Page 1

Karine Novello Master 2 Recherche Sciences de l'Information et de la Communication Parcours Information et Connaissance

UE 3 Information et connaissance Le document textuel comme objet communicationnel

Sujet 2 : Trouver des sites médiateurs de Gallica et repérer les stratégies de renvoi à Gallica à partir des sites médiateurs. Analyse des différences entre citation explicite, implicite à partir des fonctionnalités mises à disposition dans le site médiateur et de leur ancrage langagier.

Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

1


L'analyse des sites médiateurs de Gallica, permet d'aborder la notion de "document textuel" dans son passage au format numérique. En quoi consiste la matérialité du texte numérique ou "écrit de réseau" et comment repenser la fonction patrimoniale du texte dans les médias informatisés, quand l'écriture est actualisée, donnée à voir sur écran? Quelles sont les relations entre les dimensions techniques, sémiotiques et d'usage des médias informatisés? Si le "document textuel" est un objet communicationnel, il est également identifié comme objet sémiotechnique. D'un objet sémiotique, le texte a muté en un objet techno-sémiotique (Jeanneret). L'objet textuel, bouleversé par le changement de support, sera alors étudié dans le processus de médiation du dispositif informatique. Les écrits d'écrans (Souchier) sont donc liés à du sémiotique et du technique et le texte hypertextualisé contient un "signe passeur" (lien) sémiotique et procédural. Le document textuel ou "textiel" est en effet un objet sémio-technique, un objet perceptible sur lequel on peut agir et qui réalise un processus communicationnel médiatisé entre humains (les concepteurs de sites et les usagers). Ce texte de réseau permet donc la mise en relation de fichiers, devient une sorte de topologie du parcours entre différents points du web, l'hypertexte étant le résultat d'opérations métasémiotiques (jeu entre liens et nœuds) qui modifient profondément le texte de départ. 1 – Aspects définitionnels, points théoriques A/ Gallica Gallica est la bibliothèque virtuelle multimédia de la BNF (Bibliothèque Nationale de France). Ce serveur qui permet l'accès à une énorme collection de documents numérisés indexés selon des normes internationales, textuels, ou non textuels. L'accès au catalogue de Gallica est possible selon plusieurs modes : accès par navigation intuitive, thématique, propositions de parcours possibles, recherche en plein texte... B/ Site médiateur Un site médiateur est un site Internet qui établit une relation indirecte entre Gallica et ses usagers. Il renvoie à un ou plusieurs autres sites et permet une circulation dans le réseau avec une position méta-communicationnelle sur le site d'arrivée Gallica (qui n'a pas vocation de médiation). Partant des usages et des usagers, il donne un accès préférentiel au site de Gallica. C/ Posture théorique Considération du processus de communication comme un processus de transformation où le dispositif technique devient un outil de communication car il anticipe son appropriation et propose une "reécriture" de l'objet dans un espace : le réseau. 2 - Analyse des stratégies de renvois de sites médiateurs de Gallica A partir d'une sélection de quatre sites médiateurs, il s'agit de repérer les stratégies de renvoi à Gallica, d'analyser les différences entre citation explicite et implicite à partir des fonctionnalités mises à disposition dans le site médiateur ainsi que leur ancrage langagier. Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

2


1- "Bibliothèques numériques. 3. Fonds en littérature". Ministère de l'Education nationale de la jeunesse et de la vie associative, Eduscol, 29/09/2009 [en ligne]. Disponible : http://eduscol.education.fr/dossier/bibliotheques-numeriques/fonds-litterature/bnfgallica/gallica-recherche-thematique (Consulté le 26/12/2011).

Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

3


Le premier site analysé est un site institutionnel adressé aux professionnels de l' éducation, conçu pour un public précis et clairement identifié. Dans le dossier consacré aux bibliothèques numériques, Gallica est référencé dans la partie 3. "Fonds en littérature". Sous l'appellation "BNF-Gallica" qui l'associe à son organisme producteur, Gallica est la première référence qui apparaît. Elle se présente donc pour l'usager comme une référence importante, un site incontournable et une référence essentielle. Imposant sa finalité, c'est-à-dire un outil qui permet d'accéder à des fonds en littérature numérisés (les autres fonds présents dans le catalogue de Gallica ne sont pas cités), ce site médiateur évalue et décrit Gallica en lui donnant une certaine image (qui reste partielle, comme nous l’avons vu, car réduite à certains fonds). Le concepteur définit entre guillemets (ce qui sous-entend que l'information est issue du site d'arrivée) Gallica comme "un vaste programme de numérisation des manuscrits conservés à la BNF [qui]a été lancé depuis 2007, parallèlement à l’informatisation des catalogues." Il s'agit donc d'une citation visible qui sert à mettre en dialogue deux fragments de textes (celui issu de Gallica et le texte produit par le concepteur) (usage 1) L'effet point de vue est encore accentué par des exemples de ressources que l'on peut trouver dans Gallica (romans classiques et manuscrits). Dans un mode sémio-discursif, le concepteur laisse des indices d'usages anticipés par l’utilisation de l’expression "Vous trouverez notamment dans Gallica"(usage 2). La limite est fine entre traces d'usages effectués, (le concepteur a fait pour dire : on peut alors parler de traces déclaratives implicites) et les indices d'usages anticipés. Le point de vue est partiel : ce sont des exemples d'usages qui sont proposés. Le mode est donc mixte : déclaratif et injonctif. On retrouve les traces d'usage du concepteur dans la citation, mais également dans la reprise iconographique du logo de Gallica au début du texte de présentation. Ce signe reste cependant ambigu : l'usager a l'habitude d'identifier les logos comme des signes passeurs : ici, sa fonctionnalité présupposée comme commande hypertextuelle est nulle. Entre description et prescription d'usages, le concepteur propose ensuite un hyperlien (mode opératoire) vers la page d'accueil du serveur à partir de la chaine de caractères, signe (ou représentamen Gallica (Pierce)) (mode sémiotique). L'on va retrouver ces traces d'usages effectués en fin de textiel avec une série d'hyperliens qui pointent vers des parties spécifiques de Gallica. "Recherche thématique en littérature dans les collections de Gallica Littérature : généralités Littérature francophone Langue : français Dictionnaires de langue française Il est possible d'affiner la recherche selon différents critères : type de document, auteur, date d'édition, langue, thème, mode texte, provenance, type d'accès. Gallica : recherche thématique" Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

4


La présence structurelle du site de référence, avec une suite d’hyperliens permet de proposer à l'usager des usages anticipés, par des renvois fonctionnels : "Il est possible d'affiner la recherche selon différents critères" dans cette suite de sous-références essentielles, est la seule indicielle (= si vous désirez affiner la recherche). Utilisant la théorie intégrationnelle de l’écriture, l'on peut considérer une mise en contexte textuel de type programmatique qui propose l'image d'un lecteur modèle aux besoins informationnels identifiés. Ainsi une relation entre un usager et une référence est créée avec une interactivité possible. Ce processus communicationnel qui implique trois acteurs (concepteur, processus sémiotechnique et utilisateur) englobe alors comme partie le site médiateur qui "fait" (dimension procédurale) et doit être compris (dimension cognitive).

2- "la bibliothèque Gallica-Math". Université Joseph Fourier – CNRS, Cellule de Coordination Documentaire Nationale pour les Mathématiques, [en ligne]. Disponible : http://math-doc.ujfgrenoble.fr/GALLICA/ (Consulté le 26/12/2011).

Le deuxième site sélectionné montre parfaitement la stratégie et les objectifs du concepteur : élaborer un dispositif qui propose un scénario de lecture, un discours qui anticipe les usages du lecteur du site d’arrivée, Gallica. (usage 2) Il s'agit de la présentation de la bibliothèque Gallica-Maths, soit une extraction des fonds thématiques en mathématiques de Gallica, pour un public identifié de spécialistes en mathématiques : étudiants, enseignants, chercheurs… Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

5


Deux signes passeurs permettent d'accéder à la page d'accueil de Gallica : –

Le logo (en haut à droite de la page), signe iconique hypertextuel est un renvoi fonctionnel.

