Issuu on Google+

Champagne Vendange 2013 Notre dossier p.4 et 5

Grantil

Rénovation urbaine

Un combat loin d'être fini pour les anciens salariés p.6

Qu’elle est belle la Bidée ! p.8

ÉDITION CHÂLONS N°233 du 27 sept au 3 oct 2013

>>

Sur articles signalés en magasin

Le salon carrément Habitat vous invite les 4, 5 et 6 octobre 2013 au Parc des expositions de Reims.

du 21 septembre au 19 octobre

14 rue Edmond Rostand - Rte d’Epernay

Full metal festival

c h a l o n s. l h e b d o d u ve n d re d i.

com

EPEDA TRECA DUNLOPILLO SIMMONS TECNILAT A RENAULT LIVRAISON INSTALLATION OFFERTES

Grand Val de Murigny - REIMS

War on Screen

Coup de projecteur sur la première édition du festival international de cinéma War on Screen. Bien plus qu’un simple hommage au film de guerre, l’événement abordera cette thématique universelle sous toutes ses formes artistiques, du jeu vidéo à la comédie, en passant par le western, le film jeune public ou encore le documentaire. En présence d’une pléiade de professionnels du cinéma, et sous le haut patronage d’Albert Dupontel. Débarquement annoncé ce mercredi, à Châlons, Suippes et Mourmelon. P. 3


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

ÉDITO

La visite de la semaine

Folle nuit

La nuit d’entre avant-hier et hier, celle du mercredi 25 au jeudi 26 septembre, a dû être mouvementée et peu riche en heures de sommeil pour François, Pierre, Bernard, Cécile, et d’autres. Le 26, François devait se rendre à Florange, il l’avait promis pendant la campagne présidentielle, en 2012. Il l’a tenue, sa promesse… D’y aller. Pour le reste… Heureusement pour François, la médiatisation de cette visite attendue était largement atténuée par l’annonce du projet de loi de finances concocté par Pierre, Bernard, et une armée mexicaine de techniciens. En 2014, c’était presque une promesse, une pause fiscale devait commencer. Pas pour tout le monde. Cécile, elle, était trop énervée par les propos de Manuel sur les Roms pour trouver le sommeil. Dans la journée de jeudi 26, elle s’est lâchée, a demandé à François d’arbitrer, et s’est mise un peu plus en marge. Cécile, en plus, avait déjà été marquée par la volonté de Pascal de ne plus être le chef de famille, et celle de Noël de quitter, carrément, la famille. Ce week-end, sieste obligatoire, pour tout le monde. Tony Verbicaro

La météo Vendredi

13° 24°

Samedi

Dimanche

10° 21°

Lundi

15° 25° 14° 20°

Qualité de l’air

5

Vendredi 27 septembre

Samedi 28 septembre

Dimanche 29 septembre

Moyenne

L’indice varie de 1 – très bonne qualité de l’air à 10 – très mauvaise qualité de l’air.

L’hebdo du ve ndredi édité par la SARL B2M Editions Journal hebdomadaire gratuit d’information locale Siège social : 195, rue du Barbâtre à Reims

T él. 03 26 3 6 50 13 E-mails : Rédaction : redaction@lhebdoduvendredi.com Publicité : publicite@lhebdoduvendredi.com Newsletter : newsletter@lhebdoduvendredi.com Directeur de la publication : Frédéric Becquet (fb@lhebdoduvendredi.com) Redacteur en chef : Tony Verbicaro (tony.verbicaro@lhebdoduvendredi.com) Journalistes : Sonia Legendre (sonia.legendre@lhebdoduvendredi.com) Aymeric Henniaux (aymeric.henniaux@lhebdoduvendredi.com) Responsable commercial : Philippe Dudel (philippe.dudel@lhebdoduvendredi.com) Responsable diffusion : Yoann Ruin (yoann.ruin@lhebdoduvendredi.com) Administration : Martine Bizzarri - Infographiste : Anne Rogé Parution le vendredi matin Imprimé par IPS à Amiens

w ww.l hebd oduve ndre di .co m

L’ambassadeur d’Inde en France, à Châlons

Qui, mieux que l’ambassadeur d’Inde en France, pouvait honorer de sa présence le lancement de l’exposition châlonnaise Sur la route des Indes ? Certes, l’obtention du label Exposition d’intérêt national y est clairement pour quelque chose. Mais la visite de son excellence Shri. Arun Kumar Singh dans la ville préfecture n’a pas porté uniquement sur la culture. Au programme également : visite des caves Joseph Perrier, échanges avec les professeurs et étudiants du Centre Arts et Métiers ParisTech, puis rendez-vous avec les acteurs économiques et plusieurs entrepreneurs de la région. Et le diplomate d’apprécier : « Ce fut une journée pleine de rencontres pour moi ! Tout cela me donne de bonnes idées quant à l’avenir, et les À l’occasion du lancement de l’exposition « Sur la route des Indes », reconnue collaborations futures entre nos deux régions. »

d’intérêt national, l’ambassadeur d’Inde en France était en visite à Châlons. © l'Hebdo du Vendredi

Coup d’oeil sur le monde

Miaou

Certains diront qu'il fallait y penser, d'autres qu'il s'agit encore là d'une idée des plus saugrenues, toujours estil que le premier Café des Chats vient très officiellement d'ouvrir ses portes à Paris, dans le IIIème arrondissement. Décor cosy, fauteuils et canapés confortables, ici tout est fait pour détendre le client. Car coupons de suite court à l'imagination des plus farfelus : ce n'est pas aux félins mais bien aux humains que s'adresse ce nouveau concept. Des humains qui peuvent profiter des ronrons et patounages de neuf chats, âgés de cinq mois à deux ans, et recrutés pour leur grande sociabilité. L'objectif : prendre son thé ou son café en passant un moment agréable, se relaxant grâce aux ronronnements de ces petites boules de poil. L'histoire ne dit pas si les chats demandent un pourboire à la fin...

Point de chute imprévu

Qui a dit qu'en football, il n'y avait du spectacle que dans la première division ? Certainement pas les Anglais, en particulier le public venu assister à la rencontre opposant Salisbury City FC au Chester City FC. En plein match et venu de nulle part, un para-

chutiste est subitement apparu dans le champ de vision des joueurs et des spectateurs, celui-ci atterrissant quelques secondes plus tard au beau milieu du terrain. Pourtant expérimenté, l'amateur de grande plongée dans les airs a déclaré après son atterrissage avoir été obligé de se poser en catastrophe sur la pelouse après avoir été gêné par d'épais nuages, le privant de ce fait d'une visibilité optimale. Un aléa imprévu qui n'a pour l'anecdote nullement empêché Salisbury de s'imposer 3 buts à 1.

Mauvais timing

L'ile d'Ibiza est connue pour ses plages de sable fin, son soleil et surtout son sens de la fête...et des excès l'accompagnant malheureusement un peu trop souvent. Aussi, les soirées arrosées sont légion sur place, ce qui a d'ailleurs concouru à forger à Ibiza cette réputation. Mais pour profiter (avec raison ou à outrance) de cette ambiance unique (dans tous les sens du terme), faut-il encore pouvoir y arriver sur cette ile. Et sur ce point, la quinzaine d'Écossais débarquée la semaine dernière sur le tarmac de l'aéroport de Beauvais doit se mordre les doigts. Parti de Glasgow, le vol Ryanair qui devait rejoindre Ibiza a

S.L

donc réalisé une escale imprévue, sur décision du commandant, la faute à ces quinze énergumènes donc, complètement ivres, et qui ne cessaient de crier et de danser dans l'avion. En foulant la piste de Beauvais, les rigolos étaient même persuadés être déjà arrivés sur l'ile.

Jamais rassasié

Liam Wenyong, le secrétaire du Parti communiste de la ville de Gushanzi, située dans le nord-est de la Chine, est réputé pour son côté épicurien. Bien en formes, l'élu n'hésite pas, quand il le peut, à s'attabler pour déguster un bon repas, à grands renforts de homard et d'alcools rares, se laissant alors aller à quelques confidences et autres propos déplacés. Seulement parfois, un smartphone peut trainer dans les mains d'un convive peu enclin aux cas de conscience et n'hésitant pas à filmer le dit Wenyong, au moment même où celui-ci se plaint à outrance du peuple chinois : « Ils ont les mains pleines de riz, du porc dans la bouche mais ils continuent à vous insulter dès qu'ils ont terminé de manger !  » Ni une ni deux, quelques heures seulement après la publication de la vidéo, le politique s'est vu limogé par le parti, sans caviar, ni ménagement !


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

« Le rire, une arme redoutable pour dénoncer la guerre »

Sylvain Estibal, journaliste, écrivain et réalisateur

Parmi les membres du jury international de War on Screen : Sylvain Estibal. Journaliste à l’Agence France Presse (AFP), il a été amené à couvrir plusieurs zones de conflits en Amérique latine, où il est né. Il a également vu son roman Le dernier vol de Lancaster adapté au cinéma en 2009, avec Marion Cotillard et Guillaume Canet dans les Parmi les films présentés dans la session « retro-rire » de War on Screen : Monty Python, sacré graal. Cultissime ! © DR rôles principaux. Il signe son premier film en tant que réaSylvain Estibal, membre du jury de War Festival international du cinéma de guerre on Screen, présentera aux festivaliers lisateur avec Le cochon de Le cochon de Gaza, dont il est le réaliGaza, qui lui vaudra le sateur. © DR César du meilleur premier d’émotions complexes, paradoxales. Qui dit festival international dit jury bouche à oreille. L’une des raisons qui film en 2012. C’est une première en Un univers où toutes les cartes de la international. Et là aussi, il y a du a permis de fédérer ces professionnels, Champagne-Ardenne, mais société sont redistribuées. Une liberté aussi une première mondiale. niveau. La présidente, Hiam Abbass, c’est vraiment l’intérêt de la théma- En tant que membre du jury, absolue, qui peut vite devenir une est actuellement en tournage avec tique abordée, son côté novateur, sa quel(s) critère(s) pourrai(en)t Pour marquer son entrée sorte de poison. J’ai vu un journaliste dans l’histoire, le festival inter- Ridley Scott. Seront également pré- singularité. Ainsi que le concept même influencer vos choix dans l’attribuespagnol abandonner sa fonction sents Cliff Martinez, ancien membre du festival, inédit. D’un point de vue tion des différents prix de la comnational de cinéma War on pour s’engager aux côtés des forces fondateur des Red Hot Chili Peppers, logistique, l’agenda du cinéma n’est pétition internationale ? croates. Il a complètement basculé et Screen rassemblera une Sylvain Estibal, réalisateur et écrivain, pas du tout celui du spectacle vivant. Le cinéma reste une affaire d’émoça l’a finalement conduit à la mort. pléiade d’œuvres et de proRémy Ourdan, journaliste au Monde et Les choses se préparent plus longtemps tions. Je pense que je voterai d’abord Certains journalistes peuvent trouver fessionnels, des quatre coins correspondant de guerre, ainsi que Ivan à l’avance, en fonction des calendriers pour les films qui dans la guerre un du globe. A commencer par Guyot, responsable éditorial de Canal+ et des tournages, mais se décantent m’auront le plus tou- « Le vrai danger du plaisir malsain, un les membres de son jury. Cinéma. Cinq personnes, cinq poin- aussi de façon très tardive. Le jury s’est ché, en tant que exutoire à leur vie métier, c’est de passer Rendez-vous ce mercredi tures dans l’univers du 7e art et de la finalisé il y a une quinzaine de jours s p e c t a t e u r . étriquée. Mais c’est de l’autre côté. » pour la cérémonie d’ouverture. guerre. « Un jury dont je suis particu- seulement. Et on s’est rendu compte L’originalité et la

War on screen : jury de compét’ !

epuis deux ans déjà, l’équipe artistique de War on Screen travaille d’arrache-pied à l’élaboration de cette première édition. Parrainée, soit dit en passant, par Albert Dupontel. Résultat, les festivaliers pourront assister à une centaine de projections et échanger avec les professionnels grâce à des débats, des séances spéciales et des rencontres « hors champ », programmées tout au long de la semaine. « C’est d’ailleurs l’esprit des festivals, explique Philippe Bachman, directeur de la Comète et délégué général de War on Screen. Les spectateurs pourront discuter autour d’un verre avec les acteurs, les réalisateurs, les scénaristes et autres spécialistes du genre. Il y aura également un prix du public. On compte donc sur lui pour voter ! »

D

lièrement fier, et à plus forte raison pour un premier festival. Il réunit de très grandes personnalités, qu’on ne voit pas forcément tous les quatre matins sur le devant de la scène, et qui se veulent diversifiées. De par leurs professions, leurs nationalités, leurs approches respectives. Car un jury, ça se construit. Il faut des complémentarités mais aussi des points de vue différents. » Mais comment réussit-on à faire venir tout ce petit monde à Châlons-enChampagne ? « Et pourquoi ne réussirait-on pas ? s’étonne Philippe Bachman. Il n’y a pas de raison ! » Alors comment réussit-on à rassembler tout ce petit monde dans un même jury ? « Nous avons travaillé de manière collective. Avec chacun ses réseaux, les réseaux de ses réseaux, et la magie du

que beaucoup de personnalités du cinéma, sans avoir forcément déjà travaillé sur cette thématique, sont passionnées par la guerre. Plus qu’on aurait imaginé. » Ce qui laisse à penser que l’équipe de War on Screen n’aura pas de mal à constituer les jurys des prochaines éditions.

