seule. Il existe une certaine forme de concurrence au niveau international. Je pense notamment aux écoles de Stockholm, Tilburg ou encore Rotterdam. La force du Cnac, c'est son métissage, aussi bien des disciplines enseignées que des élèves. Je poursuivrai donc le travail engagé sur son identité et sa notoriété internationale ». Autre dossier dans les tuyaux, la réunification des écoles supérieures de Châlons et de Rosny-sous-Bois, grâce au DNSP (Diplôme national supérieur professionnel). « Et leur articulation autour de ce même diplôme. Une façon de reconstituer la filière professionnelle et d'assurer la continuité du parcours des étudiants. Le projet permettra aussi une meilleure cohérence en matière d'utilisation de l'argent public ! ». Justement, en parlant de ça... ? « Je ne suis pas engagé politiquement, mais je le suis énormément socialement. C'est le

devoir des anciennes générations de veiller sur les jeunes, en leur apportant notre expertise et notre expérience. Avec un mot d'ordre : aucun tabou ! Je m'investis beaucoup dans la sécurité et la prévention. Contre les comportements addictifs, notamment. Etant donné que, dans ce domaine, la répression ne fonctionne pas, mieux vaut passer par la sensibilisation. Par exemple, nous avons mis en place un programme anti-tabac à l'Esac, pour les élèves et le personnel. Ces problèmes sont une réalité sociétale sur laquelle il ne faut pas fermer les yeux ». Et le futur châlonnais de conclure en citant Yolande Padilla, missionnée au ministère de la Culture : « Tant que l'art propose d'autres situations que celles que nous lui connaissons, c'est qu'il est vivant ». Son credo !

Nouveau directeur du Cnac... et maître dans l'art d'enseigner le cirque ! © Philippe Cibille pour le Cnac

Sonia Legendre


L'Hebdo du Vendredi - Epernay - 196  

L'Hebdo du Vendredi, édition Epernay, numéro 196, semaine du 23 au 29 novembre 2012