Page 1

a u t o m n e h i v e r AUTUMN W INTER RETHIN K IN G L U X UR Y

Breguet, créateur.

www.breguet.com/inventions

B O U T I Q U E S B R E G U E T – 4 0 , R U E D U R H Ô N E G E N È V E + 4 1 2 2 3 17 4 9 2 0 – B A H N H O F S T R A S S E 1 G S TA A D + 4 1 3 3 7 4 4 3 0 8 8 B A H N H O F S T R A S S E 3 1 Z Ü R I C H + 4 1 4 4 2 1 5 1 1 8 8 – W W W . B R E G U E T. C O M

N°11

Le spiral donne le rythme et régule la marche du temps. Il est la clé de la précision d’une montre. Doté d’innombrables innovations brevetées, notamment le tourbillon et le balancier en titane, le modèle Tradition 7047PT avec tourbillon à fusée allie aujourd’hui les avantages de la courbe terminale du spiral Breguet créé en 1795 aux exceptionnelles propriétés du sili cium, insensible aux champs magnétiques. L’histoire continue ...

M A G A Z I N E

Invention du spiral Breguet, 1795

N°11 M A G A Z I N E automne hiver AUTUMN W INTER


cartier.com

MESURE ET DÉMESURE

TONDA 1950

Or rose Mouvement automatique extra-plat Bracelet Alligator Hermès Made in Switzerland www.parmigiani.ch

Genève - 35, rue du Rhône - 022 818 54 54

Aix-en-Provence

Bijouterie Pfister

MArseille

frojo

|

sAint-troPez

|

cAnnes

Monte cArlo frojo

|

Arije - ferret ferret

strAsbourG

|

|

Genève

PAris

Arije

Air WAtch center - Benoit de Gorski - GüBelin |

VAler & Genton

sAint-JeAn-cAP-FerrAt |

vAl d’isère

frojo

Arije


éDITOrial - EDITOrial

Voyage dans un autre temps Travel to another time

Oubliez l’hiver, le froid, les jours trop courts… Arrêtez le temps, vous avez trouvé refuge dans une île oubliée, loin d’un quotidien trop planifié. À Genève comme à Paris ou Ramatuelle, La Réserve vous offre une cachette idéale pour vivre dans un autre temps, le vôtre. Le temps du bonheur des fêtes, un moment magique pour retrouver un regard d’enfant émerveillé avec ceux que vous aimez. Le temps de prendre soin de soi et de lâcher prise avec l’ordinaire pour mieux se retrouver dans le cadre extraordinaire du Spa… et stopper le temps qui passe. Le temps des petits bonheurs intenses, près de la cheminée ou dans le parc enneigé. Le temps de savourer les délices sélectionnés par notre sommelier et nos chefs. Le temps de prendre le temps, enfin. De vivre la vie en esthète, tranquillement, à son rythme en refusant de céder à la frénésie contemporaine qui oublie l’essentiel. De traverser la vie avec élégance, en appréciant chaque instant dans toute sa plénitude. Vite, rien n’est plus urgent ! Et aucun lieu au monde n’est plus approprié que La Réserve pour donner au temps sa vraie dimension, celle du plaisir et de la simplicité. Le temps est un luxe que chacun a la liberté de s’offrir. À faire sans attendre…

Forget about winter, the cold, and too-short days. Stop the time. Now you have found refuge on a forgotten island, far from your over-planned day. In Geneva, Ramatuelle and in Paris, La Réserve offers you an ideal hiding place to live in another time... your time. A time filled with holiday cheer, a magical moment to relive the wondrous sparkle of youth with those you love. Time to take care of yourself and shed the ordinary to get back in touch with yourself in the extraordinary surroundings of the Spa... and stop the passing of time. A time of intense contentment by the fireside or in the snow-covered park. Time to savour delicacies selected by our wine steward and our chefs. Time to finally take time. To appreciate the beauty of life tranquilly at your own speed, refusing to submit to the frenetic side of everyday life that hides the essential. To experience life with elegance, appreciating every instant to its fullest. Hurry! Nothing could be more urgent! There is no place in the world more appropriate than La Réserve to give time its true dimension, that of pleasure and simplicity. Time is a luxury that everyone has the freedom to enjoy. A treat that must not wait...

Raouf Finan

Managing Director


Sommaire CONTENTS

1 ≈

Éditorial Editorial

MIROIR MIRROR 6-15 ≈ S  erge Lutens

Rencontre intime Close encounter

 Camille Miceli

16-21 ≈

Hippie Chic Hourra ! Hippie Chic Hooray!

BIEN-ÊTRE WELLNESS

22-27 ≈ La Réserve Spa Genève Un Club exclusif An exclusive Club

LES SECRETS DU SOMMELIER SECRETS of the wine steward

Précieux conseils Precious advice

30-37 ≈

40-47 ≈ Style & Fashion Pinel & Pinel Créateur de malles à malices

Creating trunks of treasures

STYLE & DESIGN 48-51 ≈

Volutes et voluptés Wisps of voluptuousness


JULES AUDEMARS DUAL TIME GENEVA: BOUTIQUE AUDEMARS PIGUET, PLACE DE LA FUSTERIE 12 - MONTRES PRESTIGE, GRAND HÔTEL KEMPINSKI, QUAI DU MONT-BLANC 19 www.audemarspiguet.com


Sommaire CONTENTS

TENDANCES TRENDS

52-53 ≈ Christian

54-57 ≈ Trendy

58-65 ≈

Louboutin

Pâtisserie Trendy sweet little cakes

PORTFOLIO

Jean-Paul Goude

Oh my Goude !

66-68 ≈

Agenda culturel Cultural diary

70-73 ≈

Beaux livres Books

74-77 ≈

CULTURE

ARTS

Sophie Calle

MUSIQUE MUSIC 78-79 ≈ Les maestros de l’hiver 2011-2012 Winter Maestros La Réserve live by Dj Estèphe

IMPRESSUM

80 ≈


Rencontre intime avec

Serge lutens - rencontre intime

SERGE LUTENS

par / by Gaillac-Morgue

Dans un de ses plus beaux textes, Charles Baudelaire questionnait le lecteur : « Un musicien a écrit L’Invitation à la Valse ; quel est celui qui composera L’Invitation au Voyage, qu’on puisse offrir à la femme aimée, à la sœur d’élection ? ». Serge Lutens est ce virtuose des fragrances dont chaque parfum est une invitation au voyage vers des mondes oniriques dont on souhaiterait ne jamais revenir. Le maître parfumeur nous reçoit dans le décor Directoire de ses Salons du Palais Royal. Nous voici instantanément sous le charme de cet homme vêtu de noir, au regard pénétrant et à l’humour piquant. Sa voix est douce et envoûtante comme celle d’un conteur oriental.

66

miroir


RENCONTRE INTIME - Serge lutens

Vos talents sont multiples, tour à tour photographe, cinéaste, architecte de la mode, créateur de parfums… Comment vous définiriez-vous ? Toutes les ramifications de mon parcours ne forment qu’une seule et même histoire enracinée dans mon plaisir à créer. Une personne ne se définit pas par un métier, mais par ce qu’elle est. D’ailleurs, sur les fiches d’aéroport, je ne sais jamais quelle profession indiquer. Pendant très longtemps, j’inscrivais « étudiant », mais ce n’est plus très raisonnable… Alors je trace un trait, comme le peintre Fontana quand il incise sa toile d’un trait de rasoir !

de verres de la tête aux pieds les personnages aux corps totalement givrés ! Puis, je me suis tourné vers d’autres mondes, avec cette envie permanente d’aller voir de l’autre côté des miroirs. Un désir qui naît d’un traumatisme de l’enfance … Ah, vous savez cela, la noyade par amour ! C’est vrai. Un après-midi d’été dans les Pyrénées, alors que nous nous promenions le long d’un ruisseau, ma mère m’a

À vingt ans, jeune provincial ébloui par les lumières de la capitale, vous quittiez la grisaille de votre Nord natal pour proposer vos talents auprès des plus grands. Dior vous confie sa ligne de maquillage, le magazine Vogue réclame votre griffe en vous offrant de collaborer avec les photographes qui ont marqué les « seventies », Guy Bourdin, Richard Avedon, David Bailey, Helmut Newton, Irving Penn… Toute une époque ! J’ai eu des échanges passionnants avec ces créateurs de génie qui ont bousculé la photographie, le monde de la mode et de la publicité. Vogue était un mythe en l’honneur de la beauté de la femme, lorsqu’en 1962, à tout juste 20 ans, je suis rentré dans l’univers de ce magazine comme dans un Carmel. Vogue représentait pour moi l’élégance des années 50 élevée au rang de culte. Dans ce magazine, des femmes admirables comme Edmonde Charles-Roux imposaient pleinement leur point de vue, puis ces décideuses de talent ont été évincées par des hommes d’affaires. Très vite, après l’arrivée de Bourdin et sa période de photos en noir et blanc très classes, la créativité s’est perdue dans une forme d’érotisation bon marché. C’était une période « graphique » où la femme déguisée en bonne se retrouvait à quatre pattes sous la table, le tablier relevé, alors que le patron rentrait dans la pièce ! J’ai participé à cette stylisation des images, comme dans ce numéro de Noël « Spécial Sagan » où j’ai recouvert de perles

être est-ce ce bien Être que je recherche inlassablement depuis. Il y a du démiurge chez un créateur de parfum à vouloir oser sublimer des senteurs naturelles pour les rendre irrésistibles. Personnellement, en matière de parfums, j’ai toujours voulu mener à bien mes rêves les plus improbables. Ne jamais entendre ces professionnels qui vous disent « Cela, on ne peut pas faire ». Quand j’ai créé mes premiers parfums, en 1990, la parfumerie commençait à sombrer dans une déliquescence totale. Des bureaux de marketing se mettent à fabriquer une sorte de bouillie d’odeurs avec plus de 500 ingrédients. À présent, le parfum est devenu un produit socioculturel : en le portant, on deviendrait l’image fantasmée de l’homme ou de la femme qui nous est proposée. Voyez ces publicités d’un ridicule achevé, ces femmes actives bardées de dossiers, cheveux au vent, s’envolant en hélicoptère… Ma recherche personnelle est de trouver une identité. Aussi, chacun de mes parfums possède une identité unique et forte. Comment définiriez-vous cette relation intime, quasi incestueuse, que l’on entretient avec un parfum ?

demandé de l’attendre un moment. Toute sa vie, elle m’a dit de l’attendre, je n’ai fait que ça ! Pour tromper ces longues attentes, j’avais pris l’habitude de m’évader dans d’autres mondes. C’était merveilleux… C’était aussi ma chance. Ce jour-là, penché au-dessus de l’eau claire, je m’abandonnais dans la contemplation de la beauté du reflet de mon image caressée de longues algues qui ondoyaient magnifiquement. Ébloui par cette attraction vertigineuse, je me laisse entraîner, je tombe. Dans une sensation d’allégresse, je coule, les yeux grands ouverts… Je fus sauvé in extremis de ma danse macabre avec les algues. Une fois réanimé, je me souviens avoir simplement dit « C’était beau ». Peut-

Nous sommes tous, à des degrés divers, dans la contemplation narcissique de notre propre image. Mais là, je parlerais à nouveau de la traversée du miroir. Je ne suis pas de ces couturiers qui se servent des femmes pour en faire un reflet d’euxmêmes. Moi, je passe de l’autre côté, je suis né de l’autre côté. Le féminin est mon double. Dans mes créations, de façon très naturelle, je me dédouble. Je ne suis pas avec les femmes, je suis La Femme. Un parfum, c’est une proposition de caresse, un effleurement. C’est très sensuel d’offrir un parfum. Oui, c’est tellement lié à la peau ! Peutêtre la sensualité ne peut-elle être qu’en flacon ! Elle n’est bien que là, là où je la contrôle. Sinon, elle serait dangereuse, trop volatile…

9

miroir


Serge lutens - rencontre intime

Vous avez toujours donné des noms insolites à vos parfums : Jeux de peau, Nuit de cellophane, Tubéreuse criminelle, Vitriol d’œillet… Le tout nouveau, De Profundis, devrait séduire autant les Gothiques que les amateurs de Baudelaire, un de vos poètes de prédilection. L’auteur de « éloge du maquillage » avait nommé un de ses poèmes, « De profundis clamavi ». Comment nommer autrement ce parfum mauve de chrysanthèmes au goût de noisette ! Noisette, comme le beurre. Mais De Profondis, c’était pour moi l’image du deuil, j’aime cette image. C’est le noir aussi. Encore un souvenir d’enfance… La robe noire de maman. L’élégance suprême de la simplicité. Oui mais là, à ma naissance, c’est la guerre, et les femmes divorcées s’habillent en noir. J’avais une photo, que j’ai déchirée, où je suis dans les bras de ma mère, elle porte une robe noire, très élégante, aux épaulettes et broderies de jais parisien. C’est SA belle robe. Plus tard, un jour, elle sort devant moi cette robe de l’armoire à glace de la chambre à coucher. C’est l’éblouissement, le choc ! Je vois cette femme, pour finir fatiguée, blessée par sa vie, tenir cette robe sur un cintre comme si elle me montrait une image d’elle que j’avais reconnue sans la connaître. Mon inconscient avait mis le noir en moi. Depuis, j’ai toujours aimé les gens vêtus de noir. J’ai découvert le noir comme d’autres découvrent l’or. Très jeune, à l’âge où l’on se cherche, où l’on se sent sans forme, sans place dans la société, la découverte du noir m’a construit, m’a établi en moimême et donné forme. L’effet monacal du noir a créé une frontière avec les autres et a permis à l’orgueil qui existe très fort en moi de se concentrer. Je ne parle pas de vanité. L’orgueil, c’est oser lever la tête et pouvoir dire tout haut ce que l’on pense. Vous dites qu’un parfum se fait avec des mots.

10

miroir

Absolument ! Le parfum est une syntaxe. Il y a, vis-à-vis d’un parfum, la même fascination que l’on éprouve à la construction d’une phrase en littérature.

Vous passez une grande partie de l’année à Marrakech, où vous vivez un peu en ermite, seul, à l’écart de tout, dans le silence de votre immense bibliothèque. Oui je vis seul avec mes livres, donc en bonne compagnie ! Depuis la cour de récréation, j’ai toujours éprouvé ce besoin d’être à l’écart, contre le mur. Là, je pouvais observer à légère distance. Vous avez toujours souhaité échapper à toute définition. Je déteste l’idée de m’enfermer dans ce qu’on nommerait « un style ». Le « style Lutens », ah non, ce serait tellement prétentieux ! « À bas les styles ! Est-ce que Dieu a un style ? », disait Picasso. Génial ! Être un style de son vivant, c’est se figer dans sa grimace. Mais les gens cherchent le succès, la reconnaissance éternelle. Moi, j’ai toujours vécu sans appréhension de la mort. L’idée même de mourir ne me déplaît pas, disons le franchement ! Alors, qu’est-ce qui peut me faire du tort ? Être ruiné du jour au lendemain, tout perdre ? Je prendrais un sac, j’y mettrais deux livres, et je partirais, tranquille. On vous imagine récitant « Sensation » d’Arthur Rimbaud : « Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers, Picoté par les blés, fouler l’herbe menue… Je laisserai le vent fouler ma tête nue…. » Rimbaud, Baudelaire, Genet… Ces poètes, qui accélèrent leur vie vers la fin, et qui pourtant vivent pleinement, m’intéressent. J’aurais adoré converser avec eux de ces sujets. Vous paraissez pourtant plus raisonnable que ces poètes qui se risquaient dans des paradis artificiels. Je ne me suis jamais drogué parce que je déteste la dépendance. Je n’ai pas le désir de fuir dans ces paradis qui sont des palliatifs. J’aime ce qui me provoque… comme la littérature ou les images littéraires.


close encounter - Serge lutens

Vous avez lu tous les livres. On sait aussi combien la troublante Asie ou la brûlante Afrique ont pu marquer vos créations. Aujourd’hui, quel nouvel Eden pourrait encore vous attirer ? Ma plus grande curiosité à présent, c’est moi. J’ai rendez-vous avec l’exigence et l’identité. Tout doit être dit, tout doit être fait. Chaque chose que j’entreprends doit m’engager à un pas plus important. En fait, le temps qui passe n’est pas un ennemi mais un partenaire. L’idée de mourir me fait vivre. De toute façon, chaque seconde de notre vie est une petite mort. J’en suis très heureux car cela me donne une force énorme. À mon âge, je ne peux plus me permettre de me projeter dans le temps, et dire : « Je verrai plus tard, ça n’a pas d’importance ». Ce mot n’a plus cours chez moi. Tout a de l’importance, une importance terrifiante. Mais le plus important n’est-il pas encore de se surprendre soimême ?