Sonia Legendre > War on Screen - Festival interna-

tional de cinéma - Du mercredi 2 au dimanche 6 octobre 2013 à Châlons-en-Champagne, Mourmelon et Suippes – Cérémonie officielle d’ouverture le mercredi 2 octobre à 19 h à la Comète (5, rue des Fripiers à Châlons) Programme complet sur www.waronscreen.com.

Actrice et réalisatrice de carrière internationale, Hiam Abbass a déjà tourné auprès de réalisateurs d’envergure tels que Cédric Klapish, Steven Spielberg ou encore Ridley Scott. En 2012, elle réalise son premier long-métrage, Héritage (qu’elle présentera à Châlons), et sera membre du jury au Festival de Cannes cette même année. « Nous avions déjà pensé à Hiam Abbass il y a longtemps, dès les prémices de l’événement, dixit Philippe Bachman. Et ce n’est pas un hasard si elle est présidente du jury de War on Screen. Elle a une légitimité de par son parcours professionnel, très diversifié. Elle travaille au Moyen-Orient, aux Etats-Unis, en France, en Angleterre, etc. Mais également de par son histoire personnelle. C’est une Palestinienne née en Israël, qui a grandi dans un environnement particulier et qui sait ce qu’est un conflit. »

Hiam Abbass, présidente du jury international

façon d’aborder les choses feront également partie des critères. Ainsi que le thème choisi. On aime apprendre à travers le cinéma, notamment sur des sujets qui nous sont complètement étrangers. J’ai été honoré lorsque Philippe m’a proposé d’intégrer le jury. Ce festival promet d’être passionnant, d’autant qu’il est complètement inédit dans son genre. Il va permettre à tous de se plonger dans la guerre au sens large du terme, tous regards et toutes formes d’expressions artistiques confondus. C’est une thématique universelle, qui soulève énormément de questions sur l’évolution et le parcours de l’espèce humaine et qui, finalement, illustre le combat de l’homme contre lui-même.

Que retenez-vous de votre expérience journalistique en zones de conflits ? Le vrai danger du métier, c’est de passer de l’autre côté. J’ai été photographe pendant la guerre en Bosnie. J’ai pu voir le côté passionnant d’être au cœur de l’événement, de découvrir sur le terrain la réalité des combats. C’est quelque chose de très fort, mais qui implique aussi un tas

un leurre absolu.

Avec le Cochon de Gaza, vous abordez le conflit israélo-palestinien d’une façon toute particulière. Un mot sur cette tragi-comédie ? C’est l’histoire d’un cochon repêché par hasard dans les filets d’un palestinien de Gaza. Et c’est un film pour la paix. Avec le parti pris de montrer, de façon complètement décalée, le lien existant entre deux communautés en conflit. En cherchant le plus petit dénominateur commun à deux mondes qui s’affrontent. Je me suis donc amusé à mettre en scène un cochon. La colombe n’était plus suffisante, il a fallu passer à la taille supérieure ! Blague à part, ce film est aussi un cri de rage, que j’ai souhaité humoristique, de sorte à ce que le message passe davantage. Le rire peut être une arme redoutable pour dénoncer la guerre. Je participerai à la projection du film et échangerai avec les festivaliers ensuite.

Propos recueillis par Sonia Legendre

> Séance spéciale - Le cochon de

Gaza - Projection et échanges avec Sylvain Estibal – Jeudi 3 octobre à 20 h 45 à Suippes


L’amélioration de la qualité, ça passe aussi par les dates

Champagne - Vendange 2013

La maturation peut changer d'une grappe à l'autre, sur un même pied. © l'Hebdo du Vendredi

Le coup d'envoi de la vendange 2013 a été donné cette semaine. Les premiers cueilleurs ont pu constater un bel état sanitaire du raisin sur la cote des Bars, dans l'Aube, dès mardi 24 septembre.

Les dates officielles de début de vendange s'échelonnent jusqu'au 9 octobre, selon les terroirs et les cépages.

l y a quelques semaines, alors que souffraient les viticulteurs du Bordelais ou du Vouvray, les vignobles les plus touchés par les intempéries de l'année, en particulier

I

Les tracteurs ont commencé leur ballet... © l'Hebdo du Vendredi

par les orages de grêle du mois de mai, les vignerons champenois ont pu légèrement sourire sous cape. La vigne a été mise à mal en France cette année ; la Champagne est un peu passée entre les gouttes, à travers les grêlons. Evidemment, les vignerons champenois concernés par les 700 hectares - sur 36 000 - n'ont pas vu les choses de la même manière.

Au Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), si l'on reconnaît que les épisodes pluvieux ont pu développer quelques foyers d'oïdium, le modèle champenois permettra d'aller vers le meilleur. « Le rendement à 10 000 kg par hectare va permettre de réaliser un tri qualitatif, explique Thibaut Le Mailloux, directeur de la communication du CIVC. Et le potentiel qualitatif est là. À nous de le transformer en réalité. » Le retournement de la météo à partir du 21 septembre et l’arrivée d’un été indien à permis la continuation de la maturation. La décision de démarrer la vendange toute fin septembre, début octobre, et le retour du soleil, «  a réchauffé le cœur, poursuit Thibaut Le Mailloux. Nous avons bon espoir d’une récolte qualitative. » Les techniciens qui se déplacent sur le terrain ont aussi confirmé ce qu’ils imaginaient, à savoir une très forte hétérogénéité entre les terroirs et les cépages, parfois d’une parcelle à la voisine, d’un pied à l’autre, et même entre deux grappes. Le chardonnay a fleuri fin juin, à une période climatique pas trop favorable, alors que pour les pinot noir et meunier, la fleur de début juillet, sous le soleil, garantit une bonne qualité et

un équilibre sucre et acide encourageant. Mais comme tout Champenois patient, le dir’comm’ du CIVC n’oublie pas qu’il faudra «  attendre le printemps et la dégustation des vins

« Un parcours de récolte de plus en plus précis »

clairs pour confirmer tout ça ». L’hétérogénéité évoquée à propos du raisin, on la retrouve particulièrement cette année sur les dates officielles de début de vendange. Le 24 septembre pour les premiers, à Polisy, Polisot ou Buxeuil, dans l’Aube, le 9 octobre pour les derniers, à Arcis-le-Ponsart, dans la Marne, en chardonnay et pinot noir. Pour Thibaut Le Mailloux, c’est un très bon signe : « La Champagne évolue vers un parcours de récolte de plus en plus précis, pour chercher à rentrer le raisin non pas le plus tôt possible, mais le plus qualitatif possible, et ce, presque vigne par vigne. Tout ça va dans le sens du champagne : faire toujours plus pour améliorer la qualité. C’est très cohérent. »

Tony Verbicaro


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

La filière résiste

Champagne - Expéditions

Le début de la vendange donne l’occasion de faire un point sur les expéditions de bouteilles au cours du premier semestre 2013.

fin juin 2013, les expéditions, en volume, étaient en retrait de 3 % sur douze mois glissants. « Ce que l’on note depuis plusieurs mois maintenant, c’est la poursuite d’une tendance : le tassement des marchés français et européens, et des pays tiers, hors Europe, qui continuent de soutenir l’activité  », explique Thibaut Le Mailloux, directeur de la communication du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC). Et les chiffres sont clairs : les pays tiers (Amérique du Nord, Japon, Brésil, Russie, Inde, Chine…) progressent de 7 % sur le premier semestre 2013, quand la France et l’Europe ont reculé respectivement de 7 et 5 %.

A

« Le fait d’avoir des expéditions mieux réparties dans le monde est une bonne chose, parce que les crises économiques surviennent plutôt à tour de rôle, zone par zone géographique. La meilleure répartition rend la filière moins dépendante à la santé économique d'un marché particulier. » Et ces évolutions ont marqué une petite « révolution » dans l’histoire des ventes de champagne. Pour la première fois, le volume des expéditions dans les pays tiers (23,2 % du total) a dépassé celui des cols vendus en Europe (22,3 %). La France reste bien sûr le premier marché, avec 54,5 % des bouteilles. Si le premier semestre n’est donc pas excellent, dans un contexte de crise qu’il convient de rappeler, il faut aussi se souvenir que la moitié des expéditions de bouteilles est réalisée au cours des quatre derniers mois de l’année. Mais en 2012, septembre, octobre, novembre et décembre avaient été marqués par un recul. Et il n’y pas de raison apparente qu’il en soit autrement en 2013. La question qui se pose toujours, et qui permet à la majorité des vignerons, des négociants et des

acteurs des coopératives de dormir sur leurs deux oreilles, c’est de savoir comment fait cette filière champenoise pour voir son volume de bouteilles expédiées continuer de baisser, lentement, et son chiffre d’affaire poursuivre son augmentation. La tentation, très forte chez certains acteurs, avant le début de la crise, de participer à la course aux volumes, est totalement passée. Aussi vrai qu’il n’est de champagne que de Champagne, son salut passe par le maintien d’une image à la fois de boisson de la célébration, et d’un prestige de haut niveau. «  La vocation de la Champagne n’est pas de satisfaire l’ensemble de la clientèle des vins effervescents. Sa vocation est de se maintenir dans sa position de leader, à la fois d’un point de vue qualitatif, comme en image », rappelle Thibaut Le Mailloux. Si les ventes baissent sur le vieux continent, non seulement elles grimpent dans les pays tiers, mais en plus, on y consomme davantage de bouteilles à forte valeur ajoutée. « L’exemple type, c’est le Japon, poursuit Thibaut Le Mailloux. Le Japon importe surtout des cuvées de prestige, des millésimés, des rosés… Ces cuvées sont plus coûteuses à produire, plus rares, et meilleures en valeur ajoutée. » Reste la question d’une nouvelle concurrence potentielle à venir, en Chine et en Inde, où l’on plante par milliers d’hectares des plants destinés à produire des vins effervescents. Quand les vignes plantées en Chine ou en Inde produiront du raisin, la Champagne ne pourra pas lutter dans les volumes mais les produits ne seront jamais comparables. « Nous avons vocation à produire des vins prestigieux, d’export. Ce n’est pas le cas des productions nouvelles. Et les coûts de fabrication n’ont rien à voir », détaille Thibaut Le Mailloux. Ces vins des nouveaux-nouveaux mondes n’auront pas la picité du champagne, rien que pour les conditions climatiques, et les 300 ans d’histoire du champagne, ils ne les auront jamais. Ces vins nouveaux, beaucoup moins chers à produire que le champagne, ne seront pas concurrentiels. Ils trouveront leur place, leur fonction, sur le marché local d’abord, et sans doute aussi à l’international, mais le champagne gardera, lui, aussi sa place : prestigieuse. Pour mémoire, le champagne, le plus réputé des vins effervescents, ne pèse, aujourd’hui, que 10 % du volume de sa catégorie. Et d’ailleurs, joue-t-il dans la même catégorie ?

