Page 192

voulait pas tout manger et tout boire, ce qu’elle n’eût point eu de peine à faire, si elle eût mangé et bu à son appétit. Puis, comme elle était fatiguée, elle s’avisa à se coucher dans un des lits. Mais aucun des six premiers lits ne lui convenait : l’un était trop court, l’autre était trop étroit. Il n’y eut que le septième qui lui allât bien. Elle s’y coucha, et, après s’être recommandée à Dieu, elle s’endormit. Quand la nuit fut tout à fait venue, les sept maîtres rentrèrent. C’étaient sept nains, qui exerçaient la profession de chercheurs de minerai dans la montagne. Ils allumèrent sept lumières, et alors ils virent que quelqu’un était venu, car rien n’était plus dans le même ordre où ils l’avaient laissé. Le premier dit : – Qui s’est donc assis sur ma chaise ? Le second dit : – Qui donc a mangé dans mon assiette ? Le troisième dit : – Qui donc a grignoté mon pain ? 192

Dumas-Berthe  
Dumas-Berthe  

La bouillie de la comtesse Berthe et autres contes BeQ Alexandre Dumas La bouillie de la comtesse Berthe La Bibliothèque électronique du Qué...

Advertisement