– Le lien hypertextuel vers la page d'accueil du serveur (mode opératoire) à partir de la chaîne de caractères, signe (ou représentamen Gallica (Pierce)) (mode sémiotique). Dans un mode sémio-discursif, le concepteur interpelle tout d'abord l'usager sur ses pratiques informationnelles : [Gallica] "contient de nombreuses collections mathématiques fondamentales qui restent parfois méconnu[e]s des mathématiciens". Il propose ensuite Gallica comme référence essentielle. La deuxième partie du textiel présente le pôle associé BnF/MathDoc et propose des usages anticipés par des traces déclaratives implicites (usage 1) et des marques d'adresse (dit ce qui est à faire), (usage 2) : "vous permet d'accéder aux collections numérisées mathématiques de la BnF au niveau des articles (et non seulement au niveau des volumes)". La troisième partie de l’article est plus injonctive, mais elle renvoie à des pages intermédiaires du site médiateur qui orienteront le lecteur vers des ressources précises issues de Gallica dans un second temps. [Elles ne seront donc pas analysées ici).

3- "Des manuscrits de Flaubert sur Gallica : la bibliothèque numérique de la BNF". Les Lettres Françaises, Les lettres françaises.fr, 12/12/2011 [en ligne]. Disponible : http://www.les-lettresfrancaises.fr/2011/12/des-manuscrits-de-flauberts-sur-gallica/ (Consulté le 26/12/2011) .

L'intérêt de l'étude de ce site médiateur réside essentiellement dans l'évolution du mode langagier utilisé.

Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

6


Il s'agit d'un billet, relativement court, posté sur le site de la revue Les Lettres Françaises qui se présente comme une "revue littéraire et culturelle". Le scénario de lecture est défini précisément. Le renvoi à Gallica se fait dans un objectif annoncé dès le titre du billet "Des manuscrits de Flaubert sur Gallica : la bibliothèque numérique de la BNF". Ce mode sémio-discursif, nous le retrouvons dans la première partie du texte : " Le 12 décembre 1821 naissait Gustave Flaubert, ainsi la bibliothèque numérique de la BNF, Gallica, met à disposition des internautes 83 manuscrits de l’auteur de Madame Bovary, dont des œuvres de jeunesse, des narrations, des brouillons et autres travaux d’écritures. Cette bibliothèque numérique permet de consulter gratuitement et très facilement des scanners d’œuvres originales." Des traces déclaratives explicites de l'auteur du billet (usage 1) indiquent à l'usager un usage implicite : aller consulter ces manuscrits disponibles (usage 2). La référence d'abord lue comme implicite devient essentielle au fur et à mesure que le texte se développe. "De très nombreux ouvrages que nous vous conseillons vivement d’aller visiter y sont ainsi disponibles. Pour voir les Manuscrits de Flaubert suivez ce lien: Gallica". Du signalement, l'auteur passe à la préconisation "nous vous conseillons" (l'effet point de vue devient présent et est de nature laudative) pour finir sur une proposition injonctive opératoire, avec la marque de renvoi fonctionnel vers Gallica (le lien hypertextuel) qui clôt le textiel. Cette marque opératoire forte accentue ainsi la nature de la référence essentielle. Le lien hypertextuel contrairement aux sites précédents renvoie directement l'usager (mode opératoire) aux manuscrits de Flaubert dans Gallica. Il joue cependant sur une ambiguïté sémiotique : en effet, le signe (ou représentamen Gallica) n'oriente pas l'usager vers la page d'accueil de Gallica (comme attendu) mais vers une sélection de ressources émanant d'une requête effectuée dans le catalogue : ces résultats navigationnels répondent bien à l'annonce effectuée dans le billet mais pas au signe présent dans le lien interactif. Autre ambiguïté d'ordre sémiotique : le logo Gallica renvoie .... à lui-même et non à la page d'accueil du site comme généralement attendu par l'usager.

3- Raphaël Piéchaud. "Gallica : les ouvrages pour les généalogistes ". Des Racines et des êtres, 01/06/2007 [en ligne]. Disponible : http://www.desracines.fr/gallica-les-ouvrages-pour-lesgenealogistes-3 (Consulté le 26/12/2011) .

Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

7


Le quatrième et dernier site sélectionné illustre parfaitement la mise en contexte de type programmatique des activités de l'usager du site médiateur ainsi que l'effet point de vue. Issu d'un blog (et la nature même du support de communication induit d'entrée l'effet point de vue : un blog est un site personnel), ce billet court propose Gallica comme ressource pour les généalogistes. "Centrée sur les ouvrages des siècles passés, Gallica ne peut donc qu’intéresser les généalogistes" Dès les premiers mots, un mode opératoire est présent sur le signe Gallica en proposant une procédure interactive qui permet d'accéder à la page d'accueil de Gallica. La référence est essentielle. Les traces déclaratives sont explicites " Gallica ne peut donc qu’intéresser", et les usages sont anticipés (soit les activités de recherches généalogiques). "à travers divers domaines : généalogies imprimées, dictionnaires biographiques, armorieux, cartes anciennes, revues et journaux ainsi que toutes sortes d’ouvrages variés (monographies de villages, publications d’archives, etc)." L'effet point de vue est très présent à travers l'analyse critique que fait l'auteur de Gallica. Les traces déclaratives implicites d'usages présentes dans le texte "Tant que la recherche plein-texte ne sera pas effective, il sera difficile de chercher efficacement tous les ouvrages touchant à vos recherches généalogiques. Il y a cependant certains ouvrages plus généraux qui peuvent intéresser les chercheurs" indiquent donc au lecteur les limites et possibilités d'usages de Gallica.

Pour conclure L'étude de ses quatre sites permet de voir comment les sites médiateurs, en prenant le relais de Gallica, intègrent dans leur écriture la dimension d'usage à la fois du site et des documents appartenant au site. Le concept théorique de textiel comme objet techno sémiotique qui est à la fois objet symbolique, message (réalise un processus d'intentionnalité), discours ( dimension langagière) et qui anticipe des usages possibles, vient éclairer cette analyse.

Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

8


Ce travail d'analyse souligne l'importance du dispositif sémio-technique comme média, qui induit un formatage du processus de communication et des modalités d'appropriation de la part des usagers. Il interroge également la notion de médiation numérique questionnée actuellement dans les centres de documentation et médiathèques, objet de nombreuses publications (Sylvère Mercier, Lionel Dujol, Bertrand Calenge 1). Références bibliographiques : Origgi G. & Arikha N., 2003. Le texte à l’heure de l’Internet, Bibliothèque Publique d’Information, Centre Pompidou. [Chap.1] Pédauque R.T., 2003. Document : forme, signe et médium, les re-formulations du numérique www.archivesic.ccsd.fr/documents/archives-0. Version 3, 8 -07-2003. Souchier E., Jeanneret Y. & Le Marec J. (Dir.), 2003. Lire, écrire récrire : Objets, signes, et pratiques des médias informatisés, Bibliothèque Publique d’Information, Centre Pompidou, Paris. [Introduction, Chap.1 et 2]

1

On consultera à ce sujet le très intéressant billet de Bertand Calenge publié sur son blog "Carnets de notes" le 3 janvier 2012 La médiation : concept-clé ou mot-valise ? disponible à l'adresse suivante : http://bccn.wordpress.com/2012/01/03/la-mediation-concept-cle-ou-mot-valise/ Calenge y relève des éléments qui font échos au travail de nos auteurs en affirmant "on ne préjuge pas des intentions des publics rencontrés, on entre dans leurs habitudes de navigation et d'inscription dans les réseaux sociaux. L'objectif est ici de rendre naturelle, connivente, voire banale la rencontre avec un service de la bibliothèque." Il reconnait cependant que le médiateur numérique peut devenir "modeleur de public" et se questionne "Peut-on confondre la médiation avec un processus prescriptif ? ". Il propose enfin le terme de médiateur cognitif en soulignant le processus d'apprentissage et d'accès à la connaissance en jeu dans toute forme de médiation : "A "médiateurs informationnels", je préfèrerais presque "médiateurs cognitifs". "

Karine Novello. Le document textuel comme objet communicationnel. Sujet 2

04/01/2012

9

Knovello120104  

Test M2 ISIC Bordeaux3

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you