Le raisin de Champagne a plutôt bien résisté aux intempéries de l'année. © l'Hebdo du Vendredi

T.V


N°233 du 27 septembre au 2 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Le combat des Grantil se poursuit en justice

Grantil - Grandeco

Châlons, le 25 janvier 2013. La holding belge Grandeco annonce à sa succursale française, Grantil, son placement en liquidation judiciaire. Le début d’un long, très long bras de fer entre la plus ancienne fabrique française de papier peint, les banques et les actionnaires. Qui ne permettra finalement pas aux 162 salariés licenciés de sauver leur entreprise. Prochaine étape : le conseil des Prud’hommes.

radition oblige, samedi dernier, les ex-Grantil s’étaient donné rendezvous aux étangs de Pogny. Comme à la belle époque, cannes à pêche et barbecue de rigueur, même si, malheureusement, les galères du chômage figuraient parmi les sujets les plus abordés. Et c’était aussi l’objectif de ces retrouvailles. Prendre le temps de se donner des nouvelles, de s’épauler, de se conseiller. « Moins de 20 % des salariés ont trouvé un nouvel emploi, chiffre Franck Leclère, président de l’association Les Grantil. Le plus souvent en intérim, en CDD. Les CDI restent marginaux. » Bien sûr, certains métiers, de par leur transversalité, ouvrent

T

Samedi dernier, les ex-Grantil ont pu échanger avec leur avocate et faire le point sur l’action prudhommale engagée pour défendre leurs droits. © l'Hebdo du Vendredi

davantage de portes que d’autres. Laurent, par exemple, responsable informatique chez Grantil, a pu décrocher un nouveau job dans ce secteur. « C’est important de nous réunir, confie-t-il. Certains ont travaillé quinze ans ensemble, parfois plus. Aujourd’hui, on se bat pour dénoncer les méthodes employées par la holding. Ça a été tellement violent à l’époque… » A l’époque, pour rappel, un simple coup de fil aura suffi à annoncer la liquidation judiciaire de Grantil, et donc à tirer un trait sur 175 ans de savoir-faire. D’autres, faute d’opportunité sur le bassin local, ont opté pour une reconversion. Mais beaucoup se heurtent encore à la dure réalité du marché du travail, à l’instar d’Emmanuel. « J’ai repassé une formation et j’ai écrit à toutes

les boîtes susceptibles d’avoir besoin de mes compétences. Hôpitaux, caves de champagne, collectivités, Vatry, McCain, etc. Il y a aussi la solution de l’intérim, mais lorsqu’on a des crédits et une famille à nourrir, ce n’est pas simple. » Cette journée était aussi l’occasion de faire le point sur l’action prudhommale engagée par l’avocate des Grantil. « Depuis janvier, la solidarité et la mobilisation des salariés demeurent les maître-mots de ce dossier, salue Maître Caroline Substelny. Les saisines seront déposées très prochainement au Conseil des Prud’hommes. Puis nous irons plaider au bureau de jugement du Conseil. » Evidemment, ce genre de procédure demande du temps. En prenant compte des éventuelles interjections en

appel ou en cassation, la décision finale de justice pourrait être actée d’ici un à trois ans. « Les avocats belges risquent de faire durer les choses, mais nous possédons assez d’éléments pour obtenir gain de cause. Nous pouvons prouver que la holding a délibérément organisé le licenciement de 162 personnes, via ses choix stratégiques et sans motif économique. A aucun moment elle n’a assumé sa responsabilité dans le financement d’un Plan de sauvegarde de l’emploi. Le groupe a aussi fait preuve d’une désinvolture incroyable vis à vis du droit français et des autorités, conduisant, sur la base d’une fraude, rappelons-le, à l’échec du projet de Scop monté par les salariés. Cette affaire doit être un exemple pour ceux qui liquident leurs filiales en toute impunité car ils savent que cela ne leur coûtera pas un sou. » Autre mise en cause : l’avocate en charge de la liquidation de Grantil, Maître Tirmant. « Pour son manque de sérieux dans cette procédure et pour licenciement abusif. Rien n’a été fait pour proposer des postes de reclassement alors qu’il y en avait. Des erreurs ont été commises dans le calcul des primes de préavis et des soldes de tout compte. Personne ne s’est vu proposer la mutuelle par portage. Tous ces préjudices doivent être réparés. A mon sens, nos chances de succès s’élèvent à plus de 95 % concernant la liquidation, et à plus de 80 % face à la holding. »

L’avenir de Grandeco, inconnue à l’équation

D’après les informations de JeanMarie Corbel, ancien directeur commercial de Grantil, la situation économique de Grandeco s’avère plutôt tendue. Le groupe vient d’être recapitalisé par son actionnaire principal, la banque belge Gimv, à hauteur de 12 millions d’euros, auxquels s’ajoutent sept millions dédiés à compenser les pertes enregistrées ces derniers temps. Parallèlement, les cinq cadres actionnaires du groupe ne détiennent plus que 2 % des parts, contre 5 % auparavant. « Grandeco pourrait, à terme, tenter une liquidation frauduleuse de la holding, commente Maître Substelny. Cela pourrait rendre plus compliquée la démarche engagée pour les Grantil. Mais ça resterait illégal. » Pour l’heure, le stock de Grantil a été liquidé à hauteur de 585 000 euros et revendu aux banques belges. L’outil de production (les machines), lui, a été liquidé pour deux millions d’euros. Plusieurs familles iraniennes ont d’ores et déjà versé un acompte de 200 000 euros pour le racheter, mais l’aboutissement de leur démarche reste incertain. Le terrain et le bâtiment de l’entreprise, estimés à 2,7 millions d’euros par France domaine, demeurent la propriété de la banque ING.

DIMANCHE 29 SEPTEMBRE Sonia Legendre

DE PROFESSIONNELS

MARCHÉ AUX PUCES De 8h à 18h - Place Godart (derrière l’Hôtel-de-ville)

www.vitrinesdechalons.com Châlons-en-Champagne


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

La Bidée dévoile son nouveau visage

UN AN DE PLUS

Rénovation urbaine

Expos, spectacles, concerts, portes ouvertes, dégustations, etc. Ce samedi, un vent de festivités soufflera sur le quartier de La Bidée. Le nouveau quartier de La Bidée plus exactement, puisqu’il s’agira de célébrer la fin des travaux de rénovation dont il a fait l’objet ces dernières années. Une métamorphose.

ancée en 2008, l’opération de rénovation urbaine baptisée « Cœur de projet La BidéeOrléans » touche quasiment à sa fin. L’idée : offrir un nouveau visage à l’ensemble de la Rive Gauche, qui, admettons-le, en avait grand besoin. Après l’inauguration du quartier Orléans en 2010, c’est donc au tour de La Bidée de dévoiler sa jeunesse retrouvée. Et ceux qui connaissent le coin depuis toujours pourront en témoigner, il s'est métamorphosé. « Il se composait de bâtiments totalement vétustes et manquait vraiment d’axes de circulation, rappelle Bruno Bourg-Broc, le maire de Châlons. La Ville et la Communauté d’agglo-

Halles du Boulingrin : Et la vie revint sous la voûte..

L

Bientôt de nouveaux commerces le long du mail mération de Châlons ont pu mener ces deux opérations avec le concours de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) et des bailleurs sociaux, mais aussi d’autres partenaires comme la Région Champagne-Ardenne, le Feder, le Conseil général de la Marne et la Caisse des Dépôts. C’est un investissement gigantesque. » Effectivement, à ce jour, plus de 66 millions d’euros ont été injectés sur le secteur Rive Gauche. De quoi financer au total 233 démolitions de logements, d’en reconstruire 217 et d’en réhabiliter 377. « Au-delà de l’as-

Parmi les nouveaux équipements du quartier de La Bidée : le parc Belle Vue, un véritable succès. © l'Hebdo du Vendredi

pect résidentiel, nous avons souhaité réaffirmer l’identité de la Rive Gauche et redonner de l’attractivité à ces deux quartiers, en recréant du lien entre eux. » La Bidée dispose désormais, grâce à la nouvelle rue Dusigne, d’une voie reliant l’avenue Jeanne d’Arc au CFA. « Le mail du Legs Morel permet également de structurer l’ensemble du quartier. Il réunit le CFA et la Mairie annexe et sera officiellement inauguré ce samedi. » Pour l’heure, il se dote de logements aménagés sur le côté droit de la mairie. Puis, en face, seront construits d’autres logements, des bureaux d’entreprise et un centre commercial. « Nous lancerons ces travaux incessamment sous peu, et le chantier devrait durer un an environ. Plusieurs commerçants semblent d’ores et déjà intéressés par ce complexe, notamment pour y installer une sandwicherie, une épicerie multi-services ainsi qu’une boucherie. » La rénovation des rues Albert Schweitzer, Henri Dunant et Benjamin Franklin, elle, devrait s’achever fin 2014. Les festivités de samedi seront aussi l’occasion pour les habitants de s’approprier leur quartier et de

EN BREF

Lors de sa première édition, il y a 18 ans, la fête de la solidarité n’était organisée qu’une journée durant. L’objectif : fédérer toutes les bonnes volontés autour d’une collecte de fonds dédiée à soutenir les actions de la Banque alimentaire, des Restos du Cœur, du Secours populaire et du Secours catholique. Elle réunit aujourd’hui près d’une quarantaine d’associations et de partenaires locaux, et se tiendra cette année du 28 septembre au 30 novembre. La troupe de théâtre des Sarrybiens ouvrira le bal ce samedi dès 20 h à la salle Fernand Pelloutier (place de Verdun) avec deux nouvelles pièces, pleines d’humour et de sensibilité. Tarif : 10 euros. Réservations au 03 26 65 15 15. Puis rendez-vous le jeudi 3 octobre pour le traditionnel repas de la solidarité, et le samedi 5 octobre pour découvrir le Village Solidarité installé place Foch. Plus d’infos sur www.chalons-en-champagne.net.

Fête de la solidarité : coup d’envoi ce week-end

Comme tous les ans, la municipalité concocte, en association avec l’Accueil des villes françaises (AVF), la journée des nouveaux arrivants à Châlons. Ou plutôt l’après-midi, puisque ces derniers sont conviés de 14 h à 17 h, le samedi 5 octobre. Au programme : un accueil par le premier magistrat Bruno Bourg-Broc, une photo souvenir sur le perron de l’Hôtel de Ville, une visite guidée du centre-ville (à pied ou en bus), puis une rencontre avec les élus municipaux au musée des Beaux-arts et d’Archéologie. Inscriptions sur simple coup de fil au 03 26 69 38 00.

Les nouveaux arrivants chouchoutés

Depuis 1998, à l’initiative de la Ville de Châlons, la Caisse d’Epargne Champagne-Ardenne et l’école des Arts et Métiers, les entretiens Cavallier proposent des conférences à vocation économique, culturelle ou scientifique, ouvertes au grand public. Leur prochain invité, le professeur et historien Jean Tulard, interviendra sur les guerres napoléoniennes vues par le cinéma. Un clin d’œil, notamment, au festival international War on Screen. Mardi 1er octobre à 18 h 30 dans le grand amphithéâtre d'Arts et Métiers ParisTech, rue Saint-Dominique à Châlons. Entrée libre.

Les entretiens Cavallier saluent War on Screen

(re)découvrir ses différents équipements, sortis de terre au fil de la rénovation : le Centre social et culturel, le terrain multisports, le parc Belle Vue, et la petite dernière, la médiathèque Gulliver, ouverte avec succès depuis le mois de juin.

Sonia Legendre

> Fête de la Bidée – Samedi 28 septembre à partir de 8 h aux quatre coins du quartier – Inauguration du mail du Legs Morel à 15 h – Concert du collectif (Ré)création à 20 h 30 rue Henri Dunant (résidence de création du F’Estival des Musiques d’Ici et d’Ailleurs avec Barcella, David Lewis et bien d’autres) – Programme complet sur www.chalons-enchampagne.net.

Une bonne semaine après l’inauguration « culturelle » des Halles rénovées, les commerçants avaient pu reprendre place sous l’immense marché couvert, le vendredi 21 septembre 2012. Aymeric Henniaux écrivait : « L’ambiance du marché, l’esprit du Boulingrin, c’est justement ces deux points qui ravissent Huguette, l’une des fleuristes présentes sur place ce matin-là : «  Le Boulingrin, moi j’y suis quasiment née. Ma mère et moi on a fait 50 ans de marché et celui des Halles avait vraiment quelque chose de particulier. Sa fermeture était pour moi un beau gâchis. Mais un gâchis réparé aujourd’hui. Un marché couvert est formidable. (…) » Oui, pour beaucoup ce vendredi matin, fouler le sol des Halles était un peu comme laisser son empreinte dans l’histoire de ce lieu. Un moment que personne ne semblait vouloir manquer… » Depuis, l’euphorie de la réouverture est passée. Et si les samedis matins, le cœur du quartier bat au rythme du marché couvert, les mercredis et vendredis, autres jours d’ouverture, ça résonne parfois un peu trop dans les Halles du Boulingrin. Les manifestations culturelles qui s’y tiennent, en revanche, rencontrent leur public. L’avenir des Halles fera sans aucun doute partie des débats de la campagne électorale pour les prochaines municipales. Comment réussir à faire vivre le lieu au quotidien, pour que les habitudes s’installent durablement.

