Page 1

Attractivité du centre-ville

Les bonnes idées des commerçants reçoivent le coup de pouce du Plan local de redynamisation p.6

Smile in Châlons

Les nouveaux arrivants peuvent débarquer à Châlons, et avec le sourire ! p.7

Théâtre, rire et chanson L'opéra de Purcell, version loufoque et jazzy, bientôt à la Comète p.12

Benoist Apparu, confidences et convictions

ÉDITION CHÂLONS N°258 du 4 au 10 avril 2014 > > chalons.lhebdoduvendredi.c o m

Dans une interview accordée à l'Hebdo du Vendredi, Benoist Apparu revient sur la façon dont il a mené et vécu cette campagne électorale. La ligne de conduite qu'il s'est imposée avec son équipe, les raisons pour lesquelles il n'a annoncé sa candidature qu'en juin, et sa vision, qui a changé, de la politique en général. Le nouveau maire et son conseil municipal seront officiellement installés ce samedi. P.4.

RES DERNIÈ S E SEMAIN

du 22 mars au 19 avril

*

TRECA - EPEDA - SIMMONS - TECHNILAT - SWISSCONFORT - A RENAULT - DUNLOPILLO

14 rue Edmond Rostand Val de Murigny Route d’Epernay - REIMS www.bouleydecoration.fr

Sur articles signalés en magasin.

*


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

ÉDITO

Comme beaucoup de journalistes généralistes, j’ai vécu ces dernières semaines au rythme des élections municipales. Moins que pour un candidat - avec opposition -, la séquence est (relativement) éreintante. Vu les résultats, au lendemain du second tour, nous repartions aussi, pour une valse gouvernementale (passez le jeu de mot, trop tentant), en même temps que se formaient les équipes municipales, avec les choix des adjoints, les attributions de délégations, comme des gouvernements locaux. 20 heures, mardi 1er avril, hasard de calendrier, aucun lien poissonnier, je m’accordais donc ma pause jeune public, tout public, sur le festival Méli’Môme. Comme chaque année, je m’étais fait pointé un spectacle. « Si tu ne dois en voir qu’un, c’est celui-ci. » Le public - salle comble - était essentiellement composé de collégiens et de lycéens, et de quelques adultes, comme moi, égarés-bien à leur place. Une centaine d’adolescents qui s’apprête à entrer dans une salle de spectacle, ça fait du brouhaha, plus que du bruit. Passés les premiers arpèges acoustiques, volume faible, un fait exprès à peu près sans aucun doute choisi par l’inspirée metteure en scène, pour attirer l’attention, les ados se sont tus. Et ils sont entrés dans la pièce sans jamais la lâcher. Moi aussi. Ça n’est pas si compliqué de donner à voir et à entendre à nos têtes blondes, brunes, rousses, blanches, noires, métisses, poésie, réflexion, humour, émotion, dureté de la vie, aussi, pour peu qu’on se donne un peu de peine. Du travail, du talent, des sourires et des larmes. C’est monté par le Théâtre du Rivage, ça s’appelle À la Renverse. Ça m’a renversé. (« Sur proposition du Premier ministre, le Président de la République a nommé ministre de… »)

Renversé

Tony Verbicaro

La météo Vendredi

Samedi

9° 19°

Dimanche

8° 18°

Lundi

8° 17°

10° 22°

Qualité de l’air

5

Vendredi 4 avril

Samedi 5 avril

Dimanche 6 avril

Moyenne

L’indice varie de 1 – très bonne qualité de l’air à 10 – très mauvaise qualité de l’air.

L’hebdo du ve ndredi édité par la SARL B2M Editions Journal hebdomadaire gratuit d’information locale Siège social : 195, rue du Barbâtre à Reims

T él. 03 26 3 6 50 13 E-mails : Rédaction : redaction@lhebdoduvendredi.com Publicité : publicite@lhebdoduvendredi.com Newsletter : newsletter@lhebdoduvendredi.com Directeur de la publication : Frédéric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com) Redacteur en chef : Tony Verbicaro (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com) Journalistes : Sonia Legendre (sonia.legendre@lhebdoduvendredi.com) Aymeric Henniaux (aymeric.henniaux@lhebdoduvendredi.com) Responsable commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com) Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com) Administration : Martine Bizzarri - Infographiste : Anne Rogé Parution le vendredi matin Imprimé par IPS à Amiens

w ww.l hebd oduve ndre di .co m

Le boycott de la semaine

Les Ultrems ne seront pas au Parc des Princes samedi

Ce ne sont pas les premiers, et ce ne seront sûrement pas les derniers. Les Ultrems, les ultras du Stade de Reims, ont en effet décidé de ne pas rejoindre la capitale samedi pour assister au match de leur équipe favorite face au Paris-Saint-Germain. En cause ? Le tarif des places, jugé prohibitif par les supporters. Le ticket du match est fixé à 35 euros par le club parisien quand le billet d'entrée dans la tribune visiteurs de tous les autres stades de France se situe plutôt entre 10 et 15 euros. A ce coût, il faut ajouter le transport en bus fixé à 15 euros, et quelques euros encore histoire de manger un morceau et de se déshydrater. Les ultras rémois, qui regarderont donc le match à la télévision, regrettent également les mesures restrictives qui sévissent dans la tribune réservée aux supporters adverses où les drapeaux et autres mégaphones sont interdits. Malgré tout, l'espace réservé au Stade de Reims ne sera pas vide. Plusieurs centaines de ces places à 35 euros ont trouvé preneurs auprès d'autres supporters rémois, sans doute moins fanatiques, mais tout aussi amoureux des Rouge et Blanc.

Les Ultrems suivront le match Reims-PSG à la télévision. © l'Hebdo du Vendredi

J.D

Coup d’oeil sur le monde Anti-Burger

D'ordinaire on attend plutôt les malfrats dans les banques, les bijouteries et autres magasins de luxe. Pourtant, c'est bien à un McDonald's qu'un Irlandais visiblement au delà de l'ivresse s'en est pris. Attaquant la porte vitrée à coups de pied, l'homme a ensuite saccagé une partie du restaurant avant de lancer son spray au poivre sur le visage des employés, présents à ce momentlà. Les faits se sont produits dans la petite ville irlandaise de Galway, qui ne connait pourtant pas d'activistes féroces anti fastfood. Arrêté rapidement par la police, le mauvais garçon serait en réalité un saxophoniste qui aurait l'habitude de jouer à proximité du McDonald's et qui s'y rendrait fréquemment. Peut-être que le dernier Big Mac a eu du mal à passer...

« Selfie  » peur ces histoires !

S'ils font fureur un peu partout dans le monde, les selfies (le fait de prendre une photo de soi en autoportrait) peuvent néanmoins parfois faire de gros ravages. C'est le cas en Grande-Bretagne où l'histoire d'un jeune Anglais de 19 ans, révélée il y a quelques jours, défraie actuellement la chronique. Danny Bowman, c'est son nom, a bien failli succomber

à une overdose il y a quelques temps, la faute à une addiction vraiment trop forte aux selfies. C'est après avoir raté un casting en 2011 et suite aux moqueries répétées de ses camarades, que le jeune homme commence à se prendre en photo de plus en plus souvent. Jusqu'à 200 fois par jour dans les pires moments, allant jusqu'à quitter chaque heure de cours trois fois au moins pour se photographier dans les toilettes. Une névrose devenue frénétique qui l'amènera à absorber une forte dose de médicaments pour en finir, heureusement sans succès.

Lourdeur administrative

Au Brésil, un avocat du barreau de Brasilia, la capitale, a déposé mardi dernier le plus grand livre du monde, du moins selon lui, devant le bâtiment du Congrès. Un ouvrage de 7,5 tonnes, haut de plus de deux mètres et contenant surtout 41 266 pages. A l'intérieur de celles-ci, environ quatre millions de règlements fiscaux auxquels les entreprises et les particuliers brésiliens sont confrontés régulièrement. Objectif de l'avocat : inviter la société brésilienne à une réelle réflexion sur un nouveau modèle qui faciliterait la vie des entreprises et des contribuables. Il faut dire qu'au Brésil, la bureaucratie

LES

est reine, une récente étude montant d'ailleurs qu'une entreprise locale passe, en moyenne, 2 600 h par an à faire de l'administratif, contre 180 h en Europe !

Tour de passe-passe

C'est beau l'amitié, dans les bons comme dans les mauvais moments. Abdelkader et Yssa sont tellement amis que lorsque le premier se voit emprisonné au centre de détention d'Argentan, dans l'Orne, le second accepte, quelques temps plus tard, de prendre sa place en cellule. « Je me suis évadé pour aller auprès de ma mère, qui était malade », prétexte Abdelkader, qui s'explique sur le curieux stratagème monté avec son ami : « On a élaboré ça un soir où on avait bu, l'idée c'était qu'on ne s'aperçoive pas de ma disparition. » Le plus fou, c'est que la combine a fonctionné pendant près de trois mois, avant que l'administration pénitentiaire finisse par comprendre qu'il y avait erreur sur l'identité du détenu. Un tour de passepasse qui n'a visiblement nullement amusé la justice, puisque les juges ont condamné la semaine dernière les deux hommes à 18 et six mois de prison. L'histoire ne dit pas si les trois mois effectués par Yssa lui seront décomptés...

Un an de plus

Pass’Apprentissage Entreprise débarque sur les mobiles

La rubrique Un an de plus propose de revenir sur un événement traité dans nos colonnes il y a un an, semaine pour semaine, et de regarder comment les choses ont évolué depuis. L’Hebdo du vendredi 5 avril 2013 relayait une nouvelle fonctionnalité du site Pass’Apprentissage Entreprise, made in CCI Champagne-Ardenne : le référencement des contrats de professionnalisation. Pour rappel, depuis 2009, ce portail met en relation les entreprises de la région et les jeunes à la recherche d’un contrat en alternance. Aujourd’hui, il débarque sur les supports mobiles via une application dédiée. Les ados – et les entrepreneurs ! - accrocs à leur smartphone ou leur tablette peuvent désormais accéder au dispositif à tout moment. Et toujours gratuitement. En ligne : un moteur de recherche par type de contrat, filière ou diplôme, ainsi que des rubriques pratiques comme « quel métier choisir ». Rendez-vous sur m.passapprentissage.com.

PRÊTRES

LA TOURNÉE DES ADIEUX Samedi 26 avril 2014 à 20h30 Cathédrale Saint-Etienne à Chalons - en- Champagne Points de vente habituels Avec la participation de

Monseigneur Jean-Michel di Falco Léandri

Renseignements : ANIM’15 Productions – 03 83 19 15 15 – www.anim15.com

S.L


Avant de partir à Matignon…

N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Droit d’asile - Manuel Valls

Illustration par les exemples

Le 11 mars dernier, quelques semaines donc avant de quitter la place Beauvau pour Matignon, Manuel Valls a adressé une note aux préfets concernant les priorités 2014 pour la lutte contre l’immigration irrégulière.

uelques lignes de la note en question, pas dénommée circulaire, mais qui y ressemble beaucoup, ont fait monter au front les associations de défense des droits de l’homme. Si le désormais ex-ministre de l’Intérieur se satisfait d’abord des chiffres, avec, pour 2013, des progrès dans la lutte contre les réseaux de passeurs clandestins et une hausse, aussi, des éloignements forcés (« plus haut niveau depuis 2006 »), il pose un chapitre 2 sur le suivi et l’exécution des refus de séjour assortis d’obligation de quitter le territoire français (OQTF). « Je vous invite donc, écrit Manuel Valls, à vous assurer que des OQTF soient prises dès le refus opposé par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) en cas d'examen de la demande selon la procédure prioritaire ou, dans les autres situation, après la décision de l'Ofpra devenue définitive ou celle de la CNDA. » L’Ofpra, c’est la première instance du droit d’asile, et la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), la juridiction d’appel. La procédure prioritaire concerne les ressortissants de pays figurant sur la liste des pays sûrs (cette liste étant définie par l’Ofpra, l’office se retrouve quelque peu juge et partie), les demandeurs qui représen-

Q

Manuel Valls, en mai 2013. © l'Hebdo du Vendredi

tent une menace grave pour l’ordre public, et les demandeurs frauduleux. Le problème que pose la note, c’est d’abord qu’elle pourrait inciter les autorités à rechercher activement des causes de classement en procédure prioritaire, comme les troubles à l’ordre public, même si ça reste loin d’une menace grave. D’après les associations militantes, les dossiers traités sous régime de procédure prioritaire ont nettement augmenté. Enfin, même si les pouvoirs publics opposent aux déboutés du droit d’asile en première instance expulsés qu’ils peuvent faire un recours depuis le pays où ils ont été renvoyés, on sait très bien qu’en pratique, c’est impossible. En 2012 déjà, la France a été condamnée par la Cour européenne

L’histoire de Romani Romoi et de sa famille illustrent parfaitement le besoin d’une nécessaire réforme. Ce Géorgien de 24 ans est arrivé en France, à Reims, avec sa mère et sa sœur en… 2009. Ce jeudi 3 avril, il a été « conduit » à l’aéroport Charles-de-Gaulle, embarquement prévu à 17 heures pour la Géorgie. Finalement, le fourgon a fait demi-tour en chemin, en raison de la grève des pilotes de la Lufthansa, compagnie sur laquelle le vol devait avoir lieu. Romani Romoi a été interpellé le 18 mars dernier durant un vaste contrôle dans le quartier Wilson à Reims. Il a été retenu depuis lors au centre de rétention administrative de Metz. Sa mère, elle, est toujours à Reims. Souffrante, elle dispose d’une autorisation provisoire de séjour (titre étranger malade). Son autorisation se termine en avril, et on lui aurait laissé comprendre qu’elle ne serait sans doute pas renouvelée. Pourtant, rien n’indique qu’elle est guérie. La sœur de Romani, Tamara, elle, a craqué il y a quelques temps et est rentrée d’elle-même en Géorgie, tant pis pour les raisons qui ont poussé cette famille à fuir en 2009. Romani Romoi est décrit par les personnes qui l’ont côtoyé à Reims comme un « gars modèle, il a donné plein de coups de main à d’autres en situation compliquée, il ne s’est jamais planqué des autorités ». Ce jeudi, il devait être «  présenté à l’avion  » pour la troisième fois. Ses deux premiers refus d’embarquer sont les seuls éléments qui lui sont reprochés dans l’OQTF qui lui a été délivrée. Autre exemple, concernant une famille arménienne rémoise, qui a fait sa demande d’asile en décembre 2012. La décision de l’Ofpra a été prise et délivrée tout récemment, en mars 2014. Pas même le temps de déposer un recours à la CNDA que l’OQTF arrivait au courrier, une semaine après la décision de l’Ofpra…

des droits de l’homme parce qu’un demandeur d’asile avait été éloigné sans pouvoir bénéficier d’un recours effectif. Comprenez possible. Un texte européen, adopté en 2014, indique que les Etats membres doivent autoriser les demandeurs d’asile à rester sur leur territoire jusqu’à expiration du délai prévu pour l’exercice de leur droit à un recours effectif. Le problème de fond reste toujours le même : le délai de traitement des dossiers de demande d’asile, qui peut durer quatre, cinq ans en France. Manuel Valls a eu 22 mois à l’Intérieur pour mener une réforme nécessaire du droit d’asile.