Close encounter with

SERGE LUTENS In one of his most beautiful texts, Charles Baudelaire asks the reader: “A musician has written the “Invitation to the Waltz”; where is the one who will write the “Invitation to the Journey,” that one may offer it to his beloved, to the sister of his election?” Serge Lutens is that fragrance virtuoso whose every perfume is an inviinvitation to travel to dreamlike worlds where we could like to stay forever. The master perfume maker welcomed us in the Directory decor of his Palais Royal Salons. Here, we instantly succumbed to the charm of Lutens, all dressed in black, with his sharp eye and biting humour. His voice is as soft and enchanting as an oriental storyteller. You have many talents, as a photographer, filmmaker, fashion designer, perfume creator... How do you define yourself? All the ramifications of my path shape but a single story based on the pleasure I get from creating. A person is not defined by a profession, but rather by who he or she is. At the airport, I actually never quite know what to write on those forms. For many years I used to write “student”, but that no longer seems completely reasoreasonable. Now I draw a line, like the painter Fontana when he sliced his painting with a razor! At the age of 20, a young provincial boy blinded by the lights of the capital, you left the gray skies of your native northern home to offer your talents to the greatests. Dior had you handle his line of cosmetics, Vogue magazine sought your signature by offering to have you work with the photographers who marked the seventies, such as Guy Bourdin, Richard Avedon, David Bailey, Helmut Newton, Irving Penn… An entire era!

I have had impassioned exchanges with these creative geniuses who changed photography, the world of fashion and advertising. Vogue was a myth in honour of women’s beauty when I joined the uniuniverse of the magazine in 1962, when I was just 20 years old. It was like entering a convent. For me, Vogue represented the elegance of the 1950’s raised to a cult level. Admirable women such as Edmonde Charles-Roux fully imposed their points of view in this magazine, but then these talented decision-makers were ousted by businessmen. Quite soon after the arrival of Bourdin, and his period of very classy black and white photos, creativity was lost in a form of cheap eroticism. It was a “graphical” period in which women dressed as maids were seen down on all fours under the table, apron raised as the boss enteentered the room! I participated in this image stylisation, such as for a special Sagan Christmas issue in which I adorned frosted-covered characters from head to toe in glass beads. I then began to look towards other areas, driven by an neverending desire to take a look behind the mirrors.

11

mirror


Serge lutens - close encounter

A desire that arose from a childhood trauma... Oh yes, you know about that, drowning from love! It’s true. As our family was walwalking along a creek one summer afternoon in the Pyrénées mountains, my mother asked me to wait for her a moment. All her life, she told me to wait. That’s all I ever did! To get through these long waits, I used to escape into other worlds. It was marvellous. It was also lucky for me. That day, leaning over the clear water, I drifted off into deep contemplation of the beauty of my reflected image, caressed by long stems of algae waving magnimagni ficently beneath the surface. Blinded by this dizzying attraction, I let myself go and actually fell in. Feeling a sensation of lightness, I began to sink, eyes wide open... I was saved at the last moment from my macabre dance with the algae. When I awoke, I remember having simsimply said: “It was beautiful”. Maybe that’s why I have constantly kept searching after being ever since. There is something demiurgeous about a perfume creator daring to sublimate natural fragrances to make them irresisirresistible. When it comes to perfume, I have perpersonally always wanted to fulfil my most improbable dreams. Never listening to those professionals who say: “That can’t be done.” When I created my first perfumes in 1990, the perfume indusindustry was beginning to descend into total decay. Marketing companies had started to produce a sort of odoriferous mush with over 500 ingredients. Now perfume has become a socio-cultural product. By wearing it, we become the fantasised image of the man or woman offered to us. Look at those completely ridiculous advertisements, of businesswomen loaloaded with files, hair in the wind, taking off in helicopters... My personal quest is to find an identity. Each of my perfumes also possesses a unique and strong identity.

12

mirror

How would you define this intimate, nearly incestuous relationship that people have with perfume? To different degrees, we are all engaged in narcissistic contemplation of our own image. But once again, I would be talking about the other side of the mirror. I’m not one of those designers who create a reflection of themselves by serving women. I go to the other side. I was born on the other side. The feminine is my double. I quite naturally duplicate myself in my creations. I’m not with women, I am The Woman. A perfume is an offer to caress, a gentle brush. Giving a perfume is a sensual act. Yes, it’s so closely linked with skin! Perhaps sensuality can only be contained in a vial! That’s the only place it is, where I can control it. Otherwise it would be dangerous, too volatile. You have always given unique names to your perfumes: Jeux de peau (Skin games), Nuit de cellophane (Cellophane night), Tubéreuse criminelle (Criminal tuberose), Vitriol d’œillet (œillet vitriol)… The latest, De Profundis, should appeal as much to Gothics as to fans of Baudelaire, one of your favourite poets. The author of “In praise of cosmetics” named one of his poems “De profundis clamavi” (From the depths I cried).

The supreme elegance of simplicity. Yes, but the war was on when I was born and divorced women dressed in black. I had a photo that I have since discarded in which I was in my mother’s arms and she was wearing a very elegant black dress, with jet-black epaulets and embroidery. It was HER nice dress. Later one day, she took out this dress in front of me from the mirrored wardrobe in the bedroom. The shock was blinding! I saw this woman, ultimately tired and wounded by life, holding this dress on a hanger as if she were showing me an image of herself that I knew without knowing. My subconscious had put the black in me. Since then, I have always liked people dressed in black. I discovered black like other people discover gold. At a young age, when people are still searching for themselves, when we feel shapeless and without our place in society, the discovery of black constructed me, established me within myself and gave me shape. The monastic effect of black created a barrier from others and enabled the pride that was already strong in me to focus. I don’t mean vanity. Pride is daring to raise your head and be able to say what you think out loud. You say that perfume is made with words.

How else could you name this perfume, purple with chrysanthemums and a taste of hazelnut! Hazelnut, like the butter. But for me, “De Profundis” is the image of mourning, an image that I like. It’s also dark. Another childhood memory: my mother’s black dress.

Absolutely, perfume is syntax. Perfume embodies the same fascination that we feel when constructing a phrase in literature.


A RACInG MACHIne on THe WRIST*

RM 022 “AeRodyne”

*LA PERFORMANCE MÉCANIQUE POUSSÉE À L’EXTRÊME

deUXIeMe FUSeAU HoRAIRe Mouvement tourbillon à remontage manuel Platine en titane & aluminure de titane orthorhombique alvéolée avec âme en nanofibres de carbone Réserve de marche : environ 70 heures Indicateur de couple Deuxième fuseau horaire Indicateur de réserve de marche Sélecteur de fonction Balancier à inertie variable Barillet à rotation rapide (un tour en 6 heures au lieu de 7.5 heures) Denture du barillet et du pignon de grande moyenne à profil de développante Cliquet de barillet à recul progressif Mécanisme de mise à l’heure situé côté fond et modulaire Courbe du spirale optimisée Système amélioré de mise à l’heure (arrière du mouvement) Couvercle de barillet fermé par des vis excentriques Pont de centre en arcap rigidifié Vis Spline en titane grade 5 pour les ponts et le boîtier

BoUTIQUe RICHARd MILLe Grand Hotel KempinsKi Quai du mont-Blanc 19 1201 Geneva +41 (0) 22 732 20 22

www.richardmille.com


Serge lutens - close encounter

You spend a large part of the year in Marrakech, where you live a bit like a hermit, alone and far from everything in the silence of your immense library. Yes. I live alone with my books, which means I’m in good company! Ever since the schoolyard, I have always felt a need to be isolated, against the wall, where I could observe from a short distance. You have always sought to avoid being defined. I hate the idea of being locked into what is called a style. The “Lutens style” would be overly pretentious! Picasso said: “Down with styles! Does God have a style?”. Fabulous! Being a style in your lifetime is to freeze your expression. But people seek success and eternal recognition. I have always lived without fear of death. To be honest, even the idea of dying is not displeasing. So who can do me any harm? To be ruined from one day to the next, to lose everything? I would put two books into a bag and head away peacefully. One can picture you reciting “Sensation” by Arthur Rimbaud: “Through the blue summer days, I shall travel all the ways, Pricked by the ears of the maize, trampling the dew... I’ll let the evening breeze drench my head anew.” Rimbaud, Baudelaire, Genet... I’m interested by these poets who accelerated their lives towards the end, yet lived fully. I would have loved to talk about these topics with them. Nonetheless, you seem more reasonable than these poets who dared enter an artificial paradise. I have never taken drugs because I hate the dependence. I have never had any desire to flee to these palliative escapes. I like things that provoke me, such as a literature and literary images.

14

mirror

You have read so many books. We also know how much you have been influenced by troubled Asia and burning Africa. Today, what new Eden could still attract you? My greatest curiosity at this time is myself. I have a meeting with demands and identity. Everything must be said, everything must be done. Everything I undertake must commit me to go one step further. Passing time is not actually an enemy, but rather my partner. The idea of dying makes me live. In any case, every second of our life is a little death. And I’m happy about it because it gives me enormous strength. At my age, I can no longer project myself into the future and say: “It’s not important, I’ll think about it later.”. This expression doesn’t work for me. Everything is important, terribly important. But isn’t being able to surprise yourself still the most important thing of all?


camille miceli - hippie chic hourra !

Camille Miceli HIPPIE CHIC HOURRA ! par / by Gaillac-Morgue

De sa maman rémoise, rédactrice et réalisatrice de mode, Camille a l’élégance pétillante d’une coupe de champagne. Son charme irrésistible de « latine lover » lui vient d’un père romain, photographe et éditeur d’art. Petit à petit, mais à vitesse grand V, Camille Miceli se fait un nid douillet au royaume de la mode. Après un apprentissage à 17 ans auprès d’Azzedine Alaïa, puis de Karl Lagerfeld chez Chanel, elle rencontre Marc Jacobs, qui lui confie le poste de directrice de la communication chez Louis Vuitton. En 2008, propulsée directrice artistique des accessoires siglés LV, elle provoque la surprise en créant la ligne Blason avec le rappeur Pharrell Williams. Voici à présent « Speedy » Miceli, nommée au sein de l’illustre Maison Christian Dior, directrice de la création des lignes de Bijoux Fantaisie et conseillère artistique sur certaines lignes de maroquinerie. Figure incontournable de la jet set, la belle Camille règne aussi sur la web sphere mode, où ses créations surprennent par leur originalité décalée. Récemment, les « geeks » ont cliqué en masse pour plébisciter son film d’animation, réalisé en 3D avec son frère Patrizio, pour la nouvelle campagne de publicité des joyaux de la Maison Dior. Dans un flipper des « Eighties », étonnement décoré en chaise médaillon, des perles rares butent sur des « bumpers » en diamants sur fond d’un remix de Mozart ! C’est là tout le style de Camille Miceli : donner un souffle nouveau, un « new look » audacieux, tout en respectant les codes légendaires de la Maison, insufflés par Monsieur Dior. Rencontre.

photo : © voir.ca

16

miroir


genève -

13 rue du rhône

Tél. : 022 311 70 71 | www.boucheron.com


camille miceli - hippie chic hourra !

en plus de responsabilités chez Vuitton, où j’ai créé ma première ligne de bijoux. Vous vous définissez comme une néohippie, vous avez toujours revendiqué une indépendance d’esprit. Cette Bohême attitude est-elle compatible avec « l’esprit Dior » ? Oui, car j’ai un profond respect pour la Maison qui m’emploie. Pour moi, la star, c’est la Maison. Ma création aujourd’hui pour Dior n’a rien à voir avec celle que je faisais pour Vuitton, ni avec ce que je ferai dans le futur, pour une autre Maison, ou pour moimême… Qui lo sa ? Christian Dior revendiquait l’indépendance de la vision : « Avoir du goût, c’est avoir le sien », disait-il. Tout à fait d’accord. Le respect des traditions est pour moi une valeur fondamentale, mais je revendique aussi ma singularité. Je déteste les idées reçues, les diktats. J’aime bien prendre des objets du quotidien pour les détourner, les enrichir de l’élégance d’un couturier. Par exemple, inventer un flipper ultra-chic pour montrer, d’une manière ludique, l’immense savoir-faire d’une Maison. Dior, c’est une histoire, une silhouette. Je me suis plongée dans les archives pour tout savoir de cette illustre marque.

Trois grands princes de la Haute Couture ont accompagné vos premiers pas. Que vous ont-ils transmis d’essentiel ? J’ai connu Azzedine Alaïa quand j’étais gamine. Il me fascinait par sa vitalité, son côté blagueur, ce conteur me racontait des histoires étonnantes. Plus tard, en faisant un stage dans son atelier, j’ai découvert un homme d’une rigueur implacable, à l’image de ses créations aux lignes d’une pureté sublime. Comme je préparais et réceptionnais les shoppings, il exigeait qu’il y ait dix centimètres entre chaque cintre pour que l’on puisse apprécier immédiatement les lignes du vêtement et qu’il ne se froisse pas. Aujourd’hui, j’ai cette même intransigeance. Karl Lagerfeld, j’ai bénéficié de sa connaissance parfaite des arcanes de la mode et

18

miroir

du luxe. Karl est l’inventeur du marketing. Je me souviens d’un article de presse dans lequel une rédactrice déclarait que le sac Chanel n’était plus à la mode. Karl a immédiatement réagi. En pleine période de collection, il a dessiné un sac sur lequel il a inscrit « Chanel forever»  et le jour du show, il a offert ces sacs Chanel marqués inédits, en jersey de couleurs différentes, à une cinquantaine de rédactrices et personnalités de la mode. Ce nouveau sac Chanel a connu un succès fou ! Marc Jacobs, lui, m’a donné des ailes. Un jour, il m’a dit, « Ma chérie, Galliano a sa consultante, Karl a Amanda Harlech. Eh bien toi, tu seras ma muse ! ». Sur le moment, sa proposition m’a surprise. « Je n’ai pas un caractère à jouer les potiches, mais si ça t’amuse que je sois ta muse ! ». En fait, Marc m’a donné de plus


hippie chic hourra ! - camille miceli

Pour ma nouvelle collection, j’ai créé un collier en forme d’arabesques en m’inspirant d’une broderie de l’une des premières robes de Monsieur Dior. En quoi l’accessoire est-il indispensable ? Oh, il n’y a rien d’indispensable dans ce que je fais. Le superflu, le dérisoire, le frivole, c’est intéressant à travailler, on s’échappe des idées reçues. J’aime la présence des objets, leur singularité, leur existence unique, et ce qu’ils représentent pour chacun de nous. Votre ligne de bijoux fantaisie séduit pourtant une clientèle qui peut s’offrir des diamants gros comme le Ritz ! Ce n’est pas l’accessoire qui séduit, c’est la femme qui le porte. Sa façon de se l’approprier, sa touche personnelle, l’allure et l’humour avec lesquels elle bouge, elle vit avec. Avec un accessoire, il faut étonner et surprendre, il doit être remarqué.

Votre passion pour l’art contemporain vous a incitée à collaborer avec certains artistes. Oui, nous venons de créer un sac Lady Dior avec le peintre Anselm Reyle. Vous savez, l’intérêt pour les artistes fait partie de l’ADN de la Maison. Avant d’ouvrir sa maison de couture, Christian Dior tenait une galerie d’art où il exposait Picasso, Matisse, Dali. Quels sont les créateurs que vous appréciez particulièrement? J’adore l’esprit de synthèse et l’aspect essentiel du travail du designer Martin Zekely, ses créations ne sont jamais démonstratives. Je suis emballée par les structures expérimentales du sculpteur argentin Tomas Saraceno dont une pièce extraordinaire a été présentée à la Biennale de Venise. À la Fiac, j’ai eu un coup de foudre pour les œuvres de Fabrice Hyber.