T.V

Rentrer de boîte en taxi, et à petit prix

Sécurité routière – Chèque-taxi

es chiffres sont éloquents. Les 18-24 ans représentent 18 % des accidentés de la route. Alors qu’ils ne constituent que 13 % de la population marnaise. « Et lorsqu’on approfondit un peu, malheureusement, l’alcool et l’usage de stupéfiants sont souvent en cause, déplore Jean-Edmond Beyssier, directeur de cabinet du préfet, chef de projet pour la Sécurité routière et la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) sur le département. Certes, les contrôles inopinés restent un outil de dissuasion fort, « mais les jeunes acceptent plus facilement la prévenUne nouvelle convention vient d’être signée pour poursuivre le distion et l’échange que la sanction ». positif chèque-taxi à Reims, et l’essaimer aux quatre coins de la Il y a un an, l’établissement rémois Atrium Marne © Atrium Club & Events Club & Events imaginait un système de chèque-taxi dédié aux 18-25 ans, et aux étudiants de plus de 25 ans. « Nous accueillons environ 2 500 personnes par semaine et sommes un peu éloignés du centre-ville, explique Olivier Stroh, le propriétaire et gérant du club. On a très vite entendu les jeunes nous dire que le taxi était trop cher. J’ai donc proposé cette initiative à la Ville de Reims, dans le cadre de la Charte de la nuit nocturne. Puis le partenariat a rassemblé la mutuelle étudiante MGEL, et les deux sociétés de taxis implantées à Reims. » « Ces titres de transport ont une valeur faciale de cinq euros, dont trois euros cofinancés par les signataires. Ils ne coûtent donc plus que deux euros aux usagers. Une course de 15 euros par exemple leur vaudra trois chèques, soit six euros au total. Et si en plus ils se partagent le taxi, cela leur reviendra encore moins cher. » Ingénieux, surtout en cette période de rentrée universitaire. Pour autant, l’Atrium reste à ce jour le seul établissement rémois et marnais à proposer ces chèques. La Préfecture tente d’ores et déjà d’essaimer le dispositif à Châlons et Epernay, via l’Alegra et le Private Club. A suivre…

L

Sonia Legendre

> Chèque-taxi – 2 euros - En vente à l’Atrium Club & Events ou à la MGEL (rue des Capucins

à Reims) – Valables de 23 h à 7 h du matin et jusqu’au 30 juin 2014


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Dessine moi des éoliennes… citoyennes

Energies renouvelables

La tendance novatrice de l’éolien citoyen semble prendre de plus en plus d’altitude dans nos campagnes françaises. Après plusieurs projets aboutis en Bretagne, le concept débarque dans les Crêtes Préardennaises. Une grande première en Champagne-Ardenne d’ailleurs sacrée meilleure élève de France en termes de puissance éolienne installée - où toutes les bonnes volontés d’investissement sont les bienvenues.

’éolien, un bon plan pour investir ? Ingrid Julien, chargée d’animation à Enercoop Ardennes Champagne, en est convaincue. Elle parcourt la région pour présenter le concept d’éolien citoyen, aussi bien aux branchés écolos qu’aux néophytes en la matière. Concrètement, il consiste à financer des initiatives éoliennes grâce aux bonnes volontés citoyennes. « Qu’il s’agisse de riverains, de collectivités, d’entreprises ou autres acteurs économiques locaux. » Et c’est de cette façon que trois éoliennes pourront sortir de terre sur les villages de Chagny, Bouvellemont et

L

Deux millions à réunir pour commander les éoliennes

Jonval, dans les Ardennes. « La communauté de communes des Crêtes Préardennaises et ses partenaires planchent depuis plusieurs années sur ce parc. C’est d’ailleurs le premier projet éolien 100 % citoyen de France. Il permettra d’alimenter 1 600 ménages (hors chauffage et eau chaude), soit 18 % des foyers du territoire des Crêtes. Le permis de construire est déjà validé, la mise en service des éoliennes est prévue fin 2014. » Reste néanmoins à réunir suffisamment d’argent pour lancer les premiers coups de pioches. « L’ensemble du projet, préparation, conception et exploitation comprises, s’élève à 3,85 millions d’euros. Nous entrons dans la phase d’appel à investissements. La société Enéole, en charge du développement du parc, a déjà alloué 720 000 euros aux études d’implantation et aux démarches administratives. Il nous faudra rassembler environ 70 000 euros pour les travaux de voirie,

Les citoyens peuvent investir dès à présent dans le futur parc éolien de Chagny-BouvellemontJonval, dans les Ardennes. © DR

puis deux millions pour commander les éoliennes. » A prévoir également : les frais juridiques, le coût du raccordement, les différents audits à réaliser, etc. « Certains acteurs nous ont déjà fait part de leurs intentions d’investissement. Comme le Conseil régional par exemple. Mais le

Défiscalisation possible

plan de financement n’est pas encore entériné. » Plusieurs solutions s’offrent à ceux qui souhaiteraient soutenir le futur parc : via la société d’exploitation ad hoc créée à cet effet, le fonds national Energie partagée, un club d’investisseurs, le réseau Enercoop, ou encore un investissement en direct. « Les conditions de rémunération du capital investi et les possibilités de défiscalisation varient en fonction du statut et de la formule choisie. L’énergie produite sera revendue à Enercoop, fournisseur d’électricité écologique, et les actionnaires pourront bénéficier de tarifs préférentiels sur leurs futures factures. » Au-delà de l’aspect écolo-nomique, la vraie richesse du projet se trouve dans son caractère vertueux. « Le modèle actuel laisse de grandes entreprises exploiter une ressource naturelle à leur profit. L’idée, c’est d’acheter l’outil de production et de se l’approprier pour maîtriser le développement éolien. Ici, l’énergie n’est plus un objet de spéculation, mais une ressource gérée à plusieurs, pour le bien collectif. »

Sonia Legendre > Contact : Enercoop Ardennes Champagne Ingrid Julien, chargée d’animation éolien citoyen 03 24 32 12 29 ingrid.julien@enercoop-ardennes.fr

Pas de surprise dans les villes marnaises

Municipales 2014 - PS

es déclarations de candidature des têtes de liste socialistes aux prochaines municipales devaient être enregistrées lundi 23 septembre au plus tard. Pour les villes marnaises, aucune surprise. A Reims, Adeline Hazan briguera sa succession. Aucun autre candidat socialiste ne s'est déclaré dans la Cité des sacres. Idem à Epernay, où Marc Lefevre, comme en 2008, devrait conduire la liste PS. Enfin à Châlons-enChampagne, Rudy Namur et Gérard Berthiot se sont officiellement déclarés, comme prévu. Les

L

investitures seront officiellement annoncées le 10 octobre. A Châlons, les militants encartés voteront entre les deux candidats, et le bureau national du PS validera leur choix, si aucun litige n'apparaît. Une fois les têtes de listes socialistes officiellement investies, les campagnes pourront réellement débuter, et notamment les discussions avec les autres partis de gauche pour imaginer, sans doute, un maximum de listes d'union.

T.V


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Fichus statuts…

Bosal pleure, Chapitre souffle

Medef - Election du président Joseph Puzo a annoncé ce jeudi 26 septembre sa décision de retirer sa candidature à la présidence du Medef régional, afin de permettre, a-t-il expliqué, accompagné d’André Deslypper, qui retirait sa candidature au profit du patron d’Axon Cable, de dénouer une situation trop complexe. Le 5 septembre dernier, l’assemblée générale du Medef devait procéder à l’élection de son président. Deux candidats étaient opposés, le Marnais Joseph Puzo et le Haut-marnais Benoît Deboos. L’élection ne s’était pas déroulée, notamment en raison de problèmes de statuts, et l’assemblée avait demandé à Pierre Possémé, président en exercice qui avait décidé de quitter ses fonctions, de poursuivre pour deux mois. «  Les statuts de 2006 ne prévoient pas la démission du président, ni qu’il y ait plusieurs candidats  », a expliqué Joseph Puzo. Benoît Deboos devrait donc être désigné à la tête du Medef champardennais pour le temps restant du mandat de Pierre Possémé, soit jusqu’en juin 2015. « A sa charge d’organiser le travail de réécriture des statuts pour rendre une prochaine élection possible, a poursuivi Joseph Puzo. Et nous nous mettrons à sa disposition pour travailler sur ce point. » Benoît Deboos n’était pas au courant, au moment de l’annonce de Joseph Puzo, de la décision de ce dernier de se retirer.

Emploi

e marché de l'emploi est encore loin de sortir de la profonde période d'instabilité qui le gangrène depuis près de cinq ans déjà. Touché de plein fouet, le département de la Marne pâtit évidemment de cette situation. Dernière illustration en date avec l'annonce de la mise en redressement judiciaire de l'entreprise Bosal le Rapide, située sur la commune de BeineNauroy. Mardi dernier, le tribunal de commerce de Reims a en effet validé le dossier de procédure déposé le vendredi précédent par la direction. Depuis plusieurs mois, le fabricant de galeries de toits connait de persistantes difficultés l'ayant amené à se trouver en état de cessation de paiement, la faute à la mauvaise santé actuelle du marché de l'automobile. En attendant de trouver un éventuel repreneur, les soixante salariés de Bosal s'inquiètent, ayant encore à l'esprit la première vague de licenciements survenue il y a à peine deux ans. De son côté, le groupe Chapitre, lui, respire, son plan social ayant été suspendu cette semaine. La filiale du groupe Actissia menaçait de supprimer, sur l'ensemble du territoire national, pas moins de 271 postes (sur 1 200 au total) et de fermer douze

L

J

Joseph Puzo. © l'Hebdo du Vendredi

Tous les Medef territoriaux, 150 en France, ont des statuts différents. «  Et ceux du Medef régional de Champagne-Ardenne sont sans doute les plus mal écrits  », a avoué Joseph Puzo. Le Medef national recommande aujourd’hui un modèle de statuts « bien écrit ». «  La difficulté, ensuite, n’est pas tant d’écrire les statuts, mais d’obtenir le consensus auprès de tous les membres du Medef. Et il n’y a pas que l’élection qui compte. Les modalités d’élections, le rôle du Medef régional auprès des entreprises, etc. » Une nouvelle élection du président devrait être possible, donc, en juin 2015. Si les statuts le permettent…

Tony Verbicaro.

A l'automne 2011 déjà, Bosal essuyait ses premières réductions sèches d'effectifs. Ici lors de la visite de Nicolas Dupont-Aignan, quelques mois avant les élections présidentielles. © l'Hebdo du Vendredi

librairies (Reims était menacée). Finalement, des repreneurs assez sérieux auraient été trouvés, motivant la direction pour suspendre le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de Chapitre. Une annonce qui ne rassure pourtant pas les syndicats, ceux-ci regrettant de voir l'entreprise aller « lentement mais sûrement vers le dépôt de bilan ».

EN BREF

A.H.

Christophe Février, connu pour ses activités de reprise d’entreprises en difficulté, comme Valentin (machinisme viticole) il y a quelques années et Plysorol (bois contreplaqué, reprise en cours) à Epernay et Magenta, a déposé une offre de reprise de Reims Aviation, placée en redressement judiciaire il y a deux semaines. Accompagné d’un investisseur, Christophe Février a proposé 13 millions d’euros. Près de la moitié servirait à combler une partie des dettes. Il projette la production de quatre bi-moteurs d’ici à quinze mois et envisage de conserver tout le personnel.

Reims Aviation : un repreneur dépose une offre à 13 millions d’euros


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Objectif nul ?

