Issuu on Google+

&

Stratégie Accents

... pour la gestion de votre patrimoine personnel et familial

Actions

dans cette édition:

Bayer Potash Corp Royal Dutch Vestas Wind Systems Imperial Tobacco Oracle Dernière mise à jour des cours et des avis : 10-02-2012

Prises de bénéfices Les Bourses ont fait des étincelles en janvier. Elles ont même passé la vitesse supérieure au début février. Les investisseurs ont toutefois pris leurs bénéfices la semaine passée et les marchés d’actions ont perdu du terrain à l’échelle mondiale. À Bruxelles, l’indice BEL 20 a ainsi cédé 3,2%, faisant nettement moins bien que la plupart des autres indices boursiers européens. L’indice Euro STOXX 50 est parvenu à limiter la casse à -1,4%. Aux États-Unis, les cours des actions n’ont quasiment pas reculé. Les Bourses ont profité des bons chiffres de l’emploi publiés au début février. La hausse du nombre d’emplois en janvier constitue en effet une véritable aubaine et est en outre intégralement attribuable au secteur privé. L’emploi a en revanche reculé dans le secteur public, en raison des économies requises pour réduire le déficit. Le thème des économies nous ramène inexorablement au cas de la Grèce, qui a de nouveau monopolisé l’attention. Le pays avait besoin d’urgence d’une nouvelle tranche d’aide de 130 milliards d’euros mais devait pour cela approuver un strict plan de rigueur. Ce n’est que dimanche soir que le parlement grec a accepté les conditions imposées. Les marchés financiers européens ont poussé un soupir de soulagement lundi matin. Les cours des actions sont repartis à la hausse. Mais la Grèce fera sans doute encore la une des journaux à plusieurs reprises.

Stratégie & Accents est une publication bimensuelle de KBC Banque & Assurance N° A04 - 17 février 2012

Derniers changements d’avis Bayer

D’acheter à conserver

Vestas Wind Systems

De réduire à vendre

Commerzbank

D’augmenter à conserver


Bayer : le potentiel du Xarelto ne convainc pas

Changement d’avis : d’acheter à conserver Cours : 54,21 EUR Objectif de cours : 56,00 EUR Secteur : Santé

Activités

Points forts

• •

Bayer est la plus grande entreprise pharmaceutique d’Allemagne. Elle fabrique également des produits agricoles et des polymères. Elle compte trois divisions : Bayer HealthCare, Bayer CropScience et Bayer MaterialScience.

Résultats

Au troisième trimestre 2011, le chiffre d’affaires de Bayer a augmenté de 1%, à 8,7 milliards EUR, par rapport à la même période un an plus tôt. Le bénéfice opérationnel a bondi de 94,9%, à 1,1 milliard EUR. Dans la division Soins de santé, le chiffre d’affaires a chuté de 1,7%, à 4,2  milliards EUR, et le bénéfice opérationnel a grimpé de 17,8%, à 866 millions EUR. Dans le pôle Material Science, le chiffre d’affaires a progressé de 3,9%, à 2,8 milliards EUR, et le bénéfice opérationnel a reculé de 24,3%, à 196  millions  EUR. Pour l’ensemble de l’année 2011, Bayer prévoit un chiffre d’affaires compris entre 36 et 37 milliards EUR et une augmentation du bénéfice par action de 15%.

• •

Présence dans le domaine des médicaments et des produits chimiques. Faible risque d’expiration des brevets dans le segment des médicaments.

Points faibles

• • •

Valeur méconnue de la division Protection des récoltes. De mauvaises décisions stratégiques ont été prises par le passé. Absence de semences génétiquement modifiées dans le pipeline de la division Agrochimie.

Opinion L’homologation du Xarelto (anticoagulant pour les patients souffrant d’arythmie cardiaque) en Europe et aux États-Unis est une excellente nouvelle. Ce médicament aura toutefois du mal à s’imposer face aux nombreux produits concurrents pour la même indication. Le pipeline contient des produits intéressants, tels que l’Apharadin et l’Elya qui sont des blockbusters potentiels.