La mode est un monde d’excès. Les gens aujourd’hui ont besoin de décompresser. Notre génération a connu, dès l’adolescence, une immense liberté. Toutes les tentations nous sont offertes, et à la fois, on n’a jamais pu être insouciants. Le sida a dramatisé nos premiers flirts. En fait, on est obligé d’être très sérieux, c’est horrible ! C’est pour cela que j’aime autant travailler dans le futile, et vivre une vie pleine. Que souhaitez-vous apporter à l’image de la femme Dior ? De l’humour !

19

miroir


camille miceli - Hippie Chic Hooray!

HIPPIE CHIC HOORAY! From her Reims-born mother, writer and fashion designer, Camille inherited the bubbly elegance of a glass of champagne. Her irresistible Latin lover charm comes from her Roman father, a photographer and art editor. Step-bystep, but not the slightest bit slowly, Camille Miceli carved out a cosy nest for herself in the fashion kingdom. After 17 years experience alongside Azzedine Alaïa, then with Karl Lagerfeld at Chanel, Camille met Marc Jacobs, who offered her the job of Director of communications for Louis Vuitton. In 2008, she was catapulted into the position of artistic director for LV-signed accessories, where she surprised the world by creating the Blason line with rapper Pharrel Williams. Now, having joined the illustrious House of Christian Dior, "Speedy" Miceli is creative director for costume jewellery lines and artistic advisor for certain lines of leather goods. A mainstay of the jet set crowd, the beautiful Camille also reigns over the fashion WebSphere, where her creations never cease to amaze with their offbeat originality. Geeks recently clicked massively in favour of her animated film, produced in 3-D with her brother Patrizio, for a new advertising campaign for Dior jewellery. In a 1980’s pinball machine surprisingly decorated as the classic Dior chair, rare pearls bang the diamond bumpers to the soundtrack of remixed Mozart! That’s the magic of the Camille Miceli style, breathing new life and sporting a daring new look while respecting the legendary codes instilled into the House by Mister Dior himself. Encounter.

Camille Miceli Three great princes of high fashion helped you with your first steps. What essential qualities did they share with you? I met Azzedine Alaïa when I was a young girl. He fascinated me with his vitality and his playful side. As a narrator, he told me amazing stories. Later when I was in training at his workshop, I discovered a man of relentless rigour, reflecting the sublimely pure lines of his creations. One task was to receive and prepare the shopping, and he required a space of ten centimetres

20

mirror

Jacob is the one who gave me my wings. One day, he told me: "Sweetheart, Galliano has his consultant, Karl has Amanda Harlech, and you, you will be my muse." I was surprised by his proposal at the time, and told him: «Playing figurehead is not part of my personality, but if you like the idea of me being your muse!». Marc actually gave me more and more responsibilities at Vuitton, where I created my first line of jewellery. You define yourself as a neo-hippie, and have always claimed your own free will. Is this "Bohemian attitude" compatible with the "Dior spirit"? Yes, because I have deep respect for the House that employs me. For me, the House is the star. My creation for Dior today has nothing to do with my creation for Vuitton nor with anything that I will do in the future for a different house or for myself... Qui lo sa? between each hanger so that the lines of every piece of clothing could be appreciated without getting wrinkled. I still have this same intransigence today. With Karl Lagerfeld, I benefitted from his absolute knowledge of the mysteries of fashion and luxury. Karl is the inventor of marketing. I remember an article in the press in which the author declared that the Chanel bag was no longer fashionable. Karl reacted immediately. He designed a “Chanel Forever” handbag right in the middle of the collection period. The day of the show, he offered these original Chanel bags made of different colour jersey to some fifty journalists and fashion personalities. This new Chanel bag was amazingly successful! Marc

Dior would claim the independence of the vision: "Having taste means having your own taste." I totally agree. Respecting traditions is a fundamental value for me, but I also claim my own individuality. I hate accepted ideas and diktats. I prefer to take everyday objects and revisit them, enrich them with the elegance of a fashion designer. One example is inventing an ultra-chic pinball machine to show the immense knowhow of the house of Dior in a fun manner. Dior is a history, a profile. I dug deep into the archives to find out everything I could about this illustrious brand. For my new collection, I created a necklace in the shape


Hippie Chic Hooray! - camille miceli

of arabesques, basing my inspiration on the embroidery on one of Mr. Dior’s first dresses. How are accessories indispensable? There is nothing indispensable in what I do. It is interesting to work with the superfluous, derision, and frivolousness. It’s an escape from accepted ideas. I like the presence of objects, their individuality, their unique existence, and what they represent for each of us. Your line of costume jewellery nonetheless seduces clients who can buy diamonds as big as the Ritz! It’s not the accessory that seduces, but the woman wearing it. Her way of making it her own, her personal touch, the gait and humour with which she moves. She lives with it. You have to astonish and surprise with accessories. They must be noticed.

Your passion for contemporary art has led you to collaborate with artists. Yes, we have just created a Lady Dior handbag with the painter Anselm Reyle. The house’s very DNA is built on its interest for artists. Before opening his design house, Christian Dior had an art gallery where he exposed Picasso, Matisse, and Dali. Who are the creators that you particularly appreciate?

in which all temptations were made available. At the same time, we were never worry-free, with AIDS adding drama to our first encounters. In fact, we are obliged to be very serious. It’s terrible! That’s why I enjoy working with futile aspects so much, and living a full life. What would you like to bring to the image of the Dior woman? Humour!

I love the synthetic spirit and essential aspects of work by the designer Martin Zekely. His creations are never demonstrative. I am enthralled by the experimental structures by Argentinean sculptor Tomas Saraceno. An extraordinary piece of his was presented at the Venice Biennale. I fell in love with the works of Fabrice Hyber at the Fiac. Fashion is a world of excesses. People today need to decompress. Our generation grew up with immense freedom

21

mirror


bien-être - un club exclusif

La Réserve Spa Genève Devenir Membre a ses privilèges par / by Anne Marie Clerc

22

bien-être


un club exclusif - bien-être

Certains privilèges sont plus convoités que d’autres… Appartenir au Club très exclusif des Membres du sublime Spa de La Réserve, par exemple. Dans l’environnement ultra-raffiné de l’hôtel La Réserve Genève, le Spa partage avec ses Membres, une vision unique de la qualité de vie à long terme, à travers l’approche Better Aging. Bien plus qu’un simple Club…

Better Aging, ou comment La forme au menu Nager dans le bonheur, vivre mieux, en pleine Au-delà de tout objectif de perte de poids, notre sculpter son corps, forme et notre santé dépendent, pour une très affûter ses muscles… forme et plus longtemps Quelle plus belle promesse peut-on espérer aujourd’hui ? Dans un monde de compétition et de jeunesse presqu’éternelle, chacun aspire à améaméliorer sa qualité de vie, avec des résultats visibles, le plus vite possible bien sûr, mais aussi pour très longtemps. Optimiser sa forme physique, retarder les signes du vieillissement, garder ou retrouver la ligne… Au-delà des soins réguliers et des cures ponctuelles proposées par le Spa, devenir Membre marque une volonté de changer sa vie en profonprofondeur et à long terme par la prévention. S’accorder du temps rien qu’à soi aussi souvent que possible, mais aussi bénéficier du suivi et des conseils d’une équipe médicale, sportive et esthétique travaillant en totale synergie.

Des spécialistes dédiés aux expertises complémentaires Voilà pourquoi le Spa de La Réserve Genève ne resressemble à aucun autre. Il ne s’agit pas ici seulement de faire du sport ou de profiter de la magnifique pispiscine. Mais plutôt de donner du sens à sa démarche pour en faire une approche préventive globale, cencentrée sur le bien-être. Chaque Membre commence par rencontrer les différents spécialistes médicaux du Spa : le Médecin, spécialisé en acupuncture, homéopathie et génétique, l’Ostéopathe-Physiol’Ostéopathe-Physio thérapeute et enfin la Nutritionniste. Après un bilan individuel, l’équipe médicale établit un programme d’activités physiques personnalisé, avec des objecobjectifs précis, en concertation avec les différents spéspécialistes (thérapeutes, coachs sportifs…). De quoi travailler efficacement en toute confiance et sécusécurité. Neuf mois plus tard, un nouveau bilan est établi pour évaluer les résultats et affiner le programme si nécessaire avec l’Ostéopathe.

large part, de notre alimentation. C’est la conviction du Médecin et de la Nutritionniste qui travaillent ensemble avec la complicité du Café Lauren, le restaurant santé et bien-être du Spa, qui décline l’esprit Better Aging dans les saveurs, les couleurs et la diversité. Allergies, intolérances, régimes parparticuliers éventuels… Les préférences alimentaires de chaque Membre sont enregistrées et un menu spécifique peut être proposé au petit-déjeuner ou au déjeuner, pendant les heures d’ouverture du Café Lauren. La nutrition est ainsi étroitement associée au plan d’action global d’amélioration de la forme physique de chacun.

Prendre son avenir en main Grâce aux conseils de l’équipe médicale et sporsportive, les Membres du Spa apprennent les bases du « vivre mieux » et ont toutes les cartes en main pour changer leur mode de vie, chez eux comme au Spa, par l’alimentation, le sport, les soins et la relaxation. Chacun ses objectifs - amincissement, détox, beauté, détente ou régénération - chacun ses moyens de les atteindre.

Le Spa, une bulle de sérénité hors du temps Quand la spirale accélérée du quotidien donne le vertige, il est vital de marquer une pause. À La Réserve Spa Genève, les Membres ont accès à un espace calme et rassurant, à l’écart de l’agitation, pour se retrouver et se ressourcer. Dans cette bulle d’extrême douceur, une atmosphère intime reste le luxe ultime. De la salle de fitness à la piscine, du hammam aux vestiaires, le Spa est un lieu protégé et exclusif, loin de la foule et du bruit, réservé à 400 Membres seulement. Pas d’attente, pas de promiscuité, la liberté de suivre ses envies en toute indépendance.

2’000 m2 de pure élégance. Une somptueuse piscine intérieure chauffée à 29°C toute l’année. L’accès à la piscine extérieure réservée aux RésiRésidents de l’Hôtel et aux Membres du Spa, ainsi qu’à leurs enfants en été. Une salle de fitness équipée en Technogym ®, avec clé personnelle d’enregistrement des perforperformances. 20 h de personal training avec les coachs du Spa. 20 h de leçons de tennis sur les courts tous proches. Des cours individuels ou en petit comité (10 personnes au maximum) dans toutes les discidisciplines fitness. L’accueil des enfants des Membres à la gardegarderie La Petite Réserve, avec une animation adaptée pendant les séances. Pour eux également, des conditions préférentielles sur les stages multisports organisés pendant les vacances scolaires ainsi que sur les cours de tennis à l’année. 10 invitations par an pour faire découvrir le lieu à ses proches. 10 % de remise sur les prestations du Spa, les soins, les produits de la Boutique. Les conseils du concierge, du sommelier et des chefs offerts gracieusement, des tarifs exclusifs avec Vins et Privilèges.

23

bien-être


wellness - an exclusive club

La Réserve Spa Genève Becoming a Member has its privileges Better Aging: living in great shape better and longer

Some privileges are more precious than others... One of these is being a Member of the very exclusive Club of the sublime Spa at La Réserve Genève. In the ultra-refined ambience of the hotel, the Spa shares a unique vision of long-term quality of life with its members through the Better Aging approach. Clearly much more than just a Club...

24

wellness

What is the greatest promise you can hope for today? In a world of competition and seemingly eternal youth, everyone wants to improve his or her quality of life. Of course with visible results as quickly as possible, but also for as long as possible. Optimising your physical aptitude, slowing signs of aging, holding onto or getting back your shape... Beyond the regular treatments and occasional cures offered by the Spa, becoming a Member marks a desire to profoundly change your life over the long-term through prevention. Setting aside some time just for yourself as often as possible, but also enjoying the benefit of monitoring and advice by medical, sports, and beauty teams working together for you in harmony.

Dedicated specialists with complementary expertise That is why La Réserve Spa Genève is not like any others. It’s not just about doing sports or taking advantage of a fabulous swimming-pool. But rather giving direction and meaning to its method in order to provide a truly global preventive approach focused on well-being. Every Member starts by meeting the Spa’s various medical specialists. The Doctor - specialised in acupuncture, homeopathic medicine and genetics -, the Osteopathic physiotherapist, and then the Nutritionist. After your individual examination, the medical team elaborates a personalised programme that includes precise objectives, while consulting with therapists, fitness instructors, and other specialists. This method ensures efficiency and complete safety. After nine months, Members take a new physical examination to evaluate results and adjust the programme as necessary with the Osteopath.

Great shape on the menu

Deeper than just general weight-loss objectives, our physical shape and health depend to a great extent on our eating habits. The Spa’s Doctor and Nutritionist firmly believe in this, and work together in cooperation with Café Lauren, the Spa’s healthy and well-being restaurant, which transforms the spirit of Better Aging into tasty, colourful and flavourful dishes. Allergies, food intolerances, particular diets... Every Member’s eating needs and preferences are recorded, and specific menus can be offered for breakfast or lunch during Café Lauren’s opening hours. This approach integrates nutrition tightly with a global action plan to improve each person’s physical condition.

Taking your future by the hand Following advice provided by the medical and fitness teams, Spa Members learn the basics of “living better” and thus have everything they need to change their lifestyle at home and at the Spa through proper eating, sports, massage, and relaxation. Everyone has their own objectives - weight-loss, detoxification, beauty, relaxation or regeneration -, and everyone has his ou her own goals to succeed.

The Spa, a timeless bubble of serenity When the accelerating spiral of everyday life makes you dizzy, it is essential to stop for a break. At La Réserve Spa Genève, Members have access to a calm and reassuring space in which they can recharge and find themselves, far from agitation. The intimate atmosphere in this extremely gentle bubble remains ultimate luxury. From the fitness room to the pool, from the hammam to the locker room, the Spa is a protected and exclusive place reserved for no more than 400 people, far from crowds and noise. No waiting, no promiscuity, only freedom to pursue your own desires as you wish.


an exclusive club - wellness

Immersed in pleasure, toning your body, refining your muscles 2,000 sq.m. of pure elegance. A sumptuous indoor pool heated to 29°C all year round. Access to the outdoor pool reserved to Hotel Residents and Spa Members during the summer. A fitness room equipped with Technogym®, with your own personal key to record performances. 20 hrs of personal training with La Réserve Spa Genève coaches. 20 hrs of personal tennis training on nearby courts. Individual and small-group classes (10 people max) for all fitness activities. Members’ children welcome at La Petite Réserve day care with adapted activities during your sessions. Also for children: preferential conditions for multi-sport camps organised during school vacation, as well as tennis lessons all year long. 10 invitations per year so your favourite people can discover the Spa. 10 % discount on Spa services, treatments, boutique products. Concierge, wine steward, and chef services offered at no charge, exclusive rates with Vins et Privilèges.

25

wellness


Oui, devenir Membre de La Réserve Spa Genève a ses privilèges ! Yes, becoming a Member of La Réserve Spa Genève Geneva has its privileges!


Les 10 petits bonheurs de tous les hivers 10 happy things every winter 1. Ouvrir les rideaux un matin et découvrir qu’il a neigé. 2. Déguster un chocolat chaud bien crémeux devant un feu de cheminée. 3. Marcher exprès dans une flaque d’eau prise par la glace pour la casser. 4. Se baigner dans une piscine extérieure chauffée quand il fait -10°C dehors. 5. Décorer le sapin de Noël avec ses enfants. 6. Dévaler les pistes de ski un jour de grand beau temps. 7. Un bon vin chaud après le ski… 8. Se promener dans un jardin féerique tout habillé de givre. 9. Refuser de se lever un dimanche glacial et passer la journée sous la couette. 10. Guetter les jours qui s’allongent imperceptiblement et annoncent le printemps ! 1. Opening the curtains in the morning and seeing that it snowed. 2. Sipping a thick and creamy hot chocolate by the fireplace 3. Stepping on a frozen puddle to break the ice. 4. Swimming in a heated outdoor pool when it’s -10°C outside. 5. Decorating a Christmas tree with your children. 6. Racing down the ski slopes in gorgeous weather. 7. Having tasty hot wine after skiing... 8. Strolling around a frost-covered, fairytale gargarden. 9. Refusing to get up on a cold Sunday morning and spending the day under the covers. 10. Wat Wat-ching for the days to grow imperceptibly longer and announce Springtime!

par / by Mathilde Binetruy


BOUTIQUE GENEVE 78 rue du Rhône / 3 rue Céard

Big Bang Tutti Frutti Dark Green Carat. Chronographe en or rouge 18K orné de saphirs verts baguette. Bracelet caoutchouc et alligator vert.


les secrets du sommelier - précieux conseils

les secrets DU SOMMELIER Précieux conseils à partager

Dans le dernier Numéro du magazine La Réserve, vous avez pu découvrir comment se constituer une cave idéale grâce aux recommandations précieuses et utiles de Fabrice Baudot, Sommelier-Conseil de La Réserve Genève et Responsable de Vins et Privilèges. Passons à la pratique maintenant et découvrons les gestes professionnels et les bons réflexes de l’amateur de vins. Car dans ce domaine, rien ne se fait par hasard…

30

les secrets du sommelier

par / by Anne-Marie Clerc


précieux conseils - les secrets du sommelier

Les conditions idéales de conservation du vin

Comment lire une étiquette ?