Tony Verbicaro


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

« La légitimité vient de ce qu’on fait pendant la campagne »

Municipales 2014 - Benoist Apparu

mêmes mots utilisé contre nous hier. Je trouve que ce jeu de dupes, ce théâtre, ces postures, c’est de la pure posture, deviennent complètement ridicules. Et tout est visible aujourd’hui. La lutte contre l’abstention, contre la montée du FN, ça passe bien sûr par des réponses à apporter sur le chômage, sur l’économie, mais ça passe tout autant par le combat contre ces comportements politiques.

Benoist Apparu sera officiellement élu maire de Châlons ce samedi matin. Deux jours après le second tour, il a accepté de revenir pour l’Hebdo du Vendredi sur la campagne électorale, et encore bien avant dans le temps.

uels éléments retenezvous de cette campagne électorale ? Nous avons fait un choix au début de cette campagne : on ne s’occupe que de nous, que de notre campagne, que des Châlonnais, que de notre projet. Sous entendu, on n’est pas là pour critiquer les autres. Et ce choix est lié aux constats que l’on peut faire, bien avant ces élections municipales, sur l’abstention en France et sur les scores du Front national. Je suis intimement convaincu que les chamailleries politiques sont peut-être des martingales électorales intéressantes à court terme, mais sont suicidaires à moyen et long terme. Elles dégoûtent les gens de la politique. Deuxième élément, on ne peut pas être élu maire ou Président de la République contre quelqu’un. Dire « Apparu, pas bien », ou « Namur, pas bien  », ou «  Bourg-Broc, pas bien », ou qui vous voulez, « pas bien  », une fois que l’élection est gagnée, qu’est-ce qu’on fait ? Quand l’idée principale d’une campagne électorale, c’est de la diriger contre quelqu’un, une fois que c’est gagné, on fait quoi pendant six ans ? Nous avons fait le choix de ne pas faire campagne dans ce sens. C’est plus difficile, c’est moins « sexy ». On aurait pu s’en contenter. On aurait pu faire campagne sur le thème : « Voilà ce que les socialistes ont fait au niveau du pays… » Il n’y avait qu’à parler de François Hollande.

Q

Avez-vous dû vous battre pour imposer ce choix ? Non, je l’ai imposé directement, mais il n’y a pas vraiment eu de discussion. Tout le monde était convaincu. Moi je voulais faire les choses comme ça parce que je suis convaincu qu’il faut qu’on arrive à changer les registres, basculer vers l’intérêt général, et pas seulement l’intérêt électoral. J’ai appris beaucoup de l’élection de François Hollande et de sa chute, si rapide. L’idée majeure de sa campagne,

Benoist Apparu en interview sur France 3 après la victoire au second tour. © l'Hebdo du Vendredi

c’était contre Sarkozy. Qu’est-ce qu’on fait après ? Où est la légitimité à gouverner ? Et ça vaut pour des élections municipales, ici, à Châlons. Je suis convaincu que la légitimité à diriger vient de ce qu’on a fait durant la campagne. Si on s’était contenté de critiquer les autres, si on n’avait pas fait une campagne propre, dirigée vers les Châlonnais, centrée sur notre projet, notre légitimité aurait été beaucoup plus faible. Je vous le disais en septembre dernier : si on a sorti un livre d’entretiens en début de campagne, c’était pour dire dès le début que l’on ferait une campagne sur le fond, sur du lourd, du constructif, et pas autre chose. Vous avez eu des moments de doute sur ce choix de campagne ? Non. Sur la stratégie, pas du tout, à aucun moment. Il y a toujours des interrogations quotidiennes, parce qu’untel nous tape dessus, untel autre… Par moment, on se dit qu’on se fait un peu cogner quand même…

Et sur la victoire ? Peu. L’analyse lucide, à plat, d’une situation politique, et locale et nationale, fait qu’on pouvait se dire que, sur le papier, tout était avec nous. Un bilan apprécié des Châlonnais, une légitimité du candidat à peu près reconnue, et une situation politique nationale favorable, et une situation de l’opposition locale favorable aussi. En même temps, je me suis posé la question de savoir comment les électeurs réagiraient sur la rumeur « 9-3  », sur ma position sur le mariage pour tous… Votre position sur le mariage, justement, vous en avez entendu beaucoup parler ? Un peu oui, mais je le savais dès le

départ. Je savais qu’en prenant position pour le mariage pour tous, il y aurait des conséquences électorales. Mais je l’assumais. Justement, sur des sujets aussi importants que celui-ci, on ne peut pas avoir de position électoraliste. C’est à cause de ce type de compromission que les hommes politiques ne sont plus respectés. Sur ce sujet, un homme politique ne peut plus voter contre parce que ça l’intéresse en termes électoral. J’ai assumé, je savais qu’on perdrait des voix. Et ça ne me choque pas, il y a des gens qui ont des convictions fortes, c’est légitime, ils en tirent les conséquences dans l’urne, je respecte ça. On a vu un certain nombre de bulletins nuls avec mon nom rayé et mariage écrit dessus. Ça n’est pas choquant en soi. Concernant les comportements électoralistes, justement, pensezvous avoir changé ? J’ai évolué. J’étais beaucoup plus « politicard » il y a dix ans, que je

« Pas très envie de la mairie ? Faux, juste une question de loyauté »

ne le suis depuis que je suis passé au gouvernement, et que je ne le suis aujourd’hui. Il y a un élément important, je suis fasciné par la bascule Sarkozy-Hollande, par la facilité, presque ridicule, avec laquelle l’opposition d’hier a repris tous les verbatim de la majorité d’hier, et réciproquement. Quand j’entends le Premier ministre dire « Mais vous opposition, vous pourriez de temps en temps, sur des sujets aussi importants, nous rejoindre », et puis à l’inverse, nous dans l’opposition, critiquer ce que fait le gouvernement avec les

Remontons un peu le temps. Quand avez-vous décidé de vous porter candidat à la mairie de Châlons ? Il y a longtemps, très longtemps. C’est en années, pas en mois. Depuis bien avant 2007. Dans les discussions que nous avons avec Bruno Bourg-Broc, il y a la « programmation » de la succession.

Pourtant on a beaucoup entendu la rumeur dire que vous n’aviez pas très envie de la mairie ? C’est faux. Il y a eu peut-être une erreur de ma part. J’explique. Je dois tout à Bruno Bourg-Broc. Il m’a à peu près tout donné sur un plateau d’argent. A partir du moment où la préparation de la succession était clean, j’ai toujours mis un point d’honneur à rester loyal. Je ne me voyais pas, alors qu’on avait un maire en exercice, commencer à dire « je veux y aller  » un an, deux ans ou trois avant. Mon choix, c’était d’être loyal jusqu’au bout. Et jusqu’au bout, si Bruno Bourg-Broc voulait y aller, il aurait été le leader naturel. Si j’avais mené une campagne non dite deux ans avant, ça aurait fragilisé sa position à la mairie. Donc, il fallait partir tard. J’avais sousestimé, effectivement, que la conséquence de ça, ajoutée à la rumeur Bordeaux, ferait naître l’idée « est-ce qu’Apparu est vraiment intéressé ? » J’ai sous-estimé ça. Nous en arrivons à dimanche dernier, soir de victoire. On ne vous a pas senti très démonstratif, très expansif ? C’est mon caractère, je suis comme ça. Je ne suis pas un émotif. Ça a des inconvénients, parce qu’on ne sent pas chez moi une émotion palpable dans une soirée comme dimanche. A l’inverse, ça a un avantage en situation de crise.

Propos recueillis par Tony Verbicaro

EN BREF Déjà la fin de l'union de la gauche ?

Ce dimanche soir, dès l’annonce des résultats du second tour, Dominique Vatel, président du Parti communiste français à Châlons et cinquième de la liste d’union menée par le socialiste Rudy Namur, pointait du doigt la stratégie adoptée par la tête de liste pendant la campagne. « 34,42 %, c’est le score qu’on pouvait espérer compte tenu de la situation nationale et locale. Mais à Châlons, on a cumulé les erreurs. Cette liste s’est complètement trompée de casting et d’objectifs. Le résultat de cette élection a été scellé le jour où les socialistes se sont placés sous la coupe du centriste Alain Goze et de son programme, écrit pour l’essentiel en 2001. Rudy Namur a vu très grand. On ne commence pas une carrière politique par le siège le plus difficile, surtout lorsqu’on a un ancien ministre comme concurrent. Du côté du PCF, on a eu un mal de chien à mobiliser nos électeurs, qui ne voulaient pas voter pour une liste socialiste. Si on me demande mon avis, je ne repartirai pas avec ce rassemblement lors des prochaines échéances électorales. » Mercredi, Rudy Namur nous a contacté pour contre-attaquer. « Faire son moralisateur en nous plantant des couteaux dans le dos, alors qu’il n’a jamais participé à la campagne, ça me fait sourire. C’est de la méchanceté gratuite. » Pour rappel simplement, Dominique Vatel était l’un des rares colistiers de la gauche présents à l’Hôtel de Ville dimanche soir. Une semaine auparavant, dans la foulée du premier tour, il envoyait un communiqué à la presse en encourageant : « Votez et faites voter pour la liste Un nouveau souffle pour Châlons. » Un appel relativement neutre à la mobilisation loin des tracts cinglants à l’encontre des adversaires.

Bruno Bourg-Broc aurait-il laissé son fauteuil avant la fin du mandat ?

« Jamais cette idée n’a été évoquée », sourit Benoist Apparu. L’été dernier a circulé le bruit comme quoi Bruno Bourg-Broc aurait laissé son fauteuil de maire au profit de son successeur avant la fin du mandat. Dans l’idée, peut-être, de donner un coup de pouce ? « Ça aurait été une mauvaise idée, poursuit Benoist Apparu. Organiser ce type de succession deux, trois ans avant la fin du mandat, comme l’a fait Antoine Ruffenac au Havre, ça se tient. Mais le faire six mois avant, ça apparaîtrait aux électeurs comme une magouille. Non, ça aurait été une mauvaise idée, si l’idée avait été évoquée. Mais comme ça n’a pas été le cas, la question ne pose pas. » Une coquille annuelle s'est glissée dans nos colonnes la semaine dernière. Dans l'article consacré à l'entre-deux-tours des élections municipales, nous avons écrit par erreur que Bruno Bourg-Broc avait recueilli 48,87 % des voix au premier tour en 2001. Ce score était celui de 2008. En 2001, le presque ancien maire (Benoist Apparu sera officiellement élu ce samedi 5 avril lors du conseil municipal d'installation) avait été réélu dès le premier tour.

Rectificatif - 2008 et pas 2001


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

La Cour de Babel, « une préconfiguration du monde de demain »

Ciné-débat - La Comète

n partenariat avec Réseau éducation sans frontières (RESF), la Comète organise une soirée ciné-débat lundi 7 avril à 20 h. Au programme : la projection du film-documentaire La cour de Babel, réalisé par Julie Bertuccelli, puis des échanges avec Richard Moyon, cofondateur de RESF. Le film raconte le quotidien d’enfants arrivés sur le territoire français. Ils viennent d’arriver en France. Ils sont Irlandais, Serbes, Brésiliens, Tunisiens, L'affiche du film La Cour de Babel. © DR Chinois ou Sénégalais... Pendant un an, Julie Bertuccelli a filmé les échanges, les conflits et les joies de ce groupe de collégiens âgés de 11 à 15 ans, réunis dans une même « classe d’accueil » pour apprendre la langue française. Dans ce petit théâtre du monde s’expriment l’innocence, l’énergie et les contradictions de ces adolescents qui, animés par le même désir de changer de vie, remettent en cause beaucoup d’idées reçues sur la jeunesse et l’intégration et nous font espérer en l’avenir... « Ce qui m’a le plus frappé, nous explique Richard Moyon, c’est que c’est à la fois la démonstration que les gens de toutes origines peuvent vivre ensemble, et c’est aussi une préconfiguration du globe de demain : métissé. » T.V > La Cour de Babel et débat, lundi 7 avril à 20 h. Réservations au 03 26 69 50 99. Plus d’infos sur www.la-comete.fr.

