Page 1

Animation du 7 mars 2012

AIDE AU CHOIX Opération Chèque Ressources Numériques

Eléments de réflexion pour un choix raisonné

Photo : Flickr, kodomut, CC BY 2.0

Etat des lieux : Analyser l’existant Avant d’arrêter un choix définitif et afin d’influencer de manière critique l’intégration des ressources numériques dans l’établissement, il s’agira tout d’abord, de «définir le contexte physique, organisationnel, pédagogique et motivationnel (...) ainsi que la sélection et la mise en oeuvre des solutions technologiques: particularités des lieux, style de gestion, (...) types d’utilisation, formation déjà acquise, attitudes du personnel face à l’innovation, aux TIC, à Internet» (R. Bibeau, 1997)

Dans l’établissement un certain nombre de ressources sont déjà disponibles : - Fonds documentaire du CDI - Manuels scolaires - Ressources numériques préexistantes Afin d’élargir l’offre documentaire déjà proposée aux enseignants et aux élèves, la sélection de ressources pourra s’orienter vers une complémentarité avec cet existant. Il est également possible de viser le renforcement d’une offre déjà disponible mais que l’on souhaite développer car elle répond à un axe fort du projet d’établissement. En terme de complémentarité, il est également utile de prendre en compte les ressources déjà disponibles gratuitement sur le web et présentant un fort potentiel pédagogique.

Le choix des ressources doit nécessairement prendre en compte les contingences matérielles de chaque établissement. Dans ce cadre, une analyse de l’état du parc informatique, des capacités de bande passante du réseau et des lieux d’accès aux ressources devra être effectuée avec précision car cela aura un impact majeur quant à l’usage potentiel des ressources sélectionnées. Pour illustrer notre propos, prenons quelques exemples : - Ressources accessibles uniquement en ligne. Il faudra dans ce cas, réfléchir à l’accessibilité de ce type de ressources dans l’établissement (équipement des salles de classe en terme de vidéoprojection, d’accès Internet / accès aux salles informatiques par l’ensemble des professeurs concernés par l’usage de la ressource) - Ressources autorisant un usage en complément d’un matériel déjà existant. Ex : avec un TBI : quid de son usage? de la formation de l’équipe éducative à son usage? Ex : ressources sonores ou vidéos : présence de casques, etc. - Ressources limitées à une installation sur X postes. Comment choisir les postes de consultation? Est-ce pertinent pour l’établissement? - Ressources avec accès à des contenus en streaming : la bande passante de l’établissement est-elle suffisante? Combien de consultations simultanées peuvent être envisagées? - Ressources à destination des élèves, en accès libre. Quelles possibilités de consultation?

Prendre en compte les contraintes matérielles

Il s’agira également de s’interroger sur la possible intégration de ces ressources dans un ENT (existant ou à venir).

Viser la complémentarité

1

Karen Chabriac - Synthèse : Equipe TICE et Documentation du CRDP de l’académie de Toulouse


Animation du 7 mars 2012

La ressource comme objet d’apprentissage pour l’élève ou objet médiatisé par l'enseignant nécessite une interrogation sur les usages des TICE dans l’établissement.

Prendre en compte l’usage des TICE par l’équipe éducative La prise en compte des usages des TICE dans l’établissement sera un élément majeur quant au choix des ressources. Notamment lorsque la ressource est à destination directe des enseignants, alors positionnés en tant que médiateurs. Bibeau identifie différents profils d’enseignants usagers des technologies de l’information. Parmi ceux-ci il distingue les «pionniers et les mordus», les sceptiques («insecures» et «sceptiques» ), les «réfractaires». Dans un contexte de choix de ressources numériques, il sera essentiel de dégager un profil général de l’usage des TICE dans l’établissement et repérer les personnels se situant dans ces différentes catégories. En effet, plusieurs orientations sont possibles : permettre aux enseignants «mordus» d’accéder à des contenus supplémentaires ou permettre aux «insécures» et aux «sceptiques» d’étendre leurs pratiques. Outre les aspects liés aux technologies elle-mêmes, les modalités pédagogiques régulièrement adoptées par