Une fois la cave bien garnie, il faut savoir comment prendre soin de ses précieux flacons et leur assurer des conditions optimales de conservation. Les plus experts possèdent certainement déjà les connaissances de base mais les débutants apprécieront sans doute quelques précieux conseils. Et pour tous, un petit rappel n’est jamais superflu…

À notre époque, une simple étiquette livre un très grand nombre d’informations. À condition de savoir les reconnaître et lire entre les lignes… Très utile pour prendre une décision chez le caviste.

- L’Appellation d’Origine indique à quelle catégorie appartient le vin : AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) suivie de la région ou de la commune de production, VDP (Vins de Pays), AOVDQS (Appellation d’Origine Vin Délimité La température de Qualité Supérieure). Facteur essentiel pour l’évolution du vin, la température doit être comprise - La mention « Mis en bouteille à la propriété », « au domaine » ou « au château » est réservée aux vins de vignerons. Un gage de sérieux mais pas idéalement entre 11 et 13°C. Une pièce trop chaude accélère le vieillisseforcément de qualité. Les mentions « Mis en bouteille dans la région de ment du vin, qui développe alors des arômes confits de vin cuit ou pire, de production » sont en revanche à éviter. confiture… Au contraire, si la pièce est trop froide, l’évolution du vin est bloquée. Il faut veiller plus que tout à maintenir une température constante et - Pour les champagnes, NM différencie les Maisons de Négoce et les grandes marques par rapport aux récoltants manipulateurs, notés RM. éviter absolument les écarts thermiques trop importants qui peuvent être très - En France, le nom des cépages n’est pas obligatoire, mais si un cépage néfastes pour le vin. apparaît sur l’étiquette, une pratique de plus en plus fréquente, cela signifie que le vin en est issu à 100 %. Usage différent aux Etats-Unis, où l’indication L’hygrométrie d’un cépage ne garantit pas l’exclusivité, mais le cépage majoritaire dans la composition. Le pourcentage d’hygrométrie - « Premier cru », « Grand cru », dans l’air devrait être compris « Cru classé », « Cru bourgeois » : entre 75 et 85 %. Le vin respire Aujourd’hui, il est temps de prendre quelques des indications de qualité, même par son bouchon et si l’air est trop libertés avec des règles souvent beaucoup trop si les classements sont revus peu sec, il se rétracte. Dans ce cas, fréquemment, à confirmer par le vin vieillit trop vite et risque contraignantes. Et si la seule règle à suivre était d’autres indications. de couler hors de la bouteille. À celle du plaisir de l’accord mets-vins ? Plaisir de -  « Grand vin de », « Grande l’inverse, en cas de taux d’humil’instant, bonheur des saveurs. cuvée », « Tête de cuvée »… dité trop élevé, les étiquettes se Des appellations fantaisistes qui détériorent. ne reposent sur rien d’objectif. L’obscurité L’ordre de dégustation Le vin n’aime pas la lumière, qui accélère également son vieillissement et lui donne un goût de rance. Les spécialistes conseillent d’équiper la cave d’un Voilà une question qui se pose à coup sûr, surtout en période de fêtes, et qui éclairage indirect d’intensité modérée. Les soupiraux doivent être occultés s’ils divise les amateurs. Traditionnellement, les vins de caractère doivent suivre les laissent trop passer la lumière. Une baladeuse peut apporter une solution très vins plus légers, les secs précéder les vins doux. À croiser évidemment avec les plats dégustés. Pour les vins pétillants, les avis divergent… Pas simple de pratique pour se repérer parmi ses trésors…. s’y retrouver ! L’air Place à la liberté Une bonne cave doit absolument bénéficier d’une aération constante pour une atmosphère parfaitement saine. Un espace trop confiné peut provoquer le Aujourd’hui, il est temps de prendre quelques libertés avec des règles soudéveloppement de moisissures sur le bouchon. Veillez aussi à supprimer les vent beaucoup trop contraignantes. Et si la seule règle à suivre était celle du plaisir de l’accord mets-vins ? Plaisir de l’instant, bonheur des saveurs. Pour odeurs parasites liées au stockage d’autres produits ou de fioul… chaque plat, choisissez donc le vin idéal sans vous soucier de l’avant et de l’après. Osez créer des ruptures, étonner vos convives et faire partager des Le calme découvertes inoubliables. Le champagne, servi en apéritif, fait partie de ces Ennemis secrets du vin, les vibrations peuvent casser les molécules délicates délicieuses « désobéissances », et qui s’en plaindrait ? de certains de ses composés chimiques et empêcher le dépôt de se fixer. La décantation devient plus difficile et le vin prend une apparence floue. Attention donc à la proximité d’une chaudière, d’un ascenseur ou même d’une route. Une isolation reste toujours possible.

31

les secrets du sommelier


SECRETS of the wine steward - precious advice

vins-et-privileges.com, ouverture au printemps ! Nous vous l’annoncions dans notre numéro d’été, vous pourrez retrouver tous les conseils et les vins coups de cœur de Fabrice Baudot sur le nouveau site www.vins-et-privileges.com, opérationnel prochainement. Vente en ligne de vins sélectionnés, conseils de dégustation, création et gestion de cave… Un vrai Club de passionnés, avec des prestations à la carte pour les Membres. Accords de fêtes Tradition oblige, les menus de fête tournent souvent autour des mêmes ingrédients-stars, seules les recettes diffèrent. Quels vins servir en accompagnement pour surprendre ses invités et permettre à ces mets nobles de révéler toutes leurs saveurs ? Voici les suggestions de Fabrice Baudot, notre sommelier-conseil : Le foie gras avec un Meursault « 1er Cru Genévrière » 2009, Domaine Ballot Millot Le homard avec un Hermitage « Blanc » 2004, Domaine JL Chave Le chapon avec un Granges des Pères 2007, « VDP de l’Hérault » Le moelleux au chocolat avec un champagne Duval-Leroy « Rosés d’assemblages » Que penser des caves d’appartement ? Elles peuvent se révéler une excellente solution, parfaitement adaptée aux différentes attentes en termes de forme, design, couleur, capacité de stockage… Dans tous les cas, favoriser la mono-température.

Recettes au vin Quel type de vin utiliser pour cuisiner ? Tout dépend de la recette : si elle porte le nom d’une Appellation Contrôlée, il vaut mieux utiliser le vin correspondant sans forcéforcément choisir le plus beau des Grands Crus. En revanche, pour des plats plus rustiques, du type Bœuf Bourguignon ou Lièvre à la Royale, des vins très tanniques font mermerveille. Et là, le prix n’est pas justifié…

32

secrets of the wine steward

secrets of the wine steward precious advice to share In the last issue of the La Réserve magazine, you discovered how to create the ideal wine cellar following advice by Fabrice Baudot, La Réserve’s Head Wine Steward Consultant and Manager of Vins et Privilèges. Now let’s talk about the practical side and learn what the professionals do and how wine lovers can protect their acquisitions. In this respect, nothing is left to chance. The ideal conditions for storing wine

Darkness

Once you have filled your cellar, you need to know how to take care of those precious bottles and make sure storage conditions are optimal. Connoisseurs generally already have some basic knowledge, but beginners will no doubt appreciate a bit of precious advice. And almost everyone could use a little reminder.

Wine does not like light, which also accelerates the aging process and gives it a rancid taste. Specialists recommend equipping the cellar with indirect light of moderate intensity. Windows must be shaded if they let in too much light. One practical solution for picking out your treasures is to use a portable lamp.

Temperature

Air

An essential factor for wine evolution over time. The ideal storage temperature must remain between 11°C and 13°C. If it’s too warm, the wine ages too quickly, resulting in the sweet aromas of cooked wine, or worse, jam... On the other hand, temperatures that are too cold actually block wine progression. Above all, it is important to maintain a constant temperature and absolutely avoid large temperature swings, which have an adverse effect on wine.

A good cellar must absolutely be aerated constantly in order to benefit from a perfectly healthy atmosphere. An overly-confined space can lead to the development of mildew on the cork. And don’t forget to eliminate parasitic odours caused by storing other products or fuel...

Humidity The humidity of the air around your bottles should be between 75 and 85%. Wine breathes through its cork and it shrinks if the air is too dry. In that case, the wine ages too quickly and may leak out of the bottle. In the opposite case, labels deteriorate if the air is too humid.

Calm Vibrations are actually wine’s enemy, as they can break apart the delicate molecules of certain chemical compounds and keep deposits from settling. This makes decanting harder and the wine may take on a cloudy appearance. Pay attention to nearby heaters, elevators and even roads. Insulation is always an option.


Today it’s time to take a few liberties with rules that are sometimes just too tight. What if the only rule was to follow that which brings pleasure in matching wine and foods? The pleasure of the moment, the joy of tastes.


How to read labels?

Tasting order

In this day and age, a simple label offers a wide range of information, assuming you know how to read between the lines... Very useful for making decisions at the wine store.

Now here’s a question that will surely be asked, especially during the holiday season. It’s also a hot topic for wine connoisseurs. Traditionally speaking, wines with character should come after lighter wines; dry wines should come before sweet wines. This, of course, must be matched to the accompanying dishes. Opinions differ for sparkling wines... there’s no single rule to follow for every situation!

- The “Appellation of Origin” indicates the category to which the wine belongs: AOC (Appellation d’Origine Contrôlée or Appellation of Controlled Origin) followed by the production region or area, VDP (Vin de Pays, or “country wine”), AOVDQS (Appellation d’Origine Vin Délimité de Qualité Supérieure, translated as Demarcated Wine of Superior Quality). - The terms “Bottled at the property”, “Bottled at the estate”, “Bottled at the Château” are generally a sign of reliability, but not necessarily of quality. It is usually best to stay away from wines labelled “Bottled in the region of production”. - For Champagne, NM differentiates wine merchants (Maisons de Négoce) and major brands from Grower Champagnes, indicated by the initials RM (Récoltant Manipulateur). - There is no requirement in France to indicate the variety, but when the name is used on the label, as it is increasingly the case, it means that the wine is 100% of that variety. The usage is different in the United States, where indicating the variety does not guarantee its exclusive use, but simply that the variety represents the majority of the composition. - “Premier cru”, “Grand cru”, “Cru classé” and “Cru bourgeois” are signs of quality, even if the classifications are subject to frequent change and worth confirming with other indications. - Attractive appellations such as “Grand vin de”, “Grande cuvée”, “Tête de cuvée”… are not based on objective measures.

Room for flexibility Today it’s time to take a few liberties with rules that are sometimes just too tight. What if the only rule was to follow that which brings pleasure in matching wine and foods? The pleasure of the moment, the joy of tastes. Choose the ideal wine for each dish without worrying about what comes before or after. Dare to be different, surprise your guests and share unforgettable discoveries. Serving Champagne during aperitif is one of those “disobedient” moments. Does anyone really mind? vins-et-privileges.com, opening in Spring! We told you about it in our summer issue. Soon you’ll find lots of advice and favourite wine choices by Fabrice Baudot on the new site www.vins-et-privileges.com. Selected wines for sale on-line, tasting suggestions, how to create and maintain a cellar... A true Club for wine lovers, with special additional services for Members. Holiday combinations It is tradition. Holiday menus often revolve around the same all-star ingredients. Only the recipes change.

What wines should be served to delight guests and let these noble dishes reveal all of their culinary splendour? Here are some suggestions from our Head Wine Steward Consultant Fabrice Baudot. The foie gras with a: Meursault “1er Cru Genévrière” 2009 Domaine Ballot Millot The lobster with a: Hermitage “Blanc” 2004 Domaine JL Chave The capon with a: “Granges des Pères” 2007 VDP de l’Hérault The molten chocolate cake with a: Champagne Duval-Leroy “Rosés d’assemblages” What about a cellar in an apartment? An apartment wine cellar can be an excellent solution, perfectly adapted to various needs in terms of form, design, colour, storage capacity, etc. For this, it is best to choose a single-temperature solution.

Wine recipes What type of wine should be used for cooking? It all depends on the recipe: if its name contains a “controlled appellation” then it is better to use the corresponding wine, without necessarily choosing the greatest “Grand cru”. On the other hand, for more rustic dishes, such as Beef Bourguignon or Wild Hare à la Royale, wines with a high level of tannin are appreciated. But there, the price isn’t justified.


Hand-wound in-line movement, 18K red gold case set with diamonds. Sapphire crystal sides and back. Hand-engraved gold CORUM baguetteshaped movement.

www.corum.ch CORUM BOUTIQUE, PLACE KLEBERG – GENEVE - 022 731 84 27


Les Vins de l’Hiver 2011-2012 2011-2012 Winter Wines Champagne Clos des Bouveries 2005, « Maison Duval-Leroy » Tokaj Aszú 5 Puttonyos 2001, « Domaine Impérial Hetszölö » (Moelleux) Petite Arvine 2009, « Domaine G.Clavien » Savennières « Le Bel Ouvrage » 2008, « Domaine Laureau » Chassagne-Montrachet « 1er Cru les Caillerets » 2008, « Domaine J.N. Gagnard » Esprit D’Antan « VDP des Collines Rhodaniennes » 2009, « Domaine P.J. Villa » Côte-Rôtie 2006, « Domaine Pierre Gaillard » Coteaux du Languedoc « L’As » 2008, « Domaine le Mas Conscience » Château Cos D’Estournel 2002, « Domaines Reybier » La Carbasse, Rivesaltes 2000, « Domaine Sarda Mallet » (VDN)


G E N E VA LUXEMBOURG LONDON PA R I S MONACO

BEIJING

W W W.G L O B A L J E T C O N C E P T.C O M – T E L : + 41 2 2 9 3 9 3 0 2 0

graphic studiofunk

MOSCOW


OUR PASSION IS TO EXCEED YOUR EXPECTATIONS

LEARJET 45 XR / GULFSTREAM G200 / FALCON 2000 / DX & LX / EMBRAER LEGACY 600 FALCON 900 DX & EX EASY / GULFSTREAM G450 / GLOBAL 5000 / FALCON 7X GLOBAL EXPRESS & XRS / AIRBUS A318 ELITE / BBJ


pinel & pinel - créateur de malles à malice

FRED PINEL CRÉATEUR DE MALLES A MALICES CREATING TRUNKS OF TREASURES par / by Gaillac-Morgue

Un émerveillement enfantin illumine les yeux des visiteurs qui pénètrent dans la nouvelle boutique Pinel & Pinel située au 22 de la célèbre Rue Royale à Paris. Le lieu tient de l’antre d’un magicien et le plaisir nous est donné de pouvoir ouvrir les tiroirs secrets des malles multicolores exposées, recelant mille et une surprises. Après avoir virevolté un temps dans le monde de la publicité, Fred Pinel s’impose à présent dans l’univers de la maroquinerie de luxe. Une vocation née par le plus grand des hasards, « En farfouillant dans le grenier de mes grands-parents, je suis tombé en admiration devant une valise recouverte de la poussière du temps avec ses cornières en cuir et ses piqûres sellier. Par jeu, je l’ai démontée entièrement et je me suis mis à imaginer comment lui donner une allure contemporaine. J’avais déjà l’idée de revisiter cet objet qui me fascinait en utilisant des cuirs raffinés et colorés, en m’inspirant de couleurs gaies, celles des barbes à papa de mon enfance, ou de celles, plus flashy, d’artistes qui m’ont marqué culturellement, comme Andy Warhol ou Keith Haring ».

