Issuu on Google+

NumĂŠro 3 - Mars 2011

Olivier Maurin Laurent Roch Armelle Stoffel Olivier Lambolez

1

Emmanuelle Radenac Olivier Merzoug Philippe Lejeanvre Emilie Pradier

Cath Schneider Rochelle Haisley

Le collectif du noir et blanc


Mars 2011

Monochrome

Couverture © Emmanuelle Radenac

Photo © Laurent Roch

MonoChromE se lâche !

Le temps passe vite ! Voici déjà le numéro 3 de Monochrome ... Ce mois-ci, tout était permis pour notre collectif, puisque le thème principal était «déchaîner sa passion». Autant dire que chacun a répondu présent à cet appel ! Il en résulte, une fois de plus, un magnifique patchwork de sensibilités différentes et vous verrez qu’énormément de sujets ont été abordés. Qui a prétendu que le noir et blanc était limitatif ? Au fil de nos pages, vous découvrirez également que la section dédiée aux photographes à découvrir s’est grandement étoffée, avec la participation de Rui Palha, Jean-François Scaianski et Audrey Baschet : leurs images sont tout simplement à couper le souffle ! Encore une fois, stop au blabla, préparez-vous au voyage, Monochrome vous transporte ...

Bonne lecture !

« So long is the road » © Olivier Lambolez

2


3 Photo © Audrey Baschet

« Florence Girard » © L. DERIAZ


Philippe Lejeanvre Les poèmes visuels

4

« Le gardien » © Philippe Lejeanvre


« The Shadow » © Philippe Lejeanvre

5


Ray-Ban Monkey

6


Š Philippe Lejeanvre

7


Rochelle Haisley When passion meets emotion

8


9

Š Rochelle Haisley


Raw passion

10


Š Rochelle Haisley

11


© Rochelle Haisley

© Rochelle Haisley

12


Š Rochelle Haisley

13


Olivier Maurin LʼEmotion à fleur de peau

« The Cry » © Olivier Maurin

14


15


16


17 « The West Gate » © Olivier Maurin


18


19

« Fishing Cabins » © Olivier Maurin


Laurent ROCH Le sublime de la rue

20


21 Š Laurent Roch


22


23 Š Laurent Roch


Olivier LAMBOLEZ Pour lʼémotion humaine

- La liseuse du Teoz « Retour aux sources ... Mon exercice préféré. Capturer un instant et raconter juste un tout petit bout d’une histoire dont le lecteur imaginera lui-même la suite à son gré, selon son humeur, sa sensibilité du moment ... Ces petits moments éphémères, genèse de tant d’histoires, je les capte au hasard de mes rencontres, de mes voyages. Le hasard dit-on fait souvent bien les choses... C’est pourquoi je reste à l’affût du moindre évènement, si anodin paraît-il. Mais souvent j’enrage de ne pas avoir mon appareil greffé à mon oeil tant notre vie de tous les jours regorge de petits chef-d’oeuvres insoupçonnés. Cette scène est une image prise dans le train. En face de moi, une jeune fille lit son livre et se prend à laisser vagabonder son esprit par la fenêtre. Le soleil décline, il joue à cache-cache avec les stores, les fenêtres... La lumière est tour à tour dure , puis douce. Le hasard fait que je déclenche sur un mouvement de sa main vers son visage, traduisant une réflexion intense... avec un éclairage révélant et transcendant l’instant ».

© Olivier Lambolez

24


© Olivier Lambolez

- My Cow-boy tonight « Petite promenade nocturne à Montmartre, là où on vous agresse gentiment pour vous croquer contre quelques euros. Un couple de touristes gays un peu ivres, dont l’un des deux est affublé d’un chapeau de cow-bow, se laisse immortaliser... Place du Tertre, là où règnent en maîtres appareils photos, il est facile d’immortaliser la scène ... »

25


The Butterfly Effect Chaos Theory

26


27


28 IX Š Olivier Lambolez


29

« Water Candle » © Olivier Lambolez


Cath Schneider « Ce fabuleux petit monde à nos pieds »

30

© Cath Schneider


" Habituellement je vois la macro en couleur, je suis sans doute plus naturaliste que photographe dans l'âme mais Monochrome m'offre cette opportunité de vous présenter les minuscules en noir et blanc. Il n'y a qu'à se baisser, ce fabuleux petit monde est à nos pieds ".

