Page 33

L’ensemble de ces réformes d’ordre réglementaire exigent d’importantes adaptations stratégiques, commerciales et informatiques. KBC a déjà considérablement avancé dans ce domaine, en particulier en ce qui concerne les nouvelles exigences en matière de capitaux propres imposées aux banques (accord Bâle III) et aux assureurs (directive Solvabilité II). Toutefois, les incertitudes qui entourent le contenu exact de la réglementation ainsi que la date à laquelle celle-ci entrera en vigueur, compliquent la démarche.

Processus continu

Le soutien du réseau commercial – le lieu où prend naissance toute bonne gestion des risques – revêt une importance primordiale. À ce niveau, la nécessité, d’une part, de trouver un bon équilibre entre une analyse des risques exhaustive et ­efficace et d’autre part, de fournir un support pertinent et utile pour le réseau, constitue un défi constant. En 2012, le service Gestion des risques a amélioré davantage encore son soutien journalier au réseau, en émettant des directives claires portant sur la gestion de chacun des types de risques (risques de crédit, d’assurance, de marché, de liquidité et de réputation, risques stratégiques, opérationnels et d’exploitation).

La gestion des risques est un processus continu, qui commence avec la définition de l’appétence au risque. Chaque année, le Conseil d’administration de KBC expose, dans une déclaration formelle, les risques acceptés par le Groupe. Sur cette base, le Comité de direction trace le cadre au sein duquel le réseau mènera ses activités, ce même cadre constituant à son tour le fondement sur lequel s’appuie le processus annuel de planification commerciale. Il est également la référence à l’aune de laquelle sont établis les rapports sur l’exposition aux risques.

Le New and Active Product Process (NAPP) est un processus essentiel d’approbation et d’examen sans cesse renouvelé des produits, dont le but est d’éviter que KBC ne propose à ses clients des produits ou des services inadaptés. Le processus, mis en place en 2011, a fait l’objet d’une évaluation dans le courant de l’exercice 2012 : il en ressort qu’il incite effectivement le réseau à prêter attention aux facteurs non commerciaux également. Il s’est toutefois avéré qu’il pouvait être rendu plus accessible encore, sans pour autant perdre en ­efficacité ; cette correction a été pratiquée dès 2012.

33

Le siège central en République tchèque

[ Rapport à la société 2012 ]

KBC - Rapport à la société 2012  
KBC - Rapport à la société 2012  

KBC - Rapport à la société 2012

Advertisement