« Un point sera déjà très bien »

Interview - Michel Hidalgo

Foot (L1, 8e j.) Reims - Monaco

Le Stade de Reims accueille l'AS Monaco, dimanche soir, avec l'infime espoir de décrocher la lune face au leader du championnat.

nvaincu depuis six journées, le Stade de Reims peut se réjouir de sa solidité défensive affichée depuis le début de la saison avec seulement 4 buts encaissés : la 2e meilleure défense derrière celle de... Monaco. Mais, dans le même temps, le club n'arrive plus à ga-gner depuis quatre journées et descend doucement au classement (10e avec 10 points). Suffisant pour résister, dimanche soir, à l'armada monégasque ? Rien n'est moins sûr, à moins une fois encore que Kossi Agassa multiplie les exploits dans ses buts, à l'image de ses grandes performances réussies lors des deux dernières rencontres face à Guimgamp (1-1) et Bordeaux (00). Au Stade Chaban Delmas, il a même été le grand artisan de ce point récolté alors que, comme l'a indiqué clairement Hubert Fournier à l'issue du match, « le reste de l'équipe ne le méritait pas ». Face à Bordeaux, l'entraîneur rémois n'a visiblement pas reconnu son équipe qualifiant même cette prestation « comme la pire de la saison ». « Nous avons eu quelques opportunités en première mi-temps face à une équipe qui doute, mais voilà il aurait fallu avoir de la chance et surtout du talent pour marquer ce but », a commenté Hubert Fournier, regrettant au final « trop de déchets techniques, proche du niveau amateur ». Les mots sont durs, mais reflètent la réalité, le Stade de Reims a été quasiment inoffensif. A la décharge des Rouge et Blanc, le onze a été particulièrement modifié avec notamment les premières titularisations en L1 de ses deux latéraux Turan et Conte, en l'absence de Signorino, Glombart et Mandi, et « qui ont vécu un difficile baptême du feu ». Après cette piètre prestation, l'heure est donc à la remobilisation avant la venue de Monaco, imperturbable leader du championnat après une nouvelle victoire acquise aux dépens de Bastia (3-0). Face à l'armada de Claudio Ranieri, emmenée par le duo d'attaque Falcao-Rivière, encore buteurs en Corse, respectivement leurs 7e

Joueur du Stade de Reims de 1954 à 1957, puis de l'AS Monaco jusqu'en 1964, Michel Hidalgo est un témoin privilégié du match qui va opposer les deux équipes, dimanche soir, au Stade Auguste Delaune.

Quels sentiments vous animent avant ce Reims-Monaco ? C'est beaucoup de souvenirs qui me reviennent en mémoire. Quand je jouais au Stade de Reims, c'était la grande équipe du moment avec Kopa, Glowacki, Bliard et Templin. C'est le club qui m'a permis de lancer ma carrière et avec lequel j'ai gagné mon premier titre de champion de France (1955). C'est là aussi que j'ai connu l'entraîneur qui reste le meilleur à mes yeux de tous les temps : Albert Batteux. Monaco c'est une autre histoire, un grand club aussi, une nouvelle existence pour moi avec encore des trophées et surtout beaucoup de plaisir sur et hors du terrain. Il faut se souvenir qu'à l'époque Monaco n'est pas encore cette ville dense mais une petite commune avec pleins de petites maisons charmantes.

I

Avant la venue de Monaco, Hubert Fournier juge le niveau de son équipe « inquiétant ». © l'Hebdo du Vendredi

et 6e réalisations en championnat, le Stade de Reims devra montrer un tout autre visage sinon, prévient Hubert Fournier, « on va le payer très cher ».

Julien Debant > Reims - Monaco, dimanche 29 septembre à 21h au Stade Auguste Delaune. (retransmission en direct sur Canal+). > Un maillot collector pour Reims-Monaco A l’occasion de ce match de gala, les Rouge et Blanc évolueront avec un maillot collector : le logo ventral du maillot « Saneî Ascenseurs » sera ainsi exceptionnellement inscrit en mandarin.

Comment imaginez leur saison respective ? Monaco va jouer tout en haut jusqu'au bout. Pour Reims ça va être plus difficile, mais le club peut lutter s'il fait preuve d'une grande volonté. Le maintien sera difficile quoi qu'il arrive car beaucoup d'équipes sont concernées. A l'inverse, quelle équipe peut lutter avec Monaco ? Le Paris SG et après ? J'espère simplement que le Stade de Reims ne tremblera pas jusqu'à la dernière journée.

Un pronostic pour dimanche ? Si le Stade de Reims obtient le point du match nul ce sera déjà très bien.

Yann Diaferia : « Je suis un cancer pour les défenseurs »

A Lille pour confirmer

Hockey (D1)

Basket (Pro B, 3e j.) Lille - Châlons-Reims ébut de championnat idéal pour le Champagne Châlons-Reims Basket victorieux lors de ses deux premières rencontres, d'abord à domicile face à Orchies (88-75) puis, le week-end dernier, sur le parquet de Hyères-Toulon (57-75). Finalement, l'arrivée tardive du meneur Muhamed Pasalic et la blessure de Kevin Joss-Rauze n'ont pas plombé l’entame de saison de l'équipe marnaise. Plein de maîtrise face au promu, les hommes de Nikola Antic ont, dans le sud, dominé la rencontre de bout en bout. Les fers de lance de la première journée ont confirmé leur disposition du moment : Morandais (13 pts), Slay (10 pts et 9 rbs) et Turek (12 pts et 9 rbs). Mieux, ce succès s'est construit aussi avec le bel apport de Giffa (8 pts et 7 rbs) et de Meels (17 pts et meilleure évaluation du match avec 21), mais aussi de Pasalic. Avec 9 points et 5 passes, l'international bosniaque, à peine une semaine d'entraînement collectif dans les jambes, a montré au club qu'il peut compter aussi sur lui cette saison. On l'aura compris, Châlons-Reims ne manque pas cette année de leaders et ce à tous les postes. La richesse de l'effectif sera bien l'atout numéro 1 du club marnais pour atteindre la première place du classement au terme des 44 journées de championnat. Pour son 3e match, le CCRB sera encore en déplacement avec un court voyage à Lille. Avec déjà deux défaites à son compteur, face à Evreux (70-78) et à Rouen (88-81), l'équipe entraînée par Abdou N’Diaye, où figure deux anciens du RCB, Gillet et Rigaux, n'a déjà plus le droit à l'erreur même si aucune formation n'envie son difficile début de calendrier. Morandais et ses coéquipiers devront donc particulièrement se méfier d'une

Et aujourd'hui... Ça me fait évidemment plaisir de revoir les deux clubs à ce niveau. Mais ce sont deux clubs bien différents. Reims a des moyens relativement modestes quand Monaco affiche sa richesse. Monaco reprend sa place dans le championnat de France et le football français. Cependant, je trouve que l'argent domine trop dans le football aujourd'hui et on ne peut pas savoir ce que cela va donner à moyen terme.

D

Arthur Bouedo et ses partenaires visent un 3e succès de rang sur le parquet de Lille. © l'Hebdo du Vendredi

bête blessée qui possède quelques fortes individualités à l'image du finlandais Kaunisto (11,5 pts et 11,5 rbs de moyenne), du cap-verdien Ivan Almeida (16 pts et 7 rbs) ou encore de l'américain John Fields (18 pts).

J.D

> Lille - Châlons-Reims, vendredi 27 septembre à 20h au Palais Saint-Sauveur, Lille. Prochain match à domicile : Châlons-Reims Souffelweyersheim, vendredi 4 octobre à 20h, Palais des Sports Pierre de Coubertin, Châlonsen-Champagne. Billetterie sur www.ccrbasket.com > Basket - Coupe de France : Châlons-Reims ira à Kaysersberg Le tirage de la Coupe de France a été plutôt clément pour le club marnais. Pour son entrée dans la compétition en 32e de finale, les hommes de Nikola Antic se rendront sur le parquet de Kaysersberg, pensionnaire de N2, mercredi 23 octobre.

Meilleur marqueur rémois depuis le début de saison (3 buts, 1 assist), Yann Diaferia est satisfait des débuts des siens même s’il concède que tout n’est pas parfait.

Comment as-tu vécu les trois premiers matches de championnat ? Plutôt bien. Quand tout sourit, on est content et puis quand on est en confiance, on arrive à faire des choses qu’on ne fait pas d’habitude. C’est sûr que d’un point de vue personnel, c’est bien pour moi mais il faut aussi que l’équipe tourne, et ça arrive tout doucement.

Comment expliques-tu ton bon début de saison ? L’an dernier je venais de la Magnus où ça joue quand même un peu plus vite. J’ai dû prendre mes marques. Et puis je n’avais pas tout à fait le même rôle l’année dernière avec l’entraîneur, François Dusseau, j’avais un rôle plus défensif. Je jouais surtout contre les meilleures lignes adver-ses pour essayer de les contrer. Cette année, j’ai un peu plus de libertés. Cela correspond-il plus à ton jeu ? Oui, je suis un mort de faim, c’est ma marque de fabrique, j’aime gratter le palet dans les coins. Je suis un cancer pour les défenseurs. Je ne lâche

rien. Donc oui, j’aime beaucoup le style de jeu de l’équipe cette année.

En gagnant à Courbevoie, avez-vous rattrapé les points perdus à domicile contre Dunkerque ? Oui, même si ça a été un match difficile. A Courbevoie, la patinoire est plus petite et il y fait chaud. On a aussi été un peu malmenés, mais les deux points sont là. On doit encore prendre nos marques d’autant qu’il nous a manqué deux de nos défenseurs. Avec le manque de rotation derrière, ça a été compliqué. Nantes sera un gros test. Nantes, c’est un promu, mais c’est surtout le leader surprise. Que pensez-vous de cette équipe ? On ne sait pas grand chose. Ils sont promus, ils n’ont rien à perdre, ils jouent décomplexés. Ils ont fait de grosses performances contre Lyon et Anglet. On va les considérer comme une grosse équipe, leader du championnat. Ce sera un gros match. Après la coupure, ce sera peut-être le bon moment pour les prendre, ca peut couper leur dynamique.

Julien Lampin

> Prochain match à domicile, Reims -

Nantes, samedi 5 octobre à 19h à la patinoire Bocquaine. Billetterie sur www.lesphenix.fr


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

Musiques électroniques sur une scène historique

Festival Elektricity XI

L'édition 2013 d'Elektricity se termine ce week-end en beauté avec les désormais classiques soirées données au pied de la cathédrale avec à l'affiche la référence anglaise Simian Mobile Disco et le légendaire duo belge 2 Many Dj's. Comme lors de l'édition 2012, cette année, deux soirées sur le parvis de la cathédrale valent mieux qu'une. Les programmateurs n'ont en effet pas boudé leur plaisir en conviant la crème de la musique electro lors de ces deux rendez-vous qui constituent la vitrine du festival et où se pressent plusieurs milliers de spectateurs. Vendredi soir, Is Tropical, Rone, Connan Mockasin et Simian Mobile Disco se succèderont dans le cadre majestueux du parvis de Notre-Dame. Les britanniques de Is Tropical présenteront leur nouvel album, I'm Leaving, puissant cocktail rockélectro qui devrait laisser des traces. Second opus également pour les néo-zélandais de Connan Mockasin et leur pop psychédélique avec Caramel, digne successeur de Forever Dolphin Love. De son côté, le français Rone proposera pour une des premières fois son live electro des plus efficaces accompagné de vidéos. Enfin, les

ment. Puis, ce sera l'heure du duo belge 2 Many Dj's. Légendes de la musique electro, les deux frères mettent le feu aux clubs et aux festivals du monde entier depuis plus de dix ans. Forts d'une collection personnelle de plus de 55 000 disques, leur savant mélange de musique de club et de tubes font tout simplement d'eux des dj's parmi les plus demandés au monde.

Julien Debant > Vendredi 27 septembre à partir

londoniens de Simian Mobile Disco entreront en piste armés de leur tube planétaire Never Be alone. Devenu une référence mondiale au fil des années, leur venue à Reims est un évènement et sans aucun doute l'un des temps forts de cette 11e édition d'Elektricity. Le lendemain, samedi 28 septembre, place à Breakbot, Panteros 666 et 2 Many Dj's pour une soirée

qui devrait donner envie à tous de se bouger. Panteros 666, tête pensante du Collectif Club Cheval, invitera le public dans son live décalé associant images de jeux vidéo et musique electro décadente ! Breakboot sera aussi de la partie avec un live aux couleurs disco et funk qui devrait inciter les filles et les garçons à se rapprocher forcé-

de 19h : Simian Mobile Disco, Rone, Connan Mockasin et Is Tropical, parvis de la Cathédrale. Tarifs : 17 à 24 euros. Samedi 28 septembre à partir de 19h : 2 Many Dj's, Breakbot et Panteros 666, parvis de la Cathédrale. Tarifs : 17 à 24 euros. Renseignements sur www.elektricityfestival.fr

Pour tout ceux qui n'auront pas été rassasiés par ces dix jours de festival, une dernière proposition leur est tout spécialement adressée. Baptisé After show, elle convie les plus assidus des clubbers pour un ultime rendez-vous à la Cartonnerie sitôt le show des 2 Many Dj's terminé. Sur la scène de la grande salle se succèderont des dj's parmi lesquels sont attendus Troopers, Nordik Impakt Team et Silent Disco. Le turbulent duo rémois Monsieur Monsieur sera également de la fête. Innovation, le club de la Cartonnerie proposera de vivre la soirée en mode « silent disco ». Né aux Pays-Bas en 2002, le concept consiste à équiper les danseurs de casques sans fil par lesquels est diffusé le son du dj, donnant l'impression que les personnes dansent en silence. Samedi 28 septembre à partir de 1h, After show à la Cartonnerie. Tarifs : 5 à 7 euros.

