Page 25

Mais en prenant sa place, celui-ci pâlit de colère, et s’écria avec un effroyable jurement : « Quel est l’âne bâté qui a mis près de moi ce pain de munition ? » En effet, près du général, était un pain pareil à celui que l’on distribue aux soldats, et comme il en avait luimême tant mangé dans sa jeunesse. Tout le monde se regarda avec étonnement, ne comprenant pas qu’il y eût au monde une personne assez hardie pour faire une pareille plaisanterie à un homme si fier, si vindicatif et si emporté que l’était le général. « Approche, drôle, dit le général au valet qui se trouvait derrière lui, et emporte ce pain. » Le valet obéit avec tout l’empressement qu’inspire la crainte ; mais ce fut vainement qu’il essaya d’enlever le pain de la table. « Monseigneur, dit-il après avoir fait des efforts inutiles, il faut que ce pain soit cloué à votre place, car je ne puis l’emporter. » Alors le général, dont la force était reconnue pour égaler celle de quatre hommes, prit le pain à deux mains, et essaya à son tour de l’enlever ; mais il soulevait la table avec le pain, et, au bout de cinq minutes, il tomba sur sa chaise, épuisé de fatigue et la 25

Dumas-Berthe  

La bouillie de la comtesse Berthe et autres contes BeQ Alexandre Dumas La bouillie de la comtesse Berthe La Bibliothèque électronique du Qué...