les enseignants méritent également une analyse. Qu’il s’agisse de pédagogie différenciée, de travaux de groupe, de recherches d’informations ou encore de cours magistraux, toutes les ressources ne seront pas nécessairement à même de répondre à chacune de ces pratiques. Il conviendra alors de mettre en regard les ressources et le type de modalités pédagogiques privilégiées par celle-ci.

Prendre en compte les usages potentiels des élèves - Certaines ressources disponibles dans le catalogue, proposent des accès élèves. Selon les cas, les accès sont proposés uniquement au sein de l’établissement ou également en dehors. De fait, une évaluation du taux d’équipement des élèves devra être effectuée et une éventuelle mise à disposition au sein même de l’établissement, en favorisant l’accès devra être envisagée. - Pour le choix des ressources, la prise en compte des élèves à besoins spécifiques peut également être un critère de sélection.

Elaborer une réflexion collective dans l’établissement Mise en place d’un groupe de réflexion Le choix des ressources numériques implique l’ensemble de la communauté éducative compte tenu de la richesse du choix proposé par le catalogue. La mise en place d’un collectif placé sous l’autorité du chef d’établissement et chargé de hiérarchiser les priorités à donner nous semble indispensable. Notons ici une difficulté : la mise en place d’un tel groupe de réflexion risque de n’attirer que les enseignants déjà utilisateurs de ressources numériques, ce qui peut constituer un biais quant au choix, notamment si décision est prise de viser la «démocratisation» de l’usage des ressources numériques dans l’établissement. Concernant la composition de ce collectif, la présence du professeur documentaliste, du référent numérique, de l’administrateur réseau, des coordonateurs disciplinaires et d’un représentant de la vie scolaire nous paraissent être essentiels. Cette liste n’est cependant pas limitative. La question de /des instances qui permettront d’effectuer les choix reste posée : collectif réuni pour l’occasion? conseil pédagogique? conseils d’enseignements? Objectifs poursuivis Dans un premier temps, le collectif créé procédera à une analyse de l’existant tel qu’évoqué ci-dessus et tentera de hiérarchiser les besoins en fonction de différents éléments tels que : le projet d’établissement, les priorités académiques, les spécificités propres à l’établissement, les ressources et le matériel déjà présents dans l’établissement. Il s’agira de choisir les contenus pédagogiques et les publics “prioritaires” dans l'établissement, de repérer des besoins ou attentes spécifiques. Dans un second temps, il conviendra de rapprocher ces éléments des ressources disponibles dans le catalogue afin de procéder à des tests Enfin, les ressources pressenties peuvent être présentées aux membres de la communauté éducative susceptibles de les utiliser (élèves, professeurs, équipe administrative) avant de procéder à la validation des choix effectués et à la commande.

2

Présentation : Karen Chabriac - Synthèse : Equipe TICE et Documentation du CRDP de l’académie de Toulouse


Animation du 7 mars 2012

Analyse des ressources Dégager des critères de sélection Le contenu des ressources