31


32 Š Cath Schneider


La clé de Sol

33


Š Catherine Schneider

34


35 « Romance à l’Agapanthe » © Cath Schneider


« Les ailes du plaisir » © Cath Schneider

« La mouche » © Cath Schneider

36


Š Cath Schneider

Schuss 37


Emmanuelle Radenac EmMma Tout Simplement

38

Š Emmanuelle Radenac


Les lignes de Buren Longtemps sujet à polémique, les colonnes de Buren ont récemment été rénovées et sont de nouveau le passe temps favori des touristes et autres curieux avides d'originalité artistique. Le spectacle y est permanent, petits et grands les utilisent tantôt pour poser, tantôt pour jouer ou tout simplement pour s'y adosser et partager un moment entre amis... Ce jour là, j'avais, moi aussi, envie de jouer... avec leurs lignes... leur graphisme...leurs tailles...

39


40 Š Emmanuelle Radenac


Silhouettes embrumées C'est l'été et il fait chaud dans la Capitale. Comme chaque année, Paris plage s'est installé et les brumisateurs ravissent les badauds en quête d'un rafraîchissement salvateur... Le spectacle est magique, il n'y a qu'à ouvrir les yeux... Les silhouettes se dessinent ou se dissipent au gré des allées et venues... furtives et éphémères...

41


Š Emmanuelle Radenac

42


Anti-capitalisme Octobre 2010, manifestation contre la rÊforme des retraites. Les français sont dans la rue. Slogans, pancartes et revendications envahissent les plus grandes villes de notre Pays.

43


44

Š Emmanuelle Radenac


Las Ninas de Marseille Mmmmm... mes photos préférées... Celles que je fais dans la rue au détour de longues balades. Et quand je croise par hasard des enfants s'amusant entre eux, insouciants, loin de nos soucis d'adultes, je me délecte à les contempler...

Ce jour là, j'étais à Marseille, avec des amis, et dans une ruelle à l'abri de la chaleur estivale, je m'émerveillais devant ces deux poupées débordantes d'énergie et de tendresse...  Je me laissais alors à rêver que cette photo serait intemporelle et que toujours nos enfants auraient le droit de ne pas grandir trop vite et de profiter, sans y penser, de leurs plus tendres années.

45


46 Isa Š Emmanuelle Radenac


Isa Capter toute la beauté, la féminité, l'étincelle d'un regard complice, celui d'une amie qui m'est chère et que je veux à jamais garder...

47


Olivier Merzoug

48


- L'homme et l'enfant Trois 49 générations d'hommes sur trois niveaux... l'enfant sorti des eaux, l'adulte qu'il deviendra et l'homme au sommet de son âge.


50


51


- L'homme et l'enfant Trois 52 générations d'hommes sur trois niveaux... l'enfant sorti des eaux, l'adulte qu'il deviendra et l'homme au sommet de son âge.


53


Armelle STOFFEL Carré Rouge

© Armelle Stoffel

54


Š Armelle Stoffel

55


56


Š Armelle Stoffel

57


Des photographes à découvrir ...

