Page 1

JOURNAL CANORA • VOLUME 15, numéro 80, Nev-Déc. 2010 BIMESTRIEL • BIMENSUEL • P(1)

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LES OBJEC- GREEN: QUELS EN TIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPE- SONT LES BÉNÉFICES MENT DIX ANS APRÈS POUR LE DIASPORA?

Alain Ngouen

Avec les temps qui courent, de Paris à New York, de Durban à Toronto, de Moscou à Pago Pago, ou de Hong Kong à La Paz, un nouvel ordre mondial inspire les économistes, politiciens et même les fermiers. Pourquoi? Parce que la dollarisation du monde est à la croisée des chemins, les pays nouvellement riches émergent, la Benladenisation du moyen et proche orient se transporte en occident, et la pauvreté continue de se mondialiser. En 2000, sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies, les dirigeants de 189 nations ont ficelé trois plans quinquennaux ayant pour principaux objectifs stratégiques de réduire l’extrême pauvreté et la faim; assurer l’éducation primaire pour tous; promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes; réduire la mortalité infantile; améliorer la santé maternelle; combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies; préserver l’environnement; et mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Ces objectifs sont restés confinés dans un cadre particulièrement ambitieux que les technocrates appellent objectifs du millénaire pour le développement. Ayons souvenance de la période du 20 au 22 septembre 2010, période à laquelle les dirigeants du monde se sont rencontrés à New York pour scruter à nouveau les progrès de la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Concrètement, les dirigeants ont évalué les deux tiers du parcours.

Malgré la pertinence des média du monde entier à relayer un discours « restore hope » qui garanti les promesses, cette évaluation montre qu’il reste beaucoup à faire en seulement cinq ans de l’échéance de 2015 fixée pour la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Plusieurs rapports et documents officiels sont accablants sur cette situation déséquilibrée du monde et tirent sur la sonnette d’alarme. Par exemple, le rapport de l’Organisation des Nations Unies; Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins conclut qu’il y a des défaillances par rapport aux engagements de la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Le Programme des Nations Unies pour le développement a fait une évaluation internationale sur la base de données de plus de 50 pays. Son rapport, intitulé Que faut-il faire pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement montre qu’il faut continuer de promouvoir le développement durable. Une synthèse des données mondiales intitulée Le chemin vers la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement se penche sur les leçons tirées de 34 rapports nationaux qui font état de la situation précaire des habitants de la planète. De toute évidence, par ces rapports, l’Organisation mondiale elle-même et ses organes annexes entérinent l’existence des déséquilibres mondiaux. Dans cette optique, comment

peut-on faire pour équilibrer le monde, équilibrer la répartition des ressources, et stopper la pauvreté? La réponse à ces questionnements n’apparait pas comme un coup de baguette magique pour changer le monde, mais elle est une réflexion profonde sur la gouvernance mondiale. Cette réflexion met simplement en exergue les tares de l’ordre mondial actuel. C’est une évaluation systémique qui appuie cette réflexion. Bien sûr, cette évaluation systémique qui n’est pas l’apanage du système des Nations unies - montre que l’ordre mondial qui est étroitement lié aux nouveaux enjeux de la mondialisation et à la crise financière internationale obstrue sincèrement la dignité des habitants de la planète. Les nouveaux enjeux de la mondialisation L’ordre mondial restera déséquilibré tant qu’il y a une émergence de la polarisation sociale, la concentration de la richesse, la démocratie autoritaire dans les pays pauvres, une forte croissance de l’économie de luxe, la dollarisation des prix, et la tiers-mondisation de l’ancien bloc de l’est d’une part. D’autre part, la mondialisation du mensonge à travers la manipulation des données et informations sur la pauvreté, la dette et l’ajustement structurel soumis à deux poids deux mesures avec un plan Marshall pour les pays riches et le Fond monétaire international pour les pays pauvres, et la mondialisation du chômage avec les politiques macroéconomiques qui favorisent la délocali-