40

style & fashion


Creating trunks of treasures - pinel & pinel

Visitors’ eyes light-up with delight when they enter the new Pinel & Pinel boutique at number 22 of the celebrated Rue Royale in Paris. The boutique is like a magician’s lair, where you can relish the pleasure of opening secret drawers in the multicoloured trunks on display, all filled with a thousand and one surprises. After his time whirling around the advertising industry, Fred Pinel has now made his name in the world of luxury leather goods. This passion arose from the purest of luck: “Searching around my grand-parents’ attic, I was struck with admiration for an old suitcase covered with the dust of time, with leather corners and saddle stitching. I took it completely apart just for fun and then I began to imagine how I could give it a more modern look. I had already thought of revisiting trunks, which I found fascinating, using fine and coloured leathers, drawing inspiration from happy colours like the cotton candy of my youth and flashier colours used by the artists who influenced my personal culture, such as Andy Warhol and Keith Haring.”

41

style & fashion


pinel & pinel - créateur de malles à malice

Jeune créateur ancré dans la modernité de son temps, Fred Pinel n’éprouve aucune nostalgie pour l’époque des voyages au long cours sur les Transatlantiques où l’on embarquait précédé de cortèges de malles cabines siglées aux griffes de grandes maisons. « Au XIXe siècle, ces bagages avaient principalement une fonction utilitaire. Aujourd’hui, je conçois des objets de pur plaisir». À l’exemple de sa Malle Pique-Nique pour la Maison Krug, en poulain, avec 4 pliants en cuir, des flûtes de champagne, des cuillères à caviar en os, des serviettes de 90 cm et un caisson isotherme. Et aussi la Malle Home Cinéma, ou la Malle à Jeux qui en propose 42 différents, dont la première édition originale du Monopoly de 1935. Ou encore la Malle 80’s avec un juke-box et une paire d’enceintes, la Malle à Bonsaï avec arrosage intégré… Chaque pièce est fabriquée sur mesure, dans la plus pure tradition des métiers d’art.

42

style & fashion


Creating trunks of treasures - pinel & pinel

A young designer firmly set in the modernism of his time, Fred Pinel does not feel any nostalgia for the old days when people took long transatlantic trips, disembarking in a parade of cabin trunks emblazoned with the marks of the great design houses. “In the 19th century, this type of luggage had a mainly utilitarian function. Today, I’m designing objects of pure pleasure.” Objects such as his Picnic Trunk designed for Krug, in colt hide leather, with four leather stools, champagne glasses, mother of pearl caviar spoons, 90 cm towels and an ice bucket. And his Home Cinema Trunk or 42 styles of the Game Trunk, including the original 1935 first edition of the Monopoly. And there are more, like the 1980’s Trunk with its jukebox and speakers, and the Bonsai Trunk with integrated watering... every piece is custom-made in the purest tradition of the artisan profession.

43

style & fashion


« Je m’applique à perpétuer un savoir-faire à la française, à redonner à l’artisanat ses lettres de noblesse. On bénéficie depuis des siècles d’une vraie culture du luxe à travers une recherche de perfection dans la fabrication et la qualité des matières. Imaginez l’image de la France sans Dior, sans Vuitton, sans Hermès ou Baccarat, le paysage serait bien plat ! Dans cette quête de l’élégance, je travaille essentiellement le galuchat, l’alligator ou le croco, que je présente dans une gamme de 150 coloris. Nous souhaitons offrir à nos clientes un rapport sensuel avec leur sac. La finition très particulière du travail sur nos peaux leur donne un toucher soyeux et les doublures sont en chèvre velours. Nous sommes heureux de transmettre cette connaissance, ce souci de haute spécialisation de la finition et du détail à de jeunes stagiaires dans nos ateliers ».

44

style & fashion


Creating trunks of treasures - pinel & pinel

« Good Job », lui a simplement dit Michael Jordan, le plus grand joueur de basket-ball de tous les temps, en réceptionnant une malle ingénieusement conçue pour ranger sa cinquantaine de paire de baskets ! Élu « Talent d’Or 2008 » par le Centre du Luxe et de la Création, Fred Pinel s’entoure des meilleurs ouvriers de France. Le maître malletier se doit d’être à l‘écoute des désirs les plus extravagants de ses clients. « Nous encourageons cette collaboration. S’ils ne nous ouvrent pas leur cœur, comment retranscrire leur rêve ? Notre petite structure permet d’établir une relation privilégiée avec notre clientèle. Nos malles, même les plus design, sont conçues un peu comme des cabinets de curiosité du XVIIIe siècle. On entretient un rapport au secret avec une malle. Son contenu satisfait souvent une passion, un plaisir très personnel que l’on s’offre et sur lequel on aime rester discret. Fermée, la malle cache ses trésors intimes, que l’on est seul à connaître. Ou, selon l’humeur, ouverte dans notre salon, nos amis peuvent partager avec nous notre passetemps préféré. Et ils s’amusent à découvrir les nombreuses astuces grâce auxquelles tout un univers est contenu dans une boîte ».

Michael Jordan, the greatest basketball player of all time, simply said: “Good job” when he received his ingenious trunk designed to hold his fifty pairs of sneakers. Awarded the “2008 Golden Talent” trophy by the Centre for Luxury and Creation, Fred Pinel works with the best craftsmen in France. “I strive to continue the tradition of French expertise and make the artisan approach a noble effort. We have the benefit of many centuries of true luxury culture, always seeking perfection in manufacturing and material quality. Imagine the image of France without Dior, Vuitton, Hermès or Baccarat. The landscape would be very flat! In this ongoing quest for elegance, I work mainly with shagreen leather and alligator or crocodile hide, which I present in a line of 150 colours. We want to give our clients a sensual experience with their bags. The highly particular finish of our leather work gives a silky touch. Linings are made of velvety goatskin. We are proud to share this knowledge, this distinct specialisation in finishes and detail, with the young apprentices in our workshops.” The trunk-making master listens very closely to even the most extravagant desires of his clients. “We encourage this collaboration. If they don’t open their hearts, how can we interpret their dreams? Our small structure enables us to build a privileged relationship with our clients. All of our trunks, even the fanciest designs, are created similarly to 18th century cabinets of curiosity. Trunks represent a secret relationship. Their content frequently satisfies some passion or highly personal pleasure, a personal treat about which discretion is required. Closed, the trunk hides its intimate treasures. Only the owner knows what’s inside. Or maybe, the trunk is left open in the living room, where friends can share the owner’s favourite pastime. They get to have fun discovering the many details that make it possible to hide an entire universe in a box.”

45

style & fashion


pinel & pinel - créateur de malles à malice

« Avec des si, on pourrait mettre Paris en bouteilles », dit-on. Quel serait le rêve secret de Fred Pinel ? Qui, que, quoi mettre en malle ? « L’Arc de triomphe ! », dit-il en riant. « Je m’interdis toute limite. Puisque Versailles est à présent un lieu d’exposition d’art contemporain, j’imaginerais bien une gigantesque malle-labyrinthe dans les jardins du Château. Ce serait assez rigolo de créer des malles performance ! ». On ose à peine le croire quand il nous livre en exclusivité son nouveau défi, tout aussi extravagant que facétieux. « Nous sommes en train de réaliser une collection de malles de luxe qui représentera les 7 Péchés Capitaux. Pour La Gourmandise, il faudra savoir résister à la tentation car on ne pourra goûter aux bouteilles millésimées et aux succulents produits enfermés dans un frigo qu’en déclenchant un système, « Emergency only », qui livrera ces mets et breuvages savoureux, mais détruira la malle ! Je vous laisse imaginer la Malle Luxure… » Ce savoir-faire haut de gamme, allié à un grain de fantaisie, définit le style Fred Pinel. Quant à sa définition du luxe, « Ne pas courir après le temps. Prendre le temps de vivre… Prendre le temps de bien faire ». Comment mettre en boite le temps ?

46

style & fashion


Creating trunks of treasures - pinel & pinel

The French have a saying: “With ifs, you could fit Paris in a bottle.” What would Fred Pinel’s secret dream be? What and who could be put in a trunk? “The Arc de Triomphe!” he says laughingly. “I don’t set any limits for myself. Since Versailles is now a place for exhibiting contemporary art, I can easily imagine a gigantic trunk-labyrinth in the chateau gardens. It would be kind of funny to create performance trunks!” The real surprise comes when he offers exclusive insight about his new challenge, as extravagant as it is meticulous. “We are in the process of creating a collection of luxury trunks that represent the 7 Capital Vices. For Gluttony, people will have to be able to resist temptation, as they can only access the vintage bottles and delicacies enclosed in a refrigerated compartment by setting off the “Emergency only” system, which delivers the savoury delights but destroys the trunk! I’ll let you imagine the Lust Trunk...” Fred Pinel’s style is defined by this top quality expertise combined with a touch of fantasy. His definition of luxury: “Not running after time. Taking the time to enjoy life... Taking the time to do good.” Can you keep time in a trunk? Pinel & Pinel / 22, Rue Royale - 75 008 Paris / T : +33 (0)1 42 60 58 39 / www.pineletpinel.com

47

style & fashion


style & design - volutes & voluptĂŠs

Volutes &VoluptĂŠs par / by Mathilde Binetruy

48

style & design


volutes & voluptés - style & design

Pour un non-initié, entrer dans le monde du cigare, c’est découvrir une nouvelle culture. Pour l’amateur, le plaisir de fumer tient d’un cérémonial dont il faut respecter deux règles : choisir et conserver. Il en va du cigare comme du vin, tout se joue dans la cave. La qualité d’un bon cigare se mesure à deux choses : sa fabrication et la manière dont il est conservé. Au commencement, il y a les qualités d’un terroir dont le tabac exprime toutes les subtilités, la maturation des feuilles qui fermentent en barriques jusqu’à cinq années de suite pour les meilleurs cigares. Le second secret réside dans la conservation. L’important ? Le faire dormir du premier sommeil dans un lieu dédié, une cave à cigares. Contrairement aux boîtes en bois classiques, ces dernières sont équipées d’un système d’humidification qui maintient un taux d’humidité interne à environ 70 %. L’objet ne doit pas seulement être utile, il doit faire plaisir à son propriétaire. En deux décennies, le fumeur de cigares a rajeuni de dix ans. Et cet homme qui tire sur son havane, laissant dans son sillage des effluves de cuir, d’épices et de cheval, est un spécimen moderne qui aime les belles choses. Les fabricants ont bien compris le message, le conserver dans un endroit doté d’un humidificateur d’air reviendrait à gâcher une merveille. Donc, on fait design.

For newcomers, entering the world of cigars is discovering a new culture. Pour aficionados, the pleasure of smoking is derived from an entire ceremony for which two rules must be respected: selection and storage. Cigars are like wine: the cellar is critical. A fine cigar is measured by two qualities: the way it was made and the way it was stored. At the outset, growing regions all have subtle qualities that are expressed by their tobacco, with the leaf undergoing a barrel fermentation process that can last up to five years for the best cigars. The second secret lies in cigar storage. The essential? It is important to give cigars their first rest in a dedicated location: the humidor. Unlike regular wooden boxes, humidors are equipped with a humidification system that maintains the humidity level at about 70%.

This object is not simply destined to be practical, it must also appeal to its owner. The average age of cigar smokers is now ten years younger than it was two decades ago. And the image of a man drawing on his Havana, leaving puffs of leather, spice, and horse in his wake, has transformed into a modern individual who likes beautiful things. Cigar companies got the message: storing the cigar in a place equipped with an air humidifier is like wasting a beautiful thing. So they went with design.

49

style & design


Cave Design

50

style & design

Les marques font preuve de noblesse, sinon d’ingéniosité en la matière. Ainsi, à l’approche du 30e anniversaire du film culte Scarface, réalisé en 1983 par Brian de Palma, avec Al Pacino, Michelle Pfeiffer et Steven Bauer, Universal a demandé à Daniel Marshall de réaliser une cave à cigares dédiée. Cette production, en édition limitée à 1’000 exemplaires numérotés, peinte à la main et laquée blanc polie avec couche de finition brillante, est une œuvre d’art. Sur la partie supérieure du couvercle, au centre, a été élaboré sur mesure, un médaillon avec un « T » et un « M » entrelacé, pour Tony Montana, entouré d’une paire de griffons. Sur le devant de la cave, en lettres d’or est inscrit « The World is Yours ». Les charnières sont plaquées or 24 carats. À l’intérieur du couvercle, le numéro de la cave est inscrit sur un petit médaillon noir et or. Cette cave, dont l’intérieur est en cèdre d’Espagne non traité, peut accueillir 100 modules. Elle est livrée avec une édition limitée en Blu-Ray, 10 cartes d’art, un appareil photo numérique copie du film de 1983, un DVD du film original de 1932, tout cela dans un emballage de collection.

D’autres marques ont compris l’avantage de toucher les amateurs de havane. Louis Vuitton, Hermès, Maserati, Ferrari, mais aussi de nombreux cabinets de design s’essayent à l’exercice. Les très grands consommateurs peuvent faire l’acquisition d’une armoire à cigares. Si la cave peut conserver jusqu’à environ 100 cigares, l’armoire elle peut accueillir de 400 à 3’000 cigares. Un véritable écrin que n’aurait pas renié Churchill. Il existe une seule photo de l’homme sans son cigare. Elle a été prise à son insu. Ainsi, cet air de bouledogue prêt à en découdre reste le symbole du chef de guerre qui ne renonce jamais. Ce jour-là, le cigare est entré dans l’Histoire...


Wisps of voluptuousness - style & design

High fashion humidor Brands have shown their prowess, even genius, in the matter. Now approaching the 30th anniversary of the cult film Scarface, produced by Brian de Palma in 1983, with Al Pacino, Michelle Pfeiffer and Steven Bauer, Universal has commissioned a dedicated humidor from Daniel Marshall. With a limited edition of 1,000 numbered units, this products is hand-painted and lacquered with a polished, shiny white finish. A true work of art with a custom-designed medallion on the lid sporting an interlaced “T” and “M”, for Tony Montana, surrounded by a pair of gryphons. Golden letters across the front of the humidor read: “The World is Yours.” The hinges are made of 24k gold. Inside the lid, the humidor’s serial number is inscribed on a small black and gold plaque. With its interior

made of untreated Spanish cedar, this humidor can hold 100 cigars. It is delivered with collector’s case containing a limited edition digital copy of the 1983 film on Blue-Ray disk, a DVD of the original 1932 film, plus 10 art cards.

A jewellery box that Churchill would have loved. There aren’t so many pictures of him without his cigar. In fact, he pretty much never went anywhere without one. His bulldog, ready-to-fight look remains the symbol of a war-time leader who never gave up. That’s when the cigar became part of History…

Other brand names have understood the interest of reaching out to Havana lovers. Louis Vuitton, Hermès, Maserati, Ferrari, and numerous design agencies are all trying their hand on this exercise. Heavy cigar consumers may choose to acquire a cigar cabinet. Whereas a humidor can hold up to about 100 cigars, a cabinet can hold 400 to 3,000 cigars.

51

style & design


tendances - christiAn louboutin

Christian Louboutin Ses semelles rouges sont un véritable label et lui valent les faveurs des stars

Un destin à ses pieds

1992 : Lancement de la marque Christian Louboutin et ouverture de la predu monde entier. Sarah Jessica Parker, Kate Moss, Katie Holmes, Arielle Dom- mière boutique parisienne. 1994 : Ouverture d’une boutique à New-York. basle, Kristin Scott Thomas, Jennifer Lopez, les plus grandes personnalités 1995 : Premières collaborations pour des défilés Haute Couture et Prêt-à-porsont à ses pieds. En vingt ans, Christian Louboutin est devenu le Dieu vénéré ter : Jean-Paul Gaultier, Chloé, Azzaro,… 1996 : Fanny Award, Prix du Fashion de la chaussure. Lui préfère le terme de soulier. Né à Paris le 7 janvier 1962, Group International. 2002 : Création d’une sandale pour le dernier défilé Haute le créateur parisien s’est longtemps persuadé que sa passion ne pouvait se Couture d’Yves Saint Laurent. 2006 : Création de son atelier sur-mesure, le muer en profession. À l’occasion d’un stage chez Charles Jourdan à Romans, Minuit moins 7, à Paris. Lancement d’une ligne de sacs à mains. 2007 : Colil fait ses premières armes dans le métier. La rencontre avec Roger Vivier en laboration avec David Lynch pour l’exposition « Fetish », exposition de photo1988 est déterminante mais il attend 1992 pour ouvrir presque par hasard sa graphies et de souliers en pièces uniques dans la Galerie du Passage, à Paris. première boutique en nom propre, Galerie Véro-Dodat à Paris. En dessinant la 2008 : Retrospective au Fashion Institute of Technology à New York. 2 ème Fanny série des Pensées (collection automne / hiver 1993-1994), il se rend compte Award. 2009 : Ouverture d’une boutique à Genève. 2011 : Sortie de son livre que l’harmonie des couleurs ne lui convient pas. La légende veut qu’il ait Christian Louboutin, d’Eric Reinhardt (préface de John Malkovich - photograemprunté le vernis à ongles de son assistante pour colorer la semelle du phies de Philippe Garcia et David Lynch). Éditions Rizzoli-Flammarion, 352 soulier en rouge. La couleur agit comme un révélateur et devient, dès lors, sa pages, paru le 25 octobre 2011. signature. Très vite, les stars s’affichent dans les magazines ou sur tapis rouge, perchées sur une paire de Louboutin. Ce sera son meilleur vecteur de communication, une vraie alternative à la publicité. Depuis, le succès est partout au rendez-vous. En 2009, il conquiert Genève en ouvrant une boutique au 17, Rue du Rhône. 2011 voit l’avènement de son premier espace pour hommes à Paris. Et un livre à sa gloire sort cette par / by Mathilde Binetruy fin d’année. Une pointure, cet homme.