E

La mairie annexe et le centre socio-culturel déménagent

Rive gauche - Aménagements

e Comité Départemental du Tourisme de la Marne lance une campagne de communication inédite au Royaume-Uni. Pendant trois mois, du 7 avril au 7 juillet 2014, 25 taxis londoniens arpenteront la ville recouverts d’un Ici le visuel que vont arborer 25 taxis londoniens. © DR affichage la Champagne, la Marne. Visibles dans les lieux fréquentés comme les gares et aéroports, ces taxis seront facilement identifiables pour les Britanniques qui pourront y découvrir : « Champagne, savouring the best moments of your life ». La clientèle britannique représente la première clientèle étrangère en termes de nuitées hôtelières dans la Marne devant les Belges, Allemands et Néerlandais. J.D

L

A l’occasion de la journée mondiale Parkinson, l’association France Parkinson invite le grand public à une table-ronde mercredi 16 avril à 18 h 15, à la maison des syndicats (place de Verdun). Baptisée « S’informer pour mieux comprendre », cette conférence sera animée les docteurs Félix Pottecher, Anne Doe de Maindreville et Mehran Khatib. Entrée libre.

Parkinson : s’informer pour mieux comprendre

L’association Jazzus productions organise une rencontre entre les élèves du Conservatoire de Châlons ainsi que tous les musiciens amateurs intéressés, et trois musiciens professionnels : Julien Rodriguez (saxophone), Renaud Collet (saxophone et flûte) et Sébastien Leibundguth (guitare). Un atelier d’improvisation est prévu ce samedi 5 avril de 10 h à 18 h, suivi d’un concert ouvert à tous dès 19 h, salle de l’Entre-Sort (15, rue de Fagnières). Inscriptions et renseignements au 03 26 40 90 69. Plus d’infos sur www.jazzus.fr.

Rencontre jazzy entre musiciens amateurs et professionnels

epuis ce mercredi 2 avril, travaux de rénovation du pôle Henri Dunant obligent, les bureaux de la mairie annexe Rive gauche sont transférés à la Médiathèque Gulliver (rue du Docteur Calmette). Avec des horaires adaptés : du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h 30, et le samedi de 9 h à 12 h. Les activités du centre socio-culturel, quant à elles, sont déplacées à l’antenne du Mont Saint-Michel (rue de Bretagne).

D

Le temps des travaux, les services de la mairie annexe et du centre socio-culturel sont transférés. © l'Hebdo du Vendredi

La Champagne, la Marne sur les taxis londoniens !

Tourisme

S.L

SNCF reconduit l’ouverture anticipée des ventes pour les circulations de l’été afin de permettre à ses clients de préparer leur voyage et réserver en toute sérénité leurs billets aller et retour pour les vacances. Ils peuvent le faire sur tous les canaux de vente SNCF, pour des voyages jusqu’au 24 août inclus avec TGV et INTERCITES. Un maximum de petits prix sera accessible, dont 1 million de billets Prem’s TGV à partir de 25€ et 400 000 billets INTERCITES à partir de 10€ ou 15€ selon la destination. Plus de 2 200 TGV 100% Prem’s seront également ouverts à la vente.

Les bons plans train de l'été, c'est maintenant


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Le PLR, un bon plan pour redynamiser le centre-ville

Commerce

Signé en juillet 2013, le Plan local de redynamisation vise à compenser, via des aides de l’Etat, les emplois perdus avec la restructuration de l’Armée. Et à accompagner les collectivités en matière de développement économique. Bonne nouvelle : il comprend une enveloppe dédiée au commerce du centre-ville. A Châlons, récemment, quatre projets ont bénéficié d’un coup de pouce financier.

e 3 000 à 15 000 euros, la commission consultative du PLR - ville, communauté d’agglomération, CCI, UCIA-Les Vitrines, Défense et services de l’Etat - vient d’attribuer quatre aides financières aux commerçants du centre-ville. Concrètement, ces subven-

D

Création d’une nouvelle boutique et d’un drive

tions représentent 20 % des dépenses engagées par les professionnels. Qu’il s’agisse de moderniser leur outil de travail, d’investir dans du matériel, ou de mettre aux normes leur établissement. Parmi les heureux gagnants : le magasin Différence et Le Comptoir de la Licorne, pour leurs travaux de rénovation. Mieux, ce coup de pouce permettra à une nouvelle boutique indépendante d’ouvrir ses portes

L’équipe de la Boucherie Vachet assurera bientôt les commandes du service drive. © Studio Sophie

place de la République, en août. Une bouffée d’oxygène pour le cœur de ville. « Ce magasin s’appellera Lou Little, précise Natacha NicaisePype, l’entrepreneuse. Je suis maman de quatre enfants, et je trouve qu’à Châlons, il est très compliqué d’habiller les petits. Ou de faire un cadeau de naissance. Je proposerai des vêtements de 0 à 12 ans. » Avec, en prime, la création d’un emploi en CDI. « C’est une nouvelle aventure pour moi, qui n’est pas sans risque vue la conjoncture actuelle. J’aime ma ville et je souhaite voir le centre-ville se développer davantage. J’y consomme car j’y trouve un service, une écoute qu’on n’a pas ailleurs. » Dans un tout autre registre, la Boucherie Vachet,

une institution depuis cinq générations à Châlons, s’apprête à lancer son propre drive. Preuve que la passion d’un métier artisanal n’est pas incompatible avec l’innovation. « On sent

qu’il y a un vrai soutien pour ceux qui ont envie d’avancer, remercie Ludovic Vachet, le patron. Evidemment, il ne s’agit pas de toucher de l’argent pour rester les deux pieds dans le même sabot ! En créant ce drive, on souhaite gagner des parts de marché. Et cibler la clientèle qui manque de temps. L’idée, c’est de pouvoir commander par internet, payer en ligne, et n’avoir plus qu’à passer chercher ses produits à la boucherie. » Il aura fallu plus de six mois pour peaufiner ce projet. « Nous avons fait appel à une professionnelle pour les photos du site, et chaque produit – 120 références - s’accompagne d’une suggestion culinaire. Les tarifs sont les mêmes qu’en boutique. Les clients peuvent opter pour un emballage traditionnel, un conditionnement sous vide ou même un colis prêt à la congélation, étiquetage compris ! » L’entrepreneur a pensé à tout : dès leur première visite, les clients se verront remettre un jeton de stationnement gratuit. Ouverture du drive prévue courant mai.

Sonia Legendre

Lycées : les meilleurs « élèves »

Education

Le ministère de l'Éducation Nationale, relayé par l'Académie de Reims, publie aujourd'hui les indicateurs de valeur ajoutée des lycées (IVAL) pour l'année 2013. S'il ne s'agit pas d'un classement, les IVAL permettent en tout cas de dresser un tableau toujours pertinent des taux de réussite au baccalauréat d'un lycée, et de sa capacité à accompagner ses élèves de la seconde au diplôme.

uel lycée dispose, proportionnellement à ses effectifs et aux caractéristiques sociodémographiques et scolaires de ses élèves, des meilleurs IVAL ? Dans la région Champagne-Ardenne, les résultats des établissements sont très différents, selon qu'ils soient des lycées généraux et technologiques déjà, mais aussi en fonction de la taille des communes sur lesquelles ils se trouvent. Une nouvelle fois, il ne s'agit pas d'établir un classement, mais bien « de donner à tous des éléments d'appréciation allant au-delà de l'affichage du seul taux de réussite des candidats. Le second objectif est de fournir aux responsables et aux enseignants de ces lycées des éléments de réflexion pour les aider à améliorer l'efficacité de leurs actions  », comme le stipule bien le ministère. Ainsi, dans l'Aube, c'est le lycée Chrestien de Troyes qui affiche de très bons chiffres, avec notamment une valeur ajoutée du taux de réussite au bac (différence entre le taux de réussite attendu à l'épreuve et le taux de réussite final) qui est positive. En clair, si on attendait que 88% des élèves

Q

© l'Hebdo du Vendredi

obtiennent leur baccalauréat, 92% des inscrits (toutes filières confondues) l'ont obtenu, soit une différence de +4. Idem pour la valeur ajoutée du taux d'accès de la seconde au bac (la capacité d'un établissement à garder ses élèves de la seconde jusqu'au diplôme) qui est elle aussi de +4 pour ce lycée. Dans la Marne, le lycée Frédéric Ozanam de Châlons-en-Champagne tire particulièrement bien son épingle du jeu avec un +3 et un +5, respectivement pour les valeurs ajoutées du taux de réussite au bac et du taux d'accès seconde-bac. A l'inverse, pour ces mêmes IVAL, les lycées rémois Georges Brière et François Arago affichent un taux d'accès seconde-bac de -56 et -30, ce qui signifie, par exemple pour Arago, que si les responsables de l'établissement s'attendaient à ce que 63% des élèves inscrits en seconde poursuivent leur scolarité dans le même lycée jusqu'au bac, ils n'étaient en réalité que 33% au final à se présenter à l'épreuve terminale après trois ans d'Arago. Evidemment, ces résultats, exprimés en valeurs ajoutées, ne signifient pas que le lycée Arago est « moins bon » qu'un autre, ils permettent simplement de refléter «  une image de la réalité, complexe et relative, des établissements ». > www.education.gouv.fr/indicateurs-resultats-lycees

Aymeric Henniaux

EN BREF

Dans le cadre de la Semaine de l’industrie, la CCI Champagne-Ardenne et la délégation Afnor Île-de-France Champagne-Ardenne proposent aux entreprises un atelier découverte autour de la norme volontaire. Et l’intérêt, pour les professionnels, de s’y conformer. Rendez-vous mardi 8 avril de 9 h 30 à 12 h à l’IPI de Châlons (7, rue du Parlement). Inscription obligatoire auprès de Margot Liatard au 03 26 69 02 55 ou margot.liatard@champagne-ardenne.cci.fr.

Un atelier pour se familiariser avec les normes


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

ans l’Hebdo du vendredi 28 mars, suite à un communiqué envoyé à la presse par Dominique Vatel (conseiller municipal et communautaire), nous écrivions que son intervention avait permis la reprise des négociations entre les ripeurs grévistes et le président de Cités en Champagne. Une maladresse que ce dernier, Bruno BourgBroc, a tenu à rectifier : « Je n’avais pas stoppé les négociations, et j’ai d’ailleurs rencontré les agents à plusieurs reprises. J’ai toujours dit qu’aucune décision ne pourrait être Les Châlonnais devront encore patienter jusqu’à lundi pour que prise avant le 17 avril, date à toutes les poubelles soient ramassées par les ripeurs. laquelle sera installé le nouveau © l'Hebdo du Vendredi conseil communautaire, suite aux élections. » Dont acte. La bonne nouvelle, depuis, c’est que la collecte des déchets, en stand by depuis le 25 mars, a repris du service ce mardi 1er avril. Mais pour rattraper le retard accumulé dans les rues de Châlons, les agents ont exigé d’être payés en heures supplémentaires. « Dans leur règlement, ils ont droit, pour une journée de grève, à deux heures supplémentaires afin de résorber la masse de travail engendrée, précise Sylvie Lagille, secrétaire générale du syndicat CGT des territoriaux. Or là, on a une semaine de grève. » Dont le préavis légal, soit dit en passant, n’a été déposé que vendredi dernier. Et qui, pour rappel, s’était accompagné de dégradations volontaires un peu partout en centreville… Au final, Cités en Champagne a tout de même accordé deux heures supplémentaires à chaque agent, qui seront réalisées ce samedi. Ce qui explique que de nombreuses poubelles attendent encore désespérément d’être ramassées. La ville devrait être remise complètement en l’état lundi soir.

D

*Frais effectivement supportés par le locataire indépendamment de ceux supportés par le propriétaire. ** Un cautionnement sera demandé si CDD, si période d'essai, si loyer supérieur à 33 % des revenus. Frais de bail négocié : deux mois de loyer hors taxes – T.V.A. 19,60 % en sus. Frais suivant décret n° 2007.387 du 21 Mars 2007.

Sonia Legendre

LOCATION

STUDIO - Rue des Lombards, dans copropriété, environ 23 m², Chauff. Ind. Elect., Loyer : 280,00 € - Prov./Ch. : 48,00 € Frais de bail : 295,00 €* Frais de cautionnement : 20,00 €** Classe énergie : G

Les nouveaux arrivants vont avoir le sourire !

Smile in Châlons

epuis un an, les bénévoles de la Jeune chambre économique de Châlons et Cités en Champagne (prononcer JCE3C) planchent sur l’opération Smile in Châlons. La petite sœur de Smile in Reims en quelque sorte, lancée en 2012 par la JCE de Reims. L’idée : proposer aux nouveaux arrivants un programme de rencontres et de rendez-vous conviviaux. Neuf au total, d’avril à octobre. Une Noémie Brisson, présidente de la JCE3C et Bruno Forget, journée dans les coulisses de la foire de commissaire général de la foire de Châlons. Châlons, des visites d’entreprise, un ban- © l'Hebdo du Vendredi quet gastronomique, ou encore une invitation VIP au match de basket CCRB/Nantes (le 25 avril). Idéal pour découvrir de façon sympathique – et gratuite - le territoire et ses spécificités. Mais aussi pour faire de nouvelles connaissances et tisser des réseaux. « Il ne s’agit pas de concurrencer les collectivités ou l’Accueil des villes françaises (AVF), précisent Noémie Brisson et Sylvain Chedemail, la présidente et le secrétaire de l’association. Mais d’apporter une pierre à l’édifice. Nous avons mené une enquête auprès des 38 maires de l’agglomération pour connaître l’existant. Et lancé 470 invitations pour notre soirée de lancement, le 17 avril. Par la suite, nous espérons pouvoir transmettre l’organisation de cette action à d’autres, pour lui permettre de vivre sans nous. » A Reims, où plus de 200 nouveaux résidents ont été fédérés, le flambeau vient d’être repris par une association indépendante. Evidemment, la démarche ne saurait exister sans ses 21 partenaires, publics comme privés, et leurs précieux coups de pouce, financiers comme logistiques. L’entreprise Agence51, par exemple, réalisera plusieurs vidéo-reportages et relaiera les dates à ne pas manquer sur ses supports web. Bruno Forget, commissaire général de la foire-expo et directeur de l’UCIA, salue l’initiative, ainsi que « le dynamisme et les nouvelles idées de la JCE. Cette opération correspond tout à fait à la philosophie de la foire : créer des passerelles entre des mondes qui ne se côtoient pas forcément d’habitude. Elle mérite d’être applaudie et accompagnée. » S.L

D

> Lancement de l’opération Smile in Châlons - Jeudi 17 avril à 19 h au Capitole en

Champagne – Présence à confirmer via le coupon-réponse de l’invitation ou sur www.jce3c.fr.