Photo : Flickr, kodomut, CC BY 2.0

Il convient dans un premier temps, de préciser que l’un des premiers critères d’analyse des ressources concerne les aspects pédagogiques et didactiques des contenus proposés. A ce titre, l’adéquation avec les programmes scolaires, la clarté des liens entre les contenus d’une ressource et les programmes, l’apport d’une ressource en lien avec un axe f o r t d u p ro j e t d ’ é t a b l i s s e m e n t constituera l’un des critères prépondérants. Plusieurs cas de figure sont envisageables et mènent à des interrogations telles que : - Si la ressource est simplement un objet documentaire, est-elle accompagnée de documents pouvant permettre à l’enseignant de l’intégrer dans un scénario pédagogique ? Si non, cette ressource a-t-elle un contenu ou une forme remarquable incitant l’enseignant à produire une intention pédagogique ? - S’il s’agit d’une ressource pour l’enseignant et l’élève, le logiciel propose-t-il deux interfaces (enseignant / élève). Les exercices sont-ils personnalisables par l’enseignant ? Y a-t-il un parcours de progression personnalisable par l’enseignant ? Comment l’enseignant récupère-t-il les résultats ? - S’il s’agit d’une ressource susceptible d’être utilisée directement par les élèves, quelles sont les possibilités d’appropriation? L’apprentissage autonome est-il mis en valeur? Par quels outils? Dans tous les cas, une expertise devra être effectuée afin de déterminer la qualité des contenus proposés en lien avec l’intention pédagogique de la ressource.

La prise en main Qu’il s’agisse des aspects liés à l’ergonomie, à la navigation et/ou à la recherche de contenus, la ressource devra permettre à chacun d’accéder facilement aux contenus. Ainsi, un intérêt particulier pourra se porter sur cette facilité de prise en main par l’ensemble des enseignants utilisateurs potentiels et/ou des élèves. Une ressource ne sera utilisée

3

pleinement que si ses utilisateurs potentiels peuvent se l’approprier sans trop d’efforts.

Les aspects techniques Pour que le choix opéré soit judicieux, il est indispensable d’analyser de manière très précise les conditions techniques de mise en oeuvre et/ou d’installation des ressources numériques pressenties. Dans ce cadre, il faudra envisager toutes les possibilités et contraintes : -Intégration dans l’ENT -Installation sur le serveur de l’établissement -Installation «poste à poste» -Prise en compte de la charge maximale de connexions simultanées. -Adaptation à la configuration des postes de l’établissement (système d’exploitation, navigateur) - Eventuellement adaptation aux configurations des utilisateurs hors de l’établissement. De manière générale une ouverture maximale sera privilégiée (multiOS, tous types de navigateurs...). L’objectif est ici de faire en sorte que la technique soit le moins possible un frein à l’usage, Parmi les aspects techniques, intégrons également l’analyse des aspects liés à l’administration des ressources : distribution des identifiants, mises à jour?

Labellisation et usages La marque "Reconnu d'intérêt pédagogique par le ministère chargé de l'éducation nationale", dite marque RIP, est destinée à guider les enseignants dans le monde du multimédia pédagogique. Cette dernière permet d'identifier les logiciels et les créations multimédias qui, après expertise par des enseignants et spécialistes du domaine et par décision de la commission multimédia, répondent aux besoins et aux attentes du système éducatif. Certaines ressources du catalogue font mention de cette labellisation qui peut alors l’un des critères de choix. Par ailleurs, les témoignages d’usages et/ou d’intégration des ressources, les retours d’expériences disponibles sur le web peuvent permettre d’accéder à de précieuses informations quant aux potentialités pédagogiques de certains produits.

Présentation : Karen Chabriac - Synthèse : Equipe TICE et Documentation du CRDP de l’académie de Toulouse


Animation du 7 mars 2012

Typologies des ressources numériques Eléments de réflexion D’après R. Bibeau (2005), une ressource numérique pédagogique se définit de la manière suivante : «ensemble des services en ligne, des logiciels de gestion, d'édition et de communication (portails, logiciels outils, plates-formes de formation, moteurs de recherche, applications éducatives, portfolios) ainsi qu'aux données (statistiques, géographiques, sociologiques, démographiques, etc.), aux informations (articles de journaux, émissions de télévision, séquences audio, etc.) et aux oeuvres numérisées (documents de références générales, oeuvres littéraires, artistiques ou éducatives, etc.) utiles à l'enseignant ou à l'apprenant dans le cadre d'une activité d'enseignement ou d'apprentissage utilisant les TIC, activité ou projet pouvant être présenté dans le cadre d'un scénario pédagogique» Cette définition, centrée sur le contenu des ressources permet de souligner la grande variété du «numérique pédagogique» disponible dans le paysage éducatif actuel. Cette diversité s’applique bien évidemment aux ressources disponibles dans le catalogue.