65

Source: Thomson Reuters Datastream

60

La hausse des prix alimentaires aura un impact positif sur les ventes et les marges de la branche CropScience. La division MaterialScience va profiter de la croissance en Asie.

55 50 45

En dépit de perspectives favorables pour les produits en développement, peu d’éléments neufs soutiendront l’action dans les prochains mois. Le potentiel du Xarelto reste en outre incertain. C’est pourquoi nous émettons l’avis Conserver.

40 35 30 25 20

2007

2008

2009

2010

2011

BAYER MSCI ACWI MATERIALS - PRICE INDEX MSCI AC WORLD - PRICE INDEX Pieter Mahieu analyste financier KBC Asset Management

Relevé des changements d’avis durant ces 12 derniers mois : 03-02-12

Stratégie & Accents

d’acheter à conserver

2


Avis : augmenter

Une période difficile s’annonce pour Potash

Cours : 44,84 USD Objectif de cours : 56,00 USD Secteur : Matériaux

Activités

Points forts

• • •

Potash Corp est le premier fabricant mondial d’engrais et produit également de la potasse, du phosphate et du nitrate. Compte tenu de ses investissements stratégiques à l’échelon mondial, il répond largement aux besoins du marché nord-américain ainsi qu’à la demande étrangère croissante de potasse.

Leader des engrais chimiques en Amérique du Nord. Mines situées dans des régions stables de l’OCDE. Faibles coûts.

Points faibles

• •

Marges bénéficiaires sensibles à la conjoncture. Les investissements massifs compriment le cash-flow libre.

Résultats

Au quatrième trimestre 2011, le chiffre d’affaires de Potash Corp a augmenté de 2,9%, à 1,9 milliard USD, par rapport à la même période un an plus tôt. Le bénéfice opérationnel a bondi de 31,2%, à 964  millions USD. Dans la division Potasse, le chiffre d’affaires a baissé de 13,6%, à 718 millions USD et le bénéfice brut s’est tassé de 9,3%, à 486 millions USD, en raison de la hausse des charges et des amortissements. Dans le pôle Phosphates, le chiffre d’affaires a progressé de 16,3%, à 606 millions USD et le bénéfice brut s’est étoffé de 19%, à 163 millions USD.

• • 80

Opinion Des nuages s’amoncellent dans le ciel de Potash Corp. Les derniers résultats trimestriels n’ont pas répondu aux attentes des investisseurs. La crainte d’un ralentissement de la conjoncture mondiale a entraîné un recul des commandes chez Potash, qui a déjà diminué la production dans plusieurs mines de potasse. Même si le secteur évite ainsi un effondrement des prix, le groupe assistera inévitablement à une contraction de son bénéfice et connaîtra une mauvaise année 2012, vu qu’il doit répartir ses coûts fixes sur une production moins importante. Les producteurs d’engrais sont pourtant promis à un bel avenir. Bien plus que ses concurrents, Potash profite des avantages liés à son envergure. En outre, la demande émanant du secteur agricole ne cesse de progresser.

70 60 50

Le groupe va au-devant d’une période difficile à court terme. Dans ce contexte, le doublement du dividende est une aubaine temporaire. Nous émettons dès lors l’avis Augmenter.

40 30 20 10 0 Source: Thomson Reuters Datastream 2007 2008 2009

2010

2011

POTASH CORPORATION OF SASKATCHEWAN MSCI ACWI MATERIALS - PRICE INDEX MSCI AC WORLD - PRICE INDEX Alex Martens analyste financier KBC Asset Management

Relevé des changements d’avis durant ces 12 derniers mois : 10-05-11

de conserver à acheter

Stratégie & Accents

26-01-12

d’acheter à augmenter

3


Royal Dutch a plusieurs cordes à son arc

Avis : acheter

Cours : 27,36 EUR Objectif de cours : 31,00 EUR Secteur : Énergie

Activités

Points forts

• • •

Royal Dutch Shell est le deuxième producteur mondial de pétrole et le numéro un en Europe. Il s’articule autour de six divisions  : Exploration & production, Pétrole & gaz, Produits pétroliers, Produits chimiques, Sables bitumineux et Siège central. Il opère dans plus de 100 pays.

