Page 303

le peuple murmurait si fort que, pour éviter une émeute, il crut prudent de rentrer de suite au château. Pierrot fut réintégré dans sa prison ; il n’y était pas depuis une heure, que le geôlier lui remit de la part des petits enfants de la ville, qui s’étaient cotisés pour l’acheter, un habillement complet en tout point semblable à celui qu’il avait perdu. Pierrot fut si touché de cette marque d’intérêt, que les larmes lui en vinrent au yeux. Il bénit les petits enfants dans son cœur et jura de les aimer toute sa vie. Il avait à peine attaché sur sa poitrine le dernier bouton de son pourpoint, qu’un homme entra dans son cachot et lui fit signe de le suivre. C’était encore le bourreau. Pierrot répondit par un autre signe qu’il était prêt à obéir. Tous deux se mirent en marche à travers les sombres souterrains du château, montèrent, descendirent de nombreux escaliers et débouchèrent enfin sur une cour, au milieu de laquelle était une fosse, et au fond de cette fosse un ours blanc dont la férocité était proverbiale à plus de vingt lieues à la ronde. Arrivés à la balustrade en fer qui entourait la fosse de l’ours, le bourreau s’arrêta, tira de sa poche une échelle de corde, l’attacha fortement à l’un des barreaux de la balustrade, et fit signe à Pierrot de descendre.

303

Dumas-Berthe  

La bouillie de la comtesse Berthe et autres contes BeQ Alexandre Dumas La bouillie de la comtesse Berthe La Bibliothèque électronique du Qué...