Les ressources numériques et leurs contenus Les ressources numériques disponibles dans le catalogue peuvent se regrouper en différentes grandes catégories : - Les banques de données et d’oeuvres protégées : textes (dont presse), images, vidéos, sons. - Les outils logiciels. - Les documents généraux de référence : dictionnaires, encyclopédies, atlas, anthologies, musées virtuels... - Les applications scolaires et éducatives destinées à un apprentissage en classe ou hors de l’établissement : exerciseurs, applications liées au soutien scolaire. Nous inclurons dans cette catégorie les manuels scolaires numériques, les ressources liés au soutien scolaire... etc. Notons que cette typologie proche de celle proposée dans le catalogue peut être déclinée selon d’autres critères : l’accessibilité, le modèle économique et le public visé entre autres.

Les ressources numériques et leur mode d’accès Dans cette partie nous distinguerons, l’accès «hors ligne» sur support physique et l’accès «en ligne»,

4

Photo : Flickr, kodomut, CC BY 2.0

Chacun de ces modes d’accès entraîne un questionnement spécifique. Pour ce qui concerne l’accès hors ligne, il présente l’intérêt de s’affranchir d’une connexion Internet qui peut parfois être aléatoire. De même la notion d’expiration n’est pas présente puisque la ressource est «possédée» en propre, les usages sont donc potentiellement pérennes (dans la mesure où les contenus en eux-mêmes ne sont pas obsolètes). Néanmoins, avant l’acquisition de ce type de ressource, il sera nécessaire d’analyser leurs modalités d’installation et/ou consultation sur les postes informatiques de l’établissement. De même, il sera nécessaire de s’interroger sur les éventuelles mises à jour proposées par l’éditeur. Enfin, il faudra envisager les possibilités d’accès hors de l’établissement pour les enseignants et /ou les élèves : globalement rares pour ce type de ressources. Pour ce qui concerne les ressources accessibles en ligne, elles offrent de fait la possibilité de consultation, depuis tout poste connecté à Internet dans l’établissement et parfois hors de l’établissement. Il faudra vérifier les conditions d’accès (identification par mot de passe et identifiants personnels, identification sur IP Fixe...) De même il faudra évaluer la fréquence des mises à jour, souvent à un rythme plus élevé que pour les ressources «hors ligne» et repérer l’ouverture de l’accès : élèves, enseignants, parents. La qualité du débit Internet est capitale pour un usage convenable d’une ressource numérique en ligne. Il conviendra de s’interroger sur les possibilités de téléchargement éventuelles en cas de coupure Internet. En outre, une réflexion sur l’intégration de la ressource dans l’ENT (présent ou à venir) devra être menée. Enfin, la pérennité des usages est à anticiper dans la mesure ou le modèle économique sous-jacent est souvent l’abonnement.

Présentation : Karen Chabriac - Synthèse : Equipe TICE et Documentation du CRDP de l’académie de Toulouse


Animation du 7 mars 2012

Les ressources numériques et leurs modèles économiques Il s’agit ici moins d’un critère de sélection d’une ressource que d’une anticipation des usages potentiels et des contraintes y afférentes. - Licences : certaines ressources sont accessibles par l’intermédiaire de l’acquisition de licences, dont les prix varient en fonction du nombre d’usagers concernés ou du nombre d’installations possibles. Ces licences sont de plusieurs types : établissement (en fonction du nombre d’élèves ex ), en fonction du nombres de postes sur lesquels est installé l’application, en fonction du nombre d’utilisateurs... - Abonnements : dans ce cas de figure, c’est la durée qui sera un élément déterminant Ex : 1 an, 2 ans, 3 ans... De la même manière que pour les licences, le nombre d’utilisateurs potentiels peut engendrer des coûts différents. - A l’acte : dans ce cas, c’est le nombre de consultation et/ou de téléchargement qui engendrera le tarif. C’est dans ce cas de figure qu’il faudra étudier au plus prêt les usages potentiels. A noter : cas des manuels scolaires «prescripteur» : si mention oui : nécessité de disposer de la version papier pour utiliser la version en ligne.