Audrey Baschet 58


Rui Palha

Jean-Franรงois

59

Scaianski


Rui Palha

60


61 « Wet Jump » © Rui Palha


Born in April 1953, in Portugal. Living in Lisbon. This sentence defines my way to be in photography and…in life: “Photography is a very important part of my space… it is to discover, it is to capture giving flow to what the heart feels and sees in a certain moment, it is being in the street, trying, knowing, learning and, essentially, practicing the freedom of being, of living, of thinking…”

62


« Guenuineness » © Rui Palha

« A bit of Lighting » © Rui Palha

63


64

« Rainy Day » © Rui Palha


65


66

« City Zombies » © Rui Palha


67


Jean-Franรงois SCAIANSKI

68


"Aujourd’hui carré, hier en rectangle mais toujours en noir et blanc. Ici tout n’est que rapport au temps. Le temps de se poser, le temps de regarder, le temps de fixer, le temps d’espérer retrouver cet instant. Je continue à utiliser du matériel argentique de manière à entretenir cette relation. Je déclenche et puis j’oublie jusqu’au moment ou le négatif vient me rappeler que je suis passé par là, que je me suis arrêté ; tout était déjà en place, mais la photographie est magique lorsqu’elle garde une part d’imprévu. Un baigneur passe juste devant moi et incline la tête au moment ou je déclenche, trois silhouette se dessinent en arrière plan alors que je ne cherche qu'a fixer la surface d’un miroir d’eau. Les avais-je remarqué au moment de la prise de vue ? Je ne peux l’affirmer, mais voilà ce qui me fascine dans la photographie, elle nous réserve toujours des surprises ; mauvaises ou bonnes, à condition de prendre le temps."

« Artifice » © Jean-François SCAIANSKI

69


« Invasion » © Jean-François SCAIANSKI

70


« Run » © Jean-François SCAIANSKI

71


« Sous le pavé » © Jean-François SCAIANSKI

72


« Puzzle » © Jean-François SCAIANSKI

73


© Jean-François SCAIANSKI

74


« Surface » © Jean-François SCAIANSKI

75


Audrey Baschet

www.agb-photos.com

76


« Il est toujours difficile de parler de soi et je ne suis pas douée pour ça... Avant, j'étais derrière une caméra, je l'ai abandonnée pour un boitier Nikon et je ne le regrette pas. Ma muse est l'Afrique (Namibie et Botswana) où je vis une partie de l'année (même si ce n'est pas évident pour les portraits, quoique...). Mon actu : expo à New York au mois de mai à la Giacobetti paul Gallery ».

©Audrey Baschet

77


78

ŠAudrey Baschet


Š Audrey Baschet

79


ŠAudrey Baschet

80


ŠAudrey Baschet

81


©Audrey Baschet

82

©Audrey Baschet


Vous aimez Monochrome ? Vous souhaiteriez soumettre vos images pour publication ? Si vous pensez que votre vision colle parfaitement à l’esprit de partage de notre eMag, n’hésitez plus ! Contactez le rédacteur à cette adresse pour lui proposer votre travail : keaps@keaps-kiter.com

83


Le collectif MonoChromE

Catherine Schneider « Je viens du pays de mon enfance, celui où les hommes ont un regard d'enfant, celui où la faune raconte des histoires, celui où la flore se fait décor, celui où l'illusion adoucit les désillusions. Intéressée depuis toujours par les arts graphiques et plastiques, la photographie berce mon enfance en noir et blanc argentique et j'entre ainsi tout naturellement dans l'adolescence armée d'un Canon et d'une fleur au fusil. Le temps qui passe n'a pas de prise sur mon émerveillement, je ne dérange rien ni personne, j'aime saisir un instant pour un détail, comme une invite au pays d'où je viens. » !

Emilie Pradier

! !

Emilie, c’est un petit paquet de dynamite ! Photographe passionnée et très dynamique, elle aime l’image au point que cela devienne «viscéral» comme elle le dit elle même. Depuis son adolescence, elle a toujours baigné dans le milieu de l’art et à commencé à approcher la photographie avec un petit numérique puis est rapidement passée à du «plus lourd». Ce qui la passionne avant tout, c’est le regard des êtres humains, la sensibilité des gens... Elle se définit elle même comme une voleuse de moments où ses modèles sont le plus naturel possible.