03 26 26 21 41

VENTE

F1 - ST-MEMMIE, Avenue Jacques Simon, dans résidence, environ 25 m², Cave, Loyer : 270,00 € - Prov./Ch. : 78,00 € Frais de bail : 285,00 €* Frais de cautionnement : 20,00 €** Classe énergie : F

STUDIO - Avenue Léopold Bertot, dans résidence neuve, environ 33 m², Parking, Chauff. Ind. Elect., Loyer : 290,00 € - Prov./Ch. : 23,00 € Frais de bail : 305,00 €* Frais de cautionnement : 20,00 €** Classe énergie : E

F1 - Rue Sainte-Marguerite, dans petit immeuble, environ 44 m², parking dans cour fermée, Loyer : 342,00 € Prov./Ch. : 46,00 € Frais de bail : 350,00 €* Frais de cautionnement : 25,00 €** Classe énergie : E

F2 - Rue du Fbg St-Antoine, dans petit immeuble, Appt avec Balcon, Chauff. Ind. Gaz, Grenier, Loyer : 378,00 € - Prov./Ch. : 51,00 € Frais de bail : 385,00 €* Frais de cautionnement : 30,00 €** Classe énergie : F

F2 - Rue Pasteur, dans Résidence, 7ème étage, appt avec balcon, Chauff. Collect., Garage, Cave, Loyer : 417,00 € - Prov./Ch. : 219,00 € Frais de bail : 420,00 €* Frais de cautionnement : 30,00 €** Classe énergie : C

F2 - Ave Sarrail, dans copropriété, Cuisine équipée, Cave, Parking, Chauff. Collect., Loyer : 400,00 € - Prov./Ch. : 127,00 € Frais de bail : 405,00 €* Frais de cautionnement : 30,00 €** Classe énergie : E

F2 - Rue Sainte-Marguerite, dans petit immeuble, environ 52 m², parking dans cour fermée, Loyer : 450,00 € - Prov./Ch. : 65,00 € Frais de bail : 450,00 €* Frais de cautionnement : 35,00 €** Classe énergie : D

F3 - Rue du Châtelet, dans petit immeuble, environ 49 m², Chauff. Ind. Elect. Loyer : 324,00 € - Prov./Ch. : 45,00 € Frais de bail : 335,00 €* Frais de cautionnement : 25,00 €** Classe énergie : F

F3 - Avenue de Gaulle, Appt en RC, Cuisine équipée, Chauff. Ind. Gaz, Grenier, Cave, Garage, Loyer : 593,00 € - Prov./Ch. : 70,00 € Frais de bail : 580,00 €* - Frais de cautionnement : 45,00 €** Classe énergie : D

F3 - Rue des Artisans, dans petit immeuble, environ 47 m², deux chambres, parking, Loyer : 367,00 € - Prov./Ch. : 60,00 € Frais de bail : 375,00 €* Frais de cautionnement : 30,00 €** Classe énergie : E

F3 - Avenue des Alliés, Appt en RC, Séjour donnant sur balcon, Jardin privatif, Cave, Garage, Loyer : 596,00 € - Prov./Ch. : 90,00 € Frais de bail : 580,00 €* Frais de cautionnement : 45,00 €** Classe énergie : D

03 26 26 21 31

FAGNIERES, ENVIRON 120 M² HABITABLES POUR CETTE MAISON TRADITIONNELLE DE 7 PIECES. SALON SEJOUR AVEC ACCES TERRASSE. 5 CHAMBRES. 2SDB. SOUS-SOL COMPLET. GARAGE. TERRAIN CLOS DE 527 M². REMISE AU GOUT DU JOUR A PREVOIR. DPE EN COURS. REFS:M3764 PRIX:258 800 €

ST MEMMIE, AUCUN TRAVAUX A PREVOIR POUR CET APPARTEMENT DE 4 PIECES. BELLE PIECE PRINCIPALE DONNANT SUR BALCON. 2 CHAMBRES. CAVE. GARAGE. ENVIRON 80 M² HABITABLES. DPE = D REFS:A1199 PRIX:119 800 €

CHALONS, ENVIRON 72 M² HABITABLES POUR CET APPARTEMENT DE 4 PIECES. AGREABLE PIECE DE VIE LUMINEUSE AVEC CUISINE EQUIPEE OUVERTE. 2 CHAMBRES. PARKING AERIEN. FAIBLES CHARGES ET PETITE COPROPRIETE. DPE NON RENSEIGNE. REFS:A1397 PRIX:147 600 €

CHALONS, PETITE COPROPRIETE PROCHE DU CENTRE POUR CET APPARTEMENT ED 60 M² HABITABLES. SALON. 2 CHAMBRES. PARQUET DANS LES PIECES PRINCIPALES. CHAUFFAGE INDIVIDUEL. CAVE. GARAGE. DPE = E.

CHALONS, A DEUX PAS DE LA GARE, PETITE COPRORIETE POUR CE COQUET F2 DE 45 M². VASTE PIECE DE VIE TRES LUMINEUSE. COIN CUISINE. CHAMBRE. CHAUFFAGE ELECTRIQUE. FAIBLES CHARGES. DPE EN COURS.

CHALONS, PROCHE TOUTES COMMODITES, MAISON DE 8 PIECES D'UNE SUPERFICIE HABITABLE D'ENVIRON 116 M². SALON DE 21 M². 5 CHAMBRES + 1 BUREAU. GARAGE. REMISE AU GOUT DU JOUR A PREVOIR. TERRAIN CLOS DE 519 M². DPE = F.

CHALONS,A DEUX PAS DU CENTRE, DANS AGREABLE COPROPRIETE, APPARTEMENT DE 3 PIECES AU RDC DEVELOPPANT ENVIRON 55 M² HABITABLES. SALON. 2 CHAMBRES. PARKING PRIVE. CAVE. QUELQUES TRAVAUX A PREVOIR. DPE = E

CHALONS, A QUELQUES MINUTES DU CENTRE VILLE, APPARTEMENT DE 4 PIECES. ENVIRON 68 M² HABITABLES. BELLE PIECE DE VIE DE 25 M². 2 CHAMBRES. CAVE. DPE = E

CHALONS, PROCHE DE TOUS COMMERCES, MAISON DE 5 PIECES SANS TRAVAUX. PIECE DE VIE LUMINEUSE AVEC ACCES VERANDA. 3 CHAMBRES. TERRAIN CLOS DE 240 M². DPE EN COURS. REFS:M3763 PRIX:161 000 €

REFS:M3762

PRIX:166 100 €

REFS:A1399

REFS:A1404

PRIX:99 200 €

PRIX:69 000 €

REFS:A1417

REFS:A1416

PRIX:61 100 €

PRIX:83 700 €

*Frais effectivement supportés par le locataire indépendamment de ceux supportés par le propriétaire. ** Un cautionnement sera demandé si CDD, si période d'essai, si loyer supérieur à 33 % des revenus. HONORAIRES DE NEGOCIATION 5,00 % HT (5,98 % TTC) sur la partie du prix n'excédant pas 45 734,71 Euros et 2,50 % HT (2,99 % TTC) sur la partie du prix excédant 45 734,71 Euros.

Reprise du service en attendant la reprise des négociations

Grève des ripeurs


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Trouver des solutions pour investir

Perspectives économiques - Medef Face à la crise et aux rares signes de frémissement de l'activité, les entrepreneurs peinent souvent à boucler leur carnet de commandes. Et quand ceci est possible, les plus chanceux souhaitant investir voient souvent leur projet freiné à l'étape du financement...

vant toute chose, il faut commencer par arrêter de dépenser plus qu'on ne gagne. Aujourd'hui, la France est l'enfant malade de l'Europe, avec notamment une dépense publique record et un taux de marge pour les entreprises françaises qui est le plus faible d'Europe (28,9% de la valeur ajoutée contre 39,3% en Allemagne). Par ailleurs, il ne faut pas oublier non plus qu'il y a un différentiel de près de 20% entre la France et l'Allemagne en ce qui concerne le coût du travail, ceci s'expliquant entre autres par le fait que chez nous, contrairement à nos voisins d'outre-Rhin, ce sont les travailleurs et les chefs d'entreprise qui payent les cotisations sociales, bien que ce soit pourtant des dépenses de l'État. Voilà, maintenant il faut avoir à l'esprit que la situation économique actuelle de la Champagne-Ardenne est similaire à celle de la France. »

A

Benoit Deboos, lucide et réaliste sur la situation économique française et champardennaise. © l'Hebdo du Vendredi

Mercredi dernier en conférence de presse, le discours du président du Medef régional, Benoit Deboos, a le mérite d'être clair. Limpide même. D'autant que les indicateurs, sur le terrain, semblent aussi loin d'être au vert : « En 2013, le tribunal de commerce de Reims a ouvert 12% de dossiers d'entreprises en difficultés en plus par

rapport à l'année précédente. Malgré cela, on attend toujours des gestes forts du gouvernement car sur le terrain, nos entrepreneurs ont besoin de visibilité, rapidement », s'alarme Bruno Arcadipane du Medef Marne. Et le président Deboos d'insister : «  Malgré les tendances dont on nous parle au niveau national, ici on ne

note pas de signes de baisse du chômage mais on constate, en revanche, que les entrepreneurs ont toujours de grandes difficultés à trouver des banques acceptant de financer leur investissement et ce, quel que soit le secteur. » Sur cet épineux problème des financements, Bernard Mary, expert du milieu bancaire (après avoir passé de nombreuses années à la tête du Crédit Agricole Nord-Est) et qui représentait mercredi dernier Le Clois Barrois à la conférence du Medef, reconnaît que l'octrois de financements, en particulier pour les TPME, est aujourd'hui « très compliqué car très sélectif. Les banques sont confrontées à des contraintes les obligeant à demander de nombreuses garanties. Face à cette situation, il faut savoir que des solutions alternatives existent, en se tournant par exemple du côté des fonds d'investissement, mais peu de chefs d'entreprises le savent. » Afin de développer la communication dans ce domaine, la plate-forme ChampagneArdenne Place Financière, mise en place par le Medef, devrait pouvoir trouver toute sa place. Une timide note d'optimiste dans un printemps décidément bien morne sur le plan de l'activité...

Aymeric Henniaux


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Les compositeurs aussi font leur cinéma !

Festival – Turbofilm

Le festival Turbofilm qui se déroule du 4 au 12 avril sera, outre les réalisateurs en herbe, amateurs et passionnés, l'occasion de mettre en lumière des compositeurs champardennais dont certains de leurs morceaux seront proposés aux participants du concours de réalisation de films en 24h.

ndissociablement liée aux images et à l'histoire qu'elle accompagne, la musique est une partie fondamentale d'un film. Elle seule suffit souvent à installer une ambiance lourde et pesante ou, au contraire, légère et bucolique. Quelques notes qui, parfois, entraînent le spectateur tour à tour du romantisme à la peur, à la tristesse et à la joie. Aussi, sans sa bande originale, un film perd derechef une partie de son intensité et même de son identité propre. Cette réalité, Franck Daudin et toute l'équipe du Turbofilm l'ont bien compris en donnant, depuis trois ans que le festival existe, une large place aux compositeurs musicaux. Ainsi, outre les musiques librement choisies par les participants du concours de réalisation de courts-métrages, ces derniers doivent également intégrer au moins un extrait d'une compilation de titres (libres de droits) réalisés par une ving-

I

Amelie McCandless proposera un titre que les participants au concours pourront choisir d'intégrer à leur film. © Laure Pietrement - Darkroom

taine de compositeurs de la région. Ces compositeurs, ce sont Ya-ourt, Willy Malaroda, Blakend, Amphetamin, L'Autre Côté, Duo Daniel Erdmann-Francis Le Bras, Alata Grain

« N’hésitez ni à être audacieux, ni à être simple ! »

Olivier Broche, président du jury

Pourquoi avoir accepté de présider cette troisième édition du jury du festival Turbo Film ? J’avoue que je vais découvrir ce festival. Je suis d’assez près ce qui se fait dans le court-métrage depuis dix ou quinze ans, notamment en travaillant comme lecteur de scénarios pour Canal +. Je m’occupe également de la sélection courts-métrages du festival War on Screen, à Châlons. C’est d’ailleurs par ce biais qu’on m’a proposé de présider Turbo Film. Ça m’amuse Olivier Broche présidera la 3e édition du festival Turbo Film. © Franck Moreau d’aller voir ce qui se passe ailleurs.

Avez-vous déjà réalisé un film court en 24 heures chrono ? Techniquement possible, selon vous ? Je l’ai fait une fois, mais dans des conditions beaucoup plus classiques, pas en 24 heures ! Je ne me suis encore jamais essayé à ce type d’exercice. De manière officielle en tout cas, puisqu’il nous est déjà arrivé de nous lancer des défis comparables entre amis. La rapidité peut s’avérer une source de stimulation, et peut favoriser l’inspiration. Je pense qu’il sera très intéressant de voir ce qui peut résulter de ce contexte particulier. Le pire comme le meilleur ! Mais je suis persuadé qu’on peut réaliser de très bonnes choses en très peu de temps. Et je m’attends à voir des choses beaucoup plus insolites que d’habitude. Le court-métrage est un format peu développé, qui s’y prête bien. Vos conseils aux étudiants qui se lanceront dans l’aventure pour relever ce challenge ? Ne jamais oublier d’être sincère dans ce qu’ils vont choisir de filmer, et de croire en ce qu’ils filmeront, en étant content de le faire. N’hésitez pas ni à être audacieux, ni à être simple ! Il faut lier les deux.