Résultats

Au quatrième trimestre 2011, le chiffre d’affaires de Royal Dutch Shell a augmenté de 12,9%, à 119,1 milliards USD, par rapport à la même période de l’exercice précédent. Le bénéfice après impôts a grimpé de 4,3%, à 6,5 milliards USD. Dans le pôle Exploration & Extraction, le bénéfice net a explosé de 28,8%, à 6,6 milliards USD. Dans la division Raffinage, le résultat net est passé d’un bénéfice de 411  millions USD à une perte de 244 millions EUR.

• •

Excellente position de marché et notoriété de la marque. Belle diversification géographique de la production, excellente santé financière et endettement réduit. Position de force en Asie.

Points faibles

• • • • •

Hausse des coûts d’investissement. Sensibilité aux caprices des prix pétroliers et gaziers et des marges de raffinage et de vente. Forte dépendance à l’égard des puits pétroliers nigériens. Dépendance accrue à l’égard des activités de raffinage. Recul de la production à court terme par rapport aux concurrents directs.

Opinion Royal Dutch a publié des résultats trimestriels un peu décevants. Les activités de raffinage ont dégagé de faibles performances. Par ailleurs, la douceur hivernale a eu un impact négatif sur les volumes de gaz au Royaume-Uni et en Europe continentale. Les cash-flows ont atteint des niveaux largement inférieurs par rapport aux trimestres précédents. La catastrophe naturelle au Japon a bouleversé le marché du gaz. Elle a paralysé un quart des centrales nucléaires japonaises. Le déficit électrique devra être comblé par des centrales thermiques conventionnelles au gaz et au charbon. Shell, un des leaders du marché du GNL, en profitera dans les années à venir.

40 35 30

25 20 15 10 Source: Thomson Reuters Datastream 2007 2008 2009 ROYAL DUTCH SHELL A MSCI ACWI ENERGY - PRICE INDEX MSCI AC WORLD - PRICE INDEX

2010

2011

Sur le plan fondamental, Royal Dutch possède de solides atouts : champs pétrolifères de qualité à faible taux d’épuisement, risque géopolitique limité, importants cash-flows et rendement de dividende attrayant. Le groupe compte en outre rationaliser son portefeuille et comprimer ses coûts. Nous émettons dès lors l’avis Acheter. Alex Martens

analyste financier KBC Asset Management

Relevé des changements d’avis durant ces 12 derniers mois : néant

Stratégie & Accents

4


Changement d’avis : de réduire à vendre

Vestas accumule les déconvenues

Cours : 57,15 DKK Objectif de cours : 42,00 DKK Secteur : Industrie

Activités

Points forts

• •

Vestas Wind Systems est le premier fabricant mondial d’éoliennes. Il est actif dans la construction, le développement, la vente et l’entretien de parcs éoliens.

Résultats

Sur l’ensemble de 2011, le chiffre d’affaires de Vestas a chuté de 15,7%, à 5,8 milliards EUR, par rapport à l’exercice précédent et ce, en raison de la baisse des volumes de ventes. Cette situation ainsi qu’une augmentation des charges ont mué le résultat d’exploitation d’un bénéfice de 310  millions EUR en une perte de 60 millions EUR. En Europe et en Afrique, le chiffre d’affaires s’est contracté de 31,6%, à 2,6  milliards EUR, et le résultat d’exploitation est passé d’un bénéfice de 125  millions  EUR à une perte de 4  millions EUR. Aux ÉtatsUnis, le chiffre d’affaires s’est étoffé de 28,9%, à 1,9 milliard EUR. La perte opérationnelle atteint toutefois 99 millions EUR, contre un bénéfice de 35 millions EUR en 2010.

Leadership. Avance technologique.