Rochelle Haisley « Photographe autodidacte et artiste en autoportrait, je suis diplômée en marketing et design de mode. Bien que mon amour pour la photographie ait débuté il y a 4 ans, ça ne fait pas plus de deux ans que je pratique l’autoportrait. Réaliser des autoportraits me permet de libérer mes émotions et d’encourager mon âme créatrice, deux choses essentielles à mon bien être et mon bonheur. Mes autoportraits sont comme les pages d’un agenda, inspirés par la vie. Ma photographie est ma voix. Je mets mon âme dans chacun de mes autoportraits et c’est cela qui m’a fait grandir immensément en tant qu’artiste et en tant qu’être humain. Mon souhait est que mes images provoquent l’émotion et l’inspiration. »

84


Le collectif MonoChromE Emmanuelle Radenac - Site web « Pour moi, faire de la photo c'est arriver à figer l’instant, à faire ressentir un sentiment, une atmosphère dans lesquels j’aime plonger mes lecteurs... C'est aussi un moyen de m'engager dans des causes, des luttes, de proclamer, de dénoncer les injustices de nos sociétés actuelles. Tous les sujets ne sont pas aussi graves fort heureusement et la photographie me permet également de fêter, de m’émerveiller et surtout de partager avec ceux qui prennent le temps de se poser et de regarder. Elle est donc une inépuisable source de rapports humains toujours plus enrichissants. Comme vous le constaterez, la photo de rue est celle que je préfère, pas étonnant me direz vous quand vous saurez que mes Maîtres ne sont autres que les grands Saul Leiter, Salgado, Boubat, Bresson, Doisneau… je m’attache à mettre en avant toutes ces petites choses que tout le monde ne voit pas et qui pourtant rendent la vie si belle. Contrairement à mes camarades, je ne suis pas férue de technique, je shoote aussi bien avec mon reflex que mon téléphone portable, seules la spontanéité et l’émotion sont mes guides… j’espère parvenir à les partager avec vous…

Olivier Lambolez - Site web Touche-à-tout en matière de nouvelles technologies depuis son plus jeune âge, féru d’informatique et plus spécialement de la photographie en noir & blanc, Olivier s’attache à faire profiter son entourage de ses coups de coeurs visuels et à leur faire ressentir ce qu’il a pu ressentir au moment où il appuyait sur le déclencheur. Humaniste, ses sources d’inspiration sont multiples et varient selon son humeur : amour, haine, désespoir, espoir, détresse, joie, bonheur, affection, tendresse, sont autant de sentiments qui le transcendent dans sa quête photographique ... Pour lui, la photographie est avant tout un regard sur l’autre et non pas sur son propre nombril. Son maître ? Helmut Newton.

Olivier Merzoug - Site web Ce qu’Olivier aime dans la photographie, c’est cette totale liberté d’expression et d’interprétation. Cette possibilité de figer le temps en un instant ou donner aux images une dimension intemporelle. « J’aimerais, comme tout le monde, laisser une trace du temps ! » Ses plus grandes sources d’inspiration : L’humain essentiellement, l’émotion, la beauté. «J’aime beaucoup prendre des photos volées à travers mes voyages, mes rencontres…»

Philippe Lejeanvre - Site web « J'ai la passion de la photo depuis très jeune et j'ai fait mes première armes à l'aide d'appareils sans aucun automatisme ce qui est assez formateur et pousse à l'expérimentation. Le noir et blanc est arrivé naturellement avec les premiers tirages argentiques et c'est peut-être ces premières expériences à voir l'image se révéler sous mes yeux qui m'ont fait privilégier plus tard ce format afin de faire ressentir les émotions. Depuis quelques années, je suis passé au numérique, la magie du développement n'est certes plus là mais l'image, elle, reste universelle. Mes domaines de prédilection sont le reportage, l'architecture et le portrait.»

