Page 1

p.2 Relation rabbincommunauté

p.3 Relation rabbinadministrateurs

n°79

p.4 Programme

ITONI

Lettre bimestrielle de la synagogue libérale de lyon juillet | août 2018 av | éloul 5778

Édito

INVITATION AUX FÊTES DE TICHRI Pamela Vennin

C C Pamela Vennin présidente de Keren Or

hers amis, Les vacances approchent. Notre dernier office aura lieu 21 juillet 2018 avec l’office de Ticha be Av mais ce sera avec joie que nous nous retrouverons après l’été dans notre synagogue pour célébrer ensemble les offices de Roch Hachana et de Yom Kippour. Rabbi Haïm Casas, accompagné de Daniela Touati, Georges Arfi, Abraham Bengio et Edouardo Klein, dirigera les offices et nous mènera des célébrations de Rosh Hachana aux introspections de Yom Kippour. Nous avons de beaux projets communautaires pour l’année à venir. Rabbi Haim Casas a établi un programme important d’activités communautaires et nous accueillerons Daniela Touati, qui effectuera une partie de son stage de 5e année d’études rabbiniques à Keren Or. Notre espoir le plus cher est de trouver les moyens financiers pour assurer un temps complet à notre future équipe rabbinique. Ce sera le meilleur gage que notre communauté peut se développer et offrir à ses membres un panel plein d’activités cultuelles et culturelles par le biais du CPJL. Parlezen autour de vous, à vos amis et connaissances, car nombreux sont les juifs à Lyon qui ne nous connaissent pas encore. Comme vous le savez, les activités de la communauté ne peuvent être financées que par votre adhésion et vos donations. Votre soutien financier actif est de nouveau sollicité car indispensable. C’est une grande mitzvah d’être généreux envers sa communauté.

Faites vivre la vôtre grâce à votre participation à l’appel aux dons, en sachant que ceux-ci sont déductibles à hauteur de 66% de votre revenu imposable. Vous trouverez à l’intérieur du journal les documents d’inscription pour ces grands rendezvous de la rentrée ainsi que la feuille des noms à rappeler pour l’office d’Yzkor que vous voudrez bien nous renvoyer avant le 1er septembre… Mon mandat de présidente prendra fin lors de l'assemblée générale Keren Or de 2019. Aidez-moi à réaliser mon vœu le plus cher : que Keren Or grandisse en nombre d’adhérents et que ses valeurs et celles du judaïsme libéral soient portées avec fierté. Je me réjouis de vous revoir, à l’occasion des offices, de Tichri, et spécialement pour Rosh Hachana et Yom Kippour, et j'espère que la nouvelle année qui commencera pour nous le 9 septembre 2018, au soir, exaucera tous vos vœux. Que cet été soit un été de famille, d'amitié, de réflexion et de repos, qu'il nous permette de revenir en septembre avec une énergie renouvelée afin de continuer à construire notre belle communauté.


La relation rabbin-communauté

UNE RELATION DE CONFIANCE Jonas Jacquelin

V

ous connaissez certainement cette histoire du rabbin qui entre au service d'une nouvelle communauté ! Quand arrive le premier Shabbat, il monte à la téva C et prononce son premier sermon. Une fois ce dernier Jonas Jacquelin achevé, les fidèles semblent satisfaits, la fierté et la est rabbin satisfaction peuvent se lire dans les yeux du comité de l’ULIF, en charge du recrutement rabbinique : s'il sait rue Copernic toujours se montrer aussi captivant, drôle et érudit, à Paris se disent-ils, nous avons vraiment fait le bon choix. Une semaine plus tard, notre rabbin passe son deuxième Shabbat auprès de sa communauté. Arrive le moment de la drasha et là, pour ceux qui n'ont pas déjà complètement oublié celle de la semaine précédente, c'est l'étonnement ! Le discours qu'il vient de prononcer Dérivé d’une racine ressemble au mot près, à l'intonation près, [daleth – resh – shine] à celui qu'il avait prononcé la semaine signifiant « exiger », et précédente. Les fidèles échangent des dont la forme verbale regards interrogateurs. A-t-il vraiment dit la lidrosh est employée même chose ? Peut-être est-il distrait ? Peutpour la première fois être est-ce nous qui nous faisons des idées ! dans la Bible au sujet Mais tous se disent, après tout, ce n'est pas si d’Esdras. il s’agit d’un grave, en réalité, c'est un non-événement. commentaire ou d’un Une nouvelle semaine passe et le rabbin sermon, généralement prend la parole une troisième fois devant la délivré par le rabbin, sur communauté. la parasha de la semaine. Et là, encore une fois, comme les semaines précédentes, il redit, récite le même texte. Pour beaucoup c'en est trop et, après un rapide conciliabule à la fin de l'office, le président de la communauté vient trouver le rabbin dans son bureau pour lui demander des éclaircissements... Et le rabbin de répondre : depuis trois semaines, je vous invite à pratiquer les commandements, à prier et étudier chaque jour la Torah et personne n'a rien fait ! Alors je me répète jusqu'à ce que vous compreniez...