Talent aiguille

Hot on his heels

His red soles have become a universal symbol, earning him favour by stars all around the world. Everywhere, major personalities are at his feet, from Sarah Jessica Parker, Kate Moss, Katie Holmes, Arielle Dombasle to Kristin Scott Thomas and Jennifer Lopez. Over the past twenty years, Christian Louboutin has become the venerated God of pumps. He prefers the term «shoes.» Born in Paris in 1962, the Parisian creator was long convinced that his passion could never transition into profession. While working at Charles Jourdan in Romans, France, he took his first steps towards the business. The turning point came when he met Roger Vivier in 1988, but he waited until 1992 to open the first store under his own name, almost by accident, in the Galerie Véro-Dodat in Paris. While designing his Pensées series for the 1993-1994 Fall/Winter colcollection, he realised that something wasn’t quite right with the colour harmony. The legend says that he borrowed his assistant’s nail polish to colour the soles of the shoes red. The colour sparked something new and quickly became his signature. Stars soon started to appear in magazines and on red carpets perched high on a pair of Louboutin pumps. As a real alternative to advertising, this turned out to be a fantastic vector for communication. Success has been his since that time. In 2009, he conquered Geneva by opening a boutique at 17, rue du Rhône. 2011 brought his first space for men in Paris. And now a book in his honour is out this year. A man who marked fashion.

52

tendances

Destiny at his feet

1992: Launch of the Christian Louboutin brand and opening of the first bouboutique in Paris. 1994: Opening of a boutique in New York. 1995: First collabocollaborations for ready-to-wear fashion shows: Jean-Paul Gaultier, Chloé, Azzaro,… 1996: Fanny Award from the International Fashion Group. 2002: Creation of a sandal for Yves Saint-Laurent’s final show. 2006: Creation of “Minuit moins 7” cobbler in Paris Launch of handbag line. 2007: Collaboration with David Lynch for “Fetish”, an exhibition of photographs and original shoes at the Galerie du Passage in Paris. 2008: Retrospective at the New York Fashion Institute of Technology. 2nd Fanny Award. 2009: Opening of a boutique in Geneva. 2011: Publication of his book Christian Louboutin, Louboutin, by Eric Reinhardt (forward by John Malkovich - photographs by Philippe Garcia and David Lynch). Ed. RizzoliFlammarion, 352 p., released October 25.


photos : Philippe Garcia et David Lynch


Tendances- trendy pâtisserie

Trendy Pâtisserie Trendy sweet little cakes par / by Anne-Marie Clerc

Plus jamais privé de dessert ! Aujourd’hui, les pâtissiers font le buzz et occupent le devant de la scène culinaire, après des années de dictature des maîtres du salé. Délicieuse revanche à savourer les yeux fermés aux côtés des nouveaux maestros de la crème chantilly et de la ganache au chocolat…

Traversée du désert pour les desserts Les années « light » lui ont fait beaucoup de mal mais cela n’explique pas tout. La pâtisserie reste un exercice difficile, où il est impossible de faire illusion. Un art de la précision, technique et exigeant. Mais les nouvelles stars des douceurs ont su la sublimer de leur créativité pour faire de chaque dégustation un pur moment d’émotion. Encore plus appréciable à une époque où les plaisirs autorisés se comptent sur les doigts d’une main.

Permis de craquer ! La révolution a commencé il y a quelques années déjà, avec le prince du macaron, Pierre Hermé. Les files d’attente devant ses boutiques ont donné le signal du renouveau. Dans son sillage, toute une nouvelle génération de chefs pâtissiers ont osé laisser libre cours à leur talent. Classiques revisités, créations d’avant-garde, inspirations monomaniaques… Chacun veut sa part du gâteau !

Péchés si mignons à la Pâtisserie des Rêves Son territoire ? Le souvenir d’enfance, le délice d’autrefois, irrésistible comme une petite madeleine. De Paris à New-York, Philippe Conticini affiche un parcours exemplaire qui le mène à réaliser ses rêves de desserts, et les nôtres par la même occasion, dans la bien-nommée Pâtisserie des Rêves. Millefeuille, Saint-Honoré, Religieuses ou Paris-Brest, Conticini s’ingénie à revisiter les grands classiques de la pâtisserie française pour les remettre au goût du jour. Une nostalgie de (très) bon goût… Cerise sur le gâteau, ses boutiques réinventent le concept de pâtisserie lui-même : les desserts sont présentés sous cloche de verre comme des bijoux dans des écrins. Précieux, raffiné et totalement addictif !

54

tendances

Never again deprived of dessert! Pastry chefs today are in the news, taking the centre of the culinary stage after years of relentless dictatorship by the masters of savoury cooking. Delicious revenge to relish without hesitation, alongside the maestros of whipped cream and chocolate ganache...

Crossing the desert for desserts The “Fat Free” years were hard for desserts, but that doesn’t explain everything. Pastries are a difficult exercise in which cheating is simply not possible. It’s a demanding art of precision and technique. But the new stars of the sweets world have reached into the depths of their creativity to make every taste a pure moment of emotion. This is even more appreciable in a day and age where you can count allowed delights on one hand.

License to crunch! The revolution had already begun a few years ago, with the macaroon prince, Pierre Hermé. The lines outside his stores marked the sign of a new beginning. In his wake, a whole new generation of pastry chefs dared to let their talents run free. Revisited classics, avant-garde creations, obsessed inspirations ... everyone wanted a piece of the pie!

Pleasures so guilty at Pâtisserie des Rêves Its world: childhood memories, delicacies of another time, as irresistible as a dainty madeleine. From Paris to New York, Philippe Conticini has followed an exemplary path that has led him to create his dessert dreams, which are ours as well, at the well-named Pâtisserie des Rêves. From cream slice and Saint-Honoré to Religieuses and Paris-Brest, the ingenious Conticini revisits the great classics of French pastry to bring them up-to-date. Nostalgia of (extremely) excellent taste... And the icing on the cake is that his boutiques are reinventing the very concept of pastry itself: desserts are presented under a glass bell like diamonds in a jewellery box. Precious, refined, and completely addictive!


La Pâtisserie des Rêves www.lapatisseriedesreves.com

111, Rue de Longchamp Mardi au Vendredi de 10 h à 20 h 75016 Paris (salon de thé) Samedi et Dimanche de 9 h à 20 h + 33 (0)1 47 04 00 24 Tuesday to Friday - 10 am to 8 pm Saturday and Sunday 9 am to 8 pm

93, Rue du Bac 75007 Paris + 33 (0)1 42 84 00 82

Mardi au Samedi de 9 h à 20 h Dimanche de 9 h à 16 h Tuesday to Saturday 9 am to 8 pm Sunday 9 am to 4 pm


Popelini www.popelini.com 29, Rue Debelleyme 75003 Paris +33 (0)1 44 61 31 44 Mardi au Samedi de 11 h à 19 h 30 Dimanche 10 h à 15 h Tuesday to Saturday 11 am to 7:30 pm Sunday 10 am to 3 pm

Popelini, trop chou ! Vous avez aimé le macaron, vous avez adoré les cupcakes et les whoopie pies ? Voici venu le temps du bar à choux ! Impossible de résister, ils sont trop mignons. La pâte à choux, c’est l’obsession de Lauren Koumetz, qui a décidé de décliner le Chou à la Crème sur tous les tons, à tous les goûts, avec la complicité d’Alice Barday, pâtissière formée chez Ladurée. Aux côtés des irremplaçables chocolat, praliné, citron et autres vanille et café, on trouve les choux pistache-griotte, crêpe Suzette, amaretti, Baileys ou tiramisu. Sans oublier le Chouchou du jour, invité-surprise à ne pas manquer. Sans vouloir vous prendre le chou avec des détails, précisons tout de même que le Popelini serait l’inventeur de la pâte à choux au XVIe siècle. Merci l’artiste !

Popelini, cream of the puff! You like macaroons? You love cupcakes and whoopie pies? The time has now come for a cream puff bar! Too cool, no way to resist. Cream puff shells are the obsession of Lauren Koumetz, who decided to make Cream Puff derivatives of all kinds and every flavour, with the complicity of Alice Barday, former pastry chef at Ladurée. Next to the irreplaceable chocolate, praline, lemon, and other vanilla and coffee flavours, you’ll find pistachio-cherry, crêpe Suzette, amaretti, Baileys or tiramisu. Not to mention the Puff of the Day, a surprise guest you won’t want to miss. Without trying to puff you up with too many details, don’t forget that Popelini is reputed to be the inventor of the cream puff shell in the 16th century. Thank the artist!

56

tendances


trendy sweet little cakes- TRENDS

Œuvres d’art et d’audace chez Hugo & Victor Pâtisserie ou galerie d’art ? Là encore, on hésite et on succombe aux œuvres d’un duo diaboliquement tentant qui a choisi d’accorder ses créations aux saisons. Bien rangés dans des niches habillées de noir, de métal et de verre, leurs desserts créatifs sont surnommés les « Hugo » et leurs classiques sublimés les « Victor ». Mention spéciale pour les tartes vendues à la part. Faciles à manger dans la rue, elles permettent aussi de reconstituer une tarte entière en mixant les parfums. Très inspirés, Hugues Pouget et Sylvain Blanc écrivent à coup sûr une nouvelle page de la pâtisserie contemporaine. Ça tombe bien, ils adorent cacher leurs friandises dans des livres factices…

Works of art and daring at Hugo & Victor Pastry shop or art gallery? Once again, you hesitate and then succumb to the diabolically tempting duo that has chosen to follow the seasons with its creations. Neatly aligned in nests lined in black, metal, and glass, their creative desserts are called “Hugos”, and their classics ones are known as “Victors”. An honorary mention goes out to the tarts, sold separately. Easy to eat while walking, different flavour tarts can even be mixed to make a whole. Well inspired, Hugues Pouget and Sylvain Blanc are most definitely writing a new chapter in contemporary pastry. Which is actually fine, since they love to hid their treats in factitious books...

Hugo & Victor www.hugovictor.com 40, Boulevard Raspail (tea house) 75007 Paris +33 (0)1 44 39 97 73 Lundi au Mercredi de 9 h à 19 h Jeudi au Samedi de 9 h à 20 h Dimanche de 10 h à 13 h Monday to Wednesday 9 am to 7 pm Thursday to Saturday 9 am to 8 pm Sunday 10 am to 1 pm 7, Rue Gomboust 75001 Paris +33 (0)1 42 96 10 20 Mardi au Mercredi de 10 h 30 à 19 h Jeudi au Samedi de 10 h 30 à 20 h Tuesday to Wednesday 10:30 am to 7 pm Thursday to Saturday 10:30 am to 8 pm

57

trends


jean-paul goude - portfolio

Oh my Goude ! Il a enfermé l’oiseau de Paradis prénommé Vanessa dans une jolie cage dorée pour Chanel, mais lui, impossible de l’enfermer dans une case, il échappe à toutes les classifications habituelles. Illustrateur / Photographe / Directeur artistique / Réalisateur / Fabricant d’images / Marchand de rêves… Jean-Paul Goude, sa vie, son œuvre, font l’objet d’une grande rétrospective à Paris cet hiver au Musée des Arts Décoratifs. par / by Anne-Marie Clerc

59

portfolio


Arrêt sur images Jessye Norman drapée dans le drapeau tricolore pour chanter la Marseillaise en final du Défilé du Bicentenaire de la Révolution Française… Les petits lutins facétieux des publicités Kodak… Grace Jones revue et corrigée… Azzedine Alaïa en nain face à Farida en géante… Les métamorphoses de Laetitia Casta pour les Galeries Lafayette… Le lion rugissant de la publicité Perrier… La direction artistique du magazine américain Esquire… L’univers visuel de Jean-Paul Goude a définitivement marqué notre époque par son esthétique décalée, un rien provocatrice mais toujours sympathique.

Génération « slasher » avant l’heure Depuis toujours, Jean-Paul Goude semble atteint du syndrome du petit garçon lâché dans un magasin de bonbons : il veut tout goûter, tout essayer. Insatiable, il se régale, va toujours plus loin et tout le monde est sous le charme. Multi-talents, il vit plusieurs vies dans un seul monde, le sien. Cette première grande rétrospective à Paris revient sur 40 ans de création et dévoile toutes les facettes de l’univers poétique personnel d’un touche-à-tout de génie, qui a décidé de façonner les gens et les choses comme dans ses rêves.


Goude save the swing… Conçue comme une installation format XL, l’exposition nous invite à pénétrer dans l’imaginaire de l’artiste, à travers dessins, photos, films, objets… Flashback sur les rencontres (les femmes surtout), les influences (multiculturelles), les événements (souvenirs d’enfance) qui ont marqué sa vie et son œuvre, dédiée à une vision très personnelle de la beauté. Dans une société enfermée dans la cage dorée du « politically correct », l’univers Goude ouvre en grand les portes de la liberté de penser et de créer, avec humour toujours, démesure parfois. Pygmalion avant-gardiste, précurseur de tendances avant même la naissance du concept, tout Jean-Paul est dans Goudemalion. So Goude !


portfolio - jean-paul goude

Oh my Goude ! He locked a bird of Paradise named Vanessa in a gilded cage for Chanel, but there is no way to lock this man into any one box. He withstands any type of traditional classification. Illustrator, photographer, artistic director, filmmaker, creator of images, dream merchant... the life and works of Jean-Paul Goude are the subject of a grand retrospective exhibition this winter at the Musée des Arts Décoratifs in Paris.

62

portfolio

Freeze frame

First of the “Slasher” generation

Jessye Norman draped in a French flag to sing the Marseillaise at the climax of the bicentennial parade for the French Revolution... Mischievous elves in Kodak commercials... Grace Jones revisited and reconstructed... Azzedine Alaïa dwarfed by a giant Farida... The metamorphosis of Laetitia Casta for Galeries Lafayette... The roaring lion in Perrier ads... Artistic direction for the American magazine Esquire... The visual universe of JeanPaul Goude has unforgettably marked our time with its offbeat aesthetics, slightly provocative but always friendly.

Jean-Paul Goude seems to have always suffered the syndrome of a little boy running free in a candy store: he wants to taste everything and try everything. Insatiable, he enjoys himself, pushing ever further and holding everyone under his spell. Multi-talented, he lives several lives within a single world: his own. This first grand retrospective in Paris covers 40 years of creativity and reveals every aspect of the poetic and personal universe of a do-it-all genius who chose to shape people and things as they appeared in his dreams.


Goude save the swing… Designed with an XL-sized layout, the exhibition invites us inside the artist’s imagination via drawings, photos, films and objects. Flashbacks on the encounters (above all with women), influences (multi-cultural) and events (childhood memories) that marked his life and work, dedicated to a highly personal perspective of beauty. In a society locked into a gilded cage of things “politically correct”, Goude’s universe opens wide the doors to freedom to think and create... always with humour, sometimes with outrageousness. An avant-garde Pygmalion, a trend-setter before even the birth of the concept, everything about Jean-Paul is Goudemalion. So Goude!

