MONOCHROME eMAGAZINE N°2

Page 1

NumĂŠro 2 - FĂŠvrier 2011

Olivier Maurin Laurent Roch Armelle Stoffel Olivier Lambolez

1

Emmanuelle Radenac Olivier Merzoug Philippe Lejeanvre Emilie Pradier

Catherine Schneider Rochelle Haisley

Le collectif du noir et blanc


Février 2011

Monochrome

Couverture © Catherine Schneider

Photo © Rochelle Haisley

MonoChromE, deuxième opus

Après un premier numéro plébiscité par l’ensemble des lecteurs, le magazine consacré à la photographie noir et blanc et son collectif de passionnés sont de retour avec quelques nouveautés pour ce deuxième numéro consacré aux portraits. Tout d’abord, le collectif voit grossir ses rangs puisque Catherine Schneider, Emilie Pradier et Rochelle Haisley, trois nouvelles photographes talentueuses rejoignent le magazine. C’est avec joie et un immense plaisir que nous leur souhaitons la « bienvenue à bord, welcome on board » ! Dans cette seconde édition, vous trouverez également des clichés de photographes non issus du collectif mais dont le travail illustre d’une manière remarquable le thème mensuel du magazine. Monochrome se veut ouvert à tous les talents ! Plus que jamais, monochrome reste un concentré d’émotions photographiques en noir et blanc. Alors stop au bavardage, place à l’image ! Bonne lecture !

Photo © Emilie Pradier

2


3 « Florence Girard » © L. DERIAZ


Rochelle Haisley When passion meets emotion

Rochelle, c’est toute la palette des émotions humaines réunies dans une seule et même personne. Monochrome vous propose de découvrir dans les pages à suivre une toute petite partie de sont talent... Pour commencer ... Bienvenue dans son monde de combat fait de larmes, d’espoir, de joie et surtout de charme !

4


Š Rochelle Haisley

5


Š Rochelle Haisley

6


7


8


© Rochelle Haisley

9 © Rochelle Haisley


10


11 Š Rochelle Haisley


Catherine Schneider « Car nous venons tous du pays de notre enfance »

© Catherine Schneider

12


- Protection « Car nous venons tous du pays de notre enfance », celui où la protection d'un enfant est entre les mains des parents (Malo avait à peine 10 jours, j'étais très émue par sa fragilité.)

13


- Attraction « Car nous venons tous du pays de notre enfance », celui où tout petit, nous absorbons les images du petit écran. (A cet instant précis, j'ai trouvé l'enfant très désarmé face à l'écran TV).

14


Š Catherine Schneider

15


Š Catherine Schneider

16


- Je t’aime « Car nous venons tous du pays de notre enfance » , celui où l'on dit qu'on aime le nutella comme on aime sa maman. (A cet instant précis, ma fille m'a dit je t'aime.)

17


- Doute - « Car nous venons tous du pays de notre enfance », celui où les questions sans réponses sont parfois angoissantes (A cet instant précis, Lili regardait une maman qui grondait bruyamment son fils.)

- Grenouille - « Car nous venons tous du pays de notre enfance », celui où les grands nous affublent de surnoms incroyables en raison de nos petites grimaces. (A cet instant précis, Lili eut cette expression qu'elle arbore très souvent.)

18


Š Catherine Schneider

Š Catherine Schneider

19


Emilie Pradier Lili eyes

« Satin dolls » © Emilie Pradier

20


« Unbreakable » © Emilie Pradier

21

« Le passage » © Olivier Maurin


« Satin dolls » © Emilie Pradier

« Goodbye Princess » © Emilie Pradier

22


23 « Goodbye Princess » © Emilie Pradier


Olivier Maurin LʼEmotion à fleur de peau

24

© Olivier Maurin


25 Elodie Cornuché © Olivier Maurin


Emmanuelle Radenac EmMma Tout Simplement

- Little bad kid Un souvenir de voyage... Dans un pays où le all inclusive est roi, où la salsa enivrante et les plages paradisiaques suffisent au touriste qui vient se changer les idées. J'y ai découvert des gens avec le soleil dans le cœur et rien dans les poches... Ce petit garçon vivait dans un bidonville et jouait avec ses copains autour d'une vieille bassine remplie d'eau... J'aurais voulu que mon fils soit là et qu’il prenne conscience que le bonheur n'est pas dans le matérialisme à gogo... Qu’il suffit des fois de peu de choses pour goûter au bonheur de la vie...

