Page 298

coin du ciel. Tout l’ameublement consistait dans un méchant grabat, une escabelle, une cruche de terre et un mauvais chandelier en fer, dont le geôlier renouvelait soir et matin la lumière. Lorsque la porte du cachot fut refermée sur lui, Pierrot, qui était fatigué de la longue course qu’il avait faite, se coucha sur le lit et s’endormit bientôt d’un profond sommeil. Le lendemain matin, au petit jour, il fut réveillé en sursaut par un grincement aigu accompagné d’un cliquetis de clefs. C’était la porte qui roulait sur ses gonds rouillés et le geôlier qui entrait. – Tenez, camarade, dit celui-ci, voilà de l’eau fraîche que je viens de puiser à la fontaine. Je ne vous donne pas de chandelle, car je vois que vous n’avez pas même allumé celle que j’avais mise hier dans le chandelier. Pierrot se frappa le front, comme fait un homme qui trouve une idée, mais ne répondit pas. Le geôlier sortit, ferma la porte à triple verrou, et, lorsque le bruit de son pas se fut éteint dans le corridor, notre prisonnier sauta à bas de son grabat, saisit avidement la chandelle, et suif et mèche, il dévora tout. 298

Dumas-Berthe  

La bouillie de la comtesse Berthe et autres contes BeQ Alexandre Dumas La bouillie de la comtesse Berthe La Bibliothèque électronique du Qué...

Advertisement