Points faibles

• • •

Forte dépendance à l’égard de l’Europe. Durcissement de la concurrence. Augmentation des charges, affaiblissement du bilan et profil de risque accru en raison d’importants investissements.

Opinion Vestas accumule les déconvenues. Les résultats 2011 ont fait l’effet d’une douche froide. L’entreprise n’est même pas parvenue à atteindre les prévisions corrigées lors de son avertissement sur bénéfice de janvier 2012. Les objectifs opérationnels avancés par le management pour l’exercice 2012 se situent dans le bas des prévisions des investisseurs. Ces dernières années, le climat s’est fortement dégradé pour les constructeurs d’éoliennes. La concurrence s’intensifie et la croissance des investissements dans l’énergie renouvelable s’essouffle. Les pouvoirs publics doivent résorber leur déficit budgétaire et la crise de l’euro accélère la suppression des aides à la production d’électricité verte. Aux États-Unis, l’électricité verte se heurte au recul structurel des prix du gaz. Dans ce contexte, le management ne s’aventure plus à prédire l’évolution des commandes. Un avenir incertain et l’affaiblissement de la position de capital pourraient amener l’entreprise à devoir lever des capitaux frais. Compte tenu de tous ces éléments, nous émettons l’avis Vendre.

700 600 500 400 300 200 100 0 Source: Thomson Reuters Datastream 2007 2008 2009 2010 VESTAS WINDSYSTEMS MSCI ACWI CAP GDS - PRICE INDEX MSCI AC WORLD - PRICE INDEX

2011

Solutions de remplacement : ABB, Vinci, Saint-Gobain.

Nicolaas Vlieghe analyste financier KBC Asset Management

Relevé des changements d’avis durant ces 12 derniers mois : 17-03-11

de vendre à conserver

02-11-11

de suspendu à réduire

28-10-11

de conserver à réduire

08-02-12

de réduire à vendre

31-10-11

de réduire à suspendu

Stratégie & Accents

5


Avis : acheter

Imperial Tobacco : de belles prévisions bénéficiaires pour 2012

Cours : 2 439 GBp Objectif de cours : 3 000 GBp Secteur : Biens de consommation de base

Activités

Points forts

• •

Imperial Tobacco est le quatrième plus gros producteur de tabac. Il est le leader mondial du tabac à rouler et au Royaume-Uni, il est le numéro un avec une part de marché de près de 50%. L’Allemagne, l’ensemble du continent américain et l’Espagne sont également d’importants débouchés.

Résultats

Pendant l’exercice clos le 30 septembre 2011, le chiffre d’affaires d’Imperial Tobacco a progressé de 3,7%, à 29,2  milliards GBP, par rapport à l’exercice précédent et le bénéfice opérationnel a augmenté de 4,4%, à 2,6 milliards GBP. Dans la division tabac, le chiffre d’affaires a grimpé de 5,3%, à 21,3 milliards GBP, et le bénéfice opérationnel s’est étoffé de 3,5%, à 2,6 milliards GBP. Dans le pôle logistique, le chiffre d’affaires s’est contracté de 0,8%, à 7,9  milliards GBP, et le bénéfice opérationnel a bondi de 86,1%, à 67 millions GBP.

• •

2600 2400 2200 2000 1800 1600 1400 1200 1000 800

Source: Thomson Reuters Datastream

2007

2008

2009

2010

IMPERIAL TOBACCO GP. MSCI ACWI FD/BEV/TOB - PRICE INDEX MSCI AC WORLD - PRICE INDEX

2011

Excellente gestion, surtout dans le domaine de l’intégration des acquisitions. La consolidation poussée du secteur engendre un climat concurrentiel rationnel.

Points faibles

• •

Sensibilité aux fluctuations de la GBP face à l’EUR et à l’USD. Présence relativement limitée dans les marchés émergents.