26


27


28 - Parler avec les yeux - Š Emmanuelle Radenac


Parler avec les yeux... Un sujet qui m'est cher... La souffrance de ceux qui déambulent dans nos rues, à qui on ne prête plus guère attention et qui n'ont plus rien dans la vie que les sourires qu'on veut bien leur donner... Le regard de cet homme m'a touché tant il transmettait tout ce qu'il n'osait peut être pas dire avec les mots... Nous avons échangé quelques instants, il semblait presque ému que je lui demande la permission de le photographier... Comme si l'espace d'un moment on le considérait de nouveau comme un Homme...

29


30


- Beauté nature... « Une après midi au soleil, une envie de sublimer cette jeune femme que je ne connais pas vraiment... De capter en elle ce qu’elle a de plus beau, ce qu’elle n exprime pas forcément au premier abord. Faire en sorte que les gens qui la connaissent se disent "cette photo... c'est vraiment elle, elle lui ressemble... " »

31


Rock 'n roll girl... Séance portrait ce jour là, contrairement à tous les autres modèles qui s'étaient mises sur leur 31, Guénaëlle est arrivée les cheveux en bataille, le maquillage de la veille coulant sous ses yeux fatigués... mais son regard d'un bleu profond accrochait l'objectif comme aucun autre. Son coté bad girl de petite rockeuse lui donnait un charme fou.

32


33 - Rock n’ Roll girl - © Emmanuelle Radenac


34


35

Le petit rêveur aux cheveux d'or... lors d'une balade dans un petit village du sud de la France, j'ai aperçu l'adorable bouille de ce petit bout à travers des feuillages... il semblait comme sorti d'un autre temps... l'oeil pensif et rêveur... Le portrait est un de mes exercices préférés, il y a tant d'émotions à capter et à partager... © Emmanuelle Radenac


Olivier LAMBOLEZ Pour lʼémotion humaine

- Innocente assurance « De tous les sujets qui m’inspirent, ce sont bien les portraits, et surtout ceux des enfants qui me passionnent le plus. Un enfant ne triche pas. Jamais. Ce que j’arrive à capter, une colère, une tristesse ou une joie, ce sont des sentiments réels, bien présents au moment où j’appuie sur le déclencheur. C’est cette spontanéité qui me fascine et que j’adore immortaliser. J’aime beaucoup ce portrait de petite fille pris un après-midi d’été alors que nous jouions dans l’herbe à faire des bulles de savon. Air décidé mais néanmoins coquin, le regard montrant de l’assurance : c’est incroyable ce que ces « minis nous » peuvent faire passer comme émotion face à un objectif ! »

© Olivier Lambolez

36


© Olivier Lambolez

- Après la pluie ... « Cette image représente beaucoup pour moi : le sujet, l’attitude, la douceur et la lumière sont pour moi ici proches de l’idéal. J’ai profité d’une lumière douce venant de la fenêtre, d’un énième après-midi pluvieux de vacances bretonnes qui vous cloue à la maison et d’un peu de bonne volonté de mon petit modèle... »

37


Water child

38


39 Š Olivier Lambolez


Sime Ber Š Olivier Lambolez

Sime Ber Š Olivier Lambolez

40


41 « Vogue » - Sime Ber © Olivier Lambolez


Olivier Merzoug

42


- L'homme et l'enfant Trois 43 générations d'hommes sur trois niveaux... l'enfant sorti des eaux, l'adulte qu'il deviendra et l'homme au sommet de son âge.


44


45


Philippe Lejeanvre Les poèmes visuels

46


Dame de pique

47


48 Anna Š Philippe Lejeanvre


Anna ...

49


Carnaval antillais Š Philippe Lejeanvre

50


Un photographe à découvrir ...

51


J茅r么me Delfosse

52


« J’ai cinquante et un ans et je me souviens des heures passées à farfouiller dans la boîte aux photographies familiale, à l’époque de la maternelle, puis de l’insatisfaction « technique » procurée par les appareils instamatic de l’adolescence et enfin du bonheur sans nom lorsqu’à quinze ans, j’ai eu mon premier appareil photo « avec des réglages ». Je pourrais continuer ainsi jusqu’à nos jours, c’est juste histoire de dire que j’aime la photo depuis toujours, que je ne m’en lasse pas, que j'ai une prédilection pour le noir et blanc qui sublime formes et matières ainsi que pour ce que la lumière révèle dans le flou progressif procuré par les belles optiques très lumineuses. »

53


54


55


56


Vous aimez Monochrome ? Vous souhaiteriez soumettre vos images pour publication ? Si vous pensez que votre vision colle parfaitement à l’esprit de partage de notre eMag, n’hésitez plus ! Contactez le rédacteur à cette adresse pour lui proposer votre travail : keaps@keaps-kiter.com