After show et Silent Disco à la Carto

Une expo qui fait voir rouge

Visite accompagnée

C’était comment, Châlons, au XVIIe siècle ?

Phare de Verzenay

De plus en plus prisées par les amoureux du patrimoine comme les simples curieux, les visites proposées par la municipalité dans le cadre du label Ville d’art et d’histoire sont autant de voyages au fil des époques marquantes du passé. Après le Moyen-âge, cette nouvelle excursion met à l’honneur le XVIIe siècle. « Egalement appelé le Grand Hôtels particuliers de la rue de siècle, explique la guide conférencière agréée. Chastillon. © CCI de Châlons Louis XIV fut le roi le plus influençant de cette période. Il avait la main mise sur la société, exigeait de la population des efforts fiscaux sans précédent pour faire face au bilan désastreux de la guerre et pour la construction de Versailles. La vie n’était pas si facile ! » À Châlons, le XVIIe siècle marque la fin des travaux de restauration de la Cathédrale Saint-Etienne, témoin de l’art gothique et classée Monument historique, ainsi que l’avènement de sa façade occidentale. En 1680, on y célébra d’ailleurs le mariage du fils aîné de Louis XIV et de la princesse allemande Marie-Anne-Christine de Bavière. « L’histoire raconte même que le roi, pour l’occasion, aurait qualifié la cathédrale comme étant la plus belle schapelle de son royaume. » D’autres coins de la ville portent encore le charme architectural de l’époque. « La balade nous emmènera rue de Chastillon, baptisée en ce temps rue de la Basinerie. Beaucoup d’artisans et de notables bâtissaient leurs maisons le long du Mau. S’y trouvent également deux hôtels particuliers conçus entre cour e t jardin et inspirés du quartier parisien du Marais. Des constructions en pierres, en craie, et des appareillages champenois dans toute leur splendeur ! Puis direction les couvents de Sainte-Marie et de Vinetz, eux aussi chargés d’histoire(s). » Le tout saupoudré d’anecdotes d’antan, à déguster sans modération !

Ombres chinoises sur fond carmin, rose, prune, écarlate ou vermillon, instants magiques, presqu’irréels capturés par l’objectif de la photographe, microcosme figé au crépuscule, attendant que la nuit tombe… Une multitude de nuances possibles se sucOmbres chinoises sur fond rouge et toutes ses cèdent pendant quelques variantes... © DR minutes à peine, le temps que le soleil n’amorce sa chute derrière l’horizon. Voilà ce qu’a choisi de capturer Cathy Bernot, photographe nature en Champagne, pour vous le faire découvrir dans « Lumière rouge ». Exposition photographique, « Lumière rouge » raconte comment le monde se transforme à la tombée du jour, comment paysages, plantes et insectes deviennent, chaque soir, les acteurs hauts en couleurs d’un spectacle éphémère mais ô combien émouvant. « Lumière rouge est le témoignage de cet instant qui précède l’obscurité. Au crépuscule, les choses se transforment parfois en de surprenantes créatures, les plantes s’animent, des fleurs blanches s’encrent d’ombre, des insectes se figent et des silhouettes stylisées en rouge et noir s’estompent en quelques secondes », confie l’artiste. Renouant avec le sens étymologique du mot photographier, à savoir peindre ou dessiner avec la lumière, le travail de Cathy Bernot apprivoise la lumière. Adepte de la plume et du pinceau bien avant l’appareil photo, l’artiste a su garder sa sensibilité de plasticienne et nous offre aujourd’hui des clichés proches de l’aquarelle, de la calligraphie ou du fusain, sans aucune retouche informatique, teintés de poésie et d’onirisme. C.L

Claire Lagrange > Visite accompagnée – Vivre à Châlons au XVIIe siècle - Samedi 28 septembre à

14 h 30 – Départ devant l’Office de tourisme (3, quai des Arts) – Tarif : 3 euros (gratuit pour les moins de 18 ans) – Inscriptions obligatoires au 03 26 65 17 89.

> Lumière rouge, du 1er octobre au 3 novembre – Entrée libre – Phare de

Verzenay. www.champagne-balade.fr www.blog.champagne-balade.fr

AGENDA AGENDA AGENDA AGENDA EXPOSITIONS JUSQU’AU DIMANCHE 29 SEPTEMBRE

EXPOSITION : BLUE NOTE Exposition de Daniel Bigaré. À 14h. Entrée libre de 14h à 18h - Galerie Clémangis, rue N. Durand.

CONCERTS VENDREDI 27 SEPTEMBRE

CONCERT : QUINTETTE DE CUIVRES VITRAIL À 20h30. Entrée libre - Eglise de Livry-Louvercy. SAMEDI 28 SEPTEMBRE

MUSIQUE : LA PASSION SELON SAINT-MATHIEU Une première mondiale qui réunit le chef-d’oeuvre absolu de toute l’histoire de l’oratorio et l’un des sommets de l’oeuvre de Johann Sebastian Bach avec l’univers des marionnettes. À 20h30. Tarifs : 6 à 24 euros – La Comète. SAMEDI 28 SEPTEMBRE

[RÉ]CRÉATION EN CONCERT La confrontation de Barcella, auteur-chanteur-slameur et poète avec David Lewis, compositeur-arrangeur-multi-instrumentiste, entourés d’une sélection des meilleurs musiciens français de la scène actuelle pour un travail de (ré)création à la fois jazz et chanson d’expression française, offrant de larges espaces à l’improvisation. À 20h30. Accès libre - Esp. rue H. Dunant, à Châlons-en-Champagne. SAMEDI 28 SEPTEMBRE

ROCK/MÉTAL : DAGOBA + ESCAPE Lancé avec furie à la conquête des scènes européennes, le quatuor de power métal Dagoba ne cesse de séduire les amateurs et ses propres idoles. À 20h30. Tarifs : de 5 à 16 € – l’Orange Bleue à Vitry-le-François. SAMEDI 28 SEPTEMBRE

ROYAL DYNAMO ORCHESTRA + ANDY EMLER & FRED GASTARD Royal Dynamo est un orchestre de 14 musiciens basé dans l’Aube, dirigé par Luis Vina. Un ensemble protéiforme aux influences multiples : Carla Bley, David Bowie, Pat Metheny, Franck Zappa, Lalo Schifrin, Gil Evans... À 20h30. Dans le cadre du Festival Itinéraires - Tarifs : 7 €, gratuit pour les -16 ans - Réservations au 03 26 69 40 89 - Château de Matignicourt-Goncourt. DIMANCHE 29 SEPTEMBRE

SPECTACLE HOMMAGE : ONE NIGHT OF QUEEN Dans un show d’une qualité extraordinaire, Gary Mullen est véritablement le sosie vocal et physique de Freddie Mercury. Avec son groupe THE WORKS, il réussit l’incroyable pari de ressusciter la magie, la force et la virtuosité du groupe légendaire QUEEN... À 17h30. Tarifs : 40 à 45 € – Capitole-en-Champagne, av. du président Roosevelt à Châlons-en-Champagne. MERCREDI 2 OCTOBRE

THÉRÈSE : VIVRE D’AMOUR «Vivre d’amour» tire sa force d’une rencontre quasi spirituelle entre Grégoire, jeune chanteur-compositeur déjà connu du public, et les poèmes intenses à la portée universelle et intemporelle de cette jeune carmélite d’une maturité surprenante. À 20h30. Tarifs : 25/30 € - Cathédrale St-Étienne, rue de la Marne.

SPECTACLES VENDREDI 27 SEPTEMBRE

BAROUFE À CHIOGGIA DE CARLO GOLDONI Dans une rue de chioggia, 5 femmes brodent en attendant le retour de leurs maris partis en mer... De betteraves en malentendus, d’insultes en jalousie et de rivalités en tromperies, c’est toute la comédie italienne que la compagnie’D vous invite à retrouver. À 20h30. Séance supplémentaire le sam. 28 septembre à 20h30 Tarifs : 5/10 € - Chapiteau du Grand-Jard. SAMEDI 28 SEPTEMBRE

UNE JOURNÉE À CHARLEVILLE-MÉZIÈRES Comme lors de la précédente édition du festival international des théâtres de marionnettes de Charleville-Mézières en 2011, nous vous proposons de vous emmener vivre une journée complète de festivalier (aller-retour en autocar depuis Vitry-le-François) et d’assister à plusieurs spectacles. À 7h00. Adulte : 40 €, enfant (-14 ans) : 30 euros - Renseignements et réservations : 03 26 72 85 50. MARDI 1ER OCTOBRE

THÉÂTRE-CRÉATION : VAGABONDAGES Dix années de création conduisent François Levé à revenir sur son parcours artistique en parcourant les chemins de Champagne-Ardenne. Il y retrace un itinéraire poétique et sensible. À 19h30. Tarifs : de 5 à 16 euros – Médiathèque François Mitterrand à Vitry-le-François.


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

Itinéraires conseillés

Presque pareil, et pourtant…

Festival Itinéraires 2013

Théâtre – Jeune public

Connaissez-vous Itinéraires, ce festival multi-genre qui, depuis quelques années, a pour vocation de vous faire découvrir la Marne sous un autre jour ? Proposés par le Conseil général de la Marne et l’Institut de France – Fondation de Braux-sous-Valmy, les Itinéraires rythment vos étés ainsi que vos automnes, vous invitant à un voyage musical et théâtral dans divers lieux insolites ou confidentiels du patrimoine rural marnais. Si l’édition 2013 touche (déjà ?!) à sa fin, sachez cependant qu’il n’est pas trop tard pour faire encore de belles découvertes. Isabelle Olivier promènera sa harpe à l'église de ChavotAvis aux amateurs de culture, rendez-vous Courcourt, au milieu des vignes. © Piero Ottaviano donc à Chavot-Courcourt, et plus particulièrement à l’église de Chavot, édifice du XIIème siècle situé à flanc de coteau et dominant la vallée du Cubry, qui accueillera le 5 octobre prochain un concert de jazz qui vaut le détour ! Compositrice et harpiste d’exception, évoluant aux frontières du jazz et des musiques celtiques et actuelles, Isabelle Olivier mettra en effet sa fraîcheur et sa nouveauté au service d’un concert conjoint avec David Venitucci. Accordéoniste de renom, exploitant toute la richesse et la poésie que lui offre son instrument fétiche, ce dernier, fort d’une fréquentation assidue des mondes du classique, de la chanson et du jazz, semblait en effet être le candidat idéal pour rejoindre Isabelle Olivier sur scène, tant le subtil mélange de leurs personnalités bien tranchées nous offre un duo exceptionnel, largement mis en valeur par l’originalité du lieu !

« C’est presque le même titre, c’est presque la même histoire, avec les presque mêmes personnages, mais voilà, c’est pas pareil. » Au cœur du Domaine de Coolus, témoin des siècles passés dont seul le portail d’une gentilhommière du XVIIIe siècle en rappelle les riches heures, découvrez ce spectacle presque pareil que l’histoire originale. Cette version très personnelle du célèbre conte des frères Grimm, Hansel et Une version très personnelle du conte des frères Grimm... © DR Gretel. Cette histoire où l’on retrouve mêmes personnages, lieux et situations, et qui pourtant, s’avère être un récit burlesque jubilatoire au lieu du conte cruel que l’on attendait. « Il y a la mère qu’est méchante, un peu comme une sorcière mais en pire, le papa qu’est bon comme du bon pain, sauf que la croûte elle est molle et il y a le fils Hans, et la fille Greutel. Ça ressemble pas mal quand même, non ?! », lance Denis Athimon, créateur et interprète de cette histoire presque connue, invitant enfants et parents à répondre, à l’issue de sa représentation presque normale. Manipulant des objets presque directement tirés de la vie quotidienne, tenant d’avantage du bricolage ingénieux que d’une volonté d’esthétisme, le comédien donne vie à son petit théâtre à l’aide de morceaux de bois affublés d’une tête, d’éclairages simples et de bruitages made in lui-même. Bien loin des conventions esthétiques et poétiques de la plupart des spectacles pour enfants, Hans et Greutel a pourtant su captiver et divertir son public depuis maintenant treize ans, et compte bien continuer comme ça !