Opinion Les résultats annuels d’Imperial Tobacco (année clôturée en septembre 2011) n’ont guère surpris. La croissance organique du chiffre d’affaires est ressortie à 2%, avec un recul des volumes de 1,5%. Au premier trimestre du nouvel exercice, les volumes se sont fortement contractés. Certains facteurs exceptionnels, tels que l’interdiction frappant les importations syriennes, ont toutefois joué un rôle. Les volumes ont surtout diminué dans les marchés où la rentabilité est très faible. Nous n’y voyons pas une rupture tendancielle et nous escomptons un solide redressement des volumes au second semestre. À présent que l’intégration d’Altadis est pratiquement terminée, Imperial Tobacco entend relancer sa croissance organique, notamment par l’innovation de produits. Imperial Tobacco a confirmé ses prévisions bénéficiaires 2012, soit une croissance de près de 10%. Depuis le rachat d’Altadis, le cigarettier s’est employé à ramener son endettement à un niveau très confortable. Il a par conséquent annoncé qu’il affecterait désormais 500 millions GBP par an au rachat d’actions propres. À l’avenir, les dividendes augmenteront également plus vite que le bénéfice. Malgré sa récente envolée, l’action reste bon marché dans un secteur qui reste selon nous très attrayant. L’entreprise pourrait être une cible de rachat. Dans ce contexte, nous émetKris Verheyen tons une recommandation d’achat. analyste financier

KBC Asset Management

Relevé des changements d’avis durant ces 12 derniers mois : néant Stratégie & Accents

6


Oracle : l’offre de services gagne en importance

Activités

Points forts

• •

Oracle est le leader des logiciels de bases de données et des applications d’entreprise. Il propose également des services de conseil et de formation ainsi que des solutions sur mesure.

Résultats

Avis : acheter Cours : 28,50 USD Objectif de cours : 35,00 USD Secteur : Technologie de l’information

Leadership dans le domaine des logiciels de bases de données. Position de force dans le secteur public.

Points faibles

Concurrence, entre autres de Microsoft, SAP et IBM.

Pendant le trimestre clos le 30 novembre 2011, le chiffre d’affaires d’Oracle a augmenté de 2,4%, à 8,8  milliards USD. On retiendra surtout sur le plan géographique les excellentes performances de la région Asie Pacifique et de l’Amérique latine et en termes de produits, l’accélération des ventes de logiciels. Le bénéfice opérationnel a augmenté de 12,3%, à 3,1 milliards USD. Les revenus des logiciels se sont étoffés de 6,9%, à 6  milliards USD. Les recettes des ventes de matériel informatique ont en revanche reflué de 10%, à 1,6 milliard USD. Les revenus des produits et du support ont en effet baissé en raison de la mise en exploitation de nouveaux microprocesseurs.

Opinion L’intégration de Sun Microsystems entraîne la disparition progressive des produits à faibles marges bénéficiaires. Les produits aux marges bénéficiaires plus élevées sont équipés des logiciels d’Oracle. Le groupe vend moins de serveurs - mais ceux-ci sont plus chers -, tandis que la valeur des services connexes augmente. Les entreprises renouent avec des projets plus ambitieux après avoir privilégié les programmes de réduction des coûts durant la récession. Elles optent à présent pour des projets susceptibles de doper le chiffre d’affaires. Les ventes de nouvelles licences logicielles devraient continuer de progresser. Elles sont essentielles à la croissance future car elles alimentent la demande de services et d’entretiens. Oracle possède une gamme étendue de produits de qualité. Nous émettons par conséquent l’avis Acheter.

40 35 30 25 20 15 10 5 Source: Thomson Reuters Datastream 2007 2008 2009

2010

2011

ORACLE MSCI ACWI S/W & SVS - PRICE INDEX MSCI AC WORLD - PRICE INDEX Ivo Obreno analyste financier KBC Asset Management

Relevé des changements d’avis durant ces 12 derniers mois : néant Stratégie & Accents

7


Les marchés en images Marchés d’actions

Marchés des changes

Rapport C/B Rendement de dividende (%) UEM 12,2 4,8 États-Unis 14,0 2,0

105

105

100

100

USD par EUR (échelle de gauche) JPY par EUR (échelle de droite)