Drasha

2

Cette histoire nous pose la question de savoir ce qu'une communauté peut attendre d'un rabbin et, inversement, ce qu'un rabbin peut attendre des fidèles d'une synagogue. Dans un sens, la relation entre les deux a quelque chose de la relation au sein d'un couple et l'on sait qu'il existe un grand nombre de modèles de couples ! Ce qu'il faut alors, c'est trouver le bon shidoukh, la bonne correspondance entre le rabbin et la communauté. C'est là que la chose peut se compliquer parce qu'en réalité, il existe autant de styles rabbiniques que de rabbins et de profils communautaires que de communautés. Sur ce plan, la relation tient autant du coup de foudre que de la construction sur la longue durée. De façon évidente et au-delà des questions de style des uns et des autres, la clef de la relation entre le rabbin et sa communauté est la confiance. Par définition, la confiance se doit d'être réciproque et toute forme de méfiance se doit d'être dissipée. Alors, pour en revenir à notre rabbin, son rôle n'est pas nécessairement de dire à la communauté ce qu'elle doit faire et encore moins ce qu'elle doit penser, mais au contraire de la faire réfléchir et de donner à chacun de ses membres les outils qui leur permettront d'avancer, de nager dans l'océan de la tradition juive. Rabbi Nahman disait qu'il y a deux façons de raconter des histoires : celle qui vise à endormir et celle au contraire qui vise à garder éveillé. Le discours rabbinique aujourd'hui a vocation à garder éveillés les fidèles dans un monde qui risque toujours de se laisser ankyloser par le poids du quotidien et la facilité de certains prêts-à-penser. De son côté, la communauté se doit de rappeler au rabbin le souci du réel, le fait que la vie ne saurait se réduire au judaïsme, mais qu'au contraire, elle s'enrichit par la diversité des situations qui l'habitent.


COMMUNAUTÉS Relations entre rabbins et Conseils d’administration

LE POUVOIR, ENSEMBLE ! Danielle Cohen*

C

onnaissez-vous le sujet qui est abordé dans toutes les communautés du monde lorsqu’a lieu une rencontre internationale ? L’évolution des pratiques cultuelles ? Celle du financement ? Comment garder les jeunes après la bar-mitsva ? L’intégration des nouveaux convertis ? Quel avenir pour le judaïsme compte tenu de la renaissance préoccupante de l’antisémitisme ? Si ces sujets sont abordés dans la majorité des congrès, celui dont nous parlons tous et partout, c’est : « La relation entre le ou les rabbins et les membres laïques du Conseil d’administration ? » Il est évident qu’une entente est obligatoire pour le bien de la Communauté qu’ils servent et vis-à-vis de la Grande Communauté mondiale.

Et pourtant… Sentiment d’incompréhension de la part des uns, sentiment que les rabbins souhaitent échapper à toute autorité pour les autres. L’équilibre est difficile à maintenir entre cultiver et soutenir la notoriété extérieure via les medias et la présence auprès des fidèles « à l’ancienne », lors de l’accompagnement du cycle de la vie (brit mila et présentation à la Torah, bné-mitsva, mariages, enterrements), rendez-vous personnels pour solliciter l’avis et/ou le conseil du rabbin pour toute question se posant à un fidèle ou à un couple, cours de pensée juive, cours d’introduction au Judaïsme etc.

mandaté par son conseil d’administration. Comment faire quand il y a plusieurs rabbins ? Les juifs libéraux américains et britanniques ont opté pour la désignation d’un rabbin senior. Est-ce une condition de relations apaisées pour l’avenir des communautés francophones n’ayant pas encore franchi ce pas ? Je m’inspire ici des paroles prononcées par le rabbin François Garaï lors de l’installation du rabbin Haïm Casas en décembre 2017. Le rabbin doit faire confiance aux capacités des membres du Conseil d’administration pour tout ce qui touche à la gestion de la Communauté et, dans ce domaine, s’en remettre à eux. A leur tour, les membres du Conseil d’administration doivent avoir confiance en leur rabbin pour ce qui touche au religieux, s’en remettre à lui et cheminer avec lui au-delà parfois de ce qu’ils pensent. Un rabbin évolue, comme la communauté évolue. Quand cette évolution est symbiotique, le futur est resplendissant. Pour qu’il en soit ainsi, le rabbin doit être la pierre angulaire sur laquelle repose l’édifice communautaire et l’échange doit être présent à chaque instant.

S’il faut fixer des limites, il faut aussi définir ensemble une règle du jeu. Mais on pourra faire toutes les fiches de poste que l’on veut, le seul principe qui doit dominer c’est une confiance réciproque entre le rabbin et les membres du conseil d’administration. Le monde change et notre judaïsme libéral se pose en adéquation avec la société en mouvement. Aussi, le moment est-il venu de « prendre ensemble le pouvoir » face à la tentation d’un judaïsme réducteur et peser politiquement si ce n’est numériquement. Si vous souhaitez suivre les tribulations d’un rabbin avec sa communauté, je vous invite à lire ou relire Harry Kemelman (1908-1996), auteur américain de romans policiers avec notamment la Série à succès « Le Rabbin Small » - 12 titres parus entre 1965 et 1996 et traduits en français entre 1983 et 1997 dans la Collection Grands détectives de 10/18 (excellente lecture pour la période des vacances). * Danielle Cohen est membre du Conseil d'administration du Mouvement juif libéral de France (MJLF)

La solution ? S’écouter, se parler, se respecter. Multiplier les occasions de rencontres pour échanger et discuter de manière régulière à l’intérieur et à l’extérieur de l’institution (petits déjeuners, déjeuners, afterwork..), traquer les non-dits pour éviter les malentendus qui vont peut-être dégénérer.