C.L

> Isabelle Olivier et David Venitucci, samedi 5 octobre à 20h30 – Eglise de Chavot-Courcourt

Tarif unique : 7 euros, gratuit pour les moins de 16 ans Réservation conseillée au 03 26 69 40 89. Et si vous n’aviez rien de prévu pour ce week-end, il est encore temps de réserver pour les deux spectacles à venir : concert du Royal Dynamo Orchestra et ses invités, le saxophoniste Fred Gastard et le pianiste Andy Elmer, samedi 28 septembre à 20h30 au Château de Goncourt, à Matignicourt-Goncourt, et de Frasiak, compositeur interprète régional qui monte, dimanche 29 septembre à 17h, dans la grange de l’association Chant’Morin, 4 chemin de la Forge à Bergères-sous-Montmirail – Tarif unique : 7 euros, gratuit pour les moins de 16 ans – Réservation conseillée au 03 26 69 40 89.

> Hans et Greutel, dimanche 6 octobre à 11h et 16h, Domaine de Coolus – Théâtre

C.L

jeune public – Tarif : 7 euros, gratuit pour les moins de 16 ans – Réservation conseillée au 03 26 69 40 89.


N°233 du 27 septembre au 3 octobre2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

magazine

LES HORAIRES

LA SÉLECTION

CINÉMA Le Palace

Genre: Action Pays: USA Durée:1H49 Réalisateur: Baltasar Kormakur Acteurs: Denzel Washington, Mark Wahlberg, Paula Patton. Bobby et Stig, deux malfrats en affaires de dope, ignorent qu’ils sont deux flics infiltrés. Découverte d’identité, beaucoup d’argent, trahison, poursuites, fusillades, une femme nue, tous les ingrédients du « buddy movie  ». C’est bien la relation entre Denzel Washington et Mark Wahlberg et le savoir faire du réalisateur qui évitent à ce scénario lourdingue de finir en nanar.

du 25/09/2013 au 1/10/2013

Patrick Vanlanghenhoven

2 Guns

33 Bld Motte - 51200 Epernay

Blue Jasmine VO mercredi 17h30; jeudi lundi 14h30; vendredi 21h; samedi 17h | 22h30; dimanche 15h | 20h; mardi 18h VF mercredi mardi 14h30 | 20h30; jeudi lundi 20h30; vendredi 14h30; samedi 14h30 | 20h; dimanche 10h30 | 17h30 RiddickVF mercredi 14h30 | 17h30; jeudi lundi mardi 20h30; vendredi 14h30; samedi 14h30 | 20h | 22h30; dimanche 10h30 | 15h | 17h30 RushVF mercredi 14h30 | 17h30 | 20h30; jeudi 14h30 | 20h30; vendredi 14h30 | 21h; samedi 14h30 | 17h | 20h | 22h30; dimanche 10h30 | 15h | 17h30 | 20h; mardi 14h30 | 18h | 20h30 2 GunsVF mercredi 14h30 | 17h30 | 20h30; jeudi lundi 14h30 | 20h30; vendredi 14h30 | 21h; samedi 14h30 | 17h | 20h | 22h30; dimanche 10h30 | 15h | 17h30 | 20h; mardi 14h30 | 18h | 20h30 Jimmy P. (Psychothérapie d'un indien des plaines) VO mercredi mardi 14h30 | 20h30; jeudi lundi 20h30; vendredi 14h30; samedi 14h30 | 20h; dimanche 10h30 | 17h30 VF mercredi 17h30; jeudi lundi 14h30; vendredi 21h; samedi 17h | 22h30; dimanche 15h | 20h; mardi 18h Alabama Monroe VO mercredi 14h30 | 17h30 | 20h30; jeudi lundi 14h30 | 20h30; vendredi 14h30 | 21h; samedi 14h30 | 17h | 20h | 22h30; dimanche 10h30 | 15h | 17h30 | 20h; mardi 14h30 | 18h | 20h30 No Pain No Gain VF mercredi 20h30; jeudi lundi 14h30; vendredi 21h; samedi 17h; dimanche 20h; mardi 18h

Les conquérants

Genre: Comédie Pays: France Durée: 1h36 Réalisateur: Xabi Molia Acteurs: Mathieu Demy, Denis Podalydès, Christian Crahay. Galaad et Noé semblent poursuivis par la poisse. Ils n’arrivent pas à réussir leur vie, la faute en incomberait à une statue volée par leur père. Pour contrer la scoumoune, ils décident de la ramener en Amérique du sud à leurs propriétaires. Est-ce la route ou la statue qui à la fin transforme leur vie ?

CINÉ Le Majestic

ZAC des Escarnotieres 51000 Châlons

2 Guns Tous les jours : 13h45 | 16h30 | 19h45 | 22h00 Au bonheur des ogres (Avant première) Mer : 20h00 Conjuring : les dossiers Warren Mer, Sam, Dim : 20h00 | 22h15 Jeu : 18h00 | 22h15 Ven, Lun, Mar : 18h00 | 20h00 | 22h15 Droles d'oiseaux - 3D Mer, Sam, Dim : 18h00 Fonzy (Avant Première) Jeu : 20h00 GhostVen : 20h00 Gibraltar Mer, Sam, Dim : 13h30 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 15h45 La petite sirène Mer, Sam, Dim : 11h15 Le Majordome Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Jeu, Lun, Mar : 13h45 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Ven : 13h45 | 16h30 | 22h00 Les InvinciblesTous les jours : 18h00 Les Miller, une famille en herbe Mer : 15h45 | 22h15 Jeu, Ven, Lun : 13h30 | 15h45 | 20h00 | 22h15 Sam, Dim : 15h45 | 20h00 | 22h15 Mar : 13h30 | 15h45 | 22h15 Les schtroumpfs 2 - 3D Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 Machete kills (Avant première) Mar : 20h00 Moi, moche et mechant 2 - 3D Mer, Sam, Dim : 13h45 Mon âme par toi guérie Mer, Sam, Dim : 11h00 | 15h30 | 18h00 | 21h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 15h30 | 18h00 | 21h00 Monstres academy - 3D Mer, Sam, Dim : 11h15 No pain no gain Mer, Sam, Dim : 22h Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h30 | 22h Riddick Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h45 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h45 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Players Mer, Sam, Dim : 11h15 | 13h45 | 16h00 | 20h00 | 22h15 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h45 | 16h00 | 20h00 | 22h15 Percy Jackson La mer des monstres 3D Mer, Sam, Dim : 15h45 Rush Mer, Sam, Dim : 11h00 | 13h45 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Jeu, Ven, Lun, Mar : 13h45 | 16h30 | 19h30 | 22h00 Sur le chemin de l'ecole VO Mer : 20h15 Jeu : 16h00 | 18h Ven : 16h | 20h15 Sam : 11h15 Dim : 18h Lun : 16h Mar : 13h45 | 20h15 VF Mer : 11h15 | 13h45 | 16h | 18h Jeu : 13h45 | 20h15 Ven : 13h45 | 18h Sam : 13h45 | 16h | 18h | 20h15 Dim : 11h15 | 13h45 | 16h | 20h15 Lun : 13h45 | 18h | 20h15 Mar : 16h | 18h White house down Mer, Sam, Dim : 19h30 | 22h00 Jeu, Ven, Lun : 16h30 | 19h30 | 22h00 Mar : 16h30 | 22h Une place sur terreTous les jours : 18h

CINÉ La Comète

5 rue des Fripiers - Châlons-en-Champagne

Grand Central VF mercredi vendredi 18h; samedi 20h30; lundi 14h30 Alabama Monroe VO mercredi vendredi dim. 20h30; jeudi samedi 18h Jeune et jolie VF jeudi 20h30; dimanche 18h; lundi 20h

Players

Genre: Policier Pays: USA Durée: 1h32 Réalisateur: Brad Furman Acteurs: Justin Timberlake, Ben Affleck, Gemma Arterton. Un jeune étudiant en difficulté joue l’argent de sa bourse d’étude au poker en ligne. Très vite la bonne idée se transforme en piège, comment s’échapper de la nasse, sans y laisser sa chemise. Players joue plus à la table de la série B que dans les casinos de Las Vegas.

Riddick (-12 ans)

LE GROS PLAN

Blue Jasmine

Genre: Comédie Dramatique Pays: USA Durée:1H38 Réalisateur: Woody Allen Acteurs: Alec Baldwin, Cate Blanchett, Sally Hawkins. Jasmine ressemble à ces soleils clinquants, éclaboussant le monde qui les entoure. Ils finissent toujours par s’effacer dans l’horizon pour disparaître. Elle débarque chez sa sœur qui tente de refaire sa vie avec un brave type à San Francisco. Jasmine a le blues ficelé au cœur comme un mauvais paquet cadeau, elle quitte le monde huppé pour la zone. Elle quitte le mensonge et l’apparence pour la sincérité et le cœur gros qui bat juste par amour et non par intérêt. Elle ignore encore cette vérité, rongée par son spleen, elle descend les échelons aussi vite que la courbe des dollars pendant la crise. Elle est perdue comme la petite flamme d’une bougie qui s’éteint si personne ne la ranime. Elle pense qu’en retrouvant un foyer aimant, elle rebondira comme un ballon pour se perdre de nouveau dans le ciel. Nous passerons sur la récurrence du Woody Allen qui tombe à chaque automne. Depuis son escapade européenne, il semblait se contenter de surfer sur la vague en général. Il revient en Amérique avec ce petit bijou surprenant, à plusieurs niveaux de lecture. Le premier concerne la différence de classes entre Jasmine et sa sœur avec comme effet miroir, la côte Est ancrée dans l’univers de l’argent et la côte Ouest plus branchée, plus moderne. La sœur se laisse porter par son cœur, son instinct et Jasmine par sa volonté de paraître et son goût du luxe. Même fauchée, elle arbore encore ses signes de richesse, sacs de marque, princesse déchue, grand seigneur. Pourtant, peu à peu, le film montre un personnage qui sombre car son rêve la tenait debout, puis l’a mise à terre. Il ne reste plus rien et même le dernier soubresaut annonce la mort. Il n’existe pas de rédemption pour Jasmine dans ce dernier Woody Allen plus sombre. Cate Blanchett apporte au personnage toute la finesse, l’emportant sur des terres inconnues où elle sublime ce rôle. Le dernier Woody Allen est un grand cru à savourer sans modération, en VO ou en VF. Découvrez les sorties de la semaine sur www.cine-region.fr , notre chronique le mercredi de 17h50H à 18H30, et chaque matin à 8h45 sur France bleu Champagne.

Genre: Drame Pays: USA Durée: 2H03 Réalisateur: Ron Howard Acteurs: Chris Hemsworth, Daniel Brühl, Olivia Wilde. Ron Howard revient avec une histoire de grosses voitures qui font vroom et s’envolent sur les circuits de la Formule 1. Il croise les portraits de deux légendes, James Hunt et Niki Lauda, dans une surenchère où la compétition est sur et hors le circuit. Ils se détestaient autant qu'ils s'admiraient. L’âge d’or de la Formule un, mis en images par un réalisateur qui connaît sa matière.

Sur le chemin de l’école

Genre: Documentaire Pays: France Durée:1h42 Réalisateur: Pascal Plisson Acteurs: Zahira, Samuel, Carlos, Jackson. Un documentaire sur la rage d’apprendre pour s’en sortir et trouver un nouveau chemin qui parfois ramène les enfants dans leurs familles perdues aux quatre coins du monde. Pour Jackson, Samuel, Carlos, et Zahira, aller à l’école est une question de survie. Un film que tous les scolaires aisés du monde devraient voir, pour comprendre l’importance de l’éducation.

3 raisons d’écouter : Action Bronson – Rare Chandeliers (Vice Records, 2012)

Musique - La griffe Velours Primo: Parce que c’est le retour du son authentiquement new-yorkais Action Bronson n’as pas fait irruption sur la scène new-yorkaise en fanfare, parmi les coups de feu et les versets provocateurs d’un rap infantile et incertain. Il est plutôt apparu, presque spontanément, comme si le chaudron bouillonnant de culture qu’est Queens avait pris la forme d’un énorme bucheron roux avec des poumons de baleine. Typiquement new-yorkais, l’ancien cuistot gastronomique d’héritage Juif-Arménien a compris quelque chose qu’une génération de rappeurs impersonnels, qui se vantaient de leurs demeures pharaoniques en portant des manteaux de fourrures blanches, avait oublié. Que le rap à New York, c’est d’abord une musique nostalgique, un désir

non pas de talent mais d’appartenance, au Harlem de Nas ou au Flatbush de Talib Kweli. La venue de Bronson est presque messianique ; une personnalité démesurée, la voix rauque à la Ghostface et les rimes impeccables nous rappellent notre amour pour l’absurdité inimitable du rap new-yorkais.