1.50

125 120

1.45 95

95

90

90

85

85

80

80

75

75

70

70

65 Source: Thomson Reuters Datastream F M A M J J A S

O

N

D

J F

65

115 1.40 110 1.35 105 1.30

1.25

100 Source: Thomson Reuters Datastream

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

J

F

95

US $ TO EURO (ECB) - EXCHANGE RATE JAPANESE YEN TO EURO (ECB) - EXCHANGE RATE(R.H.SCALE)

EURO STOXX 50 - PRICE INDEX S&P 500 COMPOSITE - PRICE INDEX

Évolution de l’indice MSCI World 1300

1300

1200

1200

1100

1100

1000

1000

900

900

800

800

700

700

600

600

500

2010

Source: Thomson Reuters Datastream

2006

2007

2008

2009

2011

2012

500

J F M A MJ J A S O N D J FM AM J J A S ON D J

MSCI WORLD - PRICE INDEX

WWW

Plus de renseignements sur: www.kbc.be/investir Adresse de la correspondance: KBC BANK SA, KBC Asset Management, avenue du Port 6, 1080 Bruxelles. Stratégie & Accents est une publication de KBC Asset Management SA (KBC AM). Les données servant de base aux projections, scénarios, pronostics et cours cibles proviennent de sources fiables et de recherches propres. Cette recommandation n’entre pas dans la catégorie ‘recherche en investissements’, telle que visée par l’arrêté royal du 3 juin 2007 énonçant les règles destinées à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissements, et tombe par conséquent sous la définition légale de la communication publicitaire. Les gestionnaires de fonds de KBC AM peuvent effectuer des transactions sur l’action concernée avant la diffusion de la recommandation. Cette publication ne constitue pas un conseil en investissement personnalisé. L’investisseur doit encore déterminer, de préférence avec son conseiller Epargne et Placements ou son chargé de relations, si l’action cadre avec son profil de risque et son portefeuille de placement. KBC AM ou toute autre société du groupe KBC ne peuvent pas être tenues responsables d’une imprécision ou d’un oubli éventuels dans les données communiquées. Editeur responsable / rédacteur en chef: Alex Wolfers, Product & knowledge management KBC AM / Christiaan De Moor. Faits et autres informations relatives aux sociétés cotées en bourse: KBC Asset Management SA publie sur son site une fiche d’action pour la plupart des sociétés cotées mentionnées dans la présente publication. Cette fiche comporte d’une part des informations purement factuelles, telles qu’une description des activités de l’entreprise, le graphique illustrant l’évolution du cours de l’action, les événements les plus récents survenus dans l’entreprise et les résultats et prévisions communiqués par celle-ci dans son rapport annuel ou ses communiqués de presse. D’autre part, l’analyste financier y expose son opinion sur l’entreprise. Il en décrit les points forts et les points faibles et indique, dans son avis global, les motifs à la base de sa recommandation. Ces éléments d’opinion sont présentés sur fond coloré. Fréquence des changements d’avis: Les analystes de KBC Asset Management suivent de près l’actualité financière mondiale. L’avis émis sur une action est la conclusion d’une évaluation rigoureuse de trois éléments: l’action proprement dite, le secteur auquel appartient l’entreprise et la région dans laquelle elle est implantée. Toute modification au niveau de l’une de ces trois composantes peut entraîner un changement d’avis. Méthode de recommandation: Une description détaillée de la méthode utilisée est fournie dans l’édition de Stratégie & Accents numéro A01 du 6 janvier 2011. Celle-ci peut également être consultée sur www.kbcam.be/actions/méthodederecommandation. Un exemplaire de cette brochure est également disponible dans toutes les agences KBC. Pour certains éléments essentiels de la recommandation d’investissement, qui n’ont pu être repris sur la fiche faute de place, nous vous renvoyons aux «Directives générales régissant les recommandations d’investissement de KBC Asset Management» sur www.kbcam.be/equities. Photos utilisées: www.shutterstock.com

Parution du prochain numéro le 2 mars 2012


Stratégie & Accents Actions