Page 289

– Ah ! ça, c’est Pierrot, je ne puis pas dire une chose pour une autre, c’est Pierrot. – Très bien ! mais vous a-t-il au moins porté secours quand vous êtes tombé dans le lac ? – Vous me demandez s’il m’a porté secours ? dit le roi qui cherchait à rassembler ses souvenirs, non, je ne pense pas ; mais, attendez donc, je me rappelle que, loin de là, il m’a jeté le filet sur la tête, et, sans notre écuyer Cœur-d’Or, qui s’est trouvé par hasard sur le bord du lac, je me noyais certainement... – Ainsi, vous reconnaissez que Pierrot voulait vous noyer ? – Je ne dis pas cela, répondit le roi, et cependant... Cependant, il vous a planté un filet sur la tête, tandis qu’il se jetait à l’eau pour sauver la reine. À ce rapprochement perfide, un nuage passa sur les yeux du roi. – Ah ! vous y voyez clair enfin ! s’écria Renardino ; eh bien ! courez maintenant à l’appartement de la reine, où Pierrot va se rendre. Écoutez un moment aux portes, et vous en saurez bientôt aussi long que le dernier de vos sujets. Le roi prit la balle au bond, et s’élança hors du cabinet. 289

Dumas-Berthe  

La bouillie de la comtesse Berthe et autres contes BeQ Alexandre Dumas La bouillie de la comtesse Berthe La Bibliothèque électronique du Qué...

Advertisement