Propos recueillis par Sonia Legendre

> Festival Turbo Film #3 - Du 4 au 12 avril à Reims - Programme, renseignements et inscriptions

: turbofilm@univ-reims.fr / www.univ-reims.fr/turbofilm.

de Sable, Patchwork Dreamer, Alata 1, Mastah, Wolf-y, Escap, Hervé Berthe, François Barisaux, Den House, 4Treck, Grindi Manberg, DJ Veak, AP Connection, l'Ensemble vide et Amelie McCandless. Cette dernière, qui a déjà participé à l'événement, se réjouit d'être de nouveau de l'aventure pour cette troisième édition du Turbofilm : « C'est un projet très intéressant, surtout par rapport à la réactivité qu’il faut déployer pour trouver les idées, mettre tout cela

en place, et arriver à un résultat correct. En plus, j’avoue que je n’aimerais pas être à la place de ces réalisateurs en herbe, quelle pression de réaliser un court-métrage en 24h, c’est un sacré challenge ! » Artiste folk, influencée notamment par l'américaine Alela Diane, Amelie McCandless s'inspire beaucoup, dans ses compositions, « de ce qui m’entoure, parfois de ce qui peut se passer dans ma vie personnelle. La nature tient une part importante dans ce projet, j’essaie d’exprimer ce que celle-ci peut me faire ressentir » Quant au mariage des arts, entre musique et cinéma, la jeune artiste verrait bien, par exemple, l'une de ses compositions « reprise dans un film comme Into the Wild de Sean Penn, qui est mon film préféré. Plus généralement, je pense que certaines de mes musiques, comme Foreign Waters ou Woodland’s Spirit pour ne citer qu'elles, colleraient parfaitement aux films type aventure ou documentaire » En attendant une future collaboration, qui sait, avec Sean Penn sur son prochain long métrage, la première ambition d'Amelie est déjà de faire découvrir sa musique au plus grand nombre, y compris les cinéphiles, évidemment. Et qui sait, peut-être que la chanson « Woodland’s Spirit », figurant sur la compilation imposée aux participants du concours Turbofilm, provoquera le déclic dans l'esprit d'une équipe de réalisateurs...

Aymeric Henniaux

> soundcloud.com/ameliemccandless

fr-fr.facebook.com/ameliemccandless ameliemccandless.bandcamp.com/ www.youtube.com/user/ameliemccandless

Demain, tous réalisateurs ?

Cinéma

e festival Turbofilm qui débute ce vendredi et durera jusqu'au 12 avril prochain sera le moment idéal pour les cinéastes en herbe – au moins les 25 candidats retenus – de montrer chacun leur talent de réalisateur. Des talents qu'ils pourront exprimer en utilisant divers outils technologiques, traduisez : pas forcément des caméras. Car réaliser un film aujourd'hui est une entreprise beaucoup plus accessible qu'il y a encore une quinzaine d'années, comme Smartphones, appareils photos, caméras... de nombreux nous le résumait récemment Franck outils permettent aujourd'hui de réaliser son film. © l'Hebdo Daudin, directeur du festival Turbofilm : du Vendredi « Avant, il y a quinze ans par exemple, réaliser un film était bien plus difficile que maintenant car il fallait de gros moyens, une grosse production disposant de matériel pour mener à bien un projet. Désormais, la technologie a beaucoup évolué et les moyens de filmer et les outils permettant de le faire se sont multipliés tout en diversifiant leurs coûts. » Il est ainsi beaucoup plus facile d'acquérir des logiciels de montage audio et vidéo (certains sont même gratuits), voire de se former en ligne sur internet via des tutoriaux. Quant au matériel, un bon smartphone, pourvu d'un objectif de qualité et d'une mémoire de stockage importante peut tout à fait convenir pour tourner un court-métrage. Filmer depuis son téléphone, mais aussi avec sa tablette tactile (disposant bien souvent elle aussi d'un objectif) depuis laquelle des applications permettent directement de procéder au montage du film. Les appareils photos, enfin, dont les objectifs sont sans cesse améliorés, ont également su devenir de sérieux concurrents pour faire de la vidéo ces dernières années... Le Turbofilm sera donc le moment idéal d'utiliser au mieux ces nouveaux outils à l'utilisation plus simple et intuitive.

L

> turbofilm@univ-reims.fr / www.univ-reims.fr/turbofilm

A.H


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Sans complexe

Foot (L1, 32e j.) : Paris SG - Reims

Le Stade de Reims (7e) joue samedi au Parc des Princes. Un déplacement à haut risque qui suscite les envies et les espoirs les plus fous. Le petit poucet rémois se voyant bien faire douter l'ogre parisien.

e match nul concédé lors de la réception de Lorient (1-1) semble déjà très loin. « Nous avons tous la tête à Paris, indiquait dès mardi Odaïr Fortes. Nous allons là-bas pour y faire un résultat. Nous n'avons rien à perdre. Alors pourquoi ne pas y prendre des points ? » Si son enthousiasme n'a d'égal que son optimisme, le milieu de terrain rémois est aussi bien conscient de l'ampleur de la tâche qui attend son équipe : « Paris, ce sont les plus forts en L1. Ils sont les meilleurs à tous les postes. Mais si nous défendons bien ensemble, c'est sûr, nous nous procurerons des occasions. » Évidemment plus tempéré dans ses déclarations, Hubert Fournier voit d'abord en cette rencontre « un grand moment de notre championnat », avant de se plonger immédiatement, comme son joueur, dans le vif du sujet : « Nous devons croire en nos chances, même si nous sommes les seuls. Nous pouvons prétendre prendre un point et pourquoi pas trois si une porte s'ouvre... » L'espoir de réaliser un exploit est donc grand du côté des Rémois. Pourtant, les statistiques ne plaident pas vraiment en leur faveur. Le Paris SaintGermain est tout simplement invaincu à domicile en championnat cette saison. A la maison,

L

Humble mais déterminé, le Stade de Reims ira défier Paris avec l'envie de réaliser un exploit. © l'Hebdo du Vendredi

l'ogre parisien a remporté 12 de ses 15 matches, marqué 45 buts pour seulement 5 encaissés ! Et si Montpellier est venu s'imposer au Parc des Princes en janvier dernier, dans le cadre de la Coupe de France (2-1), l'équipe de Laurent Blanc a encore prouvé mercredi soir qu'elle n'était vraiment pas bonne à prendre sur sa pelouse. Le Chelsea de José Mourinho, battu 31 en quart de finale aller de la ligue des Champions, peut en témoigner. Mais justement,

ce succès de prestige face aux Anglais a finalement de quoi renforcer les espoirs des Champenois. En effet, l'équipe du Stade de Reims devrait se voir opposer une formation parisienne bien différente de celle qui a joué et gagné face à Chelsea, dans l'optique de préparer un match retour capital, programmé dès mardi prochain, pour l'avenir du club. Et comme la L1 est déjà dans la poche, nul doute que plusieurs joueurs majeurs manqueront la rencontre face

Le CCRB a besoin de vous !

au Rouge et Blanc. « Certes, nous allons jouer des joueurs moins concernés par Chelsea, mais qui auront tout intérêt à bien jouer  », estime Hubert Fournier avec humilité. Ibrahimovic, blessé sera lui absent, tandis que Matuidi, Lavezzi ou encore Maxwell ne devraient donc pas être samedi soir de la fête. L'occasion pour leurs remplaçants de luxe de montrer qu'il possède aussi un jeu de haut-niveau. Les plus jeunes, comme Digne, Rabiot et Marquinhos ne manqueront sûrement pas de motivation. Quant à Menez ou Pastore, auteur du 3e but parisien mercredi, il n'est effectivement pas certain qu'ils donneront le maximum. C'est sans doute la chance du Stade de Reims : jouer contre une équipe parisienne qui manquera d'une part de repère et qui aura certainement un peu déjà la tête en Angleterre. En revanche côté rémois, la motivation sera bien présente. « Il nous faudra canaliser notre fougue et notre envie de bien faire, afficher beaucoup de maitrise et de concentration, prévient Hubert Fournier. Ce qui comptera aussi, c'est notre utilisation du ballon afin de ne pas le perdre trop rapidement sous peine de subir le rouleau-compresseur. »

J.D

> Paris SG - Reims (32e j.), samedi 5 avril à

17h, Parc des Princes.

Prochaine rencontre à domicile, Reims Saint-Etienne (33e j.), dimanche 13 avril à 17h, stade Auguste Delaune.

Basket (Pro B, 38e j.) : Châlons-Reims - Bourg-en-Bresse

A l'occasion de la réception de Bourg-en-Bresse, ce vendredi soir à Reims, Châlons-Reims visera une 3e victoire consécutive, afin de conserver d'une part son leadership sur la Pro B et d'autre part d'éliminer un adversaire direct de la course au titre.

a désillusion vécue lors de la venue d'Orchies (défaite 77-75) il y a deux semaines est oubliée. Grâce à Orchies tout d'abord qui a récidivé quelques jours plus tard en dominant cette fois Boulognesur-Mer (82-79). Et si le 16e du championnat n'a pas réussi la passe de trois cette semaine lors de son déplacement à Bourg-en-Bresse (défaite 71-59), peu importe, car ChâlonsReims a de son côté su rebondir. Ainsi en battant successivement Rouen (79-70) puis Boulazac (94-84), mardi soir, le club marnais a fait l'essentiel, à savoir revenir à la hauteur de Boulogne-sur-mer, alors qu'il ne reste que 7 journées à disputer. « Chaque victoire donne de la sérénité, un plus pour mieux préparer la suite, note un Nikola Antic qui s'attend à un nouveau match difficile ce vendredi lors de la venue à René-Tys de Bourgen-Bresse (3e). Bourg a deux victoires de retard sur nous et je suis certain que cette équipe n'a pas abandonné la volonté de se battre pour la première place. Cette forma-

L

Après un match difficile face à Boulazac, Michel Morandais, ici à la lutte avec Thomas Dubiez, et ses coéquipiers tenteront d'éliminer Bourg-en-Bresse de la course au titre. © l'Hebdo du Vendredi

tion a des ambitions et travaille bien, mais nous avons l'occasion de les éliminer de la course au titre. » Conscient de l'enjeu, l'entraîneur de Châlons-Reims n'est pas pour autant inquiet. Il ne craint pas une éventuelle décompression de la part de son groupe qu'il juge « suffisamment intelligent pour ne pas perdre à cause d'un manque de concentra-

tion. » Le manque de jus que pourraient ressentir certains cadres de l'effectif est-il un autre risque ? « La récupération est une donnée importante, d'autant plus que la plupart des joueurs n'ont jamais autant joué que cette année. Mais je possède des hommes d'expériences qui savent anticiper et gérer un si long championnat. » Reste alors les

qualités d'un adversaire qui compte dans ses rangs plusieurs valeurs sûres à l'image de l'ancien du CCRB Kévin Corre, de l'américain Devin Booker ou encore du shooteur Philippe Braud : un effectif complet à tous les postes où ne manque à l'appel que le meneur Simon Darnauzan, blessé. « Si nous gardons le même état d'esprit que contre Boulazac, la même qualité de jeu que lors du dernier quart où les joueurs ont pris les bonnes options, chacun jouant sur ses qualités, alors nous gagnerons ce match », assure le coach. Pour obtenir une 27e victoire cette saison, la seconde face à Bourg (victoire lors de la phase aller 76-71), le CCRB aura aussi besoin de son public, remarquable dans les dernières minutes face à Boulazac. «  Le public peut jouer un rôle déterminant, renchérit Nikola Antic. Il peut pousser nos joueurs, déstabiliser l'adversaire et mettre la pression sur les arbitres. On ne l'appelle pas le 6e joueur pour rien.  » Le message est passé.

J.D. > Châlons-Reims - Bourg-en-Bresse (38e j.),

vendredi 4 avril à 20h, complexe sportif René Tys, Reims.

> Prochaine journée (39e j.), Saint-Vallier -

Châlons-Reims, samedi 12 avril à 20h, complexe des Deux Rives, Saint-Vallier.


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Une nouvelle édition record !

Rallye Epernay - Vins de Champagne

© DR

Les années se suivent et se ressemblent pour le Rallye Epernay Vins de Champagne. Avec 166 voitures au départ, cette 18e édition va battre un nouveau record de participants.

etardé d'une semaine par rapport aux années précédentes à cause des élections municipales, le Rallye Epernay Vins de Champagne se disputera tout au long du weekend au cœur du vignoble champenois. Cet événement est organisé par l'Association Sportive Club de Champagne avec le soutien de nombreux partenaires, parmi lesquels la Ville d'Epernay, les communes traversées et les sections locales du Syndicat Général des Vignerons de la Champagne. Trois catégories de véhicules s'élanceront samedi, à partir de 15h, sur l'esplanade Charles-de-Gaulle à Epernay : les véhicules de compétition "modernes" engagés dans le cadre de la Coupe de France des Rallyes 1re division ; les véhicules historiques de compétition regroupés avec les "Classic" ; les véhicules historiques de régularité sportive. Cette année, et c'est une nouveauté, ces dernières bénéficieront d'un nouveau matériel de chronométrage autorisant des changements de moyenne sur le parcours. Le parcours, justement,

R

Le vignoble transformé en circuit automobile

parlons-en. Peu de changements par rapport à la précédente édition. Seuls quelques ajustements ont été apportés. Au programme donc : 5 spéciales à disputer le samedi, dont 2 de nuit, et 3 autres à parcourir 3 fois le dimanche.