57


Florence Girard

http://www.florencegirard.ch

« Florence Girard » © Gregory Batardon

« Florence Girard » © Gregory Batardon

58

« Florence Girard » © L. DERIAZ http://www.florencegirard.ch


« Florence Girard » © Gregory Batardon

« Florence Girard » © Gregory Batardon

59

« Florence Girard » © L. DERIAZ http://www.florencegirard.ch


Le collectif MonoChromE Emmanuelle Radenac - Site web « Pour moi, faire de la photo c'est arriver à figer l’instant, à faire ressentir un sentiment, une atmosphère dans lesquels j’aime plonger mes lecteurs... C'est aussi un moyen de m'engager dans des causes, des luttes, de proclamer, de dénoncer les injustices de nos sociétés actuelles. Tous les sujets ne sont pas aussi graves fort heureusement et la photographie me permet également de fêter, de m’émerveiller et surtout de partager avec ceux qui prennent le temps de se poser et de regarder. Elle est donc une inépuisable source de rapports humains toujours plus enrichissants. Comme vous le constaterez, la photo de rue est celle que je préfère, pas étonnant me direz vous quand vous saurez que mes Maîtres ne sont autres que les grands Saul Leiter, Salgado, Boubat, Bresson, Doisneau… je m’attache à mettre en avant toutes ces petites choses que tout le monde ne voit pas et qui pourtant rendent la vie si belle. Contrairement à mes camarades, je ne suis pas férue de technique, je shoote aussi bien avec mon reflex que mon téléphone portable, seules la spontanéité et l’émotion sont mes guides… j’espère parvenir à les partager avec vous…

Olivier Lambolez - Site web Touche-à-tout en matière de nouvelles technologies depuis son plus jeune âge, féru d’informatique et plus spécialement de la photographie en noir & blanc, Olivier s’attache à faire profiter son entourage de ses coups de coeurs visuels et à leur faire ressentir ce qu’il a pu ressentir au moment où il appuyait sur le déclencheur. Humaniste, ses sources d’inspiration sont multiples et varient selon son humeur : amour, haine, désespoir, espoir, détresse, joie, bonheur, affection, tendresse, sont autant de sentiments qui le transcendent dans sa quête photographique ... Pour lui, la photographie est avant tout un regard sur l’autre et non pas sur son propre nombril. Son maître ? Helmut Newton.

Olivier Merzoug - Site web Ce qu’Olivier aime dans la photographie, c’est cette totale liberté d’expression et d’interprétation. Cette possibilité de figer le temps en un instant ou donner aux images une dimension intemporelle. « J’aimerais, comme tout le monde, laisser une trace du temps ! » Ses plus grandes sources d’inspiration : L’humain essentiellement, l’émotion, la beauté. «J’aime beaucoup prendre des photos volées à travers mes voyages, mes rencontres…»

Philippe Lejeanvre - Site web « J'ai la passion de la photo depuis très jeune et j'ai fait mes première armes à l'aide d'appareils sans aucun automatisme ce qui est assez formateur et pousse à l'expérimentation. Le noir et blanc est arrivé naturellement avec les premiers tirages argentiques et c'est peut-être ces premières expériences à voir l'image se révéler sous mes yeux qui m'ont fait privilégier plus tard ce format afin de faire ressentir les émotions. Depuis quelques années, je suis passé au numérique, la magie du développement n'est certes plus là mais l'image, elle, reste universelle. Mes domaines de prédilection sont le reportage, l'architecture et le portrait.»

60


Le collectif MonoChromE Olivier Maurin - Site web La recherche photographique d’Olivier, quelque soit le sujet, est avant tout une recherche émotionnelle aussi bien dans la joie que dans la tristesse… La récompense pour un photographe, est selon lui, de réussir à capturer un moment d’émotion et de le faire ressentir au travers de ses prises de vues…

