Page 6

6

Du 17 au 23 novembre 2017 >> www.lhebdoduvendredi. c o m

Société

Apérobo châlonnais

Des soirées branchées entre humains et robots Depuis bientôt un an, les soirées Apérobo châlonnais s'invitent chaque mois au centre-ville. Le principe : réunir les passionnés de robotique et les novices en la matière autour de prototypes surprenants. Ambiance.

ous le regard curieux des clients, plusieurs robots ont fait leur entrée au Red Fish lors du dernier Apérobo châlonnais. Et le gérant de l'établissement, Stéphane Michelet, figure parmi les premiers fans du concept. « J'ai déjà appris beaucoup de choses, sourit-il. C'est une initiative originale qui permet de valoriser les sociétés innovantes du territoire et de mieux comprendre l'utilité de la robotique. Zeli, par exemple, peut aider les personnes atteintes d'Alzheimer. » Ce prototype féminin semi-humanoïde, conçu par NeedaBot (anciennement Hocaro), était accompagné de Tiago, un robot né pour assister le personnel soignant. « Regardez, il va détecter puis attraper un objet que j'ai volontairement placé au sol, dixit Lucile, sa propriétaire. Il doit aussi être capable de signaler une porte mal fermée ou la chute d'un humain. L'idée, c'est de faire gagner du temps aux soignants pour qu'ils en consa-

S

Tiago, fan de l'Apérobo châlonnais. © l'Hebdo du Vendredi

crent davantage aux patients. » Plus loin, un De plus en plus développé dans les grandes adorable automate surnommé Albert étonne villes, le concept d'Apérobo vise à vulgariser les néophytes. « C'est un l'univers merveilleux de la robot éducatif. Il peut lire Robots faits maison robotique. « Avec des démonstrations, des jeux et des livres, apprendre à et manipulations des défis, pour montrer parler Anglais, faire une partie de jeu de l'oie, etc. que les robots peuvent Et pour le côté ludique, j'y ai intégré une voi- nous simplifier la vie. On aimerait proposer ture télécommandée. » une arène pour manipuler plusieurs modèles

et comparer leur vitesse, leur force, la longueur de leurs sauts, etc. » Comme Lucile, d'autres passionnés se retrouvent régulièrement à l'Apérobo. Avec un leitmotiv : s'amuser et découvrir de nouveaux modèles faits maison. Atlas a entièrement été conçu et programmé par Adrien, docteur en robotique. « Il est doté de deux capteurs pour détecter les murs et d'un laser pour mesurer les distances. J'ai aussi prévu un bumper en cas de choc. Grâce aux algorithmes, il se déplace seul dans une salle. » Et grâce à un micro-contrôleur, Atlas peut allumer la lumière ou démarrer un moteur à distance. «  Lors d'un prochain Apérobo, j'apporterai un labyrinthe pour initier le public au guidage du robot. » Tout aussi ingénieux, Bakus - made in VitiBot – pourrait être commercialisé à l'horizon 2019. « On a ramené une maquette imprimée en 3D, expliquent ses concepteurs. Il a pour vocation de faciliter le passage au désherbage mécanique et sera bientôt expérimenté chez plusieurs vignerons. C'est un véhicule entièrement automatisé, équipé de quatre roues motrices et de panneaux solaires, avec dix à douze heures d'autonomie. » Bluffant.

Sonia Legendre

4Apérobo Châlonnais 10.0 – Mercredi 13

décembre à partir de 18 h 30 au Red Fish (place de la République) – Entrée libre (robots bienvenus !) - Contact : lucile.peuch@needabot.com.

L'Hebdo du Vendredi Châlons 423  
L'Hebdo du Vendredi Châlons 423  

Edition du 17 au 23 novembre 2017