Chacune des spéciales est atypique. Le première, entre Epernay et Mardeuil, sera une mise en bouche sur un parcours ludique. Les concurrents goûteront aux premières routes entres les vignes. La spéciale entre Aÿ et Mutigny sera un classique puisque existante depuis 18 ans. Celle entre Chouilly et Avize se distinguera par de nombreux changements de direction, des courbes rapides, une alternance de virages rapides et lents, de routes en bitume et en béton. La spéciale VenteuilReuil constituera le principal changement par rapport à la précédente édition car disputée en sens inverse. La spéciale la plus longue du rallye, qui traversera Leuvrigny, Mesnil-le-Huttier, Festigny, Nesle-le-Repons, Troissy et Bouquigny, fera office de juge de paix. Enfin, la dernière spéciale reliera Fleury-la-Rivière à Cormoyeux. Les spectateurs - ils sont plus de 20 000 chaque année - devraient assister à du beau spectacle. Tout au long du parcours, de nombreux endroits seront aménagés par les bénévoles de l'organisation pour que le public puisse en profiter dans des conditions de sécurité optimales. Quel pilote soulèvera le trophée de vainqueur dimanche après-midi dans la Capitale du Champagne ? Difficile d'établir un pronostic, tant ce genre d'épreuves réserve son lot de surprises. Alain Vauthier (Peugeot 206) peut-il enlever un 9e titre ? Armando Pereira va-t-il remporter le rallye pour la 3e fois ? José Barbara parviendra-t-il à escalader la plus haute marche du podium de l'épreuve pour la première fois ? Pour le savoir, rendez-vous dimanche, aux alentours de 15h. Parce qu'un rallye n'est jamais gagné d'avance, la possibilité d'un vainqueur surprise n'est pas à exclure. L'année dernière, Ludovic Gherardi a remporté l'épreuve lors de sa première participation. A qui le tour ?

Jonas Yvois


magazine

N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Purcell revival, en rire et en chanson

La Comète – Théâtre musical

Revisiter l’opéra n’est pas chose aisée. Et s’attaquer à un grand classique, tel que Didon et Enée d’Henry Purcell, encore moins. C’est pourtant le pari tenu par Samuel Achache et Jeanne Candel, deux metteurs en scène audacieux. Mieux, ils proposent avec Le crocodile trompeur - pour rappel, l’injure lancée par Didon à Enée lorsque ce dernier la quitte - une nouvelle version de l’œuvre. Une version pimpante, déjantée, et résolument jazzy. Ou quand le contemporain s’invite subtilement aux côtés du baroque. Résultat : un florilège d’émotions, du rire aux pleurs en passant par l’euphorie. Sur scène, pas moins de douze chanteurs, acteurs, violonistes, contrebassistes, clarinettistes et autres saxophonistes – on en oublie certainement - s’en donnent à cœur joie. Tous plus talentueux les uns que les autres. On notera la présence de Judith Chemla, ancienne de la Comédie française et incroyablement belle dans le rôle de Didon. Ou encore une direction musicale signée Florent Hubert, et grâce à qui chaque instrument devient un acteur à part entière. Un grand moment de bonheur en perspective. Sonia Legendre > Le crocodile trompeur / Didon et Enée – Mercredi 9 et jeudi 10 avril à 20 h 30 à la Comète – Durée 1 h 40 - Infos et réservations au 03 26 69 50 99. Le crocodile trompeur, une version résolument contemporaine de Didon et Enée. © l'Hebdo du Vendredi

AGENDA AGENDA AGENDA EXPOSITIONS JUSQU’AU DIMANCHE 6 AVRIL

PRINTEMPS D’ART VIVANT Cette 17ème biennale internationale de printemps, organisée par Art Vivant, réunira une soixantaine d’artistes peintres et sculpteurs régionaux et internationaux. À 14h00. Entrée libre de 14h à 18h - Prieuré de Vinetz, 2, rue du Prieuré.

JUSQU’AU VENDREDI 11 AVRIL

EXPO DU PHOTO CINÉ CLUB SNCF DE CHÂLONS Les adhérents du Photo club présentent leurs photographies de Châlons-enChampagne (architecture, manifestation), d’autres villes, de paysages et de portraits.

Carnets de voyages d’une amoureuse du Québec

À 8h30. Entrée libre de 8h30 à 12h et de 13h30 à 19h30 - Mairie de Châlons-en-Champagne.

Il y a une vingtaine d’années, Claude Jacquesson découvrait pour la première fois le Québec et ses terres voisines. « Un véritable coup de cœur, se souvient-elle. Tant pour la nature restée à l’état pur, que pour les traditions, l’accueil chaleureux des gens ou encore les provinces maritimes. Je suis retournée six fois au Canada depuis, et en attendant de repartir, je m’y replonge par la pensée. » Dès samedi, elle exposera une cinquantaine d’œuvres à Clémangis. « Soit quatre ans de travail. Je ravive mes souvenirs grâce aux photographies prises sur place. L’atmosphère des ports de pêche, la fête des Acadiens, les bruits et les odeurs, les orchestres en plein air, les saveurs des spécialités locales, etc. Puis je couche tout cela sur la toile, en utilisant le pastel à l’huile. Certains me situent dans l’hyperréalisme. Pour moi, un tableau est réussi dès lors qu’on éprouve une sensation tactile en le contemplant. » Un voyage des sens… et de l’esprit ! S.L > Exposition de Claude Jacquesson sur le thème du Québec – Du samedi 5 au Claude Jacquesson partage son admiration pour le Québec, grâce au pas- dimanche 13 avril à la galerie Clémangis (rue Nicolas Durand) – Entrée libre tous tel à l’huile. © l'Hebdo du Vendredi les jours de 14 h 30 à 18 h.

Exposition des oeuvres des Centres Sociaux Culturels, dans le cadre de la semaine du développement durable.

Maison Clémangis – Exposition

Moments d’évasion avec Dilshad

Exposition – Chapelle de Saint-Memmie

Connu pour ses œuvres bigarrées et son attachement au romantisme, Dilshad a déjà exposé plusieurs fois à Châlons. Ainsi qu’au gré des salons qu’il a parcourus, en Grèce, au Japon, en Allemagne ou encore à Dubaï. « J’avais 16 ans lorsque j’ai commencé à peindre, explique-t-il. A l’époque, je reproduisais les choses que je voyais. Aujourd’hui, je peins les choses que je ne vois pas ». Né en 1957 au Kurdistan, il a vu le gouvernement irakien détruire sa maison et celles d’autres familles. Ses parents s’installent ensuite à Salaimanya, ville culturelle par excellence, et c’est en 1991 qu’il rejoint l’Union des artistes Kurdes. Pour cette nouvelle exposition, l’artiste a réalisé une série de toiles rendant hommage à différents moments de son parcours. Et autant d’invitations à la contemplation et à la méditation… S.L

> « Les différents moments » par Dilshad, artiste peintre - Exposition du samedi 5 au dimanche 13 Les œuvres de Dilshad, à (re)découvrir dès samedi avril - Chapelle de l'Hôtel de Ville de Saint-Memmie. à Saint-Memmie. © Dilshad

Madagascar, un quartier chargé d’histoire(s)

Visite accompagnée

Les excursions labellisées « Ville d’art et d’histoire » se poursuivent de quartier en quartier. Et pour cette nouvelle session, direction Madagascar. Ou comment ce petit havre de verdure, situé entre la Marne et le Canal, a su conserver tout son charme au fil des siècles. « Au commencement, il s’agissait d’un grand espace un peu marécageux, rappelle Christiane Jacquin, guide conférencière agréée. Il n’était pas urbanisé et les cours d’eau le divisait en deux bourgs distincts. » Le quartier n’accueillera ses premières maisons qu’en 1900, puis les premiers jardins familiaux ouvriers de Châlons, dans les années 20. « Nous aborderons aussi, pendant la visite, la fameuse crue de 1910, ainsi que le collège Duruy, un bâtiment art déco construit en 1934. » L’histoire raconte également que les habitants auraient eux-mêmes baptisé ce quartier. Rendez-vous samedi pour en apprendre davantage ! S.L > Visite accompagnée « Le quartier Madagascar » - Samedi 5 avril à 14 h 30 – Départ devant Souvenir des inondations de janvier 1910, quartier Mada- l’Office de tourisme (3, quai des Arts) – Tarif : 3 euros (gratuit pour les moins de 18 ans) – gascar. © Chalons.wifeo.com Inscriptions obligatoires au 03 26 65 17 89.

JUSQU’AU SAMEDI 12 AVRIL

RÉCUP’ART

À 9h30. Entrée libre – Office de Tourisme de Châlons-en-Champagne.

JUSQU’AU DIMANCHE 13 AVRIL

CLAUDE JACQUESSON Technique utilisée : pastel à l’huile appliqué sur la peinture acrylique, avec des effets graphiques réalisés par grattage. À 15h00. Renseignements, réservation au 03 26 69 38 90 - Galerie Clémangis, rue Nicolas Durand.

CONFÉRENCES VENDREDI 4 AVRIL

ZOOM SUR... ...l’histoire de la pratique des lettres codées à Châlons. Avec Chantal Husson. À 13h15. Renseignements, réservation au 03 26 26 94 30 - Bibliothèque Georges Pompidou, 68 rue Léon Bourgeois, Châlons-en-Champagne.

SAMEDI 5 AVRIL

VISITE RARE : LE QUARTIER MADAGASCAR Situé entre les 2 rives, avec Bénédicte Hernu et Lucie Evain. À 14h30. Inscription au 03 26 65 17 89 – Tarif : 3 euros, gratuit pour les -18 ans - Lieu de rendez-vous précisé lors de l’inscription.

JUSQU’AU MERCREDI 9 AVRIL

CONNAISSANCE DU MONDE «Ouest américain, au bout des pistes», en présence du réalisateur Eric Courtade. Terre de tous les contrastes, de toutes les promesses et de toutes les démesures, l’Ouest américain, avec ses paysages grandioses, ont été, et sont toujours le théâtre d’une expérience unique, inestimable et inoubliable. À 15h00. Mar. 8 à 15h et 18h30, mer. 9 avril à 15h Tarifs : 7/8 euros, gratuit pour les -12 ans - Auditorium Fernand Pelloutier, 1 Place de Verdun.

LOISIRS VENDREDI 11 AVRIL

INITIATION AU UKULÉLÉ Pour apprendre, parfaire, progresser ! Avec prêt d’instrument. À 20h30. Entrée libre l’Orange Bleue à Vitry-le-François.


magazine

N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Robert Lepage joue la carte Cœur

Cirque rénové de Châlons – Théâtre à 360° On se souvient encore du premier acte de la tétralogie Jeux de cartes, signé Robert Lepage et accueilli à guichets fermés l’an passé. Un spectacle sans précédent, conçu sur commande du Réseau européen 360°. Le deuxième opus, baptisé « Jeux de cartes 2 : Cœur », ne fera l’objet que d’une seule représentation en France. A Châlons, évidemment. Une nouvelle fois, le metteur en scène québécois, habitué de la Comète, a imaginé un dispositif scénique circulaire, mobile et modulable à souhait. Idéal pour plonger littéralement le public au cœur de l’action, et dans lequel évoluent différents personnages et leurs histoires. L’intrigue virevolte entre l’Algérie, la France, le Québec, et tisse sa toile à travers cinq générations, du Printemps des peuples au Printemps arabe. Le tout porté Le concept scénique circulaire de Robert Lepage s’invite pour un nouvel par un formidable jeu d’acteurs et des effets spéciaux viopus au cœur de Châlons. © DR suels dont Lepage détient le secret. On rencontre ainsi Chaffik, chauffeur de taxi, bien décidé à dénouer le mystère qui plane autour de la disparition de son grand-père. Ou Jean Eugène Robert-Houdin, grand magicien, envoyé en Algérie en 1856 par le gouvernement français pour rivaliser avec les Marabouts. Ou encore Judith, fille de diplomate et conférencière en théorie du cinéma. Très vite, leurs destins finiront par se croiser, par s’entrelacer, pour ne plus faire qu’un. Sans doute l’événement de la saison culturelle châlonnaise, à ne pas manquer ! Sonia Legendre > Jeux de cartes 2 : Cœur - Mercredi 16 et jeudi 17 avril à 19 h 30 au cirque rénové de Châlons - Infos et réservations au 03 26 69 50 99. Ciné-rencontre - Avant-première du film Triptyque, de Robert Lepage et Pedro Pires - Lundi 14 avril à 20 h à la Comète (en présence de Robert Lepage).

Alan Waegaert, baron du post-rock et de l’expérimental

Rock instrumental et vidéo – Baron Nichts

Originaire de Bar-le-Duc, Alan Waegaert quittait sa Meuse natale en septembre pour rejoindre Châlons, et travaille à la bibliothèque municipale Georges Pompidou. A seulement 23 ans, ce musicien autodidacte sort le troisième opus de Baron Nichts, un concept novateur, mêlant l’audio à la vidéo. « Comme beaucoup, j’ai commencé à jouer dans un groupe de punk au lycée, entre copains. J’ai ensuite pris des cours de guitare et me suis lancé dans la musique assistée par ordinateur (MAO). J’étais inspiré par le côté minimaliste des Bérurier Noir. J’ai lancé le projet solo de Baron Nichts en 2010. Boîte à rythmes, chant et guitare à la base, puis plutôt post-rock instrumental dès 2012. Un peu dans la lignée de Mogwai ou de Sigur Rós. » En live, l’artiste diffuse ses créations sonores et visuelles, et les accompagne en jouant ses compositions. Résultat : des ambiances mélodiques et expérimentales, teintées de synthé et de rythmes électro. « J’ai appelé ce troisième album « Passé sous silence » car Passé sous silence, le nouvel album je ne chante plus. Tout repose sur l’instrumental désormais, et sur les montages vidéo instrumental de Baron Nichts. que je crée en fonction des morceaux, de mon ressenti en les écoutant. Le titre « Souve© Baron Nichts nirs » par exemple, plutôt acoustique, comporte des bruits de vagues et des images au format Super 8. J’ai utilisé la vidéo en 3D pour « Birth », qui évoque le cycle de la vie. » Depuis plusieurs années, quelques cours de journalisme en poche, Alan anime également un webzine consacré à la musique. Pour partager ses coups de cœur, faire découvrir aux internautes les perles d’ici et d’ailleurs. « J’écris une chronique chaque semaine, pour présenter un artiste ou un nouvel album, revenir sur un concert, etc. Des groupes français, mais aussi de Grande-Bretagne ou des Etats-Unis, m’ont déjà contacté pour échanger sur leurs projets. C’est passionnant ! » Un univers à découvrir sans tarder. S.L > Passé sous silence – Nouvel album de Baron Nichts – Plus d’infos sur www.baronnichts.fr et www.kaputbrainwebzine.com.