Laurent Roch - Site web

«

Aussi longtemps que je me souvienne, la photographie a toujours occupé une place importante dans ma vie. Au fil des années, photographier est devenu un geste quasi-naturel et instinctif. La force émotionnelle, le contenu esthétique et le langage visuel de l'image n'ont jamais cessé d'exercer en moi une certaine fascination. A l'heure où beaucoup de photos subissent le dictat de la perfection technique, je préviligie la simplicité à une certaine falsification du réel. En déclenchant, ce que je recherche avant tout, c'est ce moment unique et fugitif qui l'instant d'après s'évapore dans le temps. Dans ce theâtre à ciel ouvert que représente la rue, je tente de saisir le quotidien dans sa forme la plus évidente. Pas de compositions pré-établies ou de mises en scène, je me laisse porter par le rythme qui m'entoure. Quand le hasard veut bien m'offrir sur un plateau ce que je recherche, que tout semble être à sa place et que l'harmonie fonctionne, je n'ai plus qu'à laisser libre mon intuition. Le choix du noir et blanc s'est naturellement imposé à moi ; d'ailleurs, on m'a souvent fait remarquer qu'il émanait de mes photos un parfum de nostalgie ; c'est sans doute vrai mais je ne pense pas avoir une vision passéiste du monde. Rien de véritablement innovant dans mon approche photographique mais toujours ce souci d'exprimer au mieux la spontanéité du moment. J'essaie de passer inaperçu, d'observer, d'attendre, de me fondre dans le décor, de jouer avec la lumière ambiante, de trouver le bon angle et enfin de capter ce fameux "instant décisif" si cher à CartierBresson. Je suis en quête constante de nouveaux lieux à explorer ou de découvrir de nouveaux regards avec comme objectif de toujours satisfaire ma curiosité naturelle. Un sujet d'inspiration inépuisable...»

Armelle Stoffel « Conteuse en image à mes heures perdues, j’aime qu’une photo puisse suspendre le temps, broder des émotions, provoquer les sens et entrainer la vision des autres, fabriquer du rêve, éveiller les désirs d’un regard, offrir la sensualité du cœur. Touche à tout en matière d’art depuis l’enfance, curieuse, obstinée du détail, amoureuse des notes de musique qui parsèment nos vies, la photographie s’est imposée à moi depuis deux ans comme l’outil d’évasion et d’expression le plus riche et le plus pertinent. Au-delà de la technique photographique, je recherche plutôt l’équilibre juste entre esthétique, la mise en forme d’une vision, et sensation, le partage de mes émotions. » Philippe Haumont écrit à son propos : « Armelle Stoffel croque ses images comme elle croque la vie, à pleine bouche, à pleins regards. On ne l’enfermera pas dans un style, elle est à elle seule un style qui manie l’art des rapprochements et des ruptures, des lignes de fuite, des contraires, des opportunités de dérobades aux banalités du quotidien. Elle met en image comme elle met en partage, en amour, sans concessions, mais avec toute la poésie intime et chaleureuse, surprenante, musicale et joyeuse d’une partition qu’elle s’exerce à renouveler sans fin.»

61


Le collectif MonoChromE

Catherine Schneider « Je viens du pays de mon enfance, celui où les hommes ont un regard d'enfant, celui où la faune raconte des histoires, celui où la flore se fait décor, celui où l'illusion adoucit les désillusions. Intéressée depuis toujours par les arts graphiques et plastiques, la photographie berce mon enfance en noir et blanc argentique et j'entre ainsi tout naturellement dans l'adolescence armée d'un Canon et d'une fleur au fusil. Le temps qui passe n'a pas de prise sur mon émerveillement, je ne dérange rien ni personne, j'aime saisir un instant pour un détail, comme une invite au pays d'où je viens. » !

Emilie Pradier

! !

Emilie, c’est un petit paquet de dynamite ! Photographe passionnée et très dynamique, elle aime l’image au point que cela devienne «viscéral» comme elle le dit elle même. Depuis son adolescence, elle a toujours baigné dans le milieu de l’art et à commencé à approcher la photographie avec un petit numérique puis est rapidement passée à du «plus lourd». Ce qui la passionne avant tout, c’est le regard des êtres humains, la sensibilité des gens... Elle se définit elle même comme une voleuse de moments où ses modèles sont le plus naturel possible.

Rochelle Haisley « Photographe autodidacte et artiste en autoportrait, je suis diplômée en marketing et design de mode. Bien que mon amour pour la photographie ait débuté il y a 4 ans, ça ne fait pas plus de deux ans que je pratique l’autoportrait. Réaliser des autoportraits me permet de libérer mes émotions et d’encourager mon âme créatrice, deux choses essentielles à mon bien être et mon bonheur. Mes autoportraits sont comme les pages d’un agenda, inspirés par la vie. Ma photographie est ma voix. Je mets mon âme dans chacun de mes autoportraits et c’est cela qui m’a fait grandir immensément en tant qu’artiste et en tant qu’être humain. Mon souhait est que mes images provoquent l’émotion et l’inspiration. »

62


Thème du prochain numéro

« déchainer sa passion »

63


Olivier Maurin Laurent Roch Armelle Stoffel Catherine Schneider Emilie Pradier

Olivier Lambolez Emmanuelle Radenac Olivier Merzoug Philippe Lejeanvre Rochelle Haisley

Toutes les images présentées dans ce magazine sont la propriété exclusive de chacun des photographes. S’il vous plaît, ne les utilisez pas sans leur consentement.

64

Le collectif du noir et blanc


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.