sation industrielle font que la vie des pauvres ne peut que s’améliorer très lentement. Michel Chossudovsky dans son ouvrage, The Globalization of Poverty and the New World Order, explique mieux la décadence du système mondial actuel. La crise financière internationale Le nouveau paysage financier international avec les spéculateurs institutionnels, l’instabilité des marchés financiers, l’accumulation des richesses privées, le gonflement de la dette publique, le rôle prépondérant transnational des institutions financières, et les droits garantis aux banques et aux sociétés multinationales renforcent la pauvreté établie à un dollar par jour. Par ailleurs, la guerre économique qui est entretenue par la manipulation du libre marché, l’impuissance des banques centrales, la déréglementation des mouvements des capitaux, la dollarisation de l’Amérique latine, et le rattachement inlassable des francs des communautés françaises de l’Afrique à l’euro entérinent ce que les « Chicago boys » appellent le traitement de choc, et par conséquent maintiennent la mondialisation de la pauvreté. Naomi Klein dans son livre, The Shock Doctrine explique mieux ce désastre de la mondialisation du capitalisme. Pourtant, la communauté internationale peut sauver des millions de vies en se concentrant sur des actions qui instaurent un nouvel ordre mondial débarrassé des tares de la mondialisation. Il faut convaincre les gouvernements, la Banque mondiale, l’Organisation des Nations Unies et ses agences de la nécessité d’établir des indicateurs systémiques pour chacun des objectifs du millénaire pour le développement. Car, une approche systémique donne une vision globale de la concordance entre les politiques et les programmes de développement. Cette concordance peut accélérer les efforts et assurer la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement d’ici 2015. Par Dr. Alain Claude Ngouem Économiste et Internationaliste

KAJOTEC INC. P.O.Box 57115 R.P.O Jackson Square Hamilton, Ontario L8P 4W9 Il y a encore une décennie, notre ami immigrant qui arrivait au pays de l’oncle Sam suscitait beaucoup d’espoir pour les membres de sa communauté restée sur le beau et riche continent africain. Beaucoup d’espoir, surtout avec une Amérique du nord dont la devise : ‘’American Dream’’ rendait possible tout rêve, plus encore un développement phénoménal avec des véhicules plus grands, énergivores, plus rapides. On se tournait aussi en Amérique du nord pour son développement informatique, sans précédent dans le monde. Hélas, comme tous développements humains qui ne sont contrôlés que par des buts économiques, sans aucune attention pour la santé, pour notre environnement, il n’a pas fallu longtemps pour ce rendre compte que la facture nous suivait au guichet de l’équilibre et de la stabilité de la nature. Étant bousculé par un développement mal encadré, notre ami immigrant arrive chez l’oncle Sam avec une immigration rigoureusement choisie, pour occuper un poste traditionnellement réputé de stable, et bien payé. Où la demande en gestionnaires était en forte hausse, des comptables, des économistes, des médecins, bref les services étaient en forte demande pour la stabilité de ce développement. Or ces compagnies qui embauchent seront obligées de fuir à cause des remous environnementaux et établir leurs sièges dans les pays moins rigoureux. D’autres part la globalisation, faisant partie du système planétaire, toute la manufacture de ces technologies sera rapidement envoyée chez nos voisins qui ont une main d’œuvre bon marché (Chine, Mexique, Brésil, Inde, Pakistan) ce qui explique la plus part des fermetures d’usines en Amérique du nord. D’un autre coté, avec les moyens des communications bien

TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN

développés, la distance ne faisant plus obstacle, ces compagnies iront chercher une main d’œuvre intellectuelle bon marché pour la recherche et la gestion des projets par des pays émergents, comme l’inde, le Pakistan, la Malaisie etc., ce qui en passant fonctionne bien, car pour preuve, votre service à la clientèle est assuré par une petite voix à l’accent américain aux extrémités de la planète . Malheureusement, notre ami immigrant qui foule le sol de l’Amérique du nord, à de grandes ambitions, de révolutionner par son savoir le système, qui en passant n’en est pas le moindre, car le cursus scolaire en dit long sur lui. La déception arrive vite, car bien même reparti sur les bancs pour se mettre à niveau, il ne se retrouve pas dans un emploi aussi bien payé qu’avant son départ pour l’Amérique du nord. Quand bien même que les compagnies affichent des offres d’emploi, ils se sentent obligées d’embaucher les natifs d’abord à cause du taux de chômage. De plus, le système d’employabilité est basé sur le réseautage, mais aussi sur l’aptitude professionnelle gagnée au fils des années et non pas sur le bagage intellectuel. Commence alors la grande dépression. Or tout le monde, le sait bien, si on est pionnier dans n’importe quel domaine de la vie, les chances des réussites, sont grandes, malgré toute discrimination possible. D’autre part, dame nature bouscule tout le monde et personne n’y échappe, même toutes ces grandes compagnies. La grande question : Combien d’immigrants sont engagés dans les métiers verts et comment cela peut faire la différence dans la diaspora aujourd’hui ? C’est ce que nous reparlerons dans la deuxième partie. Kaleu Joël W.I.P.O Award winner 2002 (Young Inventor) Electromecanician, Electronician.Agro-Forester http:// www.kajotec.com

GREEN: QUELS SONT LES BÉNÉFICESPOUR LE DIASPORA?  

Beaucoup d’espoir, surtout avec une Amérique du nord dont la devise : ‘’American Dream’’..............

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you