La magie de Tchaïkovski est éternelle

Capitole en Champagne – Le Lac des Cygnes

Plus d’un siècle après sa création, le Lac des Cygnes, de Piotr Ilitch Tchaïkovski, reste le ballet le plus joué aux quatre coins du globe. Et ne cesse d’inspirer des artistes du monde entier. L’an passé, déjà au Capitole, la troupe du Moscou Theatre Ballet rendait un hommage vibrant à cette œuvre. Aujourd’hui, voici une version revisitée par le chorégraphe Konstantin Sergueev, et interprétée par le Saint-Petersburg Ballet Theatre. Sur scène, l’orchestre accompagne en live une soixantaine de danseurs, entre duos romantiques et mélodies légendaires. Ou quand l’histoire d’amour de Siegfried et Odette renaît de ses cendres. Majestueux. Toute la féérie du Lac des cygnes revient au Capitole, avec le S.L Saint-Petersburg Ballet Theatre. © DR

> Le Lac des Cygnes – Samedi 12 avril à 20 h 30 au Capitole en Champagne – De 39 à 55 euros - Billets en vente à l’Office de Tourisme, Carrefour Croix Dampierre, Espace culturel Leclerc de Fagnières et en ligne (Fnac, Ticketnet, Francebillet).

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA figures articulées. Narcisse, Orphée, SPECTACLES VENDREDI 4 AVRIL

DANSE/THÉÂTRE : LA CITÉ DE LA DISTORSION Grâce à un jeu subtil de projection de silhouettes, la scène sobre et dépouillée devient un espace 57 théâtral magique, où se marient les grands tambours chinois traditionnels et les chants spirituels puissants des aborigènes taïwanais. À 20h30. Tarifs : 6 à 24 euros – La Comète.

COMÉDIE : SOIRÉE PYJAMA En avant-première du festival d’Avignon et avant sa tournée dans les salles parisiennes, venez découvrir la nouvelle comédie intitulée «Soirée Pyjama» par l’auteur des «Colocs». À 20h30. Tarifs : de 1,50 à 6,50 euros Renseignements et réservations au 03 26 66 99 77 - Centre culturel Napoléon III, rue du Général Gouraud, Mourmelon-leGrand.

Isis, Poséidon et les autres rencontrent les tréteaux en bois, les cartons peints et les inépuisables ressources des marionnettes pour inventer le présent des histoires d’hier. À 19h30. Tarifs : de 3 à 8 euros – Salle Simone Signoret à Vitry-le-François. MERCREDI 16 AVRIL

THÉÂTRE : JEUX DE CARTES 2 CŒUR Dans un dispositif scénique à 360°, la scène de Cœur fait figure tout aussi bien de lanterne 59 magique, accueillant des histoires fantastiques et des images cinématographiques, que de réservoir à explosions, résultats d’un engrenage complexe de relations. À 19h30. Séance supp. le jeu. 17 avril à 19h30 – Cirque historique de Châlonsen-Champagne.

CONCERTS VENDREDI 4 AVRIL

DANSE : ENVELOPPES TIMBRÉES

POP : TAL

Plus que jamais d’actualité, cette chorégraphie nous amène à réfléchir sur tout ce que l’on fait subir à notre peau pour apparaître autrement aux yeux de nos contemporains : le maquillage, la chirurgie esthétique et autres piercings sont des apparats qui semblent nous en dire long sur les conflits que vivent nos congénères entre leur peau et celle qu’ils espèrent.

Depuis la sortie de son 1er album, Tal est restée discrète sur la scène live, choisissant des moments forts pour construire son expérience scénique. «A l’infini Tour» permettra enfin à cette artiste complète d’exprimer tout son talent à travers un spectacle à son image : authentique et musical.

À 20h30. Tarifs : de 5 à 16 euros – Salle Simone Signoret à Vitry-le-François.

À 20h00. Tarif : 39 euros – Capitole-enChampagne, av. du président Roosevelt à Châlons-en-Champagne. SAMEDI 5 AVRIL

SAMEDI 5 AVRIL

POP ROCK : GÉRALD DE PALMAS

ONE MAN SHOW : AMOUREUX

Forts d’un nouvel album en septembre 2013, de Palmas et ses musiciens attaquent une tournée marathon faisant la part belle à leurs nouveaux titres ainsi qu’à leurs nombreux classiques.

FOU TUE

Lionel Gass sera sur scène pour une soirée organisée par l’association des Policiers Châlonnais. À 20h30. Tarif : 10 euros - Auditorium Fernand Pelloutier, 1 Place de Verdun. MERCREDI 9 AVRIL

THÉÂTRE MUSICAL : LE CROCODILE TROMPEUR

«Le Crocodile trompeur», version jeune, déjantée et jazzy de «Didon et Enée», le chef-d’oeuvre baroque de Purcell, est un vrai bonheur, entre rire et émotion. À 20h30. Séance supp. le jeu. 10 avril à 20h30 - Tarifs : 6 à 24 euros – La Comète. SAMEDI 12 AVRIL

BALLET : LE LAC DES CYGNES Le Lac des cygnes est un des ballets les plus célèbres au monde. C’est un des joyaux du répertoire de la musique classique avec des mélodies sublimes de Piotr Tchaïkovski. Il est ici interprété par le Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre, une des meilleures troupes de Russie qui impressionne et séduit par sa jeunesse et son dynamisme. À 20h30. Tarifs : 39 à 55 euros – Capitole-en-Champagne, av. du président Roosevelt à Châlons-en-Champagne. MARDI 15 AVRIL

MARIONNETTES : 4 MYTHES, 4 AUTEURS Avec une inventivité sans cesse renouvelée, 4 Auteurs relèvent le défi d’embrasser et de s’approprier 4 Mythes parmi les plus forts récits de l’humanité pour les livrer aux bons soins des

À 20h30. Tarif : 39 euros – Capitole-enChampagne, av. du président Roosevelt à Châlons-en-Champagne.

HIP HOP : DRY+B.E.S Les plus anciens se souviennent de Dry dans Intouchables/Mafia K’1 Fry, les plus jeunes n’ont pu rater ses tubes avec Sexion d’Assaut et Maitre Gim’s. Membre du label Wati B, Dry est reconnu comme l’un des piliers du rap français. Passionnés de danse, skate et de mode, les membres de B.E.S suscitent l’intérêt du public avec leur originalité, leur détermination et énergie. À 20h30. Tarifs : de 5 à 16 euros – l’Orange Bleue à Vitry-le-François.

12E DELIRIUM FEST Festival de musique extrème. À l’affiche : Rotten sound, Severe torture, Sublim cadavéric decomposition, Embrace your punishement, gang, Shredding sanity... À 16h45. Tarif : 18 euros - rue Jean-Sébastien Bach. MARDI 8 AVRIL

RÉSIDENCE DE CRÉATION ARTISTIQUE 2014 : ACTE 2 Olivier Vaillant rencontrera Paulette Wright (chant) avec Alain Siegel (piano) et Jean-Philippe Feiss (violoncelle). À 19h00. Entrée libre sur réservation au 03 26 68 47 27 - Bibliothèque Georges Pompidou, 68 rue Léon Bourgeois, Châlons-en-Champagne.


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

MODE La taille haute is back !

N'en déplaise à certaines d'entre vous, la taille haute fait son grand retour. Que ce soit sur une jupe, un jean, en bermuda ou en short, la taille se voit soulignée. Vu sur les défiles de toutes les fashion week, il s'agit d'un come back aux seventies. Le plus de cette mode incontournable : la silhouette s'affine automatiquement. Bye bye, le taille-basse vulgaire ! Retrouvez dans toute la région les modèles dans vos boutiques multimarques favorites. Anne-Laure Beaudoin

MUSIQUE Positive attitude do you need ?

La vague d'optimisme, c'est maintenant ! Je vous ai trouvé le son parfait pour démarrer le printemps ! La couleur forte, cette vague bleue adoucie de rose, un duo musical psychédélique folk New Yorkais, composé de Catherine (Pierce) et d'Allison (Pierce). Leur nouvel album vous conduira vers un « Believe in me » qu'on traduirait ici par un « Believe in you », tant l'inquiétude nous guette... J'adore aussi le morceau « Love you more » (si je vous le dis en français, ça donne « Aimez vous plus ! » Maintenant en écoutant The Pierces prochainement en live sur Londres, vous aurez fatalement l'envie de dire Yes we can... avec beaucoup plus de légèreté et d'optimisme. Retrouvez-les en concert en Angleterre en juin prochain, places a réserver ce vendredi 4 avril. Prenez votre billet d'avion et votre chambre d'hôtel dans toutes les agences de voyage de votre région. http://thepierces.seetickets.com

© DR

A-L B

CHINER CHINER CHINER CHINER CHINER CHINER CHINER CHINER DIMANCHE 6 AVRIL Bassuet - Vide-greniers © DR

LA CLCV VOUS INFORME Que va changer la loi Alur pour les locataires ? (3)

La loi ALUR prévoit qu'à défaut de restitution dans les délais prévus, le dépôt de garantie restant dû au locataire est majoré d'une somme égale à 10 % du loyer mensuel en principal, pour chaque période mensuelle commencée en retard. Cette majoration n'est pas due lorsque l'origine du défaut de restitution dans les délais résulte de l'absence de transmission par le locataire de l'adresse de son nouveau domicile. (à suivre...) CLCV de la Marne – Reims. Tél. : 03 26 05 03 88. E-mail : marne@clcv.org.

CINÉMA

Bétheny - Vide-greniers Parking Centre Commercial, rue Camille Guérin Chaintix-Bierges - Vide-greniers Coligny - Vide-dressing 9h-18h - Salle polyvalente Cormicy - Foire et vide-greniers Cuis - Bébé Broc 8h-17h - Salle des fêtes Ecury-sur-Coole - Vide-greniers Favresse - Vide-poussettes et jouets 9h-18h - Salle polyvalente

Reims (Jacquart) - 33e Bourse de cartes postales 8h-18h - Entrée : 3 euros - Celliers de Castelnau, 5, rue Gosset Reims (Europe) - Vide-greniers Place Jean Moulin Rilly-la-Montagne - Vide-greniers Saint-Rémy-sur-Bussy - Vide-greniers Sermaize-les-Bains - Puces des couturières et bourse aux jouets 9h-18h - Salle des fêtes Tours-sur-Marne - Vide-greniers Verneuil - Bourse aux jouets et vêtements 9h-17h - Salle des fêtes

Linthes - Vide-greniers

Vienne-le-Château - Vide-greniers 8h-13h - Gymnase E. Lecluyse

Maisons-en-Champagne - Vide-poussettes 9h-18h - Salle des fêtes

Vinay - Vide-greniers

Reims (centre-ville) - Les Puces 9h-17h - Halle du Boulingrin

LES HORAIRES

CINÉMA Le Palace

Semaine du 02/04 au 08/04

33 Bld Motte - 51200 Epernay

Salaud, On T'Aime VF Mer 14h, 16h15, 18h30, 20h45; jeu lun 20h30; ven 14h30, 18h30, 21h; sam 14h30, 17h, 20h, 22h30; dim 10h30, 15h, 17h30, 20h; mar 18h, 20h30. 47 Ronin VF Mer 14h, 20h45; jeu mar 14h30; ven 18h30; sam 17h; dim 15h. VF 3D Mer 18h30; ven 21h; sam 22h30; dim 20h; lun 14h30; mar 20h30. Clochette et la Fée Pirate VF Mer 14h, 16h15, 18h30; sam 14h30, 17h, 20h; dim 10h30, 15h, 17h30. Avis de Mistral VF Mer 14h, 16h15, 18h30, 20h45; jeu lun 20h30; ven 14h30, 18h30, 21h; sam 14h30, 17h, 20h, 22h30; dim 10h30, 15h, 17h30, 20h; mar 18h, 20h30. Captain America : Le Soldat de l'Hiver VF Mer 20h45; jeu 14h30,

20h30; ven 14h30, 18h30, 21h; sam 22h30; dim 20h; lun 20h30; mar 18h, 20h30. De toutes nos Forces VF Mer 16h15, 20h45; jeu lun 14h30; ven 18h30; sam 17h, 22h30; dim 17h30, 20h; mar 20h30. Fiston VF Mer 14h, 16h15; jeu 14h30, 20h30; ven 14h30, 18h30, 21h; sam 14h30, 17h; dim 10h30, 15h, 17h30, 20h; mar 14h30, 18h, 20h30. The Grand Budapest Hotel VO Mer 14h, 18h30; jeu lun 20h30; ven 14h30, 21h; sam 14h30, 20h; dim 10h30, 15h; mar 14h30, 18h. Supercondriaque VF Mer 16h15; jeu lun 20h30; ven 14h30; sam 14h30, 20h; dim 10h30, 17h30; mar 18h. Tous Cobayes ? VF Mer 20h (en présence du réalisateur).