Un facteur déterminant réside dans la taille de la communauté. Il est possible de connaître nominativement 150 familles… Quand elles sont 1 000, cela se complique et demande une autre organisation qui relève de la compétence du Président

3


AGENDA Planning cultuel Les cours et offices ont lieu rue Jules Vallès et sont réservés à nos adhérents. Il est possible aux nonadhérents de participer sur inscription auprès de notre secrétariat : contact@kerenor.fr ou tél 04 37 72 30 19. Pour les repas shabbatiques il est indispensable de vous inscrire auprès de notre secrétariat en précisant le plat non carné salé ou sucré que vous apporterez.

Office de Ticha Be Av samedi 21 juillet à partir de 22h

Tisha Be Av ouvre une période pleine de sens et de charge spirituelle dans le calendrier juif. C'est le début d'une période de préparation intérieure pour les grandes fêtes de Tichri. Une période durant laquelle nous marcherons de la destruction du Temple à la reconstruction de nos relations personnelles, de notre relation avec Dieu, jusqu'au jour du grand pardon, le jour de Yom Kippour.

Voici le déroulement de la soirée • • • •

Havdalah > 22h00 Étude sur le Meguilat Eiha (Lamentations) Lecture de la Meguilat Eiha (Lamentations) Texte sur les Lamentations

Vendredi 13 juillet 17h30 Beit Midrash : Civilisation et Spiritualités Juives par Rabbi Casas 19h15 office de Kabbalat Shabbat animé par Rabbi Casas suivi d’un kiddouch avec de la sangria faite par rabbi Casas à l’occasion du premier anniversaire de son ordination rabbinique. Samedi 14 10h30 office de Shabbat, Paracha Mattot-Massé animé par Rabbi Casas /// Vendredi 20 19h15 office de Kabbalat Shabbat animé par Rabbi Casas et Shabbat Partie au Parc de la Tête d'Or, prévoir un piquenique /// Samedi 21 10h30 office de Shabbat, Paracha Devarim animé par Rabbi Casas 22h Havdalah, lecture de la Meguillah Eikha, Ticha Be Av animé par Rabbi Casas /// Vendredi 31 août 19h15 office de Kabbalat Shabbat animé par Daniela Touati/// Samedi 1 septembre 10h office de Shabbat, Paracha Ki Tavo animé par Daniela Touati Vendredi 7 19h15 office de Kabbalat Shabbat /// La rentrée du Talmud Torah aura lieu le dimanche 16 septembre. Renseignements dans le prochain n° d'Itoni.

INFOS SPÉCIALES FÊTES DE TICHRI Dimanche 9 septembre 19h office d’Erev Roch Hachana /// Lundi 10 10h office de matin de Roch Hachana 18h30 cérémonie de Tachlikh /// Dimanche 16 10h office de Selihot animé par Daniela Touati et Eduardo Klein /// Mardi 18 19h office de Kol Nidrei /// Mercredi 19 10h office de matin de Yom Kippour 16h30 office de Minha 18h15 office du Souvenir-Yizkor 19h45 cérémonie de Neïla 20h30 fin du jeûne /// Tarifs Tarif adhérents : 55€ / adulte, tarif réduit : étudiant et enfant 35€ , enfant 6-13 ans ou adulte sans emploi 25€, famille (enfants de 6 à 12 ans) 135€. Tarif non-adhérents : 200€/adulte, tarif réduit : étudiant 90€, enfant 6-12 ans ou adulte sans emploi 50€. Pensez à bien vous inscrire avant le 1er septembre en renvoyant la fiche d'inscription jointe ainsi que la liste de noms des personnes disparues que vous tenez à rappeler.

Lettre bimestrielle de Keren OR /// Ont participé à ce numéro Pamela Vennin, Jonas Jaquelin, Danielle Cohen, Sylvie Fresco, Catherine Colin, /// Réalisation Magazine, Lyon Courriel rédaction itoni@kerenor.fr KEREN OR : 15 RUE JULES VALLÈS, 69100 VILLEURBANNE /// Présidente Pamela Vennin /// Secrétaire Lilith Barthélémy /// Tél. 04  37 72 30 19 /// Courriel contact@kerenor.fr /// www.kerenor.fr /// PRIX 8€ ABONNEMENT ANNUEL (6 N°) 50€

4

ITONI  

Découvrez Itoni n°79 (Juillet - Août 2018)

ITONI  

Découvrez Itoni n°79 (Juillet - Août 2018)

Advertisement