63

portfolio


portfolio - jean-paul goude

64

portfolio

GOUDEMALION – Jean-Paul Goude, une rétrospective Du 11 novembre 2011 au 18 mars 2012 / From November 11, 2011 to March 18, 2012 Musée des Arts Décoratifs – 107, Rue de Rivoli 75001 Paris - www.lesartsdecoratifs.fr


re

l

RE

Ga

illa

c-

Mo

rg

ue

ltu pa

r/

by

cu

UL en T da U

C

Ag

VIENNE

GUSTAV KLIMT www.wien.info En 2012, huit des plus importants musées viennois consacrent des expositions exceptionnelles à Gustav Klimt, à l’occasion du 150e anniversaire de cet artiste singulier qui révolutionna la peinture. Cet événement majeur montrera à quel point l’artiste et son cercle, la « Modernité Viennoise » qui favorisèrent l’ascension de leur époque à la modernité, continuent d’influencer aujourd’hui encore notre pensée. Les célèbres tableaux de Klimt rehaussés d’orfèvreries comptent aujourd’hui parmi les plus côtés au monde. In 2012, eight major museum in Vienna are presenting exceptional exhibitions on Gustav Klimt, for the 150th bir bir-thday celebration of this unique artist who revolutionised painting. This major event shows just how much Klimt and his circle, the “Viennese modernists” who helped bring their epoch into contemporary times, still continue to influence our thinking today. Klimt’s famous paintings enhanced with gold trimmings are now considered as some of the most highly desired works in the world.


C REry TUl dia ULultura

C

LOS ANGELES CALIFORNIA DESIGN

LACMA (Los Angeles County Museum of Art), jusqu’au 3 juin, through June 3. publicinfo@lacma.org Le design a une place d’honneur au LACMA de L.A. Cette méga manifestation devrait combler les amateurs les plus exigeants, et offrir aux prosélytes une approche éclairée. Une soixantaine d’institutions culturelles de Californie du Sud se sont associées à cet événement majeur, retraçant les recherches et les démarches artistiques des principaux courants de designers en matière de création adaptées aux mutations de la vie quotidienne depuis les années 30, créant ainsi un nouveau « way of life ». Une visite incontournable pour sentir l’air du temps et découvrir les nouveaux produits qui meubleront les intérieurs en 2012. Design itself is the guest of honour at LACMA in Los Angeles. This mega-exhibition should satisfy even the most demanding fans, while offering newcomers an enlightened introduction. Some sixty cultural associations in southern California have joined forces for this major event, which retraces the steps of research and artistic approaches embodied by the main designer trends for concocting objects adapted to the mutations of everyday life since the 1930’s, thus creating a “new way of life”. This is a must-see exhibition to experience the state-of-the-art and discover the new products furnishing interiors in 2012.


re

l

RE

ltu

cu

UL en T da U Ag

C

BÂLE BASEL

LOUISE BOURGEOIS-PIERRE BONNARD Fondation Beyeler Tél : +41 (0)61 645 97 21 Louise Bourgeois, cette étrange dame récemment disparue la veille de souffler cent bougies, a été l’une des personnalités artistiques les plus originales de son temps. Saluons particulièrement la muséographie de cette exposition qui met en regard des œuvres de Louise Bourgeois et installe des dialogues avec celles de peintres qui ont été ses amis, Léger, Giacometti, Bacon… L’immense araignée, emblème de l’œuvre de l’artiste, qui trône dans le parc à l’entrée du musée, ne semble pas troubler l’exquise sérénité de ce lieu. Une importante rétrospective sera ensuite consacrée, jusqu’en mai 2012, au peintre Pierre Bonnard. « Il ne s’agit pas de peindre la vie, mais de rendre vivante la peinture », disait ce remarquable coloriste qui cherchait à exprimer toutes les perceptions sensorielles à l’aide de la couleur.

68

culture

Louise Bourgeois, an inventive woman who passed away recently just before celebrating her hundredth birthday, was one of the most original artistic personalities of her time. The outstanding museography of this exhibition puts the spotlight on the works of Louise Bourgeois and establishes a dialogue for visitors with the works of her painter friends, Léger, Giacometti, Bacon, and more. Her immense spider, perhaps the artist’s most emblematic work, dominates the garden at the entrance to the museum without disturbing the serenity of the place in the slightest. The Foundation is then presenting a major retrospective exhibition on painter Pierre Bonnard, through May 2012. “It’s not a matter of painting life, it’s a matter of giving life to painting”, said this remarkable colourist who sought to express all types of sensory perceptions through the use of colour.


Liste des références littéraires de Serge Lutens List of literary references for Serge Lutens 1. « La Recherche du Temps perdu » de Marcel Proust

1. “In search of Lost Time” by Marcel Proust

2. Toute l’œuvre de Charles Baudelaire et de Jean Genet

2. The complete works of Charles Baudelaire and Jean Genet

3. « Glas » de Jacques Derrida (Galilée, 1974)

3. “Glas” by Jacques Derrida (Galilée, 1974)

Les 10 lectures préférées du Sommelier The wine steward’s top 10 reading recommendations 1. « La Revue du Vin de France » 2. Magazine « Bourgogne Aujourd’hui » 3. « Les Gouttes de Dieu », Shu Okimoto / Tadashi Agi - Manga culte   20 tomes parus (Éditions Glenat) 4. « Les Miscellanées du Vin », Graham Harding (Éditions City) 5. « Le Guide Hachette des Vins » (Éditions Hachette) 6. « Bordeaux et ses Vins » (Éditions Féret) 7. « Les Plus Grands Vins du Monde », Bettane & Desseauve (Éditions Minerva) 8. « Les Grands Vins du Siècle », Philippe Faure-Brac (Éditions E/P/A) 9. « Le Livre de Cave », Philippe Faure-Brac (Éditions E/P/A) 10. « Le Grand Larousse du Vin » (Éditions Larousse)

1. “French Wine Review” 2. “Burgundy Today” magazine 3. “The Drops of God” Shu Okimoto / Tadashi Agi - Cult manga with 20 volumes published (Glénat Editions) 4. “A Wine Miscellany” - Graham Harding (City Editions). 5. “The Hachette Wine Guide” (Hachette Editions) 6. “Bordeaux and its Wines” (Féret Editions) 7.“The “The World’s Greatest Wines” Bettane & Desseauve (Minerva Editions) 8.“Great “Great Wines of the Century” Philippe Faure-Brac (E/P/A Editions) 9. “The Cellar Book” , Philippe Faure-Brac (E/P/A Editions) 10. “Le Grand Larousse du Vin” (Larousse Editions)


BEAUTIFUL BOOKS

BEAUX-LIVRES

culture - beaux livres

PARFUMS MYTHIQUES Marie-Bénédicte Gauthier

Ce bel ouvrage révèle les secrets des parfums de légendes, véritables élixirs sacrés aux noms évocateurs, aux fragrances mystérieuses, aux essences hypnotisantes, aux flacons dotés d’un charme magnétique que l’on saisit tels des talismans. N°5 N°5,, Arpège Arpège,, L’Air du temps, temps, Shali Shali-mar,, Ambre Sultan, mar Sultan, L’Heure bleue, Coco… Coco… Chacun a son parfum préféré, sorte de Madeleine de Proust aux évocations enchanteresses. L’auteur nous dévoile des anecdotes savoureuses. Le célèbre Jicky raconte la fixafixation érotique d’Aimé Guerlain pour une jeune anglaise entrevue, jamais oubliée. Nous voici aussi avertis sur la façon de porter tel parfum ou à qui l’offrir. Précieux conseils en ces temps d’offrandes. Éditions La Martinière

MYTHICAL PERFUMES

This beautiful work reveals the secrets of legendary perfumes, those veritable sacred elixirs embellished with enticing names, mysterious fragrances, hypnotic essences, and vials blessed with magnetic charms that we hold as talismans. N°5, Arpège, Air du Temps, Shalimar, Ambre Sultan, Heure bleue, Coco... everyone has their own favourite perfume, a Proust Madeleine stirring its own enchanting memories. The author shares many tasty anecdotes. The renowned Jicky tells of Aimé Guerlain’s erotic fixation for a young English schoolgirl seen in passing, but never forgotten. The book also describes how to wear perfume and to whom it can be offered. Excellent advice in these times of giving. La Martinière Editions


books - culture

MARILYN MONROE BERT STERN, NORMAN MAILER

Une Marilyn mise à nu par Norman Mailer lors d’une séance de prise de vue légendaire à l’hôtel Bel-Air, Los Angeles, où même les photos barrées au feutre deviennent des œuvres d’art. Norman Mailer, deux fois lauréat du Prix Pulitzer, l’une des plumes littéraires les plus vives et les plus controversées des Etats-Unis, décrit le destin de « misfit » de Miss MM, symbole absolu du glamour et de l’érotisme. La star disparaissait trois semaines après cette séance. Une édition collector limitée, numérotée et signée par Bert Stern. éditionsTaschen

Marilyn exposed by Normal Mailer during a legendary photo session at the Hotel Bel-Air, Los Angeles, and contact sheet proofs crossed out with a felt-tip pen have become works of art. Norman Mailer, two-time Pulitzer Prize winner, one of the most prolific and controversial literary voices of America, describes the destiny of Miss MM, the “misfit”, now the symbol of absolute glamour and eroticism. The star passed away just three weeks after this session. A limited collector’s edition, numbered and signed by Bert Stern. Taschen Editions


culture - beaux livres

LA HAUTE JOAILLERIE Dominique Hoffman

« Si l’amour est aveugle, un bijoux lui ouvre les yeux », disait Sacha Guitry, fin séducteur. « Diamonds are a girl’s best friend », semblait répondre Marilyn par ce refrain repris en chœur par l’ensemble de ses sœurs. Les plus célèbres actrices n’ont-elles pas contribué à faire la renommée de ce luxe à la française ? Le présent ouvrage, somptueusement illustré, nous offre un merveilleux voyage dans l’univers des ateliers des grandes maimaisons de la haute joaillerie : Boucheron, Cartier, Chaumet, Chanel, Dior, Van Cleef & Arpels… De la cire au métal, l’auteur expose en détail un savoirfaire capable de satisfaire les caprices les plus extravagants de princes légendaires ou de stars croqueuses de diamants. Plus qu’un livre, voici la plus belle vitrine du monde. éditions La Martinière

High-fashion jewellery

Well-known ladies man Sacha Guitry said: “Love is blind, but jewels restore its vision”. Marilyn seemed to answer: “Diamonds are a girl’s best friend”, repeated endlessly by sisters everywhere. Wasn’t it famous actresses who helped build the reputation of this particularly French luxury? Sumptuously illustrated, Hoffman’s book takes readers on a fabulous voyage through the behind-the-scenes world of the great jewellery houses: Boucheron, Cartier, Chaumet, Chanel, Dior, Van Cleef & Arpels… from wax to metal, the author reveals the details of expertise that satisfies the whims of the most extravagant legendary princes and diamond-consuming stars. More than just a book, this is the most beautiful window shopping in the world. La Martinière Editions


books - culture

COSTUMES DE SCENES Claude Fauque. Préface de Christian Lacroix

Le Centre National du Costume de scène de Moulins, un lieu unique au monde redessiné par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, conserve 9’000 costumes et leurs accessoires portés par des artistes d’exception, Sarah Bernhardt, la Callas, Noureev, Montserrat Caballé, Renée Fleming, IsaIsabelle Adjani … Ce superbe album présente un florilège de ces habits de lumière. Un ravissement pour les amateurs de danse, de théâtre et d’opéras ou de mode. éditions La Martinière

STAGE COSTUMES

The Moulins National Centre for Stage Costumes, a unique place in the world designed by architect Jean-Michel Wilmotte, houses some 9,000 costumes and their accessories worn by exceptional artists including Sarah Bernhardt, Maria Callas, Nureyev, Montserrat Caballé, Renée Fleming, Isabelle Adjani and more. This superb album presents an anthology of landmark outfits. A delight for fans of dance, theatre, opera and fashion. La Martinière Editions


arts - sophie calle

Sophie Calle Faites vos jeux Choose your game

par / by Christophe Riclot

74

arts

Artiste (photographe, plasticienne, réalisatrice, entre autres cases remplies), Sophie Calle s’est employée, tout au long de son œuvre, à jouer avec les hasards de la vie, dans une sorte d’auto-distanciation où elle-même devenait un élément, un « matériau » parmi les autres. Son travail mêlant photographies et notes, intimement lié à son vécu et à son affect, fissure la barrière entre l’art et la vie, brouille les rapports entre public et privé. Raison pour laquelle certains la considère comme la bellemère apocryphe de l’autofiction narrative, toute proche de l’art autobiographique d’un artiste comme Christian Boltanski.

Sophie Calle is a multi-talented artist (photographer, installation artist, film producer and much more) who has endeavoured to explore the chances of life throughout her works in a sort of self-distancing exercise in which she becomes a “thing”, a material among other materials. Her work mixes photography and notes intimately related to her life and emotion to remove the barrier between art and life and scramble the relationship between things public and private. For this reason, some people consider her as the apocryphal step-mother of narrative auto-fiction, along the lines of autobiographical works by artists such as Christian Boltanski.

Quel que soit le sens de la loupe sous laquelle on regarde son travail, le jeu - dans sa grande duplicité - a une place incontournable, oscillant entre gravité et légèreté, entre le ludique et le - si introspectif - «je». En ce sens, les œuvres réunies dans le coffret Doubles-Jeux, édité chez Actes Sud, restent emblématiques d’une approche de l’art que n’aurait pas renié Fluxus, entre happening et Art total. Petit tour non-exhaustif de ces jeux terriblement addictifs, initiés par un échange de bons procédés entre Sophie Calle et Paul Auster.

No matter how you turn the lens that you use to look at her work, the duality of the notion of “play” holds a key position, balancing between seriousness and lightness, fun and a very introspective “I”. In that sense, the works assembled in her Double Game, published by Actes Sud, remain the symbol of an artistic approach that could appeal to Fluxus, at the crossroads of happening and Total Art. Here’s a non-exhaustive overview of these terribly addictive games, initiated by an exchange of ideas between Sophie Calle and Paul Auster.


La suite vénitienne Venetian Suite De retour à Paris après plusieurs années de voyage, Sophie Calle prend l’habitude de suivre des inconnus dans la rue, choisis au hasard. Elle les photographie et prend des notes sur leurs déplacements. Cela dure des mois. Lors d’une soirée, on lui présente un homme qu’elle a suivi l’après-midi même et apprend qu’il part pour Venise le lendemain. Elle saisit le fil du fortuit et décide de le suivre dans la Cité des Doges. S’ensuit un récit sensible, construit autour de notes, pensées, doutes, photographies, perruque blonde et lunettes noires. Peu à peu, ce qui a commencé comme un performance devient un récit narratif, où le ludique laisse place à une trame beaucoup plus profonde, aux ressorts proches du roman d’espionnage, jusque dans les rebondissements. When she moved back to Paris after travelling for several years, Sophie Calle began following randomly-selected strangers in the street. She took their pictures and took notes about where they went. This went on for months. One evening, she was introduced to a man that she had followed that very same afternoon. She learned he was leaving for Venice the next day. She jumped at the chance and decided to follow him to the city of the Doges. There, wearing a blond wig and dark glasses, she created a sensitive narrative based on notes, thoughts, doubts and photographs. Little by little, the exercise that began as a performance became a narrative story in which amusement gave way to a deeper side, with twists and turns like a spy novel up to the very end.

« À 10h45, Nathalie M. me rejoint. Cela fait des années que je la connais. Elle semble toujours aussi fragile. Elle est belle. Je ne veux pas que nous parlions de “lui”, de celui qui doit me suivre. Par conjuration. Car j’ignore s’il est là. » Un instant d’une journée de Sophie Calle vue par elle-même dans La filature.

“Nathalie M. joined me at 10:45 am. I have known her for years. She still seems just as fragile. She is beautiful. I don’t want to talk about “him”, the one who is supposed to be following me. By magic. As I don’t know if he is there.” A moment in a day of Sophie Calle, as described by herself in The Shadow.