Segundo : Parce que l’album, c’est un ticket pour Bronsonland Bronsolini aligne les images ridicules aussi facilement dans ses chansons que sur la couverture de son album ; un alligator, un magicien, une voiture enflammée qui entoure notre hôte coiffé d’une tête de loup dont les poils ondulent dans la brise du fusil à pompe. Bronsonland, c’est tout un univers. Soit on adore, soit on a envie de tout de suite quitter l’exo-

tique royaume astral. Bronson ne nous fait pas de récit, et préfère nous donner un espace étrange et unique dans lequel se perdre, entre des anciens pros de tennis, des montagnes de bouffe, et des scènes d’action acrobatiques où Bronson se prend pour un James Bond de 150 kg. Sauf que Bronson n’est pas gros, juste plein de rimes et de mots.

Tercio : Parce que l’album est produit par The Alchemist Et que même si le rap de Bronson vient aussi naturellement qu’un pétale sur une fleur, le légendaire Alchemist a compris comment arranger la prose en bouquet salace. Sa fascination pour les riffs de guitare électronique, couplée avec les lignes de basse sous-terraines et sales rendent les ‘punch-

lines’ d’Action cinématiques, digne d’un film des ‘70s.

Raphael Gernath > Le morceau d’humour absurde à écouter d’urgence: Randy the Musical

Action Bronson Rare Chandeliers (Vice Records, 2012) © DR


N°233 du 27 septembre au 3 octobre 2013 >> w w w. l h e b d o d u ve n d re d i. c o m

Une tête bien pleine et bien faite

Céline Michta, commandant de la compagnie de gendarmerie d’Epernay

Elle est la première femme à occuper un tel poste à la compagnie de gendarmerie d’Epernay. A 36 ans, le capitaine Céline Michta est une forte en thèmes et une femme de terrain. Bardée de diplômes, elle associe la connaissance scientifique des enquêtes à une humanité et une écoute naturelle. Un bel assemblage au service de l’efficacité et de la baisse de la délinquance.

lle a bénéficié d’un mois pour prendre ses repères, découvrir ses brigades, admirer les vignes et coteaux qui font le charme de la Champagne, candidate au patrimoine des paysages de l’Unesco. « Les habitants du secteur m’ont bien accueillie. Ils sont respectueux de nos missions », explique le capitaine Céline Michta, nouveau chef de corps de la compagnie d’Epernay. Elle parle d’une voix posée, s’exprime avec aisance, offre une nouvelle image de la gendarmerie. Le capitaine Céline Michta est bardée de diplômes. Maîtrise de droit privé, DEA (Diplôme d’Etudes Approfondies) de sciences criminelles, actuellement docto-rante en sciences criminelles à la faculté de droit, de sciences économiques et de gestion de l’université Robert-Schuman à Strasbourg. Une « grosse tête » diront certains. Une tête bien faite en tous cas. Céline Michta ne témoigne d’aucune forfanterie. Elle est vraie, simple, proche des gens. « C’est la première chose que

E

gendarmes très expérimentés dans la surveillance et le démantèlement des réseaux. Mais les réseaux connaissent bien les procédures et savent vite se reconstituer. » Pour le capitaine Céline Michta le grand baptême du feu va démarrer avec la vendange. Et ce n’est pas rien : 80 000 cueilleurs, des personnes de tous horizons, de toutes cultures, de toutes nationalités. « Relever une infraction n’est pas toujours une partie de plaisir. Il y a beaucoup de vendangeurs qui parlent des dialectes différents. Il n’est pas toujours évident de trouver l’interprète qualifié lors des interrogatoires. »

« Les réseaux de délinquance connaissent bien les règles de la procédure et se reforment parfois vite » Le capitaine Céline Michta, commandant la compagnie de gendarmerie d'Epernay. © l'Hebdo du Vendredi

j’ai faite. Aller à la rencontre de la population, échanger, regarder, sentir cette région à la double identité : viticole et agricole. » Comme son prédécesseur, le commandant Badel, elle croit en la proximité, au dialogue, à la persuasion. Le capitaine Michta n’est pas une intellectuelle au milieu des vignes et des champs. Certes, vous ne la collerez pas sur la preuve en droit pénal français qu’elle a étudié en Alsace. Mais, sans l’avouer, c’est l’humanité qui l’emporte chez elle. « La Champagne, du sud-est marnais aux portes du Vitryat, va m’apporter une nouvelle vision de la gendarmerie territoriale. Ce sont 250 communes, 120 kilomètres d’un point à un autre et 5000 km2. » Des vignes plantées en grands crus, des

Repère Céline Michta est née le 18 mars 1977 à Metz. Elle a commencé sa carrière comme officier de gendarmerie le 1er août 2003. Elle a monté rapidement les grades de la hiérarchie au sein notamment de la brigade de délinquance économique et souterraine en 2007 et la brigade cybercriminalité. C’est une spécialiste des questions juridiques. Elle a été chargée des propositions de loi en matière pénale dont la loi du 14 avril 2011 relative à la garde à vue. Elle a été membre du groupe de travail inter-ministériel consacré à la réforme du code de procédure pénale. Mais elle n’a pas passé le plus clair de son temps dans les dossiers techniques et juridiques. Elle s’est occupée de grosses affaires au Luxembourg et au Royaume Uni et elle a fait démanteler, en tant que directrice d’enquête, d’importants trafics de voitures volées à Saint-Tropez. Elle aime lire des romans… policiers dont ceux de Henning Mankel et Thierry Jonquet, faire du sport, écouter de la musique et commence à s’initier, avec modération, à la dégustation du champagne. « J’ai notamment découvert les vins clairs. L’élaboration du champagne est sophistiquée », avoue-elle. Elle a quatre ans pour en découvrir toutes les subtilités et les qualités.

terres à céréales, des terres à betteraves et à pommes de terre, des loges et des silos. La France rurale dans toute sa diversité. De la richesse à regorger. Mais aussi de la pauvreté et de fortes inégalités. « Nous sommes au service de tous, du plus riche au plus humble », lance l’officier. Ce n’est d’ailleurs pas cette population qui l’inquiète. Mais le développement de phénomènes de délinquance qui se déplace très vite, presque invisible et structurée. « Le secteur est de plus en plus victime d’une délinquance qui vient de gens de la région parisienne. » Et pas des enfants de chœur ! « Ils connaissent toutes les règles de procédure. » La partie visible de l’iceberg est la série de vols et de cambriolages qui se multiplie depuis plusieurs années. Un casse-tête ! « Les choses se sont un peu calmées. La gendarmerie a fait de la prévention, du conseil et a accompagné les habitants dans la protection de leur bien. Principalement dans les villages isolés. » Mais des phénomènes anxiogènes se développent. Les règlements de compte liés au trafic de drogue dont la région est à la fois une plaque tournante et une forte consommatrice se multiplient. Même si on n’est pas à Marseille. « Les trafiquants viennent là où il y a de l’argent », lance le capitaine Michta qui connaît particulièrement bien le dossier pour avoir été en poste durant quatre ans à Metz, à la tête d’un groupe d’enquête de l’économie souterraine. « Dans ce domaine je dispose d’une équipe de

La vendange représente la cocotte-minute du calendrier champenois. Il faut veiller au grain. Aux camions citernes qui roulent pied au plancher, aux engins viticoles qui circulent tête baissée dans tous les sens, des risques d’accident du travail en pagaille, des tensions liées à un afflux de population parfois désorientée. « Les vignerons champenois sont rodés. Ils gèrent. Et l’organisation professionnelle est un modèle du genre », souligne le capitaine Michta. Mais on n’est jamais l’abri d’un dérapage. Dans tous les sens du terme. La gendarmerie nationale le sait. Elle a prévu des renforts. Ceux de la Garde Républicaine, ceux des brigades motorisées, ceux des réservistes volontaires qui s’intègrent dans un dispositif bien huilé. « Je suis entourée d’un adjoint expérimenté, le capitaine Claudio Spitareli, qui connaît parfaitement le terrain. » Aucune appréhension, donc, chez le chef de corps Michta, qui s’est vite fait adopter par ses supérieurs et les gendarmes qui composent toutes les brigades. « Mon rôle est parfois d’expliquer des directives de plus en plus complexes. La législation devient ardue. » Une mission prioritaire pour cette jeune femme de 36 ans qui est la première, à la compagnie d’Epernay, à ne pas sortir du régiment de cavalerie. Mais qui n’a pas tardé à mettre rapidement le pied à l’étrier.

Jean Batilliet

L’horoscope de l’hebdo BÉLIER du 21.03 au 20.04

C’est le moment d'exprimer votre ambition et de vous mettre au premier plan, pour enfin vous réaliser. La chance qui vous est présentée est à saisir à pleines mains.

TAUREAU du 21.04 au 20.05

Ce n’est point votre tempérament de vous lancer dans des entreprises périlleuses. D'autant plus que c’est uniquement vous seul(e) qui en assumerez les conséquences. À vous de voir…

GÉMEAUX du 21.05 au 21.06

Ne planez pas trop car parfois, les atterrissages peuvent être rudes. En effet, le succès ne tombera pas tout seul du ciel. Alors, mettez-vous au labeur, une bonne fois pour toutes !

CANCER du 22.06 au 22.07

BALANCE du 23.09 au 22.10

CAPRICORNE du 23.12 au 20.01

LION du 23.07 au 22.08

SCORPION du 23.10 au 22.11

VERSEAU du 21.01 au 19.02

SAGITTAIRE du 23.11 au 22. 12

POISSONS du 20.02 au 20.03

Cette semaine les offres de collaboration afflueront et la détermination dont vous ferez preuve sera votre atout. C'est le moment de vous révéler au grand jour. Cela vous ouvrira les portes du succès. Jupiter vous donnera le coup de pouce nécessaire à votre carrière. Alors, soyez audacieux et essayez de voir plus loin que le bout de votre nez. Ainsi, ne refusez pas systématiquement tout ce qui sort de l'ordinaire.

VIERGE du 23.08 au 22.09

C’est une semaine d'intense activité. Vous obtiendrez d'excellents résultats dans votre profession à la condition de privilégier la qualité plutôt que le rendement.

Bien que les résultats ne soient pas encore visibles, les actions entreprises auront une conséquence positive sur votre vie sociale. Il est important de croire en vous.

Votre vie affective sera empreinte de tendresse et de complicité. Surtout ne soyez pas avare de mots doux. Votre relation s’enrichira et se stabilisera, alors soyez très à l’écoute de votre partenaire.

Votre vie professionnelle amorce un tournant, avec certainement à la clé une belle proposition d’évolution. À cet effet, il faudra prévoir un changement de rythme de vie.

C’est le temps où tout va pour le mieux pour vous dans le meilleur des mondes possibles. Profitez-en pour réaliser vos désirs les plus fous. Les résultats seront heureux et très prometteurs.

Gardez un œil sur votre emploi du temps. Vous déborderez d'activités qui ne vous laisseront pas une minute de répit. Aujourd’hui, vous avez peut-être besoin d'une pause.

Est-ce un nouveau départ dans votre vie ? Un peu tôt pour le dire mais tenez-vous prêt(e) car votre vie active prendra assurément un cap nouveau et intéressant.

Benoit MELVHILLE


Foyers Inserts à partir de 1240 €HT*

Inserts à granulés à partir de 3100 €HT*

PRIX SPÉCIAL RENTRÉE

Poêles accumulation à partir de 3796 €HT*

Chaudières à granulés à partir de 6164 €HT*

Poêles à granulés à partir de 1490 €HT*

> 1 tonne de granulés livrée offerte ou > 2 stères de bois livrées offertes

Pour tout achat de poêle à granulés ou de poêle à bois Pose : 250 €HT

Du lundi au samedi de 14h à 18h - 77 rue Lesage à Reims - 03 51 42 14 81 eco-energies.services@sfr.fr - www.eco-energies-services.fr

VISITE ET DEVIS GRATUIT - PLAN DE FINANCEMENT POSSIBLE

Poêles à bois à partir de 1130 €HT*

Certificat d’économie d’énergies jusqu’a 700€

Crédit d’impôt jusqu’a 26%

Certification Qualibois 2013 (air + eau)

12 ans d’éxpérience

Poêles-Inserts-Chaudières-Poêles à accumulation-Rénovation-Tubage

CHAUFFAGE - BOIS - BUCHES - GRANULES

*hors pose et fumisterie


L'Hebdo du Vendredi, Châlons #233