Les ressources selon le public visé Une autre catégorisation possible en tant qu'élément de choix est le public visé par la ressource : - Certaines visent uniquement les enseignants dans le cadre de la préparation de leur cours. - Les enseignants en classe : les ressources viennent alors illustrer les propos, introduire des notions et sont médiées par l’enseignant. - Les enseignants et les élèves. Les ressources peuvent être utilisées aussi bien par les enseignants en classe que par les élèves en autonomie. Dans ce cas, les ressources peuvent proposer la même entrée ou des entrées distinctes,

Les ressources généralistes / pluri disciplinaires / transversales Certaines ressources disponibles dans le catalogue sont centrées sur une discipline (typiquement les manuels numériques). Ex : Dans ce cas de figure, il faudra être vigilant quant aux choix effectués afin d’éviter les conflits internes et viser une offre élargie à différentes disciplines. De la même manière, certaines ressources ne concernent que certains champs disciplinaires. Un certain nombre de ressources concernent enfin l’ensemble de la communauté éducative ou encore concerne des domaines transversaux (accompagnement éducatif, orientation, EDD....) Dans ce cas, l’offre de ressources numériques viendra en appui des ressources déjà disponibles notamment dans le fonds documentaire du CDI.

5

Photo : Flickr, kodomut, CC BY 2.0

Présentation : Karen Chabriac - Synthèse : Equipe TICE et Documentation du CRDP de l’académie de Toulouse


Animation du 7 mars 2012

Et après? Promouvoir et évaluer l’usage

Photo : Flickr, kodomut, CC BY 2.0

Informer et accompagner L’acquisition d’une ressource ne se suffit pas à elle-même et la seule information est rarement suffisante pour que cette dernière soit réellement mise à profit et intégrée aux enseignements. Naturellement, une fois la ressource disponible la première étape passe tout de même par l’information de l’équipe éducative : lieux, modes d’accès, distribution des identifiants et mots de passe si nécessaire. Néanmoins, si cette étape peut être suffisante pour les enseignants «mordus» ou «pionniers», elle ne l’est pas pour tous. De fait, une formation, à l’usage des ressources retenues et des exemples d’intégrations possibles de cette dernière en classe apparaît essentielle pour la majorité des enseignants.

Evaluer l’usage Après quelques mois, il convient de procéder à une première évaluation de l’usage des ressources acquises. Dès lors, un accompagnement plus précis ou une réorientation des choix peut éventuellement être envisagée en cas de sousutilisation. Pour ce faire, certains éditeurs tiennent à disposition des statistiques de «consommation» (dans le cas des ressources sur abonnement notamment). Mais dans la plupart des cas, il s’agira d’interroger l’équipe afin d’avoir un retour sur les usages et de comprendre les freins éventuels à l’usage (méconnaissance de l’existence de la ressource dans l’établissement, dysfonctionnements d’ordre technique, manque de formation, manque d’intérêt pour les ressources disponibles...etc).

Pour plus d’informations : Karen Chabriac tice31@crdp-toulouse.fr 05 61 99 48 79

6

Présentation : Karen Chabriac - Synthèse : Equipe TICE et Documentation du CRDP de l’académie de Toulouse

Aide au choix : ressources numériques  

Elements de réflexion lié au choix de ressources ressources numériques dans le cadre de l'opération "chèque ressources numériques" du plan D...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you