La filature The shadow Elle demande à sa mère d’engager un détective privé pour la prendre en filature. Elle sait donc qu’elle est suivie mais le privé ne le sait pas, bien sûr. Elle met alors en relation ses journées, décrites en détail par ses soins, avec le rapport du détective, impersonnel et descriptif. Confrontation abyssale de la réalité subjective et de la distanciation clinique. Ou l’art dans la vie. Cette réalité manipulée jusqu’au fantasme, « chosifiée » pour mieux la comprendre, ou l’éloigner, comme dans les œuvres Douleur exquise et Prenez soin de vous, revêt également un aspect sociologique ; le jeu étant la découverte, jouer avec les éléments de la vie met en lumière les traits d’une humanité qui se questionne, cherche et creuse. Entre 2008 et 2009, Sophie Calle « part à la rencontre de son futur, pour le prendre de vitesse », en suivant les conseils de sa voyante, qui n’accepte de répondre qu’aux questions « Où ? » et « Quand ? ». Ce qui la mènera à Berck puis Lourdes. Cela illustre surtout parfaitement l’exploration permanente du champs des possibles qu’est l’œuvre de cette artiste incomparable.

Sophie asked her mother to hire a private detective to follow her. So she knew she was being followed, but she had no idea by whom. Later, she matched up her days, described by herself in great detail, with the impersonal and descriptive report by the detective. A profound confrontation of subjective reality with clinical distantiation. Or finding art within life. Manipulated to the point of phantasm, this reality transformed into a “thing” to better understand it or drive it away also bears a sociological side, as in Exquisite Pain and Take Care of Yourself: since discovery is the game, playing with the elements of life highlights the lines of a humanity that questions itself, seeking and digging. From 2008 to 2009, Sophie Calle “headed out to seek her future and meet it head-on,” upon the advice of her clairvoyant, who only answers questions of “where” and “when.” The journey led her to Berck and Lourdes in France. Above all, the result is a perfect example of how this incomparable artist’s work continually explores every realm of possibility.


« À 11h32, la surveillée ressort de l’immeuble en compagnie d’une amie âgée d’environ vingt-sept ans, 1m67, forte corpulence, cheveux châtains longs, vêtue d’un pantalon marron clair et d’un pull noir. »

“At 11:32 am, the subject left the building accompanied by a friend, age approximately twenty-seven years old, 1m67, heavy, long brown hair, wearing brown pants and a black sweater.”

Le même instant vu par le détective privé qui la suit. La filature, 1981.

The same moment as seen by the private detective tailing her. The Shadow, 1981.

Le carnet d’adresses The Address book Lorsqu’elle trouve un carnet d’adresses dans la rue, Sophie Calle le photocopie avant de le retourner à son propriétaire. Elle souhaite le découvrir à travers le regard de ses contacts, allant même jusqu’à faire étudier son écriture par un graphologue. S’ensuivent 28 jours d’enquête, de rencontres, l’artiste découvrant peu à peu cet homme, s’attachant à certains traits de sa personnalité, sans que luimême n’en sache rien. Elle pousse la démarche jusqu’à installer ses habitudes dans son quartier à lui, à ne plus voir ses amis à elle pour ne voir que les siens et ainsi s’imprégner totalement. Un travail de recherche qui est une plongée, frôlant l’obsession, entière, intransigeante. Cela se passé en été, elle apprend qu’il est parti deux mois, elle a donc le champ libre, son imagination dérive à

l’idée de la rencontre à venir. Le journal Libération lui ayant commandé un feuilleton pour l’été, elle livre chaque jour un épisode de sa quête.

ting a near-obsessional, total, and intransigent dive. This all took place during the summer. Learning that he left town for two months, her imagination was free to run wild with the

idea of exploring the encounter. As the French daily newspaper Libération had commissioned a story from her for the summer, she delivered an episode of her quest every day.

One day Sophie Calle found an address book in the street. She photocopied it before returning it to its owner. She decided to find out about him by studying his contacts, even going so far as to have his writing analysed by a graphologist. Through 28 days of investigation and meetings, the artist gradually learned about the man, paying close attention to certain aspects of his personality, all without his knowledge. She went even further and adopted his habits in his neighbourhood and no longer saw her own friends, but only his, in order to immerse herself completely. Thorough research represen-

« J’ai reçu un mail de rupture. Je n’ai pas su répondre. C’était comme s’il ne m’était pas destiné. Il se terminait par ces mots : «Prenez soin de vous». J’ai pris cette recommandation au pied de la lettre. J’ai demandé à cent sept femmes – dont une à plumes et deux en bois – choisies pour leur métier, leur talent, d’interpréter la lettre sous un angle professionnel. L’analyser, la commenter, la jouer, la danser, la chanter. La disséquer, l’épuiser. Comprendre pour moi. Parler à ma place. Une façon de prendre le temps de rompre. À mon rythme. Prendre soin de moi. » .

“I received a break-up email. I didn’t know how to respond. It was as if we were not meant to be. He closed with these words: “Take care of yourself ”. I followed his advice to the letter. I asked one hundred and seven women – including one with feathers and two of wood – all chosen for their work and talent, to interpret the letter from a professional perspective. Analyse it, make comments, play it, dance it, sing it... Dissect it, break it down. Understand for me. Speak in my place. A way of taking the time to break up. At my own speed. Taking care of me.”.

Sophie Calle, Prenez soin de vous, 2007

Sophie Calle, Take care of yourself, 2007


musique - les maestros de l’hiver 2011-2012

de magnifiques rythmiques trip-hop. Less is more... for his eighth album, Jay-Jay Johanson returns to the bare serious elegance that brought him to success in the 90’s. A concentration of pure emotion immersed with talent in magnificent trip-hop beats.

Les maestros de l’hiver

20112012 Winter Maestros

Après le tour du monde des Divas du Rock de l’été dernier, voici un voyage musical du côté des gentlemen du rythme. Et côté classique, Liszt est toujours à l’honneur, bicentenaire oblige, avec le dernier disque du pianiste prodige chinois Lang Lang. Irrésistible… After last summer’s world tour of rock stars, here’s a musical journey over to the gentleman side of the beat. Given the bicentennial celebration, Liszt is still the guest of honour on the classical side with the latest disk by Chinese pianist prodigy Lang Lang. Irresistible...

Connan Mockasin Forever Dolphin Love (Because) Sorcier psychédélique néo-zélandais Psychedelic New Zealand wizard Une pop étrange et fascinante qui semble planer dans de mystérieuses profondeurs aquatiques pour mieux nous relaxer. Unanimement salué par les critiques, ce drôle de magicien des sons fait partie des révélations 2011. A strange and fascinating pop that seems to float through mystemysterious aquatic depths to better relax us. Unanimously hailed by the critics, this clever wizard of sound is one of the discoveries of 2011.

78

Liszt, My piano hero (Sony Classical)

Premier récital dédié à Liszt à l’occasion du bicentenaire de sa naissance par le jeune phénomène chinois qui agace (terriblement) et séduit (inévitablement) à la fois. Encore une fois, on reste sans voix devant une virtuosité aussi délirante ! The first recital by the (terribly) disturbing and (ine(inevitably) seductive Chinese phenomephenomenon, dedicated to Liszt to celebrate the bicentennial of his birth. Once again, listeners are left speechless before such amazing virtuosity.

Spellbound Crooner dandy suédois Swedish dandy crooner Less is more… Pour son huitième album, Jay-Jay Johanson renoue avec la sobriété et l’élégance dépouillée qui avaient fait son succès dans les années 90. Un concentré de pure émotion noyée avec talent dans

musique

Lang Lang

Jay-Jay Johanson (Universal Jazz)

pour les instruments, se permettant même de donner de la voix pour l’occasion. Adieu les rythmes techno-répétitifs, bienvenue dans l’âge de la mélancolie numérique. Un beau spleen d’automne comme dans un rêve. First a phenomenon as a DJ on the Berlin electro scene, Apparat takes a turn towards pop and leaves behind the machines for instruments, while taking the opportunity to share his voice. Goodbye to repetitive techno rhythms and welcome to the age of digital melancholy. A beautiful and dreamlike Autumn gloom.

Apparat The Devil’s Walk (Mute / Naive) Magicien néo-pop allemand German neo-pop magician D’abord DJ phénomène de la scène électro berlinoise, Apparat se tourne vers la pop et délaisse les machines

Joakim Nothing gold (Tigersushi/Module) Prodige électro français French electro prodigy 11 titres conçus « comme une galerie de portraits de personnages hors normes », qui montrent toute l’étendue du talent solo du producteur à la tête du très respecté label Tigersushi. Une musique simple et minimaliste, aux détails raffinés, dont la plénitude fluide évoque LCD Soundsystem. Tour à tour électrisant et planant, un disque inspiré et inspirant. 11 songs created “as a portrait gallery of exceptional people”, illustrating the extensive solo talent of the producer at the head of the highly respected Tigershushi label. With refined detail, the simple and minimalistic music embodies a fluid fullness that evokes LCD Soundsystem. Electrifying and floating in turn, an inspired and insinspiring album.


la réserve live - musiC

journey of a lifetime…

LA SÉLECTION DU DJ DE LA RéSERVE

Kojato and the Afro-Latin Cougaritas / All about jazz CD Single + Remixes Nostal- Shake & Remixes gia 77 Sleepwalker / DigiDigi- Lou Teti / Tigers On A Leash. & VINYL - BUYU Records

SELECTION BY DJ ESTÈPHE

TÉLÉCHARGER / DOWNLOAD : http://itunes.apple.com/gb/album/ sleepwalker-ep/id474841434

Vous appréciez son style, vous aimez l’atmosphère musicale de La Réserve ? Retrouvez ici les coups de cœur du DJ de La Réserve pour les emmener partout dans votre ipod… You like his style, you like the musical atmosphere at La Réserve? Here you’ll find all the favourites of the La Réserve DJ to accompany you everywhere on your MP3 player.…

pack (download) / Tru Thoughts.

ÉCOUTER ET ACHETER / listen and buy : http://kojato.bandcamp.com/ bu Mis au jour sur un featuring dans l’album best-seller du Bahama Soul Club, Kojato est le résultat d’un assemblage subtil entre l’énergie entêtante de l’afro-beat, un fond bossa et funky, ponctué de chorus groovy de piano électrique. Le tout est magnifié par le génie du mythique multi-instrumentiste Kojo, originaire de Monrovia au Libéria, ayant entre autre travaillé avec Fela Kuti et Cecil Taylor. Avec cette pléiade de musiciens hors pair, le producteur Oliver Belz signe une fois encore un coup de maître. Comme en gastronomie, le mélange des influences musicales ne connaît pas de limites! Ce nouvel album invite à un périple aux confins de tous les pays du jazz, afro, latin, soul, gypsy et world. Le voyage d’une vie… Discovered after being featured on the best selling Bahama Soul Club album, Kojato is the result of a subtle combination of the heady energy of the Afro-beat and a landslandscape of bossa and funky, punctuated by a groovy electric piano chorus. The entire mix is magnified by Kojo, the mythical multi-instrument genius from Monrovia, Liberia, who has also worked with Fela Kuti and Cecil Taylor. With this host of outstanding musicians, producer Oliver Belz once again signs off on a masterpiece. As with fine foods, the mix of musical influences knows no limit! This new album takes you on a trip to the far reaches of all jazz, afro, Latin, soul, gypsy and world music countries. The

ÉCOUTER / listen : http://soundcloud.com/tru-thoughts/sets/nostalgia-77-sleepwalker/

Effet immédiat ! Ce single distille une atmosphère jazz / blues intense, parfois vaguement inquiétante, qui prend le contrôle de nos émotions en quelques secondes. Ce morceau, issu du dernier album paru en mars 2011, met la voix de la chanteuse allemande Josa Peit sur le devant de la scène. L’occasion de redécouvrir également une version revisitée du « Golden Morning » par Mark de Clive-Lowe ainsi que les remixes inspirés de « Sleepwalker » par Lanu & Ambassadeurs de Japaleno Records. The effect is immediate! This single distils an intense jazz/blues atmosatmosphere, sometimes vaguely troubling, that takes control of our emotions within seconds. This track from the first album released in March 2011 shines the spotlight on German sinsinger Josa Peit. An occasion to also rediscover a revisited version of “Golden Morning” by Mark de CliveLowe, as well as remixes inspired by “Sleepwalker” by Lanu & AmbassaAmbassadeurs on Japaleno Records.

EP 5 titres

ÉCOUTER / listen listen: http://soundcloud.com/tigersonaleash ACHETER / BUY BUY: http://www.tigersonaleash.com/ Irrésistible… Lou Teti ou la machine à faire bouger les hanches! NewYorkais de Brooklyn, figure du milieu underground du re-edit disco, Lou Teti fait revivre les grooves trop vite oubliés avec beaucoup de talent et un rien de nonchalance qui rend sa musique encore plus addictive. Des arrangements personnels, un riff de guitare, une voix, un moog, le tout enrichi d’une implacable rythmique… Un style parfait, effortless, qui s’impose comme une évidence, simple et lumineuse. Lou Teti livre ici un track lent et puissant aux basses vertigineuses. Remixes par Tobi Tobias, Drop Out Orchestra, Deep & Disco. Un appel à la danse. Irre Irre-sistible... Lou Teti, or the machine to move your hips! This Brooklyn New Yorker, a personality in the underunderground world of disco re-issues, Lou Teti brings back too-easily-forgotten grooves with real talent and a touch of nonchalance that makes his music even more addictive. Personal arranarrangements, guitar riffs, voice, moog, all enriched with flawless rhythm... Perfect and effortless style that imposes itself with ease, simply and full of light. Here Lou Teti delivers a slow and powerful set with dizzying bass. Remixes by Tobi Tobias, Drop Out Orchestra, Deep & Disco. A call to dance.

79

music


Impressum

Édition Publisher La Réserve Genève HOTEL & SPA 301, route de Lausanne 1293 Bellevue / GE - Suisse Tél. +41 22 959 59 59 www.lareserve.ch

Responsable d’édition / Executive publisher

Photolithographie / Photolithography

La Réserve / Stéphanie Zélie

Catherine Vogt

Directeur artistique / Art director

Impression / Print

Karim Bachar

FOT Imprimeurs

Coordination / Management

Graphisme, production, pré-presse & web

Stéphanie Zélie

Design & production

Christophe Riclot

Karim Bachar Yann Gonzalez

Rédaction / Writers Mathilde Binetruy

Distribution / Distribution

Anne-Marie Clerc

La Réserve

Jean-Yves Gaillac Christophe Riclot

Publicité / Advertising Tigrane Petrossian

Traduction / Translation

Fethi Belaïd

Michael Modjeska - Commtext

www.lareserve-mag.com


cartier.com

MESURE ET DÉMESURE

TONDA 1950

Or rose Mouvement automatique extra-plat Bracelet Alligator Hermès Made in Switzerland www.parmigiani.ch

Genève - 35, rue du Rhône - 022 818 54 54

Aix-en-Provence

Bijouterie Pfister

MArseille

frojo

|

sAint-troPez

|

cAnnes

Monte cArlo frojo

|

Arije - ferret ferret

strAsbourG

|

|

Genève

PAris

Arije

Air WAtch center - Benoit de Gorski - GüBelin |

VAler & Genton

sAint-JeAn-cAP-FerrAt |

vAl d’isère

frojo

Arije


a u t o m n e h i v e r AUTUMN W INTER RETHIN K IN G L U X UR Y

Breguet, créateur.

www.breguet.com/inventions

B O U T I Q U E S B R E G U E T – 4 0 , R U E D U R H Ô N E G E N È V E + 4 1 2 2 3 17 4 9 2 0 – B A H N H O F S T R A S S E 1 G S TA A D + 4 1 3 3 7 4 4 3 0 8 8 B A H N H O F S T R A S S E 3 1 Z Ü R I C H + 4 1 4 4 2 1 5 1 1 8 8 – W W W . B R E G U E T. C O M

N°11

Le spiral donne le rythme et régule la marche du temps. Il est la clé de la précision d’une montre. Doté d’innombrables innovations brevetées, notamment le tourbillon et le balancier en titane, le modèle Tradition 7047PT avec tourbillon à fusée allie aujourd’hui les avantages de la courbe terminale du spiral Breguet créé en 1795 aux exceptionnelles propriétés du sili cium, insensible aux champs magnétiques. L’histoire continue ...

M A G A Z I N E

Invention du spiral Breguet, 1795

N°11 M A G A Z I N E automne hiver AUTUMN W INTER

La Réserve Magazine n°11  

AUTOMNE HIVER AUTUMN WINTER

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you