CINÉ Le Majestic

ZAC des Escarnotieres 51000 Châlons

3 days to kill Tous les jours : 22h00 300 : la naissance d'un empire – 3D Mer, Sam, Dim : 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 18h00 | 22h15 47 ronin – 3D Tous les jours : 13h30 | 15h45 | 20h00 | 22h15 Avis de mistral Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 | 16h00 | 18h00 | 20h00 | 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h45 | 16h00 | 18h00 | 20h00 | 22h15 Captain america: le soldat de l'hiver – 3D Mer, Sam, Dim : 11h | 13h30 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 16h30 | 19h30 | 22h Clochette et la fee pirate – 3D Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 | 16h00 | 18h00 De toutes nos forces Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 | 18h00 | 20h00 Jeu, Lun : 13h45 | 15h45 | 18h | 20h00 Ven, Mar : 13h45 | 15h45 | 18h Divergente Ven : 20h00 Ernest et celestine Mer : 14h00 Fiston Tous les jours : 13h45 | 16h00 | 18h00 | 20h00

La creme de la creme Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 | 18h00 | 20h00 La grande aventure lego - 3D Mer, Sam, Dim : 11h00 Les gazelles Mer : 11h15 | 20h | 22h30 Jeu, Ven, Dim, Lun : 13h45 | 20h | 22h30 Sam : 11h15 | 13h45 | 20h00 | 22h30 Mar : 13h45 | 20h M. peabody et sherman : les voyages dans le temps - 3D Mer, Sam, Dim : 11h15 | 15h45 Mais qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ? Mar : 20h00 Monuments men Mer, Sam, Dim : 22h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 | 22h00 Noe Mar : 22h00 Rio 2 – 3D Dim : 11h Salaud on t'aime Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h30 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Situation amoureuse c est complique Tous les jours : 18h00 Supercondriaque Tous les jours : 15h45 | 18h00 | 20h00 | 22h15

LE GROS PLAN Salaud on t’aime Genre: Comédie Dramatique Pays: France Durée: 2h04 Réalisateur : Claude Lelouch Acteurs: Johnny Hallyday, Sandrine Bonnaire, Eddy Mitchell. Jacques Kaminsky porte sa carcasse sur tous les conflits du monde, depuis son entrée dans le métier de photographe de guerre. Aujourd’hui, à l’automne de sa vie, il est temps de trouver un havre de paix pour poser ses appareils photo, et s’apaiser aux lueurs d’un feu de bois. Il vient juste de trouver l’Éden idéal, un chalet perdu dans les alpages, avec vue sur les sommets environnants où méditer sur la famille et le sens du monde. En bonus, dans sa quête de la femme idéale, il pense après de nombreuses errances trouver enfin, dans les yeux de l’agent immobilier Nathalie, la compagne idéale. Il ne manque plus à ce bonheur parfait que la présence de ses quatre filles, Printemps, Eté, Automne, Hiver. Il les affuble du nom des quatre saisons comme une symphonie de Vivaldi, ou un raccourci de ce que nous offrira la vie. Elles ne portent pas leur père profondément ancré dans leur cœur. Trop longtemps, il les a délaissées pour une vie de baroudeur et d’autres femmes. Son vieil ami et docteur trouve un moyen de les réunir au bord du dernier paysage, quand le temps ne se compte plus, mais se décompte. Claude Lelouch nous revient en pleine forme avec ses quêtes habituelles, la vie, la mort, l’amitié, le hasard, l’amour, la vie ! Il commence par un très beau plan où Johnny, son double, n’oublie pas que le réalisateur commença sa carrière comme reporter de guerre. Film testament peut-être, nous retrouvons toutes les obsessions de celui-ci, son amour des humains qu’il saisit au plus près, dans la moindre ride. Les paysages éclaboussent l’écran, s’élancent vers l’univers où ils se fondent. Ils nous rappellent combien nous sommes insignifiants aux yeux du cosmos. La symbolique, ici l’aigle, à la fois l’animal qui côtoie les dieux, l’éveil, la sagesse, la liberté, etc. L’image, le regard apparaissent à chaque détour pour mieux nous rappeler combien il reste attentif à l’image. Il est à la fois dans cette obsession de saisir l’instant juste, de mélanger la réalité et la fiction. Nous aimons ce Lelouch épuré qui touche à l’essentiel, la vie.

Retrouvez les sorties de la semaine et l’interview des réalisateurs sur www.cine-region.fr, nos chroniques chaque matin et le mercredi 18h/18h30 sur France bleu Champagne Ardenne 95.1.

CINÉ La Comète

5 rue des Fripiers - Châlons-en-Champagne

Wrong Cops VO Mer sam 18h; jeu dim 20h30. La Cour de Babel VF Lun 20h.

The Grand Budapest Hotel VO Jeu ven 18h; sam 20h30; lun 14h30. Dallas Buyers Club VO Mer ven 20h30; dim 18h.


N°258 du 4 au 10 avril 2014 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Du design au théâtre, il n’y a qu’un pas... de géant !

André Parisot – Directeur artistique de la Cie La Boîte Noire

Avant d’être directeur artistique de La Boîte Noire, la compagnie de théâtre d’objets et de marionnettes qu’il a créée il y a bientôt 25 ans, André Parisot était designer. Rencontre avec un passionné de l’image qui présente le spectacle « Les derniers géants » dans le cadre du festival Méli-Môme qui se déroule jusqu’au 8 avril.

out quitter du jour au lendemain pour vivre sa passion. C’est ce qu’a fait André Parisot à la fin des années 80. Designer chez Electrolux, il envoie valser les gazinières, réfrigérateurs et autres appareils électroménagers pour se consacrer à une mécanique plus subtile et expressive : celle des marionnettes. « Je ne me sentais plus à l’aise avec le métier et surtout avec le marketing. J’ai eu envie de rencontrer le spectateur avec de vraies raisons, de vrais actes pour partager ma vision du monde, sans aucune prétention », explique celui qui est aujourd’hui directeur artistique de la Cie La Boîte Noire. Un rêve éveillé. « On peut avoir la tête dans les nuages, mais on reste aussi les pieds dans la réalité. Une compagnie, c’est aussi une entreprise ».

T

Une vingtaine de spectacles à son actif Lorsqu’il décide de créer sa propre compagnie de théâtre d’objets et de marionnettes, ce n’est pas un hasard puisqu’il pratique déjà le théâtre amateur depuis de nombreuses années, en parallèle de son activité de designer. « Ça a peut-être à voir avec mon métier précédent, par rapport à l’histoire que peut raconter un objet. Quand je conçois un spectacle, ça commence toujours par des images ». Tout débute donc avec des croquis, un storyboard puis c’est la marionnette

En 1989, André Parisot a quitté son poste de designer pour créer la compagnie de théâtre d'objets et de marionnettes La Boîte Noire. © l'Hebdo du Vendredi

qui prend vie dans la tête d’André Parisot avant d’être fabriquée à la main par cet artiste-artisan du spectacle. Elles sont généralement en bois ou en pâte à papier, avec un corps articulé grâce à des ficelles ou du cuir. D’ailleurs, sa maison est remplie de personnages et d’objets prêts à s’animer pour nous raconter leur histoire, comme autant de souvenirs de spectacles passés ou à venir. « Il y a une force qui émane d’une marionnette lorsqu’elle est bien manipulée. Il y a une vraie présence qui tient presque de l’envoûtement ». Aujourd’hui, la compagnie a une vingtaine de spectacles à son actif qui tournent dans la région, en France mais aussi pour quelques-uns à l’étranger : Québec, Maroc, Tunisie, Slovaquie. Certains sont adaptés de textes de Georges Perec, d’Oskar Panizza ou de l’opéra de Bizet tandis que d’autres sont de véritables créations. Mais ce qu’André préfère par dessus tout, ce

sont les spectacles sans paroles. « Le visuel, c’est quelque chose qui me poursuit ». Dans une région qui abrite l’institut international de la Marionnette, on sait que cette discipline ne se cantonne pas à la jeunesse. Mais s’il avait quelques réticences au début, travailler pour le public de la petite enfance s’est finalement avéré très enrichissant. « C’est une ambiance très particulière, ça passe par le regard. Ce qui est drôle, ce sont les séances tous publics où les parents viennent avec leurs petits sur les genoux. Il y a des échanges qui se créent ».

Un cabinet de curiosités sur les géants

Alors forcément, la Boîte Noire fait régulièrement partie de la programmation du festival Méli’ Môme. Pour sa treizième participation, la compagnie présentera cette année un spectacle construit comme un cabinet de curiosité, Les derniers géants, créé avec la MJC intercommunale d’Aÿ, celle-là même qui a vu naître la compagnie. Le livre de François

Place raconte l’histoire d’Archibald Léopold Ruthmore, un riche savant qui achète une dent de géant qui va le conduire jusqu’au pays des géants. A son retour, il rencontre le succès et rédige des ouvrages encyclopédiques, des dictionnaires linguistiques, participe à des conférences... Mais lors d’une deuxième expédition, il découvre que de faux explorateurs ont pillé l’endroit et détruit cette civilisation. En proie à la culpabilité, Archibald Léopold Ruthmore abandonne ses biens et décide de devenir matelot. Il y a deux ans, André a eu envie de monter cette histoire, mais sans jamais montrer les géants. « J’ai voulu travailler sur le récit sans être dans un rapport théâtral ». D’où le choix de cette forme artistique qui se présente comme un récit de voyage où le spectateur est invité à se promener dans le cabinet de curiosités d’Archibald Léopold Ruthmore. Neuf objets sont présentés : la dent de géant, un iconoscope qui nous entraîne sur le fleuve noir, dans la jungle, un traducteur neumatique qui décrypte le langage des géants, un dermovisiographe, un rocher, un oscillogramme à pendularité verticale et positionnement abatiquo-cinétique... Pour comprendre tous ces objets, deux guides animent l’exposition. André y interprète André Robinson, petit-fils de la gouvernante d’Archibald.

Leticia Venancio > Festival Méli'Môme

jusqu'au 8 avril.

Repères André Parisot naît en 1953 dans la petite ville de Neufchâteau, dans les Vosges. En 1971, il commence des études artistiques aux Beaux-arts de Reims. Après un an de service militaire, il intègre, en 1977, l’entreprise Electrolux en tant que designer. Il est chargé de la conception esthétique des appareils électroménagers. Il y travaillera pendant quinze ans mais la prépondérance du marketing le poussera finalement à démissionner pour embrasser une toute autre carrière dans le milieu artistique. Il crée alors la compagnie de théâtre d’objets et de marionnettes La Boîte Noire, en 1989. Les spectacles vont s’enchaîner sous sa direction artistique : Le capitaine Pic ou le triomphe du règlement (1990), Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? (1991), L’œil de la baleine (1991), Espèces d’espaces (1992)... Jusqu’à aujourd’hui avec Les derniers géants (2013), présenté dans le cadre du festival Méli’Môme. Le prochain spectacle ? Une petite forme autour du Guignol de Jacques Prévert.

L’horoscope de l’hebdo BÉLIER du 21.03 au 20.04 Gérez vos finances en « bon père de famille » en vous écoutant et en suivant vos intuitions plutôt que l'avis d'autrui. Prenez garde aux dépenses somptuaires. Au plan professionnel, exprimez-vous davantage.

TAUREAU du 21.04 au 20.05 Vous avez décidé de passer une semaine sans souci. Il faudra faire la part des choses et retrouver votre nature indépendante. Votre goût de l’aventure peut vous entraîner parfois dans l’excès.

CANCER du 22.06 au 22.07

BALANCE du 23.09 au 22.10

CAPRICORNE du 23.12 au 20.01

Au travail, le rythme va s’accélérer, vos idées vont s’éclaircir, plaisirs et surprises seront au programme. Voilà le changement tant attendu ! Faites des efforts en ciblant votre réussite sur la durée.

A priori cette semaine, vos difficultés auront tendance à se résoudre d’elles-mêmes, vos désirs et la réalité seront en adéquation. Cependant, il ne faudra pas vous croire tout permis.

Aujourd’hui, les courants vous sont favorables et les projets pourront prendre forme. C’est le moment d’exprimer votre créativité et vos envies. Bref rien que du neuf et du beau !

LION du 23.07 au 22.08

SCORPION du 23.10 au 22.11

VERSEAU du 21.01 au 19.02

Soyez enthousiaste car la chance vous porte mais restez aussi prudent(e). Car votre nature impulsive et spontanée ne vous met pas à l’abri des conflits, que vous avez tendance à chercher parfois.

Vous avez maintenant en vue de nouvelles opportunités pour améliorer votre situation matérielle et professionnelle. Laissez la confiance vous gagner et soyez prêt(e) à gagner.

Vous vivrez une période de mutation importante. L’heure des bilans sonnera et vous remettrez tout à plat afin de réaliser vos aspirations les plus profondes avec volonté et détermination.

SAGITTAIRE du 23.11 au 22. 12

POISSONS du 20.02 au 20.03

GÉMEAUX du 21.05 au 21.06

VIERGE du 23.08 au 22.09

Votre réussite matérielle dépendra de votre capacité à maintenir le cap et à réaliser les objectifs que vous vous êtes fixés. Ne cherchez pas à faire plus ou à faire mieux, mais à faire bien, vous voyez la nuance ?

Votre humeur sera au beau fixe et vous saurez tirer le meilleur parti des opportunités que vous offre la période. Vous vous sentirez plus sûr (e) de vous, entouré (e) de l’élu (e) de votre cœur.

Il faut que ça bouge, non ? N’aimez-vous pas un peu trop le changement et la nouveauté ? Votre sens de l’action étant une de vos forces, vous allez vous en servir pour faire évoluer votre quotidien.

C’est une semaine en demi-teinte, mais qui vous réserve tout de même d’agréables surprises. Vous aurez encore plus besoin de liberté et d’indépendance.

B. MELVHILLE


Z.A.C. DES ESCARNOTIÈRES (en face de RAVILLON)

L'Hebdo du Vendredi, Châlons #258  

Semaine du 4 au 10 avril 2014