85


Le collectif MonoChromE Olivier Maurin - Site web La recherche photographique d’Olivier, quelque soit le sujet, est avant tout une recherche émotionnelle aussi bien dans la joie que dans la tristesse… La récompense pour un photographe, est selon lui, de réussir à capturer un moment d’émotion et de le faire ressentir au travers de ses prises de vues…

Laurent Roch - Site web

«

Aussi longtemps que je me souvienne, la photographie a toujours occupé une place importante dans ma vie. Au fil des années, photographier est devenu un geste quasi-naturel et instinctif. La force émotionnelle, le contenu esthétique et le langage visuel de l'image n'ont jamais cessé d'exercer en moi une certaine fascination. A l'heure où beaucoup de photos subissent le dictat de la perfection technique, je préviligie la simplicité à une certaine falsification du réel. En déclenchant, ce que je recherche avant tout, c'est ce moment unique et fugitif qui l'instant d'après s'évapore dans le temps. Dans ce theâtre à ciel ouvert que représente la rue, je tente de saisir le quotidien dans sa forme la plus évidente. Pas de compositions pré-établies ou de mises en scène, je me laisse porter par le rythme qui m'entoure. Quand le hasard veut bien m'offrir sur un plateau ce que je recherche, que tout semble être à sa place et que l'harmonie fonctionne, je n'ai plus qu'à laisser libre mon intuition. Le choix du noir et blanc s'est naturellement imposé à moi ; d'ailleurs, on m'a souvent fait remarquer qu'il émanait de mes photos un parfum de nostalgie ; c'est sans doute vrai mais je ne pense pas avoir une vision passéiste du monde. Rien de véritablement innovant dans mon approche photographique mais toujours ce souci d'exprimer au mieux la spontanéité du moment. J'essaie de passer inaperçu, d'observer, d'attendre, de me fondre dans le décor, de jouer avec la lumière ambiante, de trouver le bon angle et enfin de capter ce fameux "instant décisif" si cher à CartierBresson. Je suis en quête constante de nouveaux lieux à explorer ou de découvrir de nouveaux regards avec comme objectif de toujours satisfaire ma curiosité naturelle. Un sujet d'inspiration inépuisable...»

Armelle Stoffel « Conteuse en image à mes heures perdues, j’aime qu’une photo puisse suspendre le temps, broder des émotions, provoquer les sens et entrainer la vision des autres, fabriquer du rêve, éveiller les désirs d’un regard, offrir la sensualité du cœur. Touche à tout en matière d’art depuis l’enfance, curieuse, obstinée du détail, amoureuse des notes de musique qui parsèment nos vies, la photographie s’est imposée à moi depuis deux ans comme l’outil d’évasion et d’expression le plus riche et le plus pertinent. Au-delà de la technique photographique, je recherche plutôt l’équilibre juste entre esthétique, la mise en forme d’une vision, et sensation, le partage de mes émotions. » Philippe Haumont écrit à son propos : « Armelle Stoffel croque ses images comme elle croque la vie, à pleine bouche, à pleins regards. On ne l’enfermera pas dans un style, elle est à elle seule un style qui manie l’art des rapprochements et des ruptures, des lignes de fuite, des contraires, des opportunités de dérobades aux banalités du quotidien. Elle met en image comme elle met en partage, en amour, sans concessions, mais avec toute la poésie intime et chaleureuse, surprenante, musicale et joyeuse d’une partition qu’elle s’exerce à renouveler sans fin.»

86


Le mois prochain Monochrome s’orientera une nouvelle thématique qui deviendra sa signature propre. Outre celle du noir et blanc, il privilégiera dorénavant les sombres extrêmes, les contrastes lourds et les espaces négatifs.

« noir profond, deep dark »

87


Olivier Maurin Laurent Roch Armelle Stoffel Catherine Schneider Emilie Pradier

Olivier Lambolez Emmanuelle Radenac Olivier Merzoug Philippe Lejeanvre Rochelle Haisley

Toutes les images présentées dans ce magazine sont la propriété exclusive de chacun des photographes. S’il vous plaît, ne les utilisez pas sans leur consentement.

88

Le collectif du noir et blanc


MONOCHROME eMAGAZINE N°3